Campagne de caractérisation des déchets ménagers et assimilés de la Guadeloupe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Campagne de caractérisation des déchets ménagers et assimilés de la Guadeloupe"

Transcription

1 Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie Campagne de caractérisation des déchets ménagers et assimilés de la Guadeloupe Présentation des résultats 2 octobre 2012

2 SOMMAIRE 1. Rappels 2. Ordures ménagères et assimilées 3. Déchèteries 4. Encombrants collectés en porte à porte 5. Gisements 6. Potentiels de prévention et de valorisation 7. Pistes Propositions d actions 8. Conclusions

3 1. Rappels Objectifs Déroulement Méthodologie

4 1. Rappels : objectifs Détermination de la composition et des caractéristiques essentielles de la totalité du gisement des ordures ménagères et assimilées de la Guadeloupe Réflexion en vue de la mise en place d unités de traitement de déchets, de collecte sélective et de compostage domestique à l échelle de l archipel

5 1. Rappels : les phases de l étude Nov vembre 2010 Février 2011 Phase 1 : Recueil des données et préparation de la campagne de caractérisation Recueil de données et Phase de terrain Organisation de la campagne Validation des circuits Phase 2 : Collecte, échantillonnage, tri Déchets ménagers et déchets des activités économiques Déchetteries et encombrants Mars Novembre 2011 Phase 3 : Analyses et résultats 2012 Analyses physico-chimiques des échantillons Exploitation, analyse et valorisation des résultats

6 1. Rappels : méthodologie 20 collectivités sélectionnées Ordures ménagères et assimilées Encombrants collectés en porte à porte 3 Déchèteries Distinction des déchets des ménages et des déchets des activités économiques Méthodologie de tri sur sec Analyses physico-chimiques

7 1. Méthodologie : ordures ménagères Collecte Echantillonnage Tri Etuvage Criblage

8 1. Encombrants et déchèteries Collecte des encombrants en porte à porte 1 circuit / collectivité 1 semaine / déchèterie Tri Déchets déposés en déchèteries

9 Résultats Ordures Ménagères Résiduelles Déchèteries Encombrants collectés en porte à porte Répartition par catégories avec tri des fines 8-20mm - TOTAL OMR sur humide 3% 10% 1%1% 6% 3% 33% Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes/Composites Textiles 12% Textiles sanitaires Plastiques 8% 2% 3% 9% 9% Combustibles non classés Verre Métaux Incombustibles non classés Déchets dangereux Eléments fins (<8mm)

10 2. Ordures Ménagères Résiduelles 20 circuits de collecte 40 caractérisations 72 échantillons analysés en laboratoire

11 2.1 Composition moyenne des ordures ménagères résiduelles 1% 1% Déchets putrescibles Papiers 3% 10% 6% 3% 33% Cartons Complexes/Composites Textiles 12% Textiles sanitaires Plastiques 8% 3% 9% 9% Combustibles non classés - bois Verre Métaux 2% Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Eléments fins (<8mm)

12 2.2 Composition moyenne par sous-catégories Sous-catégories % Sous-catégories % Déchets alimentaires 13,98% Bouteilles et flacons en polyoléfine (PEHD) 0,62% Produits alimentaires non consommés 1,77% Autres emballages plastiques 2,25% Autres putrescibles 1,40% Autres plastiques 1,58% Déchets de jardins 11,53% Emballages en Bois 0,84% Emballages papier 1,24% Autres combustibles 1,61% Journaux, magazines et revues 2,21% Emballages en verre incolores 3,58% Imprimés publicitaires 2,21% Emballages en verre de couleur 5,34% Papiers bureautiques 2,25% Autres déchets en verre 0,39% Autres papiers 0,71% Emballages métaux ferreux 3,56% Emballages cartons plats 3,92% Emballages aluminium 0,97% Emballages cartons ondulés 5,06% Autres métaux ferreux 0,66% Autres cartons 0,42% Autres métaux 0,12% Composites ELA (Tetrapack) 1,33% Emballages incombustibles 0,00% Autres emballages composites 0,39% Autres incombustibles 0,97% Petits Appareils Electroménagers (PAM) 1,34% Produits chimiques 0,54% Textiles 2,27% Tubes fluorescents et ampoules basse consommation 0,02% Textiles sanitaires fraction hygiénique 4,15% Piles et accumulateurs 0,13% Textiles sanitaires fraction papiers souillés 3,93% Autres déchets dangereux 0,05% Films polyoléfines (PE et PP) 5,08% Eléments fins 8-20mm 6,28% Bouteilles et flacons en PET 1,97% Eléments fins <8mm 3,33%

13 2.3 Comparatif composition des OMR en provenance des ménages et des activités 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% OMR : 83 % DM 17 % AE Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes/Composites Textiles Textiles sanitaires Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Eléments fins (<8mm) Déchets des ménages Déchets issus des activités économiques Total

14 2.4 Analyse des critères de tendances Par type d habitat Par lot géographique Influence de l activité touristique Saisonnalité Influence des collectes sélectives Pas de relation mise en évidence entre la répartition pondérale des déchets et le type d habitat

15 2.5 Comparaison avec la campagne de 1994 Campagne de 2011 Campagne de % 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes/Composites Textiles Textiles sanitaires Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Eléments fins (<8mm)

16 2.6 Comparaison avec la campagne nationale 2007 Campagne nationale 2011 Campagne Guadeloupe 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes/Composites Textiles Textiles sanitaires Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Eléments fins (<20mm)

17 2.7 Analyses physico-chimiques Résultats des analyses physico-chimiques et comparaison avec les résultats des campagnes régionale de 1994 et nationale de 2007 Analyses Unité Résultats OMA 2011 Guadeloupe MODECOM 1994 Guadeloupe MODECOM 2007 National Azote organique mg/kg mat. sèche 4 148, ,00 Chlore en % sur sec 0,35-0,29 Fluor (F) mg/kg mat. sèche 93,23-100,00 Hydrogène en % sur sec 4,62-5,20 Pouvoir calorifique inférieur sur sec kj/kg sur sec , , ,00 Pouvoir calorifique supérieur sur sec kj/kg sur sec , , ,00 Soufre (Méthode B par IR) en % sur sec 0,21 0,19 0,17 Mercure (Hg) mg/kg mat. sèche 1,86 0,17 0,10 Arsenic (As) mg/kg mat. sèche 3,03 <2 2,52 Cadmium (Cd) mg/kg mat. sèche 0,91 4,50 1,29 Chrome (Cr) mg/kg mat. sèche 23,75 189,83 87,00 Cuivre (Cu) mg/kg mat. sèche 105,68 80,43 56,30 Nickel (Ni) mg/kg mat. sèche 14,88 39,93 20,00 Plomb (Pb) mg/kg mat. sèche 23,15 140,53 - Sélénium (Se) mg/kg mat. sèche 5,43 <5,1 0,22 Zinc (Zn) mg/kg mat. sèche 125,99 244,00 301,00 Matières organiques % 68,01 55,97 65,80 Azote total Kjeldahl (NTK) mg/kg mat. sèche 4 712, , ,00 Carbone organique total g/kg mat. sèche 444,99 258,60 349,00

18 3. Déchèteries 3 caractérisations d une semaine 14 bennes de tout venant caractérisées

19 3.1 Composition moyenne des déchets déposés en déchèteries 11% 1% 17% 12% 2% 1% 3% 1% 2% 0% 6% 3% 38% 3% Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes-Composites Textiles sanitaires Textiles Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins

20 3.2 Composition des apports en déchèteries : comparaison avec la campagne nationale Campagne Guadeloupe 2011 Campagne nationale % 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes-Composites Textiles sanitaires Textiles Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins

21 4. Encombrants collectés en porte à porte 20 circuits/secteurs de collecte 32 bennes triées

22 4.1 Composition moyenne des encombrants collectés en porte à porte Déchets putrescibles 2% 1% Papiers 4% 3% Cartons 16% 37% Complexes/Composites Textiles sanitaires Textiles 1% 15% 4% 15% 1% 0% Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux 1% 0% Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins

23 4.2 Composition moyenne des encombrants collectés en porte à porte hors déchets verts Déchets putrescibles (-DV) 0% 0% Papiers 6% 3% 5% 2% 2% Cartons Complexes/Composites - DEEE 24% Textiles sanitaires 0% Textiles 26% 1% 6% Plastiques Combustibles non classés - bois 23% Verre Métaux 2% Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins

24 4.3 Analyses des critères de tendances Par type d habitat Par lot géographique Influence de la présence d une déchèterie sur le territoire communal Variations mais pas de corrélation entre la composition des encombrants et les critères étudiés

25 5. Gisements

26 5.1 Détermination du gisement Tonnages et ratios de production par habitant et par flux estimations Ordures ménagères résiduelles Encombrants Déchets verts Collecte sélective Estimation Gisement (tonnes) Ratio (kg/hab/an) Composition du gisement de déchets ménagers et assimilés comparaison avec les valeurs de la campagne nationale de 2007 MODECOM Déchèteries Encombrants National 2007 Guadeloupe 2011 Ratio de production en kg/hab/an Déchets Verts Ordures Ménagères résiduelles Verre et Emballages Ménagers Recyclables 170,3 15,5 18,1 316,2 74,5 203,5 390,6 25,4 144,9 47,7 391,5 6, ,1 TOTAL 594,2 616,1

27 5.2 Gisement DMA 2011 par catégories Composition du gisement de déchets ménagers et assimilés Catégories Déchèteries Encombrants Ratio de production en kg/hab/an Déchets Verts Ordures Ménagères résiduelles Verre et Emballages Ménagers Recyclables TOTAL Déchets putrescibles 9,6 53,3 47,7 130,2 240,9 Papiers 0,8 0,5 34,8 36,0 Cartons 0,9 1,5 36,5 0,6 39,4 Complexes-Composites 1,5 21,8 12,0 35,2 Textiles sanitaires 0,0 0,1 8,8 8,9 Textiles 0,3 0,9 31,9 33,1 Plastiques 0,9 5,6 46,2 0,9 53,6 Combustibles non classés 3,0 20,9 10,3 34,2 Verre 0,2 1,6 38,2 4,9 45,0 Métaux 2,9 23,7 21,2 0,3 48,1 Incombustibles non classés 4,4 6,1 5,4 15,9 Déchets dangereux 0,2 2,5 2,9 5,6 Autres 0,4 4,9 5,3 Eléments fins 0,4 1,6 12,9 14,9 TOTAL 25,4 144,9 47,7 391,5 6,6 616,1 soit 4% 24% 8% 64% 1% 100%

28 5.3 Composition du flux de DMA (%) Déchets putrescibles Papiers 3% 1% 1% Cartons 8% 2% Complexes-Composites-DEEE 7% 39% Textiles sanitaires 6% Textiles 9% Plastiques 5% 6% 6% 6% Combustibles non classés - bois Verre Métaux 1% Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins

29 5.4 Composition du gisement de DMA par type de collecte (kg/hab/an) Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes-Composites DEEE Textiles sanitaires Textiles Plastiques Combustibles non classés - bois Verre Métaux Incombustibles non classés - gravats Déchets dangereux Autres Eléments fins Déchèteries Encombrants Déchets Verts Ordures Ménagères résiduelles Collecte sélective

30 5.5 Gisement OM : comparaison avec les valeurs de la campagne nationale de 2007 (kg/hab/an) 2011 Campagne Guadeloupe : 398 kg/hab/an d'om 2007 Campagne Nationale : 390 kg/hab/an d'om Déchets putrescibles Papiers Cartons Complexes/Composites Textiles Textiles sanitaires Plastiques Combustibles non classés Verre Métaux Incombustibles non classés Déchets dangereux Eléments fins

31 6. Potentiels de prévention et de valorisation Potentiel de prévention Potentiel de valorisation Matière Organique Energétique

32 6.1 Potentiel de prévention Flux concernés par des actions de réduction de la production de déchets à la source Catégories Sous-catégories Production 2011 kg/hab/an Action de prévention Déchets alimentaires 54,7 Compostage individuel et Déchets de jardins 45,2 semi-collectif Déchets putrescibles Produits alimentaires non consommés 6,9 Consommation responsable limitation du gaspillage alimentaire Imprimés publicitaires 8,7 Stop-Pub Papiers Papiers bureautiques 8,8 Autres papiers 2,8 Réduction des impressions bureautiques Désabonnement annuaires papiers Plastiques Bouteilles et flacons en PET 7,7 Films polyoléfines PE et PP 19,9 Autres emballages plastiques 8,8 Consommation d eau du robinet Consommation responsable TOTAL 163,5 kg/hab/an soit 42 %

33 6.2 Potentiel de valorisation matière 47% du gisement d OMR pourrait faire l objet d une valorisation matière dont 34% d emballages pouvant faire l objet d une collecte sélective

34 6.3 Potentiel de valorisation organique 48% du gisement d OMR pourrait faire l objet d une valorisation organique 24% de déchets putrescibles 17% de papiers-cartons 7% de textiles sanitaires

35 6.4 Potentiel de valorisation énergétique 80% du gisement d OMR pourrait faire l objet d une valorisation énergétique Potentiel surestimé de part le protocole de caractérisation MODECOM Forte humidité des déchets réduit leur PCI

36 6.5 Potentiels de valorisation Efficacité des collectes sélective : 11% du verre capté et valorisé par les collectes sélectives 1% des EMR capté par les collectes sélectives Faible taux de valorisation de certains encombrants : déchets verts, métaux, bois, D3E.

37 7. Pistes Propositions d actions Développement des collectes sélectives Mise en place et développement du compostage individuel Développement du réseau de déchèteries et optimisation de leur fonctionnement, ainsi que du réseau d installation de traitement des déchets verts Coordination et uniformisation des pistes au niveau des collectivités : consignes et signalétique similaires Accompagnement de l ensemble des actions par des opérations de communication (ambassadeurs du tri)

38 8.1 Conclusions : Ordures ménagères 35 % du flux d OMR sur brut est composé de déchets putrescibles. On retrouve ensuite les plastiques (12%) et le verre (10%). Les déchets issus des activités économiques présentent une part importante de déchets de cartons (17%) et de papiers (11%). Les résultats ne permettent pas de définir de tendance particulière dans la composition du flux d OMR, que ce soit selon la typologie d habitat ou le secteur géographique. La composition globale du flux d OMR n a pas grandement évoluée sur la période en Guadeloupe, excepté pour les déchets de jardin dont la part à été réduite de moitié (transfert vers déchèteries et collectes d encombrants).

39 8.1 Conclusions : Ordures ménagères Répartition par catégories de déchets similaires entre les campagnes de 2011 et de 2007 (nationale). Mais mise en évidence de l impact des collectes sélectives (verre et emballages ménagers). Les analyses physico-chimiques effectuées sur les déchets mettent en évidence une augmentation du pouvoir calorifique par rapport aux données de Celui-ci reste cependant inférieur à celui des OMR de France hexagonale (données 2007), du fait d une humidité plus élevée des déchets.

40 8.2 Conclusions : déchèteries Les déchets des ménages représentent 61% en masse des déchets déposés en déchèteries, alors que les particuliers représentent 80% des visiteurs. 25,4 kg par habitant ont été déposés en déchèterie en 2011 en Guadeloupe, c est 6 fois moins que le ratio de dépôt en France hexagonale (170,3 kg/hab/an en 2007). 38% de ces déchets étaient des déchets putrescibles (déchets verts) et 17% des déchets de la catégorie incombustibles non classés (gravats). Encore beaucoup de déchets valorisables récupérés en déchèteries ne sont pas valorisés.

41 8.3 Conclusions : encombrants collecté en porte à porte 144,9 kg d encombrants par habitant ont été collectés en porte à porte en 2011 en Guadeloupe, soit près de 10 fois plus qu en métropole (15,5 kg/hab/an en 2007). Le gisement est composé de 4 flux majoritaires : déchets verts (déchets putrescibles) à 37%, métaux, bois (combustibles non classés), et D3E (GEM) à environ 15%. A cela s ajoutent 47,7 kg de déchets verts par habitant collectés de manière spécifique lors de collecte de déchets verts en 2011.

42 Merci de votre attention Merci de votre attention

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

d eau TRI énergie Alimentation déplacements responsable des déchets Consommation d Consommation les fiches pratiques du développement durable

d eau TRI énergie Alimentation déplacements responsable des déchets Consommation d Consommation les fiches pratiques du développement durable les fiches pratiques du développement durable Petites infos et bons conseils pour mieux consommer et mieux vivre ensemble Consommation d eau Consommation d énergie Alimentation responsable déplacements

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane

Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Etat d avancement de la filière Emballages ménagers en Guyane Eco Emballages (1992) et Adelphe (1993) sont des sociétés agréées en charge de la gestion de la fin de vie des emballages ménagers pour le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif

Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif 1/15 Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif Valeurs de référence et protocoles de caractérisation Copyright Aliapur 2009 U Document de référence Juillet 2009 Service R&D Catherine Clauzade

Plus en détail

DIAGNOSTIC PREALABLE AU PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION. SICTOM de Pontaumur/Pontgibaud

DIAGNOSTIC PREALABLE AU PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION. SICTOM de Pontaumur/Pontgibaud 1 DIAGNOSTIC PREALABLE AU PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION SICTOM de Pontaumur/Pontgibaud Sommaire Phase 1 - Etude sociodémographique et économique 4 Phase 2 Etat des lieux de la prévention 44 Phase 3- Gisement

Plus en détail

GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE

GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE GUIDE POUR L ORGANISATION ET LA RÉALISATION D UNE CORVÉE DE NETTOYAGE COMMUNAUTAIRE L ARRIVÉE DU PRINTEMPS ET DE L AUTOMNE EST SOUVENT SYNONYME DE «GRAND MÉNAGE» OU DE «NETTOYAGE DES BERGES». LA FONTE

Plus en détail

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en

Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en Réduisons la quantité de nos déchets! Pourquoi et comment recycler, à quoi ça sert? Les gestes du tri malin en COMMENT ET POURQUOI Pour recevoir votre équipement, téléphonez au TRIER SES DÉCHETS? LE TRI

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter?

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? SOMMAIRE 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? 2 1. Petit tour d horizon de nos déchets 3 Tonnages Evolution des tonnages ordures ménagères

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE COMMISSION DE SUIVI DE SITE Centre de traitement multi filière SYCTOM IVRY Paris XIII Centre de tri et déchèterie exploités par SITA IDF SOMMAIRE Bassins versants Présentation du Centre de tri Bilan d

Plus en détail

Chef de file en gestion immobilière. Guide pour une caractérisation efficace des matières résiduelles

Chef de file en gestion immobilière. Guide pour une caractérisation efficace des matières résiduelles Chef de file en gestion immobilière Guide pour une caractérisation efficace des matières résiduelles Table des matières 3 Réalisation et remerciement 4 Un guide pour mieu comprendre ses! 5 Quel est le

Plus en détail

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons S ( implifiezletri vous GUIDE DU TRI Ville de Bondy Quelle poubelle choisir? Les autres déchets Vos équipements Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons Journaux, magazines

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles

Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Centre de Valorisation Organique des Ordures Ménagères résiduelles Les sous-produits haut PCI : recherche d une valorisation en combustible Le 14 novembre 2013 SYTRAD Zone Industrielle La Motte - 7 rue

Plus en détail

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 592-20, L. 593-3, L. 593-10 et L. 593-27 ;

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 592-20, L. 593-3, L. 593-10 et L. 593-27 ; Décision n 2015-XX-XXXX de l Autorité de sûreté nucléaire du xx xxxxx 2015 fixant les valeurs limites de rejet dans l environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

DÉCHETS ÉDITION 2014. Coiffe

DÉCHETS ÉDITION 2014. Coiffe DÉCHETS ÉDITION 214 Boula ngeri e ANT R TAU RES Coiffe ur Remerciements Étude réalisée par In Numeri : Laurence HAEUSLER, Anne-Gaelle MORO-GOUBELY, Guillaume BERTHOIN Coordination technique : Christian

Plus en détail

Tableau de bord. déchets d'emballages ménagers

Tableau de bord. déchets d'emballages ménagers Tableau de bord déchets d'emballages ménagers Version finale Données 214 ADEME/DECD/SPEM/SPa 1 sur 2 version finale - juillet 215 ADEME/DECD/SPEM/SPa 2 sur 2 version finale - juillet 215 chiffres clés

Plus en détail

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons?

Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? LYCEE FENELON : démarche Qualycée en cours Quels sont les efforts réalisés à Fénelon pour contribuer au tri sélectif et à la valorisation des déchets que nous produisons? 16/03/2015 tri sélectif à Fénelon

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Opération Foyers Témoins. Questionnaire de début d opération

Opération Foyers Témoins. Questionnaire de début d opération Questionnaire de début d opération Vous avez décidé de participer à l opération nationale «Foyer Témoin 2007» organisée par l ADEME et les partenaires de la campagne de communication «Réduisons vite nos

Plus en détail

Boulangerie AURANT REST Coiffeur

Boulangerie AURANT REST Coiffeur Boula ngeri e ANT R TAU RES Coiffe ur Remerciements Étude réalisée par In Numeri : Laurence HAEUSLER, Anne-Gaelle MORO-GOUBELY, Guillaume BERTHOIN Coordination technique : Christian MATHERY et Pierre GALIO,

Plus en détail

Ces objectifs visent la récupération de :

Ces objectifs visent la récupération de : Projet de plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Les enjeux sont importants. La Ville de Gatineau doit revoir son plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour les années 2016 à 2020

Plus en détail

Guide sur le service DÉCHETS MÉNAGERS. Déchets triés Coûts maîtrisés

Guide sur le service DÉCHETS MÉNAGERS. Déchets triés Coûts maîtrisés Guide sur le service DÉCHETS MÉNAGERS Déchets triés Coûts maîtrisés La redevance incitative, qu est-ce que c est? C est un système de facturation qui prend en compte la collecte et le traitement de tous

Plus en détail

FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5

FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5 FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5 L'incinération (avec récupération d'énergie) des déchets ménagers et assimilés en Belgique Aurore De Boom, U.L.B., Ecole Polytechnique,

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton de Fresnes en Woevre RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIQUE D ELIMINATION DES DECHETS

Communauté de Communes du Canton de Fresnes en Woevre RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIQUE D ELIMINATION DES DECHETS Communauté de Communes du Canton de Fresnes en Woevre RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIQUE D ELIMINATION DES DECHETS Vu le décret n 2000-404 du 11 Mai 2000, relatif au rapport

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE SAINT-HILAIRE-DU-HARCOUET. Règlement du service de collecte des déchets ménagers

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE SAINT-HILAIRE-DU-HARCOUET. Règlement du service de collecte des déchets ménagers COMMUNAUTE DE COMMUNES DE SAINT-HILAIRE-DU-HARCOUET Règlement du service de collecte des déchets ménagers Décembre 2011 1) Dispositions générales Article 1- Objet du règlement L objet du présent règlement

Plus en détail

La redevance Incitative.

La redevance Incitative. La redevance Incitative. La Communauté de Communes «Le Tonnerrois en Bourgogne» (CCTB) met en place sur les 52 communes du territoire un nouveau système de facturation pour les Déchets Ménagers : LA REDEVANCE

Plus en détail

GUIDE DU TRI. Rentrée 2013 Sur le campus aussi, je trie!

GUIDE DU TRI. Rentrée 2013 Sur le campus aussi, je trie! GUIDE DU TRI Rentrée 2013 Sur le campus aussi, je trie! Édito Vous avez entre les mains le premier Guide du Tri du campus Lyon Ouest Écully. Il concerne les acteurs de l École Centrale de Lyon et d EMLYON

Plus en détail

déchets ménagers Collecte en apport aux colonnes Tél. 02 43 94 86 50 www.syndicatvaldeloir.fr

déchets ménagers Collecte en apport aux colonnes Tél. 02 43 94 86 50 www.syndicatvaldeloir.fr info service + Organisation de la collecte Demandez l autocollant «Stop pub»! Si vous ne souhaitez pas recevoir de publicités dans votre boîte à lettres, une seule solution : l autocollant «Stop pub»!

Plus en détail

SIEEOM Grisolles-Verdun

SIEEOM Grisolles-Verdun SIEEOM Grisolles-Verdun Actions visant la réduction des déchets Intervenante : Elodie Botti Présentation du SIEEOM Grisolles-Verdun Le syndicat regroupe 16 communes soit 20 968 habitants (population INSEE

Plus en détail

Profil Environnemental Produit (PEP)

Profil Environnemental Produit (PEP) 1 S/FTP 900MHz Cat. 7 4P R7600 Déclaration environnementale de type III N d'enregistrement : ACOM-2011-017-V1-fr Information programme : www.pep-ecopassport.org Date d'édition : 10-2009 Durée de validité

Plus en détail

Collecte sélective des déchets ménagers. Le Guide du tri

Collecte sélective des déchets ménagers. Le Guide du tri Collecte sélective des déchets ménagers Le Guide du tri Dans le sac jaune, le bac à couvercle jaune ou les conteneurs, je dépose : Papiers, cartons Pensez à enlever les films plastiques! Bouteilles et

Plus en détail

Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr

Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr Communauté de Communes de la Basse-Zorn 34, rue de La Wantzenau - 67720 Hoerdt Tél : 03 90 64 25 50 Site : www.cc-basse-zorn.fr NOUVEAU SYSTEME DE COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS Weitbruch Gries Kurtzenhouse

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS

RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS RAPPORT ANNUEL 2011 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS Castellare di Casinca. Loreto di Casinca. Penta di Casinca. Porri. Sorbo Ocagnano. Venzolasca. Vescovato 1 SOMMAIRE

Plus en détail

- Partie 3 : Plan d actions de la Ville

- Partie 3 : Plan d actions de la Ville - Partie 3 : Plan d actions de la Ville 1. Méthode d élaboration 2. Le plan d action obtenu 3. Les fiches actions 4. Bilan 5. Suivi de la mise en œuvre du plan d action 45 1. Méthode d élaboration Elaboration

Plus en détail

Etude cofinancée par la FNB, l ADEME et Adelphe, filiale d Eco-Emballages

Etude cofinancée par la FNB, l ADEME et Adelphe, filiale d Eco-Emballages IMPACT DE LA LOGISTIQUE RETOUR SUR LA COLLECTE DES EMBALLAGES PERDUS EN CHD Publication octobre 2013 Etude cofinancée par la FNB, l ADEME et Adelphe, filiale d Eco-Emballages 2 Synthèse La mise en place

Plus en détail

LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS

LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS UN DOUTE? UNE QUESTION? LE DEVENIR DES EMBALLAGES TRIÉS LA COLLECTE DES SACS ET DES BACS JAUNES : Les agents de collecte ramassent une fois par semaine les sacs et bacs jaunes. Seuls les emballages et

Plus en détail

La sortie du statut de déchets du bois d emballage :

La sortie du statut de déchets du bois d emballage : La sortie du statut de déchets du bois d emballage : point d avancement et conséquences DÉROULEMENT Préambule : les enjeux dans lequel s inscrit la SSD Analyse comparée des régimes déclaration et enregistrement

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets ménagers et assimilés

RAPPORT ANNUEL. sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets ménagers et assimilés RAPPORT ANNUEL sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets ménagers et assimilés 2012 PLAN Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Modèles de documents pour le projet de gestion de déchets. Sommaire. Vers le Sommaire général

Modèles de documents pour le projet de gestion de déchets. Sommaire. Vers le Sommaire général pour le projet de gestion de Sommaire Modèle de Questionnaire Diagnostic.......................... 2 Modèle de Projet (contenu et présentation du plan d actions)............ 6 Fiche d évaluation des actions

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal

INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09. Pilot Project on E-Waste Senegal INECE Workshop on E-Waste in West Africa Accra, 24-25 June 09 Pilot Project on E-Waste Senegal CONTEXTE Nombre considérable d ordinateurs et de téléphones portables en circulation annuellement et demande

Plus en détail

Lettre info environnement

Lettre info environnement S O M M A I R E : 1-Edito du Président 2-Equipement des Professionnels et Particuliers en containers ordures ménagères 3-Les Permanences en Mairie et au bâtiment technique 4 Les Modalités de distribution

Plus en détail

Les verres, bocaux et bouteilles en verre

Les verres, bocaux et bouteilles en verre Guide pratique du tri Les poubelles R pour protéger l et vos éc Trier ses déchets, ce n est pas seulement un geste citoyen bénéfique à l environnement, c est aussi un moyen de faire des économies en réduisant

Plus en détail

PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS

PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS guide de la REDEVANCE INCITATIVE à la réduction, au tri et à une meilleure gestion des déchets PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Capsule «Les déchets encombrants»

Capsule «Les déchets encombrants» Capsule «Les déchets encombrants» Vous sentez-vous encombrés par vos vieux objets périmés ou brisés? Les jeter aux ordures n est pas la solution. Appareils électriques, électroniques et mobilier de maison

Plus en détail

Figure 1 : Plan de localisation du jardin partagé du Vieux Lyon (source : Géolyon).

Figure 1 : Plan de localisation du jardin partagé du Vieux Lyon (source : Géolyon). COMPTE-RENDU D ANALYSES DE SOLS INTERPRETATION DE L ETAT DES MILIEU (IEM) Jardin «Les Terrasses», 27 Montée du Chemin Neuf, Lyon 5 ème 1. Introduction Contexte : Actuellement, la Ville de Lyon met à la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés

Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés Page 1 sur 9 Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés ARTICLE 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 : Objet Le présent règlement fixe, à l intérieur du périmètre de ramassage des déchets

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIMOGES. Thèse

UNIVERSITE DE LIMOGES. Thèse UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technique Santé Faculté des Sciences et Techniques Année : 2005 Thèse N : 562005 Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Discipline

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

IMPORTANCE DU TRI? Guide. du tri. Trier : un geste simple pour l environnement ÉDITION 2014. A conserver

IMPORTANCE DU TRI? Guide. du tri. Trier : un geste simple pour l environnement ÉDITION 2014. A conserver IMPORTANCE DU TRI? Guide Trier : un geste simple pour l environnement ÉDITION 2014 A conserver Importance? Dans quelle poubelle dois-je déposer ma barquette en plastique? Ma boîte d œufs? Ma bouteille

Plus en détail

Défi 7/7 Mission Ecogestes

Défi 7/7 Mission Ecogestes Défi 7/7 Mission Ecogestes - 202 851 habitants (au 1er janvier 2011) Les hommes commencent à se regrouper dans des villes. Les déchets sont jetés dans les rues entraînant de nombreuses épidémies meurtrières

Plus en détail

Programme Local de Prévention des Déchets

Programme Local de Prévention des Déchets Programme Local de Prévention des Déchets, Direction collecte et traitement des déchets Esplanade Charles de Gaulle 33076 BORDEAUX Cedex 02.97.02.29.00 Sommaire Pages INTRODUCTION : CONTEXTE ET OBJECTIFS

Plus en détail

La rationalisation des collectes. Lancement de la collecte séparée des déchets organiques et passage aux conteneurs à puce AUBEL

La rationalisation des collectes. Lancement de la collecte séparée des déchets organiques et passage aux conteneurs à puce AUBEL La rationalisation des collectes Lancement de la collecte séparée des déchets organiques et passage aux conteneurs à puce AUBEL Table des matières I. Présentation INTRADEL II. Pourquoi les conteneurs?

Plus en détail

Dossier de presse - 13 juin 2013

Dossier de presse - 13 juin 2013 Dossier de presse - 13 juin 2013 Rappel du contexte Étude d optimisation financée par Adelphe (diagnostic technico financier du service, diagnostic communication, enquête satisfaction habitants et élus)

Plus en détail

À recycler ou pas? Guide pratique du tri

À recycler ou pas? Guide pratique du tri À recycler ou pas? Guide pratique du tri Pour trier, quels sont vos équipements? Pour les bouteilles et flacons en plastique, les emballages métalliques, les cartonnettes et les briques alimentaires Pour

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL ANNEE 2012 Service Déchets

RAPPORT ANNUEL ANNEE 2012 Service Déchets RAPPORT ANNUEL ANNEE 2012 Service Déchets 17/06/13 rpqs2012 1 Sommaire 1. Le territoire... 3 1.1 Présentation générale... 4 1.2 Population... 4 1.3 Moyens humains... 5 2. Organisation générale du service

Plus en détail

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation?

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation? Résumé Afin de compléter les travaux réalisés par l'arene, l'ademe, Gaz de France et l'agence de l'eau Seine-Normandie depuis 1999 sur le sujet de la méthanisation, filière de traitement des biodéchets

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois

Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois CARTE DE VISITE Le Centre de traitement des Battées, à Sauvigny-le-Bois Contacts SITA Centre Est : Florent MAILLY Directeur de l agence traitement Tél : 06 87 76 29 74 / florent.mailly@sita.fr Nicolas

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de

La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de La Communauté urbaine Marseille Provence assure la collecte, la valorisation et l élimination des déchets ménagers et assimilés pour l ensemble de ses 18 communes membres. Collecte des déchets ménagers

Plus en détail

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative

Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Deux collectivités à l heure de la redevance incitative Zero Waste France a organisé à la fin du mois dernier un voyage d étude en Alsace et Franche- Comté. Ce fut l occasion de visiter des collectivités

Plus en détail

Tri et réduction des déchets

Tri et réduction des déchets Tri et réduction des déchets dans les locaux sociaux de son établissement # 1 - Organiser le tri dans les locaux sociaux # 2 - Valoriser les déchets en organisant la collecte des poubelles # 3 - Communiquer

Plus en détail

La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets

La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets Conseil général des Mines Juillet 2000 Ministère de l Economie, des finances et de l industrie La récupération de l'énergie issue du traitement des déchets Rapport de Henri Prévot Ingénieur général des

Plus en détail

LES PRINCIPAUX DÉCHETS Banals

LES PRINCIPAUX DÉCHETS Banals FICHE 01 Les déchets par corps de métiers Gros oeuvre - Terrassement Inertes Emballages et Recyclages TERRE PIERRE CONSIGNÉES PAPIER MÉLANGE MÉTAUX EMBALLAGE Base de Ciment, mortier, et béton Brique Mélanges

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS ANNEE 2013

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS ANNEE 2013 SERVICE DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MENAGERS RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS ANNEE 2013 Rapport présenté par Monsieur Michel LAUZZANA,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES

NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES NOTE D INFORMATION : PERIMETRE DECLARATIF ECO-EMBALLAGES Vous trouverez dans cette note, les informations suivantes : 1. DEFINITION D UN EMBALLAGE MENAGER 2. QUELLES SONT LES ENTREPRISES CONCERNEES? 3.

Plus en détail

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com Pour plus d informations sur nos partenariats : +31(0)88 7865847 + 31 (0) 88 7865099 info@ Eau saine au goût agréable. Rétention de minéreaux essentiels. Système membranaire inégalé et breveté. Plus de

Plus en détail

RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS

RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS Direction de la Propreté et de l Eau Service Technique de la Propreté de Paris RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS Préambule : La préservation et l amélioration de la qualité

Plus en détail

pratique Guide Trions plus, trions mieux pour payer moins SMIEEOM Val de Cher

pratique Guide Trions plus, trions mieux pour payer moins SMIEEOM Val de Cher Guide pratique SMIEEOM Val de Cher Trions plus, trions mieux pour payer moins SMIEEOM Val de Cher - 22, rue de Gâtines - 41110 SEIGY Tél. : 02 54 75 76 66 - Fax : 02 54 75 76 60 - sieeomvaldecher@wanadoo.fr

Plus en détail

Collecte des déchets. Calendrier & guide pratique 2015. Le verre : tous volontaires!

Collecte des déchets. Calendrier & guide pratique 2015. Le verre : tous volontaires! Le verre : tous volontaires! En 205, toutes les communes du Sicoval collectent le verre en Récup verre Plus de 250 bornes réparties sur l ensemble du territoire Pour augmenter les performances de tri Pour

Plus en détail

DECHETERIES. Donnez, recyclez, réparez, compostez avant de jeter! www.agglo-larochelle.fr. Service Gestion des déchets rue Anita Conti 17180 PÉRIGNY

DECHETERIES. Donnez, recyclez, réparez, compostez avant de jeter! www.agglo-larochelle.fr. Service Gestion des déchets rue Anita Conti 17180 PÉRIGNY DECHETERIES Donnez, recyclez, réparez, compostez avant de jeter! Service Gestion des déchets rue Anita Conti 17180 PÉRIGNY 0 800 535 844 Du lundi au vendredi de 8h15 à 12h et de 13h15 à 16h45 Photo : Fred

Plus en détail

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur

Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Seminarie 04/11/2010 Toepassing van LED's in de binnenverlichting Séminaire 04/11/2010 Les applications LED en éclairage intérieur Michel Nicosia Verkoopleider Zuid - Chef de vente Sud IBE-BIV Séminaire

Plus en détail

Bilan général Rhône-Alpes

Bilan général Rhône-Alpes Bilan général RhôneAlpes 42 Loire 69 Rhône 01 Ain 38 Isère 74 HauteSavoie 73 Savoie 07 Ardèche 26 Drôme Edition décembre 2005 données 2004 Tonnage global de déchets traités en 2004 en RhôneAlpes : 4 695

Plus en détail

«Ne soyons pas spectateurs, mais acteurs de nos déchets!»

«Ne soyons pas spectateurs, mais acteurs de nos déchets!» Tout savoir sur la prochaine tarification du service d enlèvement des déchets ménagers «Ne soyons pas spectateurs, mais acteurs de nos déchets!» Face à l opacité d un système ne répondant plus à la politique

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction de l Eau et de la Biodiversité Sous-Direction de la Protection et de la Gestion des Ressources

Plus en détail

Risques #12 LA VILLE ET L ENVIRONNEMENT

Risques #12 LA VILLE ET L ENVIRONNEMENT Le développement durable ne concerne pas seulement les risques que l Homme peut présenter pour l Environnement ; il intègre également les risques que la Nature ou l Homme peuvent occasionner pour nos sociétés.

Plus en détail