«Mise en place d un système de recueil de données auprès des Centres de grands brûlés d Europe.»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Mise en place d un système de recueil de données auprès des Centres de grands brûlés d Europe.»"

Transcription

1 E.U. INJURY PREVENTION PROGRAM : DATA COLLECTION IN BURN CENTERS IPP 1037 Promoteur : The European Burns Association Agrément : n SI (99CVF3-310) «Mise en place d un système de recueil de données auprès des Centres de grands brûlés d Europe.» RAPPORT D'ACTIVITES Octobre 2001 Contacts :

2 TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE : DESCRIPTIF DE LA DEMARCHE 4.1 MOTIVATION IMPORTANCE ET GRAVITÉ DES TRAUMATISMES CAUSÉS PAR LES BRÛLURES DONNÉES LACUNAIRES CONCERNANT LES BRÛLURES INTÉRÊT D'UN ENREGISTREMENT PAR LES CENTRES DE GRANDS BRÛLÉS ABSENCE DE RECUEIL DANS LES CENTRES DE BRÛLÉS 5.2 RAPPEL DES OBJECTIFS ASSIGNÉS AU PROJET 6.3 MÉTHODOLOGIE DE LA PREMIÈRE ÉTAPE (NOVEMBRE 1999-DÉCEMBRE 2000) 6.4 DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS CHOIX DES COORDONNATEURS DANS CHAQUE PAYS EVALUATION DES CAPACITÉS À COLLECTER DES DONNÉES APPLICATION À LA PROBLÉMATIQUE DES BRÛLURES PAR EAU CHAUDE SANITAIRE 7 DEUXIÈME PARTIE: RÉSULTATS 9.1 DESCRIPTIF DE LA PARTICIPATION MISE EN PLACE D'UN RÉSEAU DE COORDONNATEURS NATIONAUX RECRUTEMENT DES CENTRES DE BRÛLÉS ANALYSE DES TAUX DE RÉPONSE 11.2 CAPACITÉ À RÉCOLTER ET TRANSMETTRE LES DONNÉES EXISTENCE DE DONNÉES COLLECTÉES INFORMATISÉES TYPE DE DONNÉES INFORMATISÉES UTILISATION D'UNE FICHE D'ENCODAGE UTILISATION D UN SYSTÈME DE CODAGE SYSTÈMES ET PROGRAMMES INFORMATIQUES UTILISÉS CONNEXION À UN RÉSEAU 15.3 REPRÉSENTATIVITÉ DE LA POPULATION TRAITÉE PAR LES CENTRES DE BRÛLÉS 18.4 CAPACITÉ À INTÉGRER DE NOUVEAUX ITEMS DANS LES SYSTÈMES DE COLLECTE DE DONNÉES EXISTANTS 19.5 ETAT DES LÉGISLATIONS NATIONALES RELATIVES À LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE 20.6 PERSPECTIVES 21 Annexe1 : Convention de Collaboration Annexe 2 : Questionnaire Centres de Brûlés Annexe3 : Questionnaire Eau Chaude sanitaire Rapport final EBA (version octobre 2001) 2

3 Préambule : La première version du présent rapport a été rédigée en mars 2001 et couvre la première phase du projet, de novembre 1999 à décembre Cette première phase a été consacrée à l étude, par questionnaire, des Centres de grands brûlés en Europe. Contrairement à la version de mars 2001, la présente version (octobre 2001) prend en considération les réponses aux questionnaires parvenues des Centres de brûlés en France, établies à la même période (durant l année 2000) mais transmises en septembre Rapport final EBA (version octobre 2001) 3

4 PREMIÈRE PARTIE : DESCRIPTIF DE LA DEMARCHE Rapport final EBA (version octobre 2001) 4

5 .1 MOTIVATION.1.1 IMPORTANCE ET GRAVITÉ DES TRAUMATISMES CAUSÉS PAR LES BRÛLURES Les brûlures représentent une priorité de santé publique car elles sont fréquentes, graves, nécessitant des hospitalisations longues et leur traitement ne permet pas de guérir complètement. Dès lors, la prévention des brûlures revêt une importance accrue. Pour déterminer les objectifs et les stratégies de prévention, la connaissance de la fréquence et des circonstances des brûlures graves est essentielle..1.2 DONNÉES LACUNAIRES CONCERNANT LES BRÛLURES Les données disponibles dans ce domaine sont lacunaires et ne reflètent que partiellement la situation. Plusieurs études ont mis à jour les difficultés de recueil et de centralisation des données. Si on se réfère au système EHLASS, qui constitue actuellement le seul outil européen qui relève les accidents domestiques, on y trouve les brûlures récoltées par les services d'urgence d'hôpitaux généraux. Lorsque ceux-ci disposent d'un service pour grands brûlés, EHLASS n'enregistre pas les victimes brûlées qui sont orientées directement vers ce service et ne suit pas l'évolution des patients transférés dans une unité de grands brûlés..1.3 INTÉRÊT D'UN ENREGISTREMENT PAR LES CENTRES DE GRANDS BRÛLÉS Un enregistrement par les Centres de brûlés doit permettre d'obtenir des informations sur les caractéristiques des victimes de brûlures graves qui s'adressent à ces Centres, en rapport avec celles qui sont hospitalisées en hôpital général. La problématique de la brûlure pourrait particulièrement être bien étudiée à partir de données fournies par ces Centres spécialisés dans le traitement spécifique de ces pathologies. L'uniformisation de la récolte des données permettra la comparaison des données entre Centres d'un même pays et au niveau international afin de s'interroger sur les causes d'éventuelles différences, d'adopter les stratégies de prévention les plus appropriées et d'évaluer leur efficacité. L'objectif est d'arriver à une récolte établie dans le long terme et réalisée par l'ensemble des Centres de brûlés..1.4 ABSENCE DE RECUEIL DANS LES CENTRES DE BRÛLÉS Plusieurs tentatives visant la coordination de la production de données par les Centres de brûlés sont restées sans effet. Cette incapacité à organiser un système de recueil de données épidémiologiques s'explique par diverses raisons. La première est le manque de liaison et d'intérêts communs entre les médecins de santé publique responsables de la prévention et les médecins spécialistes de la brûlure. La seconde raison importante est l'incertitude qui pèse sur la représentativité des Centres de brûlés et la difficulté de définir la couverture afin de déterminer l'incidence des brûlures. Rapport final EBA (version octobre 2001) 5

6 .2 RAPPEL DES OBJECTIFS ASSIGNÉS AU PROJET Définir les conditions nécessaires à l'implantation d'un système de récolte de données auprès des Centres de grands brûlés des pays européens, en vue d'obtenir une représentativité optimale des données, de garantir la qualité des données recueillies, et de favoriser les échanges avec les autres systèmes d'information sur les blessures..3 MÉTHODOLOGIE DE LA PREMIÈRE ÉTAPE (NOVEMBRE DÉCEMBRE 2000) 1. Etablissement d'un réseau "fiable" de coordonnateurs nationaux ; 2. Evaluation de la motivation des Centres de grands brûlés à participer au programme ; 3. Evaluation de la capacité des Centres concernés à récolter les données et à utiliser un réseau informatique pour les communiquer ; 4. Possibilité d'application à la problématique des brûlures par eau chaude sanitaire..4 DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS.4.1 CHOIX DES COORDONNATEURS DANS CHAQUE PAYS C'est au sein de The European Burns Association que les coordonnateurs ont été recrutés. Cette association active depuis 1993 regroupe plus de 1500 membres représentatifs des Centres des grands brûlés, des associations actives dans la prévention des brûlures et l'aide aux grands brûlés. Des contacts ont été pris avec 22 personnes issues de 17 pays. Celles-ci ont été choisies pour leur intérêt pour la prévention des brûlures, leur connaissance des Centres de grands brûlés de leur pays, leur position reconnue au niveau national. Différents contacts ont été établis par le secrétariat du programme et par le coordonnateur scientifique, lui-même président de EBA : Lors du congrès de EBA en Grèce (1999), des représentants de 15 pays ont marqué leur intérêt pour le projet suite à un exposé effectué par le Docteur Latarjet ; Une première lettre a été envoyée aux personnes pressenties afin de présenter les objectifs du projet et son organisation, proposer un accord de participation et inviter à participer à une réunion lors d'un symposium organisé par EBA ; Une convention établissant les modalités de collaboration entre l'équipe de coordination et le coordonnateur national a été établie. (annexe 1). Rapport final EBA (version octobre 2001) 6

7 .4.2 EVALUATION DES CAPACITÉS À COLLECTER DES DONNÉES Un questionnaire (annexe 2) a été élaboré et envoyé à tous les coordonnateurs afin qu'ils les transmettent à tous les Centres de grands brûlés et que nous puissions : identifier le plus précisément possible les Centres de grands brûlés de chaque pays (personne de contact et coordonnées) ; connaître le type de données déjà collectées ; connaître les systèmes informatiques utilisés ; connaître les réseaux Intranet et Internet existants ; connaître les applications utilisées par les systèmes informatiques ; connaître les systèmes de codification ; repérer les transferts de données vers un ou plusieurs réseaux ; repérer les capacités à intégrer de nouveaux items dans les systèmes de collecte de données existants Un questionnaire (annexe 2, items 9 et 10) a été envoyé aux coordonnateurs afin de connaître les lieux de soins des brûlures graves dans chaque pays et la représentativité des brûlures graves traitées dans les Centres de grands brûlés..4.3 APPLICATION À LA PROBLÉMATIQUE DES BRÛLURES PAR EAU CHAUDE SANITAIRE Afin de pouvoir apprécier la capacité de chaque Centre à intégrer de nouvelles données, nous avons fait le choix de proposer une application concrète limitée à un type de brûlure : celles causées par l'eau chaude sanitaire. Les liquides chauds sont la cause la plus fréquente des brûlures Dans les études EHLASS, les liquides chauds sont la cause la plus fréquente des brûlures. Le feu, les flammes et les explosions viennent ensuite ainsi que le contact avec des objets chauds. La plupart des brûlures chez le jeune enfant sont causées par des liquides chauds (café, thé) et par l eau du robinet, en particulier l eau du bain. La peau des enfants est plus fine et la surface de peau atteinte est souvent proportionnellement plus élevée que chez l adulte. Une étude EHLASS réalisée en France en 1994 montrait que 14% des enfants entre 0 et 5 ans hospitalisés pour des brûlures avaient été victimes d un accident avec de l eau chaude du robinet (Dr C. Duval, Etude EHLASS sur les brûlures, Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville). Dans l étude EHLASS belge de 1995, la durée moyenne de séjour à l hôpital était, tous âges confondus, de 23,8 jours pour les brûlures liées aux équipements de salle de bain, contre 9,4 jours de moyenne pour l ensemble des accidents. Les conséquences des brûlures par eau chaude sanitaire peuvent être réduites par la mesure passive de limitation de la température de l eau. Une mesure théoriquement simple de prévention des brûlures par eau chaude sanitaire est la limitation de la température de l'eau chaude. A 70 C, une brûlure profonde se produit Rapport final EBA (version octobre 2001) 7

8 après une seconde d'exposition, alors que 30 secondes sont nécessaires à 55 C et plusieurs minutes à 50 C. Techniquement, une limitation de la température de l'eau peut être réalisée soit au niveau de la source (boilers ou chauffe eau), soit au niveau de la canalisation de la salle de bain, soit au niveau des robinets. Aux Etats-Unis, deux Etats ont adopté une réglementation limitant la température à la sortie des chauffe eau entre 49 et 52 C. Cette mesure a entraîné une chute de 50% du nombre des enfants victimes de brûlures traitées à l'hôpital. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, ce type de prévention semble avoir également été efficace Evaluation de la capacité d'intégrer de nouveaux items dans les bases de données existantes. Il a été proposé aux coordonnateurs de prendre contact à nouveau avec chacun des Centres de grands brûlés de leur pays afin de : diffuser un questionnaire identifiant les données concernant tous les patients brûlés par eau chaude sanitaire (annexe 3) ; fournir les remarques concernant le contenu et la forme du questionnaire ; récolter les réactions des Centres quant aux possibilités d'intégrer ces données dans le système existant ; repérer les difficultés liées à cette opération Intégration de l'approche préventive. Il a été demandé à chaque coordonnateur de situer l'état de la législation concernant la température de l'eau chaude sanitaire en vigueur dans son pays. Rapport final EBA (version octobre 2001) 8

9 DEUXIÈME PARTIE: RÉSULTATS Rapport final EBA (version octobre 2001) 9

10 .1 DESCRIPTIF DE LA PARTICIPATION.1.1 MISE EN PLACE D'UN RÉSEAU DE COORDONNATEURS NATIONAUX Dès les premiers contacts, 12 personnes se sont engagées dans le programme. En ce qui concerne cinq pays, une seconde personne a dû être contactée soit par absence de réponse au premier envoi, soit par transfert à la personne compétente. Des rappels successifs ont été envoyés par courrier postal ou auprès de plus de la moitié des personnes contactées. A l'issue de ces démarches, 17 coordonnateurs se sont engagés dans le programme. Ils le coordonnent dans les pays suivants : Allemagne, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède, Tchéquie. Le tableau ci-dessous présente la liste des coordonnateurs nationaux qui se sont engagés dans le projet. La dernière colonne de ce tableau indique le nom de l hôpital au sein duquel le coordonnateur exerce sa profession. PAYS COORDONNATEUR HÔPITAL ALLEMAGNE Dr EISENBEISS Werner Medizinische Universitat zu Lübeck Plastische Chirurgie BELGIQUE Dr MONSTREY Stan University Hospital Gent Department of Plastic Surgery BULGARIE Dr HADJIISKI Ognian Emergency Inst. «Pirogov» Burns Centre DANEMARK Dr ALSBJORN Bjarne Rigshospital Burns Unit ESPAGNE Dr GOMEZ-CIA Tomas Hospital Virgen del Rocio FINLANDE Dr VUOLA Jyrki Helsinki University Central Hospital Dept. of Plastic Surgery FRANCE Dr GRIFFE Olivier Hôpital Lapeyronie Service des Brûlés GRÈCE Dr IOANNOVICH Ioannis General State Hospital of Athens G. Gennihatasu IRLANDE Dr O DONNEL Margaret St James Hospital Burns Unit ITALIE Dr BARISONI Dino Azienda Ospedaliera Divisione di Chirurgia Plastica NORVÈGE Dr KLEPPE Geir Haukeland University Hospital - Dept. Plastic Surgery PAYS-BAS Dr VLOEMANS A F P M Rode Kruis Ziekenhuis Burn Center PORTUGAL Dr CRUZEIRO Celso Hospitais Da Universitade De Coimbra Codex Unidade de Queimados ROYAUME- Withington Hospital Burns & Wound Research Dr DUN Kenneth UNI Office SLOVAQUIE Dr KOLLER Jan Ruzinov General Hospital Burn Center SUÈDE Dr SJOBERG Folke Plastic Surgery University Hospital Burn Unit Dept. of hand and plastic surgery TCHÉQUIE Dr BRYCHTA Pavel University Hospital Brno-Bohunice Burn and reconstructive Surgery Center Rapport final EBA (version octobre 2001) 10

11 .1.2 RECRUTEMENT DES CENTRES DE BRÛLÉS Nous avons envoyé un premier questionnaire à tous les coordonnateurs nationaux. Ceux-ci devaient le diffuser dans chaque Centre de brûlés. Le tableau ci-dessous reprend le nombre de Centres ayant répondu au questionnaire en 2000, par rapport au nombre total de Centres de brûlés identifiés par EBA dans chaque pays à ce moment. PAYS NOMBRE DE CENTRES DE BRÛLÉS IDENTIFIÉS NOMBRE DE CENTRES AYANT TRANSMIS LEUR QUESTIONNAIRE ALLEMAGNE BELGIQUE 7 7 BULGARIE 1 1 DANEMARK 1 1 ESPAGNE 11 7 FINLANDE 1 1 FRANCE 23 9 GRÈCE 4 - IRLANDE 5 1 ITALIE 12 7 NORVÈGE 1 1 PAYS-BAS 3 3 PORTUGAL 6 6 RÉPUBLIQUE TCHÈQUE 4 2 ROYAUME-UNI SLOVAQUIE 2 2 SUÈDE 4 2 TOTAL Sur un total de 151 Centres, 80 ont répondu au questionnaire envoyé par chaque coordonnateur national..1.3 ANALYSE DES TAUX DE RÉPONSE Le tableau ci-dessus nous propose un aperçu du taux de réponse des Centres de brûlés au premier questionnaire. Ainsi, le taux de participation des Centres est de 53%. Nous ne pouvons transmettre aucune information provenant de Grèce. En ce qui concerne neuf pays (Belgique, Bulgarie, Danemark, Finlande, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie), les informations couvrent tous les Centres. Plusieurs pays n ont renvoyé qu une partie des informations, par manque de temps ou par absence de motivation de certains Centres. Ainsi, en Italie 7 Centres sur 12 ont transmis leur réponse ; en République Tchèque, 2 Centres sur 4 ; au Royaume-Uni, 17Centressur34;en Allemagne, 13 Centres sur 32 ; en Irlande, 1 Centre sur 5 ; en Suède, 2 Centres sur les 4 Centres du pays, en Espagne, 7 Centres sur les 11 et en France, 9 Centres sur les 23. Rapport final EBA (version octobre 2001) 11

12 .2 CAPACITÉ À RÉCOLTER ET TRANSMETTRE LES DONNÉES Remarque préalable Dans la suite du présent rapport, nous avons tenu compte des informations transmises par les Centres qui, en 2000, déclaraient informatiser leurs données sur les patients brûlés. En effet, en cas de non informatisation des données, l instruction était de ne pas poursuivre le remplissage du questionnaire (se référer à la question 1 du questionnaire se trouvant à l annexe 2). Certains Centres ont néanmoins poursuivi le remplissage du questionnaire malgré le système manuel de collecte de données dont ils disposaient (exemple de la Bulgarie). Le cas échéant, ces informations seront exploitées ultérieurement..2.1 EXISTENCE DE DONNÉES COLLECTÉES INFORMATISÉES Les tableaux ci-dessous nous informent de l'enregistrement informatique des données sur les patients souffrant de brûlure, dans chaque Centre, selon la situation de ces Centres en 1999 et Sur les 80 questionnaires que nous avons réceptionnés, 54 Centres informatisent les données sur les patients brûlés. Le premier tableau concerne les 8 pays dont la totalité des Centres nous ont transmis des réponses et le second tableau, les 7 pays pour lesquels une partie des Centres ont répondu. PAYS DONT LA TOTALITÉ DES CENTRES ONT TRANSMIS LEURS RÉPONSES CENTRES DONT LES DONNÉES SONT INFORMATISÉES DONNÉES COMPLÈTEMENT INFORMATISÉES DONNÉES PARTIELLEMENT INFORMATISÉES ABSENCE DE RÉPONSE AUCUNE DONNÉE INFORMATISÉE BELGIQUE BULGARIE DANEMARK FINLANDE NORVÈGE PAYS-BAS PORTUGAL SLOVAQUIE TOTAL Des renseignements erronés sur le Centre de Loverval devraient pouvoir être corrigés par la suite. Rapport final EBA (version octobre 2001) 12

13 PAYS DONT UNE PARTIE DES CENTRES ONT RÉPONDU CENTRES DONT LES DONNÉES SONT DONNÉES COMPLÈTEMENT INFORMATISÉES INFORMATISÉES DONNÉES PARTIELLEMENT INFORMATISÉES ABSENCE DE RÉPONSE AUCUNE DONNÉE INFORMATISÉE ALLEMAGNE FRANCE ESPAGNE IRLANDE ITALIE ROYAUME-UNI SUÈDE TCHÉQUIE TOTAL TOTAL GÉNÉRAL TYPE DE DONNÉES INFORMATISÉES L'entièreté des Centres de brûlés qui enregistrent leurs données sur ordinateur collectent : des informations concernant l'identification du patient: âge, sexe, n d'identification ou nom, ( ) ; des données cliniques : degré et étendue de la brûlure, zone atteinte, type de soins (médical et/ou chirurgical), complications, suivi, ( ) ; des données étiologiques. Certains centres récoltent des données plus spécifiques qui nous intéressent particulièrement, dans le cadre de notre programme de prévention. Voici, de façon non exhaustive, les principales données relevées dans les divers Centres de brûlés : Dates et heures de l'accident: 2 Centres au Portugal, 2 Centres en Suède, 2 Centres en Italie. Pour la Belgique, l Allemagne et la Finlande,chacununCentreetlaFrance ; Lieu de l'accident: France, Portugal, Pays-Bas, Finlande, Suède, 2 Centres en Italie, 3 Centres en Allemagne (précision: à domicile, au travail, accident de circulation, suicide, ) ; Temps écoulé entre accident et premier soin: Portugal, Belgique, Portugal, Allemagne (2 Centres) ; Traumatismes associés: Slovaquie, Allemagne, France ; Distinction entre les causes de l'accident (flamme, ébouillantement, ) et les circonstances (tentative de suicide, ): Pays-Bas, France, Danemark (celui-ci reprend des données complémentaires: cigarettes, électricité, abus de drogue ou alcool), Portugal, 2 Centres en Allemagne (dont un précise davantage: flamme, liquide chaud, contact, électricité, explosion), Finlande ; Incapacité de travail avant et après le traumatisme: Suède ; Responsabilité: Italie, France ; Rapport final EBA (version octobre 2001) 13

14 Présence d'un témoin: Italie ; Soins avant l'arrivée à l'hôpital: Portugal, 3 Centres en Allemagne (traitement à l'eau froide), France..2.3 UTILISATION D'UNE FICHE D'ENCODAGE Centres avec données informatisées PAYS Total Nombre de Centres qui utilisent une fiche d encodage ALLEMAGNE 11 7 BELGIQUE 3 2 DANEMARK 1 1 ESPAGNE 5 5 FINLANDE 1 1 FRANCE 6 4 IRLANDE 1 - ITALIE 6 5 NORVÈGE 1 - PAYS-BAS 2 2 PORTUGAL 5 4 RÉPUBLIQUE TCHÈQUE 2 2 ROYAUME-UNI SLOVAQUIE 2 - SUÈDE 2 1 TOTAL UTILISATION D UN SYSTÈME DE CODAGE Seuls les Centres du Danemark et d Irlande codent toutes leur données. En Belgique, en Norvège, en Finlande, en Slovaquie, en Suède aucun Centre n effectue de codage des données. En Espagne, 4 Centres sur les 5 ayant des données informatisées codent toutes leurs données Dans les autres pays, un faible pourcentage de Centres codent toutes les données récoltées. 2 Centres au Royaume-Uni, un Centre en Allemagne, un Centre en Italie, un Centre au Portugal,unCentreauxPays-Bas et 2 Centres en France Dans ces pays, quelques Centres codent certaines données concernant : le diagnostic, les données administratives du patient, les «clinical dates». 2 Un des Centres du Royaume-Uni ne nous a pas transmis de réponse à cette question. Rapport final EBA (version octobre 2001) 14

15 Les systèmes de codage les plus fréquemment utilisés sont ICD 9-CM, ICD 10 et le systèmedel OMS. Au Royaume-Uni, différents systèmes sont utilisés : ICPM, OPCS-4, Magic Growing Software, BPC, READ-HALL, HRG-HALL, OPCS-Procedures. En République Tchèque on utilise le «Czech General Insuarance Company Coding System.» En France, on utilise le système PMSI-OMEGA.2.5 SYSTÈMES ET PROGRAMMES INFORMATIQUES UTILISÉS a. Type d ordinateur. La plupart des Centres de brûlés travaillent sur des ordinateurs de type PC. b. Systèmes d exploitation. Tous les Centres de brûlés qui travaillent sur PC utilisent un système d exploitation Windows : Windows 95, Windows 98, Windows 2000, Windows NT 3 et NT4. Quelques Centres utilisent le système d exploitation UNIX. c. Programmes d application. Les Centres travaillant sur PC sont équipés de programme d application Microsoft. Ils utilisent tous Microsoft Word 97 ou 2000, Microsoft Excel 97 ou 2000, Microsoft Access 97 ou 2000, Microsoft PowerPoint 97 ou CONNEXION À UN RÉSEAU a. Connexion à un réseau Intranet. La totalité des Centres ayant des données informatisées du Danemark, d Espagne, de Norvège et de Slovaquie travaillent en réseau. Le type de réseau utilisé en Norvège : Windows NT Le type de réseau utilisé en Slovaquie : Linux Windows 98 Le type de réseau utilisé en Espagne : Windows NT UNIX (1 Centre) Novel 4.11 Rapport final EBA (version octobre 2001) 15

16 Les deux Centres de République Tchèque et de Suède ayant des données informatisées possèdent un réseau. Le type de réseau utilisé en République Tchèque : Windows 98 Le type de réseau utilisé en Suède : Windows NT En Italie, 5 Centres sur les 6 qui ont des données informatisées ont un réseau. Le type de réseau utilisé en Italie : Windows 98 (2 Centres) Windows NT (3 Centres) En Allemagne, 9 Centres sur les 11 ayant des données informatisées possèdent un réseau. Le type de réseau utilisé en Allemagne: Windows NT (8 Centres) Windows 2000 (1 Centre) Aux Pays-Bas, 2 Centres possèdent un réseau. Le type de réseau utilisé aux Pays-Bas. Windows NT En Belgique, 2 Centres sur les 3 Centres ayant des données informatisées ont un réseau. Le type de réseau utilisé en Belgique : Windows NT HMRAsmd.be En France, 5 Centres sur les 6 ayant des données informatisées possèdent un réseau. Le type de réseau utilisé en France : Windows 98 Windows NT Au Royaume-Uni, seuls 3 Centres sur les 6 ayant des données informatisées possèdent un réseau. Le type de réseau utilisé au Royaume-Uni : Windows 98 Windows 2000 Novelle netware Au Portugal, seulement un Centre sur les 5 ayant des données informatisées possède un réseau. Le type de réseau utilisé au Portugal : Windows NT Novel 3.01 Le seul Centre de Finlande ne possède pas de réseau. En Irlande, le seul Centre ayant transmis sa réponse n a pas de réseau. Rapport final EBA (version octobre 2001) 16

17 b. Connexion au réseau Internet. La totalité des Centres du Danemark, de Finlande, de Norvège et de Slovaquie possèdent une connexion à Internet. Parmi les Centres qui ont des données informatisées de France, d Espagne, de République Tchèque, etdesuède, tous ont une connexion à Internet. L Allemagne et l Italie présentent des chiffres assez similaires : respectivement 10 Centres sur 11 (pour l Allemagne) et 6 sur 7 (pour l Italie) possèdent une connexion à Internet. Au Portugal, en Belgique et aux Pays-Bas, 2/3 des Centres possèdent une connexion à Internet (soit respectivement 4 Centres sur 5 pour le Portugal et 2 Centres sur 3 pour la Belgique et les Pays-Bas). Au Royaume-Uni, sur les 6 Centres qui ont des données informatisées, seulement 2 possèdent une connexion Internet. Le seul Centre d Irlande ayant répondu n a pas de connexion à Internet. c. Type de connexion à Internet. République Tchèque : LAN 64 K Royaume-Uni : RTC 64 K et LAN 512 K Allemagne : Modem RTC 33 K Modem RTC 57 K (3 Centres) ISDN 64 K Danemark : LAN 2 G France : LAN 128 K Modem RTC 33 K Modem RTC 57 K Modem RTC 64K Italie : Modem RTC 33 K Modem RTC 57 K (2 Centres) Modem RTC 64 K LAN 128 K (2 Centres) Norvège : LAN 256 K Rapport final EBA (version octobre 2001) 17

18 Portugal : Modem RTC 64 K ISDN 128 K LAN 512 K Slovaquie : LAN 128 K Espagne : Modem RTC 33 K Modem RTC 57 K ADSL 128 K LAN 64 K LAN 512 K Suède :LAN1G Pays-Bas :ISDN128KetLAN1G La Belgique ne nous a pas transmis de réponse à cette question. d. Transfert de données. Les Centres de brûlés de Belgique, de République Tchèque, du Danemark, de Finlande, d Allemagne, d Irlande, d Italie, denorvège, deslovaquie, d Espagne et des Pays-Bas ne transfèrent pas leurs données sur un réseau. Au Royaume-Uni, 1 Centres transfère ses données sur réseau. Au Portugal, 1 Centre transfère ses données sur réseau. En France, 3 Centres transfèrent leurs données sur réseau. En Suède, les 2 Centres transfèrent leurs données sur réseau. L un sur le réseau SQL 7, serveur connecté à l «Internal Hospital Network, NT». L autre sur le réseau «Swedish BUD (Burn Unit Database)» tirant son origine de Linköping..3 REPRÉSENTATIVITÉ DE LA POPULATION TRAITÉE PAR LES CENTRES DE BRÛLÉS C est à partir de l évaluation effectuée par les coordonnateurs nationaux que sont fournies les informations quant au rapport existant entre le nombre de patients souffrant de brûlures hospitalisés dans des hôpitaux généraux et le nombre total de patients hospitalisés pour brûlure. Les coordonnateurs nationaux de l Angleterre, la Finlande, la France, la Grèce, l Irlande, l Italie et l Espagne, n ont transmis aucune réponse à ce propos. La réponse de la Bulgarie est incomplète. Rapport final EBA (version octobre 2001) 18

19 Les Pays-Bas et la Suède ont des taux de respectivement 80% et 83% (entre 80-85%) de patients souffrant de brûlures qui sont hospitalisés dans des hôpitaux généraux. Le Portugal et la Slovaquie donnent des chiffres assez similaires : 58% (au Portugal) et 60% (en Slovaquie) des patients hospitalisés pour brûlure le sont dans des hôpitaux généraux. La Norvège a un taux s étendant entre 60% et 70%. La République Tchèque estime le taux d hospitalisation de brûlés dans des hôpitaux généraux à 30%. Le Danemark, la Belgique et l Allemagne montrent des taux particulièrement bas, de 10% (Danemark et Belgique) et de 10-20% d hospitalisation de patients brûlés dans des hôpitaux généraux. L évaluation nous a également permis de connaître l opinion du coordonnateur national quant à la possibilité de tirer des conclusions épidémiologiques uniquement à partir des patients hospitalisés dans des Centres spécialisés. Le Portugal, la Bulgarie, le Danemark, l Allemagne, la République Tchèque et la Belgique pensent que le nombre de patients admis dans des Centres de brûlés est suffisamment représentatif pour tirer des conclusions épidémiologiques. Les Pays-Bas, la Slovaquie et la Suède estiment que le nombre de patients admis dans des Centres de brûlés n est pas suffisamment représentatif. Les coordonnateurs des deux pays estiment que les patients admis dans des Centres de brûlés souffrent davantage de brûlures sévères. La Norvège estime également que la population de son Centre de brûlés n est pas représentative et qu il est nécessaire de coopérer avec les 5 hôpitaux régionaux pour collecter des données représentatives, chacun de ces hôpitaux possédant un département de chirurgie plastique..4 CAPACITÉ À INTÉGRER DE NOUVEAUX ITEMS DANS LES SYSTÈMES DE COLLECTE DE DONNÉES EXISTANTS Il s agissait d évaluer la possibilité qu ont les Centres de brûlés qui possèdent déjà un système de collecte des données, d intégrer dans ce système de nouveaux items se rapportant spécifiquement aux brûlures causées par l eau chaude sanitaire. Les Coordonnateurs nationaux, à partir d un questionnaire proposé par les promoteurs du projet, ont interrogé les Centres de brûlés de leur pays. Rapport final EBA (version octobre 2001) 19

20 PAYS Centres ayant des données informatisées Centre n'ayant pas la capacité Centres qui d intégrer se sont de abstenus de nouveaux répondre. items dans leur système. Centres ayant la capacité d'intégrer de nouveaux items dans leur système Total ALLEMAGNE BELGIQUE DANEMARK ESPAGNE FINLANDE FRANCE IRLANDE ITALIE NORVÈGE PAYS-BAS PORTUGAL TCHÉQUIE ROYAUME-UNI SLOVAQUIE SUÈDE TOTAL Plusieurs Centres au Royaume-Uni projettent de combiner le questionnaire EBA, à la base de données BBA. Un autre explique que la plupart des informations reprises dans ce questionnaire sont déjà collectées..5 ETAT DES LÉGISLATIONS NATIONALES RELATIVES À LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE Seul 7 pays ont répondu à cette question. Les coordonnateurs de Bulgarie, du Portugal et de la Slovaquie nous informent qu il n y a aucune loi, dans leur pays, réglementant la température de l eau chaude sanitaire. Le coordonnateur de Suède affirme qu il n y a aucune loi dans son pays relative à cela. Par contre, il existe une recommandation du «Public Departement» qui stipule que l eau chaude sanitaire ne doit pas dépasser les 50 C. Rapport final EBA (version octobre 2001) 20

Annexe 5 Enquête réalisation

Annexe 5 Enquête réalisation Annexe 5 Enquête réalisation Modalités de recueil de l information lors de l enquête Isare 2 Lors de sa réunion à Bordeaux, le groupe pays a suggéré qu une fiche puisse être établie pour chaque pays. Il

Plus en détail

Réponse du Syndicat des Médecins Libéraux au Livre vert de la Commission européenne relatif au personnel de santé en EUROPE

Réponse du Syndicat des Médecins Libéraux au Livre vert de la Commission européenne relatif au personnel de santé en EUROPE Réponse du Syndicat des Médecins Libéraux au Livre vert de la Commission européenne relatif au personnel de santé en EUROPE PRESENTATION DU SML : le SML est un syndicat représentatif de l ensemble des

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences, Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences, Mesdames et Messieurs. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences, Mesdames et Messieurs. Tout d abord, je voudrais vous remercier de m avoir invitée aujourd hui pour vous parler du projet «Delphus»

Plus en détail

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Le programme Erasmus + à Sciences Po La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Qu est ce que le programme Erasmus +? Erasmus + est un programme de la Commission Européenne destiné à encourager

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

COMITE PERMANENT DES MEDECINS EUROPEENS RAPPORT MESURANT DIFFERENTS INDICATEURS SUR LES SYSTEMES DE SANTE EUROPEENS

COMITE PERMANENT DES MEDECINS EUROPEENS RAPPORT MESURANT DIFFERENTS INDICATEURS SUR LES SYSTEMES DE SANTE EUROPEENS COMITE PERMANENT DES MEDECINS EUROPEENS RAPPORT MESURANT DIFFERENTS INDICATEURS SUR LES SYSTEMES DE SANTE EUROPEENS La DGV, département de la CEE, a élaboré pour la commission européenne un rapport mesurant

Plus en détail

Comité permanent du droit des brevets

Comité permanent du droit des brevets F SCP/20/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 9 OCTOBRE 2013 Comité permanent du droit des brevets Vingtième session Genève, 27 31 janvier 2014 EXCEPTIONS ET LIMITATIONS RELATIVES AUX DROITS DE BREVET : PRÉPARATION

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne Professions indépendantes Votre carte Vitale et votre carte Européenne Edition 2014 AIDE VOTRE POUR CARTE VITALE UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL La carte Vitale est une carte à puce dont

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Couverture d Assurance maladie normale - Prestations

Couverture d Assurance maladie normale - Prestations Couverture d Assurance maladie normale - Prestations AI.1.01 MENT SELON LA REGLE GENERALE AI.1.02 S AI.1.03 POUR AMBULATOIRES AI.1.04 PREVENTION AI.1.05 CAS GRAVE Les taux de remboursement selon les Frais

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement dgdfjj h 1 Certains justificatifs sont à fournir uniquement pour la première demande d aide sociale, et ne sont

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne. Résumé

Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne. Résumé Ref. Ares(2014)3233501-01/10/2014 Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne Résumé Etude réalisée pour la Commission Européenne (DG Marché Intérieur et Services)

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Note de synthèse concernant une réflexion sur les Services de Santé (bucco-dentaire) au plan européen

Note de synthèse concernant une réflexion sur les Services de Santé (bucco-dentaire) au plan européen Note de synthèse concernant une réflexion sur les Services de Santé (bucco-dentaire) au plan européen le 31 janvier 2007 La Confédération Nationale des Syndicats Dentaires est favorable à la mobilité de

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes)

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) 1 CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus

Plus en détail

Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15

Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15 Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15 Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus : Université Savoie Mont Blanc F CHAMBER

Plus en détail

"Etude sur les communications électroniques auprès des ménages

Etude sur les communications électroniques auprès des ménages Eurobaromètre spécial 335 Commission Européenne Etude sur les communications électroniques auprès des ménages Rapport Eurobaromètre spécial 335 / Vague TNS Opinion & Social Terrain : novembre - décembre

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS European Union Network for Patient Safety EUNetPaS Maggie Galbraith Haute Autorité de Santé Symposium Qualité et Sécurité des Patients Bruxelles 24 novembre, 2010 EUNetPaS is a project supported by a grant

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Résultats de TALIS 2013 Enquête internationale sur l enseignement et l apprentissage. Fête Des profs 2015. Marie-Amélie Doring Serre

Résultats de TALIS 2013 Enquête internationale sur l enseignement et l apprentissage. Fête Des profs 2015. Marie-Amélie Doring Serre Résultats de TALIS 2013 Enquête internationale sur l enseignement et l apprentissage Fête Des profs 2015 Marie-Amélie Doring Serre 1 Mean mathematics performance, by school location, after accounting for

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES EUROBAROMETRE 54 Special LES EUROPEENS ET LES LANGUES RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale De l Education et de la Culture GERE ET ORGANISE PAR

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Vous partez en vacances

Vous partez en vacances Fiche mémo 1 Fiche mémo 1 France en France : Munissez-vous, ainsi que chaque membre de la famille, de votre carte Vitale et de votre carte d organisme complémentaire. Si vous êtes en arrêt de travail avant

Plus en détail

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS ENTREPRISES GESTION DES FLUX SOGESTEL ET SOGESTEL TS La télétransmission sous protocole EBICS SOMMAIRE Les offres 4 Des services complets de remises 5 Des services de relevés à la carte 6 Un fonctionnement

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir -

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous allez être hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous êtes hospitalisé(e) suite à un accident ou une maladie? > Voici le récapitulatif de la marche à suivre, des frais et remboursements possibles

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

La domiciliation européenne SEPA

La domiciliation européenne SEPA _ FR La domiciliation européenne SEPA Une solution de prélèvement optimisée La zone SEPA compte 32 pays : les 27 États membres de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse

Plus en détail

ANNEXE 9 (A) (B) (2) (12) (14) (17) (18) (24) (25) (C) (27) (29) (D) (31) (32) CALCUL DES COÛTS MOYENS ANNUELS DES PRESTATIONS EN NATURE

ANNEXE 9 (A) (B) (2) (12) (14) (17) (18) (24) (25) (C) (27) (29) (D) (31) (32) CALCUL DES COÛTS MOYENS ANNUELS DES PRESTATIONS EN NATURE ANNEXE 9 (A) (B) (2) (12) (14) (17) (18) (24) (25) (C) (27) (29) (D) (31) (32) CALCUL DES COÛTS MOYENS ANNUELS DES PRESTATIONS EN NATURE [Article 4, paragraphe 9, article 94, paragraphe 3, point a) et

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne Renseignez-vous auprès de votre conseiller commercial habituel et sur le site Internet : www.colissimo.fr/entreprises* *Consultation gratuite hors coûts de connexion et de communication selon l opérateur

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 09.12.2013, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1313-70 Enquête 2012

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Les Documents de séjour des Etrangers

Les Documents de séjour des Etrangers Les Documents de séjour des Etrangers Pas toujours facile de s'y retrouver! Par G GEERTS (CJD) En effet, la plupart des cartes électroniques pour étrangers ont une validité de 5 ans, mais le séjour est

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Budget 2016 Barème des contributions

Budget 2016 Barème des contributions CERN/FC/5926 Original : anglais 10 juin 2015 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Recommandation au Conseil

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Demande de Prestation de Compensation ou de renouvellement d Allocation Compensatrice

Demande de Prestation de Compensation ou de renouvellement d Allocation Compensatrice 12695*01 1 Renouvellement ou révision d Allocation Compensatrice pour Tierce Personne ACTP Renouvellement ou révision d Allocation Compensatrice pour Frais Professionnels ACFP Prestation de Compensation

Plus en détail

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES, CONSIDÉRANT que, afin d'organiser la transition entre les dispositions institutionnelles des traités applicables avant

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

RÉGIMES D INDEMNISATION APPLICABLES AUX TRAVAILLEURS EXPOSÉS AUX RAYONNEMENTS IONISANTS DANS LES PAYS DE L OCDE

RÉGIMES D INDEMNISATION APPLICABLES AUX TRAVAILLEURS EXPOSÉS AUX RAYONNEMENTS IONISANTS DANS LES PAYS DE L OCDE ÉTUDES RÉGIMES D INDEMNISATION APPLICABLES AUX TRAVAILLEURS EXPOSÉS AUX RAYONNEMENTS IONISANTS DANS LES PAYS DE L OCDE* L objet de la présente Note est d examiner les régimes en vigueur dans les Pays Membres

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2012 Les principes décrits valent pour tous, que vous soyez : un candidat-assuré qui souhaite conclure une assurance ; un assuré désirant

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Les médecins étrangers à l hôpital

Les médecins étrangers à l hôpital Les médecins étrangers à l hôpital Armelle DREXLER Directrice des Affaires Médicales CHU CLERMONT-FERRAND 1 Éléments introductifs CONDITIONS D EXERCICE DE LA MÉDECINE Article L.4111-1 CSP 1. Être titulaire

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

Accès aux soins des étrangers

Accès aux soins des étrangers Accès aux soins des étrangers Quels freins? Quelles perspectives? 24 mai 2007 P. LAFLANDRE CPAM BEAUVAIS Accès aux soins des étrangers ETRANGER COUVERT PAR SON PAYS ETRANGER EN SITUATION REGULIERE DEMANDEUR

Plus en détail

Que pensent les français des voitures connectées? La Sécurité est la raison n 1 qui pousse à. Je suis intéressé par les voitures connectées

Que pensent les français des voitures connectées? La Sécurité est la raison n 1 qui pousse à. Je suis intéressé par les voitures connectées Que pensent les français des voitures connectées? 70 % 10 % Ma voiture est connectée La Sécurité est la raison n 1 qui pousse à acheter une voiture connectée Réceptifs à la connectivité 24 % 76 % Ma prochaine

Plus en détail

Description de service : Maintenance PowerEdge et PowerVault

Description de service : Maintenance PowerEdge et PowerVault Services Dell Description de service : Maintenance PowerEdge et PowerVault Présentation du service Dell délivre les services conformément à la Description de service et aux Conditions générales du Contrat

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail