DOCUMENT DE CONSULTATION. Les Mutuelles dans une Europe élargie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT DE CONSULTATION. Les Mutuelles dans une Europe élargie"

Transcription

1 DOCUMENT DE CONSULTATION Les Mutuelles dans une Europe élargie 03/10/2003 1

2 DOCUMENT DE CONSULTATION LES MUTUELLES DANS UNE EUROPE ELARGIE 03/10/ INTRODUCTION LES MUTUELLES EN EUROPE QU EST-CE QU UNE MUTUELLE? Principes généraux Historique de la création des mutuelles et évolution Secteurs d activités actuels et importance des mutuelles PRINCIPALES DIFFERENCES PAR RAPPORT AUX SOCIETES PRIVILEGIANT LES INTERETS DES INVESTISSEURS REALISATIONS DES MUTUELLES Valeur ajoutée des mutuelles : les valeurs de solidarité Accès aux soins Inclusion sociale Responsabilité sociale des entreprises et Développement durable LIMITES ET DILEMMES DE LA FORME MUTUELLE CADRE REGLEMENTAIRE ET LEGISLATIF LES LEGISLATIONS Les législations nationales La législation européenne et le droit européen dérivé Les mutuelles et les traités Les mutuelles et le droit européen dérivé CHANGEMENTS STRUCTURELS ET CONCURRENCE Concurrence Les services d intérêt général ÉVOLUTIONS Croissance et concentration Transformation de la forme juridique LE STATUT DE LA MUTUALITE EUROPEENNE Historique Importance du statut et champ d application Principales dispositions Répercussion du statut sur les législations nationales DEVELOPPEMENT ET PERSPECTIVES MUTUELLES ET POLITIQUES COMMUNAUTAIRES Facteur d inclusion social l accès au logement Politique de l emploi Services d intérêt général Société de l information et de la communication Services financiers Cautionnement mutuel ÉLARGISSEMENT ET COOPERATION INTERNATIONALE Élargissement Coopération internationale ACCES DES MUTUELLES AUX PROGRAMMES ET FINANCEMENTS COMMUNAUTAIRES REPRESENTATION Mutuelles et administrations publiques nationales Mutuelles et autorités européennes Mainstreaming Mutuelles et organisations représentatives Besoin de données statistiques fiables

3 1. Introduction En Europe, 120 millions de personnes sont couvertes par une mutuelle de santé ; dans de nombreux États membres, les mutuelles occupent une place très importante sur le marché de l assurance 1 et en matière bancaire, 30 % du marché britannique des dépôts bancaires est dominé par les banques mutuelles («Building societies» voir point 2.1.2). Le poids économique des sociétés mutuelles et leur enracinement dans la société en font des acteurs incontournables de l économie européenne. Elles sont des entreprises à part entière, qui opèrent dans les mêmes marchés que les sociétés de capitaux axées sur les besoins des investisseurs. A l instar des autres formes d entreprises, elles doivent être concurrentielles et faire face aux défis posés par la mondialisation de l économie, à l internationalisation des échanges, aux concentrations ou encore aux changements technologiques. Stimuler et dynamiser l'esprit d'entreprise est une priorité de l Union européenne. Ainsi que l indique le Livre vert sur l esprit d entreprise 2, «Il est une condition nécessaire pour augmenter le nombre d'entreprises nouvelles et prospères, déterminées à tirer parti de l'ouverture des marchés et pour leur permettre de s'engager dans la voie de la créativité et de l'innovation en vue d une exploitation commerciale de leurs produits et services à une plus grande échelle.» Il est aujourd hui admis que la croissance durable d une entreprise dépend non seulement de ses performances économiques, mais également de son comportement responsable en matière sociale et environnementale. Les entreprises mutualistes, basées sur des valeurs de solidarité et plaçant l usager au centre du système, intègrent des intérêts divers dans leurs objectifs. Ces mêmes principes en font des acteurs importants dans la prestation de services d intérêt général. La diversité des formes d entreprendre est une richesse pour l Europe et pour son économie, et elle se doit d en garantir l effectivité, notamment en traitant toutes les formes de sociétés de façon égale, en mettant à leur disposition un cadre juridique adapté aux spécificités de chacune, leur permettant de développer librement leurs activités et leurs potentialités. Le droit «d entreprendre autrement» doit être reconnu et encouragé à tous les niveaux. Le présent document décrit les principales caractéristiques des sociétés mutuelles, leur mode de fonctionnement ; il explore les secteurs d activités où elles sont actives, leurs réalisations et la valeur ajoutée de cette forme de société. Le chapitre 3, consacré à la réglementation des mutuelles, fait apparaître certaines lacunes quant aux instruments juridiques mis à leur disposition (notamment pour permettre leur regroupement) ; il attire également l'attention sur la nécessité d'adopter 1 Par exemple en France, 50 % du marché de l assurance auto est détenu par les mutuelles d assurance. En Allemagne, les mutuelles d assurance représentent 22 % du marché de l assurance toutes branches confondues. 2 COM(2003) 27 final, 21/01/

4 une réglementation européenne sous la forme du statut de la mutualité européenne afin qu elles puissent profiter pleinement des opportunités que leur offre le grand marché européen, tout en gardant leurs spécificités. Cet instrument est attendu par le monde mutualiste depuis plus de vingt ans. Une meilleure connaissance des sociétés mutuelles doit leur permettre, dans toute l Union européenne, y compris dans les futurs États membres,: D'offrir aux citoyens des possibilités d entreprendre autrement, mais également de se procurer des biens et services d une façon différente ; De bénéficier d un cadre juridique adapté à leurs particularités, leur permettant d opérer sur le marché dans des conditions d égale concurrence avec les autres formes de sociétés. D'être intégrées dans toutes les politiques les concernant, par une meilleure compréhension de leur contribution potentielle. De développer de nouvelles activités et explorer de nouveaux secteurs. D'établir, sans perdre leurs caractères mutualistes, des collaborations transnationales afin de faire face aux défis d une concurrence toujours plus forte. Ce document doit permettre à la Commission de parfaire sa connaissance des difficultés juridiques rencontrées par les mutuelles, sur leur besoin de législation adaptée à leurs spécificités, sur l intérêt qu elles manifestent quant à la création d un statut européen qui leur soit propre. Les questions qui émaillent le document portent sur des points à propos desquels la Commission souhaite plus particulièrement connaître l avis des parties intéressées. Une annexe au document récapitule ces questions. Tout autre commentaire et/ou suggestion sont les bienvenus. 2. Les mutuelles en Europe 2.1. Qu est-ce qu une mutuelle? Les traditions mutualistes variant considérablement entre les États membres, la question de la définition a toujours soulevé de grandes difficultés. Les mutuelles répondent aux mêmes principes que les autres composantes de l économie sociale (les coopératives et les associations) : il s agit d un groupement volontaire de personnes (physiques ou morales) ayant pour finalité la satisfaction des besoins des membres, et non pas la rémunération d un investissement. Ces formes de sociétés fonctionnent selon des principes de solidarité entre les membres et de participation de ces derniers à la gouvernance d entreprise. Elles relèvent du droit privé. Les profits et excédents réalisés ne servent pas à rémunérer des investissements ; ils sont utilisés pour améliorer les services proposés aux membres, financer et développer l entreprise, augmenter les fonds propres, ou, dans certaines limites, sont redistribués aux membres, sous diverses formes. Contrairement aux coopératives, dont le capital est divisé en parts sociales, les fonds propres des mutuelles sont gérés de façon collective et indivisible. L adhésion à une mutuelle s opère par le paiement d une contrepartie aux services rendus par la mutuelle, et non pas par l achat d une part dans le capital de la société. Le candidat à l adhésion n a donc pas à supporter une charge financière lourde pour devenir membre. D autre part, les membres n ayant aucun droit de propriété sur une 4

5 part du capital de la mutuelle, leur départ de la société n ampute pas celle-ci d une partie de ses fonds, lesquels continueront à profiter à la collectivité des membres Principes généraux - Absence de part sociale ou d action : Les fonds des sociétés mutuelles ne sont représentés ni par des actions, ni par des parts sociales qui procureraient un rendement (même faible) à leurs détenteurs. Les mutuelles opèrent grâce à un fonds d établissement ou fonds propres -, constitué par les membres ou par l emprunt. Ces fonds sont la propriété collective et indivisible de la mutuelle. - Liberté d adhésion Les mutuelles sont accessibles à toute personne qui remplit les conditions éventuellement prévues dans les statuts et qui adhère aux principes mutualistes. On distingue généralement les mutuelles dites «ouvertes» (elles accueillent tous les adhérents, sans condition particulière ; C est par exemple le cas des mutuelles de santé en Belgique) des mutuelles dites «fermées» (l adhésion des membres est subordonnée au respect de conditions, par exemple à caractère géographique ou socioprofessionnel, définies dans les statuts de la mutuelle. Dès lors que le postulant remplit les conditions objectives d adhésion, la mutuelle l accepte comme membre, sans aucune forme de discrimination. C est notamment le cas des mutuelles ouvertes aux seuls enseignants ou aux commerçants). - But non exclusivement lucratif : L objectif premier des mutuelles n est pas de faire du profit, mais de satisfaire les intérêts des membres voire, dans certains cas, les intérêts d un cercle plus large. La personne, et non le capital, est donc au centre de l activité des mutuelles. Absence de but exclusivement lucratif ne signifie pas absence d activités économiques, ni que les mutuelles ne cherchent pas à être rentables, ou même à dégager des excédents. Pour être viables et assurer leur pérennité, les entreprises mutuelles se doivent d être concurrentielles et sont tenues d équilibrer leurs comptes. C est dans l affectation du profit que les mutuelles se distinguent des sociétés de capitaux : les excédents ne servent pas à rémunérer du capital. Ils sont réinvestis afin d améliorer les services proposés aux membres, de financer le développement de l entreprise, d augmenter les fonds propres, ou encore, dans certaines limites, sont redistribués aux membres. - Solidarité : Les membres d une mutuelle cherchent à répondre à des attentes individuelles par une action collective : ils mettent en commun des ressources et/ou des activités pour satisfaire les besoins de tous. - Démocratie : Le fonctionnement des mutuelles repose sur une gestion démocratique, les membres participant à la gouvernance de l entreprise selon des modalités de représentation qui varient entre les États membres. En vertu du principe «une personne une voix», chaque membre dispose d un pouvoir égal au sein des instances de décision. Si, en pratique, ce principe est souvent aménagé pour permettre une certaine pondération des voix, le caractère démocratique est généralement préservé par les limites mises par les statuts quant au nombre de voix que peut détenir un membre. - Autonomie de gestion. Les entreprises de forme mutuelle sont des entreprises autonomes, qui ne dépendent pas de subventions publiques pour subsister. 5

6 Historique de la création des mutuelles et évolution La mutualité puise ses racines dans des temps très anciens, puisqu on en trouve déjà la trace en Basse-Egypte dès le IV millénaire avant Jésus-Christ sous la forme d une caisse d entraide entre les tailleurs de pierre. Au Moyen Âge, dans le secteur de l assurance, des groupements de secours mutuel se sont développés pour apporter une contribution financière aux personnes blessées dans un accident ou victime d un incendie. D autres groupements fonctionnant selon les principes d une mutuelle d assurance ont fait leur apparition un peu plus tard : création d une mutuelle d assurance pour les moulins aux Pays-Bas en 1663 ou de la «British Amicable Society for Perpetual Insurance Office» au Royaume-Uni en En France, les Caisses de secours, véritables mutuelles régionales contre l incendie et la grêle, voient le jour au XVIII siècle. Les mutuelles ont pris une place importante dans le milieu agricole dès le début du XX siècle (ex. : Localinsurance Mutual Company, Finlande, fut créée en 1917 par l Union des fermiers), les membres souhaitant se prémunir contre les risques liés à l activité (grêle, mortalité du bétail, incendie, etc.). Le mouvement mutualiste toucha ensuite d autres couches socioprofessionnelles, tels que les commerçants, les enseignants ou les médecins qui recoururent à cette forme d organisation de l assurance, non seulement pour se prémunir contre les risques professionnels, mais également contre ceux touchant tous les secteurs de leur vie privée. En France, par exemple, la MAIF (Mutuelle d assurance des instituteurs de France) fut créée en 1934 par 301 instituteurs. Elle compte aujourd hui plus de deux millions de membres. Ce sont également des professeurs qui établirent, en 1880, au Danemark, la société LB Group. En Belgique, la SMAP (Société Mutuelle des Administrations Publiques) voit le jour en 1919, fondée par des représentants des communes. En matière de santé, c est lors de la révolution industrielle, au XIX siècle, que le concept mutualiste prend véritablement son envol. Ces transformations sociétales font apparaître de nouvelles formes de solidarité et diverses initiatives de prévoyance sociales voient le jour. Les ouvriers se réunissent pour créer des «caisses de secours» qui financent le paiement d allocations journalières aux travailleurs en incapacité, les soins nécessaires à leur rétablissement, l achat de maison ou encore le remboursement des frais funéraires. Ces caisses se confondent pendant un certain temps avec les caisses de grève. C est à cette même époque que l on assiste, en Allemagne, à la création des premières coopératives de crédit (les Caisses Raiffeisen) 3. Ces caisses de secours se multiplient au XIX siècle et au début du XX. Les cotisations des membres sont fixées sur base d une mise en commun des risques. A cette époque, beaucoup de mutualités sont également impliquées dans la délivrance de soins par le biais d institutions nées à leur initiative ou de prestataires avec lesquels elles ont passé des contrats afin de mieux contrôler les prix et l offre de soins médicaux. Cette pratique se poursuivra jusqu à nos jours. 3 Sur l évolution des coopératives, voir le document «les coopératives dans l Europe Entrepreneuriale» 6

7 Dans la plupart des pays européens, ces mutualités sont à la base des systèmes publics de protection sociale à base de répartition sociale 4 structurés par des organisations non lucratives. Ils permettent aux travailleurs victimes d un risque social d être protégés dans le cadre d une assurance sociale. Les grands régimes de Protection Sociale furent créés après La fonction des mutuelles diverge alors en fonction des options prises par les États. Ainsi, en Belgique, elles sont chargées de gérer le régime obligatoire de sécurité sociale. D autres États choisissent une gestion de la Protection sociale (maladie, pensions) par un service public géré soit par l État lui-même, soit par les Régions. C est notamment le cas en Espagne. Les mutuelles y jouent alors un rôle alternatif et développent des activités d'assurance maladie complémentaire. En France, la gestion du régime de base est partagée entre les mutuelles et l État, celuici gérant la majeure partie. Enfin, dans la plus part des économies planifiées des futurs États membres, l État gérait les services médicaux et sociaux, et les mettait gratuitement à la disposition de l ensemble de la population. Les premières «Building society», quant à elles, furent créées au Royaume-Uni en Il s agissait de groupements d entraide qui collectaient et mettaient en commun l épargne de leurs membres. Lorsque les fonds étaient suffisants, un bâtiment était acheté ou construit, et un tirage au sort déterminait à quel membre il serait attribué. Le groupement était dissout lorsque tous les membres avaient trouvé à se loger. La forme moderne des «building societies» date de 1850 ; elles acceptèrent alors les investissements de personnes ne souhaitant pas nécessairement acheter une maison. D un autre côté, ceux qui désirent acquérir une habitation ne sont pas obligés d épargner préalablement à l achat. Les «building societies» comptent actuellement environ 18 millions de membres au Royaume-Uni. Les mutuelles sont donc nées de la volonté de personnes désireuses de se regrouper, de mettre en commun des ressources et des activités pour satisfaire les besoins d une communauté ainsi constituée. Répondant à une demande non satisfaite par les autres formes de sociétés, elles ont posé les bases non seulement de leur propre développement, mais souvent aussi de celui d autres formes d entreprises dans ces mêmes secteurs d activités. La mutuelle des motards, fondée en 1983, illustre bien cette volonté d un groupe de personnes ayant des besoins communs et rencontrant les mêmes difficultés pour les satisfaire de constituer une mutuelle répondant exactement à leurs attentes (les primes demandées par les assureurs non spécialisés dans un tel risque étant souvent très élevées) Secteurs d activités actuels et importance des mutuelles Le développement d activités sous forme mutuelle plutôt que sous forme coopérative (ou associative) et vice versa dépend essentiellement de la culture, de la tradition propre à chaque État membre. 4 Il convient de distinguer la répartition sociale qui repose sur la mise en commun d une partie de la rémunération (cotisations sociales) de la répartition publique qui repose sur le prélèvement de l impôt. 7

8 Les mutuelles ont connu un développement très important dans les secteurs où elles ont «historiquement» été créées : l assurance, la prévoyance et la santé, le secteur bancaire. Elles n ont par contre que très peu trouvé dans les législations nationales les moyens juridiques de développer de manière significative d autres secteurs d activités. En matière de santé, les mutuelles sont présentes dans tous les États membres, que ce soit en gérant directement le système de protection obligatoire, en proposant une couverture complémentaire ou bien encore en développant des activités de prévoyance, d entraide, d assistance médicale ou sociale, etc Pour ce qui est des mutuelles actives dans les secteurs de l assurance dommage (incendie, accident, risques divers) ou de l assurance vie, elles sont présentes dans pratiquement tous les États membres. L importance économique des mutuelles dans ces secteurs varie fortement entre les États membres. Très présentes sur les marchés français et allemands (cf. introduction), elles sont relativement discrètes sur le marché italien, et totalement absente du marché grecque, où la législation réserve ces activités aux sociétés de capitaux ou aux coopératives. Au Royaume-Uni, les «building societies» (banques mutuelles) détiennent 18 % des parts tant du marché anglais des prêts hypothécaires que de celui des dépôts bancaires (chiffres 2003). En terme d emploi, une étude pilote réalisée par EUROSTAT en 2001 dans quelques États membres montre qu en 1998, en France, les mutuelles représentaient % des emplois dans le secteur de l intermédiation financière. En Finlande et en Suède, ce taux, dans ce même secteur, était de 13 %. Toujours en terme du nombre d employés, le taux de croissance annuel moyen des mutuelles, entre 1995 et 1998, était de 1.46 % en France dans le secteur de l intermédiation financière, de % en Espagne dans la catégorie «autres activités communautaires, sociales et services personnels» et de % dans le secteur des «activités immobilières, locatives et commerciales». Q1 Existe-t-il, dans les États membres, actuels et futurs, d autres types d activités entreprises sous forme mutuelle? 2.2. Principales différences par rapport aux sociétés privilégiant les intérêts des investisseurs N émettant pas d action cotée, les mutuelles ne sont pas exposées à une O.P.A. ou au rachat de capital. En période de crise boursière, l effet déstabilisateur de la chute des cours n affecte que modérément les mutuelles, qui jouent ainsi pleinement leur rôle amortisseur ; Cette indépendance vis-à-vis du cours quotidien de l action permet aux dirigeants des mutuelles de développer une gestion de la société à long terme ; 8

9 Les mutuelles ne rémunèrent pas d actionnaire, ce qui leur permet de consacrer tout ou partie du résultat à la pérennité de l entreprise. Elles peuvent s avérer être de véritables écoles de participation responsable et citoyenne : dans les mutuelles de taille modeste, ou ayant gardé un fort ancrage local ou socioprofessionnel, les membres sont associés activement à la vie de la mutuelle, en prenant part aux assemblées générales ou en participant aux élections de leurs représentants. En outre, elles assurent la promotion de l esprit d entreprise parmi des groupes qui, dans d autres circonstances, n auraient qu un accès limité aux fonctions de gestion. Les mutuelles ont comme finalité la satisfaction des intérêts de leurs membres, qui en sont généralement les utilisateurs. Les mutuelles disposent ainsi d information de première main sur les besoins des consommateurs et sur les modifications de leur comportement, habitudes et attentes. Par leur politique de l accessibilité des tarifs, les mutuelles ont une influence sur le marché dans son ensemble, et contribuent à le rendre plus concurrentiel. De par leur histoire et leur engagement, les mutuelles ont souvent gardé un ancrage local très fort, que ce sentiment d appartenance des membres soit le résultat d un lien géographique ou d un lien professionnel. De plus, leur gestion fondée sur la participation des membres leur permet de garder une dimension humaine. Dans une économie qui se mondialise, ces deux éléments concourent à en faire un trait d union entre le local et le global. Q2 Ces différences suffisent-elles à justifier l utilisation de la forme mutuelle? Quelle valeur ajoutée apportent les mutuelles par rapport à d autres formes de sociétés, basées sur les même valeurs de solidarité telles que les coopératives et les associations? 2.3. Réalisations des mutuelles Valeur ajoutée des mutuelles : les valeurs de solidarité Dans les domaines d activités où elles opèrent, les mutuelles ont prouvé qu elles étaient des entreprises rentables, productives et compétitives, capables de s adapter aux variations des attentes et des besoins de la population. Les principes mutualistes rendent plus aisé l accès à des services aussi essentiels que la santé ou le crédit, notamment à des populations dont les revenus ne permettent pas de trouver ailleurs des réponses à leurs besoins. La forme mutuelle trouve des applications innovantes dans de nombreux domaines. En voici quelques exemples Accès aux soins Dès leurs origines, les mutuelles ont joué un rôle prépondérant en matière d assurance santé complémentaire. Sous l effet de l accroissement du coût des soins et de la diminution de la part prise en charge par les régimes obligatoires de sécurité sociale mais également des délais d attente parfois très longs pour bénéficier des soins 9

10 dispensés par les services nationaux de santé (c est notamment le cas au Royaume- Uni) ce secteur s est considérablement développé et est devenu très compétitif. Les mutuelles ont pu y garder une place prépondérante en s y démarquant et en développant des produits originaux, au prix le plus juste, accessibles au plus grand nombre, et adaptés aux besoins des bénéficiaires. C est par exemple le cas de «Benenden Health Care society» (UK), qui a mis au point une formule d assurance «subsidiaire» : les membres ne recourent à ses services que s ils ne peuvent trouver de l aide ailleurs (en raison de délais d attente trop longs ou pour des raisons financières par exemple), système qui permet de garder des cotisations modestes. Les mutuelles ont également élaboré des solutions adaptées aux problèmes liés au vieillissement de la population. En matière de retraite, les mutuelles assurent non seulement le paiement de pensions aux retraités, mais offrent également à ces derniers d autres services : - Elles organisent leur accompagnement social ; - Elles assurent le suivi de leur situation physique et psychique ; - Elles leur donnent la possibilité de participer à la vie associative de la mutuelle ; - Elles développent des services spécialement conçus pour les personnes âgées, tels que gestion de maisons de soins ou de centre de retraite, organisation de l aide domestique et sanitaire à domicile Inclusion sociale De nombreuses mutuelles participent à la lutte contre l exclusion sociale par la mise en place de structures d accueil et de travail pour les personnes handicapées, de lieux de vie pour les personnes âgées ou pour certains malades ou drogués, des lieux de rencontre pour les personnes isolées, Responsabilité sociale des entreprises et Développement durable La Commission définit la responsabilité sociale des entreprises (RSE) comme étant «l intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et à leurs relations avec les parties prenantes» 5. Depuis leurs origines, les mutuelles, plaçant les membres-utilisateurs au centre de leurs préoccupations, intègrent cette problématique à leur mode de gestion et de fonctionnement. Démocratie participative, juste répartition des excédents, solidarité, gestion à long terme sont pour ces entreprises des objectifs qu il leur faut combiner avec la nécessaire efficacité économique. Libérées de l exigence de rémunérer du capital, les mutuelles peuvent consacrer leurs bénéfices à la mise au point d autres services pour les membres. Les exemples de réalisations des mutuelles en cette matière ne manquent pas, que ce soit en matière de prévention des risques (cours de conduite automobile, campagne d information sur les risques domestiques, renseignements sur le bon usage des médicaments, ), d investissements éthiques, de respect de l environnement, etc. Les 5 Communication de la Commission concernant la responsabilité sociale des entreprises : Une contribution des entreprises au développement durable, 2 juillet 2002, COM(2002) 347 final 10

11 mutuelles d assurance ont également été parmi les premières entreprises à expérimenter le bilan sociétal, outil volontaire permettant de donner une vision globale de la vie de l entreprise, de ses conséquences sur son environnement, et de son implication sociétale 6. Les actions des mutuelles en ce domaine ne sont pas toujours bien connues. L échange de meilleures pratiques et d expérience pourraient y remédier, en permettant leur diffusion et leur généralisation, tant à travers le forum EU plurilatéral mis en place par la Commission 7, que par une coopération renforcée par des contacts plus réguliers et plus structurés entre des mutuelles des États membres et des pays candidats, actives dans des secteurs d activités différents Limites et dilemmes de la forme mutuelle Les mutuelles sont confrontées à des difficultés tenant à leur mode de financement et de fonctionnement (Les aspects législatifs sont traités au chapitre suivant). - L accès limité au capital externe par le recours aux marchés financiers peut limiter la flexibilité des mutuelles, et les rendre tributaires du crédit. En outre, les restrictions au droit de vote peuvent décourager un investisseur externe, soucieux de s assurer des droits de vote en proportion de son apport. - La taille atteinte par certaines grandes mutuelles risque de diluer l affectio societatis, éloignant les membres du centre de prise de décisions. D autre part, l application des principes démocratiques dans la gouvernance de l entreprise peut entraîner des lenteurs dans le processus décisionnel. - Tant dans les services traditionnels de soutien et de conseils aux entreprises, que dans les programmes de formation, la nature particulière de la gestion mutuelle est mal connue. Q 3 Existe-t-il d autres obstacles ou problèmes auxquels pourraient se heurter les entrepreneurs désireux d adopter la forme mutuelle pour lancer de nouvelles initiatives? 3. Cadre réglementaire et législatif 3.1. Les législations Les législations nationales Aucun État ne dispose de loi unique et générale sur les mutuelles. Dans tous les États, la loi définit précisément les activités que peuvent entreprendre les mutuelles. Ces 6 Le bilan sociétal se compose d une phase de renseignement, via un questionnaire portant sur 450 points, et d une phase d analyse et de diagnostique avec un auditeur externe, devant amener l entreprise à fixer des objectifs d évolution. Tant le diagnostic que la fixation des objectifs doivent être faits en partenariat avec les parties prenantes. 7 Ce forum, créé en octobre 2002, est présidé par la Commission et regroupe des représentants d organisations européennes d employeurs, de travailleurs, d ONG et d autres organisations professionnelles. Il a pour but de promouvoir l innovation, la convergence et la transparence des pratiques et instruments de RSE existants. 11

12 activités relèvent d un ou plusieurs domaines suivants : assurance, santé (y compris les activités sanitaires et la prévoyance), crédit. Si tous les États membres disposent de législations détaillées sur les mutuelles de santé, les dispositions régissant les mutuelles d assurance sont quant à elles intégrées dans les lois générales sur les sociétés d assurance Au Royaume-Uni, les législations spécifiques relatives aux «friendly societies» ou aux «building societies» ne traitent que partiellement la matière et renvoient à la loi générale sur les services financiers. Tous les États membres permettent la constitution de mutuelles pour mener des activités d assurance non-vie 8 et/ou vie, à l exception de la Grèce, où il n existe donc que des mutuelles de santé. Certaines législations nationales imposent des contraintes en terme de sociétariat. C est le cas au Portugal, où les mutuelles d assurance doivent être créées sur une base corporative, ne pouvant offrir de produits/services en dehors de cette corporation. En matière fiscale, il existe de moins en moins de différences significatives entre les mutuelles et les autres formes de sociétés. A quelques exceptions près (notamment la Belgique, le Danemark et l Espagne), tous les États membres mettent à la disposition des mutuelles des instruments de financement des fonds propres, qu il s agisse de bons de jouissance, de titres participatifs ou de tous autres moyens assimilés. Quelques pays comme la France, l Autriche ou l Allemagne ont récemment introduit des dispositions permettant aux mutuelles de se regrouper, ou de constituer des mutuelles holding. De manière générale cependant, on constate un manque d instruments nationaux de regroupement respectueux des principes mutualistes, la plupart de ces instruments étant fondés sur des liens en capital entre les membres du groupe. Un statut européen propre aux mutuelles pourrait pallier à cette lacune (voir point 3.4). Tous les États membres permettent la distribution de l actif net aux membres en cas de dissolution de la mutuelle, excepté la France et le Luxembourg où l actif net doit être dévolu soit à d autres sociétés d assurance mutuelles, soit à des associations reconnues d utilité publique et l Irlande, où l actif net est versé au ministère des finances. Certaines normes internationales ont un impact direct sur le fonctionnement des mutuelles. Ce sera notamment le cas des normes comptables IAS (International Accounting Standard) qui s appliqueront aux sociétés européennes en Elles ont été conçues pour s appliquer à des sociétés cotées en bourse. La Commission sera à l écoute des sociétés mutuelles afin que l application de ces normes au niveau national n entraîne pas de difficultés insurmontables pour elles. 8 Dans le contexte de ce document, ce terme doit être compris comme étant les activités exercées par des mutuelles autres que des mutuelles de santé régies par des dispositions spécifiques. 12

13 Q 4 Considérez-vous que les législations nationales offrent un cadre juridique adapté aux spécificités des mutuelles? Permettent-elles un développement optimal de leurs activités? Dans la négative, quelles pourraient être les évolutions futures La législation européenne et le droit européen dérivé Les mutuelles et les traités Les mutuelles sont des sociétés au terme de l article 48 du traité instituant la Communauté européenne et, à ce titre, profitent de tous les avantages découlant de la liberté d établissement et de prestation de services dans la Communauté, et peuvent bénéficier de tous les programmes de financement européens Les mutuelles et le droit européen dérivé Le droit européen dérivé (directive, règlement, ) s applique aux mutuelles comme à n importe quelle autre forme de société, sans discrimination négative ou positive. En pratique cependant, certains textes, en n intégrant pas les spécificités des mutuelles, ont pour effet de les exclure de l avantage offert à d autres formes de sociétés. C est notamment le cas de la directive sur le régime fiscal des sociétés mères et filiales d États membres différents 9. Ce texte prévoit que lorsqu une société mère reçoit des bénéfices distribués par sa filiale implantée dans un autre État membre, l État de la société mère a le choix entre exonérer les dividendes, ou les taxer tout en imputant la taxe déjà payée par la filiale. Dans de nombreux États membres, la forme mutuelle n étant pas répertoriée parmi les formes de «sociétés d un État membre» reprises à l annexe de la directive, elles ne bénéficient pas, en pratique, de l avantage offert par la directive. Une proposition de directive présentée en juillet 2003 vise néanmoins à étendre le champ d application du texte à d autres entités juridiques 10. La situation est identique avec la directive sur le régime fiscal applicable aux opérations transfrontalières de restructuration 11 : le champ d application est le même que celui concernant le régime fiscal des sociétés mères et filiales et exclut donc les mutuelles de nombreux États membres du bénéfice de son application Changements structurels et concurrence Concurrence Les mutuelles agissent sur des marchés souvent très réglementés sur le plan européen (assurance et crédit en particulier) et où la concurrence entre les opérateurs est forte. Elles s y sont intégrées de façon efficace, et y occupent une place importante. Ainsi, la Mutuelle assurance des commerçants et industriels de France (MACIF) détient 15 % 9 Directive 90/435/CEE du Conseil, du 23 juillet 1990, concernant le régime fiscal commun applicable aux sociétés mères et filiales d'états membres différents ; JO n L 225 du 20/08/1990 p COM (2003) 462(01), 29/07/ Directive 90/434/CEE du Conseil, du 23 juillet 1990, concernant le régime fiscal commun applicable aux fusions, scissions, apports d'actifs et échanges d'actions intéressant des sociétés d'états membres différents, JO n L 225 du 20/08/1990 p

14 des parts du marché de l assurance auto, avec près de 5 millions de membres ; la Société Mutuelle des Administrations Publiques (SMAP) possède 10,6 % des parts de marché de l assurance en Belgique. 14,3 % du marché de l assurance vie en Suède est détenu par la mutuelle FOLKSAM. Standard Life détient 13 % des parts du marché de l assurance au Royaume-Uni. Dans le domaine de la santé, la Mutuelle générale de l Éducation nationale apparaît au 2 rang des assureurs actifs dans le domaine des complémentaires santé en France Les services d intérêt général Les mutuelles, au même titre que les autres acteurs n ayant pas, à titre principal, d objectif lucratif, jouent un rôle important dans les secteurs sociaux et de la santé. Elles y exercent des activités économiques nécessaires et subordonnées à leurs fonctions sociales. Les entreprises, quelle que soit leur forme, chargées de la gestion de services d intérêt économique général sont soumises aux règles de concurrence européennes, dans les limites où l application de ces règles ne fait pas échec à l accomplissement de la mission particulière qui leur a été impartie. Les organismes qui mettent en œuvre de tels services, notamment dans les secteurs de la santé, de l action sociale et de protection sociale secteurs où les mutuelles occupent une place prépondérante ont souvent souligné la difficulté qu ils éprouvent à qualifier leurs activités au regard de la notion de service d intérêt économique général Évolutions Croissance et concentration Pour prospérer dans un contexte d internationalisation de l économie et de concurrence accrue sur les marchés, les mutuelles se sont efforcées de développer des solutions, qui, en l absence de cadre juridique approprié, sont parfois prises au mépris des principes mutualistes, banalisant de ce fait leurs spécificités. Ces solutions revêtent différentes formes : - Développement par la croissance interne : les mutuelles vont tenter de maximiser les produits disponibles, d en développer de nouveaux, mieux adaptés aux besoins des membres ou encore d étendre leur affiliation. - Développement par la croissance externe, que ce soit par le rachat de sociétés de droit commun, ou par la création de filiales, cotées ou non ; - Conclusion de partenariats et d alliances, ayant souvent un caractère international. Le nombre de fusions entre mutuelles reste, quant à lui, assez réduit, en raison notamment des grandes disparités existant entre les législations nationales et de l absence d un statut européen pour les mutuelles Transformation de la forme juridique Que ce soit pour accéder aux marchés de capitaux, pour aider une mutuelle défaillante, pour permettre aux membres d obtenir une part de la valeur intrinsèque de la société, ou pour toute autre raison, certaines mutuelles, essentiellement dans 12 Argus de l Assurance, 20 juin 2003, n 6839, p.48 14

15 les pays anglo-saxons, ont choisi d abandonner leur forme juridique originaire pour endosser celle de société de capitaux. Ainsi, au Royaume-Uni, entre 1992 et 2001, 29 % du marché de l assurance vie 13 et 75 % de celui des «Building Societies» ont été démutualisés. (a) Les législations nationales sur la question Tous les États membres se sont dotés d une législation relative à la transformation juridique des mutuelles. Les règles de quorum et de majorité sont en général assez lourdes et certains États (comme l Espagne) imposent que la transformation soit approuvée par le Ministère compétent. La législation de trois États membres (la France, l Irlande et le Luxembourg) consacre le principe de la solidarité inter-générationnelle en vertu duquel l actif de la société, constitué au fil du temps, n appartient pas à la génération présente de membres. Cela se traduit par une distribution désintéressée de l actif net : celui-ci ne peut être dévolu qu à d autres sociétés d assurance mutuelles, ou à des associations reconnues d utilité publique. Ces dispositions privent la démutualisation de tout intérêt en terme d attribution de bénéfices exceptionnels aux membres. On notera également l adoption récente de solutions légales et/ou réglementaires qui visent à limiter les démutualisations. Au Royaume-Uni, un projet de Loi prévoit le principe de la distribution désintéressée en cas de transformation de la forme juridique des «Industrial and Provident societies» : le surplus d actifs nets ne pourra plus revenir aux membres, mais devra être transféré à une société de même nature, ou à un organisme caritatif. Les solutions sont parfois trouvées au niveau contractuel. Ainsi, les «building societies» font signer aux nouveaux membres une déclaration («chartable assignment agreement») au terme de laquelle ils s engagent à verser à un organisme de charité la plus-value qu ils pourraient retirer de la conversion de la «building society» en société de capitaux. (b) Démutualiser pour quel résultat? Dans de nombreux cas, la transformation de la forme juridique a abouti à la disparition de la nouvelle société, peu de temps après la modification. Sur les 13 entreprises ayant opéré leur conversion au Royaume-Uni, peu ont fait des acquisitions et nombre d entre elles ont été rachetées peu après leur démutualisation Le statut de la mutualité européenne Historique La Commission a présenté en 1992 trois propositions de règlement portant statut, respectivement, d une société coopérative européenne (SEC), d une association européenne (AE), et d une mutualité européenne (ME). Chaque règlement était complété par une directive relative à l implication des travailleurs. Ces textes visaient à 13 «La mutualité : une valeur sûre», Association des Assureurs Coopératifs et Mutualistes Européens,

16 doter ces trois formes de sociétés (coopérative, association et mutuelle) d'un instrument juridique leur permettant de développer leurs activités transnationales à travers toute l Union européenne, le statut de la société européenne (SE), qui était alors en discussion, n apportant pas de solution adaptée à leurs spécificités. Ces trois propositions furent modifiées en 1993 pour tenir compte de l avis du Comité économique et social européen, ainsi que du Parlement européen 14. Le groupe «Droit des sociétés» du Conseil a travaillé sur ces textes jusqu en 1996, année au cours de laquelle des divergences inconciliables entre les États membres concernant le statut de la SE (et plus spécifiquement le volet directive «implication des travailleurs») gelèrent les travaux sur tous les statuts. Un compromis fut trouvé lors du sommet de Nice en décembre La présidence suédoise a alors décidé de reprendre les travaux sur les trois autres statuts, en commençant par celui de la SEC. L AE devait suivre, puis finalement la ME. Le statut de la SEC a été adopté en juillet , et les travaux sur l AE ont fait de gros progrès sous la présidence grecque (1 semestre 2003). Ainsi qu indiqué dans la communication de la Commission sur la modernisation du droit des sociétés 16 «La Commission entend soutenir activement le processus législatif engagé à cet égard [société coopérative européenne et autres formes juridiques européennes d'entreprises], en réponse au désir, explicitement exprimé par le Parlement européen, d'accorder une attention significative au développement de nouvelles formes juridiques européennes d'entreprises» Importance du statut et champ d application Les mutuelles cherchent de plus en plus fréquemment à se rapprocher et à collaborer à travers toute l Europe. Or, si la liberté de mener certaines activités sous forme mutuelle est reconnue dans beaucoup d États membres, et que les mutuelles bénéficient de la liberté d établissement prévue par le traité, la diversité des dispositions nationales en la matière entrave en pratique le développement d activités à l échelle européenne. Faute d instrument juridique adapté, elles utilisent des outils qui ne répondent qu imparfaitement à leurs besoins, tels que par exemple le GEIE (Groupement européen d intérêt économique) 17, ou la création de filiales ayant la forme de société de capitaux. Un statut européen adapté aux spécificités des mutuelles est donc capital pour faciliter voire simplement permettre - le développement de leurs activités transfrontières et transnationales à l échelle de l Union européenne, et particulièrement dans l optique du tout prochain élargissement de l Union. 14 Pour la SCE : JO C 236 du , p. 17. Pour l AE : 8364/93 DRS 14 - COM(93) 252 final SYN Pour la ME : proposition modifiée de règlement du Conseil portant statut de la Mutualité européenne, 8364/93 DRS 14 COM(93) 252 final SYN Règlement (CE) n 1435/2003 du Conseil du 22 juillet 2003 relatif au statut de la société coopérative européenne (SEC), Journal officiel n L 207 du 18/08/2003 p Communication de la Commission sur la Modernisation du droit des sociétés et renforcement du gouvernement d'entreprise dans l'union européenne - Un plan pour avancer, COM/2003/0284 final, 21/05/ Ainsi EURESA, GEIE regroupant 5 sociétés d assurance mutuelles (représentant 4 Etats membres), une coopérative d assurance et une société anonyme propriété de divers mouvements de l économie sociale a été créée en Il poursuit deux buts, d une part, partager et développer les ressources et connaissances des membres dans le but de créer des services et produits communs ; d autre part, être un instrument permettant aux membres de développer leurs initiatives et actions à travers toute l Europe. 16

17 Il pourrait également pallier à l absence d instrument juridique relatif au rapprochement ou à la fusion entre mutuelles relevant d États membres différents, et permettrait la collaboration entre mutuelles et d autres formes de sociétés dont le fonctionnement est compatible avec celui des mutuelles (coopératives, associations). Création d union de mutuelles ou encore constitution de filiale à forme mutuelle seraient également possibles. La création ex nihilo de mutuelles, prévue par le projet de statut, autoriserait la création de mutuelles là où une mutualisation transfrontière des risques s avérerait intéressante. Par exemple, les autorités de régions ou communes situées dans différents pays, exposées à des risques similaires de calamités naturelles pourraient utilement se réunir et créer une mutuelle européenne qui prendrait en charge ces risques. Ce pourrait également être le cas de transporteurs routiers effectuant des trajets à travers toute l Europe : ils pourraient constituer une mutuelle européenne de défense en justice qui prendrait en charge les frais de défense, quel que soit le pays où se tient le procès (État membre d origine du camionneur ou non) L adoption de ce statut, qui est réclamé de manière de plus en plus pressante par les sociétés mutuelles, et par leurs organisations représentatives, les placerait, au sein de la Communauté, sur un pied d égale concurrence avec les autres formes de sociétés (société anonyme, coopérative et association), déjà dotées, ou en passe de l être, d un statut européen spécifique Principales dispositions La version de référence est le document de travail du Conseil de 1996, modifiant la proposition de la Commission de Il faut tout d abord souligner que le statut est optionnel, les dispositions nationales restant d application pour les mutuelles nationales. D autre part, le statut n est pas de nature à modifier l organisation des régimes obligatoires de sécurité sociale au sein des États membres, cette matière relevant de leur compétence exclusive. La proposition de texte distingue «ME de prévoyance» et «ME exerçant une activité autre que celle de prévoyance». Lors des discussions au Conseil, plusieurs États membres s étaient prononcés en faveur de la suppression de cette distinction. Une définition de la mutualité européenne, basée sur son objet principal et sur ses principes généraux plutôt que sur ses activités, permettrait ouvrir de nouveaux champs d activités aux mutuelles, tels que ceux mentionnés au point 4.1 (sociétés de logement, gestion des services de distribution d eau, ). Tout comme le statut de la société coopérative européenne, celui de la ME est accessible aux personnes physiques désireuses de créer leur propre entreprise, sous le couvert de la protection d une responsabilité limitée. Pour que cette disposition soit d une réelle utilité pratique, il faudrait toutefois prévoir des aménagements à l actuelle proposition qui impose de réunir 500 personnes physiques pour constituer une ME ex nihilo. Cette obligation pourrait en effet avoir un effet dissuasif, et, de plus, s avérer difficile à remplir. 17

18 Le texte devrait également être complété pour permettre la création d une ME par fusion (comme c est le cas pour la société européenne et pour la société coopérative européenne). Pour ce qui est du droit de vote, le projet de texte s inspire d une pratique largement répandue au sein des mutuelles, selon laquelle le principe «un homme une voix» peut, si les statuts de la ME le prévoient, laisser la place à un système de pondération des voix, basé sur le degré de participation du membre à l activité de la mutualité. Cette entorse à une interprétation stricte des principes mutualistes est encadrée par l interdiction faite aux ME d autoriser un membre à détenir la majorité des voix. D autres mécanismes de limitation des voix pourraient être trouvés, notamment en adoptant une formule semblable à celle retenue dans le statut de la société coopérative européenne, qui limite le nombre de voix à 5 par membre, ou à 30 % du total des droits de vote, la valeur la plus faible étant retenue. Enfin, le texte consacre le principe de la répartition désintéressée de l actif net, en prévoyant qu en cas de liquidation, il est dévolu soit à des ME ou à des mutualités relevant du droit de l'un des États membres, soit à un ou plusieurs organismes ayant pour objet le soutien et la promotion des mutualités. Cette disposition est une de celles ayant posé le plus de difficultés lors des discussions au Conseil. Les traditions des États membres sur la question sont en effet différentes. Pour certains, les membres présents au moment de la liquidation n ont pas le droit de s approprier un patrimoine qui s est constitué au fil des années et des générations de membres. Pour d autres, les membres doivent pouvoir décider librement de l affectation de l actif net lors de la dissolution. Une solution de compromis a été trouvée dans le statut de la société coopérative européenne, dont l article 75 prévoit que «L'actif net est dévolu en fonction du principe de dévolution désintéressée ou, lorsque la loi de l'état membre du siège de la SEC le permet, selon d'autres modalités définies dans les statuts de la SEC». Le principe de distribution désintéressée reste donc la règle de base, mais d autres dévolutions sont possibles, à deux conditions : (1) la Loi de l État membre du siège doit les prévoir et (2) il faut que les statuts de la société définissent les modalités Répercussion du statut sur les législations nationales Le statut étant un instrument optionnel, il ne vise en aucun cas à se substituer aux droits des différents États membres. Il n aura pas non plus vocation à uniformiser ces droits. Toutefois, un effet d harmonisation indirect pourrait se produire à terme, s il devient un point de référence pour les législateurs des États membres. Cet effet pourrait être encore plus marqué dans les futurs Etats membres, dont la législation sur les mutuelles est encore largement à élaborer. Les législations nationales reflètent les traditions extrêmement variées des États membres en matière de mutuelles. Chaque État souhaitant préserver ses spécificités, il est à craindre qu une réduction du nombre de références à la législation de l État membre dans lequel la mutuelle européenne a son siège soit très difficile à obtenir. Pour arriver à un instrument européen attrayant, efficace et transparent (ce qui est 18

19 d une grande importance en terme de gouvernance d entreprise), il serait pourtant préférable de tendre vers des règles communes à toutes les mutuelles européennes. Un recensement exhaustif des législations nationales relatives aux mutuelles serait utilement entrepris. Q. 5 Les mutuelles ont-elles besoin d un statut européen distinct de celui de la société européenne et de la société coopérative européenne? Qu apporterait-il par rapport aux instruments dont disposent actuellement les mutuelles? Q. 6 Quelles sont, selon vous, les améliorations/modifications à apporter à la présente proposition de statut? En cas de liquidation de l actif, quels sont les mécanismes qui pourraient être prévus par le statut de la ME pour garantir le respect des principes mutualistes? 4. Développement et perspectives 4.1. Mutuelles et politiques communautaires Les mutuelles, basées sur des valeurs de solidarité, mais également en tant qu entreprises efficaces et compétitives, pourraient être des instruments utiles pour atteindre les objectifs fixés lors du sommet européen de Lisbonne en mars , qui visent à combiner une croissance économique durable avec une amélioration quantitative et qualitative de l emploi et une plus grande cohésion sociale. Nous ne prendrons ici que quelques exemples, en insistant sur le rôle que pourraient jouer les mutuelles dans les futurs Etats membres Facteur d inclusion social l accès au logement L accès au logement est un élément essentiel de la lutte contre l exclusion sociale ; Ce droit est reconnu à l article 34.3 de la charte des droits fondamentaux 19. Or, à l intérieur de l Union européenne même, beaucoup de personnes à très faibles revenus ne trouvent pas à se loger dans des conditions acceptables, en terme de prix ou de salubrité. Des coopératives de logement se sont constituées pour tenter de remédier au problème, mais les listes d attente de logements convenables restent longues. Pour autant que les États membres les dotent d un cadre juridique leur permettant de poursuivre ce type d activités, les mutuelles, basées sur la propriété collective, pourraient s avérer une alternative intéressante pour lutter contre ce problème Politique de l emploi Depuis 1998, les plans d action nationaux pour l emploi (PAN) invitent les États membres à produire des rapports sur les initiatives prises dans le secteur de l économie social au titre du pilier «esprit d entreprise». Les lignes directrices de 2002 leur demandent expressément «de favoriser les mesures permettant d améliorer le développement concurrentiel et la capacité de l économie sociale à créer des emplois plus nombreux et à en améliorer la qualité» (ligne directrice 11) Charte des droits fondamentaux de l'union européenne (2000/C 364/01), Journal officiel n C 364 du 18/12/

20 On constate cependant que les mutuelles ne sont pas dûment reprises dans les rapports des États membres. Cela peut s expliquer, en partie tout au moins, par le fait que certains de ces États n ont aucune tradition en matière d économie sociale, ce qui entraîne une méconnaissance du concept. Les lignes directrices pour les années à venir devraient dès lors définir cette notion, en précisant ses éléments constitutifs (mutuelles, coopératives, associations et fondations). D autre part, en pratique, on constate que les mutuelles s intéressent à la qualité de vie du travailleur, proposant des emplois plus flexibles (aménagement du temps de travail par exemple), ouvrant de ce fait l accès au marché du travail à un large éventail de personnes Services d intérêt général Dans son livre vert sur les services d intérêt général 20, la Commission insiste sur le rôle capital que jouent ces services pour améliorer la qualité de vie de tous les citoyens et met l accent sur la nécessité de tenir compte des préoccupations des consommateurs et des utilisateurs. La forme mutuelle, qui associe les membres utilisateurs à la vie de la société, plaçant ainsi l usager au centre du système, constitue une alternative intéressante entre la fourniture des SIG par les pouvoirs publics et la fourniture par des sociétés privilégiant les intérêts des investisseurs. L idée de confier l organisation des monopoles naturels, en particulier la gestion des infrastructures de distribution d eau et de traitement des eaux usées, est née au Royaume-Uni dans les années 80, lors de la privatisation des principaux services publics, tels que l électricité, l eau et les télécommunications. La gestion des services d eaux par des structures mutuelles peut se justifier par plusieurs éléments : En l absence d investisseurs extérieurs, les conflits potentiels entre eux et les consommateurs sont évités, les décisions sont prises par les consommateurs euxmêmes, et donc dans leur propre intérêt, et une redistribution à leur profit des excédents en proportion de l utilisation qu ils ont faite du service garantit qu à terme, ce service leur soit fourni au prix coûtant ; Cette absence de conflit permet d alléger le cadre réglementaire de l activité ; Les litiges potentiels entre les différentes catégories de consommateurs peuvent quant à eux être réglés par un système d arbitrage, rapide et peu coûteux. C est sur base de ces principes que Glas Cymru, société de distribution d eau au Pays de Galle, fut créée en avril Cette société est une «company limited by guarantee», forme juridique de droit anglais qui fonctionne selon les principes mutualistes : la société n a pas de capital social et, par conséquent, n a pas d actionnaire à rémunérer. Les membres de la société ont les mêmes obligations que des actionnaires en matière de gouvernance d entreprise, mais ils ne reçoivent aucun dividende, et n ont aucun intérêt financier dans la société. 20 Livre vert du 21 mai 2003, COM (2003) 270 final 20

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

STATUTS. Association Sentinelles Indigo

STATUTS. Association Sentinelles Indigo STATUTS Association Sentinelles Indigo Statuts adoptés lors de l Assemblée générale constitutive du 20 mai 2013. ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance contre la maladie ou les accidents DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions CURRICULUM PQAP MODULE : DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions Compétence : Recommander des produits individuels et collectifs d assurance contre la maladie ou les accidents

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée

Plus en détail