membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1).

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1)."

Transcription

1 SURVEILLANCE CLINIQUE DES ANTIARYTHMIQUES EN SOINS CRITIQUES Jean-Luc Beaumont, infirmier clinicien spécialisé en soins infirmiers cardiovasculaires et respiratoires Les antiarythmiques constituent, en milieu clinique, une classe importante de la pharmacologie cardiologique. Le but de cet article vise notamment la compréhension des mécanismes d action des antiarythmiques et, conséquemment, la surveillance clinique reliée aux effets attendus de ceux-ci. L article est présenté en deux parties; la première intitulée l électrophysiologie explique le lien entre le potentiel d action de la fibre myocardique et le point d impact des antiarythmiques. La seconde partie, les antiarythmiques, aborde la classification des antiarythmiques, les mécanismes d action de chacune de ses classes ainsi que certaines particularités spécifiques à chacune d elle, dont la surveillance clinique. PREMIÈRE PARTIE : L ÉLECTROPHYSIOLOGIE Dans le myocarde siège un système spécifique de fibres spécialisées différentes des fibres contractiles. Ces fibres forment le tissu nodal et sont dotées de deux types de populations cellulaires. Certaines cellules dites automatiques, sont génératrices des impulsions cardiaques (automaticité) alors que d'autres, dites conductrices propagent les influx de proche en proche à travers le système de conduction (conductibilité). L ensemble de ces cellules réagit à une stimulation (excitabilité). Ces trois propriétés constituent le noyau du système nerveux intrinsèque du cœur. De plus, certaines fibres afférentes dites sensitives connectées au système de conduction électrique du cœur influencent l électrophysiologie cardiaque. En effet, le système sympathique sous l influence de l adrénaline et le parasympathique activé par l acétylcholine constituent le système nerveux extrinsèque et permettent de moduler le fonctionnement du cœur. L activité électrique du cœur est générée par de fortes concentrations ioniques réparties de part et d autre de la membrane cellulaire. Une perturbation importante des transferts ioniques transmembranaires est précurseur d arythmies cardiaques. L activité de travail et de repos de la cellule appelée, potentiel électrique, s enregistre à l aide de micro-électrodes placées de part et d autre de la 1

2 membrane cellulaire. Le potentiel électrique engendre une image caractéristique appelée potentiel d action (Fig. 1). Figure 1 : Phases du potentiel d action et mouvements ioniques transmembranaires Beaumont, J-L (2006) Classe I Classe IV Classe III Classe II Le potentiel d action se subdivise en cinq phases (Fig. 1). La première phase, «phase 0» correspond à l activation cellulaire ou dépolarisation. L impulsion se propage aux cellules avoisinantes grâce à l avalanche d ions sodium (Na+) qui pénètrent dans la cellule et favorisent l automaticité. Ces ions circulent rapidement le long de fibres dites à réponse rapide au Na+ par des canaux spécifiques. Ce type de fibres à courant sodique active principalement le fonctionnement des oreillettes, le système His-Purkinje et les fibres du muscle ventriculaire (Fig. 2). Les médicaments susceptibles d inhiber les entrées de Na+ (phase 0) dans la cellule constituent la classe 1 des antiarythmiques appelés bloquants des canaux sodiques (Tableau 1). La «phase 0» correspond au complexe QRS sur l ÉCG de surface (Fig. 3). 2

3 Les deuxième et troisième phases, «phases 1 et 2» du potentiel d action correspondent à la repolarisation initiale de la cellule. L inactivation sodique fait place aux entrées de calcium dans la cellule. Au cours de ces phases, la vitesse de repolarisation est diminuée, car les sorties intracellulaires de potassium cheminent vers l extérieur de la cellule. Ce courant calcique influence particulièrement le fonctionnement des fibres à réponse lente localisées au noeud sinusal et au nœud auriculoventriculaire (Fig. 2). Lors de tachycardies supraventriculaires, les bloquants calciques sont des indications de choix, puisque ces arythmies naissent au pourtour de fibres dont le potentiel d action à caractère calcique influence fortement la fréquence cardiaque pour le nœud sinusal et la conduction auriculoventriculaire (AV) pour le nœud AV. Les médicaments capables d inhiber les entrées de Ca+ dans la cellule constituent la classe 4 des antiarythmiques, les bloquants des canaux calciques (Tableau 1). Les phases 1 et 2 du potentiel correspondent au segment ST sur l ÉCG de surface (Fig. 3). La quatrième phase, «phase 3» du potentiel d action correspond à la repolarisation terminale de la cellule. Cette phase résulte d un courant sortant de potassium (K+) qui augmente la durée du potentiel d action. À ce stade, la fibre retrouve ses charges initiales de repos. Cette phase correspond à l onde T sur l ÉCG de surface (Fig. 3). Certaines conditions nécessitent parfois le contrôle des sorties de potassium intracellulaire ce qui a pour effet d augmenter la durée du potentiel d action et conséquemment l intervalle QT sur l ÉCG de surface (Fig. 3). Les médicaments qui atténuent les sorties du «K+» dans la cellule constituent la classe 3 des antiarythmiques appelés les bloquants potassiques (Tableau 1). La cinquième phase, «phase 4» du potentiel d action représente l intervalle de temps entre deux potentiels d action. À ce stade, la cellule a récupéré son potentiel de repos ou potentiel de membrane étroitement lié au rôle du sodium et du potassium. Des enzymes concourent à fournir à la cellule l énergie nécessaire aux échanges ioniques. Schématiquement un battement cardiaque peut être superposé à un potentiel d action. La phase 4 du potentiel d action détermine la fréquence cardiaque. Plus la phase 4 d un potentiel d action est brève, plus il y aura de potentiels d action dans une minute et plus grand sera le nombre de battements cardiaques par minute. En comparant les potentiels d action des centres d automatismes du cœur (nœud sinusal, faisceau de His et le réseau de Purkinje), la phase 4 du noeud sinusal étant la plus courte, cela explique la dominance du nœud sinusal, d où l expression «rythme sinusal». Cette phase 4 correspond à la fin de l onde T et le début du complexe QRS sur l ÉCG 3

4 de surface (Fig. 3). Les systèmes sympathique parasympathique interfèrent directement sur la fréquence cardiaque et la conduction AV. Les médicaments agissant sur la phase 4 du potentiel d action constituent la classe 2 des antiarythmiques désignés bloquants des récepteurs bêtaadrénergiques ou bêta-bloquants (tableau 1). Figure 2 : Système de conduction électrique du coeur Figure 3 : Corrélation entre les mouvements ioniques transmembranaires, le potentiel d action et l ECG de surface 4

5 DEUXIÈME PARTIE : LES ANTIARYTHMIQUES Les antiarythmiques agissent sur l une ou l autre des phases du potentiel d action en modifiant la perméabilité de la membrane myocardique aux ions sodium, calcium et potassium. Ils sont répartis en quatre classes selon la classification de Vaughan Williams (tableau 1). Bien que la digitale et l adénosine aient des propriétés antiarythmiques, elles feront l objet d une présentation complémentaire. Classe 1 : bloquants des canaux sodiques Les fibres à «courant sodique» activent la dépolarisation des fibres auriculaires, du système His- Purkinje et des fibres ventriculaires. Les substances susceptibles de diminuer la dépolarisation de ces fibres constituent la clef de cette classe pharmacologique. Les substances courantes de cette classe sont la procaïnamide (pronestyl md ),et la flécaïnide (tambocor md ). La procaïnamide (pronestyl md ) constitue une indication de choix pour le syndrome de préexcitation symptomatique de type Wolff-Parkinson-White (WPW). Lors de ce syndrome, l impulsion contourne la jonction nodohissiene (du nœud de His) pour atteindre les ventricules par des voies anormales dites accessoires ce qui peut favoriser des arythmies ventriculaires majeures. La procaïnamide ralentit la dépolarisation et conséquemment la conduction des voies accessoires, ce qui protège les ventricules. La surveillance clinique pour la voie intraveineuse vise principalement la détection d une baisse du débit cardiaque, la prise des signes vitaux, le monitorage des arythmies pour les traitements d'urgence. L effet sur la repolarisation cellulaire peut entraîner une augmentation des intervalles du complexe QRS et de l intervalle QT. Toute durée du complexe QRS supérieure à 25 % de sa valeur initiale et de la durée de l intervalle QT supérieure à 0,44 seconde doivent être rapportées. La flécaïnide (tambocor md ) est l antiarythmique le plus puissant de cette classe. Ses effets sont l allongement du temps de la dépolarisation cellulaire (phase 0) au niveau auriculaire, du réseau de Purkinje et ventriculaire. Un ralentissement de la conduction intraventriculaire peut être observé. En l absence de coronaropathie, la flécaïnide est particulièrement efficace pour le traitement des extrasystoles ventriculaires (ESV) fréquentes. La surveillance clinique consiste en la prise des signes vitaux, la détection de l allongement de l intervalle QRS à l ECG et au monitorage des arythmies 5

6 cardiaques majeures. Une surveillance accrue s impose lors d un bloc de branche. Chez le coronarien, la flécaïnide est contre indiquée, car elle favorise les ESV et la tachycardie ventriculaire. Classe 2 : bloquants des récepteurs bêta-adrénergique ou bêta-bloquants Ces substances s opposent de façon compétitive aux catécholamines (noradrénaline, épinéphrine, adrénaline) en occupant les sites récepteurs de ces médiateurs chimiques. Ces récepteurs se subdivisent en Bêta-1 et Bêta-2. Les récepteurs Bêta-1 adrénergiques sont en grand nombre dans le cœur, conséquemment ils exercent une influence positive sur l automaticité, la conductibilité, l excitabilité et la contractilité (???). Les Bêta-2 prédominent dans le muscle lisse bronchique dont l effet dominant est la bronchodilatation. Le principal mécanisme d action des bêta-bloquants est d inhiber la stimulation cardiaque des récepteurs bêta-adrénergiques (effet sympatholytique). Cette action s exerce par un allongement de la phase 4 du potentiel d action. L effet sympatholytique sur le cœur entraîne une baisse de la fréquence cardiaque (effet chronotrope négatif), un allongement du temps de conduction (effet dromotrope négatif), une force de contraction moindre (effet inotrope négatif). De plus, l automaticité est aussi altérée (effet bathmotrope négatif). Tous les bêta-bloquants sont essentiellement identiques sur le plan des effets thérapeutiques cardiovasculaires. Certains bêta-bloquants sont cardiosélectifs, c'est-à-dire qu ils agissent spécifiquement sur les récepteurs bêta-1 tout en inhibant le moins possible les récepteurs bêta-2; un avantage important pour la clientèle atteinte de broncho-pneumopathie. Les bêta-bloquants suivants ont cette propriété : acébutolol (sectral md ), aténolol (ténormin md ), bisoprolol (monocor md ), métoprolol (lopressor md ). Considérant l effet dépresseur sur le sinus, le nœud AV et la fonction ventriculaire, les effets secondaires des bêta-bloquants pourraient être exacerbés en étant jumelés à des substances dont les effets bathmotrope, chronotrope et dromotrope négatifs sont similaires tels : amiodarone (cordarone md ), diltiazem (cardizem md ) flécaïnide (tambocor md ) et vérapamil (isoptin md ). La surveillance clinique repose principalement sur la détection d une bradycardie symptomatique, des signes et symptômes du syndrome de bas débit et de l allongement de l intervalle PR. La prise des signes vitaux demeure essentielle. La médication concomitante mérite une attention particulière, car elle favorise une bradycardie excessive. 6

7 Classe 3 : bloquants des canaux potassiques Les substances pharmacologiques de cette classe bloquent les sorties intracellulaires de potassium durant la phase 3 du potentiel d action. La repolarisation étant ainsi prolongée, certaines arythmies de réentrée associées à du tissu cicatriciel peuvent être ainsi inhibées, car la période réfractaire ou de protection est rehaussée (Fig.3). La répercussion de ce mécanisme d action entraîne un allongement de l intervalle QT. Les substances de cette classe sont l amiodarone (cordarone md ) et le sotalol (sotacor md ). L Amiodarone (cordarone md ) est un antiarythmique puissant qui prolonge la période réfractaire et la repolarisation de tous les tissus cardiaques incluant les voies accessoires lors du syndrome de préexcitation. À vrai dire, l amiodarone est la «star des antiarythmiques» puisque cette substance regroupe les quatre classes antiarythmiques. C est le médicament de choix pour la tachycardie ventriculaire des urgences cardiaques. Le ralentissement de la fréquence cardiaque (classe 4), l allongement des intervalles PR (classe 2), QRS (classe 1) et surtout QT (classe 3) sont les impacts électrocardiographiques prévisibles de l amiodarone. La bradycardie sinusale conjuguée à l allongement de l intervalle QT constituent des facteurs proarythmiques susceptibles de favoriser la torsade de pointes. La surveillance clinique repose sur la prise des signes vitaux et la détection d un allongement des intervalles PR, QRS et QT. L amiodarone potentialise l effet de la warfarine (coumadin md ) et double la concentration plasmatique de la digoxine. De par sa teneur en iode, elle peut affecter le fonctionnement de la thyroïde (hypo hyper). Les effets secondaires potentiellement importants sont notamment l atteinte hépatique, la formation de micro-dépôts cornéens (perception de halos autour des lumières), la photosensibilité et le risque d une fibrose pulmonaire. Le Sotalol (sotacor md ) a aussi les propriétés d un bêta-bloquant non sélectif. Il est utilisé en doses orales dans le traitement des arythmies supraventriculaires et ventriculaires sans atteinte cardiaque. L effet «torsade de pointes» rapporté est de l ordre de 4%. 7

8 Classe 4 : bloquants des canaux calciques La phase 2 du potentiel d action correspond au plateau du potentiel d action. Au cours de cette phase, le courant calcique laisse particulièrement sa marque au niveau des fibres du nœud sinusal et du nœud AV en inhibant l entrée des ions calciques, ce qui ralentit la dépolarisation. Les effets les plus dominants sont une baisse de la fréquence cardiaque et un ralentissement de la conduction AV; de plus les bloquants calciques sont cardiodépressifs. Les antiarythmiques de cette classe sont le diltiazem (cardizem md ) et le vérapamil (isoptin md ). Ces médicaments sont utilisés pour le traitement symptomatique et/ou diagnostique de la tachycardie supraventriculaire symptomatique. L effet chronotrope et dromotrope négatifs de ces substances est souhaitable. L hypotension découle de l effet relaxant sur la musculature lisse des vaisseaux. Le diltiazem a une demi-vie d élimination de 3 à 7 heures et la réduction de la fréquence cardiaque apparaît dans les 2 à 7 minutes suivant l administration en bolus. La demi-vie d élimination du vérapamil peut varier de 3 à 7 heures et l effet dromotrope négatif survient dans les 2 minutes suivant l administration en bolus du médicament et persiste pendant 15 à 20 minutes. L administration en bolus de ces médicaments doit se faire au site proximal, puis être suivie d un bolus de 20 ml de NaCL. La surveillance clinique consiste en la prise des signes vitaux et dans le monitorage des arythmies cardiaques prévisibles au regard de la bradycardie et de l allongement de l intervalle PR. La détection des signes et symptômes d hypoperfusion cérébrale doit être rapportée. Autres antiarythmiques : digoxine (lanoxin md ) et adénosine (adénocard md ) Bien que la digitale soit reconnue pour ses propriétés antiarythmiques et son activité sympatholytique, elle est un cardiotonique principalement indiqué pour le traitement de l insuffisance cardiaque. L adénosine existe dans toutes les cellules de l organisme et n est pas apparentée aux antiarythmiques présentés. L administration intraveineuse augmente les courants potassiques qui entravent ainsi les entrées calciques dans le muscle cardiaque. L adénosine est un antagoniste du système sympathique sur le potentiel d action du myocarde ventriculaire. Les effets chronotrope et dromotrope négatifs sur la conduction AV constituent les impacts majeurs de ce médicament. 8

9 L adénosine est une indication de premier choix dans la tachycardie supraventriculaire symptomatique. La réponse thérapeutique post-administration s évalue dans les 30 secondes. La demi-vie d élimination inférieure à 10 secondes et l excrétion totale du médicament dans un délai de 30 secondes représentent des avantages importants de cette médication. Elle est cependant contre-indiquée chez les individus asthmatiques. La surveillance clinique consiste en l administration rapide, 1 à 2 secondes, car une administration plus lente peut déclencher une tachycardie réflexe. L administration en bolus de ce médicament doit se faire au site proximal, puis être suivie d un bolus de 20 ml de NaCL avec élévation du membre. La prise des signes vitaux et la détection des arythmies cardiaques, notamment les pauses et les anomalies de la conduction consécutives à la dépression sur le nœud sinusal et à l allongement de la conduction AV, s avèrent essentielles. La fréquence cardiaque et l intervalle PR seront notés et tout symptôme post-administration de la médication telles : bouffées de chaleur ou vasomotrices, dyspnée, oppression thoracique seront rapportées. Ces symptômes n excèdent généralement pas une minute. La compréhension d une part des mécanismes d action régissant le potentiel d action de la fibre cardiaque et d autre part les points d impact des antiarythmiques, justifie une surveillance clinique optimale de la clientèle, répondant aux indications de cette classe pharmacologique largement utilisée en cardiologie. Référence Beaumont, J.L. (2006). Les arythmies cardiaques un guide clinique et thérapeutique (5 e Montréal : Chenelière Éducation. édition). * Remerciement au Dr Marcel Gilbert, cardiologue-rythmologue, à l Institut de cardiologie de Québec pour la supervision de cet article. 9

10 TABLEAU 1 CLASSIFICATION DES ANTIARYTHMIQUES CLASSE MÉCANISMES D ACTION MÉDICAMENTS CLASSE I Bloquants des canaux sodiques CLASSE II Bloquants des récepteurs Bêtaadrénergiques ou Bêta-bloquants CLASSE III Bloquants potassiques CASSE IV Bloquants des canaux calciques Bloquer l entrée rapide de sodium Agir sur la phase «0» du potentiel d action Ralentir la dépolarisation et l amplitude du potentiel d action dans les cellules à conduction rapide : oreillettes, His-Purkinje et muscle ventriculaire Élever le seuil d excitabilité Effet sympatholytique Allonger : la phase «4» du potentiel d action la période réfractaire du nœud AV Ralentir : la fréquence sinusale la conduction AV Bloquer le courant potassique Agir sur la phase «3» du potentiel d action Prolonger la repolarisation Effet pro-arythmique possible Bloquer l entrée du calcium Agir sur la phase «2» du potentiel d action principalement au nœud sinusal et au nœud AV Diminuer la vitesse de conduction dans le nœud AV Ralentir la fréquence cardiaque Procaïnamide : Pronestyl md Flécaïnide : Tambocor md Acébutolol : Sectral md Aténolol : Ténormin md Bisoprolol : Monocor md Métoprolol : Lopressor md Amiodarone : Cordarone md Sotalol : Sotacor md Diltiazen : Cardizen md Vérapamil : Isoptin md 10

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire.

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire. Antiarythmiques Item 236 : Fibrillation auriculaire. Présentation Les antiarythmiques sont des médicaments utilisés en cardiologie dans le traitement et la prévention des arythmies supraventriculaires

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002 Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences Lusadusu Daniel MD Mols Pierre MD PhD SUS CHU Saint Pierre, ULB Avertissement: cette présentation n est pas

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Trouble du rythme. I/ Rappel d électrophysiologie : Physio cardiaque

Trouble du rythme. I/ Rappel d électrophysiologie : Physio cardiaque Physio cardiaque Trouble du rythme I/ Rappel d électrophysiologie : 1. La cellule myocardique : c est la cellule musculaire cardiaque ces cellules sont excitables il y a 2 types de cellules cardiaques

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Références Bayes de Luna A., Clinical Electrocardiography : A Textbook. New York: Futura Publishing,

Plus en détail

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Analyse d une bande de rythme 1 1. Décrire la dépolarisation. Activation du potentiel électrique d

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Les Troubles du Rythme Cardiaque. Plan. Le complexe de dépolarisation

Les Troubles du Rythme Cardiaque. Plan. Le complexe de dépolarisation Les Troubles du Rythme Cardiaque Jérome Lefevre USIC - Hôpital Libourne USIC - Haut-Levêque 07/01/2010 Pierre Ambrogiani, 1985, collection privée Plan Rythme normal Excitabilité atriale (ESA, TA, FA, flutter)

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

26/06/06C:\Documents and Settings\2208\Mes documents\cours de pharmacie\ifsibetabloquants.doc BETA BLOQUANTS

26/06/06C:\Documents and Settings\2208\Mes documents\cours de pharmacie\ifsibetabloquants.doc BETA BLOQUANTS BETA BLOQUANTS La classe des Béta-bloquants regroupe des médicaments très utilisés en cardiologie ainsi que dans des pathologies diverses. Pour l infirmier l essentiel des connaissances doit porter sur

Plus en détail

18 Médicaments des troubles du rythmes cardiaque

18 Médicaments des troubles du rythmes cardiaque 18 Médicaments des troubles du rythmes cardiaque 1 Rappels physiologiques 1.1 Le tissu nodal L automatisme cardiaque dépend du SNA : La stimulation vagale va diminuer l automatisme vagal. La stimulation

Plus en détail

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire...

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Session Alain Eric Dubart Béthune Diapositive 1 Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Dr Dubart, Diapositive 2 INTRODUCTION Tachycardie & -

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE

TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 48 TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE La prochaine section

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur Electrophysiologie cardiaque I. Eléments d anatomie et d histologie II. III. Electrophysiologie

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

TROUBLES DE LA FREQUENCE ET DU RYTHME CARDIAQUE

TROUBLES DE LA FREQUENCE ET DU RYTHME CARDIAQUE http://pathologie-cardiovasculaire.etud.univ-montp1.fr/ ATELIER INTERACTIF TROUBLES DE LA FREQUENCE ET DU RYTHME CARDIAQUE Iris Schuster Cardiologue - Département de Physiologie Maître des Conférences

Plus en détail

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur Electrophysiologie cardiaque I. Eléments d anatomie et d histologie II. III. Electrophysiologie

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Pharmacologie cardiovasculaire: 5. β-bloquants

Pharmacologie cardiovasculaire: 5. β-bloquants Pharmacologie cardiovasculaire: 5. β-bloquants Paul M. Tulkens, Dr Med. Lic. Sc. Biomed., Agr. Ens. Sup. Faculté de pharmacie et sciences biomédicales Faculté de médecine et de médecine dentaire Université

Plus en détail

Chapitre 2 : L électrocardiogramme. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 2 : L électrocardiogramme. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 2 : L électrocardiogramme Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan du cours L électrocardiogramme

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES SYSTÈME CARDIAQUE. Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007

PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES SYSTÈME CARDIAQUE. Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007 PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES LES SOINS ET LA SANTÉ (MODULE B) SYSTÈME CARDIAQUE Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007 CHUM - Direction des soins infirmiers page 1 de 57 TABLE

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

Introduction à l ECG

Introduction à l ECG Introduction à l ECG Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Dépolarisation et repolarisation du coeur Types de cellules cardiaques Il existe 2 types de cellules morphologiquement

Plus en détail

La Défibrillation Externe Automatisée

La Défibrillation Externe Automatisée La Défibrillation Externe Automatisée 13 e Conférence annuelle du loisir municipal Association québécoise du loisir municipal Octobre 2012 1 Pourquoi s équiper d un Défibrillateur? Disponibilité? Emplacement?

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

ECG normal et pathologique Troubles du rythme, de la conduction et de la repolarisation

ECG normal et pathologique Troubles du rythme, de la conduction et de la repolarisation ECG normal et pathologique Troubles du rythme, de la conduction et de la repolarisation Patrick ECOLLAN / François LECOMTE - SMUR PITIE DAR PITIE SALPETRIERE - URGENCES COCHIN HOTEL DIEU http://www.dailymotion.com/video/x78jpw

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Le système cardiaque

Le système cardiaque Le système cardiaque Plan Chap 1: Généralités Chap 2: Anatomie cardiaque Chap 3: L activité mécanique cardiaque Chap 4: Régulation de l activité cardiaque Chap 1: Généralité I.Organisation du système cardiovasculaire

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010 Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque Dr Traullé 03 février 2010 Plan 1. Rappel anatomique 2. Electrophysiologie cellulaire la cellule myocardique les propriétés des myocytes

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN)

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) Tous les troubles du rythme naissant au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Ils comprennent : les extra-systoles ventriculaires, les tachycardies

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal

L'électrocardiogramme de repos normal L'électrocardiogramme de repos normal Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Les principes de base... 1 2 Enregistrement de l'ecg... 2 3 Le parallèle anatomo-électrique... 3 4 Interprétation

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante.

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Travail Douleur Durée: 10 minutes Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Pensez à haute voix et expliquez votre démarche! Maximum 3 points

Plus en détail

ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE

ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Faculté de Médecine Université Constantine 3 Service de Physiologie Clinique et Explorations Fonctionnelles CHU Constantine Présenté par : M.Bougrida 1 Anatomie du Coeur 4

Plus en détail

1. Electrophysiologie du rythme cardiaque normal : - Automatisme : «capacité à se dépolariser»

1. Electrophysiologie du rythme cardiaque normal : - Automatisme : «capacité à se dépolariser» ANTI-ARYTHMIQUES Classe hétérogène Nombreuses molécules Présentations variables Même trouble du rythme conséquences cliniques (selon la nature de la maladie CV) Médicaments générateurs de troubles du rythme!

Plus en détail

Activité électrique du cœur

Activité électrique du cœur Activité électrique du cœur Introduction On distingue 2 types de cellules au niveau cardiaque : les cellules du tissu nodal et les cellules myocardiques. Les cellules du tissu nodal assurent l automatisme

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Ralentir le cœur La fréquence cardiaque comme cible thérapeutique. Daniela Dobre, MD, PhD CIC Inserm Nancy

Ralentir le cœur La fréquence cardiaque comme cible thérapeutique. Daniela Dobre, MD, PhD CIC Inserm Nancy Ralentir le cœur La fréquence cardiaque comme cible thérapeutique Daniela Dobre, MD, PhD CIC Inserm Nancy Fréquence cardiaque (FC) Facteur pronostique (marqueur de risque) Pathophysiologie Cible thérapeutique

Plus en détail

ANTI-ARYTHMIQUES. Médicaments difficiles à utiliser

ANTI-ARYTHMIQUES. Médicaments difficiles à utiliser ANTI-ARYTHMIQUES Classe hétérogène Nombreuses molécules Présentations variables Même trouble du rythme conséquences cliniques (selon la nature de la maladie CV) Médicaments générateurs de troubles du rythme!

Plus en détail

1. Electrophysiologie du rythme cardiaque normal :

1. Electrophysiologie du rythme cardiaque normal : ANTI-ARYTHMIQUES Classe hétérogène Nombreuses molécules Présentations variables Même trouble du rythme conséquences cliniques (selon la nature de la maladie CV) Médicaments générateurs de troubles du rythme!

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins 1 sur 7 Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins Synonymes : Fibrillation ventriculaire idiopathique Définition : Canalopathie autosomique dominante touchant 1 individu sur 2000 environ

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Docteur E. MICHEL-RECH L.E.C.V. Introduction Activité électrique: constante et régulière Adaptation physiologique du débit card. Anomalies csq mineures

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

SOMMAIRE. SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7. Introduction...

SOMMAIRE. SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7. Introduction... SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7 Introduction... 8 I.1. Structure et rôle du cœur... 8 I.2. Activité électrique

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAL DE L INSUFFISANCE CORONAIRE (O DUBOURG)

TRAITEMENT MEDICAL DE L INSUFFISANCE CORONAIRE (O DUBOURG) 1 TRAITEMENT MEDICAL DE L INSUFFISANCE CORONAIRE (O DUBOURG) les 10 points forts 1. But est d! les apports en O2 au myocarde et/ou de " ses besoins 2. La M VO2 est fonction de 3 paramètres : fréquence

Plus en détail

Régulation de. la Pression Artérielle

Régulation de. la Pression Artérielle Régulation de la Pression Artérielle 1- Rappels Plan Rappels ACTEURS DU SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Pompe Cœur Conduits Vaisseaux Fluide Sang Pression artérielle = PA Force appliquée par le sang sur la paroi

Plus en détail

Bases de la cardiologie

Bases de la cardiologie Bases de la cardiologie Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie du coeur... 1 1. 1 Introduction... 1 1. 2 Anatomie externe...1 1. 3 Anatomie interne... 1 1. 3. 1 Circulation

Plus en détail

Mise à jour prévue le 06/02/2005 23/10/2002 1

Mise à jour prévue le 06/02/2005 23/10/2002 1 Mise à jour prévue le 06/02/2005 23/10/2002 1 La SSMG présente ici une nouvelle recommandation de bonne pratique. Les recommandations de bonne pratique (RBP) se veulent être avant tout un outil pour le

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Sotalol Sandoz 80 mg comprimés Sotaloli hydrochloridum

Sotalol Sandoz 80 mg comprimés Sotaloli hydrochloridum Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre / utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

LES CARDIOTONIQUES. Généralités :

LES CARDIOTONIQUES. Généralités : LES CARDIOTONIQUES Généralités : L insuffisance cardiaque est définie par l inaptitude de la pompe cardiaque à assurer un débit circulatoire suffisant aux besoins de l organisme. Cliniquement, elle se

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire: Stratégies de Contrôle du Rythme

Fibrillation Auriculaire: Stratégies de Contrôle du Rythme Fibrillation Auriculaire: Stratégies de Contrôle du Rythme Olshansky, Brian Sbaity, Salam Résumé La stratétgie de traitement à long terme la plus sûre pour les patients âgés souffrant de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Troubles du rythme ventriculaire induits par les médicaments

Troubles du rythme ventriculaire induits par les médicaments Troubles du rythme ventriculaire induits par les médicaments Justine Bénévent Service de Pharmacologie Médicale et Clinique UMR INSERM 1027 Faculté de Médecine Université Toulouse III Rappels physiologiques

Plus en détail

de plus, traitements d urgence souvent par des moyens non-pharmacologiques mais physiques (choc éléctrique)

de plus, traitements d urgence souvent par des moyens non-pharmacologiques mais physiques (choc éléctrique) ANTI-ARYTHMIQUES Classe hétérogène Nombreuses molécules Présentations variables Même trouble du rythme conséquences cliniques (selon la nature de la maladie CV) Médicaments générateurs de troubles du rythme!

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Folia veterinaria Le traitement de l'insuffisance cardiaque chez le chien Les principaux traitements à instaurer chez le chien insuffisant cardiaque sont passés en revue en insistant sur les critères de

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

1. Propriétés de l activité électrique a. Automatisme

1. Propriétés de l activité électrique a. Automatisme L électrocardiogramme Définition : C est l enregistrement depuis la surface du corps de l activité électrique du cœur L enregistrement se fait sur papier milimétré avec sur l axe vertical : 1cm = 1 mv

Plus en détail

MEDICAMENTS UTILISES CONTRE LE SYNDROME DE BARTH

MEDICAMENTS UTILISES CONTRE LE SYNDROME DE BARTH MEDICAMENTS UTILISES CONTRE LE SYNDROME DE BARTH Il n existe actuellement aucun traitement définitif spécifique au Syndrome de Barth. Chaque manifestation clinique doit être traitée individuellement, tout

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2 Sam BAYAT MCU-PH Le débit cardiaque et son contrôle Le débit cardiaque = Fréquence cardiaque x Volume d'éjection systolique : Q & = Fc Ves La Fc

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et

1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et GARDEZ LE RYTHME 2 6 5 8 7 8 2 9 1 10 4 7 3 6 1. Oreillette droite 2. Oreillette gauche 3. Ventricule droit 4. Ventricule gauche 5. Artère pulmonaire 6. Aorte 7. Veine cave supérieure et inférieure 8.

Plus en détail

Introduction aux thérapeutiques cardio-vasculaires Principes des traitements à visée rythmologique Plan

Introduction aux thérapeutiques cardio-vasculaires Principes des traitements à visée rythmologique Plan 07/04/2014 LABORIER Matthieu L3, CR : BAUMIER Vincent Système cardio-vasculaire Professeur Deharo 12 pages Introduction aux thérapeutiques cardio-vasculaires Principes des traitements à visée Plan A. Rappel

Plus en détail

Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire Primary 2003;3:695 699 Fibrillation auriculaire J. Sztajzel, H. Stalder Introduction La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie supraventriculaire fréquente avec une prévalence dans la population

Plus en détail