Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2)"

Transcription

1 Information du domaine Sanitaire eau gaz Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2) Introduction La norme SIA 385/1 «Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments Bases générales et exigences» est parue en mai Elle remplace la norme SIA 385/3 de Elle vise notamment à réduire au strict minimum la consommation d énergie et d eau, ainsi qu à garantir l hygiène dans les installations d eau chaude sanitaire. Sur la base de ces objectifs, des exigences ont été définies pour les temps de soutirage et les températures dans le système, de même que des exigences globales pour les installations d eau chaude sanitaire. La deuxième partie, la norme SIA 385/2 «Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments Besoins en eau chaude, exigences globales et dimensionnement» a été publiée en janvier Cette norme décrit la procédure et les méthodes de calcul pour la planification des installations d eau chaude. La documentation sur ces deux normes, soit la troisième partie, sera disponible au cours du premier semestre Elle doit permettre de clarifier et d approfondir les normes à l aide d exemples. De nombreux malentendus liés à des erreurs d interprétation devraient ainsi être dissipés. La mise en consultation de la norme SIA 385/2 a provoqué de nombreuses discussions et incertitudes au sein de la branche sanitaire. Lors de conférences, des intervenants et membres de commission ont été critiqués et qualifiés d irréalistes. Certes, il peut sembler utopique d influencer le projet d un architecte par des normes. Mais dispose-t-on d un autre moyen pour diminuer les dépenses énergétiques liées à la production d eau chaude? Il apparaît aussi clairement que les projeteurs sanitaires se trouvent dans une position délicate (concepts de distribution plus complexes en raison des temps de soutirage). Dans ce contexte, les questions suivantes se posent : Qu est-ce qui a changé aujourd hui? Faisions-nous mal les choses à l époque? Dans l ancienne norme SIA 385/3 de 1991 figure l article suivant à propos des temps de soutirage (article ) : Domaines d utilisation Pour que les déperditions dues au soutirage se situent dans des limites économiquement acceptables, on peut recommander, pour les temps de soutirage, les valeurs indicatives suivantes : Points de soutirage d eau chaude Temps de soutirage en secondes (s) Lavabos, bidets, douches jusqu à 10 Eviers jusqu à 7 Fondamentalement, rien n a changé concernant les temps de soutirage ; pour les éviers, ils ont même été prolongés. Sur le plan juridique, il existe une différence entre une recommandation de 1991 et une prescription de Néanmoins, le consommateur a toujours attendu un temps de soutirage de 7 à 10 secondes. Auf der Mauer 11, Case postale, 8021 Zurich, T , F ,

2 De nombreuses installations sanitaires fonctionnant parfaitement prouvent qu un grand nombre de choses étaient faites correctement à l époque (consciemment ou non). Les réclamations liées à des temps de soutirage trop longs ne sont pas nouvelles, mais cela n a rien à voir avec les normes. Généralement, l utilisateur se plaint lorsque le temps de soutirage atteint 28 secondes à deux minutes. Aucun professionnel du sanitaire ne pourra prétendre que cette durée est normale. En d autres termes : de très grandes fautes ont été commises dans ces installations. Peut-être que les normes sensibilisent davantage les utilisateurs, et que les réclamations augmenteront. La présente fiche informative doit attirer l attention des projeteurs et des installateurs sanitaires sur ce point afin de garantir des installations d eau chaude efficaces pour les utilisateurs, et réduire ainsi le nombre de réclamations. La présente fiche informative traite des thèmes suivants : temps de soutirage, définitions, calculs et mesures ; température de l eau chaude (hygiène vs économie d énergie). Pour un spécialiste du sanitaire, il devrait être clair que l hygiène prime sur l économie d énergie ; répercussion des exigences globales sur la planification des installations sanitaires ; convention d utilisation. Temps de soutirage La définition suivante figure dans la norme SIA 385/2 : Retard au soutirage Délai qui s écoule entre l ouverture complète du robinet de soutirage et l écoulement de l eau chaude sanitaire à la température de 40 C. Le retard au soutirage équivaut à la somme de la durée de la phase froide et de la durée du réchauffement. Par rapport à l ancienne norme, cette définition est très détaillée et précise. Ce point avait justement suscité de nombreuses questions par le passé. Par exemple, à partir de quand il faut prendre en compte le facteur 2 (temps de soutirage = 2 x phase froide). Dans le cadre juridique, on avance souvent l argument de la date du permis de construire, mais ce n est pas correct. Comme les temps de soutirage sont définis avec précision depuis 2011 et que les conditions «physiques» ne dépendent pas des normes, il faut tenir compte du facteur 2. Pour être plus précis, ce facteur a toujours été valable, mais une grande partie des spécialistes ne l appliquaient pas. La formule suivante est utilisée depuis de nombreuses années : tt = VV CC VV t V C V = temps de soutirage = volume de la conduite = débit Cette formule permet de calculer la durée de la phase froide, mais pas le temps de soutirage. Ainsi, au niveau du temps de soutirage, elle est fausse. Elle ne tient pas compte du fait que l ensemble de la conduite, distributeurs et robinetteries compris, doit être chauffé. Ce paramètre prolonge le temps de soutirage du facteur 2 déjà mentionné. 2/9

3 Ce facteur 2 est une valeur moyenne résultant de mesures effectuées en laboratoire. Il est influencé par la longueur de la conduite, le matériau du tuyau ainsi que les températures et l éventuelle isolation des distributeurs. Dans la pratique, ce facteur peut être plus petit lorsque les conditions sont idéales, et plus grand dans le cas d une mauvaise planification ou exécution. Les températures ont une influence déterminante sur ce facteur et donc sur le temps de soutirage effectif. Il y a d une part la température dans la conduite d eau chaude avant le soutirage et, d autre part, la température de l eau chaude dans la conduite maintenue en température. En laboratoire, les mesures ont systématiquement été effectuées à 12 C. Dans la pratique, la température ne sera jamais inférieure à la température ambiante ou à la température de la gaine. Autrement dit, elle se situe entre 25 C et 35 C. Le facteur peut ainsi diminuer à environ 1,5. Lorsque le distributeur est placé dans la cave non chauffée d une maison individuelle, il est important de déterminer si le distributeur est maintenu en température ou non par la chaleur issue de l accumulateur, et d en tenir compte. Des étudiants de la Haute école de Lucerne ont effectué un essai et obtenu les résultats suivants : Refroidissement du distributeur avec isolation sans isolation situation idéale Isolation: λ = 0,04 W/mK ; ép. = 2 cm Distributeur Optiflex = bronze ¾ " Elimination de légionelles Milieu viable, mais pas de prolifération Température [ C] Prolifération optimale de légionelles Milieu viable, mais pas de prolifération Temps [h] Les mesures montrent que, lorsque le distributeur est parfaitement raccordé et isolé, la température ne descend pas en dessous de 35 C. A droite du diagramme figurent des remarques sur la prolifération des légionelles. On ne peut effectivement pas nier que la prolifération de légionelles est 3/9

4 favorisée par ce maintien en température. Toutefois, il convient de relativiser ce point : d une part, le volume d eau est moindre et, d autre part, il est soutiré plusieurs fois par jour. Cela explique en partie pourquoi les installations planifiées à l époque ne posaient pas nécessairement problème. Le distributeur étant maintenu en température, le temps de soutirage était sensiblement plus court ; autrement dit, sans même que les spécialistes y prêtent attention, le temps de soutirage était respecté. Les températures de l alimentation d eau chaude influencent le temps de soutirage. En d autres termes, en cas de températures plus basses, par exemple à 45 C (stations de production d eau chaude sanitaire), le temps de soutirage effectif correspond à presque trois fois la durée de la phase froide. Il convient de tenir compte de cette remarque et de l intégrer dans les conventions d utilisation. Comment respecter les temps de soutirage : Idéalement, l architecte a conçu les locaux sanitaires de manière optimale et les tracés vers les robinetteries de soutirage sont courts. Comme c est rarement le cas, la distribution d eau chaude doit être planifiée en conséquence. Le distributeur d eau chaude doit être bien placé, c est-à-dire entre les locaux sanitaires. Il faut s écarter de l idée de placer les colonnes montantes dans la salle de bains. Un réduit situé de manière centrale entre les locaux sanitaires constitue peut-être un meilleur emplacement. Souvent, on est contraints de définir des colonnes montantes supplémentaires. S il est ainsi possible d exécuter des conduites de soutirage plus courtes, les pertes énergétiques ne seront pas plus importantes. En d autres termes : grâce aux temps de soutirage courts (< 10 secondes), les pertes énergétiques dues aux colonnes montantes supplémentaires sont largement compensées. La question se pose souvent de savoir si l on peut définir des temps de soutirage plus longs dans une convention d utilisation. Il est clair que c est possible, mais il faut veiller au fait que l on conclut rarement la convention d utilisation avec l utilisateur effectif (p. ex. dans le cas de copropriétés) ; par conséquent, le non-respect des temps de soutirage définis dans la SIA 385 risque de conduire à de longues procédures judiciaires. Le résultat de telles procédures judiciaires n est évidemment pas prévisible, tout comme la position du juge par rapport à la convention d utilisation. Tout spécialiste du sanitaire devrait essayer de planifier une bonne distribution avec des temps de soutirage courts et ne pas se reposer sur une convention d utilisation. Que faut-il éviter? De longues conduites de raccordement depuis le distributeur d eau chaude Distributeur raccordé depuis le haut (thermosiphon comme sur la photo) Amener la circulation vers le distributeur, car cela ne fonctionnera pas dans la pratique pour des raisons hydrauliques Installations avec boîtes doubles Températures basses dans la distribution d eau chaude 4/9

5 Remarque : Les installations avec tés conduisent souvent à de bons résultats au niveau des temps de soutirage car les conduites sont généralement courtes. C est seulement lorsque les conduites de raccordement sont noyées que les tracés sont plus longs et donc les temps de soutirage aussi. Dans le cas des conduites de raccordement noyées, il peut y avoir de plus grandes différences entre la planification et l exécution. Il faut sensibiliser les installateurs à cet aspect pour que les conduites de raccordement soient aussi courtes que possible. Enfin, pour le calcul de la durée de la phase froide, il convient de souligner que les débits suivants doivent être observés : Appareil sanitaire Débit l/s l/min Lavabo, lave-mains, bidet 0,1 6 Douche, table de rinçage, évier 0,2 12 Baignoire 0,3 18 Ces débits sont théoriques ; dans la pratique, ces valeurs peuvent être inférieures, notamment dans le cas de robinetteries et de douchettes à économie d eau. Cela signifie que les résultats obtenus (temps de soutirage) lors des mesures doivent être convertis aux débits indiqués ci-dessus selon une règle de trois. Prenons l exemple d une douche : si un temps de soutirage de 18 secondes résulte de la mesure avec une douchette à économie d eau (6 l/min), les prescriptions de la SIA 385 sont respectées car une robinetterie normale atteindrait un temps de soutirage de 9 secondes seulement. L utilisation de robinetteries et de douchettes à économie d eau devrait être thématisée dans la convention d utilisation. On pourrait ainsi préciser que les variations de température sont courantes dans le cas de robinetteries et de douchettes à économie d eau. De telles variations de température peuvent très difficilement être compensées par d autres mesures. Même un mitigeur thermostatique atteint ses limites, notamment lorsque la température de l eau chaude est baissée en raison d importants efforts d économies. On se demande souvent (précisément lors de mesures sur place) où le temps de soutirage doit être respecté. Cette question trouve son fondement dans la «Directive pour installations d eau potable» W3, qui calcule les pertes de charge jusqu à la dernière équerre de raccordement ; autrement dit, le robinet de soutirage n est pas pris en compte. En ce qui concerne le temps de soutirage, la situation est différente, car il n est pas possible de mesurer sans robinet de soutirage. Ainsi, le temps de soutirage est mesuré avec le robinet de soutirage ; une douchette extensible dans une cuisine ou un flexible de douche peut donc prolonger le temps de soutirage. Outre les longues conduites de soutirage et les raccordements peu optimaux des distributeurs, les débits sont une cause fréquente de temps de soutirage trop longs. En plus de mesurer la durée, il est donc important de mesurer le débit et les températures. Température de l eau chaude L hygiène est une exigence absolue. Lorsque les installations de pompe à chaleur ont un bon coefficient de performance (COP), des températures d eau chaude de 45 C à 55 C sont planifiées. On entend souvent l affirmation fausse selon laquelle les pompes à chaleur peuvent seulement atteindre les 55 C. Il faudrait ajouter que les 5/9

6 pompes à chaleur bon marché ne peuvent pas atteindre des températures plus élevées, tout en précisant que ces pompes à chaleur bon marché ne présentent pas non plus le meilleur COP. Les légionelles sont directement liées à la température de l eau chaude. Selon l Office fédéral de la santé publique (OFSP), il y a eu 275 cas de légionelles l année dernière avec un taux de mortalité d environ 10 %. Et ces chiffres n incluent pas les cas non recensés. Compte tenu de cette situation, les prescriptions de l OFSP ont été intégrées de manière conséquente dans la SIA 385. En résumé, l alimentation en eau chaude doit être conçue de manière à atteindre les températures suivantes : 60 C à la sortie du chauffe-eau 55 C dans les conduites maintenues en température (valable pour les rubans autorégulants et la circulation jusqu à l entrée du chauffe-eau) 50 C aux points de puisage Le schéma suivant tiré de l entreprise Geberit illustre très bien pourquoi ces températures ont été définies ainsi pour les installations d eau chaude. Les systèmes fonctionnant avec des températures inférieures à 60 C, par exemple des stations de production d eau chaude sanitaire, sont tout à fait possibles, mais doivent être chauffés pendant une heure à 60 C tous les jours (désinfection) ; d autres processus de désinfection définis par l OFSP peuvent être appliqués. Des différences par rapport aux températures indiquées par l OFSP peuvent être établies dans la convention d utilisation. Cependant, au vu de la trentaine de cas de décès par année, il est recommandé d assortir le renoncement à une désinfection quotidienne d un avertissement formel. Comme mentionné dans le paragraphe précédent : des températures d eau chaude plus basses prolongent les temps de soutirage, ce qui ne conduit pas à des pertes énergétiques plus importantes, mais nuit au confort. Exigences globales Comment les exigences globales se répercutent-elles sur la planification des installations sanitaires? Selon la SIA 385, les exigences globales visent à limiter les pertes de chaleur lors du stockage et de la distribution d eau chaude. La valeur limite de 50 % ne doit pas être dépassée ; autrement dit, les 6/9

7 pertes de chaleur ne doivent pas dépasser 50 % des besoins en chaleur pour l eau chaude. Une valeur cible de 40 % pourrait être convenue avec le maître de l ouvrage. Calculer cet indice de perte de l eau chaude est encore peu habituel et peut être compliqué. La documentation fournira un exemple. A cet égard, il convient de souligner les éléments suivants : Contrairement aux exigences dans les domaines du chauffage et de la ventilation, aucun justificatif n est actuellement requis d office. Si les diverses exigences (isolation thermique, pompes de circulation efficaces, temps de soutirage) sont observées, respecter les exigences globales avec la valeur limite de 50 % n est pas très difficile. Les pertes d une distribution d eau chaude avec ruban autorégulant sont calculées avec un facteur de 2,5. En cas de conditions peu optimales, les exigences globales ne peuvent pas être respectées. Les mesures suivantes améliorent l indice de perte de l eau chaude : Utiliser une pompe de circulation efficace sur le plan énergétique. Vérifier le maintien en température de la distribution d eau chaude, p. ex. circulation tube contre tube plutôt qu une circulation séparée. Améliorer l isolation thermique de l accumulateur et / ou l isolation des conduites d eau chaude maintenues en température, en augmentant l épaisseur de l isolation ou en utilisant des matériaux isolants avec une meilleure valeur lambda. Revoir l emplacement des conduites, accumulateurs, distributeurs, points de soutirage ainsi que la disposition des locaux. Selon la phase de planification, il peut être difficile voire impossible de modifier la disposition des locaux. Dans le domaine de l enveloppe du bâtiment, l introduction de prescriptions en matière d isolation thermique (valeurs U des fenêtres et d autres éléments de construction) avait aussi suscité de grandes discussions quant à leur faisabilité et leur pertinence à l époque. Aujourd hui, elles paraissent majoritairement évidentes. La norme SIA 385 ne permet pas de réduire directement la consommation d eau chaude, mais les mesures prévues visent à limiter les pertes d énergie. Dans le contexte de la Stratégie énergétique 2050, c est certainement la bonne approche. Pour cette raison, il est recommandé d appliquer dès aujourd hui les exigences globales, même sans contrainte officielle. La branche sanitaire serait ainsi préparée à de futures prescriptions énergétiques telles que le MoPEC. Par conséquent, il n est pas possible de répondre de manière définitive à la question initiale. Selon la disposition des locaux, les exigences globales peuvent constituer un défi de taille, que nous ne sommes pas en mesure de relever sans l aide de l architecte. Convention d utilisation Contrairement aux ingénieurs en génie civil, qui concluent une convention d utilisation sur la base de la norme SIA 260, les projeteurs sanitaires ne connaissent pas bien ce document. Cet instrument efficace n est donc malheureusement pas assez employé dans la technique du bâtiment. 7/9

8 L établissement d une convention d utilisation est déjà recommandé dans diverses normes (p. ex. SIA 385/1, SIA 385/2, SN ) et directives (p. ex. directives de planification des installations sanitaires) de la technique du bâtiment et de la technique énergétique. La convention d utilisation est le résultat d un dialogue entre le maître de l ouvrage et l auteur du projet. Elle comprend un catalogue des objectifs émis par le maître de l ouvrage concernant la planification, l exécution et l utilisation d une construction. Ce document est établi lors de la phase de l avant-projet et poursuivi lors des phases du projet de construction et de l appel d offres. La conclusion doit avoir lieu avant l appel d offres à proprement parler. Le document doit être signé par toutes les parties prenantes. La documentation sur les normes SIA 385/1 et 385/2 aborde la convention d utilisation de manière complète et traite la partie relative à l eau chaude en détail. Par rapport à la thématique de l eau chaude, la convention d utilisation doit comprendre les données suivantes : liste des locaux alimentés par de l eau chaude ; liste des points de puisage, avec indication systématique de l appareil et de la robinetterie correspondante ; températures convenues dans le système ; besoins en eau chaude utile convenus ; surface utile des bâtiments, ou directives d occupation en cas de coopérative ; indications sur le profil d utilisation attendu (p. ex. dans un centre de fitness) ; type de production de chaleur avec toutes les indications sur les températures, la disponibilité, etc. Cette énumération n est pas exhaustive. L application Web de suissetec «Conventions d utilisation» est conseillée. A la fin des travaux, la convention d utilisation peut être «reformatée» en un procèsverbal de réception. La question se pose souvent de savoir si des temps de soutirage plus longs peuvent être convenus au moyen d une convention d utilisation. On pourrait penser que c est possible, mais la convention d utilisation ne doit pas servir à contourner les lois, normes et directives en vigueur en définissant des temps de soutirage plus longs et des températures d eau chaude plus basses. Un temps de soutirage plus long conduit à des déperditions plus importantes ; par conséquent, les exigences globales ne peuvent pas être respectées. Par ailleurs, des températures d eau chaude plus basses posent problème au niveau de la légionellose. Dans tous les cas, le projeteur sanitaire doit toujours se demander s il veut «sauver» un mauvais concept de distribution d eau chaude par une convention d utilisation. D une part, cette approche risque de lui causer des problèmes d ordre juridique à un stade ultérieur. D autre part, il n agit pas dans le sens du maître de l ouvrage, même si ce dernier ne veut d abord pas l admettre. Il s agit ici de convaincre et pour y parvenir, il faut soi-même être convaincu des temps de soutirage et des températures d eau chaude. En prenant en compte l efficacité énergétique et la santé des utilisateurs, l argumentation devrait aboutir à de bonnes solutions. 8/9

9 Auteur Urs Lippuner, comité de domaine suissetec, projeteurs Renseignements Le responsable du domaine Sanitaire eau gaz de suissetec se tient à votre disposition pour tout autre renseignement : Marco Uberto tél Zurich, mai /9

Notice technique. Chauffe-eau instantanés (stations et modules de production d eau chaude sanitaire) Fonction. Avril 2016

Notice technique. Chauffe-eau instantanés (stations et modules de production d eau chaude sanitaire) Fonction. Avril 2016 Schweizerisch-Liechtensteinischer Gebäudetechnikverband Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment Associazione svizzera e del Liechtenstein della tecnica della costruzione Associaziun

Plus en détail

JURISPRUDENCE. PS Plomberie Sanitaire Juin 2008. Objet : Double problématique des douches/baignoires et des WC dans les salles d eau/de bains

JURISPRUDENCE. PS Plomberie Sanitaire Juin 2008. Objet : Double problématique des douches/baignoires et des WC dans les salles d eau/de bains JURISPRUDENCE PS Plomberie Sanitaire Juin 2008 Objet : Double problématique des douches/baignoires et des WC dans les salles d eau/de bains 1) DOUCHES/BAIGNOIRES Les référentiels Qualitel et Environnement

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Descriptif du chantier test :

Descriptif du chantier test : Descriptif du chantier test : Réfection du réseau d ECS en cuivre dans un pavillon individuel de 1982, le réseau cuivre a été refait avec des tubes multicouches préisolés avec 10mm de silice morphe 2inToob.

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION DJS France Centre Paris Pleyel - 153 bd Anatole France - 93521 Saint-Denis Cedex 01 Tél : 01 83 64 66 59 / 06 77 55 85 38 - Fax : 01 83 64

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Organisation de l'entreprise Expliquer et appliquer les procédures de l'entreprise Objectifs évaluateurs Décrire le plan directeur et l'organigramme de l'entreprise Expliquer et

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Chauffe-eau Notice Technique

Chauffe-eau Notice Technique Présentation du chauffe-eau 1 - Tubulure de puisage en acier inoxydable 2 - Protection intérieure par émaillage 3 - Résistance stéatite 4 - Générateur de courant (technique Thermor) 5 - Anode active en

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM SARL Solénove Énergie 220 rue de Chemeau 45560 Saint Denis en Val, France Tél : 02 38 49 14 90 Email : info@solenove-energie.fr Sommaire 1. Dimensionnement

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

Notice technique. Prescriptions. Planification. Novembre 2014. Domaine Clima chauffage

Notice technique. Prescriptions. Planification. Novembre 2014. Domaine Clima chauffage Schweizerisch-Liechtensteinischer Gebäudetechnikverband Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment Associazione svizzera e del Liechtenstein della tecnica della costruzione Associaziun

Plus en détail

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS France ZI Les Chanoux 62 rue Louis Ampère 93330 Neuilly-sur-Marne Tel: 01 48

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

Guide du logiciel PEB

Guide du logiciel PEB Guide du logiciel PEB pour les pompes à chaleur General Pour certificateurs PEB et architectes Ce manuel vous guide dans l intégration de notre bibliothèque de produits General dans votre logiciel PEB.

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment ventilation CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment ventilation CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Organisation de l'entreprise Expliquer et appliquer les procédures de l'entreprise Objectifs évaluateurs Décrire le plan directeur et l'organigramme de l'entreprise Expliquer et

Plus en détail

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables.

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables. 1 FICHE OX «GESTION DE L AIR PERFORMANTE DANS LES LOCAUX A USAGE INTERMITTENT (NEUF OU EXISTANT) PAR AUTOMATISATION DES DEBITS EN FONCTION DE LA PRESENCE OU DU TAUX DE CO 2» 1/ Contexte et Enjeux De nombreux

Plus en détail

Consommation d'eau chaude

Consommation d'eau chaude TIPPS Des tuyaux pour les professionnels Domotec SA Aarburg Édition 16.21 06/2008 Consommation d'eau chaude L eau chaude, c est plaisir, joie de vivre et bien-être Chaque jour, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Ordonnance sur la procédure d expertise énergétique des chauffe-eau, des réservoirs d eau chaude et des accumulateurs de chaleur

Ordonnance sur la procédure d expertise énergétique des chauffe-eau, des réservoirs d eau chaude et des accumulateurs de chaleur Ordonnance sur la procédure d expertise énergétique des chauffe-eau, des réservoirs d eau chaude et des accumulateurs de chaleur 730.012.1 du 15 avril 2003 (Etat le 22 avril 2003) Le Département fédéral

Plus en détail

La gravité n est pas toujours une bonne idée

La gravité n est pas toujours une bonne idée La gravité n est pas toujours une bonne idée Ralf Schomäcker, Responsable Produit Déplacer de grandes quantités de sol, placer des tuyauteries interminables, déplacer les conduits des égouts, creuser dans

Plus en détail

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Dans cette partie, nous analyserons la pertinence de l'installation de panneaux solaires thermiques dans le but de soutenir la production d'eau chaude sanitaire.

Plus en détail

http://energie.wallonie.be

http://energie.wallonie.be KOSTPRIJS UITGESPAARDE BRANDSTOF 8 7 kostprijs uitgespaarde brandstof (c /kwh) 6 5 4 3 2 kost uitgespaarde brandstof kost kwh electricity kost kwh gas kost kwh mazout 1 0 0 5000 10000 15000 20000 25000

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps?

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES. b) Peut-on raccorder un chauffe-eau DJS sur le lavabo et la douche en même temps? CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES INSTANTANÉS DJS QUESTIONS/ REPONSES 1- Installation a) Peut-on raccorder une douche au chauffe eau instantané DJS? Oui, à partir du modèle FDCH 70 (7,5 kw). En dessous le débit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 29 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Les économies d énergie avec Synco

Les économies d énergie avec Synco Les économies d énergie avec Synco Conseils et astuces pour l utilisateur final *Des réponses pour les infrastructures Answers for infrastructure*. 1 2 Sommaire Situation actuelle et potentiels d économie...

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS Caractéristiques techniques Applications Tableau comparatif des puissances Installation Comparaison Chauffe eau Instantané et Ballon DJS France ZI Les

Plus en détail

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie LES PLAISIRS de L EAU conjuguer confort et économies d énergie Profitez des plaisirs de l eau tout en diminuant votre consommation CONJUGUER CONFORT ET ÉCONOMIES D ÉNERGIE IL EXISTE UN MOYEN TRÈS SIMPLE

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été.

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Auteurs : Jacques Gilbert et Ulrike Koster, DuPont Building Innovations DuPont de Nemours

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

ACSplus. Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre.

ACSplus. Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre. ACSplus Le système d intercalaire périphérique optimisé de Glas Trösch. Ou comment améliorer encore une bonne fenêtre. Quel plaisir d avoir de nouvelles fenêtres équipées de verres isolants modernes qui

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt B ÂTIMENTS Les instances de cette copropriété de plus de 900 logements ont réussi

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Contenu Le présent document traite des exigences relatives au décompte individuel des frais de chauffage et

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Et ça coûte combien? Info

Et ça coûte combien? Info Et ça coûte combien? Info ...une averse fraîche, délassante et économe De la peine à vous réveiller? Gagnez votre tonus quotidien sous le jet agréable et vivifiant d une douche incomparable! Vous êtes

Plus en détail

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower On parle de «derating» en température lorsque l onduleur réduit sa puissance afin de protéger les composants contre toute

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010

SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010 SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010 1 DIRECTIVES SSIGE W3 ÉTABLISSEMENT D INSTALLATIONS D EAU DE BOISSON Jean-Jacques Hasler, Responsable du Contrôle des installations intérieures Eau et

Plus en détail

Bonnes pratiques PLOMBERIE PL- 27 Nouvelles précisions concernant les zones de mousse de détergent dans un réseau d évacuation de plomberie L article 2.4.2.1, aux alinéas 4), 6) et 7), du Chapitre III

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Ventiler pour refroidir les céréales stockées

Ventiler pour refroidir les céréales stockées 10 QUALITÉ Ventiler pour refroidir les céréales stockées Une conduite à moduler avec le climat La ventilation est la meilleure méthode pour refroidir les céréales stockées et, donc, conserver leurs qualités

Plus en détail

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat.

Aides financières pour la rénovation. sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Aides financières pour la rénovation sur l enveloppe du bâtiment de la part de l Etat. Les aides financières accordés aux mesures individuelles réalisées sur l enveloppe du bâtiment dépendent du standard

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat!

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Programme Bâtiments Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Décidez-vous à entreprendre une rénovation! Nous vous soutenons dans cet effort. En vue d une contribution durable à une

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

RÉGIE DE L'ÉNERGIE GAZIFÈRE INC; Demanderesse - ET - Intervenante PLAN D ARGUMENTATION DE L ACEF DE L OUTAOUAIS

RÉGIE DE L'ÉNERGIE GAZIFÈRE INC; Demanderesse - ET - Intervenante PLAN D ARGUMENTATION DE L ACEF DE L OUTAOUAIS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: R-3724-2010 Phase 4 RÉGIE DE L'ÉNERGIE Demande relative au renouvellement du mécanisme incitatif, à la fermeture réglementaire des livres pour la période

Plus en détail

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES

DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DOSSIER EVACUATION DES EAUX USEES DEFINITIONS DISPOSITIONS GENERALES SCHEMA DE RACCORDEMENT DIMENSIONNEMENT DES RACCORDEMENTS D APPAREILS 1 Les eaux usées sont d une manière générale les eaux qui, ayant

Plus en détail

Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie. L accumulateurs combinés

Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie. L accumulateurs combinés Accumulateurs de chaleur et de froid Accumulateurs combinés Chauffe-eau Gestion d énergie L accumulateurs combinés Introduction Gestion d énergie Aujourd hui, les économies d énergie sont un critère central

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr DOSSIER DE PRESSE Deuxième saison : Service de prêt de matériels de mesures pour les pertes d énergie (chauffage, électricité, eau) à destination des Bisontins : résidents et activités tertiaires Contacts

Plus en détail

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Administration Expliquer et respecter les procédures en vigueur dans l'entreprise Expliquer et décrire les procédures du métier Développement durable Utiliser avec discernement les

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6

Climat des locaux. Climat des locaux Page 1 sur 6 Climat des locaux Climat des locaux Page 1 sur 6 Dangers principaux Composition de l air / proportion d air frais L atmosphère qui nous entoure contient 21 % d oxygène, 78 % d azote, de petites quantités

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Présenté par : Sonia Veilleux, Ambioner 28 avril 2014 Introduction Le principe de base dans la gestion des matières 1. Réduire 2. Réutiliser

Plus en détail