ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004"

Transcription

1 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution technologique : du stent nu au stent coaté III..Présentation des différents stents coatés IV. Indications validées et contre-indications V. Stents coatés : environnement médicamenteux et surveillance du patient VI. Aspects médico-économiques des stents coatés VII. Systèmes de fermeture VIII. Conclusion 1

2 I-Historique de l angioplastie 1977 : angioplastie simple au ballon dans des indications bien précises de sténose de l IVA.Il y a 40 à 50%de resténose par trois phénomènes : brecoil : en gonflant le ballon, on arrive à lever la sténose mais les parois de l artère s affaissent au retrait du ballon. bhyperplasie intimale : réaction inflammatoire de la paroi de l artère au niveau de la zone dilatée par le ballon responsable d une prolifération anormale de cellules musculaires lisse de la lumière de l artère entraînant une nouvelle sténose. bremodelage constrictif de l artère : remaniement de la paroi artérielle secondaire à une fibrose de celle-ci après la dilatation : l utilisation des prothèses endocavitaires donne un nouveau souffle à l angioplastie. En effet, l implantation de stent permet de supprimer deux phénomènes de resténose : le stent permet de maintenir les parois artérielles en position après le retrait du ballon et évite un remaniement intempestif de ces parois à l endroit de l inflation. Il faudra l association de deux anti-agrégants plaquettaires puissants et de l expansion maximale de la prothèse au moyen d une inflation à haute pression pour obtenir un résultat optimal : disparition des complications aiguës et le taux de resténose à six mois diminue à 25-30%. bresténose à l intérieur de la prothèse dans 44% des cas bresténose touchant la totalité de la prothèse dans 30% des cas bresténose s étendant au-delà de la prothèse et à l intérieur de celle-ci dans 20% des cas Le phénomène de resténose par hyperplasie intimale n a pas été résolu par la pose de stent et reste préoccupant : c est en septembre 2001 que furent proposées les prothèses «habillées», couvertes, coatées ou stents actifs libérants des substances dans la paroi artérielle. C est le troisième souffle de l angioplastie 2

3 II EVOLUTION TECHNOLOGIQUE : DU STENT NU AU STENT COATE Le stent est une endo-prothèse composée d un fin treillis métallique cylindrique. Il est placé à l intérieur des artères coronaires afin de maintenir leur calibre au diamètre idéal. Il est destiné à éviter un nouveau rétrécissement des parois de l artère dilatée. A court terme, ce geste d angioplastie est d une réelle efficacité. Malheureusement, à distance de l intervention initiale, la resténose est fréquente. Elle est rencontrée dans 25à30% des cas (contrôle angioplastique systématique). Ce processus amène dans 15% des cas à devoir réaliser une intervention complémentaire (TLR : target lésion revascularisation) dans l année qui suit le geste initial. La resténose est favorisée par plusieurs facteurs de risque dont les plus fréquents sont : ble diabète bl occlusion coronaire initiale bl artère de petit diamètre bla longueur de la lésion L amélioration progressive des stents nus en diminuant l épaisseur des mailles ou en remplaçant l acier 316 L par une association de cobalt et de chrome ou de titane a permis déjà de diminuer le risque de resténose. C est toutefois la découverte de stent actif dit «coaté «qui a le plus nettement contribué à la diminution du risque de resténose et crée ainsi une véritable révolution dans le milieu de la cardiologie interventionnelle 3

4 III-PRESENTATION DES DIFFERENTS STENTS COATES Les stents coatés sont des endoprothèses coronaires qui en plus de leur effet mécanique libèrent des substances pharmacologiques dotées d un effet biologique permettant d éviter la resténose. Ils sont composés de deux éléments principaux : ble stent qui sert de support. Les firmes se sont servies de stents nus déjà existants (BX velocity chez Cordis, Express chez Boston Scientific) bl enveloppe en polymère sert de réservoir au médicament et assure sa libération prolongée (en moyenne 30 jours) Actuellement, seuls 2 stents coatés ont obtenu une validation clinique permettant leur marquage CE. 1 ) Le stent coaté à base d antibiotique (la Rapamicine ou Sirolimus). Cet antibiotique est utilisé depuis 1999 dans la transplantation rénale. C est une substance qui inhibe les facteurs de croissance et les cytokines stimulant la prolifération cellulaire. Par ailleurs, la substance a des propriétés antiinflammatoires et prévient l hyperplasie vasculaire dans les allogreffes et les modèles d angioplastie. Le nom commercial du stent est «CYPHER «, chez CORDIS 2 ) Le stent coaté à base d antimitotique (le Paclitaxel ou Taxol) Cet antimitotique a été isolé en 1963 à partir de l écorce de l hyphe du Pacifique qu on trouve sur l île de Pâques. Ses propriétés antimitotiques sont à l origine de son utilisation clinique en cancérologie depuis 1979 ; Il est cytostatique et est doté de propriétés anti inflammatoires. Cette substance est actuellement utilisée couramment dans les traitements des tumeurs solides : cancers du sein, de l ovaire et du poumon. Cette molécule est produite par la société canadienne ANGIO-TECH ET CO et distribuée par les laboratoires COOK et BOSTON SCIENTIFIC.Le nom commercial est «TAXUS. 4

5 IV : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS 1 ) Les indications A l heure actuelle, les indications sont établies à partir d études cliniques récentes (RAVEL, TAXUS, SIRIUS) L utilisation des stents coatés est reconnue principalement sur des lésions de novo à risque de resténose : bdiabète blésions coronaires sur des vaisseaux de petit calibre (longueur et diamètre respectivement inférieurs à 15 mm et 3 mm) bsténoses de l IVA proximale Ces indications ont été notifiées dans l arrêté du 9 septembre 2003 de la Sécurité Sociale. Seules ces indications sont prises en charge actuellement mais rapidement elles devraient être élargies à la lumière des études publiées dans d autres cas de figure. Pour information : le coût moyen d un stent coaté est de 2110 Euros, alors que celui d un stent nu est d environ 800 Euros. 2 ) Les contre-indications ballergies aux différentes substances constituant les stents coatés bcontre indications aux traitements anti-agrégants plaquettaires et aux anticoagulants. En effet, l utilisation des stents coatés nécessite une anticoagulation prolongée, d une durée de 3 mois, afin d éviter tout risque de thrombose. bocclusions artérielles anciennes binfarctus du myocarde récents (datant de moins de 72 heures) bresténose intra-stent bsténoses des pontages veineux blésions de bifurcations bstenting multiple sur le même axe artériel 5

6 De nombreux travaux sont en cours et certaines de ces contre-indications devraient disparaître. Selon les études cliniques les plus récentes ( RAVEL, TAXUS, SIRIUS ), l utilisation des stents coatés a permis d obtenir une diminution significative du risque de resténose entre 9 et 24 mois. Ce risque estimé à 0% dans l étude RAVEL à partir de 200 patients semble se situer dans le monde réel entre 6 et 9%. Néanmoins, quelques difficultés sont rencontrées pouvant rendre l utilisation parfois délicate : bune cicatrisation artérielle retardée autour des mailles du stent avec un risque de resténose à long terme bun «effet de bord «caractérisé par une resténose aux extrémités du stent (surtout au niveau proximal et moins en distalité. L efficacité du stent n est donc pas homogène. Ceci pourrait être causé par une mauvaise diffusion de la substance pharmacologique le long du stent. bun risque de malposition des stents coatés. En effet, des études révèlent qu il existe un phénomène de non-apposition des mailles du stent à la paroi artérielle. bun effet paradoxal du polymère : il permet théoriquement une meilleure diffusion du médicament mais pourrait aggraver la sténose en provoquant une réaction inflammatoire. 6

7 V-ENVIRONNEMENT MEDICAMENTEUX ET SURVEILLANCE La préparation physique d un patient devant bénéficier d une angioplastie est la même que pour une coronarographie diagnostique. Par contre une préparation thérapeutique par anti-agrégants plaquettaires est primordiale avant toute procédure d angioplastie avec pose de stent nu ou imprégné. Ceci de façon à ce que le sang du patient soit très fluide pour éviter toute formation de caillot durant le geste d angioplastie. Dans le cadre d une angioplastie programmée, un protocole thérapeutique a été élaboré et doit être suivi systématiquement : bla veille de l examen, nous donnons 4 comprimés de PLAVIX +160 mg de KARDEGIC ble matin de l examen : 1 cp de PLAVIX au lever +250 mg d ASPEGIC en intraveineux ¾ d heure avant le geste d angioplastie bpendant l intervention : utilisation d anticoagulant, on injecte 0,3ml d Héparine en intraveineux si l abord est fémoral et 50 mg en début de procédure si la voie d abord est radiale. baprès le geste, la poursuite du traitement anti-agrégant plaquettaire est primordial et nous devons sensibiliser le patient à la prise rigoureuse et régulière de son traitement qui sera le suivant : 160 mg de KARDEGIC par jour et 1 cp de PLAVIX par jour. Nous devons lui expliquer l importance de la prise quotidienne de cette thérapeutique et du respect de la durée qui est de 3 mois minimum dans le cadre de la pose d un stent coaté. Nous devons lui expliquer également le risque de saignements importants lors d une blessure du fait de ce traitement. Le patient doit être clair avec ce traitement avant sa sortie et son retour à domicile. On peut aussi sensibiliser son entourage Nous n avons aucun moyen biologique pour contrôler l efficacité du traitement. La collaboration du patient est donc essentielle. Ce traitement est à ajuster en fonction des patients : bles patients allergiques à l Aspirine : on augmente la prise de PLAVIX et on supprime le KARDEGIC Les patients sous PLAVIX au long cours n auront pas la dose de charge bles patients bénéficiant d une angioplastie en urgence auront une dose de charge plus importante sur la table au moment de la procédure Le traitement peut être modifié au cas par cas 7

8 VI-ASPECTS MEDICO-ECONOMIQUES Stents actifs environ 4 fois plus cher que classiques : 2100 Euros ht Même prix que stents lors commercialisation années 1990 Problème facturations/résolu? Avec T2A Liste restrictive indications : environ 25 à 30% Intérêts études médico-économiques qui devront tenir compte resténose silencieuses, diminution nombres de pontages (-20% pour équilibrer coût actuellement) Inévitablement les prix baisseront, ouverture du marché, extension des indications 8

9 VII-SYSTEMES DE FERMETURE Voies d abord privilégiées : fémorale ou radiale Dans le cadre d un geste interventionnel par voie fémorale nécessitant une thérapeutique par anti-agrégant plaquettaire, la compression manuelle devient souvent laborieuse et longue. Des systèmes de fermeture ont été élaborés : bchirurgie vasculaire percutanée ou PERCLOSE : dispositif qui permet au praticien d effectuer un ou deux points de sutures au niveau de l ouverture de l artère fémorale (point de ponction) bangioseal : dispositif permettant de colmater le point de ponction par un bouchon de collagène La surveillance IDE du point de ponction est la même que pour une compression manuelle : bsaignements bhématome bperception des pouls pédieux bdouleur Particularités : le patient peut se lever si tout va bien rapidement après l examen. A sa sortie, l IDE lui remettra une carte mentionnant la pose du système de fermeture, les soins à apporter localement et les précautions à prendre. Aucun geste n est possible à l endroit où est posé le système de fermeture durant 90 jours. 9

10 VIII-CONCLUSION Ces dernières années, la Cardiologie Interventionnelle a été mobilisée par le concept du stent actif. Cette nouvelle technique permet d agir efficacement sur chaque étape du processus resténotique ; thrombose plaquettaire, inflammation, migration et prolifération des cellules musculaires lisses. A ce jour, seuls le Sirolimus et la Paclitaxel ont été validés avec succès au travers d études cliniques. De nombreuses questions restent néanmoins sans réponses : coaté? bcomment éviter les risques de resténose sur les bords du stent bcomment améliorer leur efficacité dans les lésions à haut risque de resténose? bquelle sera leur efficacité à long terme sur la prévention du risque de sténose? 10

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS

Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés. Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS Conception et développement d un nouveau DM : succès et difficultés Luc Demangeon Directeur développement et affaires réglementaires MINVASYS 20 novembre 2012 La société PME française crée en 2003, basée

Plus en détail

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE

ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE ATELIER CORONAIRE EUROPHARMAT 2013 JEUDI 10 OCTOBRE N Evolution de l angioplastie coronaire 1977 Andreas Gruntzig réalise la première angioplastie coronaire à Zurich, en Suisse 1988 Jacques Puel implante

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE APHAL 9 Juin 2015 Guillaume Becker, Interne en pharmacie Service pharmacie-stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 09/06/2015 2 Introduction 1 er stent coronarien

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Biomatériaux et technologies vasculaires

Biomatériaux et technologies vasculaires Biomatériaux et technologies vasculaires Pr Nabil CHAKFE Service de Chirurgie Vasculaire - GEPROVAS Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg Société Française d Angéiologie 2012 Paris, 28 janvier 2012 Quoi de

Plus en détail

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT

STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT STENT BIO RESORBABLE UNE REVOLUTION DANS LE TRAITEMENT DE LA MALADIE CORONAIRE? NICOLAS PREUMONT CORONAROGRAPHIE & ANGIOPLASTIE ANGIOPLASTIE + STENT = TRAITEMENT DE BASE DE LA MALADIE CORONAIRE OBSTRUCTIVE

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Dispositifs médicaux utilisés dans le traitement de certaines pathologies vasculaires. Benjamin DARMON Audrey TATON

Dispositifs médicaux utilisés dans le traitement de certaines pathologies vasculaires. Benjamin DARMON Audrey TATON Dispositifs médicaux utilisés dans le traitement de certaines pathologies vasculaires Benjamin DARMON Audrey TATON 1 Plan 1. Introduction 2. L abord vasculaire et la technique de Seldinger 3. Les guides

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS

Cliquez et modifiez le titre La recherche clinique à l ICPS La recherche clinique à l ICPS Hopital Privé Jacques Cartier (Massy) Hopital Privé Claude Galien (Quincy-sous-Sénart) Etat de l art Recherche clinique présente à l ICPS depuis ses débuts en 1995 Participation

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE

HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE HÔPITAL ERASME SERVICE DE CARDIOLOGIE LA CORONAROGRAPHIE ET L ANGIOPLASTIE CORONAIRE TRANSLUMINALE PERCUTANÉE (05/2005) Les maladies des artères coronaires sont généralement provoquées par l'athérosclérose,

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Les registres CARDIO-VASCULAIRES en Ile-de. Registre des CORO-ANGIO (registre CARDIO-ARHIF) REGISTRES ET ORGANISATION DE LA CARDIOLOGIE EN ILE-DE

Les registres CARDIO-VASCULAIRES en Ile-de. Registre des CORO-ANGIO (registre CARDIO-ARHIF) REGISTRES ET ORGANISATION DE LA CARDIOLOGIE EN ILE-DE Comité Scientifique de Registre CARDIO- Mme COSTAGLIOLA INSERM Dr ELHADAD Hôpital de Lagny Dr HAIAT Hôpital de Saint-Germain en Laye Dr LANCELIN CMC Marie Lannelongue Dr MORICE Clinique de Massy - ICPS

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne

DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE. Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne 1 DIU DE CHIRURGIE ENDOVASCULAIRE Facultés de Médecine de Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Saint-Etienne Enseignant responsable : P Feugier Enseignants : Ph Amabile, JN Albertini,

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

De l usage des endoprothèses coronaires

De l usage des endoprothèses coronaires GROUPE ATHÉROME CORONAIRE ET CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE De l usage des endoprothèses coronaires B. Chevalier, H. Eltchaninoff, D. Blanchard, G. Finet, M. Bedossa, T. Corcos, J.-L. Fourrier, M. Hanssen,

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Vous allez avoir une saccoradiculographie

Vous allez avoir une saccoradiculographie Vous allez avoir une saccoradiculographie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne GUIDE D INFORMATION sur la coronarographie et la dilatation coronarienne Table des matières Maladie coronarienne athérosclérotique 1 Coronarographie 2 Dilatation coronarienne 2 Préparation avant l examen

Plus en détail

Achat des Dispositifs Médicaux

Achat des Dispositifs Médicaux Achat des Dispositifs Médicaux SUJET : Vous êtes pharmacien responsable des achats de DM et DMI au sein de votre établissement de santé, un chirurgien vous fait une demande pour pouvoir disposer d un nouveau

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

Efficacité des stents actifs

Efficacité des stents actifs D O S S I E R Stents actifs : mise au point T. CUISSET, B. DE BRUYNE Cardiovascular Center Aalst, OLV Clinic, AALST (Belgique). Efficacité des stents actifs L arrivée des endoprothèses coronaires actives

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DES DISPOSITIFS MEDICAUX NECESSAIRES AUX PATHOLOGIES CORONARIENNES

PRESENTATION GENERALE DES DISPOSITIFS MEDICAUX NECESSAIRES AUX PATHOLOGIES CORONARIENNES PRESENTATION GENERALE DES DISPOSITIFS MEDICAUX NECESSAIRES AUX PATHOLOGIES CORONARIENNES 12, 13 et 14 octobre 2010 Elodie Divol Pharmacien Pôle Cardio-Vasculaire et Métabolique Hopital Rangueil - CHU Toulouse

Plus en détail

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine

Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Titre III. - Dispositifs médicaux implantables, implants issus de dérivés d'origine humaine ou en comportant et greffons tissulaires d'origine humaine Conditions générales Les spécifications techniques

Plus en détail

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie EXAMENS coronaires INTERVENTIONNELS Table des matières 3 Préface 4 Introduction 4 Généralités 5 Préparations à la coronarographie 6 La coronarographie 6 Soins après la coronarographie 7 Complications possibles

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Maladie artérielle périphérique Information pour les patients

Maladie artérielle périphérique Information pour les patients Maladie artérielle périphérique Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013 Présentation environnement STENTS Europharmat Jeudi 10 Octobre 2013 Agenda Récapitulatif: les grands modes de financement du système de santé en France GHS Actes LPP Les référentiels (HAS, AHA, ESC) Le

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France + PICC line Dr Khalil Jabbour Département d Anesthésie Réanimation Hôtel-Dieu de France + + Introduction PICC line : Peripherally Inserted Central Catheter Depuis le début des années 90, largement utilises

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie 1 M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E 2 0 1 2 Contexte 2 Sur la base du rapport HAS «Evaluation des

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes)

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Sténose initiale Modifications hémodynamiques Resténose après angioplastie Destruction cellulaire Augmentation du débit

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail