Contribution JSC Plan Cancer 2 : La place des Jeunes Adultes et Grands Adolescents concernés par le cancer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution JSC Plan Cancer 2 : La place des Jeunes Adultes et Grands Adolescents concernés par le cancer"

Transcription

1 Contribution JSC Plan Cancer 2 : La place des Jeunes Adultes et Grands Adolescents concernés par le cancer A l attention du Pr Jean-Pierre GRÜNFELD Présentation de La création de JSC remonte aux premiers Etats Généraux de 1998 au cours desquels un petit groupe de jeunes adultes malades, anciens malades et proches ont fait part de leur spécificité. De ce constat a découlé le premier objectif de JSC : briser l isolement des jeunes adultes malades, anciens malades et de leurs proches. En effet les jeunes adultes atteints de cancer sont souvent les seuls de leur âge que ce soit en service adulte ou en pédiatrie ce qui provoque un isolement physique mais aussi social et psychologique. Aujourd hui JSC se bat sur plusieurs fronts : - Le soutien et le partage d expérience par le forum de discussion sur Internet, par des permanences physiques ou téléphoniques ainsi que des rencontres. - L information pour que chacun puisse avoir les moyens d être acteur durant la maladie par le site Internet ( ), un guide et un carnet de bord. - La lutte contre la précarité socioprofessionnelle par un travail de fond en collaboration avec de nombreuses associations et acteurs institutionnels. - La sensibilisation de la société par des manifestations sportives, culturelles ou autres. JSC cherche aussi à changer l image du cancer et des malades.

2 Les spécificités des jeunes adultes et grands adolescents (environ ans) 1. L adolescence et l entrée dans l âge adulte sont le temps de la prise d autonomie, affective comme socio-économique. La maladie cancéreuse peut entraver cette prise d autonomie, rendant l adolescent et le jeune adulte dépendant de sa famille dans les périodes de maladie ou de traitement, mais rendant aussi parfois certaines familles trop protectrices même quand l état du patient lui permettrait plus d indépendance. 2. La stigmatisation du cancer peut entraîner un retentissement majeur sur les relations sociales à un âge où le jeune patient quitte un système de référence centré sur le milieu familial pour se rapprocher de ses pairs par identification: cette identification est mise à mal par les effets de la maladie, de son traitement, et la prise de conscience de cette différence. Le vécu d expériences physiques ou existentielles inhabituelles dans cette classe d âge peut également modifier la maturité du patient et générer un sentiment d isolement intense. 3. Les modifications de l image corporelle peuvent retarder ou entraver la réalisation des premières expériences amoureuses ou conjugales à un âge où les capacités physiques sont supposées être optimales. 4. Les questionnements sur l avenir, par le pronostic incertain de la maladie comme par son retentissement possible sur la fertilité, peut retentir sur la capacité de l adolescent et du jeune adulte à se projeter dans l avenir. 5. L organisation pratique de la prise en charge, les contraintes des traitements peuvent entraver la réalisation des études ou contraindre les premiers choix professionnels. 6. Les difficultés d information, de compréhension ou de communication sont renforcées par le fait que les médecins sont parfois peu habitués à prendre en charge cette classe d âge. Certains enjeux parfois majeurs pour le patient comme l apparence physique, la capacité de séduction, les difficultés sexuelles ou relationnelles, la volonté de poursuivre ses études peuvent être parfois hiérarchisés différemment par des médecins ou une famille plus centrés sur les notions de survie ou de guérison, d où un possible sentiment d incompréhension entre le malade, les médecins et la famille.

3 Constats et propositions 1. Relation avec le médecin généraliste Les médecins généralistes Retard de diagnostic : On constate de réelles difficultés pour les médecins généralistes à identifier un cancer chez les grands adolescents et jeunes adultes, sans doute parce qu à 20 ans cela est rare Nécessité d une sensibilisation et d une formation des médecins généralistes à ce type de diagnostic Le médecin généraliste est souvent plus accessible durant la période des traitements Médecin généraliste comme relais lorsque cela est nécessaire entre l équipe hospitalière et le jeune malade et sa famille. Il est également important de noter que le suivi sur le long terme est souvent effectué par le médecin généraliste, qui restera souvent un repère stable tout le long de l évolution de la maladie (avant, pendant et après). Une valorisation de cette activité pourrait être prise en compte. 2. Absence de prise en charge spécifique et coordonnée des jeunes adultes et grands adolescents d un point de vue social = Isolement Mise en place d un dispositif global spécifique et coordonné de prise en charge : Nécessité d une cohérence de la prise en charge médicale et de la prise en charge sociale. Le temps des traitements doit permettre la construction personnelle primordiale à un âge de pleine mutation (construction personnelle et professionnelle).

4 Dispositif Global Spécifique et prise en charge coordonnée des adolescents et jeunes adultes Dispositif d annonce Réflexion à une annonce plus particulière pour les jeunes adultes et grands adolescents prenant en compte l ensemble des conséquences du traitement sur le quotidien mais également sur l avenir (fertilité, scolarité, vie professionnelle) Objectif : Anticiper les difficultés dues aux traitements, à court, moyen et long terme Projet personnalisé de soins Continuer et pérenniser l ensemble de la démarche de PPS qui permet à chacun de pouvoir mieux appréhender le lendemain. Projet personnalisé d accompagnem ent à la vie sociale, Mise en place d une prise en charge sociale permettant : - le maintien de la vie sociale durant les traitements (scolarité, Vie professionnelle, aide à domicile, vie sentimentale, prise e compte des petit(e) ami(e) et des ami(e)s dans la prise en charge, aide financière, écoute, orientation vers des associations, soutien psychologique, ) - des démarches sociales facilitées. Elles sont souvent rendues plus difficiles du fait de la maladie (fatigue, méconnaissance, complexité, ) Un bilan social est nécessaire dès le début de la prise en charge et ce bilan doit être décliné avec les proches pour effectuer une évaluation globale des besoins. Des consultations sociales pourront être organisées à intervalles réguliers (en fonction de l évaluation des besoins) avec des assistantes sociales, techniciennes intervention sociale et familiale (TISF) qui seront un lien entre l ensemble des intervenants qu il faudra coordonner : conseiller d orientation, chargée d insertion, médecin professionnelle Objectif : permettre de continuer sa vie pendant les traitements et améliorer l après- traitement.

5 Suivi social et médical à long terme La vie après la maladie est souvent source d angoisse, le passage d une surveillance accrue à un espacement des consultations est parfois vécu comme un abandon. Il est nécessaire de prévoir des temps et des lieux pour pouvoir continuer à partager ce que l on vit, ce que l on ressent. Coordination et collaboration tout le long du parcours (pendant et après). Partage d expérience et rencontres On constate un besoin important chez les jeunes adultes et grands adolescents de pouvoir partager ce qu ils vivent ou ont vécu avec des pairs. Mise en place d une coordination des intervenants : professionnels de santé, professionnels du secteur social, associations, ainsi que des dispositifs sociaux, scolaire et de retour à l emploi Intégration de l ensemble des données dans le dossier du patient (qui ne doit pas être que médical) Amélioration de la collaboration, voir mutualisation entre les services pédiatriques et adultes : consultation avec deux oncologues l un spécialiste de l enfant l autre de l adulte pour faire le lien entre les services, envisager la présence oncopédiatre et d onco-adultes à certaines RCP. Objectifs : Rendre plus visible le rôle primordial de l assistance sociale hospitalière. Permettre une prise en charge sur le long terme. Améliorer le partage d expérience entre service de soin Création d espaces de rencontre et de partage d expérience : virtuelle (forum, réseau, ) ou physique (temps de rencontre autour d activité, sortie, week-end, ) devrait être favorisées. Mise à disposition d un ordinateur pendant la formation, mise en relation avec une permanence téléphonique ou physique dédiée, organisation de sorties avec les structures hospitalières et associations d un même territoire. Objectif : créer du lien

6 3. Besoin d information spécifique et adaptée pour les jeunes adultes et grands adolescents : malades et proches INFORMATION et accompagnement de l information Education Thérapeutique Auprès des personnes malades et des proches Mise à disposition d information facilement accessible et fiable (brochure + internet). Mise en place d un kit pour les jeunes adultes et grands adolescents (carnets de bord, document d information, ) Accompagnement de l information par une personne compétente et qui pourra être une personne ressource tout le long du parcours (pendant et après) = Développement des Espaces Rencontres et Information, des Point Info, des Point Cancer ville de Paris, Objectif : permettre au Jeunes adultes et grands adolescents d être acteurs de leur traitement Auprès des professionnels de santé et des professionnels du social : inscription de la problématique cancer dans les parcours scolaires avec la spécificité des jeunes. Publication de documents référence (papier ou internet) rédigés en partenariat avec des personnes concernées par le cancer et cette tranche d âge. Objectif : l oncologue ne doit plus voir l adolescent malade comme un malade mais comme un adulte en construction qui continue d aller au cinéma ou d avoir des relations sexuelles.

7 4. Besoin de données scientifiques en recherche médicale et en sciences humaines prenant en compte les spécificités des jeunes adultes et adolescents. Recherches chez les jeunes adultes et adolescents Absence de données scientifiques (France et Europe) Plus de collaborations Spécificités épidémiologiques Spécificités psychologiques Spécificités sociales Objectifs : une meilleure connaissance des besoins des jeunes adultes et grands adolescents Développer les collaborations françaises, européennes et internationales pour mutualiser les connaissances et expériences. Cela permettrait de mener des études comparatives sur des cohortes suffisamment importantes. Exemple : Etude sur les besoins psychosociaux chez les ans mené à l Institut Gustave Roussy et à l Institut Curie (Etude JADE Dr Sarah Dauchy) Etude menée par Catherine Le Grand Sébille en France et au Canada sur les jeunes adultes. L ensemble des études financées par la Ligue contre le cancer dans le cadre des appels à projet Leclerc Mise en place de centres de ressources ou de sites collaboratifs (plateforme internet) pour le partage d expérience dans la prise en charge des jeunes adultes et grands adolescents (Maison de l adolescent et du jeune adulte, forum, guides, études, ). Mise en place d un partenariat fort entre les associations et les équipes de recherches.

8 5. Nécessité de poursuivre la sensibilisation de l opinion publique et des acteurs économiques afin de permettre que le cancer ne soit plus stigmatisant Pour une société solidaire et responsable Faire évoluer le regard du grand public sur le cancer Par des campagnes de sensibilisation ciblées sur une thématique : le retour au travail ou scolarité et cancer On pourrait aussi imaginer un grand producteur faire un film sur le cancer dans lequel le héro-malade reste en vie (comment le cancer à changer sa vie ) Accès aux prêts immobilier Faciliter l accès aux prêts sans surprime et en simplifiant les démarches (ne plus passer par l oncologue pour remplir les documents, changer la terminologie des questionnaires «TUMEURS», améliorer les temps des réponses, ) Accès à l emploi Faciliter le retour et le maintien dans l emploi avec la mise en place de consultations sociales comme cela existe à Rouen et Strasbourg ou de plateformes téléphoniques territoriales dédiées. Création de guides et de formations à destination des salariés Prise en compte de la spécificité de certaines populations ou situations géographiques (artisan, peu diplômé, milieu ruraux, ) Faire évoluer le vocabulaire, les mots employés Avoir un cancer et être handicapé sont souvent des notions difficiles pour les personnes malades. Il faudrait pouvoir repenser des notions tel que l Allocation Adulte Handicapé ou la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé, beaucoup d anciens malades ne souhaitent pas cette reconnaissance, considérant le cancer déjà très stigmatisant! Conclusion : se met à la disposition de l ensemble de votre équipe pour approfondir certaines thématiques et réfléchir ensemble à des propositions spécifiques pour les grands adolescents et jeunes adultes qui pourront ainsi être moteurs pour l ensemble de la prise en charge en cancérologie.

Cancer et adolescents

Cancer et adolescents Mesure 23 Dossier de presse INCa 29 janvier 2010 Cancer et adolescents www.e-cancer.fr L Institut National du Cancer est l agence nationale sanitaire et scientifique chargée de coordonner la lutte contre

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

Cancer du sein métastatique. «Ressources et Vous, parce qu au-delà de la maladie, il y a la vie»

Cancer du sein métastatique. «Ressources et Vous, parce qu au-delà de la maladie, il y a la vie» Novartis Pharma S.A.S. Direction de la Communication Oncologie 2 et 4, rue Lionel Terray BP 308 92 506 Rueil-Malmaison Tél + 33 1 55 47 67 34 Fax + 33 1 55 47 64 20 Site Internet : http://www.novartis.fr

Plus en détail

Le dispositif d annonce. Information destinée aux patients atteints de cancer. édition actualisée Octobre 2009

Le dispositif d annonce. Information destinée aux patients atteints de cancer. édition actualisée Octobre 2009 Le dispositif d annonce Information destinée aux patients atteints de cancer G R A N D P U B L I C 2 édition actualisée Octobre 2009 Sommaire Introduction 1 Le dispositif d annonce 2 Le temps médical L

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Groupe INSERTION scolaire, professionnelle et sociale des AJA atteints de cancer

Groupe INSERTION scolaire, professionnelle et sociale des AJA atteints de cancer Groupe INSERTION scolaire, professionnelle et sociale des AJA atteints de cancer Nathalie Gaspar, oncologue pédiatre, Gustave Roussy Marion Chrysostome, assistante sociale, Centre Léon Berard Zoé Rollin,

Plus en détail

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage.

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage. Dépistage Soins Respect Orientations Éducation thérapeutique Quand les soins créent du lien Aides Séjours personnalisés Santé mentale Les Établissements MGEN Relais Équipes soignantes Qualité de soins

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite Pour ADRÉA Mutuelle, la proximité est une réalité. Elle entretient un lien durable avec ses adhérents, tant par son réseau d agences que par ses centres d appels téléphoniques et sa présence sur internet

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

ANNUAIRE EN SOINS DE SUPPORT. Pour accompagner les femmes pendant leur surveillance clinique

ANNUAIRE EN SOINS DE SUPPORT. Pour accompagner les femmes pendant leur surveillance clinique ANNUAIRE EN SOINS DE SUPPORT Pour accompagner les femmes pendant leur surveillance clinique 1 1. Pour les soins spécifiques : Réseau de lutte contre la douleur : -peut faire une assistance sur des problèmes

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

communication, information, participation des habitants

communication, information, participation des habitants : présentation communication, information, participation des habitants 1 Information Communication ce qui existe : Le journal municipal Le site internet présentation Les panneaux lumineux Les panneaux

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Présentation de l Union

Présentation de l Union Présentation de l Union Mutualité Fonction Publique Mise àjour : Novembre 2011 MFP Pôle Communication novembre 2011 L Union mutualiste du secteur public 2 L Union mutualiste du secteur public «MFP : le

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Objectif 9 : Diminuer l impact du cancer sur la vie personnelle

Objectif 9 : Diminuer l impact du cancer sur la vie personnelle Objectif 9 : Diminuer l impact du cancer sur la vie personnelle La survenue d un cancer a souvent de fortes conséquences sur la vie sociale, scolaire ou professionnelle des personnes atteintes ou ayant

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Quand la maladie vient compliquer la transition de l adolescence vers le merveilleux monde des adultes Développement d une clinique pour adolescents greffés Marie-France Vachon, M.Sc.Inf., CPON, CSIO,

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Pôle Addictions et Précarité Passeport Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Centre Hospitalier Guillaume Régnier www.ch-guillaumeregnier.fr POLE ADDICTIONS

Plus en détail

L insertion professionnelle

L insertion professionnelle L insertion professionnelle Revue de la littérature Il n existe pas d étude spécifique française sur l impact du cancer sur l insertion professionnelle des AJA. Les difficultés d insertion après un cancer

Plus en détail

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD

DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD COMMUNAUTE D AGGLOMERATION SAINT-ETIENNE METROPOLE Argo&Siloe DÉFINITION D UNE STRATÉGIE MARKETING DE L ESS SUR LE TERRITOIRE LOIRE SUD Restitution 4 juillet 2013 Définition 9 rue des d une Tuiliers stratégie

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique 2011-2014. Ville de Valbonne Sophia Antipolis. Atelier Santé Ville. Octobre 2011

Plan Local de Santé Publique 2011-2014. Ville de Valbonne Sophia Antipolis. Atelier Santé Ville. Octobre 2011 Plan Local de Santé Publique 2011-2014 Ville de Valbonne Sophia Antipolis Atelier Santé Ville Octobre 2011 Groupe de Recherche sur la Vulnérabilité Sociale Association inscrite au J0 le 22.12.1994 Siège

Plus en détail

OBSERVATOIRE SOCIÉTAL DES CANCERS

OBSERVATOIRE SOCIÉTAL DES CANCERS OBSERVATOIRE SOCIÉTAL DES CANCERS Rapport 2011 2 Rapport 2011 de l Observatoire sociétal des cancers La Ligue contre le cancer tient particulièrement à remercier : les personnes ayant accepté de témoigner,

Plus en détail

TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE

TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE Préface Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE une enquête sur la perception par les patients ou par les médecins généralistes

Plus en détail

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 %

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 % Complémentaire santé 2014 Décerné à pour sa gamme aprévactive Formule Mini + Remboursement Régime Obligatoire + Module Médecine de ville M1 Consultations, visites, actes de chirurgie en cabinet médical,

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Inauguration. AIRE Cancers du 3 C Val Hainaut. ESPACE Ressources Cancers EMERA

Inauguration. AIRE Cancers du 3 C Val Hainaut. ESPACE Ressources Cancers EMERA Inauguration AIRE Cancers du 3 C Val Hainaut ESPACE Ressources Cancers EMERA Inauguration de l Espace Ressources Cancers EMERA et de l AIRE Cancers du 3 C Val Hainaut En présence de : Monsieur Dominique

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes

Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes Santé sexuelle Aide à distance sur internet avec Fil Santé Jeunes Mirentxu BACQUERIE Directrice Générale EPE-IDF Un dispositif généraliste Ecoute, information et orientation des jeunes (12 à 25 ans) dans

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE pour accompagner les entreprises et aider les salariés Depuis sa création en 1977, AG2R Prévoyance a développé une action sociale qui apporte des réponses aux besoins spécifiques

Plus en détail

la qualité de vie des salariés

la qualité de vie des salariés facilit Un service innovant pour améliorer la qualité de vie des salariés VIE FAMILIALE VIE PROFESSIONNELLE SANTÉ LOGEMENT Service gratuit réservé aux adhérents en Prévoyance de la mutuelle CHORUM S engager

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés Dossier de presse La Ligue contre le cancer publie le quatrième rapport de l Observatoire sociétal des cancers Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés 54% des femmes interrogées

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence APPEL A PROJETS 2011 Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou Prévention et prise en charge des séquelles à long terme Actions 25.3

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE

ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE PARTIE 1 CANCER FÉMININ : UN RISQUE À NE PAS NÉGLIGER PARTIE 2 DÉFENSE CANCER FÉMININ, UNE ASSURANCE DÉDIÉE AUX FEMMES PARTIE 3 PLUS QU UNE GARANTIE,

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

LE ROLE DES ASSUREURS DANS LA PREVENTION ET L ACCOMPAGNEMENT DU VIEILLISSEMENT

LE ROLE DES ASSUREURS DANS LA PREVENTION ET L ACCOMPAGNEMENT DU VIEILLISSEMENT LE ROLE DES ASSUREURS DANS LA PREVENTION ET L ACCOMPAGNEMENT DU VIEILLISSEMENT Synthèse de la Matinale du 10 février 2015 au Cercle LAB Des professionnels de différents secteurs d activité, experts dans

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES Introduction : les Espaces Amis d Enfants (EAE) sont des structures communautaires utilisées dans les situations d urgence comme première réponse aux besoins

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

ASSURANCES. Revue de la littérature

ASSURANCES. Revue de la littérature ASSURANCES Revue de la littérature Il n existe actuellement pas d étude spécifique française sur l impact problématique du cancer au niveau des assurances pour les adolescents et jeunes adultes (AJA, 15/24

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Français langue seconde : français de base

Français langue seconde : français de base Français langue seconde : français de base 1 Programme d études et guide d enseignement 2 3 4 Ministère de l Éducation Educational Programs & Services C.P. 6000 2005 Ministère de l Éducation Educational

Plus en détail

SYNTHESE PLATEFORME D ECHANGES ET D INFORMATION Drogues et Dépendances (P.E.I.D.D.) Janvier à Décembre 2014

SYNTHESE PLATEFORME D ECHANGES ET D INFORMATION Drogues et Dépendances (P.E.I.D.D.) Janvier à Décembre 2014 1 SYNTHESE PLATEFORME D ECHANGES ET D INFORMATION Drogues et Dépendances (P.E.I.D.D.) Janvier à Décembre 2014 Les financeurs Cette action est financée par la MILDECA (via la Préfecture de La Réunion) et

Plus en détail

L apprentissage inversé en IFSI : développement de nouvelles pratiques pour s adapter aux générations Y et Z

L apprentissage inversé en IFSI : développement de nouvelles pratiques pour s adapter aux générations Y et Z L apprentissage inversé en IFSI : développement de nouvelles pratiques pour s adapter aux générations Y et Z Loïc Martin, IFSI CHU de Rouen Cadre de santé formateur loic.martin@chu-rouen.fr 1 sommaire

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE

L IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION ET DE LA GESTION DU CHANGEMENT DANS LA REUSSITE D UN PROJET QUALITE Société Nationale Burkinabé d Hydrocarbures La SONABHY, une société de référence: Sécurité et qualité, aujourd hui et demain MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Selon la norme ISO 9001 (Version 2008) Siège social,

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau

La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau Son historique La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau a été créée en 1990, par un groupe de parents et d amis d enfants atteints de cancer.

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail