Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire"

Transcription

1 Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital Henri Mondor, Creteil Conflit d interêt aucun So m m a i r e 3

2 Stent actif / Stent nu Stent actif Stent nu Joner et col J Am Coll Cardiol 2006;48: So m m a i r e

3 Stent actif : 55 à 75% Resténose intrastent

4

5 Mais So m m a ir e

6 Alerte de la FDA en décembre cas de thromboses subaigües sur > stents actifs vendus (>260/ aux USA) (1/1000)

7 MACE > 6 mois (une fois le clopidogrel interrompu) So m m a ir e Pfisterer, ACC March 2006

8 ESC Congress August 2006

9 Camenzind Meta-analysis ESC Congress 2006

10 DES penetration USA DES penetration FRANCE

11

12 Ce qui est démontré So m m a ir e

13 Revascularisation Stent nu Thrombose de stent Taxus Taxus Cypher Stent nu Cypher Décès d origine cardiaque Stent nu Cypher Taxus So m m a ir e Stettler, Lancet

14 Stent actif : Risque de thrombose de stent très tardive(> 1 an) Risque 0,6% an Cypher Stent nu Méta-analyse stent Cypher Kastrati et al N Engl J Med 2007;356: Stent nu Stent actif Registre Danois pts de : 29% de DES 63% cypher So m m a ir e Jensen et al JACC 2007; 50: 463 7

15 Endothélialisation des stents actifs et nus Stents nus : 95% 1 an Stents actifs : 40% Joner et col J Am Coll Cardiol 2006;48: So m m a ir e

16

17 So m m a ir e Consensus d experts de la Société Française de Cardiologie Octobre 2007 Stents actifs sur le marché : Cypher, Taxus, Endeavor, Promus, Xience

18 Stents actifs Risque de resténose estimé Risque hémorragique Observance du TTT antiagrégant plaquettaire VERIFIER SYSTEMATIQUEMENT SI UNE INTERVENTION CHIRURGICALE EST PROGRAMMEE OU SUSCEPTIBLE DE L ÊTRE DANS L ANNEE SUIVANT LE GESTE CORONAIRE EVALUER LE RISQUE DE CHIRURGIE GENERALE NON PROGRAMMEE EN FONCTION DU PATIENT CONSIDERE

19 STENTS ACTIFS ET DUREE DOUBLE ANTIAGREGATION Double antiagrégation plaquettaire pendant au moins 1 an Possibilité 6 mois après une évaluation soigneuse et justifiée du rapport bénéfice risque au cas par cas Et après 1 an? Double ou simple antiagrégation plaquettaire? Balance Benefice/Risque AVIS CARDIOLOGIQUE PREALABLE AVANT ARRET DU TRAITEMENT ANTIAGREGANT PLAQUETTAIRE So m m a ir e

20 Stent coronarien et chirurgie Gestion des antiagrégants plaquettaires

21 1. Chirurgie non cardiaque connue avant angioplastie

22 Angor stable ou ischémie silencieuse Maladie coronaire limitée au réseau secondaire Pas de limitation du flux sanguin Ischémie médicalement contrôlée Chirurgie possible sous Bétabloquants

23 Si critères non remplis Envisager Pontages aortocoronariens si atteinte tritronculaire ou lésion du tronc commun Stents nus

24 Stent nu, quand opérer? Circulation 2000 Kaluza 40 patients with BMS < 6 weeks; Dual antiplatelet therapy stop for non cardiac therapy : 8 death (6 MI+2 bleeding) 7 MI 32% of death if surgery within 2 weeks Even with BMS : no surgery before 6 weeks after PCI The window for surgery is ideally betwenn 8 and 12 weeks after PCI

25 2. Chirurgie non cardiaque dans les 12 mois après implantation de stents actifs

26 Evaluer le risque de la thrombose de stent Tronc commun ou IVA proximale Stents actifs sur les deux ou trois vaisseaux Risque vital de la thrombose de stent

27 Risque hémorragique de la chirurgie Faible risque : Pas d impact de la double antiagrégation Haut rique (> 1 %) : Double antiagrégation majore le risque hémorragique Point clé : Facilité de l hémostase si saignement

28 Risque de thrombose et pose de stent actif So m m a ir e

29 Substitution? Pas d étude spécifique Pas validé 10% de thrombose de stent sous HBPM lors «stenting sans coumadine» Majorer dose aspirine avant arrêt clopidogrel

30 Take-home message (I) Chirurgie et stent nu : Pas de chirurgie avant 6 semaines Meilleur fenêtre thérapeutique 9-12 semaines Chirurgie et stent actif > 1 an : Risque de thrombose faible mais non nul (0,6%) Reprendre dès que possible la monothérapie ou la bithérapie So m m a ir e

31 Take-home messages (II) Chirurgie et stent actif < 1 an : Travail d équipe : Généraliste, cardiologue, Chirurgien, anesthésiste - Evaluer l urgence? Retarder si possible > 6 mois - Evaluer le risque thrombotique - Evaluer le risque hémorragique (limiter?) Limiter la fenêtre d arrêt des antiagrégants (J-3, J+2) INFORMER le patient 7 So m m a ir e 3

32

33 In practice First consider to postpone non-cardiac surgery Until??? 6 month a priori Surgery has to be done (cancer,.) Antiplatelet therapy is possible in a lot of situations

34 When do you resume the treatment? Bleeding risk is maximal at day 1 Customize to the type of intervention Resume ASAP Loading dose of clopidogrel 600 mg

35 Platelet inhibition - Only new platelets are active as inhibition is not reversible /mm 3 is enough to achieve hemostasis - 10 %/day of platelets are renewed According to baseline platelet count, 2 to 4 days of discontinuation is enough 7 So m m a ir e

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

C est en 1986 que Jacques Puel

C est en 1986 que Jacques Puel Évolution technologique des stents coronaires : où en est-on? DOSSIER D. Carrié Service de cardiologie, Centre hospitalier universitaire de Rangueil, Toulouse didier.carrie@chu-toulouse.fr Obtenir un équilibre

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien Méthode Recommandations par consensus

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE Pierre Albaladejo (1), Patrick Staat (2), Emmanuel Marret (3), Vincent Piriou (4) (1) Service d Anesthésie Réanimation, SAMU-SMUR 94, CHU Henri Mondor, Assistance-Publique

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE Thomas LECOMPTE hématologiste hémostase Nancy avec l aide de Emmanuel de MAISTRE et Marie TOUSSAINT-

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Courir: une affaire de coeur Prof. François Mach, médecin-chef du service de cardiologie Hôpitaux universitaires de Genève, Rue G. Perret-Gentil

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle

News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle News BOSTON SCIENTIFIC Patrick BILLON Directeur Division Cardiologie Interventionnelle This material is not intended for use in the United States Une Plateforme unique et innovante 7 années de recherche

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION

COMMUNICATION. L auteur déclare ne pas avoir de liens d intérêt en relation avec le contenu de cet article. Jean-Philippe METZGER * INTRODUCTION COMMUNICATION Le progrès médical à la lumière de l amélioration de la sécurité de l angioplastie coronaire Mots-clés : Angioplastie coronaire par ballonnet. Recherche biomédicale Medical progress exemplified

Plus en détail

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Conflits d intérêt - Diapos Firmes et produits (DCI): AstraZeneca

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques?

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Philippe Moulin Fédération d endocrinologie Hopital cardiovasculaire Louis Pradel LYON HCL-UCBL- INSERM U870 Qui dépister?

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris

Comment éviter la thrombose de stent tardive. Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Comment éviter la thrombose de stent tardive Christian Spaulding Service de cardiologie Hôpital Cochin Université Paris Descartes Paris Sus aux idées reçues!!!!! On tue les patients avec les stents actifs!

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 EFIENT 10 mg, comprimés pelliculés Boite de 30 (code CIP 392 120-3) Boîte de 90 (code CIP : 574 530-2) Laboratoire LILLY Prasugrel chlorhydrate ATC :

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Thromboses de stents : facteurs favorisants

Thromboses de stents : facteurs favorisants REVUES GENERALES Cardiologie interventionnelle J.P. MONASSIER Service de Cardiologie, Hôpital Emile Muller, MULHOUSE. Thromboses de stents : facteurs favorisants Les thromboses de stents restent le talon

Plus en détail

Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents

Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents Vincent Piriou, Pierre Albaladejo Service d anesthésie réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 165 chemin du grand revoyet, 69495 Pierre Bénite

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Instructions for Completing s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Please read the instructions below and complete ONE of the attached forms in either English or French. IMPORTANT:

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»?

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? L athérosclérose coronarienne Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? Serge Doucet 4 Vous suiviez Richard, un homme de 46 ans, depuis quelques années pour une hypertension

Plus en détail

Gestion du traitement

Gestion du traitement Gestion du traitement anticoagulant chez le dialysé Dr Thierry KRUMMEL Service de Néphrologie & Hémodialyse CHRU de Strasbourg 12 ème C è Nti ld Né h l i 12 ème Congrès National de Néphrologie Agadir 6

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013 Présentation environnement STENTS Europharmat Jeudi 10 Octobre 2013 Agenda Récapitulatif: les grands modes de financement du système de santé en France GHS Actes LPP Les référentiels (HAS, AHA, ESC) Le

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK PM. Mertes, A. Steib Pôle Anesthésie-Réanimations Chirurgicales-SAMU, Hôpitaux Universitaires et Université de Strasbourg, France

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Les anti-thrombotiques : indications - Les héparines (non-fractionnées, de bas poids moléculaires, pentasaccharide) : Prévention

Plus en détail