Méthode d'analyse économique et financière ***

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthode d'analyse économique et financière ***"

Transcription

1 Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou

2 CHRONOLOGIE D INTERVENTION ET APPORT DE L ANALYSE ECONOMIQUE ET FINANCIERE Préalable indispensable : éude approfondie des aspecs généraux d ordres echniques e sraégiques, éude de l environnemen echnique, économique e social. elle va s appuyer sur les données echniques, économiques e organisaionnelles préalablemen définis. Perme de comparer enre elles des soluions différenes par les niveaux d invesissemen requis e par les bénéfices d exploiaion escompables. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 2

3 Comparaison dans le emps de différenes valeurs monéaires : Noion d acualisaion Un proje biomasse énergie se radui généralemen par une séquence de dépenses e de recees échelonnées dans le emps. La procédure d acualisaion perme de converir une unié monéaire de demain (ou d hier) en la même unié monéaire aujourd hui. Elle perme de comparer de manière iner-emporelle les coûs e les recees de oues acions économiques (consommaions, producions,...). Le aux d acualisaion es un indicaeur de ension enre l offre e la demande d argen "prêable". Le niveau du aux d acualisaion es foncion de la préférence du décideur vis-à-vis du emps présen. Plus celle-ci sera fore, plus le aux sera élevé. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 3

4 Noion d acualisaion (suie) Il exise des aux d acualisaion qui fon référence dans les calculs financiers, comme par exemple ceux de la Banque Mondiale. considérons rois projes d invesissemen don les échéanciers de bénéfices son représenés par la figure suivane : Enre les projes II e III. C es l acualisaion qui, en associan à chaque échéancier de bénéfices un nombre unique, permera d éablir un ordre clair enre les différens projes. Raisonnemen : 1 à la période zéro es équivalen à «(1 + a) exposan T» àla période T. Avec : «T» : emps ou période exprimée en nombre d année, «a» : Taux d acualisaion. Bénéfice (unié monéaire) Temps (année) Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 4

5 Principaux indicaeurs d évaluaion économique e financière L analyse économique a pour bu de déerminer la renabilié inrinsèque d un proje indépendammen de son mode de financemen. Elle ne fai pas inervenir le plan de financemen. Crières pour des projes cour erme, ne faisan pas appel au mécanisme d acualisaion «l invesissemen par unié physique» exemple d applicaion : «l invesissemen par unié physique» perme de comparer rapidemen des invesissemens qui auraien un impac sur le rendemen énergéique d une cenrale «DRFI : délai de récupéraion des fonds invesis». Il exprime avan ou la période de foncionnemen du proje nécessaire à la récupéraion du monan de l invesissemen. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 5

6 Principaux indicaeurs d évaluaion (suie) Crières qui fond appel à l acualisaion Temps de reour I 0 = TR ( R D = (1 + a ) «I0» : Invesissemen iniial réalisé en année 0 : dae exprimée en année «TR» : Temps de reour : durée du proje elle que la somme des cash-flow acualisés corresponde à «I0» (en années). «R» e «D» : Recees e Dépenses de l année «a» : Taux d acualisaion Limies : - ne prend pas en compe le coû e les conraines d accès au capial pour l invesisseur - ne couvre pas la oalié de la période du proje = 1 ) Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 6

7 Principaux indicaeurs d évaluaion (suie) Crières qui fond appel à l acualisaion V.A.N. (valeur nee acualisée) ou«bénéfice oal acualisé» VAN = I 0 + = n ( R D = (1 + a ) 1 ) Plus le aux d acualisaion «a» es élevé plus le niveau de la VAN es faible. Crière souven employé pour les projes de niveau d invesissemen élevé. On reien le proje don la VAN la plus élevée, dans la limie de la capacié d invesissemen. Limies : Ne perme pas de comparer direcemen des projes ayan des mises de fond iniiales ou des durées de vie différenes. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 7

8 Principaux indicaeurs d évaluaion (suie) Crières qui fond appel à l acualisaion «T.R.I. (aux de renabilié inerne)». Le TRI es le aux d acualisaion «a» pour lequel la V.A.N sur la durée de vie du proje a une valeur nulle. ( R D ) (1 + Tri ) n 0 + = 1 = I = 0 Il indique le aux d inérê maximum auquel on peu empruner si on ne dispose pas des capiaux nécessaires. Si le aux es inférieur au coû réel d emprun du capial, l invesissemen n es pas renable. Plus le aux es supérieur à ce coû, plus l invesissemen es inéressan. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 8

9 TABLEAU DE CALCUL ECO. ET FINANCIER (1/2) Tableau :Proje Cenrale cogénéraion à bois Capacié élec. insallée nee 1,5 MWe Capacié prod. Thermi. 3,6 Année P roducion hermique MWh P roducion élecrique MWh Niveau de producion 60% 100% 100% 100% INVESTISSEMENTS px uniaire nb Durée Année mille euro d'uniés de vie inves. inves Bâimen Sockage e alimenaion combusible Chaudiére Groupe urbo+condenseur&aéroréfri Maîrise d'œuvre TOTAL INVESTISSEMENTS Niveau du B.F.R (25%/ CA) 25,0% Besoins de financemen COÛTS VARIABLES Bois 0, Carburan &divers 10, COÛTS FIXES Mainenance Frais généraux Direcion Agens maîrise Ouvriers 2, TOTAL COÛTS OPERATOIRES TOTAL COÛTS RECETTES Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 9

10 TABLEAU DE CALCUL ECO. ET FINANCIER (2/2) Bois 0, Carburan &divers 10, COÛTS FIXES Mainenance Frais généraux Direcion Agens maîrise Ouvriers 2, TOTAL COÛTS OPERATOIRES TOTAL COÛTS RECETTES Economie gasoil groupes 0, Vene élecricié au réseau 0, TOTAL RECETTES CASH FLOW CASH FLOW CUMULES (durée en mois) Année Délais de récupéraion des fonds invesis 66 Temps de reour 10% 88 Temps de reour 15% Taux Inerne de Renabilié 17% CALCUL DU P RIX DE REVIENT P OUR UN TAUX DE RENTABILITE DE : 10% 15% C. G. A. mille euro Coû global acualisé (Même méhode de calcul que la foncion VAN) V.A P ro d.(**) (**) Quanié oale de produis que l'on peu acheer sur l'ensemble de la période en invesissan P rix Rev. (***) chaque année une unié monéaire corrigée du aux d'acualisaion. kwh 105,62 120,28 (***) Prix de revien nécessaire pour assurer une renabilié inerne de x% (TRI=x) Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 10

11 CONCLUSION Avan d uiliser les différens crières de décision, il es nécessaire de recueillir les données qui permeron les calculs. Cee première phase es de loin la plus complexe e la plus longue. Elle demande non seulemen la collece d un grand nombre d informaion, mais aussi l éablissemen de séries prévisionnelles concernan par exemple les flux de demande ou de coû. Il s agi noammen d évaluer précisémen : la ressource : caracérisiques physiques (humidié de la maière première ), echnologiques e énergéique. les condiions de mobilisaion de la ressource : modaliés, organisaion, flux, besoins en maériels e en personnel, l évaluaion des coûs de mobilisaion (e de producion si culure). La rendemen énergéique e le coû des echnologies uilisées. Les condiions socio-économiques e les coûs en personnels qui en découlen.... -> la validié des choix qui peuven êre réalisés à l issu de l analyse économique dépend en premier lieu de la crédibilié de ces informaions e de ces prévisions. Séminaire sur les echnologies biomasse énergie Cayenne le 03 juille 2006 Cirad. U.R. Bois ropicaux 11

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005

DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT. EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamentale. 22 Décembre 2005 DIPLÔME SPECIAL EN MANAGEMENT EVALUATION DES ACTIONS Analyse fondamenale Décembre 005 Brigie CHANOINE Chargée de cours Déparemen Finance ICHEC Brigie.chanoine@ichec.be Drois réservés Diplôme Spécial en

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d enreprise L esseniel en fiches DCG DSCG Collecion «Express Experise compable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Inroducion au droi DCG 1 L. Siné, Droi des sociéés DCG 2 V. Roy, Droi social

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compte rendu

Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compte rendu Conseil Municipal du 30 Mars 2010 à 20h30 Compe rendu Dae de récepion de la convocaion : 23 mars 2010 Présens : Lionel LECLERC, Pascal VALENCE, Jean-Luc DELAITRE, Caherine HAGNIEL, Marie-Cécile JACQUEMIN,

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS.

Formation La réglementation des déclarations annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaitre et maîtriser la norme N4DS et les DADS. Formaion La réglemenaion des déclaraions annuelles de données sociales (Ref : 3467) Connaire e maîriser la norme N4DS e les DADS. OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Connaîre la nouvelle réglemenaion liée

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Nature de l information

Nature de l information Naure de l informaion PAGE : Siuaion : Parfois l informaion fournie par un capeur Tou Ou Rien (TOR) n es pas suffisane pour piloer l équipemen. Dans ce cas nous devons avoir recours à des capeurs e déeceurs

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine. Eléments de mathématiques financières

Programme ESSEC Gestion de patrimoine. Eléments de mathématiques financières Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Eléments de mathématiques financières François Longin 1 www.longin.fr Capitalisation (1) Un euro aujourd hui n a pas la même

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire ELE-542 Sysèmes ordinés en emps réels ours # 11 onfigurer l OS e ampon circulaire Jean-Marc Beaulieu e Bruno De Kelper Sie inerne: hp://www.ele.esml.ca/academique/ele542/ Sysèmes ordinés en emps réel ours

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Indusrielle ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures PROPOSITION DE BAREME Analyse du sysème Quesion

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Les liens énergie/environnemen/croissance : enseignemens des modèles héoriques, leçons de l hisoire ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Raisons d un déour par la macro-économie Quels mécanismes lien

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros Relevé de compe COMPTE DE PARTICULIER - en euros Vos conacs Vore Banque à Disance, 24 h/24 Code clien Barbara MARTINON : 12345678 Inerne : pariculiers.socieegenerale.fr Inerne mobile : socieegenerale.mobi

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise

ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER. I. Rappel sur la décision d'investissement dans une entreprise ÉVALUATION DES PROJETS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER I. Rappel sur la décision d'invesissemen dans une enreprise II. Difficulés dans l'analyse de l'invesissemen éranger II.1 Flux monéaires pour la compagnie

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

L impact des conditions financières sur la décision d investissement

L impact des conditions financières sur la décision d investissement INVESTISSEMENT L impac des condiions financières sur la décision d invesissemen Fabienne Rosenwald* Depuis une dizaine d années es apparu un regain d inérê pour l éude des liens enre les décisions d invesissemen

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS FLUX NETS DE TRESORERIE (ou CASH FLOWS) = ENCAISSEMENTS - DECAISSEMENTS Exemple : Notre entreprise compte réaliser un investissement de 800 000. Les flux nets de trésorerie

Plus en détail