UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE"

Transcription

1 Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de l été Comme dans toute la zone euro, la conjoncture économique reste défavorable en France au troisième trimestre Le climat des affaires se détériore et la consommation des ménages stagne compte tenu de leurs inquiétudes croissantes face à la montée du chômage. Globalement, l activité de l artisanat et du commerce de proximité enregistre un reflux plus marqué au cours du 3 ème trimestre 2012 : - 1,5 % comparé au 3 ème trimestre De fait, le rythme annuel de progression devient étale sur les douze derniers mois. Comme au trimestre précédent, les artisans du bâtiment sont les seuls à enregistrer une hausse de leur activité en valeur. Leur chiffre d affaires progresse ainsi de + 1 % au cours du trimestre sous-revue, soutenu à nouveau par l augmentation des prix. Les artisans de l alimentation et des commerces alimentaires de proximité affichent une évolution semblable au marché (- 1,5 %). La baisse est un peu plus importante pour les secteurs des TP et des services (- 2 % chacun). Les hôtelierscafetiers-restaurateurs ainsi que les artisans de la fabrication enregistrent les replis de chiffre d affaires les plus conséquents : respectivement - 3,5 % et - 4 %. Désormais, toutes les entreprises quelle que soit leur taille sont concernées par la baisse d activité. Les perspectives s avèrent défavorables pour l ensemble des artisans et du commerce alimentaire de proximité. I La conjoncture de l artisanat et du commerce de proximité II La conjoncture des principaux métiers III IV V 3 ème TRIMESTRE 2012 Evolution de l activité selon la taille des entreprises (artisanat et commerce de proximité) Evolution de la trésorerie des entreprises de l artisanat et du commerce de proximité Anticipations d activité des entreprises de l artisanat et du commerce de proximité La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 1/10

2 I - LA CONJONCTURE DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE A - L ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE Ralentissement L activité économique connaît un nouveau ralentissement au cours de l été La dégradation du climat des affaires cumulée à une consommation des ménages stagnante explique en grande partie cette situation. L évolution du PIB en volume recule (- 0,2 %) au cours du 3 ème trimestre 2012 comparé au même trimestre de l année précédente. En termes de valeur, le taux de progression atteint + 1,4 %, du fait de l inflation. Sur les douze derniers mois, l activité en valeur voit son taux de croissance se réduire pour s établir à + 2 % à la fin du mois de septembre. Evolution du PIB (en valeur) + 1,4 % - 0,2 % + 1,6 % + 1,4 % Source INSEE B - L ACTIVITE DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE global de l artisanat et du commerce de proximité (3) Accentuation de la baisse La baisse enregistrée au cours du printemps 2012 s accentue au 3 ème trimestre Le chiffre d affaires de l artisanat et du commerce de proximité affiche ainsi un recul de - 1,5 % à un an d intervalle après - 0,5 % au second trimestre. A l instar du trimestre précédent, les artisans du bâtiment sont les seuls à connaître une croissance de leur activité (+ 1 %), résultant une nouvelle fois essentiellement de la hausse des prix. Le chiffre d affaires des artisans de l alimentation et du commerce alimentaire de proximité s avère conforme au marché (- 1,5 %) tandis que le recul atteint - 2 % pour ceux des TP et des services. La situation est moins favorable pour les secteurs de l HCR et de la fabrication : respectivement - 3,5 % et - 4 %. Les perspectives s annoncent moroses pour les trois prochains mois et ce, pour l ensemble des professionnels. (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en%) (2) Evolutions sur quatre trimestres cumulés (en%) (3) Bâtiment, travaux publics, services, fabrication, artisanat de l alimentation, commerce alimentaire de proximité-hcr *Seul l artisanat était pris en compte jusqu au 4T2011 La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 2/10

3 II - LA CONJONCTURE DES PRINCIPAUX METIERS A LES METIERS DU BATIMENT 1. CONJONCTURE DU SECTEUR BATIMENT du secteur bâtiment + 1,5 % Un été morose Malgré un mois de juillet dynamique, l activité bâtiment s est montrée plutôt maussade au cours de la période estivale. Ainsi en valeur, l activité affiche une progression de 1,5 % entre le 3 ème trimestre 2012 et le même trimestre de l année 2011, du fait notamment de la hausse des prix. En revanche, le volume des travaux se contracte de - 0,5 % sur la période étudiée. De fait, le rythme annuel de progression se ralentit à l issue du mois de septembre, atteignant + 0,5 % en volume, soit + 3 % en valeur (contre respectivement + 1 % et + 3,5 % à la fin du printemps 2012). Source I+C - 0,5 % + 2 % + 1,5 % 2. CONJONCTURE DES METIERS DE L ARTISANAT DU BATIMENT Moindre dynamisme de la part des artisans des métiers de l artisanat du bâtiment + 1 % A l inverse du trimestre précédent, l activité des artisans du bâtiment s avère moins dynamique que celle de l ensemble du secteur au cours du 3 ème trimestre La croissance s établit ainsi à + 1 % en valeur au cours du trimestre sous revue comparé au même trimestre de l année En volume, le chiffre d affaires recule de - 1 % sur la période. Sur les douze derniers mois, le rythme de progression reste comparable à celui de l ensemble du secteur, soit + 3 % en valeur et + 0,5 % en volume. (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en %) (2) Evolutions sur quatre trimestres cumulés (en %) La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 3/10

4 II - LA CONJONCTURE DES PRINCIPAUX METIERS B LES METIERS DES TRAVAUX PUBLICS 1. CONJONCTURE DU SECTEUR TRAVAUX PUBLICS du secteur des travaux publics + 3 % Progression La saison estivale a été favorable aux travaux publics. Ainsi, le chiffre d affaires en valeur progresse au troisième trimestre 2012 comparé au troisième trimestre 2011 (+ 3 %). Du fait de la hausse des prix, l augmentation de l activité des travaux publics se montre plus restreinte en termes de volume : + 0,7 % seulement. La tendance annuelle demeure largement positive à l issue des mois de juillet, août et septembre, s établissant à + 3,4 %. Source I+C + 0,7 % + 2,3 % + 3 % 2. CONJONCTURE DES METIERS DE L ARTISANAT DES TRAVAUX PUBLICS Nouveau recul L activité des artisans des travaux publics s avère moins bonne que celle de l ensemble du secteur. Le chiffre d affaires recule ainsi de - 2 % sur la période concernée, soit une baisse identique à celle observée au cours du trimestre précédent. des métiers de l artisanat des travaux publics - 2 % (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en %) (2) Evolutions sur quatre trimestres cumulés (en %) La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 4/10

5 II - LA CONJONCTURE DES PRINCIPAUX METIERS C LES METIERS DES SERVICES 1. CONJONCTURE DU COMMERCE NON ALIMENTAIRE du commerce non alimentaire + 1,6 % Reprise des ventes pendant l été En recul au printemps, l activité du commerce non alimentaire s établit en hausse au cours du 3 ème trimestre 2012, comparé au même trimestre de Les ventes en valeur progressent ainsi de + 1,6 % à un an d intervalle essentiellement du fait de l augmentation des prix qui s avère dynamique. En effet, en volume, le chiffre d affaires s inscrit en recul de - 1,2 %. L équipement de la personne, en particulier la chaussure, est orienté à la hausse sur la période. Le constat est inverse pour l équipement du logement. Source Banque de France - 1,2 % + 2,8 % + 1,6 % 2. CONJONCTURE DES METIERS DE L ARTISANAT DES SERVICES Renouvellement de la baisse Le recul de l activité des services de l artisanat enregistré au 2 ème trimestre 2012 se poursuit pendant la saison estivale. Le chiffre d affaires affiche à nouveau une baisse de - 2 % à un an d intervalle. Le rythme annuel d évolution reste proche de - 2,5 % à l issue du mois de septembre Les mauvais résultats de la réparation automobile pénalisent toujours largement le secteur alors que l activité coiffure reste orientée positivement. des métiers de l artisanat des services (3) - 2 % (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en %) (2) Evolutions sur quatre trimestres cumulés (en %) (3) Réparation, coiffure, esthétique, La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 5/10

6 II - LA CONJONCTURE DES PRINCIPAUX METIERS D LES METIERS DE LA FABRICATION 1. CONJONCTURE DES SECTEURS INDUSTRIELS de la production des secteurs industriels - 0,5 % Léger recul Mal orientée au 2 ème trimestre, la production des secteurs industriels enregistre un nouveau repli au cours de l été Le chiffre d affaires de ce secteur recule ainsi de - 0,5 % à un an d intervalle. A l instar du 2 ème trimestre, la hausse des prix des matières premières permet de limiter la baisse. En effet, en volume le recul est plus important, s établissant à - 1,8 % entre le 3 ème trimestre 2012 et le même trimestre de Le rythme annuel d évolution se ralentit, avoisinant + 1 % à l issue du trimestre sous revue. Source INSEE / I+C - 1,8 % + 1,3 % - 0,5 % 2. CONJONCTURE DES METIERS DE L ARTISANAT DE LA FABRICATION Nette détérioration L activité de l artisanat de la fabrication recule sensiblement au cours des mois de juillet, août et septembre 2012, comparés aux mêmes mois de Le chiffre d affaires accuse ainsi un repli de - 4 % à un an d intervalle. En conséquence, le rythme annuel d évolution devient négatif à la fin du mois de septembre : - 1 %. La situation s avère dégradée pour la totalité des secteurs, en particuliers ceux du «papierimprimerie» et du «bois-ameublement». des métiers de l artisanat de la fabrication (3) - 4 % (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en%) (2) Evolutions sur quatre trimestres cumulés (en%) (3) Travail des métaux, textile-habillement, bois-ameublement, matériaux de construction, La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 6/10

7 II - LA CONJONCTURE DES PRINCIPAUX METIERS du commerce alimentaire E LES METIERS DE L ALIMENTATION 1. CONJONCTURE DU COMMERCE ALIMENTAIRE - 1,2 % Inversion de tendance Le ralentissement de l activité du commerce alimentaire observé au cours du 2 ème trimestre 2012 se confirme au 3 ème trimestre. Le chiffre d affaires de ce secteur accuse ainsi un repli de - 1,2 % à un an d intervalle. La hausse des prix permet toutefois de limiter cette baisse puisqu en volume le recul atteint - 2,2 %. De fait, le rythme annuel d évolution poursuit son ralentissement, s établissant désormais à + 1,7 % à l issue de la période observée. Source Banque de France - 2,2 % + 1 % - 1,2 % Zoom sur le chiffre d affaires HCR au 3T2012 : - 3,5 % 2. CONJONCTURE DES METIERS DE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION ET DU COMMERCE ALIMENTAIRE DE PROXIMITE-HCR En repli L activité de l artisanat de l alimentation et du commerce alimentaire de proximité affiche un repli proche de celui de l ensemble du secteur. Le chiffre d affaires baisse ainsi de - 1,5 % entre le 3 ème trimestre 2012 et la même période de l année précédente. Ce recul ne concerne que les artisans (notamment les boulangeries et les poissonneries), l activité des commerçants étant plutôt stable à un an d intervalle. L activité s avère plus dégradée pour les hôteliers, cafetiers et restaurateurs avec un chiffre d affaires en baisse de - 3,5 % entre le 3 ème trimestre 2012 et le même trimestre de (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en%) (2) Evolution sur quatre trimestres cumulés (en%) (3) Boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie, poissonnerie, (4) Epicerie, fruits et légumes, produits laitiers (5) Hôtels-cafés-restaurants, Source SYNHORCAT / I+C des métiers de l artisanat de l alimentation et du commerce alimentaire de proximité (4) - 1,5 % des métiers de l HCR (5) - 3,5 % Source SYNHORCAT / I+C La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 7/10

8 III EVOLUTION DE L ACTIVITE SELON LA TAILLE DES ENTREPRISES (artisanat et commerce de proximité) Recul plus marqué pour les entreprises individuelles Comme au trimestre précédent, les entreprises n ayant pas de salariés enregistrent la plus forte baisse d activité au cours des mois de juillet, août et septembre 2012 (- 3,5 %). Le recul du chiffre d affaires des structures de 1 à 5 salariés s accentue également atteignant - 2 % à un an d intervalle. L activité des entités de taille plus importante est désormais elle aussi négative, s établissant à - 0,5 % pour les entreprises de 6 à 9 salariés et - 1 % pour celles de plus 10 salariés. Evolution (1) du chiffre d affaires des entreprises individuelles (aucun salarié) Evolution (1) du chiffre d affaires des petites entreprises (1 à 5 salariés) Evolution (1) du chiffre d affaires des entreprises de 6 à 9 salariés Evolution (1) du chiffre d affaires des entreprises de plus de 10 salariés (1) Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en %) *Seul l artisanat était pris en compte jusqu au 4T2011 La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 8/10

9 IV EVOLUTION DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Opinion sur la trésorerie * Positionnement des métiers au 2T12 Travaux publics Bâtiment Services Fabrication Alimentation (1) HCR (1) artisanat de l alimentation et commerce alimentaire de proximité Très forte progression En progression Stable En recul En fort recul Détérioration La trésorerie des entreprises artisanales et des commerces alimentaires de proximité se dégrade à nouveau au cours du 3 ème trimestre Toutes les catégories de métiers observent une forte détérioration de leur situation de trésorerie au cours de l été * Evolution du trimestre par rapport au même trimestre de l année précédente (en %) V ANTICIPATIONS D ACTIVITE DES ENTREPRISES DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Positionnement des métiers au 3T12 Anticipation de l activité du 4 ème trimestre 2012 Travaux publics Bâtiment Services Fabrication Alimentation (1) HCR (1) artisanat de l alimentation et commerce alimentaire de proximité Très forte progression En progression Stable En recul En fort recul *Seul l artisanat était pris en compte jusqu au 4T2011 Perspectives moroses pour la fin d année A l issue de la saison estivale, un tiers des artisans et des responsables des commerces alimentaires de proximité se montrent inquiets quant à leur activité sur les trois prochains mois. Dans le même temps, ils ne sont plus que 10 % à s attendre à une activité plus soutenue contre 22 % trois mois auparavant. L ensemble des métiers s attendent à des résultats en forte baisse. La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T2012 9/10

10 EN COLLABORATION AVEC L UPA, L INSTITUT I + C REALISE CHAQUE TRIMESTRE : LA LETTRE TRIMESTRIELLE D INFORMATION DES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Enquête réalisée par l Institut I + C pour le compte de l UPA auprès d un panel de entreprises à raison de : entreprises du bâtiment (gros œuvre, second œuvre technique, second œuvre finition, ) entreprises de travaux publics métiers des services (réparation automobile, taxis, ambulances, coiffure, blanchisserie, teinturerie, ) entreprises de fabrication (travail des métaux, bois ameublement, textile habillement, imprimerie,...) métiers de l artisanat de l alimentation (boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie, poissonnerie, ) et 300 du commerce alimentaire de proximité (épicerie, fruits et légumes, produits laitiers, ) HCR (hôtels-cafés-restaurants) Les résultats obtenus ont systématiquement fait l objet des repondérations nécessaires en nombre d entreprises ou en chiffre d affaires selon la nature des indicateurs concernés. Toute reproduction totale ou partielle du présent document, sans accord préalable des responsables de l Institut I + C, est formellement interdite. La lettre trimestrielle d information des Métiers de l Artisanat et du Commerce de Proximité CONJONCTURE 3T /10

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Toujours pas de reprise

Toujours pas de reprise 2 ème TRIMESTRE JUILLET 2015 CHIFFRE D AFFAIRES 2 ème TRIM 2015 Toujours pas de reprise La conjoncture est encore une fois perçue par près de 80 % de nos dirigeants comme défavorable voire très défavorable.

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 214 L élevage Galop : des saillies en baisse à mi-année 214 Trot : hausse marquée de la production à mi-année 214 Selle : nouvelle baisse du nombre de juments

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2013 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT 1 000 entreprises artisanales supplémentaires dans les Hauts-de-Seine!

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS

RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS RESUME SYNTHETIQUE DE L IMPACT DES DELESTAGES SUR L ACTIVITE ECONOMIQUE ET LE BIEN ETRE DES POPULATIONS La période récente a été marquée au Sénégal par des perturbations importantes dans la distribution

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

CRÉER UNE ENTREPRISE

CRÉER UNE ENTREPRISE CRÉER UNE ENTREPRISE QUELLES SONT LES ACTIVITES QUI RELEVENT DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT? Les professions dans lesquelles sont exercées les activités suivantes font l objet d une inscription

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

L INDUSTRIE en Seine-et-Marne

L INDUSTRIE en Seine-et-Marne FOCUS études JUILLET 213 information économique L INDUSTRIE en Seine-et-Marne L industrie (hors BTP) regroupe 3 99 établissements et 47 268 emplois salariés en Seine-et-Marne. Souvent présenté sous l angle

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014 Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 214 L élevage : premières tendances 214 Course : baisse des juments saillies en galop, contrairement au trot Selle et poneys : la baisse des juments et ponettes saillies

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS EN 2013 : LEUR NOMBRE CONTINUE DE PROGRESSER MAIS LEUR CHIFFRE D AFFAIRES MOYEN DIMINUE

LES AUTO-ENTREPRENEURS EN 2013 : LEUR NOMBRE CONTINUE DE PROGRESSER MAIS LEUR CHIFFRE D AFFAIRES MOYEN DIMINUE Fin, on dénombre 911 000 autoentrepreneurs (AE). Ils représentent 51 % de l ensemble des travailleurs indépendants (hors secteur agricole) immatriculés depuis la création du dispositif le 1 er janvier

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010 des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque Septembre 2010 INTRODUCTION Au Pays Basque, le secteur agro-alimentaire regroupe une centaine d entreprises industrielles et compte avec l agriculture

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire tableau de bord économi ue n#40# FÉVRIER 2014 Période de référence : Septembre - Décembre 2013 DE LA RÉGION CENTRE Cinq années après le début de la crise, l économie européenne semble reprendre des couleurs.

Plus en détail

P0 C M B N 50782#05 NOTICE DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE C OMMERCE MÉTIERS BATELLERIE PERSONNE PHYSIQUE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère obligatoire.

Plus en détail

facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers.

facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers. facility serv La première conciergerie durable et équitable de Haute Normandie! Un pôle unique de services pour salariés et particuliers. 1 Sommaire 1. Le Marché de la Conciergerie en France (page 3).

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr.

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr. SEPTEMBRE 2012 N 4 4 LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER - Photos : Nicolas Bouzou, Peter Allan - 09/2012 EN PARTENARIAT AVEC www.objectif-lr.com

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Indicateurs mars 2013 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques Les tensions sur le marché du travail au 4 E 2012 Au 4 e 2012, l indicateur de tension

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des agents immobiliers 1) Indice de Perception du marché IMmobilier (IPIM) OCTOBRE 2013

Résultats de l enquête auprès des agents immobiliers 1) Indice de Perception du marché IMmobilier (IPIM) OCTOBRE 2013 Résultats de l enquête auprès des agents immobiliers 1) Indice de Perception du marché IMmobilier (IPIM) OCTOBRE 2013 1. Perspectives sombres pour le marché immobilier en 2014 selon les agents immobiliers

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE 13 septembre 2013 Chiffre d affaires 3ème trimestre 2013 (1er mai 2013 31 juillet 2013) - Volume d activité Villages 1 : 342 M + 0,3% à taux de change constant - CA Groupe : 317 M

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

> ÉDITION mars 2015 DONNÉES 2014. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français

> ÉDITION mars 2015 DONNÉES 2014. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français > ÉDITION mars 2015 DONNÉES Achats de fruits et légumes frais par les ménages français Rappel Méthodologique Le panel Kantar Worldpanel mesure les achats de 12 000 ménages représentatifs de la population

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

La consommation des ménages en 2011. Analyse du compte définitif

La consommation des ménages en 2011. Analyse du compte définitif Etab=MK2, Timbre=G422, TimbreDansAdresse=Faux, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 La consommation des ménages en Analyse du compte définitif 20 juin 2014 Ont contribué à la rédaction de

Plus en détail

Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015.

Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015. Le 18 novembre 2014 Changements à venir au programme d interchange de MasterCard, en avril 2015. En tant que commerçant partenaire de MasterCard, il est important que vous connaissiez le modèle économique

Plus en détail

LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP

LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril 2008 1 LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP PROBLEMATIQUE ET ENJEUX Selon les estimations du

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail