Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2)"

Transcription

1 Information du domaine Sanitaire eau gaz Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2) Introduction La norme SIA 385/1 «Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments Bases générales et exigences» est parue en mai Elle remplace la norme SIA 385/3 de Elle vise notamment à réduire au strict minimum la consommation d énergie et d eau, ainsi qu à garantir l hygiène dans les installations d eau chaude sanitaire. Sur la base de ces objectifs, des exigences ont été définies pour les temps de soutirage et les températures dans le système, de même que des exigences globales pour les installations d eau chaude sanitaire. La deuxième partie, la norme SIA 385/2 «Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments Besoins en eau chaude, exigences globales et dimensionnement» a été publiée en janvier Cette norme décrit la procédure et les méthodes de calcul pour la planification des installations d eau chaude. La documentation sur ces deux normes, soit la troisième partie, sera disponible au cours du premier semestre Elle doit permettre de clarifier et d approfondir les normes à l aide d exemples. De nombreux malentendus liés à des erreurs d interprétation devraient ainsi être dissipés. La mise en consultation de la norme SIA 385/2 a provoqué de nombreuses discussions et incertitudes au sein de la branche sanitaire. Lors de conférences, des intervenants et membres de commission ont été critiqués et qualifiés d irréalistes. Certes, il peut sembler utopique d influencer le projet d un architecte par des normes. Mais dispose-t-on d un autre moyen pour diminuer les dépenses énergétiques liées à la production d eau chaude? Il apparaît aussi clairement que les projeteurs sanitaires se trouvent dans une position délicate (concepts de distribution plus complexes en raison des temps de soutirage). Dans ce contexte, les questions suivantes se posent : Qu est-ce qui a changé aujourd hui? Faisions-nous mal les choses à l époque? Dans l ancienne norme SIA 385/3 de 1991 figure l article suivant à propos des temps de soutirage (article ) : Domaines d utilisation Pour que les déperditions dues au soutirage se situent dans des limites économiquement acceptables, on peut recommander, pour les temps de soutirage, les valeurs indicatives suivantes : Points de soutirage d eau chaude Temps de soutirage en secondes (s) Lavabos, bidets, douches jusqu à 10 Eviers jusqu à 7 Fondamentalement, rien n a changé concernant les temps de soutirage ; pour les éviers, ils ont même été prolongés. Sur le plan juridique, il existe une différence entre une recommandation de 1991 et une prescription de Néanmoins, le consommateur a toujours attendu un temps de soutirage de 7 à 10 secondes. Auf der Mauer 11, Case postale, 8021 Zurich, T , F ,

2 De nombreuses installations sanitaires fonctionnant parfaitement prouvent qu un grand nombre de choses étaient faites correctement à l époque (consciemment ou non). Les réclamations liées à des temps de soutirage trop longs ne sont pas nouvelles, mais cela n a rien à voir avec les normes. Généralement, l utilisateur se plaint lorsque le temps de soutirage atteint 28 secondes à deux minutes. Aucun professionnel du sanitaire ne pourra prétendre que cette durée est normale. En d autres termes : de très grandes fautes ont été commises dans ces installations. Peut-être que les normes sensibilisent davantage les utilisateurs, et que les réclamations augmenteront. La présente fiche informative doit attirer l attention des projeteurs et des installateurs sanitaires sur ce point afin de garantir des installations d eau chaude efficaces pour les utilisateurs, et réduire ainsi le nombre de réclamations. La présente fiche informative traite des thèmes suivants : temps de soutirage, définitions, calculs et mesures ; température de l eau chaude (hygiène vs économie d énergie). Pour un spécialiste du sanitaire, il devrait être clair que l hygiène prime sur l économie d énergie ; répercussion des exigences globales sur la planification des installations sanitaires ; convention d utilisation. Temps de soutirage La définition suivante figure dans la norme SIA 385/2 : Retard au soutirage Délai qui s écoule entre l ouverture complète du robinet de soutirage et l écoulement de l eau chaude sanitaire à la température de 40 C. Le retard au soutirage équivaut à la somme de la durée de la phase froide et de la durée du réchauffement. Par rapport à l ancienne norme, cette définition est très détaillée et précise. Ce point avait justement suscité de nombreuses questions par le passé. Par exemple, à partir de quand il faut prendre en compte le facteur 2 (temps de soutirage = 2 x phase froide). Dans le cadre juridique, on avance souvent l argument de la date du permis de construire, mais ce n est pas correct. Comme les temps de soutirage sont définis avec précision depuis 2011 et que les conditions «physiques» ne dépendent pas des normes, il faut tenir compte du facteur 2. Pour être plus précis, ce facteur a toujours été valable, mais une grande partie des spécialistes ne l appliquaient pas. La formule suivante est utilisée depuis de nombreuses années : tt = VV CC VV t V C V = temps de soutirage = volume de la conduite = débit Cette formule permet de calculer la durée de la phase froide, mais pas le temps de soutirage. Ainsi, au niveau du temps de soutirage, elle est fausse. Elle ne tient pas compte du fait que l ensemble de la conduite, distributeurs et robinetteries compris, doit être chauffé. Ce paramètre prolonge le temps de soutirage du facteur 2 déjà mentionné. 2/9

3 Ce facteur 2 est une valeur moyenne résultant de mesures effectuées en laboratoire. Il est influencé par la longueur de la conduite, le matériau du tuyau ainsi que les températures et l éventuelle isolation des distributeurs. Dans la pratique, ce facteur peut être plus petit lorsque les conditions sont idéales, et plus grand dans le cas d une mauvaise planification ou exécution. Les températures ont une influence déterminante sur ce facteur et donc sur le temps de soutirage effectif. Il y a d une part la température dans la conduite d eau chaude avant le soutirage et, d autre part, la température de l eau chaude dans la conduite maintenue en température. En laboratoire, les mesures ont systématiquement été effectuées à 12 C. Dans la pratique, la température ne sera jamais inférieure à la température ambiante ou à la température de la gaine. Autrement dit, elle se situe entre 25 C et 35 C. Le facteur peut ainsi diminuer à environ 1,5. Lorsque le distributeur est placé dans la cave non chauffée d une maison individuelle, il est important de déterminer si le distributeur est maintenu en température ou non par la chaleur issue de l accumulateur, et d en tenir compte. Des étudiants de la Haute école de Lucerne ont effectué un essai et obtenu les résultats suivants : Refroidissement du distributeur avec isolation sans isolation situation idéale Isolation: λ = 0,04 W/mK ; ép. = 2 cm Distributeur Optiflex = bronze ¾ " Elimination de légionelles Milieu viable, mais pas de prolifération Température [ C] Prolifération optimale de légionelles Milieu viable, mais pas de prolifération Temps [h] Les mesures montrent que, lorsque le distributeur est parfaitement raccordé et isolé, la température ne descend pas en dessous de 35 C. A droite du diagramme figurent des remarques sur la prolifération des légionelles. On ne peut effectivement pas nier que la prolifération de légionelles est 3/9

4 favorisée par ce maintien en température. Toutefois, il convient de relativiser ce point : d une part, le volume d eau est moindre et, d autre part, il est soutiré plusieurs fois par jour. Cela explique en partie pourquoi les installations planifiées à l époque ne posaient pas nécessairement problème. Le distributeur étant maintenu en température, le temps de soutirage était sensiblement plus court ; autrement dit, sans même que les spécialistes y prêtent attention, le temps de soutirage était respecté. Les températures de l alimentation d eau chaude influencent le temps de soutirage. En d autres termes, en cas de températures plus basses, par exemple à 45 C (stations de production d eau chaude sanitaire), le temps de soutirage effectif correspond à presque trois fois la durée de la phase froide. Il convient de tenir compte de cette remarque et de l intégrer dans les conventions d utilisation. Comment respecter les temps de soutirage : Idéalement, l architecte a conçu les locaux sanitaires de manière optimale et les tracés vers les robinetteries de soutirage sont courts. Comme c est rarement le cas, la distribution d eau chaude doit être planifiée en conséquence. Le distributeur d eau chaude doit être bien placé, c est-à-dire entre les locaux sanitaires. Il faut s écarter de l idée de placer les colonnes montantes dans la salle de bains. Un réduit situé de manière centrale entre les locaux sanitaires constitue peut-être un meilleur emplacement. Souvent, on est contraints de définir des colonnes montantes supplémentaires. S il est ainsi possible d exécuter des conduites de soutirage plus courtes, les pertes énergétiques ne seront pas plus importantes. En d autres termes : grâce aux temps de soutirage courts (< 10 secondes), les pertes énergétiques dues aux colonnes montantes supplémentaires sont largement compensées. La question se pose souvent de savoir si l on peut définir des temps de soutirage plus longs dans une convention d utilisation. Il est clair que c est possible, mais il faut veiller au fait que l on conclut rarement la convention d utilisation avec l utilisateur effectif (p. ex. dans le cas de copropriétés) ; par conséquent, le non-respect des temps de soutirage définis dans la SIA 385 risque de conduire à de longues procédures judiciaires. Le résultat de telles procédures judiciaires n est évidemment pas prévisible, tout comme la position du juge par rapport à la convention d utilisation. Tout spécialiste du sanitaire devrait essayer de planifier une bonne distribution avec des temps de soutirage courts et ne pas se reposer sur une convention d utilisation. Que faut-il éviter? De longues conduites de raccordement depuis le distributeur d eau chaude Distributeur raccordé depuis le haut (thermosiphon comme sur la photo) Amener la circulation vers le distributeur, car cela ne fonctionnera pas dans la pratique pour des raisons hydrauliques Installations avec boîtes doubles Températures basses dans la distribution d eau chaude 4/9

5 Remarque : Les installations avec tés conduisent souvent à de bons résultats au niveau des temps de soutirage car les conduites sont généralement courtes. C est seulement lorsque les conduites de raccordement sont noyées que les tracés sont plus longs et donc les temps de soutirage aussi. Dans le cas des conduites de raccordement noyées, il peut y avoir de plus grandes différences entre la planification et l exécution. Il faut sensibiliser les installateurs à cet aspect pour que les conduites de raccordement soient aussi courtes que possible. Enfin, pour le calcul de la durée de la phase froide, il convient de souligner que les débits suivants doivent être observés : Appareil sanitaire Débit l/s l/min Lavabo, lave-mains, bidet 0,1 6 Douche, table de rinçage, évier 0,2 12 Baignoire 0,3 18 Ces débits sont théoriques ; dans la pratique, ces valeurs peuvent être inférieures, notamment dans le cas de robinetteries et de douchettes à économie d eau. Cela signifie que les résultats obtenus (temps de soutirage) lors des mesures doivent être convertis aux débits indiqués ci-dessus selon une règle de trois. Prenons l exemple d une douche : si un temps de soutirage de 18 secondes résulte de la mesure avec une douchette à économie d eau (6 l/min), les prescriptions de la SIA 385 sont respectées car une robinetterie normale atteindrait un temps de soutirage de 9 secondes seulement. L utilisation de robinetteries et de douchettes à économie d eau devrait être thématisée dans la convention d utilisation. On pourrait ainsi préciser que les variations de température sont courantes dans le cas de robinetteries et de douchettes à économie d eau. De telles variations de température peuvent très difficilement être compensées par d autres mesures. Même un mitigeur thermostatique atteint ses limites, notamment lorsque la température de l eau chaude est baissée en raison d importants efforts d économies. On se demande souvent (précisément lors de mesures sur place) où le temps de soutirage doit être respecté. Cette question trouve son fondement dans la «Directive pour installations d eau potable» W3, qui calcule les pertes de charge jusqu à la dernière équerre de raccordement ; autrement dit, le robinet de soutirage n est pas pris en compte. En ce qui concerne le temps de soutirage, la situation est différente, car il n est pas possible de mesurer sans robinet de soutirage. Ainsi, le temps de soutirage est mesuré avec le robinet de soutirage ; une douchette extensible dans une cuisine ou un flexible de douche peut donc prolonger le temps de soutirage. Outre les longues conduites de soutirage et les raccordements peu optimaux des distributeurs, les débits sont une cause fréquente de temps de soutirage trop longs. En plus de mesurer la durée, il est donc important de mesurer le débit et les températures. Température de l eau chaude L hygiène est une exigence absolue. Lorsque les installations de pompe à chaleur ont un bon coefficient de performance (COP), des températures d eau chaude de 45 C à 55 C sont planifiées. On entend souvent l affirmation fausse selon laquelle les pompes à chaleur peuvent seulement atteindre les 55 C. Il faudrait ajouter que les 5/9

6 pompes à chaleur bon marché ne peuvent pas atteindre des températures plus élevées, tout en précisant que ces pompes à chaleur bon marché ne présentent pas non plus le meilleur COP. Les légionelles sont directement liées à la température de l eau chaude. Selon l Office fédéral de la santé publique (OFSP), il y a eu 275 cas de légionelles l année dernière avec un taux de mortalité d environ 10 %. Et ces chiffres n incluent pas les cas non recensés. Compte tenu de cette situation, les prescriptions de l OFSP ont été intégrées de manière conséquente dans la SIA 385. En résumé, l alimentation en eau chaude doit être conçue de manière à atteindre les températures suivantes : 60 C à la sortie du chauffe-eau 55 C dans les conduites maintenues en température (valable pour les rubans autorégulants et la circulation jusqu à l entrée du chauffe-eau) 50 C aux points de puisage Le schéma suivant tiré de l entreprise Geberit illustre très bien pourquoi ces températures ont été définies ainsi pour les installations d eau chaude. Les systèmes fonctionnant avec des températures inférieures à 60 C, par exemple des stations de production d eau chaude sanitaire, sont tout à fait possibles, mais doivent être chauffés pendant une heure à 60 C tous les jours (désinfection) ; d autres processus de désinfection définis par l OFSP peuvent être appliqués. Des différences par rapport aux températures indiquées par l OFSP peuvent être établies dans la convention d utilisation. Cependant, au vu de la trentaine de cas de décès par année, il est recommandé d assortir le renoncement à une désinfection quotidienne d un avertissement formel. Comme mentionné dans le paragraphe précédent : des températures d eau chaude plus basses prolongent les temps de soutirage, ce qui ne conduit pas à des pertes énergétiques plus importantes, mais nuit au confort. Exigences globales Comment les exigences globales se répercutent-elles sur la planification des installations sanitaires? Selon la SIA 385, les exigences globales visent à limiter les pertes de chaleur lors du stockage et de la distribution d eau chaude. La valeur limite de 50 % ne doit pas être dépassée ; autrement dit, les 6/9

7 pertes de chaleur ne doivent pas dépasser 50 % des besoins en chaleur pour l eau chaude. Une valeur cible de 40 % pourrait être convenue avec le maître de l ouvrage. Calculer cet indice de perte de l eau chaude est encore peu habituel et peut être compliqué. La documentation fournira un exemple. A cet égard, il convient de souligner les éléments suivants : Contrairement aux exigences dans les domaines du chauffage et de la ventilation, aucun justificatif n est actuellement requis d office. Si les diverses exigences (isolation thermique, pompes de circulation efficaces, temps de soutirage) sont observées, respecter les exigences globales avec la valeur limite de 50 % n est pas très difficile. Les pertes d une distribution d eau chaude avec ruban autorégulant sont calculées avec un facteur de 2,5. En cas de conditions peu optimales, les exigences globales ne peuvent pas être respectées. Les mesures suivantes améliorent l indice de perte de l eau chaude : Utiliser une pompe de circulation efficace sur le plan énergétique. Vérifier le maintien en température de la distribution d eau chaude, p. ex. circulation tube contre tube plutôt qu une circulation séparée. Améliorer l isolation thermique de l accumulateur et / ou l isolation des conduites d eau chaude maintenues en température, en augmentant l épaisseur de l isolation ou en utilisant des matériaux isolants avec une meilleure valeur lambda. Revoir l emplacement des conduites, accumulateurs, distributeurs, points de soutirage ainsi que la disposition des locaux. Selon la phase de planification, il peut être difficile voire impossible de modifier la disposition des locaux. Dans le domaine de l enveloppe du bâtiment, l introduction de prescriptions en matière d isolation thermique (valeurs U des fenêtres et d autres éléments de construction) avait aussi suscité de grandes discussions quant à leur faisabilité et leur pertinence à l époque. Aujourd hui, elles paraissent majoritairement évidentes. La norme SIA 385 ne permet pas de réduire directement la consommation d eau chaude, mais les mesures prévues visent à limiter les pertes d énergie. Dans le contexte de la Stratégie énergétique 2050, c est certainement la bonne approche. Pour cette raison, il est recommandé d appliquer dès aujourd hui les exigences globales, même sans contrainte officielle. La branche sanitaire serait ainsi préparée à de futures prescriptions énergétiques telles que le MoPEC. Par conséquent, il n est pas possible de répondre de manière définitive à la question initiale. Selon la disposition des locaux, les exigences globales peuvent constituer un défi de taille, que nous ne sommes pas en mesure de relever sans l aide de l architecte. Convention d utilisation Contrairement aux ingénieurs en génie civil, qui concluent une convention d utilisation sur la base de la norme SIA 260, les projeteurs sanitaires ne connaissent pas bien ce document. Cet instrument efficace n est donc malheureusement pas assez employé dans la technique du bâtiment. 7/9

8 L établissement d une convention d utilisation est déjà recommandé dans diverses normes (p. ex. SIA 385/1, SIA 385/2, SN ) et directives (p. ex. directives de planification des installations sanitaires) de la technique du bâtiment et de la technique énergétique. La convention d utilisation est le résultat d un dialogue entre le maître de l ouvrage et l auteur du projet. Elle comprend un catalogue des objectifs émis par le maître de l ouvrage concernant la planification, l exécution et l utilisation d une construction. Ce document est établi lors de la phase de l avant-projet et poursuivi lors des phases du projet de construction et de l appel d offres. La conclusion doit avoir lieu avant l appel d offres à proprement parler. Le document doit être signé par toutes les parties prenantes. La documentation sur les normes SIA 385/1 et 385/2 aborde la convention d utilisation de manière complète et traite la partie relative à l eau chaude en détail. Par rapport à la thématique de l eau chaude, la convention d utilisation doit comprendre les données suivantes : liste des locaux alimentés par de l eau chaude ; liste des points de puisage, avec indication systématique de l appareil et de la robinetterie correspondante ; températures convenues dans le système ; besoins en eau chaude utile convenus ; surface utile des bâtiments, ou directives d occupation en cas de coopérative ; indications sur le profil d utilisation attendu (p. ex. dans un centre de fitness) ; type de production de chaleur avec toutes les indications sur les températures, la disponibilité, etc. Cette énumération n est pas exhaustive. L application Web de suissetec «Conventions d utilisation» est conseillée. A la fin des travaux, la convention d utilisation peut être «reformatée» en un procèsverbal de réception. La question se pose souvent de savoir si des temps de soutirage plus longs peuvent être convenus au moyen d une convention d utilisation. On pourrait penser que c est possible, mais la convention d utilisation ne doit pas servir à contourner les lois, normes et directives en vigueur en définissant des temps de soutirage plus longs et des températures d eau chaude plus basses. Un temps de soutirage plus long conduit à des déperditions plus importantes ; par conséquent, les exigences globales ne peuvent pas être respectées. Par ailleurs, des températures d eau chaude plus basses posent problème au niveau de la légionellose. Dans tous les cas, le projeteur sanitaire doit toujours se demander s il veut «sauver» un mauvais concept de distribution d eau chaude par une convention d utilisation. D une part, cette approche risque de lui causer des problèmes d ordre juridique à un stade ultérieur. D autre part, il n agit pas dans le sens du maître de l ouvrage, même si ce dernier ne veut d abord pas l admettre. Il s agit ici de convaincre et pour y parvenir, il faut soi-même être convaincu des temps de soutirage et des températures d eau chaude. En prenant en compte l efficacité énergétique et la santé des utilisateurs, l argumentation devrait aboutir à de bonnes solutions. 8/9

9 Auteur Urs Lippuner, comité de domaine suissetec, projeteurs Renseignements Le responsable du domaine Sanitaire eau gaz de suissetec se tient à votre disposition pour tout autre renseignement : Marco Uberto tél Zurich, mai /9

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie. L accumulateurs combinés

Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie. L accumulateurs combinés Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie L accumulateurs combinés Introduction Gestion d énergie Aujourd hui, les économies d énergie sont un critère central

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

http://energie.wallonie.be

http://energie.wallonie.be KOSTPRIJS UITGESPAARDE BRANDSTOF 8 7 kostprijs uitgespaarde brandstof (c /kwh) 6 5 4 3 2 kost uitgespaarde brandstof kost kwh electricity kost kwh gas kost kwh mazout 1 0 0 5000 10000 15000 20000 25000

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie LES PLAISIRS de L EAU conjuguer confort et économies d énergie Profitez des plaisirs de l eau tout en diminuant votre consommation CONJUGUER CONFORT ET ÉCONOMIES D ÉNERGIE IL EXISTE UN MOYEN TRÈS SIMPLE

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Des performances exceptionnelles.

Des performances exceptionnelles. Accumulateurs d énergie ROTEX Des performances exceptionnelles. L accumulateur de chaleur haute performance de ROTEX offre une hygiène maximale et un confort optimal de l eau chaude sanitaire. «Lorsqu

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS France ZI Les Chanoux 62 rue Louis Ampère 93330 Neuilly-sur-Marne Tel: 01 48

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P»

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Innovation + Qualité Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Gamme de produits Conditions générales et directives

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

thermodynamiques installés?

thermodynamiques installés? Quelle est l efficacité des chauffe-eau thermodynamiques installés? L efficacité énergétique réelle des chauffe-eau thermodynamiques installés est sans aucun doute intéressante, notamment par rapport à

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude.

Une chaudière mixte est facilement identifiable : elle se déclenche chaque fois que vous ouvrez un robinet d eau chaude. Comment choisir votre douche Le système en place chez vous Lorsque vous choisissez le type de douche dont vous voulez vous équiper, vous devez au préalable vérifier le système de production d eau chaude

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et l environnement Une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d

Plus en détail

L eau chaude sanitaire. Le confort et l efficacité.

L eau chaude sanitaire. Le confort et l efficacité. EAU CHAUDE ÉNERGIES RENOUVELABLES CHAUFFAGE L eau chaude sanitaire. Le confort et l efficacité. CHAUFFE-EAUX INSTANTANÉS Chauffage de l eau décentralisé pour une haute efficacité énergétique 09 2012 Le

Plus en détail

comment procéder? banque assainir l enveloppe de votre bâtiment? quelques pistes par

comment procéder? banque assainir l enveloppe de votre bâtiment? quelques pistes par assainir l enveloppe de votre bâtiment? comment procéder? quelques pistes par en partenariat avec banque présentation du chauffage des bâtimentsyc eau chaude sanitaire (ECS) 50% transports 17% 33% 17%

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

Et ça coûte combien? Info

Et ça coûte combien? Info Et ça coûte combien? Info ...une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d une douche incomparable! Vous êtes

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

Dimensionnement du chauffage central au bois

Dimensionnement du chauffage central au bois Office fédéral de l'énergie Dimensionnement du chauffage central au bois 1 1 Introduction Correctement dimensionné, le chauffage central au bois permet un fonctionnement avantageux de l installation de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

Exemple d une résidence située dans les Yvelines

Exemple d une résidence située dans les Yvelines Exemple d une résidence située dans les Yvelines 4 bâtiments de R+4 étages 97 lots Date de construction : 1969 Chauffage au sol raccordé au chauffage urbain de la ville (Délégation de Service Public )

Plus en détail

PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014

PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014 PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014 2 atlantic Avec ATLANTIC, Fabriqué en France vous trouverez toujours le chauffe-eau

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement!

Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement! Les plaisirs de l eau pour le corps, l esprit et... l environnement! ... une averse fraîche, délassante et économe 3 De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant

Plus en détail

Eau chaude - électricité

Eau chaude - électricité Eau chaude - électricité Depuis 75 ans, «Bulex» est la marque belge par excellence en chauffage, production d eau chaude et ventilation. Au fil de toutes ces années, nous avons acquis un savoirfaire considérable.

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître de l Ouvrage : MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) Objet du marché : RENOVATION D UN

Plus en détail

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE P R O G R A M M E D A C C O M P A G N E M E N T D E S P R O F E S S I O N N E L S www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr RAPPORT CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE CONCEPTION

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge

Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge www.amoes.com Note technique Alimentation en eau chaude des lave-vaisselle et lave-linge N Document NT11-01 Diffusion hors collaborateurs Amoès Version 1.1 Septembre 2011 Autorisée librement X Rédigé par

Plus en détail

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue Bienvenue Directive G1 Directives SIN Le gaz à Nyon Rénovation But de la présentation : La «nouvelle»g1 Les changements principaux, (non exhaustifs) Donner des pistes pour appliquer ces nouvelles prescriptions

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique Aide à l'application EN-3 Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter pour la conception, la mise en place, la transformation

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut

Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut SYSTEME DE VENTILATION A CONDUIT UNIQUE Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut LIMODOR-Plus se charge de couvrir vos besoins quotidiens en eau chaude LIMODOR-PLUS La ventilation confort au

Plus en détail

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Présentation Avantages de la combinaison pompe à chaleur et chaleur solaire

Plus en détail

Utilisation des mitigeurs thermostatiques T.Streiff 01/05/08

Utilisation des mitigeurs thermostatiques T.Streiff 01/05/08 Utilisation des mitigeurs thermostatiques T.Streiff 01/05/08 aractéristiques - Température de consigne réglable manuellement - Les sens des entrées et des sorties doivent être respectés sous peine de non

Plus en détail

Le dépanneur est déjà venu 3 fois et notre dragon domestique est toujours en panne!

Le dépanneur est déjà venu 3 fois et notre dragon domestique est toujours en panne! Le dépanneur est déjà venu 3 fois et notre dragon domestique est toujours en panne! Chère apprenante, cher apprenant Vous avez sous les yeux la check-list qui vous permettra de contrôler votre formation

Plus en détail

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique Aide à l'application EN-3 Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter pour la conception, la mise en place, la transformation

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR POUR DOUCHE RECOH -VERT RECOH -DRAIN RECOH -TRAY RECOH -MULTIVERT Récupération de chaleur grâce à l eau de douche Qu est ce que c est? Suite aux différentes réglementations, les

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

Le système FLEX Une solution intelligente pour le chauffage et la production d eau chaude

Le système FLEX Une solution intelligente pour le chauffage et la production d eau chaude Le système FLEX Une solution intelligente pour le chauffage et la production d eau chaude INDEX 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce que le système FLEX? p. 4 Les sources de chaleur p. 8 La distribution de la chaleur

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Système de chauffage central DDG

Système de chauffage central DDG Système de chauffage central DDG Geberit VOTRE FOYER OU VOTRE POÊLE RACCORDÉ AU CHAUFFAGE CENTRAL http://www.ddg.be Pourquoi le DDG? Nous rêvons tous de l ambiance intime et agréable, et de la douce chaleur

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

DESCRIPTIF DES TRAVAUX DESCRIPTIF DES TRAVAUX MAISON BASSE ENERGIE 27-02-2012 I. Gros-oeuvre fermé I.1. Gros-oeuvre Terrassement, fondations, maçonnerie, plancher et seuils Citerne eau de pluie de 6000 litres I.2. Ossature Ossature

Plus en détail

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet des systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage (SRCED) et: Comment

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail