Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées"

Transcription

1 Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées

2 «Garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour l ensemble de la nation. Toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières, en raison notamment de l inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d existence, a droit à une aide de la collectivité, pour accéder à un logement décent et indépendant ou s y maintenir et pour y disposer de la fourniture d eau, d énergie et de services téléphoniques» Loi nº du 31 mai 1990 modifiée, visant à la mise en œuvre du droit au logement 2

3 Les mesures destinées à garantir ce droit au logement des ménages éprouvant des difficultés particulières, font l objet d un Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées. Le dernier Plan a été prolongé pour une période de 6 mois pour permettre l élaboration du nouveau Plan pour la période Une réflexion associant l ensemble des partenaires concernés, menée courant janvier et février 2007 a permis de cerner les problématiques qui seront abordées, et de fixer les grandes orientations qui visent à repositionner le Plan comme porteur de la politique du logement, et à mieux répondre aux besoins des ménages défavorisés. La présente convention-cadre fixe les grands axes d intervention qui seront déclinés et développés chaque année, sous forme de fiches thématiques d application. Cinq enjeux constituent le fil conducteur des actions qui seront menées sur les 5 prochaines années. Les partenaires sont remerciés pour leur active collaboration à l élaboration de ce Plan et pour leur mobilisation au quotidien auprès des ménages défavorisés. Ce Plan est l expression d une mobilisation générale pour améliorer la vie des populations les plus fragiles. 3

4 SOMMAIRE 5 enjeux pour garantir le droit au logement des personnes défavorisées Enjeu 1 : Évaluer les besoins des ménages défavorisés et mettre en place une veille p. 5 - mieux utiliser, exploiter et développer les outils de recensement des besoins existants 6 - préciser les ménages qui relèvent du Plan et les ménages prioritaires 8 Enjeu 2 : Adapter l offre p mettre les ménages à l abri et favoriser l accès au logement autonome 12 - développer l offre d hébergement et de logement 14 - aider les ménages à se maintenir dans le logement 16 - développer les actions de prévention quant au coût du logement 18 - garantir des conditions de logement digne et lutter contre les logements indécents 20 Enjeu 3 : Proposer des actions expérimentales et innovantes p réagir par rapport à des situations qui évoluent rapidement par la mise en place d expérimentations 24 - évaluer et pérenniser les actions 24 Enjeu 4 : Soutenir les structures partenaires et évaluer les actions p optimiser les dispositifs 28 - donner les moyens aux structures de répondre aux besoins 30 Enjeu 5 : Une organisation et des moyens au service des ménages p. 33 4

5 Enjeu 1 Évaluer les besoins des ménages défavorisés et mettre en place une veille Le Plan est établi à partir d une évaluation qualitative et quantitative des besoins. Il précise les besoins en distinguant les situations des personnes ou des familles dont la difficulté d accès ou de maintien dans un logement provient de difficultés financières ou du cumul de difficultés financières et de difficultés d insertion sociale. Il désigne les instances locales auxquelles sont confiées l identification des besoins, et fixe par bassin d habitat en tenant compte de la mixité des villes et des quartiers, les objectifs à atteindre pour assurer aux ménages concernés la disposition durable d un logement. Loi nº du 31 mai 1990 modifiée, visant à la mise en œuvre du droit au logement Cette évaluation nécessite un travail sur l identification et la prise en compte des besoins, et sur le profil des ménages concernés. 5

6 Enjeu 1 Thème Objectifs Orientations Actions Intégrer un volet besoins dans tous les bilans des structures qui réalisent les actions du Plan, y compris les structures d hébergement temporaire et transitoire qui sont sous compétence et/ou sous contrôle Etat, Travailler sur le contenu des bilans, Mieux Exploiter les données qui seront recueillies au sein du futur comité de pilotage des Ateliers d Urgence Hébergement, utiliser, exploiter et développer Promouvoir la connaissance des besoins. Mobiliser tous les dispositifs de recensement des besoins. Améliorer le contenu de l étude des publics du Plan et intégrer l Accompagnement Social Lié au Logement spécifique, les Plates-formes d Insertion Logement et tous les Ateliers d Urgence Hébergement. Une évaluation quantitative et qualitative des besoins par zone géographique (bassin d habitat par exemple) sera réalisée chaque année, les outils de Prendre en compte l analyse des besoins sociaux réalisée par les Centres Communaux d Action Sociale, recensement Intégrer dans le Plan les objectifs des Programmes Locaux de l Habitat et du Plan Départemental de l Habitat, des besoins S appuyer sur les statistiques des partenaires : bailleurs sociaux, Etat, Caisses d Allocations Familiale... existants Exploiter, évaluer les données. Réaliser par dispositif et en lien avec l Etat, un recueil des données, et une évaluation des besoins. Veiller à la prise en compte des besoins. Fixer des objectifs de réalisation des actions. Présenter les données au Comité permanent du Plan, voire à l Assemblée plénière, Fixer au sein de ces instances des objectifs de réalisation qui seront mesurés d une année sur l autre par le biais de grilles de résultats. 6

7 valuer les besoins des m nages d favoris s et mettre en place une veille Mieux utiliser, exploiter et développer les outils de recensement des besoins existants Promouvoir la connaissance des besoins En s appuyant sur l ensemble des partenaires du Plan, des grilles communes permettant d identifier par dispositif, les besoins des ménages défavorisés, seront réalisées. Les données du futur comité de pilotage des Ateliers d Urgence Hébergement et l analyse des besoins sociaux des Centres Communaux d Action Sociale, seront recueillies et exploitées. Le contenu de l étude des publics du Plan sera amélioré, et des dispositifs seront intégrés dans l étude. Par ailleurs, l étude évaluera qualitativement et quantitativement les besoins par zone géographique (par exemple par bassin d habitat), des ménages pris en charge au titre de l Accompagnement Social Lié au Logement, de l Allocation Logement Temporaire et de la souslocation à bail glissant. Il sera tenu compte des objectifs fixés par les Programmes Locaux de l Habitat (P.L.H.) qui prévoient : COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND BESANÇON : - Réaliser 3 maisons relais au cours du P.L.H., - Programmer en lien avec l Etat, la création ou la réhabilitation de dispositifs d hébergement ou de logement temporaire, - Négocier avec les bailleurs sociaux la mise à disposition de logements à des ménages issus de structures d hébergement, de résidences sociales ou de dispositifs de logement temporaire, - Engager une réflexion sur le devenir du Forum dans le cadre de l opération de Renouvellement Urbain de Planoise, - Poursuivre le travail initié par la ville de Besançon relatif à l habitat adapté, - Travailler avec les services d action sociale au suivi des ménages logés en P.L.A.I., - Réalisation de 10 logements P.S.T. par an, - Remettre sur le marché locatif entre 20 et 30 logements vacants par an, - Contribuer à l éradication de l habitat indigne. COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU PAYS DE MONTBÉLIARD : - Réorganiser les structures pour accueillir des ménages dont le profil évolue, - Réorganiser l accueil, - Créer un abri de nuit (3 à 4 places), - Créer 2 maisons relais (2 fois 15 places), - Financer un garde-meuble social (4 à 5 places), - Appuyer les structures d urgence qui réalisent de l accompagnement social. Un Plan Départemental de l Habitat sera élaboré, conjointement par l Etat, le Département et les E.P.C.I. ayant adopté un Programme Local de l Habitat. Il est destiné à assurer la cohérence entre les politiques de l habitat menées dans les territoires couverts par un Programme Local de l Habitat, et celles menées dans le reste du département. Il prendra en compte les besoins définis par le P.D.A.L.P.D., et ceux résultant des sorties des établissements ou services figurant au schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale. Exploiter, évaluer les données Les données seront exploitées et évaluées par dispositif. Veiller à la prise en compte des besoins L évaluation sera présentée aux membres du comité permanent du Plan, voire de l assemblée plénière, qui fixeront des objectifs de réalisation des actions. Ces derniers seront mesurés d une année sur l autre. 7

8 Enjeu 1 La législation de ces 16 dernières années définit la notion de ménages défavorisés. Les ménages relevant du Plan Ce sont les ménages éprouvant des difficultés particulières d accès ou de maintien dans le logement, en raison notamment : de l inadaptation de leurs ressources, de difficultés financières, ou du cumul de difficultés financières et de difficultés d insertion sociale, de leurs conditions d existence. mais certains dont la situation est plus difficile, sont prioritaires. Une priorité est en effet accordée aux ménages sans logement, menacés d expulsion sans relogement, hébergés ou logés temporairement ou logés dans des taudis, des habitations insalubres, précaires ou de fortune, ainsi qu à ceux qui sont confrontés à un cumul de difficultés. Cette notion de ménages prioritaires a été reprécisée par la loi du 05 mars 2007 qui consacre le droit au logement opposable. Sont prioritaires au titre de la loi, les ménages de bonne foi : Les ménages prioritaires dépourvus de logement (personnes sans domicile fixe, personnes privées de domicile personnel), hébergés ou logés temporairement dans un établissement ou un logement de transition, menacés d expulsion sans relogement, logés dans des locaux impropres à l habitation ou présentant un caractère insalubre ou dangereux, logés dans des locaux manifestement sur-occupés ou ne présentant pas le caractère d un logement décent, et qui ont soit au moins un enfant mineur, soit un enfant présentant un handicap, soit au moins une personne à charge présentant un tel handicap. Le Plan doit faciliter l accès au logement pour ces ménages prioritaires, en veillant à l équilibre de peuplement. 8

9 valuer les besoins des m nages d favoris s et mettre en place une veille Typologie des ménages relevant du Plan au travers des aides financières et des accompagnements mis en place ces dernières années (extrait du bilan provisoire du Plan ) Accès au logement : 80 % de personnes isolées, 53 % sont des ménages sans enfant, 56 % avaient moins de 34 ans, 41 % avaient entre 35 et 59 ans, Plus du tiers percevait du RMI, 1/4 percevait des indemnités de chômage. Maintien dans le logement : 71 % de personnes isolées, 60 % ont des enfants, 60 % avaient entre 35 et 59 ans, 1/4 percevait du RMI, 1/4 percevait des indemnités de chômage. Plus de la moitié des ménages avait une dette locative de moins de 763, les difficultés provenant de la baisse des ressources liée à la maladie, la perte d emploi, des problèmes de gestion, du surendettement. Plus de 65 % des ménages percevait moins de 949 /mois. Accédants à la propriété en difficulté : 70 % de couples avec enfants, Ayant entre 45 et 59 ans, Plus de 50 % avaient des ressources supérieures à 1524 /mois, Difficultés rencontrées : baisse des ressources liées à la perte d emploi, la maladie, la baisse des revenus professionnels, la séparation ou une baisse des prestations. Ménages ayant été suivis dans le cadre d un Accompagnement Social Lié au Logement : A.S.L.L. recherche : Personnes isolées et familles monoparentales, Plus de 35 ans, Sans activité professionnelle et demandeurs d emploi, 35 % avaient une dette locative en 2005, 13 % étaient en procédure d expulsion en A.S.L.L. accès-maintien : Personnes seules et familles monoparentales, Entre 25 et 44 ans, Demandeurs d emploi, Entre 16 et 19 % selon les années, manquaient d autonomie par rapport au logement, Entre 10 et 14 % selon les années étaient en procédure d expulsion. A.S.L.L. Temporaire : Personnes isolées et familles monoparentales, Moins de 35 ans, Demandeurs d emploi, bénéficiaires du R.M.I., Ménages hébergés, sans logement. A.S.L.L. spécifique : Familles, personnes isolées et marginalisées, Plus de la moitié a plus de 50 ans, Sans activité, chômage. Logement inadapté aux besoins, parfois en mauvais état, problèmes de voisinages, dettes locatives. 9

10 Enjeu 2 Adapter l offre Depuis 1991, les interventions du Plan se sont diversifiées, dans le souci permanent de répondre aux besoins des ménages défavorisés ayant des difficultés par rapport au logement. Cette adaptation de l offre est d autant plus affirmée aujourd hui, que depuis 3 ans le paysage institutionnel sur le logement est diversifié. D une part, le Plan avec la Décentralisation a de nouvelles attributions (aides aux impayés d énergie, d eau, la sous-location à bail glissant), et la gestion du Fonds Solidarité Logement (F.S.L.) a été transférée au Département. Le budget du F.S.L. a été redimensionné par une contribution plus importante du Département. D autre part, la prise de la compétence des aides à la pierre depuis 2006 permet aux collectivités locales délégataires d avoir une politique logement au plus près des besoins. L accès au logement a pris dernièrement une dimension contentieuse, avec la loi sur le droit au logement opposable. Tous les dispositifs devront être mobilisés le plus en amont possible, pour répondre aux demandes de logement, ou d hébergement. Les domaines de compétence du P.D.A.L.P.D. vont très probablement être élargis prochainement, un décret étant en attente. Face à cette mouvance, le Plan doit se donner les moyens pour répondre tout au long des cinq prochaines années, aux besoins d une population de plus en plus fragilisée. À cet effet, des objectifs quantifiés permettront d évaluer les actions menées et au besoin, d adapter les dispositifs. 11

11 Enjeu 2 Thème Objectifs Orientations Actions Améliorer la coordination des dispositifs. Concernant les dispositifs d urgence ou d hébergement temporaire, le projet de Schéma d Accueil d Hébergement et d Insertion préconise les orientations suivantes : Réguler les places d hébergement d urgence avec le 115, Développer le rôle moteur des Ateliers d Urgence Hébergement en matière de coordination et de synthèse des situations les plus complexes et chronicisées, Diversifier les publics accueillis en résidence sociale, Analyser avec la D.D.A.S.S. les raisons pour lesquelles des ménages qui devraient accéder au logement autonome sont en structures d hébergement ou logements temporaires et favoriser l accès au logement autonome, S appuyer sur les Plates-formes d Insertion Logement qui recherchent des solutions logement pour les ménages en difficulté. Mettre les ménages à l abri et favoriser l accès au logement autonome. Fluidifier le parcours résidentiel des ménages et favoriser l accès au logement autonome. Informer et accompagner les ménages dans leur projet locatif, projet d accession à la propriété. Sur le volet locatif : Revoir les modalités de l Accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.) : envisager des ateliers collectifs de recherche de logement, des mesures collectives pour les ménages qui vont accéder à un logement pour la 1re fois. Ces mesures sont complémentaires de l accompagnement exercé par d autres partenaires, Mettre en place des informations collectives sur les droits et devoirs des locataires. Sur le volet accession à la propriété : Développer des actions partenariales A.D.I.L., C.A.F., organismes bancaires pour accompagner et informer les ménages dans leur projet, Les CAF posent comme perspective de développer leurs moyens de communication à destination d un large public afin de lui permettre l accès à un niveau d information le plus en amont possible concernant les conditions de réalisation d un projet habitat, Intégrer dans le Plan l action menée par les C.A.F., H.D.L. et l A.D.I.L. auprès des ménages qui souhaitent acheter un bien immobilier dans l ancien, Améliorer le fonctionnement du dispositif Société Anonyme du Crédit Immobilier en lien avec les partenaires. Optimiser les dispositifs d aides individuelles. S appuyer sur la Commission Unique d Aide au Logement (C.U.A.L.) qui traite de toutes les problématiques logement pour adapter le dispositif d aides individuelles, Adapter le dispositif décohabitation jeune dans le cadre des dispositions de la circulaire d octobre 2006 sur le Plan départemental pour le logement des jeunes, Poursuivre la collaboration avec les collecteurs du 1 %, notamment dans le cadre de la Garantie des Risques Locatifs. Permettre à des ménages logés à titre temporaire dans des structures, de rester dans le logement et devenir locataires en titre. Créer une Allocation Logement Temporaire glissante avec revente des meubles aux ménages occupants, Favoriser le glissement des baux pour les sous-locataires de structures qui réalisent de la Gestion Locative Adaptée. 12

12 Adapter l offre Mettre les ménages à l abri et favoriser l accès au logement autonome Fluidifier le parcours résidentiel et favoriser l accès au logement autonome L accueil des ménages en structures sous compétence et/ou sous contrôle Etat va être amélioré notamment par la régulation des places d urgence, la diversification des publics accueillis en résidence sociale, et l affirmation du rôle des Ateliers d Urgence Hébergement. Parallèlement, les raisons qui bloquent l accès au logement autonome vont être analysées, et l accès au logement de ces ménages sera favorisé. Les Plates-formes d Insertion Logement sont des instances partenariales, qui recherchent des solutions logement pour les ménages en difficulté. Des mesures seront mises en place pour mieux préparer l accès au logement de ménages, quel que soit leur statut logement : actions collectives d information pour les ménages qui accèdent au logement pour la 1 re fois, création d ateliers de recherche de logement, informations collectives sur les droits et devoirs du locataire. Des actions visant à informer, accompagner les ménages dans la réussite de leur projet accession seront mises en place en lien avec les Caisses d Allocations Familiales et l Association Départementale d Information sur le Logement. Un partenariat avec les banques sera recherché. Le dispositif d accession très sociale à la propriété, financé par la Société Anonyme du Crédit Immobilier sera amélioré en lien avec les partenaires. La Caisse d Allocation Familiale de Besançon, l Association Départementale d Information sur le Logement et Habitat Développement Local ont mis en place une action auprès de ménages qui souhaitent acquérir un bien immobilier de plus de 20 ans : conseil, accompagnement, aide financière à la réalisation d un diagnostic technique. Les ménages doivent pouvoir trouver un soutien financier dans leur projet d accès au logement. Les dispositifs d aides individuelles ont été optimisés avec la création en avril 2007 d une commission dédiée au logement, dont le secrétariat est assuré par l Association Départementale d Aide au Logement (A.D.A.L.), qui traite de toutes les problématiques logement. La Garantie du Risque Locatif soutient également les ménages. Une attention particulière sera portée sur l accès au logement des jeunes, en adaptant le dispositif décohabitation jeunes. Permettre pour les ménages logés à titre temporaire, de rester dans le logement en devenant locataire en titre. Certains ménages jusqu alors en Allocation Logement Temporaire, qui sont bien intégrés, auront la possibilité, de devenir locataire en titre de logements. Le glissement du bail pour les ménages en souslocation à bail glissant est également recherché. 13

13 Enjeu 2 Thème Objectifs Orientations Actions Développer les structures gérées par l Etat. Travailler en lien avec l Etat sur les mesures à mettre en place. Rencontrer périodiquement la D.D.A.S.S. sur la programmation de l Allocation Logement Temporaire, des résidences sociales, des maisons relais, des résidences accueil, de l hébergement de stabilisation, Financer dans le cadre du Plan, l équipement mobilier de 30 logements en Allocation Logement Temporaire, dans la limite financière fixée chaque année par le comité permanent du Plan. Action à coordonner avec la D.D.A.S.S. Développer l offre d hébergement et de logement Développer le parc social. Développer le parc privé. Veiller à ce que les ménages du Plan soient pris en compte. Favoriser la production de logements très sociaux. Inciter les propriétaires à confier leur bien à l Agence Immobilière à Vocation Sociale. Organiser des liens avec les bailleurs sociaux et les délégataires de l aide à la pierre sur la prise en compte des besoins des ménages du Plan, notamment les ménages prioritaires. Inciter les propriétaires de logements relevant du Programme Social Thématique (P.S.T.) à reconduire les conventions et mettre en place une coordination entre la commission d attribution des logements PST et les Commissions Locales d Amélioration de l Habitat, Lien à organiser avec les délégataires de l aide à la pierre concernant la remise sur le marché de logements vacants pour les ménages relevant du Plan, Développer des partenariats avec les associations qui peuvent porter des projets de création de logements. Développer la communication sur l action de l Agence, Soutenir le développement de l association, Évaluer l action chaque année. Développer l habitat spécifique. Prendre en compte les ménages dont le mode de vie n est pas compatible avec les contraintes du parc classique (comportement, hygiène, stockage ). Créer une commission de suivi sur l habitat spécifique à Montbéliard et Pontarlier et assurer le suivi, la coordination des actions, Solliciter l Établissement Public Foncier à partir de besoins recensés, Travailler à l accompagnement des ménages en habitat spécifique : diagnostics sociaux, suivi, entrée dans les lieux, système de veille, Évaluer périodiquement le dispositif. 14

14 Adapter l offre Développer l offre d hébergement et de logements en collaborant à la programmation des équipements des structures sous compétence et/ou sous contrôle de l Etat. Le Plan financera l équipement mobilier de 30 logements en Allocation Logement Temporaire, dans la limite financière fixée chaque année par le comité permanent du Plan. Des liens seront organisés avec les délégataires de l aide à la pierre, les bailleurs sociaux sur la prise en compte des ménages du Plan, notamment les ménages prioritaires. Pour le parc privé, la remise en état de logements vacants pourrait en partie, bénéficier aux ménages du Plan. Une coordination entre les instances qui composent le Programme Social Thématique (P.S.T.) sera recherchée et les propriétaires de P.S.T. vont être incités à reconduire les conventions. Les partenariats seront développés avec les associations qui peuvent être support de création de logements pour les ménages défavorisés. Le développement de l Agence Immobilière à Vocation Sociale au profit des ménages du Plan sera recherché. La prise en compte des ménages dont le mode de vie n est pas compatible avec les contraintes du parc classique : À l instar de ce qui existe à Besançon, il convient de réfléchir à la mise en place d instances locales habitat spécifique sur Montbéliard et Pontarlier, et d assurer la coordination et le suivi de ces instances. Une coordination avec l Établissement Public Foncier sera organisée, de sorte que des terrains soient recherchés pour les ménages relevant d un habitat spécifique. Une réflexion sera menée sur l accompagnement des ménages en habitat spécifique : diagnostics sociaux, suivi, entrée dans les lieux, système de veille Le dispositif sera évalué périodiquement. 15

15 Enjeu 2 Thème Objectifs Orientations Actions Aider les ménages à se maintenir dans le logement Intervenir le plus en amont possible quand des difficultés sont détectées et éviter la dégradation des situations. Développer des actions de prévention. Optimiser les aides financières. Du signalement à l accompagnement social : Améliorer la procédure de signalement des impayés concernant les ménages du secteur locatif. Les C.A.F. proposent de piloter la procédure de signalement: améliorer ou réengager le signalement des impayés aux C.A.F., centraliser l ensemble des impayés de loyer, réorienter des signalements auprès des services concernés, produire des données mensuelles et/ou annuelles. Projet à coordonner avec les commissions impayés de loyer-prévention des expulsions, Pérenniser et optimiser le fonctionnement des commissions impayés de loyerprévention des expulsions sur Besançon/Haut-Doubs, et Montbéliard. Elles examinent les situations de ménages bénéficiaires d aides au logement, en impayés d environ 6 mois. Travailler l accompagnement des ménages en lien avec les partenaires notamment concernant les ménages prioritaires, Favoriser la sollicitation des mesures d Accompagnement Social Lié au Logement le plus en amont possible quand un impayé est constaté, Mettre en place des actions de prévention auprès de ménages notamment ceux en sous-location à bail glissant pour éviter des dégradations du logement, Développer la prévention pour les accédants à la propriété en difficulté (communiquer sur les possibilités d accompagnement par le biais des C.A.F., démarche proactive des C.A.F. pour les accédants subissant un changement de situation de nature à fragiliser et mettre en péril leur projet). S appuyer sur la Commission Unique d Aide au Logement (C.U.A.L.) qui traite de toutes les problématiques logement pour adapter le dispositif d aides individuelles, Adapter les interventions de la Commission Unique d Aide au Logement «Accédants» qui accorde des aides financières dans le cadre du Fonds d Aide aux Accédants en Difficulté (F.A.A.D.), Autoriser le Fonds Solidarité Logement à intervenir auprès des ménages propriétaires occupants qui ne peuvent régler leurs charges de copropriété, les critères du FAAD s appliquant. Les dossiers sont étudiés par la Commission Unique d Aide au Logement «Accédants». Limiter et éviter les expulsions. Mettre en place des actions auprès de ménages en procédure d expulsion. Soutenir dans le cadre du Plan, l action menée par la Préfecture qui sollicite l intervention d un service social identifié, auprès des ménages inconnus des partenaires, qui sont assignés au Tribunal aux fins de constat de résiliation de bail. Réfléchir avec les partenaires des secteurs de Montbéliard et du Haut-Doubs sur la mise en place de ce type d action, Etudier au sein des commissions impayés de loyer-prévention des expulsions les situations pour lesquelles une procédure d expulsion est bien avancée et solliciter, si nécessaire, les dispositifs existants en vue de remobiliser les ménages, Prioriser les familles avec de jeunes enfants, Travailler avec les bailleurs sociaux sur les situations pour lesquelles une expulsion a eu lieu. 16

16 Adapter l offre Aider les ménages à se maintenir dans le logement en intervenant le plus en amont possible. Les modalités de signalement des impayés vont être travaillées en lien avec les Caisses d Allocations Familiales. Les commissions impayés de loyer-prévention des expulsions, créées en 2005, examinent les situations de ménages qui ont environ 6 mois d impayés de loyer. Ces commissions qui réunissent les partenaires logement, décident si une intervention sociale est nécessaire. Ces commissions sont pérennisées dans le Plan , et leurs modalités de fonctionnement seront optimisées. Les mesures d Accompagnement Social Lié au Logement sont un outil de prévention qu il convient de mobiliser et proposer au ménage dans le cadre de la prévention. Par ailleurs, des actions de prévention rappelant les devoirs des ménages en sous-location à bail glissant seront engagées, de sorte à éviter des dégradations du logement. Les aides financières accordées aux ménages seront optimisées. La prévention concernant les accédants à la propriété en difficulté, sera développée. Membres des commissions impayés de loyer prévention des expulsions Membres Membres Montbéliard A.D.A.L., A.L.P.D. A.M.A.T., C.A.F. de Montbéliard C.C.A.S. d Audincourt, C.C.A.S. de Beaulieu-Mandeure C.C.A.S. de Bethoncourt, C.C.A.S. de Grand-Charmont C.C.A.S. de Montbéliard, C.C.A.S. de Pont-de-Roide C.C.A.S. de Valentigney, C.C.A.S. de Voujeaucourt Chef de projet du Plan, D.D.E. Direction des Solidarités du Département, Habitat 25 IDEHA, LOGIS M.A.P., NEOLIA Sous-Préfecture de Montbéliard, U.D.A.F. Besançon et Haut-Doubs A.D.A.L., C.A.F. de Besançon C.C.A.S. de Besançon, Chef de projet du Plan D.D.E., Direction des Solidarités du Département Grand Besançon Habitat Habitat 25, IDEHA NEOLIA, S.A.I.E.M.B. Préfecture Sous-Préfecture de Pontarlier en limitant et en évitant les expulsions. L expulsion est un drame dans la vie d un ménage. C est afin d éviter cet évènement que des moyens sont mis en œuvre pour remobiliser les ménages, même lorsque la procédure d expulsion est bien avancée. Les commissions impayés de loyer-prévention des expulsions, étudient les situations des ménages dont la procédure d expulsion est bien avancée, l intervention sociale d un partenaire pouvant être proposée aux ménages. Une vigilance particulière est apportée aux familles avec de jeunes enfants. Toutes ces mesures ne peuvent réussir que si le ménage se mobilise et adhère à l accompagnement. La Préfecture sollicite l intervention d un service social (C.C.A.S. de Besançon) pour les ménages inconnus des partenaires assignés au Tribunal aux fins de constat de résiliation de bail. Des visites à domicile, tenant compte des horaires de vie des ménages, sont effectuées et un accompagnement leur est proposé. Cette action sera soutenue dans le cadre du Plan. Une réflexion sera engagée sur les secteurs de Pontarlier et de Montbéliard sur la mise en place de ce type d action. Afin d enrayer le phénomène d expulsion, il faut comprendre pourquoi cela arrive. C est en cela, qu un travail va être mené avec les bailleurs sociaux sur les ménages qui ont été expulsés, de sorte à permettre par la suite, en lien avec les partenaires, une adaptation des dispositifs, voire la création d autres modes d intervention. Parc social et parc privé Ecart Assignations ,7 % Commandements de quitter les lieux ,92 % Demandes de concours de la ,5 % force publique Concours accordés ,2 % 17

17 Enjeu 2 Thème Objectifs Orientations Actions Développer Former les travailleurs sociaux des institutions partenaires sur la maîtrise de l énergie, le tarif de 1re nécessité, la mensualisation, des actions Informer les ménages sur la maîtrise de l énergie et sur l intérêt économique et environnemental des lampes basse consommation qui pourront leur être distribuées, de prévention sur le coût du logement Agir sur le montant des charges Agir sur la consommation d énergie. Donner des conseils par rapport à la maîtrise de l énergie au sein de l atelier de quartier créé dans le cadre de l action d auto-embellissement sur Planoise à Besançon, Soutenir la création d une structure de médiation sociale multi partenariales (collectivités, entreprises ) qui interviendra auprès des ménages en difficulté, Recenser notamment par le biais de ces actions les situations de logements mal isolés. Un relai auprès de la commission logements dégradés sera organisé. auprès des ménages quelque soit et détecter les logements mal isolés. Action auprès des jeunes : Évaluer la pertinence de l action menée dans les écoles primaires sur la maîtrise de l énergie, action financée par le dispositif solidarité énergie, Réfléchir à une action dans les collèges, Se rapprocher du Conseils d Architecture d Urbanisme et d Environnement (C.A.U.E.) qui mène des actions de prévention. leur statut par rapport au logement Agir sur la consommation d eau. Envisager des actions de formation sur la maîtrise des consommations en eau, auprès des travailleurs sociaux partenaires, membres du dispositif décohabitation jeunes, Réfléchir à des actions pédagogiques auprès de ménages qui ont un impayé, Recenser par le biais de ces actions les situations de logements mal isolés. Un relai auprès de la commission logements dégradés sera organisé. 18

18 Adapter l offre Développer des actions de prévention sur le coût du logement auprès des ménages quel que soit leur statut par rapport au logement. Le coût du logement a fortement augmenté ces dernières années et représente une part de plus en plus importante dans le budget des ménages. Pour certains, la part des dépenses liées au logement représente 50 % de leur budget, ce qui est très préoccupant. L augmentation ces derniers mois du prix de l énergie s est ressentie sur le budget des ménages. Les bailleurs sociaux, et d autres partenaires réfléchissent sur des équipements qui permettent de diminuer le coût des charges. Parallèlement, les délégataires de l aide à la pierre dans le cadre des projets de construction, sont soucieux de cette question. Au niveau du Plan, il est proposé de sensibiliser les ménages sur le coût de l énergie, l eau. Des actions de prévention seront mises en place, certaines par l intermédiaire d une formation des travailleurs sociaux partenaires, d autres par des actions directes auprès de certains ménages. Dans les situations pour lesquelles le coût de l énergie serait lié au manque d isolation du logement, les partenaires relayeront l information auprès de la commission logements dégradés. 19

19 Enjeu 2 Thème Objectifs Orientations Actions Garantir des Améliorer le cadre de vie des ménages défavorisés et En communiquant sur les dispositifs. Communiquer sur l action menée par la Société Anonyme du Crédit Immobilier qui accorde des prêts à des ménages propriétaires souhaitant réaliser des travaux dans leur logement, S appuyer sur les Caisses d Allocations Familiales (C.A.F.) qui souhaitent développer les moyens de communication auprès d un large public en vue d accompagner les familles dans leur projet d amélioration de leur logement et leur cadre de vie. conditions de logement digne et lutter contre les lutter contre les logements indignes, indécents ou les locaux impropres à l habitation. Centraliser au sein du Plan, toutes les actions menées en la matière en s appuyant pour cela sur la commission logements dégradés. Développer l action de la commission «logements dégradés», Démarrer courant 2007 une mission de Maîtrise d œuvre Urbaine et Sociale habitat indigne, Former les partenaires sur le repérage et le signalement des ménages et diffusion d un classeur. Action menée par la C.A.F. de Besançon, la D.D.A.S.S. et l A.D.I.L., dans le cadre de la commission, Centraliser au sein de la commission l ensemble des interventions dans ce domaine (volet insalubrité de certaines Opération Programmée d Amélioration de l Habitat, action expérimentale «SOS taudis» financée par la Fondation Abbé Pierre qui vise à repérer des situations et interpeller les pouvoirs publics) qui rendra compte au comité permanent du Plan. logements indécents Mettre en place un observatoire nominatif sur les logements indignes et les locaux impropres à l habitation. Fédérer au sein du Plan, l ensemble des outils d observation existants et œuvrer à la mise en œuvre d un observatoire nominatif. S appuyer sur les situations qui sont présentées à la commission logements dégradés, Se baser sur les résultats de l étude sur le Parc Potentiellement Indigne, S appuyer sur les objectifs fixés dans le Plan de Cohésion Social sur les sorties d insalubrité, S appuyer sur le décret en Conseil d Etat qui va préciser les modalités de mise en place de l observatoire. 20

20 Adapter l offre Garantir des conditions de logement digne et lutter contre les logements indécents. en communiquant sur les dispositifs qui visent à améliorer le cadre de vie des ménages. en centralisant et analysant toutes les actions menées en matière de lutte contre l habitat indigne et indécent, par le biais de la commission logement dégradé. Les partenaires, les ménages pourront trouver en la commission l interlocuteur pour les aider à améliorer les conditions de logement. Les dossiers sont suivis depuis le signalement, jusqu au traitement du problème logement. Une action d information auprès des partenaires sur le dispositif sera menée courant L accompagnement des ménages est très important et tous les partenaires se mobilisent pour accompagner les ménages et les soutenir dans les différentes démarches. Les conditions de vie des ménages qui sont dans des logements insalubres sont très difficiles, notamment lorsqu il y a de jeunes enfants. Tous les dispositifs de droit commun sont mobilisés pour favoriser le relogement de ces ménages. en mettant en place un outil d observation La loi Engagement National pour le Logement du 13 juillet 2006 stipule que le Plan définit des mesures adaptées concernant le repérage des logements indignes et des locaux impropres à l habitation, et les actions de résorption correspondantes, ainsi que les logements considérés comme non décents à la suite d un contrôle des organismes payeurs des aides personnelles au logement. Aux fins de traitement des logements indignes, le Plan met en place un observatoire nominatif des dits logements et locaux. La nature des informations recueillies et les modalités de fonctionnement de cet observatoire sont fixées par décret. Dans un premier temps, le Plan s appuiera sur les situations signalées au sein de la commission. Les résultats d une étude sur le parc potentiellement indigne, servira à la mise en place d une action de sensibilisation auprès des maires. Composition de la commission logement dégradé : C.A.F. de Besançon, C.A.F. de Montbéliard A.D.I.L., A.N.A.H., C.C.A.S. de Besançon Chef de projet du P.D.A.L.P.D. C.N.L., D.D.A.S.S. D.D.E., Département Habitat Développement Local Service Communal d Hygiène et de Santé de Besançon Service Communal d Hygiène et de Santé de Montbéliard Mutualité Sociale Agricole Préfecture, Association Julienne JAVEL etc... Secrétariat et animation assurés par la C.A.F. de Besançon. 21

21 Enjeu 3 Proposer des actions expérimentales et innovantes Soutenir des projets expérimentaux est une priorité du Plan. Le démarrage courant 2006/2007 de deux actions expérimentales, une structure d hébergement et d accompagnement à Maîche, et un atelier de quartier avec chantiers d autoembellissement sur Planoise sont preuves d une réelle volonté d agir. Il est question pendant la durée du Plan de mettre en place des actions expérimentales et innovantes qui seront évaluées et éventuellement pérennisées. 23

22 Enjeu 3 Thème Objectifs Orientations Actions Mettre en place en lien avec les bailleurs sociaux, des actions auprès de certains ménages qui sont en impayés de loyer (ex : sur un quartier, impayés de 3 mois), Diversifier les réponses en étant support d actions expérimentales Réagir par rapport à des situations qui évoluent rapidement par la mise en place d expérimentations. Mettre en place des actions auprès de ménages ciblés. Agir auprès de ménages qui «échappent» aux dispositifs. Être attentif aux projets des partenaires. repérer les ménages en impayés de loyer, Porter une attention particulière au logement des ménages fragilisés : femmes avec enfants, femmes victimes de violence, jeunes et notamment les jeunes sortant de structures d hébergement, jeunes disposant de revenus modestes et ceux pour lesquels l insertion professionnelle est conditionnée par l accès à un logement. Le contingent préfectoral ou des logements du Département pourront être mobilisés. Financer des structures locales qui effectueraient des permanences dans les communes pour repérer, effectuer des visites à domicile et accompagner les ménages en difficultés par rapport au logement. Travailler en collaboration avec l ensemble des partenaires concernés, pour évaluer la pertinence des projets et soutenir leur mise en œuvre. Évaluer et pérenniser les actions. Mesurer la pertinence des actions. Mettre en place pour chaque action des indicateurs, des bilans types, Évaluer les actions et rendre compte des actions au sein du comité permanent du Plan, voire de l assemblée plénière qui décideront, en fonction des résultats, de la reconduite ou non des actions. 24

23 Proposer des actions exp rimentales et innovantes Diversifier les réponses en étant support d actions expérimentales Des réponses doivent être apportées aux ménages qui ont des difficultés par rapport au logement. Outre les dispositifs existants, le Plan sera attentif aux nouveaux projets qui seront portés par les partenaires. D ores et déjà, la question des impayés de loyer étant récurrente, des actions en partenariat avec les bailleurs sociaux seront mises en place auprès de certains ménages. Des actions de repérage de situations pourront être envisagées. On suppose qu un certain nombre de ménages en difficultés par rapport au logement, notamment ceux résidant en secteur rural ne sollicitent pas les services sociaux, pour diverses raisons. Il est proposé de financer des structures qui repéreraient et accompagneraient des ménages dans la résorption de leurs difficultés. Bien entendu, pour chaque action, des objectifs seront affichés. Ces derniers seront évalués par les instances de pilotage du Plan, qui décideront de la poursuite ou non des actions. Par ailleurs, une vigilance sera portée sur les femmes avec enfants, femmes victimes de violence, les jeunes notamment ceux sortant de structures d hébergement d urgence, jeunes disposant de revenus modestes et ceux pour lesquels l insertion professionnelle est conditionnée par l accès au logement. Il pourrait être imaginé pour ces ménages de mobiliser le contingent préfectoral ou les logements du Département. 25

24 Enjeu 4 Soutenir les structures partenaires et évaluer les actions Les actions du Plan sont nombreuses, et sont réalisées par une multitude de partenaires. La technicité des dispositifs, les changements induits par les dernières législations, et l évolution sociétale complexifie le travail des partenaires. Face à cette mouvance, il convient d optimiser les dispositifs et donner les moyens aux structures de réaliser les actions, toujours dans le souci de répondre aux besoins des ménages. Le Plan se veut soutien auprès des structures qui agissent sur le terrain et souhaite valoriser le travail mené par les partenaires. 27

25 Enjeu 4 Thème Objectifs Orientations Actions Améliorer l organisation du Plan et les circuits d information. Inviter à l assemblée plénière du Plan l ensemble des partenaires du logement. Les membres de l assemblée plénière sont les signataires du Plan. Dans un souci de transparence, l assemblée plénière est élargie aux partenaires non signataires, Proposer des réunions régulières de l assemblée plénière du Plan, Diffuser une note synthétique sur les orientations décidées par le comité permanent, et l assemblée plénière aux partenaires du Plan. Optimiser les dispositifs Rendre les dispositifs plus lisibles. Simplifier les dispositifs et les procédures. Simplifier les bilans des structures et harmoniser leur contenu, Collaborer à l élaboration de bilans types pour les structures sous compétence et/ou sous contrôle de l Etat, Accompagner les structures dans la réalisation des bilans, Réaliser un guide des procédures «hébergement et logement» qui sera diffusé aux partenaires et mis à jour régulièrement, Envisager de revenir à une mesure d Accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.) unique. Travailler aux modalités d évaluation des dispositifs, Réussir l évaluation Réaliser chaque année une synthèse de l ensemble des dispositifs, des réussites et des dysfonctionnements, des actions. Présenter la synthèse des bilans une fois par an au comité permanent du Plan, voire à l assemblée plénière. Les instances de suivi du Plan prendront des décisions quant aux orientations sur l année à venir. 28

26 Soutenir les structures partenaires et valuer les actions Optimiser les dispositifs L organisation du Plan et les circuits d information sont modifiés, de sorte à associer et informer tous les partenaires du Plan tout au long des cinq prochaines années. L assemblée plénière du Plan est ouverte à l ensemble des partenaires logement, et elle sera amenée à se réunir plus fréquemment que précédemment. Des notes synthétiques sur les orientations retenues par les instances du Plan seront diffusées aux partenaires. Les procédures et les dispositifs seront simplifiés, harmonisés. Un travail sera mené avec les prestataires, sur les bilans. Un guide pratique sur les procédures hébergement-logement sera réalisé et diffusé à l ensemble des partenaires. Il recensera l ensemble des dispositifs, leur mode de fonctionnement. Enfin, un véritable travail d évaluation et de rendu sera réalisé. Les instances de pilotage du Plan (comité permanent du Plan ou assemblée plénière) se réuniront pour étudier les bilans et en tirer les conséquences. Une réflexion sur le dispositif d Accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.) sera menée, de sorte à le simplifier. 29

27 Enjeu 4 Thème Objectifs Orientations Actions Concernant le dispositif d Accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.) : Autoriser la fongibilité des crédits A.S.L.L., Donner Étudier les possibilités de financer des postes de travailleurs sociaux au lieu et place d un financement de mesures A.S.L.L., mode de financement unifié, réévaluation chaque année de la rémunération de la mesure, mise en place de fonds associatifs avec droit de retrait, les moyens Travailler à l accompagnement des ménages en habitat spécifique. aux structures Optimiser les Adapter les moyens. Concernant le dispositif d accompagnement des ménages accédant à la propriété en difficulté : Réétudier les modalités financières de prise en charge du suivi des ménages. de répondre aux besoins budgets. Concernant la sous-location à bail glissant : Assouplir les critères de la contre-garantie associative du Fonds Solidarité Logement utilisée dans le cadre de la sous-location à bail glissant. Revoir le mode de financement de la sous-location à bail glissant, Étudier au sein des instances de suivi du Plan les difficultés financières rencontrées par les partenaires, et envisager des solutions. Vers d autres soutiens financiers. Augmenter le nombre de cotisants au Fonds Solidarité Logement, Multiplier les financements extérieurs en soutien au Fonds Solidarité Logement (ex : Programme Social Thématique, projet autoembellissement sur Planoise, structure expérimentale à Maîche) et valorisation de ce soutien. 30

28 Soutenir les structures partenaires et valuer les actions Donner les moyens aux structures de répondre aux besoins Face à l augmentation importante des sollicitations (aides financières directes, accompagnement social ), la question des moyens est posée. Les moyens actuels concernant les dispositifs d Accompagnement Social Lié au Logement et la sous-location à bail glissant seront optimisés. Une réflexion aura lieu sur le financement de ces deux dispositifs. Le Fonds Solidarité Logement (F.S.L.) est un outil de réponse dans le cadre du Plan. D autres actions sont soutenues, hors budget F.S.L. par les partenaires, notamment les délégataires de l aide à la pierre : Programme Social Thématique, mission de M.O.U.S. logement indigne, étude sur le Parc Potentiellement Indigne D autres actions sont en partie financées par le F.S.L., en partie par d autres partenaires du Plan, dont certains par ailleurs, cotisent au F.S.L.. C est le cas pour la structure expérimentale créée à Maîche, et l atelier de quartier avec chantiers d autoembellissement sur Planoise. L engagement des partenaires est à valoriser. À l avenir, ce type de fonctionnement et de partenariat est à développer. Structure expérimentale de Maîche Partenaires potentiellement financeurs : Fonds Solidarité Logement Etat-DDASS Département au titre d actions collectives d insertion S.I.A.S. de Maîche Fondation de France Fondation Abbé Pierre Action menée par l A.D.D.S.E.A.-D.L.H.D. Atelier de quartier autoembellissement sur Planoise Partenaires financeurs : Fonds Solidarité Logement Département au titre des actions collectives NEOLIA Habitat 25 LOGISSIM Comité du logement - Chambre du Commerce et d Industrie du Doubs C.A.F. de Besançon Fondation de France Fondation Abbé Pierre Action expérimentale menée par l association Julienne JAVEL 31

29 Enjeu 5 Une organisation et des moyens au service des ménages L existence du Plan repose sur la volonté commune des partenaires d agir pour garantir le droit au logement des ménages défavorisés. Cette volonté d agir ensemble, se traduit au travers des instances de suivi du Plan, de partenariats multiples et des budgets. 33

30 Enjeu 5 L organisation du Plan Le pilotage du Plan Le Plan est élaboré et mis en œuvre par l Etat et le Département. Sont associés les communes ou leurs groupements, les associations dont l un des objets est l insertion ou le logement des personnes défavorisées et les associations de défense des personnes en situation d exclusion par le logement, les caisses d allocations familiales, les caisses de mutualité sociale agricole, les distributeurs d eau et d énergie, les bailleurs publics ou privés et les collecteurs de la participation des employeurs à l effort de construction. Le Plan est établi pour une durée de 5 ans. Le pilotage du Plan est assuré par le comité permanent et l assemblée plénière. Le comité permanent du Plan Le comité permanent est co-présidé par le Président du Conseil général et le Préfet ou leurs représentants. Instance de suivi des actions du Plan, il se réunit 2 à 3 fois par an sur proposition du chef de projet du Plan ou à la demande d un des deux co-présidents. Il détermine les orientations nouvelles, examine le budget du Fonds Solidarité Logement et suit son exécution, valide le budget du Fonds d Aide aux Accédants en difficulté et suit son exécution. Il est un lieu d échange et de mise en cohérence des actions menées par l ensemble des acteurs agissant en faveur du logement des personnes défavorisées. Dans le Plan , le comité permanent fixera des objectifs de réalisation des actions d une année sur l autre, évaluera l ensemble des dispositifs et proposera une adaptation des dispositifs en conséquence. L assemblée plénière L assemblée plénière est co-présidée par le Président du Conseil Général et le Préfet ou leurs représentants. Jusqu alors elle était consultée lors de l évaluation du Plan qui s achève et de l élaboration du nouveau Plan. Les membres sont les signataires du Plan. À compter de janvier 2007, les réunions de l assemblée plénière sont élargies aux structures non signataires du Plan. Les réunions se feront plus fréquentes, en fonction des évènements. Cette assemblée devient ainsi une instance plus politique de réflexion sur la problématique logement dans le Doubs. 34

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009

DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préfecture de la région Rhône-Alpes Mai 2009 DISPOSITIF D INTERMÉDIATION LOCATIVE EN RHONE-ALPES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS REGIONAL 2009 Préambule Le parc locatif public ne peut répondre seul

Plus en détail

Le Plan Départemental d'action

Le Plan Départemental d'action Le Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées DE LA RÉGION AQUITAINE DE LA GIRONDE Gironde gironde.fr le PDALPD de la Gironde 2008-2010 Ce plan est co-piloté par l Etat et

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES -PDALPD 2007-2009- PROCES VERBAL TABLEAU SYNTHETIQUE BILAN 2003-2006 PERSPECTIVES 2007-2009 du Comité de pilotage LA DEMANDE LOCATIVE

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Dans le cadre de la rédaction du futur Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées, le Collectif

Plus en détail

Réunion Actualisation des connaissances en matière de logement des élus locaux

Réunion Actualisation des connaissances en matière de logement des élus locaux Réunion Actualisation des connaissances en matière de logement des élus locaux 4 novembre 2014 1 Actualisation des connaissances en matière de logement - Plan Les conditions d accès au logement social

Plus en détail

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ANNÉE 2014 L équipe des conseillers juristes et financiers de l ADIL de l Ain propose gratuitement des formations destinées à des groupes constitués

Plus en détail

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information

HABITAT. Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information HABITAT Direction de l Habitat, de l urbanisme et de l aménagement urbain Direction de l Information regionpaca.fr Fiche 1 Soutien régional aux dispositifs programmés de réhabilitation du parc privé Depuis

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Le Plan d'action et les fiches d objectifs. Plan d'action du PDALPD

Le Plan d'action et les fiches d objectifs. Plan d'action du PDALPD PDALPD de la Sarthe 2008 2012 Les fiches d objectifs du Plan d action Le Plan d'action et les fiches d objectifs Plan d'action du PDALPD Responsable Orientation n 1 : La prévention de la perte du logement

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Qu est ce qu un Cllaj? Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes

Qu est ce qu un Cllaj? Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes Qu est ce qu un Cllaj? Comité Local pour le Logement Autonome des Jeunes Document réalisé par l Union Nationale des CLLAJ Mise à jour juillet 2014 Sommaire Le texte institutionnel Les Services Logement

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

PALHDI. Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère

PALHDI. Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère PALHDI 20 1 4 2020 Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère PRÉAMBULE Co-piloté par l Etat et le Conseil général de l Isère, le 4 ème plan départemental

Plus en détail

PALHDI. Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère. s y n t h è s e

PALHDI. Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère. s y n t h è s e PALHDI 20 1 4 2020 Plan départemental d Action pour le Logement et l Hébergement des personnes Défavorisées en Isère s y n t h è s e Le PALHDI : de quoi parle-t-on? Le Plan départemental d Action pour

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015

présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015 présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015 LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014 - juin 2014 : réunion de lancement de la Commission de Coordination des Actions de Prévention des Expulsions CCAPEX

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9 Présentation Guide d accompagnement à l application du Règlement Intérieur 2012 à l usage des partenaires Juin 2012 page 1/9 Plan du guide Qu est-ce que le FSL? Comment saisir le Fonds? Les critères généraux

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Mai 2008 Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d engagements pour le Chantier National Prioritaire 2008-2012

Mai 2008 Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d engagements pour le Chantier National Prioritaire 2008-2012 Mai Tableau de bord des 100 mesures et des 13 axes d pour le Chantier National Prioritaire -2012 Note méthodologique : Le tableau comparatif constitue l outil de suivi du collectif des 30 associations

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

IGLOO Nantes. Mardi 2 décembre - Café du 104. Projet : «Faire rimer autoconstruction. pari réussi du projet IGLOO à NANTES»

IGLOO Nantes. Mardi 2 décembre - Café du 104. Projet : «Faire rimer autoconstruction. pari réussi du projet IGLOO à NANTES» Mardi 2 décembre - Café du 104 11h30 13h30 Projet : «Faire rimer autoconstruction avec insertion : le pari réussi du projet IGLOO à NANTES» Porteur : Nantes Habitat et Ville de Nantes Le porteur Un co-pilotage

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.)

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.) 1) Le pilotage des organismes de logement social. Article 1 : Mise en place des conventions d utilité sociale. Rappel : La conclusion d une convention d utilité sociale est obligatoire à compter du 31

Plus en détail

THEME : FAVORISER LE RELOGEMENT

THEME : FAVORISER LE RELOGEMENT En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 1 Identifier un logement non adapté : Qui? Quand? Comment? Commission de coordination

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION UNIQUE D ADMISSION Le Pôle Logement Hébergement regroupe différents services et dispositifs dont 3 Centres d Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), des appartements

Plus en détail

GARD. développe les solidarités. Fonds Solidarité Logement. Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées.

GARD. développe les solidarités. Fonds Solidarité Logement. Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées. GARD développe les solidarités Le www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante «Ma volonté : tout mettre en oeuvre afin que chaque famille dispose d un logement convenable.» Damien ALARY Plan Départemental

Plus en détail

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion

LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT. Une réponse. pour les ménages. La Maîtrise d ouvrage d insertion u La Maîtrise d ouvrage d insertion LA MOI / UN OUTIL EFFICACE ET ADAPTE POUR LE DROIT AU LOGEMENT Une réponse u pour les ménages qui n entrent pas dans les standards habituels du logement social. La Maîtrise

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI?

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? Projet de Rénovation Urbaine du Courghain : Modalités de l accompagnement au relogement. SOMMAIRE I. Eléments de contexte. 1. Situation

Plus en détail

Présentation du contingent préfectoral et du DALO

Présentation du contingent préfectoral et du DALO Présentation du contingent préfectoral et du DALO Quelques chiffres en Haute-Savoie 7 600 logements Un peu plus de 400 relogements par an environ 15% des attributions totales de logements sociaux Un taux

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Les devoirs du demandeur

Les devoirs du demandeur Les devoirs du demandeur Quelles conditions dois-je remplir pour que ma demande soit correctement instruite? Je dois : Être de nationalité française ou étrangère avec un titre de séjour en cours de validité.

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE SECURISEE A LA PROPRIETE DES COOPERATIVES

Plus en détail

Dispositif d insertion par le logement du Pays de Montbéliard

Dispositif d insertion par le logement du Pays de Montbéliard Dispositif d insertion par le du Pays de Montbéliard ADDSEA Centre d Accueil pour demandeurs d Asile ALPD Association de des Populations Défavorisées AMAT Association Montbéliardaise d x Travailleurs CHRS

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha

Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha Politique d attribution des logements d Immobilière Podeliha Préambule Conformément à l article R 441-9 du Code de Construction et de l Habitation, le Conseil d administration d IMMOBILIERE PODELIHA définit

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE CONVENTION PARTENARIALE INTERBAILLEURS POUR LE RELOGEMENT DES LOCATAIRES CONCERNES PAR LES PROGRAMMES DE DEMOLITION ET DE RENOUVELLEMENT URBAIN SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT ET LE LOGEMENT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT ET LE LOGEMENT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Développer l offre d hébergement et de logement accessible aux personnes à revenu modeste Contribuer aux politiques publiques sur ces domaines. 8 associations s unissent! RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT

Plus en détail

HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale

HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence immobilière à vocation sociale Merci de Retourner ce Dossier à : HABITAT ET HUMANISME GESTION LORRAINE Votre Agence Immobilière à Vocation Sociale 81

Plus en détail

Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf

Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf > >SOMMAIRE Pré des >l of Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf > La place de la Caf

Plus en détail

PRESENTATION ET SIGNATURE DU PLAN d ACTIONS 2015 / 2019 DOSSIER DE PRESSE

PRESENTATION ET SIGNATURE DU PLAN d ACTIONS 2015 / 2019 DOSSIER DE PRESSE PRESENTATION ET SIGNATURE DU PLAN d ACTIONS 2015 / 2019 DOSSIER DE PRESSE I) Le Plan Local D actions pour le Logement et l Hébergement des Personnes Défavorisées 1.1 PLALHPD 2015-2019 Le PLALHPD 2015-2019

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME

DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME DEPARTEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DE LA CHARENTE-MARITIME Approuvé par l Assemblée Départementale le 14 décembre 2007 Après avis du comité

Plus en détail

L attribution d un d. logement social, un dispositif encadré

L attribution d un d. logement social, un dispositif encadré L attribution d un d logement social, un dispositif encadré Mars 2012 Des principes inscrits dans la loi «L attribution participe à la mise en œuvre du droit au logement afin de satisfaire les besoins

Plus en détail

Département de Seine-Maritime

Département de Seine-Maritime Annexe n 4 Département de Seine-Maritime Cahier des charges «Accompagnement Social Lié au Logement» Approuvé le 23 Juin 2009 42 1 - Préambule L accompagnement social instauré par la loi du 31 mai 1990

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014

Comité AcHILE Atelier jeunesse. 20 juin 2014 Comité AcHILE Atelier jeunesse 20 juin 2014 1 2 Atelier jeunesse Les axes de progression identifiés lors de la journée du 25 octobre 2013 Emploi Favoriser les moyens de la mobilité des jeunes Ne pas oublier

Plus en détail

L accompagnement des gens du voyage

L accompagnement des gens du voyage L accompagnement des gens du voyage La deuxième phase de révision du Schéma départemental d accueil des gens du voyage a né- collégialement des enjeux et des orientations d actions à inscrire au Schéma

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée?

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée? RELOREF REchercher un LOgement pour les REFugiés VP/JD/2008 SERVICE COORDINATION&LOGEMENT Référence : ALT Domaine concerné : LOGEMENT Type de document : FAQ/NOTE TECHNIQUE Axe 3 du projet RELOREF : animation

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015

PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 PREFET DU RHÔNE En association avec PLAN DEPARTEMENTAL D ACTION POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DEFAVORISEES DU RHÔNE 2012-2015 Objectifs et thématiques du PDALPD 2 Objectifs et thématiques du PDALPD Préambule

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2011 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2011 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes en poste dans une Direction départementale de la cohésion sociale

Plus en détail

Le Gic s engage pour le logement

Le Gic s engage pour le logement Le Gic s engage pour le logement Qui sommes nous? Le Gic, Comité Interprofessionnel du Logement : fait partie des 21 CIL d Action Logement est une association Loi 1901 créée en 1955 à l initiative de la

Plus en détail

Conférence intercommunale du logement

Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 6 juillet 2015 Communauté Urbaine Le Creusot Montceau DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse Première conférence intercommunale du logement concernant la Communauté

Plus en détail

Appel à projets. Habitat, développement social et territoires. Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau. Mécénat Économie et Solidarités

Appel à projets. Habitat, développement social et territoires. Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau. Mécénat Économie et Solidarités Appel à projets 2011 Habitat, développement social et territoires Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau Dates limites de retour des dossiers : 21 mars et 12 septembre 2011 Mécénat Économie et Solidarités

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence :

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence : Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012 Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012 Textes de référence : Loi 88-1088 du 1 er décembre 1988 relative au revenu minimum d insertion

Plus en détail

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ...

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ... 1/6 PREFET DE LA VIENNE FICHE UNIQUE EVALUATION SOCIALE SIAO RP ASLL CASE A COCHER : Cliquer 2 fois sur la case à cocher dans valeur par défaut cocher case activée DATE DE LA DEMANDE :... PERSONNES ET

Plus en détail