La surveillance neurologique en réanimation médicale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surveillance neurologique en réanimation médicale"

Transcription

1 CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué 1

2 Plan Compétences infirmières Pathologies en réanimation médicale Examen clinique médical initial Surveillance IDE en réa: - sédation - recherche de signes d aggravation 2

3 Compétences infirmières La mesure et l évaluation des paramètres vitaux font partie intégrante des missions des infirmiers. décret du 29 juillet 2004 intégrant le décret dit «de compétence» au code de la santé publique. R ; R

4 Compétences infirmières Réferentiel de compétences de l IDE en réa (SRLF-SFAR 2011) Assurer une surveillance neurologique adaptée aux PM Transmettre et reporter les modifications de l état neurologique Utiliser les échelles d évaluation de la conscience, de la sédation, de l agitation et de la douleur en vigueur Évaluer le niveau de conscience du patient et d adapter sa PEC 4

5 Pathologies en réanimation médicale État de mal épileptique AVC ischémique Guillain-Barré Comas toxiques (IMV, h-hna, h-hglyc) Patient en état de ME 5

6 Examen clinique médical initial Score de Glasgow Réflexe Babinski ROT Pupilles Stimuli nociceptifs Examen du déficit moteur Cohérence, conscience 6

7 Surveillance IDE en réa La surveillance «neurologique» s effectue : pluriquotidiennement en équipe (AS, IDE, médecin) en fonction des soins effectués par chacun. 7

8 Surveillance IDE en réa ventilation adaptée la sédation diminution de l anxiété diminution des douleurs protection du cerveau en maîtrisant les facteurs augmentant la PIC (toux, agitation, etc) 8

9 la sédation 9

10 Surveillance IDE en réa La surveillance des pupilles La surveillance de l état de conscience La surveillance de signes cliniques La protection cérébrale ou neuroprotection 10

11 La surveillance des pupilles 11

12 MYOSIS PUPILLES TAILLE NORMALE ANISOCORIE MYDRIASE BILATERALE 12

13 Surveillance de l état de conscience Vigilance: état d activation des fonctions sous-corticales, concerne les fonctions du tronc cérébral, résulte d un équilibre entre les systèmes de sommeil et d éveil. évaluée par Glasgow Conscience: état d activation des fonctions corticales, fonction du cortex cérébral, nécessite la normalité de la vigilance et l intégrité des fonctions cognitives 13

14 Surveillance de l état de conscience Ouverture des yeux spontanée, à la douleur ou absente La réponse motrice La réponse verbale 14

15 Surveillance de l état de vigilance Obnubilation (réponse verbales rares, yeux ouverts) Stupeur (pas de réponse, ouverture des yeux à la stimulation) Coma (pas de réponses, pas d ouverture des yeux) 15

16 La surveillance de signes cliniques Fonction cardiovasculaire : Tachycardie Hypotension artérielle Hypertension artérielle Surveillance de la diurèse 16

17 La surveillance de signes cliniques Fonction respiratoire : Polypnée Hypoxie, hypercapnie Cyanose, marbrure, obnubilation, stupeur Encombrement trachéobronchique Abolition du réflexe de toux (ME) 17

18 La surveillance de signes cliniques Température Sueurs Hyperthermie Hypothermie 18

19 La surveillance de signes cliniques Vomissements: Origine digestive Origine neurologique 19

20 La surveillance de signes biologiques Maîtrise de la natrémie hypona (œdème cérébral ++) HyperNa (déshydratation cellulaire) Glycémie: hypoglyc (mort cellulaire) Hyperglyc (œdème cérébral +++, aggravation des lésions ischémiques) 20

21 La surveillance de signes cliniques Signes moteurs Installation du patient à 30 Raideur de nuque Céphalées, douleurs, paresthésie Convulsions, myoclonies 21

22 La surveillance de signes cliniques Signes moteurs Décortication: flexion lente de l avant-bras et du poignet, extension des membres inférieurs, signe de souffrance hémisphérique profonde Décérébration: extension des bras, des poignets et des membres inférieurs, signe une souffrance du tronc cérébral 22

23 La surveillance de signes cliniques Dépister les troubles neuro-végétatifs (ou dysautonomie) Hypertension artérielle, tachycardie Hypersalivation, séborrhée, sueurs Augmentation du tonus musculaire Tremblements Hyperthermie 23

24 Le patient en état de mort encéphalique disparition des réflexes du tronc cérébral réflexe de toux réflexe pupillaire réflexe cornéen Gérer les troubles hémodynamiques (TA, pouls labiles, diurèse à contrôler) 24

25 25

26 URGENCE SI MODIFICATION BRUTALE DE: La conscience Des pupilles La motricité L hémodynamique 26

27 Merci de votre attention!

28 bibliographie «Recueil des textes régissant la profession et la formation préparant au diplôme État d Infirmier», Berger Levrault «Référentiel de compétences de l infirmière en réanimation», SRLF- CREUF-SFAR-GFRUP, 2011 «Surveillance neurologique infirmière», Blain Stéphane, AER 2012 «Soins infirmiers en neuroréanimation, la surveillance neurologique» Alexandra LAHANQUE Poitiers «Examen clinique et surveillance d un coma d origine neurologique», J-P. Lejeune, 2011, Lille 28

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale

LA MORT CÉRÉBRALE. Présenté par : Dre Catherine Bégin. Département clinique de médecine générale LA MORT CÉRÉBRALE Présenté par : Dre Catherine Bégin Département clinique de médecine générale Octobre 2001 La mort cérébrale Définition légale : Perte irréversible de la capacité de conscience associée

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Les situations «à risque»

Les situations «à risque» Les situations «à risque» âge «à risque» : le nourrisson - faible nombre de symptômes - rapidité d'aggravation de certaines affections cris, pleurs, et refus du biberon : syndromes occlusifs polypnée (+

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université Ecole thématique du CNRS sur la Science des Incendies et ses Applications Porticcio, 30/05 04/06

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée.

la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée. LA NOYADE la noyade qui survient en plongée, ne présente aucune spécificité si ce n'est qu'elle complique le plus souvent un autre accident de plongée. Les causes des noyades : noyade dite "primaire" :

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Troubles de l équilibre

Troubles de l équilibre Troubles de l équilibre Définition & symptomatologie Responsable de chutes, problème majeur chez le sujet âgé Troubles de l équilibre: impossibilité à maintenir son centre de gravité dans son polygone

Plus en détail

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS :

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : - reconnaître une TOPOGRAPHIE lésionnelle (étape clinique qui oriente

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Agitation et urgence vitale : comment faire la part des choses?

Agitation et urgence vitale : comment faire la part des choses? Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2013 Sfar. Tous droits réservés. Agitation et urgence vitale : comment faire la part des choses? M. Bayeul, L.M. Joly Service des urgences adultes, CHU de

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier. Equipe pédagogique 1 ère année

Le projet de soins. UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier. Equipe pédagogique 1 ère année Le projet de soins UE 3.2 Compétence 2: concevoir et conduire un projet de soins infirmier Equipe pédagogique 1 ère année Législation Décret du 29 juillet 2004 relatif à l exercice de la profession Art.

Plus en détail

Les fourmis du réveil

Les fourmis du réveil Les fourmis du réveil PREAMBULE Suite au décret du 05-12-94 notifiant la nécessité de mettre en conformité la salle de réveil ( SSPI ) : opérationnelle 24h/24h, et sachant que les besoins de notre bloc

Plus en détail

Comas. et autres troubles de la conscience. Définition du COMA

Comas. et autres troubles de la conscience. Définition du COMA Comas et autres troubles de la conscience Définition du COMA Altération importante de la conscience et de la vigilance. Concrètement : Dr Christophe LENCLUD http://www.lenclud.net/ifsi Octobre 2010 Aucune

Plus en détail

Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière

Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière Démystifier l évaluation de la fonction neurologique dans la pratique infirmière Par Mélanie Bérubé Conseillère en soins spécialisés Orthopédie - trauma Objectifs: Approfondir ses connaissances en lien

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade)

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade) FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Validation : 04 septembre 2009 Procédure de prise en charge des femmes enceintes atteintes ou possiblement atteintes de grippe H1N1 Ces recommandations pourront évoluer

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

LES EXAMENS MEDICAUX

LES EXAMENS MEDICAUX Association de personnes cérébrolésées, de leurs familles et des aidants Réunion du 9 septembre 1999 à La BRAISE LES EXAMENS MEDICAUX Par le Docteur A. Liard Neurologue Publié et distribué gratuitement

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Module Urgence-Réanimation. La noyade. I.F.P.M 2008 Dr Cendrie 1

Module Urgence-Réanimation. La noyade. I.F.P.M 2008 Dr Cendrie 1 Module Urgence-Réanimation La noyade I.F.P.M 2008 Dr Cendrie 1 Définition Le noyé : individu mort par suffocation à la suite d une submersion Victime de submersion : celui qui a survécu à l asphyxie accompagnant

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa L Examen clinique dans la pratique infirmière Clément Zappa Objectifs valoriser le rôle propre infirmier re-qualifier la définition du rôle propre infirmier et des compétences ou activités afférentes permettre

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

Les urgences neurologiques: Coma Trauma crânio cérébral. Nathalie Gaucher, MD Service de l urgence Hôpital Sainte Justine

Les urgences neurologiques: Coma Trauma crânio cérébral. Nathalie Gaucher, MD Service de l urgence Hôpital Sainte Justine Les urgences neurologiques: Coma Trauma crânio cérébral Nathalie Gaucher, MD Service de l urgence Hôpital Sainte Justine 1 Objectifs Coma Évaluation initiale et prise en charge Diagnostic et traitement

Plus en détail

Les comas non traumatiques

Les comas non traumatiques Les comas non traumatiques Insuffisance Cérébrale Défaillance cérébrale globale Trouble de la conscience F. Damas Unité de Soins Intensifs CHR de la Citadelle Définitions Coma Obnubilation Stupeur Coma:

Plus en détail

TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS

TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS LORS D UNE RÉACTION TRANSFUSIONNELLE ORDONNANCE COLLECTIVE PRÉLÈVEMENTS SANGUINS LORS D UNE RÉACTION TRANSFUSIONNELLE RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE : X

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Le contexte institutionnel

Le contexte institutionnel Le contexte institutionnel Informatisation du dossier de soins début 2009 Le changement de modèle conceptuel: formation des cadres au modèle tri focal début 2009. Élaboration du plan de soins type fin

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Les NOYADES. Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29

Les NOYADES. Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29 Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29 Définition: Pénétration de liquide dans les voies aériennes. Épidémiologie: 140 000 décès d s par an dans le monde En France: 4ème cause d accidentd 2ème cause de décès d s

Plus en détail

LA NOYADE. Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences. H.I.A.Desgenettes

LA NOYADE. Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences. H.I.A.Desgenettes Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences H.I.A.Desgenettes PLAN : Définition Épidémiologie Physiopathologie Facteurs de risque Clinique Thérapeutique Prévention Définitions : Congrès s des SAMU 1994 «Asphyxie

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences?

LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences? LES TRAUMATISMES CRANIO- ENCEPHALIQUES Que faire aux Urgences? 1 M. LADIB - H. KRIFA Neurochirurgie CHU Sahloul Sousse - Tunisie JMUC Journée de Médecine d Urgence du Centre e Formation en médecine d urgence

Plus en détail

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée.

Tout travail effectué en condition de chaleur excessive constitue un risque pour la santé, quelle que soit la brièveté de l activité considérée. Lucerne, le 1.6.2006 Factsheet Chaleur 1. Introduction Toute activité impliquant une exposition à la chaleur combinée avec des efforts intenses et le port de vêtements inappropriés provoque un échauffement

Plus en détail

La surveillance de la douleur

La surveillance de la douleur 26 La surveillance de la douleur L Association internationale pour l Étude de la douleur définit ainsi le processus douloureux comme : «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à des

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine

Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Cours de réanimation pédiatrique Hôpital Sainte-Justine Évaluation cardio-respiratoire rapide Identification du choc et de l insuffisance respiratoire @ 2001 American Heart association Objectifs du cours

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE DE PHARMACOVIGILANCE VÉTÉRINAIRE. AVIS CNPV - 22 du 22/03/2007

COMMISSION NATIONALE DE PHARMACOVIGILANCE VÉTÉRINAIRE. AVIS CNPV - 22 du 22/03/2007 COMMISSION NATIONALE DE PHARMACOVIGILANCE VÉTÉRINAIRE AVIS CNPV - 22 du 22/03/2007 sur les mesures à prendre pour prévenir les effets indésirables chez les carnivores après exposition à l'association tilétamine-zolazepam

Plus en détail

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent»

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent» MALAISES SUR LES LIEUX DE TRAVAIL «Ils ne préviennent pas mais se préviennent» Dr Gérard ARASZKIEWIRZ SMIBTP BEAUVAIS Conférence CRAM Clermont 18 janvier 2005 1 Plan de la présentation Les malaises au

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE

LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE Docteur Erik BOQUET Page 1 22/06/2008 LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE (Docteur Erik BOQUET) Le bilan d'un blessé ou d'un malade doit être effectué rapidement mais correctement, afin qu'après transmission

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Session ide Ludovic LESAGE (Service de Réanimation CH Armentières) Quelle prise en charge infirmier en phase de sevrage ventilatoire? Diapositive 1 LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Centre hospitalier

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Enseignement de sémiologie 2 ème année Pharmacie Pr. Jean-Pierre DUBOIS Département de médecine générale Université Claude Bernard LYON I SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Mars 2008 Les troubles

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé l IDE seul face à une situation de détresse médicale Le contexte Un IDE peut, dans l exercice de sa profession, être confronté à une situation inopinée

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES. Site d Etampes

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES. Site d Etampes PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS MEDICAMENTEUSES VOLONTAIRES AU SERVICE DES URGENCES Site d Etampes PR-ULI-URG-PEC-N 115 Version n 1 Créé le 01-09-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS

Plus en détail

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Le choc septique Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Définitions Etat de choc: inadéquation prolongée entre les apports en O2 et la demande tissulaire en O2 (très souvent corréléàune baisse

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre Table ronde éthique Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre 1 Madame J.96 ans née en 1918 Arrivée au service des urgences le 1 er juillet à 14h26 pour «état d agitation», adressée par son

Plus en détail

LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE

LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE Médecin Colonel Daniel Prost médecin chef SDIS34 DEFINITIONS Larousse : asphyxie par afflux d un liquide, en particulier à la suite d une immersion dans l eau.

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS

DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS DIRECTION DES SERVICES INFIRMIERS ORDONNANCE COLLECTIVE : OC-SLD-06 Référence à un protocole : Oui Non Protocole d immunisation du Québec pour les réactions survenant à la suite d une vaccination Administration

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA

Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA Les comas non-traumatiques De causes multiples, il convient pour aborder avec rigueur le patient présentant des troubles de conscience et mettre en place

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail