Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires"

Transcription

1 Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Aspirine à faible dose Clopidogrel traitementsannées traitementsannées Rapport AFSSAPS juillet 2005, Données GERS Cas clinique Vous suivez un patient de 67 ans. Ce patient t est coronarien depuis 5 mois, date à laquelle ll il a bénéficié d une angioplastie avec mise en place d un stent actif sur l Interventriculaire antérieure (stent Xience 3.0 x18 mm) au décours d un syndrome coronarien aigu. Son traitementaap actuelcomporte: comporte: kardegic 75 mg clopidogrel 75 mg Q1 Il doit voir son chirurgien dentiste pour une extraction dentaire prochainement. Celui ci vous questionne sur la bithérapie antiplaquettaire de votre patient. Quelles sont les réponses exactes? A. Arrêt clopidogrel 5 jours avant extraction B. Arrêt clopidogrel 3 jours avant extraction 1

2 AAP et gestes buccodentaires Q1 Il doit voir son chirurgien dentiste pour une extraction dentaire prochainement. Celui ci vous questionne sur la bithérapie antiplaquettaire de votre patient. Quelles sont les réponses exactes? A. Arrêt clopidogrel 5 jours avant extraction B. Arrêt clopidogrel 3 jours avant extraction Q2 Quelle est la durée minimale de bithérapie après mise en place d un stent actif? Stent actif: Diminution Faut il revasculariser revascularisation l IMS? (3) A. 1 mois B. 2 mois C. 12 mois D. 24 mois Stent nu Polymère :coating Substance active N=3852 BMS DES BMJ 2008 Sabate et al Circulation

3 Durée bithérapie après mise en place stent actif Cette durée est de 12 mois. La poursuite de la bithérapie au delà de cette période de repose pas sur des données scientifiques. Cependant le clopidogrel est poursuivi chez les malades à très haut risque ischémique (anatomie coronaire, longueur de la lésion, nombre de stent..) Q2 Quelle est la durée minimale de bithérapie après mise en place d un stent actif? A. 1 mois B. 2 mois C. 12 mois D. 24 mois Durée des traitements AAP Contexte Type de traitement Durée Coronarien Stable Aspirine A vie SCA Bithérapie 12 mois SCA dilaté Bithérapie* 12 mois Stent Actif Bithérapie 6 à 12 mois Stent Nu Bithérapie 6 semaines Study Patients (n) Randomization Primary Outcome Measure Secondary Endpoint ISAR SAFE PCI DES 15 months NCT (6000) 6 mo vs. 12 mo Death/MI/stroke/ TIMI major bleed ISAR CAUTION NCT ARCTIC NCT OPTIDUAL NCT DAPT Study NCT ITALIC NCT Etude en cours++++ PCI DES (3000) 12 mo vs. tapered within 4 weeks after 12 months Elective PCI DES (2466) DES PCI (n=1966) DES/BMS PCI (n=20645) PCI DES (n=3200) REAL LATE PCI DES NCT (n=1625) ZEST LATE NCT PCI with SES, PES, ZES (n=1357) 12 month EF 12 mo vs mo 12 mo vs mo 12 mo vs. 30 mo 6 mo vs. 36 mo in deem aspirin good responder 3 months CV death, non fatal MI or ST, stroke, major bleeding or rehospitalization due to acute coronary syndrome 12 months Composite end point of death, M, stroke, Urgent revascularization, ST 3 years death, non fatal myocardial infarction, non fatal stroke and severe bleeding 30 months 1. Death/MI/stroke at 33 mo 2. Def/prob ST at 33 mo 12 months death, MI repeat urgent revasc, stroke requiring a new hospitalisation and major bleedings The individual components of the primary endpoint. All cause mortality Stent thrombosis (ARC), Target vessel revascularization GUSTO Bleeding At 24 and 36 months and bleeding complications 12 month vs 24 2 year cardiac death/mi ARC ST, bleeding 12 vs 24 mo 2 year death/mi ARC ST, bleeding European Heart Journal 2010 SEASIDE NCT DATE registry NCT OPTIMIZE NCT PCI ZES 900 non ACS 6 months 1 year death/mi/stroke 823 non ACS 3 months 1 year cardiac death/mi/st PCI ZES N=3120 non STEMI 3 vs 12 1 year death/mi/stroke/ TIMI major bleed GUSTO bleeding CYP2C19, TLR ARC stent thrombosis 3

4 Q3 Le patient reviens quelques mois plus tard, nous sommes à 12 mois de l angioplastie initiale, il doit bénéficier d une coloscopie prochaine avec biopsies (polype < 1cm) Quelles sontles réponsesexactes? exactes? A. Arrêt clopidogrel 5 jours avant coloscopie B. Arrêt clopidogrel 3 jours avant coloscopie Q3: Gestes digestifs Polypectomie réalisable sous aspirine seule si celui ci est < 1cm Polypectomie difficile sous bithérapie aspirine clopidogrel La réalisation de biopsies superficielle est réalisable sous aspirine, clopidogrel ou même bithérapie La réalisation d endoscopie diagnostique est réalisable sous aspirine clopidogrel ou aspirine clopidogrel. Q3 Le patient reviens quelques mois plus tard, nous sommes à 12 mois de l angioplastie initiale, il doit bénéficier d une coloscopie prochaine avec biopsies (polype < 1cm) Quelles sontles réponsesexactes? exactes? A. Arrêt clopidogrel 5 jours avant coloscopie B. Arrêt clopidogrel 3 jours avant coloscopie Q4 Le patient revient 4 ans plus tard. Il est sous aspirine seule. Il doit bénéficier de biopsies prostatiques. Ce geste est il réalisable sous aspirine seule? A. OUI B. NON 4

5 Q4 Le patient revient 4 ans plus tard. Il est sous aspirine seule. Il doit bénéficier de biopsies prostatiques. Ce geste est il réalisable sous aspirine seule? A. OUI B. NON Geste urologique: risque hémorragique souvent élevé. La bithérapie n est le plus souvent pas envisageable. 1. Biopsies prostatiques. Possible sous aspirine 2. Utéroscopie rigide ou souple. Possible sous aspirine 3. Hypertrophie prostate: laser. Cas par cas 4. Hypertrophie prostate : RTUP. Cas par cas Rappel: risque thrombotique du patient Risque majeur Tout typedestentposé p il y a moins de 6 semaines Stent pharmaco actif < 12 mois SCA (NSTEMI) < 6 semaines SCA (STEMI) < 12 mois Risque modéré Stent nu au delà de 6 semaines après la pose Stent actif > 12 mois après la pose SCA allant de 6 semaines à 1 an Q5 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est nécessaire A. Aspirine 5 jours B. Aspirine 7 jours C. Aspirine 3 jours NB: Un risque modéré peut être reclassé au cas par cas en risque majeur si coexistent d autres facteurs de risque reconnus de thrombose de stent (antécédent de thrombose de stent) 5

6 Q5 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est Q6 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est A. Aspirine 5 jours B. Aspirine 7 jours C. Aspirine 3 jours A. Clopidogrel 5 jours B. Clopidogrel 7 jours C. Clopidogrel 3 jours Q6 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est Q7 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est A. Clopidogrel 5 jours B. Clopidogrel 7 jours C. Clopidogrel 3 jours A. Prasugrel 5 jours B. Prasugrel 7 jours C. Prasugrel 3 jours 6

7 Q7 Comment envisager l arrêt des TT AAP lorsqu il est Modalités d Arrêt A. Prasugrel 5 jours B. Prasugrel 7 jours AAP Aspirine Délai d arrêt 3 jours C. Prasugrel 3 jours Clopidogrel 5 jours Prasugrel 7 jours Ticagrelor 5 jours 26 Nouveaux AAP?? 1) Inhibition puissant de l agrégation à l ADP 2) Action rapide 3) Réponse homogène: faible variabilité de réponse Prasugrel : Efient En France depuis 1 an Ticagrelor : Brilique: fin 2011 Inhibiteur puissant irréversible P2Y12 à l ADP Inhibiteur puissant réversible P2Y12 à l ADP 7 jours d arrêt 5 jours d arrêt Q7: Modalités de reprise?? La reprise est jugée possible très précocement après le geste invasif ifsi l hémostase a été jugée correcte et en l absence de saignement majeur (nécessité d une réintervention pour hémostase ou de transfusion) durant ce délai de surveillance. Elle doit être aussi précoce que possible, au mieux le jour même, en fonction du risque de saignement post opératoire 7

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Comment maitriser le risque hémorragique?

Comment maitriser le risque hémorragique? Comment maitriser le risque hémorragique? Guillaume Cayla UnitéINSERM 937 Hôpital La Pitié Salpêtrière Service cardiologie Nîmes Pr Messner Conflits d intérêt:lilly -Daishi, Abbott, Astra Zeneca, Servier,

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Post U (2013) 263-270 Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Objectifs pédagogiques Évaluer le risque thrombotique lié à l arrêt ou à la

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres

antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres antiagrégants plaquettaires Les tests biologiques servent encore?? Dr Rangé Grégoire, CH Chartres Variabilité individuelle de réponse au clopidogrel Facteurs génétiques Inobservance SCA Diabète BMI 80?

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien Dix à 15 % des

Plus en détail

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien

Plus en détail

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006?

Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 2006? Quel consensus pour le suivi cardiologique après angioplastie en 26? Suivi du patient revascularisé S assurer de la compliance au traitement (anti agrégants) Gérer le problème d une éventuelle chirurgie

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien Environ 13 % des

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien Avec le partenariat méthodologique et financier de REOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste Méthode Recommandation

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Le vieillissement de la population

Le vieillissement de la population Infiltrations et antiagrégants plaquettaires : que faire en pratique? Résumé : Le vieillissement de la population et la prévalence accrue des maladies cardiovasculaires s accompagnent d une augmentation

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations?

Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations? Anticoagulant & antiagrégant: quid des associations? Centre de Référence et d Education Des AntiThrombotiques d Ile de France Ludovic Drouet Consultation hémostase thromboses antithrombotiques Laboratoire

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE

MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE MARCHÉ DE L ENDOPROTHÈSE CORONAIRE APHAL 9 Juin 2015 Guillaume Becker, Interne en pharmacie Service pharmacie-stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 09/06/2015 2 Introduction 1 er stent coronarien

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux?

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? 1 Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? Le étapes du choix depuis le pré-hospitalier jusqu à la sortie François Schiele, Besançon Conflits d intérêt potentiels : Honoraires de communication

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde

La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde La bivalirudine est l anticoagulant de choix pour l infarctus du myocarde Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 3èmes Journées Nationales du GACI jeudi 28 & vendredi

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif?

Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? Quand utiliser un ballon actif avec un stent nu plutot qu un stent actif? P.Barragan.Ollioules Paris GRCI le 28/ 11/ 2O12 Conflits d intérêt Aucun Specific PCI devices *Recommendations are only valid for

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Thomas Cuisset, CHU Timone, Marseille Paris, Mars 2014 Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. estime

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires Cas clinique n 1 Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire Pierre Fontana Jean-Luc Reny Updates de Médecine interne générale 18 Février 2013 Mr P. 60 ans, aggravation de son angor d effort

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive

Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive > SYMPOSIUM 2009 < Complications de l endoscopiel Jeudi 19 mars Palais des Congrès de Paris Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive

Plus en détail

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI

GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI GPIIbIIIa inhibitors for Clopidogrel Non Responders undergoing Elective PCI T Cuisset, C Frere, J Quilici, MC Alessi, JL Bonnet Pôle Cardiovasculaire, CHU Timone, Marseille Inserm, U626, Faculté de Médecine,

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris SCA de A à Z Du pré-hospitalier à la salle de cathéterisme Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris Conflits

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Université Joseph Fourier Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année

Plus en détail

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR

Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR Revascularisation complète à la phase aigue de l IDM: POUR P. Commeau Polyclinique Les Fleurs Ollioules cardiorun2014.org Conflits d intérêt Cardiologue interventionnel Consultant pour Abbott BSCI Medtronic

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être.

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 255 février 2014 CONCLUSIONS ORSIRO, endoprothèse coronaire (stent) enrobée de sirolimuss (produitt

Plus en détail

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques

Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Compte rendu du Second Belgian Congress on Acute Cardiac Care. Partie 2 Nouvelles perspectives dans la thrombose de stent et les antithrombotiques Sofie Gevaert Le 11 juin, le (BIWAC) organisait son deuxième

Plus en détail

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie?

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie? Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban au long cours présentant une hémorragie grave ou devant bénéficier d un geste invasif programmé ou urgent P Albaladejo Pôle Anesthésie

Plus en détail

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau

Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Stents chez le patient diabétique: toujours un stent actif? Controverse pour le Non? Nicolas Delarche CH François Mitterand-Pau Marseille, le 31.01.2013 Les alternatives au DES chez le coronarien diabétique

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

AOD et actes invasifs : que faire en pratique?

AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Jour AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Pr Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne, Clinique Médicale B, CHRU de Strasbourg Laboratoire de Recherche en Pédagogie des Sciences de la Santé,

Plus en détail

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in

ème Réunion Nationale du GRCI, Tous droits réservés - Toute reproduction même est in Arrêt des AAP à un an après stenting chez un coronarien en FA? oute rep 2ionale du Goute reproduction même est in Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pitié Salpêtrière 2ionale

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien Méthode Recommandations par consensus

Plus en détail

Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE

Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE Arrière-plan objectif: La sécurité des patients : données internationales 10% (4-16%) des patients hospitalisés présentent des

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor

STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor STEMI: Il faut u-liser le Ticagrelor Ph. Gabriel Steg Hôpital Bichat, Assistance Publique Hôpitaux de Paris Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité INSERM U- 698 Paris, France STEMI: Il faut u-liser

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

Revascularisation myocardique Etat des lieux en 2017

Revascularisation myocardique Etat des lieux en 2017 Revascularisation myocardique Etat des lieux en 2017 Conflits d intérêts Aucun dans le cadre de cette présentation Pr Pierre COSTE Pessac, France La réflexion sur les indications de revascularisation myocardique

Plus en détail

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris

Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Quel antithrombotique chez le sujet âgé? Pr Olivier Hanon Hôpital Broca, Paris Femmes, 83 ans, FA paroxystique, HTA, clairance = 43 ml/min Traitement? 1. AVK 2. AOD 3. Aspirine 4. Aucun Score = 4 (risque

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

A. Darif. Assises de l AMCAR Septembre 2016

A. Darif. Assises de l AMCAR Septembre 2016 A. Darif Assises de l AMCAR Septembre 2016 ESC en chiffres Nouveautés Insuffisance cardiaque diastolique Nouveautés Insuffisance cardiaque diastolique Nouveautés Insuffisance cardiaque diastolique Guideline

Plus en détail

STEMI / La Thrombolyse

STEMI / La Thrombolyse ESC STEMI / La Thrombolyse Les thrombolytiques activent la transformation du plasminogène en plasmine. La plasmine exerce une action protéolytique sur la fibrine des caillots mais aussi sur le fibrinogène

Plus en détail

Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST?

Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST? Comment réduire le risque hémorragique dans l infarctus avec sus-décalage de ST? Pr Pierre Coste Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Université de Bordeaux 2 Qui sont les responsables des hémorragies?

Plus en détail

Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG,

Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG, Dr. Montalescot reports research Grants to the Institution or Consulting/Lecture Fees from ADIR, Amgen, AstraZeneca, Bayer, Berlin Chimie AG, Boehringer Ingelheim, Bristol-Myers Squibb, Beth Israel Deaconess

Plus en détail

Spécificités de la maladie coronaire de la femme

Spécificités de la maladie coronaire de la femme Spécificités de la maladie coronaire de la femme duction 2ics ite. Etienne PUYMIRAT Département de Cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes Déclaration d intérêt : Interventions

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, mars 2015 Situation infirmière clinique

Plus en détail

Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne

Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne Antithrombotiques et chirurgie vitréorétinienne Résumé : Plus d un million de Français bénéficient aujourd hui d un traitement antiagrégant plaquettaire, notamment au-delà de 60 ans. Cette population âgée

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus 30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC Laroche Jean Pierre / Christine Jurus Rappel : EPP AOMI Mars 2012 Corinne ELHARAR elharar.corinne@wanadoo.fr Jean Pierre LAROCHE echoraljp@free.fr

Plus en détail

Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD. I do not have any poten>al conflict of interest

Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD. I do not have any poten>al conflict of interest Speaker s name: Thomas Cuisset, MD, PhD X I have the following poten>al conflicts of interest to report: x Consul*ng: Astra Zeneca, Daiichi Sankyo, Eli Lilly, Medicines Company Employment in industry Stockholder

Plus en détail

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque

Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Journées nationales du GERS 5 octobre 2012 Strasbourg Baisse sélective de la fréquence cardiaque Interrogations pratiques en Réadaptation cardiaque Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts : symposium

Plus en détail

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011

SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants. Les Recommandations Nicolas Delarche. Biarritz le 09/06/2011 SCA à haut risque: Optimisation de l association anticoagulantsantiagrégants Les Recommandations 2010 Nicolas Delarche Biarritz le 09/06/2011 Conflits d intérêt: consultant pour Medicine Company Guidelines

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Seminaire DES 19/11/2010 O. Colussi Antagrégants: Introducton Problème d actualité: 1 million de porteurs de stents coronaires

Plus en détail

Les patients diabétiques représentent

Les patients diabétiques représentent Qui, quand, comment revasculariser le diabétique? DOSSIER C. Le Feuvre Institut de cardiologie, Centre hospitalo-universitaire de la Pitié-Salpêtrière, Paris claude.lefeuvre@psl.aphp.fr Le diabète augmente

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France

v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France v La maladie coronarienne en France et en Grande Bretagne v Statistiques sur SCA ST+ dans les deux pays v Notre centre en France v Présentation des centres en Grande Bretagne v Comparatifs des pratiques

Plus en détail