AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION"

Transcription

1 AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale

2 Conduite à tenir devant une augmentation de la VS (1) 1. Eliminer une cause évidente : - Anémie sévère (pouvant augmenter la VS jusqu à 50 mm) - Grossesse (après le 4ème mois) 2. Pratiquer : - Fibrinogène ou CRP - Protéinogramme - Syndrome inflammatoire (95 p. 100) Dysglobulinémie monoclonale (± 5 p.100) (augmentation fibrinogène, et (fibrinogène normal ; pic monoclonal, C réactive protéine) CRP normale) 1. Pathologie infectieuse (± 50 p. 100) - Respiratoires : pneumopathies, abcès, tuberculose - Urinaires - Septicémies, abcès profonds - A rechercher : étiologie dentaire (panorex), et ORL (radiographie des sinus) - Parasitologie tumorale : Kala-azar

3 Conduite à tenir devant une augmentation de la VS (2) 2. Pathologie tumorale (± 20 p. 200) - Cancers viscéraux : rénaux, digestifs, pulmonaires, ORL... (rôle des surinfections) - Lymphomes 3. Cirrhoses du foie (± 10 p. 100) 4. Syndromes inflammatoires divers - Connectivites = LED, pseudo-polyarthrite rhizomélique, Horton, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante... - Nécroses tissulaires : infarctus, maladies thrombo-emboliques 5. Cryptogénétiques (± 5 p. 100)

4 Conduite à tenir devant une dysglobulinémie monoclonale 1. Rechercher une dysglobulinémie secondaire par l interrogatoire (++), l examen clinique (++) et des examens complémentaires simples. 2. Faire les examens complémentaires permettant de faire le diagnostic de Waldenström (IgM) ou de myélome (IgG, IgA). 3. Ne retenir le diagnostic de dysglobulinémie bénigne que s il s agit d un malade âgé présentant tous les critères de dysglobulinémie bénigne. 4. Dans tous les cas, nécessité d une surveillance biologique régulière (tous les 6 mois puis tous les ans) qui mette en évidence une stabilité des anomalies biologiques.

5 Conduite à tenir devant une dysglobulinémie monoclonale (1) L enquête étiologique repose sur : - Interrogatoire : Age Douleurs osseuses Douleurs articulaires Antécédents infectieux - Examen clinique : Recherche signes osseux Adénopathies Splénomégalie Hépatomégalie, hypertension portale Signes de collagénose Signes d infection chronique

6 Conduite à tenir devant une dysglobulinémie monoclonale (2) L enquête étiologique repose sur : - Examens complémentaires : NFS, VS, protéinogramme Immuno-électrophorèse ou immuno-fixation sang et urines ± Myélogramme Radiographies du squelette

7 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE (1) 1) Eliminer une dysglobulinémie monoclonale maligne (prolifération monoclonale de cellules B) : - Kahler si IgG, IgA, IgD - Waldenström si IgM - LLC, leucémie à tricholeucocytes - Maladie des chaînes lourdes Plus rarement : - Lymphomes malins - Lymphadénopathie angio-immunoblastique - Leucémie aiguë lymphoblastique

8 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE (2) 2) Rechercher une dysprotéinémie monoclonale «secondaire» (absence de prolifération monoclonale de cellules B) : La maladie causale est souvent connue. La dysglobulinémie est souvent modérée et associée à un syndrome inflammatoire. - Infections chroniques (biliaires, urinaires), aiguës (hépatites, MNI ) - Maladies auto-immunes : PR, PAN, LED, thyroïdites - Cirrhoses (associées à une hypergammaglobulinémie polyclonale) - Cancers épithéliaux (digestifs en particulier) - Amylose - Déficits immunitaires - Mucinose papuleuse, pyoderma gangrenosum - Maladie de Gaucher

9 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE (3) 3) En l absence d autre étiologie : gammapathie monoclonale de signification indéterminée (fréquence globale : 0.15 p.100, fréquence après 70 ans : 3 p. 100) : - taux du composant monoclonal < 30 g/l - plasmocytose médullaire < 10 % - protéinurie de Bence Jones ou < 1 g/l - pas de lésion osseuse - NFS, calcémie et créatininémie normales - taux des autres Ig? de la β2 microglobuline?

10 Transformation maligne des GMSI IgG et IgA (Myélome) - 1 % par an - même après 25 ans (Kyle : un cas après 29 ans) - Risque par rapport à la population générale : > multiplié par 25 - Risque associé à : > taux de la protéine monoclonale (< 15 g/l) > type de la protéine monoclonale (IgG) > chaînes légères libres sériques : rapport κ/λ (0,26 1,65)

11 Transformation maligne des MGUS IgM (LNH, MW, amylose, LLC) - 1,5 % par an - Risque de transformation en maladie de Waldenström : > à 10 ans : 13,3 % > à 20 ans : 27,7 % - Risque par rapport à la population générale : > multiplié par 46

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du La lettre d L information biomédicale des laboratoires Oriade Noviale Novembre 2015 Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du même continuum

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé. Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int)

Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé. Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int) Dysglobulinémie monoclonale non myélomateuse du sujet âgé Capacité de gériatrie 2008 Dr Hafsaoui (CCA med int) ÉPIDÉMIOLOGIE DES GAMMAPATHIES MONOCLONALES NOSOLOGIE DES GAMMAPATHIES MONOCLONALES ENQUÊTE

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Principe et Historique Séparation des constituants d un mélange protéique sous l action d

Plus en détail

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Immunoglobulines monoclonales EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Cas clinique n 1 : Femme de 65 ans Atc arthrose avec douleurs lombaires anciennes Majoration des douleurs

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques Interprétation, mise en évidence et typage d immunoglobulines monoclonales Jeudi 8 mars 2012 Présentée par Leïla BENTOUATI-RAHMOUN Prescription de l électrophorèse

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Présentation clinique... 3 3.1. Plasmocytome

Plus en détail

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon FORMES CLINIQUES PARTICULIERES EVOLUTION TRAITEMENT MYELOME Maladie liée

Plus en détail

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris 19 sept.2012 Myélome au diagnostic Ig monoclonale? Clone plasmocytaire? CRAB? Myélome

Plus en détail

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler :

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler : Dysglobulinémie Définition : Présence dans le sérum et/ou dans les urines d une immunoglobuline monoclonale en excès. Gammapathie monoclonales bénignes : 1- Gammapathies de signification indéterminée (MGUS)

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Aurélie Marion Domenech cours du 28/03 Module 3 cancéro LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Suite du cours III - BILAN DE LA MALADIE A - BILAN D'EXTENSION 1) recherche d'adp profondes - adénopathie symétrique,

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

MYÉLOME & MGUS Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

MYÉLOME & MGUS Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 MYÉLOME & MGUS Sujet âgé Capacité de gérontologie 2014-2015 MYÉLOME MULTIPLE Prolifération monoclonale plasmocytaire dans la moelle osseuse synthèse d une Ig monoclonale complète ou incomplète lésions

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

GMSI et Myélome PHYSIOLOGIE. DIU Onco-gériatrie. Les anticorps

GMSI et Myélome PHYSIOLOGIE. DIU Onco-gériatrie. Les anticorps GMSI et Myélome DIU Onco-gériatrie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière DIU hématologie et cancérologie du sujet âgé mai 2010 PHYSIOLOGIE Les anticorps 1 Le plasmocyte Les anticorps 2 Structure variable

Plus en détail

Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE

Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE Module 8 : 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE Validé par le Pr Lamy de la chapelle Chapelle Éléctrophorèse des protides plasmatiques (EPP) - Indications : - Hyperprotidémie - VS inexpliquée - Infections bactériennes

Plus en détail

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Myélome Multiple DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Lésions osseuses Sécrétion Ig monoclonale Cytopénies Hypercalcémie Syndromes au diagnostic Douleurs osseuses

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques

Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques Comprendre le dosage des chaînes légères libres sériques Richard LeBlanc Hématologue et oncologue Hôpital Maisonneuve-Rosemont 18 juin 2011 Montréal Plan Plasmocytes/cellules myélomateuses Anticorps ou

Plus en détail

Gammapathies monoclonales

Gammapathies monoclonales Gammapathies monoclonales Myélome multiple Gammapathie monoclonale de signification indéterminée (MGUS) Pole ABDOMEN-HEMATO-CANCERO 21 novembre 2005 Objectifs 1- interprétation électrophorèse des protéines

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS Le myélome multiple ou maladie de Kahler est une hémopathie h maligne caractéris risée e par le développement d un d clone de plasmocytes tumoraux envahissant la moelle hématopoïétique

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Diagnostic positif Taux de PN éosinophiles > 500/mm3

Diagnostic positif Taux de PN éosinophiles > 500/mm3 Le Polynucléaire éosinophile S Caractéristiques générales Cellule tissulaire, naissent dans la moelle osseuse Transitent brièvement dans le sang (6 à 8 heures) avant de passer dans les tissus: poumons,

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter?

Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter? Quand prescrire une électrophorèse des protéines sériques, Comment l interpréter? DOSSIER DOCUMENTAIRE Janvier 2017 Groupe de travail : document réalisé par le Dr Y.LEQUEUX coordonnateur GQ Pays de la

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Gammapathies monoclonales de signification indéterminée

Gammapathies monoclonales de signification indéterminée MONOGRAPHIE Gammapathies monoclonales de signification indéterminée Que faire en cas de découverte d une immunoglobuline monoclonale? Dans l immense majorité des cas, elle est bénigne, ou plusexactement

Plus en détail

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques.

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des

Plus en détail

Comprendre. L électrophorèse des protéines

Comprendre. L électrophorèse des protéines Comprendre L électrophorèse des protéines Réalisé avec le support de la société SEBIA 2011, InternationaL Myeloma Foundation, North Hollywood, California, USA Table des Matières Introduction Pourquoi l

Plus en détail

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS M-38 Journées Nationales d Infectiologie 2013 MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS L IORDACHE, P CACOUB, O LAUNAY, L GUILLEVIN, O BOUCHAUD, L WEISS, V JEANTILS, C GOUJARD,

Plus en détail

ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES. Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin

ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES. Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin ETUDE DES DYSGLOBULINEMIES Mamy RALAZAMAHALEO Laboratoire d Immunologie-Immunogénétique CHU Pellegrin DYSGLOBULINEMIES o Apparition dans le sang et/ou les urines Anomalie monoclonale Immunoglobuline entière

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

CONDUITE à TENIR devant une ADENOPATHIE CERVICALE CHRONIQUE

CONDUITE à TENIR devant une ADENOPATHIE CERVICALE CHRONIQUE CONDUITE à TENIR devant une ADENOPATHIE CERVICALE CHRONIQUE I - DIAGNOSTIC POSITIF II - DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL III - DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE A - Bilan étiologique 1- interrogatoire primordial 2 - examen

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM)

MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM) Sommaire : MALADIE DE WALDENSTROM (et autres situations avec pic IgM) - Définition, étiologie, circonstances de découverte - Signes cliniques - Biologie - Diagnostic positif et diagnostic différentiel

Plus en détail

SYNDROME INFLAMMATOIRE

SYNDROME INFLAMMATOIRE SYNDROME INFLAMMATOIRE 1. Définitions L inflammation est un mécanisme de réponse à une lésion tissulaire visant à la circonscrire et à la réparer. Cette lésion peut être exogène (agression physique, chimique,

Plus en détail

MYELOME MULTIPLE. Dr BAHAZ.N

MYELOME MULTIPLE. Dr BAHAZ.N MYELOME MULTIPLE Dr BAHAZ.N Le myélome multiple (MM) ou maladie de Kahler est une hémopathie maligne caractérisée par la prolifération de plasmocytes malins, cette prolifération s accompagne en général

Plus en détail

LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION

LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION Page 1 de 5 LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION VITESSE DE SÉDIMENTATION - VS (TARIF : 2.65 1) ) La VS des érythrocytes est la chute libre des éléments sanguins d une colonne de sang rendu incoagulable.

Plus en détail

Interest of serum free light chain assays. KEYWORDS Free light chains of immunoglobulins, monoclonal gammopathy, myeloma.

Interest of serum free light chain assays. KEYWORDS Free light chains of immunoglobulins, monoclonal gammopathy, myeloma. TECHNOLOGIE APPLIQUÉE Audrey BIDET 1, Gérald MARIT 2, Annie M. BÉRARD 1* Intérêt du dosage des chaînes légères libres des immunoglobulines RÉSUMÉ Les chaînes légères libres monoclonales sont retrouvées

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE RANDRIAMIHANGY N. Avisoa (Madagascar) Directeur : Pr Patrick MERCIE PLAN Introduction Observation Discussion Conclusion 3 INTRODUCTION DEFINITION (Liliane

Plus en détail

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Denis Rivier Médecin-consultant, Laboratoire Meditest SA, Vevey; anciennement maître d enseignement et de recherches

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Myélome et dysglobulinémie monoclonale

Myélome et dysglobulinémie monoclonale PRÉPARATION AU CONCOURS Myélome et dysglobulinémie monoclonale Myeloma and monoclonal gammapathy P. CHAÏBI*,**, L. MERLIN***, Y. MARTIN*, F. PIETTE* RESUME Chez les sujets âgés, la découverte d une gammapathie

Plus en détail

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens d Anatomie et Cytologie Pathologiques : connaitre les

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen

Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen Les Maladies Auto-Inflammatoires vues par le Rhumatologue (adulte) Thierry Schaeverbeke CHU de Bordeaux Université Bordeaux Segalen Maladies auto-inflammatoires : Maladies génétiques rares se traduisant

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Diagnostic d'une splénomégalie

Diagnostic d'une splénomégalie Diagnostic d'une splénomégalie Les recommandations du CHUP concernant les connaissances minimales pour cette question sont : - Savoir reconnaître une splénomégalie à l examen clinique. - Énumérer les principales

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE

CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE 40ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Angers 2011 Xavier LELEU CHRU LILLE Homme 47 ans. Patient sans antécédent. Douleurs dorsales

Plus en détail

Myélome multiple des os Item Module 10

Myélome multiple des os Item Module 10 Objectifs : Diagnostiquer un myélome multiple des os. Myélome multiple des os Item 166 - Module 10 Sommaire : 1 - Savoir prescrire les examens à pratiquer devant une augmentation de la vitesse de sédimentation

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques.

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. Dr Caroline THOMAS Mardi 15 décembre 2015 F.M.C Tourcoing Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? n L électrophorèse des protéines sériques

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales

Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales Apport du laboratoire de Chimie Clinique au dépistage, d au diagnostic et au suivi des gammapathies monoclonales Les Jeudis de Fleurus, le 20/5/2010 N. Gillain-Martin, Ph. Biologiste, CHR La Citadelle,

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE

MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE MISE AU POINT SUR LES MARQUEURS DE L INFLAMMATION UTILISÉS EN ROUTINE AU LABORATOIRE INTRODUCTION L inflammation est une manifestation incontournable et très fréquente de nombreuses pathologies. D expression

Plus en détail

Dossier 1 22/10/2012. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans

Dossier 1 22/10/2012. 1/ Quelle(s) étiologie(s) pouvez vous évoquer. Melle V., 24 ans Melle V., 24 ans Douleurs des articulations des mains (métacarpophalangiennes et interphalangiennes) depuis 2 mois, plutôt le matin avec un dérouillage de 45 minutes. Dossier 1 Antalgiques de pallier I

Plus en détail

SYNDROMES LEUCOCYTAIRES

SYNDROMES LEUCOCYTAIRES SYNDROMES LEUCOCYTAIRES I - SEMEIOLOGIE MYELOIDE DEFICIT: Agranulocytoses et neutropénies EXCES: Polynucléoses Neutrophiles Myélémies Hyperéosinophilies II - SEMEIOLOGIE LYMPHOIDE DEFICIT Lymphocytes B

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014

Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014 Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014 Que faire en pratique face à un patient chez qui on a diagnostiqué une MICI? Le parcours d un patient, cas interactif et commenté Dr Stéphanie

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE Le myélome multiple est une forme de cancer qui atteint les plasmocytes. Ceux-ci résident essentiellement dans la moelle osseuse, ce sont les cellules

Plus en détail

Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011)

Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011) Myélome multiple des os (166) A-M. Stoppa, M. Laffage, D. Blaise Septembre 2009 (Mise à jour 2010-2011) Bibliographie Kyle:Multiple myeloma -Blood 2008-111(6) 2962-72 2-Huff et al:multiple myeloma cancer

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail