Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi"

Transcription

1 Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Dans le cadre de la préparation de la réunion du 12 avril 28, la Société d Anesthésie de Charleroi (SAC) a procédé à une petite enquête déclarative concernant la gestion des médications anti-plaquettaires et anticoagulantes en période péri-opératoire. Deux cas cliniques ont été proposés. Ces deux cas avaient été initialement présentés et débattus au cours du Congrès de la SFAR 27, à Paris, avec les experts français, invités à notre réunion. Ces cas cliniques ont donc été débattus au cours de la réunion de la SAC. Vous trouverez quelques éléments de réponse sur le compte-rendu de la réunion ( Nous tenons à vous remercier vivement pour votre collaboration (total de 8 réponses). Premier cas clinique, premier scénario 65 ans,lobectomie inférieure gauche prévue le 28 juin 27, soit le lendemain de la visite anesthésiste. HTA traitée par Co-aprovel et Amlor. Trois stents en juin 26 et un quatrième en janvier 27. Plavix (AAG) et aspirine (AA) en cours.tendance hémorragique Je diffère Je ne diffère pas Je ne sais pas Commentaire : Plus de 9% des anesthésistes décident de faire différer l intervention. Le questionnaire oriente ensuite la situation en supposant que tous les agents antiplaquettaires en cours sont arrêtés pendant les quelques jours pré-opératoires.

2 n= Arrêt sans substitution HBPM prophylactique HBPM thérapeutique Je ne sais pas Commentaire : durant la période pré-opératoire (durée non précisée dans l enquête), 4% environ des anesthésistes réalisent une substitution par HBPM prophylactiques, 34% par HBPM thérapeutiques, 18% proposent un arrêt du traitement en cours sans substitution. Quant aux commentaires généraux concernant cette situation, on notera essentiellement le souhait d obtenir des précisions sur le type de stents (actifs ou non, sur la chronologie de pose des stents, ). La question de l analgésie péridurale est également posée. Les experts ont apportés quelques éléments de réponse dans la discussion. Premier cas clinique, deuxième scénario En fait, le Plavix a été stoppé depuis plusieurs jours mais le patient est toujours sous aspirine. 73% des anesthésistes ne diffèrent pas l intervention chirurgicale, prévue le lendemain. Parmi ceux qui proposent de différer l intervention du patient sous aspirine, la majorité (75%) proposent une substitution par HBPM prophylactiques.

3 Patient sous aspirine, Plavix stoppé Je ne diffère pas l'intervention et... 6% 24% 48% 22% "Routine" Taux de plaquettes Temps de saignement Les deux Commentaire : parmi les anesthésistes qui ne diffèrent l intervention, 5% environ proposent de réaliser l intervention dans une procédure de «routine» en ce qui concerne la stratégie pré-opératoire.. A noter donc que les autres anesthésistes prévoient de baser leur stratégie soit sur le temps de saignement, soit sur le taux de plaquettes, soit sur les deux. Quelle stratégie adoptez-vous vis-à-vis des inhibiteurs de l enzyme de conversion? Mon point de vue sur les inhibiteurs de l'enzyme de conversion n=69 1% 3% 87% Arrêt qques jours avant Jusque la veille au soir Le matin de l'intervention

4 Commentaire : on note donc une position assez générale ; 9% environ des anesthésistes administrent l IEC jusqu à la veille au soir. A noter cependant que certains proposent de prendre en compte la demi-vie de la molécule ainsi que l indication de ce traitement (arrêt la veille si IEC pour HTA, maintenir l IEC même le jour de l intervention si IEC pour décompensation cardiaque). Quelle est ma stratégie post-opératoire? 25 n= Je temporise avec HBPM prophylactique s Je temporise avec HBPM thérape utique s Je ré-instaure AAG et Aspirine si OK Je ré-instaure AAG et Aspirine même si bleeding Commentaire : La stratégie est donc «partagée» entre les diverses propositions. La réinstauration «immédiate» du traitement (plavix et aspirine) est proposée par 16/54 des anesthésistes. Aucun anesthésiste ne ré-instaure immédiatement le traitement antiplaquettaire en présence d un saignement post-opératoire «anormal».

5 Deuxième cas clinique 75 ans, RTU 13/9/27, chirurgien en vacances ensuite et souhait du patient. Consultation le 9/9/27. Saint Jude mitral 1995, AIT 26. Sintrom, INR stable (4,5). Aspirine 75 mgr. Examen clinique banal, rythme régulier. Bonne FEVG, légère dilatation OG. 1% 1% 9% 92% 8% 7% 76% 69% 75% 6% 5% 4% 43% 3% 31% 2% 1% 1,5% 2% % Arrêt Sintrom Arrêt Aspirine Sans Substitution Substitution HBPM thérap INR chaque jour Vita K systématique Vita K en fct INR Refus Op si INR > 1.5 PPSB si INR élevé Commentaire : Tous les anesthésistes arrêtent le Sintrom, 75% arrêtent l aspirine. La substitution par HBPM «thérapeutiques» est la stratégie la plus communément admise. La vitamine K est prescrite en fonction de l INR. On trouve, dans les remarques et/ou suggestions, des réticences quant aux motifs (organisationnels, essentiellement) d une programmation opératoire aussi rapprochée (4 jours). Les risques hémorragiques d une telle intervention sont évoqués par de nombreux répondeurs. Les conférences et les éléments de la discussion se trouvent dans le compte-rendu de la réunion du 12 avril. Merci pour votre attention. Philippe Van Der Linden Thierry Sottiaux

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L AMYGDALECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE

ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE ACCUEIL DE JOUR D ALFORTVILLE EVALUATION PARTICIPATIVE DU PROJET DE SERVICE QUESTIONNAIRE A DESTINATION DES USAGERS Nous vous proposons de participer à l évaluation du projet de service. Votre participation

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes.

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Vous avez été nombreux à y répondre, nous vous en remercions et vous proposons

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE 1/ UNE PRÉSENTATION DES OBJECTIFS PRÉCIS DE FORMATION : Objectifs généraux : 5 Réduire la mortalité et la morbidité des maladies liées

Plus en détail

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible Risque thromboembolique en cas d interruption Risque thromboembolique faible Fibrillation auriculaire non valvulaire sans AVC, CHADS score 1-2 (tableau 2.) Thromboembolie veineuse > il y a 12 mois Embolie

Plus en détail

Retours 15/22 122 11 14 2 2/LE TRANSPORT

Retours 15/22 122 11 14 2 2/LE TRANSPORT 1/ACCUEIL ET ADMISSION ou 1.1 Lors de votre admission, avez-vous reçu? : un livret d'accueil 12 1 un projet d'établissement 11 un règlement de fonctionnement 10 1 1.2 En avez-vous pris connaissance? livret

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE

BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE L INFIRMIERE LIBERALE L infirmière libérale au cœur de l exercice pluriprofessionnel L Union régionale des Professionnelles de Santé (URPS) des Infirmière libérale a organisé

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Grille d autoévaluation en communication orale

Grille d autoévaluation en communication orale Fiche H-1 1 Grille d autoévaluation en communication orale Voici quelques informations qui vous permettront d utiliser efficacement la grille d autoévaluation en communication orale : 1. Avant de photocopier

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO Enquête Sparadrap : Anesthésie et pédiatrie Constat de la situation existante Un projet qui nous tient à cœur Dédramatiser l anesthésie Observation de troubles comportementaux liés à une anesthésie Anxiété

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE?

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? Dr Emilie BOISDIN, Pr Jean DOUCET Médecine Interne Gériatrie Thérapeutique Hôpital St Julien - CHU de Rouen DÉPRESCRIPTION: ENQUÊTE PROSPECTIVE

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire. Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes)

Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire. Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes) Rôle de l anesthésiste réanimateur dans l organisation en ambulatoire Dr Hubert Le Hétêt hublehetet@aol.com Polyclinique Sévigné (Rennes) Le triptyque : Patient-Acte- Structure Le patient EBM Souhait Environnement

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

Arrêt AVK et relais par héparine

Arrêt AVK et relais par héparine Arrêt AVK et relais par héparine Risque thrombo-embolique élevé Relais pré et postopératoire par héparine (HNF ou HBPM) à doses curatives Autres cas : en post-opératoire, relais par héparine à doses curatives

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation

Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation des revenus» Auteur: Agroscope Dépouillement centralisé des données comptables Version: v3.1_15.12.2015 ;

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

Prendre soin de vos implants dentaires

Prendre soin de vos implants dentaires Renseignements à l intention du patient sur les soins pour les implants dentaires Prendre soin de vos implants dentaires Plus que des nouvelles dents. Une nouvelle qualité de vie. Félicitations pour votre

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN

Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie. Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN Enquête dans les CLCC sur la pratique des RMM en Anesthésie Virginie Proust Centre Henri Becquerel ROUEN CREX patient ORL Mr N 56 ans, IMC 5, coronarien, stable ATCD IDM + stent 1998 TT med : Kardegic

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

ENQUETE SUR LES TEMPS PERISCOLAIRES. Le questionnaire a été distribué aux enfants des 2 écoles. 241 ENFANTS (2012 / 2013)

ENQUETE SUR LES TEMPS PERISCOLAIRES. Le questionnaire a été distribué aux enfants des 2 écoles. 241 ENFANTS (2012 / 2013) ENQUETE SUR LES TEMPS PERISCOLAIRES Le questionnaire a été distribué aux enfants des 2 écoles. 24 ENFANTS (202 / 203) PERSONNES AYANT REPONDU FEMME HOMME COUPLE UN PARENT AU FOYER SANS EMPLOI TC TNC COMMERCANT

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Mission Science N 1 : Fiche de l enseignant. Objectif : faire prendre conscience que la surface d'un liquide reste toujours horizontale.

Mission Science N 1 : Fiche de l enseignant. Objectif : faire prendre conscience que la surface d'un liquide reste toujours horizontale. Mission Science N 1 : Fiche de l enseignant Objectif : faire prendre conscience que la surface d'un liquide reste toujours horizontale. 1. Calendrier Inscription en ligne du 7 au 25 janvier Envoi par mail

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Monitorage de la qualité de la chirurgie, de la satisfaction des patients et de la qualité des données au cours des 3 à 6 mois suivant la chirurgie

Monitorage de la qualité de la chirurgie, de la satisfaction des patients et de la qualité des données au cours des 3 à 6 mois suivant la chirurgie Monitorage de la qualité de la chirurgie, de la satisfaction des patients et de la qualité des données au cours des 3 à 6 mois suivant la chirurgie du trichiasis Contexte: Le trachome cécitant et sa principale

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

Résultats enquête satisfaction clients 2015. Centre de Support Technique Groupe NVL

Résultats enquête satisfaction clients 2015. Centre de Support Technique Groupe NVL Résultats enquête satisfaction clients 2015 Centre de Support Technique Groupe NVL 1 Merci à tous! Nous tenons à remercier l ensemble de nos clients ayant participé à cette enquête. Nous avons tout particulièrement

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Pourquoi j en arrête l utilisation

Pourquoi j en arrête l utilisation Mon expérience avec les Flow Diverter Pourquoi j en arrête l utilisation Emmanuel Houdart Service de neuroradiologie, hôpital Lariboisière, Paris, France Résumé 6 patients (2 Silk / 4 Pipeline) 2 Décès

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h Président de la Communauté de communes du Pays de Livarot et Maire de la Commune de

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

La prépa intégrée pour réussir votre concours paramédical Psychomotricité, Aide- soignant, Auxiliaire de puériculture

La prépa intégrée pour réussir votre concours paramédical Psychomotricité, Aide- soignant, Auxiliaire de puériculture La prépa intégrée pour réussir votre concours paramédical Psychomotricité, Aide- soignant, Auxiliaire de puériculture PrépEMAP : réussir dans les métiers de la santé Le sanitaire : un secteur qui ne connaît

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse Conseil péri opératoire : Greffe osseuse AVANT L INTERVENTION CHIRURGICALE DE GREFFE OSSEUSE Afin de vous préparer à votre intervention chirurgicale de greffe osseuse, d assurer votre confort et d obtenir

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

présentation des résultats et analyse de l enquête 2015 23/09/2015

présentation des résultats et analyse de l enquête 2015 23/09/2015 présentation des résultats et analyse de l enquête 2015 23/09/2015 Description de l enquête 2015 Disponible sur http://goo.gl/forms/jfv7s63ccp Invitations envoyées aux membres par email le 20/08/2015 par

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Okibee, c'est simple:

Okibee, c'est simple: OKIBEE Planning est un logiciel qui crée, qui conçoit, qui élabore, qui fabrique, automatiquement et rapidement le planning de vos équipes en tenant compte des besoins du service, des souhaits des employés

Plus en détail

1 Rapport de mesure de la satisfaction du 1 er janvier au 31 décembre 2011 des patients du service de chirurgie ambulatoire.

1 Rapport de mesure de la satisfaction du 1 er janvier au 31 décembre 2011 des patients du service de chirurgie ambulatoire. Page 1/6 Nom Fonction Date Signature Rédaction Mme BRIERE Assistante Qualité Risques 18/01/2011 Validation Mlle Hervet Responsable Qualité Risques 18/01/2011 1 - Présentation du contexte L établissement

Plus en détail

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com

Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. SOFARTHRO.com Intérêt de l IRM cube 3D dans le diagnostique des ruptures partielles du LCA. Nicolas Lefevre (a)*, Yoann Bohu (a), Jean François Naouri (a), Serge Herman (b) (a) Clinique du sport Paris 5, 36 bd saint

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

Enquête de satisfaction DIRC GRAND OUEST Version 07/10/2011 1/9

Enquête de satisfaction DIRC GRAND OUEST Version 07/10/2011 1/9 RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION SUR LA FORMATION EN «RECHERCHE CLINIQUE» DISPENSEE LE // Enquête de satisfaction DIRC GRAND OUEST Version // /9 OBJECTIF & METHODE Evènement : Séminaire TEC CeNGEPS

Plus en détail

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL

SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL SATISFACTION AU TRAVAIL DES PROFESSIONNELS DE SANTE GRILLE DE RECUEIL Ce questionnaire aborde différents aspects de votre vie professionnelle ; pour chacun d eux, indiquez si vous l estimez plus ou moins

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos

L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos le 4 décembre 2008 1 La méthodologie de l étude Cette enquête a été menée du 7 au 24 octobre 2008 auprès de 403 DRH/RF et de

Plus en détail

Enquête de satisfaction. Consulat Général de France à Londres Octobre 2015

Enquête de satisfaction. Consulat Général de France à Londres Octobre 2015 Enquête de satisfaction Consulat Général de France à Londres Octobre 2015 Tendances générales Dans une perspective de mesure de la qualité du service et d amélioration des prestations offertes aux usagers,

Plus en détail

La proximité demande de la distance!

La proximité demande de la distance! La proximité demande de la distance! La juste place de l infirmière dans la sécurité du patient. Sophie Leruth Directrice de projets CMSE Nathalie Jacques Coordinatrice qualité CMSE SPF - Symposium sur

Plus en détail

Conduite périopératoire de l anticoagulation orale: exemples de situations et recommandations

Conduite périopératoire de l anticoagulation orale: exemples de situations et recommandations CABINET Forum Med Suisse N o 9 26 février 2003 213 Conduite périopératoire de l anticoagulation orale: exemples de situations et recommandations Barbara Meyer a, Corina Jende b, Daniel Rikli c, Walter

Plus en détail

Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014!

Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014! Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014! Centre de soins, d Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) Centre d Accueil et d Accompagnement

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Vous cherchez des réponses pratiques pour connaître les meilleures approches en soins de

Plus en détail

Prendre un bon départ

Prendre un bon départ Chapitre A Prendre un bon départ 1 - Avant-propos Un ordinateur sait très bien faire deux choses : Calculer, d oùle nomcomputer en anglais que l on pourrait traduire par calculateur. Placer des données

Plus en détail

Regards croisés sur le travail des plus de 50 ans dans le BTP

Regards croisés sur le travail des plus de 50 ans dans le BTP Regards croisés sur le travail des plus de 50 ans dans le BTP Etude épidémiologique menée auprès des salariés, employeurs et médecins Octobre 2006 Février 2007 Drs G. Araszkiewirz, L. Le Yoncourt M. Cros,

Plus en détail

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Emilie Teyssières Praticien hygiène Figeac / Villefranche de Rouergue / Decazeville Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Contexte de la RMM Ouverture de la médecine ambulatoire

Plus en détail

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès.

J ARRÊTE. www.nicorette.be. c est décidé, Avec. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. Avec c est décidé, J ARRÊTE. nicorette vous aide à arrêter de fumer avec succès. nicorette contient de la nicotine et est un médicament pour adultes. Garder hors de portée des enfants. Pas d utilisation

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 18 juillet 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-039782 Monsieur le Directeur Hôpital Pitié-Salpêtrière 83, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic La réussite thérapeutique repose sur la sensibilisation

Plus en détail