L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable"

Transcription

1

2 COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable 1. INTRODUCTION Le présent document a pour objectif de fournir des orientations accessibles sur l application du règlement (CE) n 764/ (le «règlement sur la reconnaissance mutuelle» ou le «règlement») aux procédures d autorisation préalable. Il sera actualisé afin de refléter l expérience et les informations des États membres, des autorités et des entreprises. 2. LE RÈGLEMENT (CE) N 764/2008 SUR LA RECONNAISSANCE MUTUELLE Conformément à son article 2, le règlement s applique aux décisions administratives, dont les opérateurs économiques sont destinataires, sur la base d une règle technique, pour tout produit commercialisé légalement dans un autre État membre, et dont l effet direct ou indirect est l interdiction du produit, sa modification, la réalisation d essais supplémentaires ou son retrait. Par conséquent, le règlement s applique lorsque les conditions exposées ci-dessous sont remplies. La décision administrative (prise ou envisagée) doit porter sur un produit commercialisé légalement dans un autre État membre La décision administrative (prise ou envisagée) doit porter sur un produit qui n est pas soumis à la législation harmonisée de l UE 1 2 Le présent document n est pas juridiquement contraignant. Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom ne pourra être tenue responsable de l usage qui pourrait être fait des informations contenues dans la présente publication, ni des erreurs éventuelles qui, malgré le soin apporté à la préparation et à la vérification du texte, pourraient s y glisser. Le présent document d orientation ne reflète pas nécessairement l avis ou la position de la Commission européenne. Règlement (CE) n 764/2008 du Parlement européen et du Conseil du 9 juillet 2008 établissant les procédures relatives à l application de certaines règles techniques nationales à des produits commercialisés légalement dans un autre État membre et abrogeant la décision n 3052/95/CE (JO L 218 du , p. 21).

3 Le règlement s applique dans le secteur non harmonisé, plus particulièrement dans le cas de produits qui ne sont pas couverts par une harmonisation des législations au niveau de l UE, ou pour des aspects des produits qui ne relèvent pas du champ d application de mesures d harmonisation de l UE. Le destinataire de la décision administrative (prise ou envisagée) doit être un opérateur économique Il en résulte que toute décision restrictive adressée à toute personne physique ou morale autre qu un opérateur économique ne relève pas du champ d application du règlement sur la reconnaissance mutuelle. La décision administrative (prise ou envisagée) doit être fondée sur une règle technique Au sens du règlement 3, on entend par règle technique toute disposition législative, réglementaire ou autre disposition administrative non harmonisée d un État membre qui interdit la commercialisation d un produit, ou dont le respect est obligatoire pour la commercialisation d un tel produit dans un État membre, et 1) qui établit les caractéristiques requises pour ce produit (ou type de produit) telles que les niveaux de qualité, de performance ou de sécurité, ou les dimensions, y compris les exigences applicables en ce qui concerne le nom sous lequel il est vendu, la terminologie, les symboles, les essais et les méthodes d essai, le conditionnement, le marquage ou l étiquetage; 2) ou qui impose toute autre exigence en vue de protéger les consommateurs ou l environnement et qui a une incidence sur le cycle de vie du produit après sa mise sur le marché. La décision administrative (prise ou envisagée) doit interdire ou entraver l accès au marché à un produit commercialisé légalement dans un autre État membre Conformément au règlement 4, l effet direct ou indirect de la décision administrative (prise ou envisagée) devrait être l interdiction du produit, sa modification, la réalisation d essais supplémentaires ou son retrait. Cela signifie que toute décision de ce type devrait être régie par le règlement sur la reconnaissance mutuelle. Le règlement établit une procédure permettant de passer outre au principe de la reconnaissance mutuelle dans des cas particuliers. Cette procédure doit être suivie lorsque les conditions précitées sont remplies, afin de limiter les obstacles illégaux à la libre circulation des marchandises créés par une règle technique. Le règlement fixe des délais serrés et prévoit l obligation pour l autorité compétente d indiquer les raisons techniques ou scientifiques pour lesquelles le produit spécifique dans sa forme actuelle ne peut pas être commercialisé dans l État membre de cette autorité. 3 4 Article 2, paragraphe 2, du règlement. Article 2, paragraphe 1, du règlement.

4 3. PROCÉDURES D AUTORISATION PRÉALABLE Une procédure d autorisation préalable est une procédure administrative par laquelle, en vertu de la législation d un État membre, avant qu un produit puisse être mis sur son marché, l autorité compétente dudit État membre devrait, sur demande, donner son accord formel. La Cour de justice a considéré à plusieurs reprises 5 que toute législation nationale soumettant la commercialisation de produits à une procédure d autorisation préalable constitue une entrave à la libre circulation des marchandises. Toutefois, de telles procédures peuvent être justifiées si les règles nationales répondent à un objectif d intérêt public reconnu par le droit de l UE et respectant le principe de proportionnalité. La Cour de justice a fixé un certain nombre de conditions qui doivent être remplies pour que la procédure d autorisation préalable puisse être justifiée: la procédure doit être fondée sur des critères objectifs, non discriminatoires et connus à l avance des entreprises concernées, de manière à encadrer l exercice du pouvoir d appréciation des autorités nationales, afin qu il ne soit pas exercé de manière arbitraire; la mesure ne doit pas, en substance, faire double emploi avec des contrôles qui ont déjà été effectués dans le cadre d autres procédures, soit dans le même État membre, soit dans un autre; une autorisation préalable ne sera nécessaire que si un contrôle a posteriori doit être considéré comme intervenant trop tardivement pour garantir une réelle efficacité de celuici et lui permettre d atteindre son but; la procédure ne devrait pas, pour des raisons de coûts et de temps, être de nature à dissuader les opérateurs de poursuivre leur projet. Par conséquent, le onzième considérant du règlement est libellé comme suit: «Des règles techniques au sens du présent règlement sont parfois appliquées au cours et au moyen de procédures d autorisation préalable obligatoires, instituées par la législation d un État membre et en vertu desquelles, avant qu un produit ou un type de produit puisse être mis sur le marché de cet État membre ou sur une partie de ce marché, l autorité compétente dudit État membre devrait donner son accord formel à la suite du dépôt d une demande. En tant que telle, l existence d une telle procédure limite la libre circulation des marchandises. Par conséquent, pour qu une procédure d autorisation préalable soit justifiée au regard du principe fondamental de la libre circulation des marchandises sur le marché intérieur, elle devrait répondre à un objectif d intérêt public reconnu par le droit communautaire et être non discriminatoire et proportionnée, autrement dit, être de nature à permettre la réalisation de l objectif poursuivi mais ne pas aller au-delà de ce qui est nécessaire pour atteindre ledit objectif. La conformité d une telle procédure avec le principe de proportionnalité devrait être évaluée à la lumière des considérations figurant dans la jurisprudence de la Cour de justice». 5 Arrêt de la Cour de justice du 22 janvier 2002 dans l affaire C-390/99, Canal Satélite Digital SL/Administración General del Estado, point 43; arrêt de la Cour de justice du 10 novembre 2005 dans l affaire C-432/03, Commission des Communautés européennes/république portugaise, point 52; arrêt de la Cour de justice du 15 juillet 2004 dans l affaire C-443/02, Nicolas Schreiber, points 49 et 50.

5 3.1. Procédure simplifiée À la lumière de risques potentiels présentés par toute une série de produits, un État membre peut également adopter des listes de substances autorisées et exiger que toute substance contenue dans des produits en provenance d autres États membres et pas encore autorisée sur son territoire fasse l objet d un examen de sécurité avant de pouvoir figurer dans ses listes positives. Conformément à la jurisprudence de la Cour de justice, de tels actes législatifs doivent prévoir une procédure d autorisation simplifiée permettant aux importateurs d obtenir l inscription d une substance sur la liste nationale des substances autorisées 6. La procédure simplifiée doit présenter les caractéristiques suivantes: elle doit être aisément accessible, elle doit pouvoir être menée à terme dans des délais raisonnables, et toute décision de refus qui en résulterait doit pouvoir faire l objet d un recours juridictionnel. Une demande visant à obtenir l inscription d un produit sur la liste nationale des substances autorisées ne peut être rejetée par les autorités nationales compétentes que si cette substance présente un risque réel pour la santé publique. 4. L APPLICATION DU RÈGLEMENT SUR LA RECONNAISSANCE MUTUELLE AUX PROCÉDURES D AUTORISATION PRÉALABLE Le considérant 12 du règlement fait expressément référence aux procédures d autorisation préalable: «Une obligation de soumettre la mise d un produit sur le marché à une autorisation préalable ne devrait pas constituer en soi une règle technique au sens du présent règlement de sorte qu une décision d exclure ou de retirer un produit du marché au seul motif qu il n a pas obtenu d autorisation préalable ne devrait pas constituer une décision entrant dans le champ d application du présent règlement. Toutefois, lorsqu une demande d autorisation préalable concernant un produit est déposée, toute décision envisageant de rejeter la demande sur la base d une règle technique devrait être prise conformément au présent règlement, afin que le demandeur puisse bénéficier des protections procédurales offertes par le présent règlement» L obligation d autorisation préalable ne constitue pas une règle technique Dans certains cas, la législation nationale d États membres prévoit que la mise sur le marché d un produit doit faire l objet d une procédure d autorisation préalable. Si l opérateur économique omet de solliciter une telle autorisation, le produit peut être exclu ou retiré du marché. 6 En particulier, l arrêt de la Cour de justice du 5 février 2004 dans l affaire C-24/00, Commission des Communautés européennes/république française.

6 Bien que la décision soit destinée à un opérateur économique et refuse l accès du produit au marché, elle n est pas prise sur la base d une règle technique, et l obligation d obtenir une autorisation avant la mise du produit sur le marché n est pas, en tant que telle, couverte par le règlement 7. Par conséquent, toute décision administrative d exclure ou de retirer un produit du marché au seul motif qu il n a pas obtenu d autorisation préalable ne constitue pas une décision au sens du règlement. Il en résulte que les autorités nationales ne sont pas tenues d appliquer la procédure des articles 4 à 6 dans ce cas précis. Exemple 1: Les faits: l autorité compétente d un État membre A retire du marché une préparation à base de vitamines commercialisée légalement dans l État membre B au seul motif qu elle n a pas obtenu d autorisation préalable. Le fabricant engage des poursuites contre l État membre A au motif qu il n a pas reçu de notification de la décision prévue ni été en mesure de soumettre ses observations, qui sont des droits prévus par le règlement 8. Solution: l autorité compétente de l État membre A a eu raison de ne pas appliquer le règlement, dans la mesure où la décision n a pas été adoptée sur la base d une règle technique. Par conséquent, l exigence selon laquelle la mise d un produit sur le marché doit être soumise à une autorisation préalable ne constitue pas une règle technique L autorisation préalable est refusée sur la base d une règle technique Pendant la procédure d autorisation préalable, l autorité compétente peut évaluer un produit soit sur la base de critères très généraux, soit sur la base d une règle technique. Dans ce dernier cas, lorsqu une demande d autorisation préalable obligatoire concernant un produit est déposée, toute décision envisageant, directement ou indirectement, de refuser son accès au marché sur la base d une règle technique devrait être prise conformément au règlement, pour que le demandeur puisse bénéficier des protections procédurales offertes par ledit règlement. Exemple 2: Les faits: pendant une procédure d autorisation préalable obligatoire, l autorité compétente de l État membre A constate qu un produit commercialisé légalement dans l État membre B ne respecte pas certaines règles techniques nationales de l État membre A. Elle relève également qu il n existe pas d élément technique ou scientifique prouvant que ces règles techniques sont justifiées par l article 36 TFUE (30 TCE), ou par d autres raisons impérieuses d intérêt public. 7 8 Voir le point 3 ci-dessus concernant les conditions que doit remplir un régime de ce type pour être considéré comme justifié. Article 6, paragraphe 1, du règlement.

7 Solution: l autorité compétente de l État membre A doit appliquer le principe de reconnaissance mutuelle découlant de la jurisprudence de la Cour de justice 9 et de l article 34 TFUE (28 TCE), et autoriser la vente du produit sur le marché. Le règlement ne doit pas être appliqué en l absence d une décision envisageant d interdire l accès au marché de l État membre A. Exemple 3: Les faits: pendant une procédure d autorisation préalable obligatoire, l autorité compétente de l État membre A a interdit, sur la base de règles techniques nationales, la mise sur le marché de tuyaux en polyéthylène commercialisés légalement dans l État membre B. Cependant, elle a omis de notifier la décision à l opérateur économique dans une période de vingt jours ouvrables, délai fixé par le règlement 10. Le fabricant n a pas tenu compte de la décision et a mis les tuyaux sur le marché. Solution: le fabricant a eu raison de mettre le produit sur le marché, de telles décisions devant être arrêtées conformément au règlement. En vertu de l article 6, paragraphe 4, dudit règlement, si la décision n est pas notifiée dans la période fixée par celui-ci, le produit est réputé être légalement commercialisé dans l État membre de destination Arrêt de la Cour de justice du 20 février 1979 dans l affaire C-120/78, Rewe-Zentral AG/Bundesmonopolverwaltung für Branntwein (arrêt «Cassis de Dijon»). Article 6, paragraphe 4, du règlement.

8

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE

Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits de construction non munis du marquage CE FR COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ET DE L INDUSTRIE Document d orientation 1 Bruxelles, le 13 octobre 2011 - Application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux produits

Plus en détail

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux Mise sur le marché des engrais en Europe Paris, le 9 septembre 2009 Vincent Delvaux Implémentation pratique des Articles 28 et 30 et 95 du Traité CE Législation harmonisée garantit que les produits sont

Plus en détail

13.8.2008 FR Journal officiel de l'union européenne L 218/21. RÈGLEMENT (CE) N o 764/2008 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL.

13.8.2008 FR Journal officiel de l'union européenne L 218/21. RÈGLEMENT (CE) N o 764/2008 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. 13.8.2008 FR Journal officiel de l'union européenne L 218/21 RÈGLEMENT (CE) N o 764/2008 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 9 juillet 2008 établissant les procédures relatives à l'application de certaines

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

La vente de médicaments en ligne

La vente de médicaments en ligne Bruxelles 04/12/2015 La vente de médicaments en ligne Camille Bourguignon Avocat au barreau de Paris camille.bourguignon@ulys.net www.ulys.net 1 Ulys, en quelques mots 2 Table des matières QUOI? QUI? COMMENT?

Plus en détail

Le «guide bleu» relatif à la mise en œuvre de la réglementation de l UE sur les produits. Commission Européenne. Version 1.

Le «guide bleu» relatif à la mise en œuvre de la réglementation de l UE sur les produits. Commission Européenne. Version 1. Commission Européenne Le «guide bleu» relatif à la mise en œuvre de la réglementation de l UE sur les produits 2014 Marché intérieur, Industrie, Entrepreneuriat et PME Version 1.1 15/07/2015 TABLE DES

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

la Directive «Services» 2006/123/CE

la Directive «Services» 2006/123/CE la Directive «Services» 2006/123/CE présentation du 22 février 2008 pour la Ville et les Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Van De Sande J.M. SPF Economie DG Potentiel économique Président de

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

Paudex, le 24 janvier 2007 SHR/mw

Paudex, le 24 janvier 2007 SHR/mw Aux associations professionnelles Aux Sociétés industrielles et commerciales Aux Equipes patronales vaudoises A diverses entreprises A quelques personnalités de l économie et de la politique Paudex, le

Plus en détail

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques;

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques; II (Actes dont la publication n est pas une condition de leur applicabilité) CONSEIL PREMIÈRE DIRECTIVE DU CONSEIL du 21 décembre 1988 rapprochant les législations des États membres sur les marques (89/104/CEE)

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 29.5.2009 FR Journal officiel de l Union européenne L 134/1

RÈGLEMENTS. 29.5.2009 FR Journal officiel de l Union européenne L 134/1 29.5.2009 FR Journal officiel de l Union européenne L 134/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 428/2009 du Conseil du

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 24.12.2013 Journal officiel de l Union européenne L 352/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 1407/2013 DE LA COMMISSION du 18 décembre 2013 relatif à l application des articles 107

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73

28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73 28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73 RÈGLEMENT (UE) N o 910/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 23 juillet 2014 sur l identification électronique et les services de confiance

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

La commercialisation des médicaments et de dispositifs médicaux par Internet

La commercialisation des médicaments et de dispositifs médicaux par Internet CMS Adonnino Ascoli & Cavasola Scamoni CMS Albiñana & Suárez de Lezo CMS Bureau Francis Lefebvre CMS Cameron McKenna CMS DeBacker CMS Derks Star Busmann CMS von Erlach Henrici CMS Hasche Sigle CMS Reich-Rohrwig

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Le «guide bleu» relatif à la mise en oeuvre de la réglementation de l UE sur les produits

Le «guide bleu» relatif à la mise en oeuvre de la réglementation de l UE sur les produits Le «guide bleu» relatif à la mise en oeuvre de la réglementation de l UE sur les produits 2014 Enterprises et industrie Commission européenne Le «Guide bleu» relatif à la mise en œuvre de la réglementation

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

DIRECTIVE 2013/55/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2013/55/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 354/132 Journal officiel de l Union européenne 28.12.2013 DIRECTIVE 2013/55/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 20 novembre 2013 modifiant la directive 2005/36/CE relative à la reconnaissance des

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC 2014-04

Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC 2014-04 Position AMF Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France DOC Texte de référence : articles L. 214-2-2 et L. 214-24-1 du code monétaire et financier. L AMF, soucieuse d accompagner

Plus en détail

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15

29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15 29.6.2013 Journal officiel de l Union européenne L 181/15 RÈGLEMENT (UE) N o 608/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 12 juin 2013 concernant le contrôle, par les autorités douanières, du respect

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 285/10 Journal officiel de l Union européenne 31.10.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d exigences en matière

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 91/10 DIRECTIVE 1999/5/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 9 mars 1999 concernant les équipements hertziens et les équipements terminaux de télécommunications et la reconnaissance mutuelle de leur

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Estelle BROSSET Maître de conférences HDR en en droit public

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

http://curia.europa.eu/juris/document/document_print.jsf?doclang=fr...

http://curia.europa.eu/juris/document/document_print.jsf?doclang=fr... 1 van 7 7-11-2013 23:21 CURIA - Documents Lexalert vous informe gratuitement et par e-mail de l'actu juridique. Inscrivez-vous gratuitement sur www.lexalert.net/inscription ARRÊT DE LA COUR (huitième chambre)

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Lignes directrices concernant les contrôles à l importation dans le domaine de la sécurité et de la conformité des produits

Lignes directrices concernant les contrôles à l importation dans le domaine de la sécurité et de la conformité des produits COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Sécurité et sûreté, facilitation des échanges et coordination internationale Protection des citoyens et application des DPI Lignes

Plus en détail

AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de "nonresponsabilité"et

AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de nonresponsabilitéet AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de "nonresponsabilité"et sont protégées par un copyright. CELEX-61989J0238 Arrêt de la Cour du 13 décembre

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

Parties Motifs de l'arrêt

Parties Motifs de l'arrêt Parties Dans l affaire C-495/10, ayant pour objet une demande de décision préjudicielle au titre de l article 267 TFUE, introduite par le Conseil d État (France), par décision du 4 octobre 2010, parvenue

Plus en détail

(Actes législatifs) DIRECTIVES

(Actes législatifs) DIRECTIVES 18.6.2010 Journal officiel de l Union européenne L 153/1 I (Actes législatifs) DIRECTIVES DIRECTIVE 2010/30/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 19 mai 2010 concernant l indication, par voie d étiquetage

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009 (*)

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009 (*) AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de "non-responsabilité" et sont protégées par un copyright. ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009

Plus en détail

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1

RÈGLEMENTS. 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 16.6.2009 Journal officiel de l Union européenne L 152/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 469/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.11.2013 C(2013) 7725 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA.37017 (2013/N) - Belgique Compensation des coûts

Plus en détail

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr)

Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 24 novembre 2015 (OR. fr) Dossier interinstitutionnel: 2015/0906 (COD) 14306/15 NOTE DE TRANSMISSION Origine: Destinataire: Objet: 737 INST 411 COUR 62 CODEC

Plus en détail

Distribution de prospectus sur la voie publique

Distribution de prospectus sur la voie publique Distribution de prospectus sur la voie publique La distribution de tracts ou de prospectus sur la voie publique est souvent source d irritation. Parce que cela touche d un côté à l ordre public, et de

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (troisième chambre) 6 février 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (troisième chambre) 6 février 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (troisième chambre) 6 février 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Articles 52 TFUE et 56 TFUE Libre prestation de services Octroi d une licence pour la navigation de plaisance Condition de résidence

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

L action positive dans le droit de l UE

L action positive dans le droit de l UE L action positive dans le droit de l UE Gwénaële Calvès Professeur de droit public à l Université de Cergy- Pontoise SOMMAIRE I- La définition de l action positive dans le droit de l UE II- Les conditions

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Journal officiel de l Union européenne 14.11.2009

Journal officiel de l Union européenne 14.11.2009 L 300/72 Journal officiel de l Union européenne 14.11.2009 RÈGLEMENT (CE) N o 1072/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant des règles communes pour l accès au marché du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques 30.7.98 FR Journal officiel des Communautés européennes

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 décembre 2015 (*)

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 décembre 2015 (*) ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 décembre 2015 (*) «Renvoi préjudiciel Règlement (CE) n 1/2005 Article 1er, paragraphe 5 Protection des animaux pendant le transport Transport de chiens sans maître

Plus en détail

LE PRINCIPE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ET L ABROGATION DE LA DECISION 3052/95

LE PRINCIPE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ET L ABROGATION DE LA DECISION 3052/95 LE PRINCIPE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ET L ABROGATION DE LA DECISION 3052/95 I. INTRODUCTION 2 Présentation du paquet législatif 2 Le principe de libre circulation n est pas sans limite 3 Eléments concernant

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ;

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Sur rapport du Ministre des Infrastructures Economiques ; DECRET N 98-261 DU 03 JUIN 1998 Relatif à l homologation des équipements Terminaux de télécommunication, à leurs Conditions de raccordement et à l agrément des installateurs. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu

Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu BURTCB/CTC-2013-002Frev5 2014-02-17 Spécifications techniques - STS Définition Statut Rôle Signification Contenu Le présent document établit la procédure relative aux exigences en ce qui concerne la demande,

Plus en détail

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for conférence de la haye de hague droit conference international private privé international law Liste récapitulative de mise en œuvre Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Plus en détail

COM (2015) 148 final

COM (2015) 148 final COM (2015) 148 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 avril 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.12.2013 COM(2013) 877 final 2013/0427 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion de l arrangement avec le Royaume de Norvège sur les modalités

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

10.538. Rapport explicatif de la Commission de l économie et des redevances du Conseil national. du 20 mai 2014

10.538. Rapport explicatif de la Commission de l économie et des redevances du Conseil national. du 20 mai 2014 10.538 Initiative parlementaire Loi fédérale sur les entraves techniques au commerce. Exclure les denrées alimentaires du champ d application du principe du «Cassis de Dijon» Rapport explicatif de la Commission

Plus en détail

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR POITIERS le 28 Mars 2013 Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs Pascal BAR 1 Obligations pour les fabricants 1. Détermination du «produit-type» Déclarer l usage attendu du produit

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

28.3.2014 Journal officiel de l Union européenne L 94/375

28.3.2014 Journal officiel de l Union européenne L 94/375 28.3.2014 Journal officiel de l Union européenne L 94/375 DIRECTIVE 2014/36/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 26 février 2014 établissant les conditions d entrée et de séjour des ressortissants

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

Conseil d État, 23 décembre 2010, N 310775, Mentionné dans les tables du recueil Lebon

Conseil d État, 23 décembre 2010, N 310775, Mentionné dans les tables du recueil Lebon Contrôle préalable des contrats d assurance Protection sociale complémentaire - Fonctionnaires - Contribution au financement des garanties par des personnes publiques - Contrats garantissant la mise en

Plus en détail

TAXUD/1284/2005, Rév. 6 Orig.: EN

TAXUD/1284/2005, Rév. 6 Orig.: EN COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Politique douanière, législation, tarif douanier Législation douanière Bruxelles, le 15 février 2013 Taxud/A/2 EG (2013) 404977 TAXUD/1284/2005,

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant notification unique pour les traitements de données à caractère personnel (y compris certaines catégories particulières de données

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.15/2001/17/Add.3 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

(JO L 143 du 27.6.1995, p. 70)

(JO L 143 du 27.6.1995, p. 70) 1995L0018 FR 30.04.2004 002.002 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 95/18/CE DU CONSEIL du 19 juin 1995 concernant les licences

Plus en détail

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION APPENDICE FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION page. Cet appendice contient 4 formules, numérotées de BP/ à BP/4. Elles ont été préparées par le Bureau

Plus en détail

0.946.526.81. Texte original. (Etat le 14 avril 2015)

0.946.526.81. Texte original. (Etat le 14 avril 2015) Texte original 0.946.526.81 Accord entre la Confédération suisse et la Communauté européenne relatif à la reconnaissance mutuelle en matière d évaluation de la conformité Conclu le 21 juin 1999 Approuvé

Plus en détail

I. TRANSPARENCE DES RELATIONS FINANCIÈRES ENTRE LES ÉTATS MEMBRES ET LES ENTREPRISES PUBLIQUES

I. TRANSPARENCE DES RELATIONS FINANCIÈRES ENTRE LES ÉTATS MEMBRES ET LES ENTREPRISES PUBLIQUES I. TRANSPARENCE DES RELATIONS FINANCIÈRES ENTRE LES ÉTATS MEMBRES ET LES ENTREPRISES PUBLIQUES Apports en capital réalisés par l État Application des articles 92 et 93 du traité CE aux prises de participation

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 302/32 Journal officiel de l Union européenne 17.11.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 portant coordination des dispositions législatives, réglementaires

Plus en détail

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL Saisine du Conseil constitutionnel en date du 17 janvier 2014 présentée par au moins soixante sénateurs, en application de l article 61, alinéa 2, de la Constitution, et visée

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 17.7.2006 COM(2006) 399 final 2006/0135 (CNS) Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL modifiant le règlement (CE) n 2201/2003 en ce qui concerne la compétence

Plus en détail

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL

DIRECTIVE 98/20/CE DU CONSEIL Directive 98/20/CE du Conseil du 30 mars 1998 modifiant la directive 92/14/CEE relative à la limitation de l'exploitation des avions relevant du volume 1, deuxième partie, chapitre 2 de l'annexe 16 de

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION INTERPRÉTATIVE DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION INTERPRÉTATIVE DE LA COMMISSION FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 23.6.2006 COM COMMUNICATION INTERPRÉTATIVE DE LA COMMISSION relative au droit communautaire applicable aux passations de marchés non soumises

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED.

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED. 1 CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED Requête n 330604 MOTS CLEFS : monopole liberté d établissement liberté de prestation

Plus en détail

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE,

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, JE CERTIFIE: QUE L ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE QUI S EST RÉUNIE AUJOURD HUI, A APPROUVÉ

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*)

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*) ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*) «Renvoi préjudiciel Directive 93/13/CEE Article 2, sous b) Notion de consommateur Contrat de crédit conclu par une personne physique qui exerce

Plus en détail

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 350788 Publié au recueil Lebon M. Jacques Arrighi de Casanova, président M. Frédéric Dieu, rapporteur M. Nicolas Boulouis, rapporteur public SCP BORE ET SALVE DE BRUNETON ; CARBONNIER,

Plus en détail