Matériaux de référence non nucléaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matériaux de référence non nucléaires"

Transcription

1 Matériaux de référence non nucléaires éférences [1] WDM (H.). 2nd nternational onthofen ymposium, mai 1996, onthofen, Germany (1996). [2] Y (M.) et coll. Qualité et assurance qualité en chimie analytique, 280, p Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation (1997). [3] CF (W..), GK (B.) et M (..). Quality management in chemical laboratories (Gestion de la qualité dans les laboratoires chimiques), lsevier cience ublishers B.., msterdam (1999). [4] GFD (F.M.). Quality assurance principles for analytical laboratories (rincipes d assurance de qualité pour les laboratoires analytiques), 2nd d., C nternational d., rlington, (1991). [5] CHD (.). Quality in the nalytical Chemistry aboratory (Qualité dans le laboratoire d analyse chimique), John Wiley & ons, Chichester, oyaume-ni (1995). [6] HTY (T.H.). Computerized Quality Control : rograms for the nalytical aboratory (Contrôle de qualité automatisé : programmes pour le laboratoire analytique), par hilippe Q et ddie M Cadres scientifiques à la Commission européenne, Direction générale de la echerche Bibliographie llis Horwood, Chichester, 2nd d., p. 99 (1990). [7] HWHT (W..). conomic Control of Quality of Manufactured roducts (Contrôle économique de la qualité des produits manufacturés), D. an strand Comp., ew York (1931). [8]. ses of Certified eference Materials (tilisation de matériaux de référence certifiés), Guide 33, nternational rganisation for tandardisation, Geneva, uisse (1998). [9] Q (h.) et M (..). nterlaboratory tudies and Certified eference Materials for nvironmental nalysis (Études interlaboratoires et matériaux de référence certifiés pour les analyses environnementales), lsevier, B : [10] W (J.,) et coll. Fresenius J. nal. Chem., 348, 418 (1994). [11] Q (h.). Method erformance tudies for peciation nalysis (Études de performance de méthodes pour les analyses de spéciation), oyal ociety of Chemistry, Cambridge (1998). [12]. Certification of eference Materials - General and tatistical rinciples (Certification de matériaux de référence - principes généraux et statistiques), Guide 35, nternational rganization for tandardization, Genève (1985). [13]. Contents of certificates of reference materials (Contenus des certificats des matériaux de référence), Guide 31, nternational rganization for tandardization, Genève (1981). [14] CF (W..) et W (D..). Mar. ollut. Bull., 29, 149 (1994). [15] TY (J.K.). tandard eference Materials - Handbook for M sers (Matériaux de référence certifiés - Manuel d utilisation), T pecial ublication, , ational nstitute of tandards and Technology, Gaithersburg,. [16] GÜZ (H.). ccreditation and quality assurance in analytical chemistry (ccréditation et assurance qualité en chimie analytique), pringer erlag, Berlin (1996). Dans les Techniques de l ngénieur Y (M.) et coll. Qualité et assurance qualité en chimie analytique. 280, traité nalyse et Caractérisation (1997). evues spécialisées l n existe pas à proprement parler de revues spécialisées traitant uniquement de matériaux de référence. Des informations sont publiées régulièrement dans les principaux journaux scientifiques traitant de chimie analytique fondamentale ou appliquée. n ouvrage de référence écrit par les auteurs de cet article (traitant essentiellement des essais interlaboratoires et des matériaux de référence pour les analyses environnementales) a été publié par lsevier en 1999 [9]. roducteurs de matériaux de référence l existe plus de 150 producteurs de matériaux de référence dans le monde. Des informations sur leurs produits peuvent être obtenues par le biais de la base de donnée CM qui est disponible au aboratoire ational d'ssais. l convient de noter qu en l absence de critères obligatoires en matière de qualité de production, en particulier l accréditation, il est difficile d évaluer la qualité de tous les matériaux disponibles sur le marché. armi les producteurs majeurs, citons deux organisations couvrant une large fourchette de types de matériaux et assurant une pérennité des stocks : ce sont, d une part, le BC (Bureau communautaire de référence) en urope (au sein de l MM, nstitut pour les matériaux de référence et les mesures, Centre commun de recherche de la Commission européenne) et, d autre part, le T (ational nstitute for tandards and Technology) aux États-nis. Ces deux organisations mettent à disposition des catalogues qui peuvent être obtenus à titre gratuit. D autres producteurs notables en urope, en particulier pour des matériaux industriels, sont le B (Bureau of nalysed amples) en Grande-Bretagne, le GC (aboratory of the Government Chemist) en Grande-Bretagne, et le BM (Bundesanstalt für Materialforschung- und rüfung) en llemagne. gence internationale de l énergie atomique ( basée à ienne, utriche) produit également des MC certifiés pour des substances radioactives et des matériaux de référence (non certifiés) pour l organisation de circuits interlaboratoires. D autres centres de production existent, mettant l accent sur des matériaux environnementaux, par exemple le Centre national de recherche canadien (CC, ttawa, Canada), le Centre national de recherche sur les MC (C, ékin, Chine), l nstitut national pour les sciences de l environnement (, Japon), etc. est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation Doc

2 MTÉX D ÉFÉC CÉ ormes pour le management de la qualité et l assurance de la qualité. artie 1 : ignes directrices pour leur sélection et utilisation ormes pour le management de la qualité et l assurance de la qualité. artie 2 : ignes directrices génériques pour l application de l 9001, l 9002 et l ormes pour le management de la qualité et l assurance de la qualité. artie 3 : ignes directrices pour l application de l 9001 : 1994 au développement, à es prix des matériaux varient bien évidemment en fonction de la nature et de la complexité des matrices certifiées. Quelques grammes de matériaux purs (par exemple alliages) coûtent entre 60 et 200 euros ; le prix d ampoules de matériaux pour des analyses cliniques (par exemple sérum, sang) peut être dans les mêmes fourchettes, alors que des matériaux matriciels (par exemple boues résiduelles, sédiments, etc.) peuvent coûter jusqu à 300 euros par unité. ormalisation Données économiques la mise à disposition, à l installation et à la maintenance du logiciel ormes pour la gestion de la qualité et l assurance de la qualité. artie 4 : Guide de gestion du programme de sûreté de fonctionnement ystèmes de management environnemental. /C rescriptions générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnages et d essais Critères généraux concernant le fonctionnement de laboratoires d essais. Ces différences de coûts sont bien évidemment liées aux coûts de production (entre et euros en fonction de la complexité du matériau et de la nécessité de mettre en œuvre des études de faisabilité et interlaboratoires) et du nombre d unités produites, et aux coûts de stockage (plusieurs ordres de grandeur en fonction du fait que le matériau est stocké à température ambiante, à + 4 o C dans des réfrigérateurs ou à 20 o C en chambre froide). xemples de matériaux de référence (tableau ) Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) ÉDMT acustre CM 280 Éléments traces BC CM 601 Éléments extractibles BC C 2 CB-H W WQB Éléments traces W De rivière CM 320 Éléments traces BC M 2704a Éléments majeurs/traces T M 1939a CB T C 3 CB-H W H1 Éléments majeurs/traces W GD Éléments majeurs/traces C GBW Éléments traces C stuarien CM 277 Éléments traces BC CM 580 Hg + MeHg BC M 1646 Éléments traces T M 1 Éléments majeurs/traces CC BT 1 Hg CC Marin C-1, H-1 and H-2 CB CC H 3-6 H CC BC-1 Éléments majeurs/traces CC GBW Éléments majeurs/traces C ortuaire M 1941a H - CB - C T C1 H W C-1 Éléments traces + TBT CC H 1-2 CB CC CM 646 Butyl- et phényl-n BC (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) C : chlorophénols : nvironmental rotection gency (États-nis) H : hydrocarbures aromatiques polycycliques : gence internationale de l énergie atomique (utriche) CB : composés biphényles polychlorés : stituto uperiore di anità (talie) C : pesticides organochlorés : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) C : pentachlorophénols T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes Doc est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation

3 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) Côtier CM 462 Butyl- et phényl-n BC ortuaire (rivière) CM 535 H BC CM 536 CB BC Fluvial GBW à 312 Éléments majeurs/traces C GD Éléments majeurs/traces C M 46, 51 et 52 Éléments majeurs/traces B acustre 2 Éléments majeurs/traces ntarctique MT- 1 Éléments traces BC/ rgileux CM 141 Éléments traces BC ableux CM 142 (teneurs totales et eau régale) BC mendés CM 143 BC CM Éléments extractables BC ols agricoles M Éléments majeurs/traces T Calcaire CM 600 Éléments extractables BC ndustriel CM 524 H-C BC CM 481 CB BC CM CDD/F + CB - C BC ndustriel H gricole GBW Éléments majeurs/traces C Brun G 1 Éléments majeurs/traces C Désertique G 2 Éléments majeurs/traces C Brun-jaune G 3 Éléments majeurs/traces C Jaune G 4 Éléments majeurs/traces C Jaune-rouge G 5-6 Éléments majeurs/traces C atérite G 7 Éléments majeurs/traces C œss G 8 Éléments majeurs/traces C iche en sédiment M 42 Éléments majeurs/traces C as d information GBW Éléments majeurs/traces C Éléments traces B ÉD Domestique CM 144 Éléments traces BC ndustrielle CM 146 Éléments traces BC rigine mixte CM 145 Éléments traces BC CM 088 H BC CM 392 CB BC CM 597 Cr BC Boue de séparateur CM 677 CDD-CDF BC H CD et È Cendre de charbon CM 038 Éléments traces BC M 1633b Éléments traces T M Éléments majeurs T GBW Éléments traces C Cendre d incinérateur CM 176 Éléments traces BC CM 490 CDD-CDF BC C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation Doc

4 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) xtrait de centre CM 429 CDD-CDF BC Cendre d incinérateur Éléments traces Éléments traces Cendre Éléments traces Cendre sur filtre CM 128 Éléments traces BC oussière de soudure CM 545 Cr () + Cr soluble BC oussière urbaine M 1649a H T M 1648 Éléments traces T oussière urbaine CM 605 b(ch 3 ) 3 BC articules de diesel M 1650a H T M 2975 H T xtrait de particules de diesel M 1975 H T Émission de véhicule 8 Éléments traces X Douce CM Éléments majeurs/traces BC CM itrates BC Marine CM 403 Éléments traces BC CM 179 Hg BC C-2 Éléments traces CC -4 Éléments traces CC Conductivité stuarienne W-1 Conductivité CC CM 505 Conductivité BC luviale CM Éléments majeurs BC M 2694b Éléments majeurs T Douce M 1643d Éléments traces T M 1641 Hg T -MW apports isotopiques stables de et H Douce lyophylisée CM 606 apports isotopiques BC CM 544 esticides polaires BC outerraine CM Cr(), Cr() BC CM Éléments traces BC CM Bromure BC aturelle M 1640 Éléments majeurs T De rivière 2 Éléments traces CC M 1 Éléments traces CC MCBG Micro-organismes dans de la poudre de lait CM 506 nterococcus faecium BC CM 527 nterobacter cloacae BC CM 594 scherichia coli BC DÉCHT Huiles minérales CM CB BC Huile de schiste M 1580 H, phénols T Huile de moteur et de transformateur M 1581 roclor T Huile brute M 1582 H-phénols T C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) Doc est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation

5 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) ÉCHT GZX dsorbés sur du Tenax CM 112 et 562 Benzène, toluène, m-xylène BC Tubes de perméation M T M 1629a 2 T GBW C GBW C GBW H 2 C GBW H 3 C GBW Cl 2 C Dans l air M C 2 T M C 2 T M C 2, 2 T M ox T M 1658a-1669b C T CH 4, C 3 H 8 T GBW CH 4 C GBW C 2 C GBW CH 4 C T BGQ Moule CM 278 Éléments traces BC M 1974a H T CM 477 TBT-DBT-MBT BC CM 682 CB BC M 2974 C-CB T M 1 cide domoïque CC GBW Éléments traces C Huître M 1566b Éléments traces T Crevette GBW Éléments traces C Homard TT-1-T-1 Éléments traces CC Foie de poisson DT-1 Éléments traces CC Muscle de poisson DM-1 Éléments traces CC Muscle de morue CM 422 MeHg BC lancton CM 414 MeHg BC Tissu de poisson 11 MeHg 903 n + TBT Tissu de thon CM C BC CM 627 Hg + MeHg BC Graisse de baleine M 1945 Formes d arsenic T Huile de foie de morue M 1588 C-CB T CM 349 C-CB BC CM 598 CB BC Huile de maquereau CM 350 C BC ait en poudre CM 450 CB BC CM 607 CB BC CM CDD-CDF BC C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation Doc

6 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) Graisse de porc CM 430 C BC Huile de noix de coco CM C BC liments pour animaux CM 115 H BC ang de vache M 955b C T érum de bovin M 1598 b T érum humain M 1589a Éléments traces, roclor T rine de porc CM Hormones BC T lantes aquatiques CM Éléments traces BC CM 596 Cr BC aitue de mer CM 279 Éléments traces BC lgues argasse 9 Éléments traces Feuilles d olivier CM 062 Éléments traces BC Feuilles d agrume M 1572 Éléments traces T Feuilles de hêtre CM 100 Éléments traces + utriments BC iguilles de sapin CM 101 Éléments traces BC iguilles de pin M 1575 Éléments traces T ichen CM 482 Éléments traces BC égétation M 2695 Fluorure T Feuilles de pommier M 1515 Éléments traces T Feuilles de tomates M 1573a Éléments traces T Feuilles de pêcher M 1547 Éléments traces T DÉ MT Farine complète CM 189 Éléments traces BC Farine de seigle CM 381 ropriétés nutritionnelles BC Farine de blé CM 382 ropriétés nutritionnelles BC CM Déoxynivalénol BC Farine de maïs CM Déoxynivalénol BC Blé CM chratoxine BC ain brun CM 191 Éléments traces BC Haricots CM 383 ropriétés nutritionnelles BC CM 514 Fibres BC ait en poudre CM 380 ropriétés nutritionnelles BC CM 282 à 285 flatoxine M 1 BC CM 063 Éléments traces BC CM Éléments traces BC M Éléments traces T CM 507 almonella typhimur. BC CM 528 Bacillus cereus BC CM 595 isteria monocytogenes BC CM 421 itamines BC Cacahuète dégraissée CM flatoxine B1 BC Muscle de bovin CM 184 Éléments traces BC Foie de bovin CM 185 Éléments traces BC M 1577b Éléments traces T ein de porc CM 186 Éléments traces BC Muscle de porc CM 384 ropriétés nutritionnelles BC CM Chloramphénicol BC C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) Doc est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation

7 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) rotéine unicellulaire CM Éléments traces BC Graine de Colza CM Glucosinolate BC Carotte CM 515 Fibres BC omme CM 516 Fibres BC Huile de soja CM 517 Fibres BC Céréales CM 518 Fibres BC Farine de riz CM mylose BC Choux de Bruxelles CM 431 itamines BC liments de diète M 1544 cides gras-cholestérol T oudre d œuf M 1845 Cholestérol T ourriture pour bébés M 2383 itamines T Huiles et graisses Huile de soja-maïs CM 162 cides gras BC Graisse de porc-bœuf CM 430 cides gras BC Graisse de lait CM 164 cides gras BC Graisse de beurre CM 519 cides gras BC Margarine CM 122 tamines BC Beurre de cacahuète CM flatoxines BC Huile coco M 1563 Choléstérol BC DÉ MT MX oudre de foin CM 129 Éléments traces BC Herbe de seigle CM 281 Éléments traces BC Trèfle blanc CM 402 Éléments traces BC Denrée animale CM flatoxine B1 BC ÉM - G - T érum humain CM Ca, Mg et i BC CM Cortisol BC CM rogestérone BC CM polipoprotéines BC CM bêta-estradiol BC CM Créatinine BC M 909b aramètres biomédicaux T M 956a Électrolytes T M 965 Glucose T M 968b itamines T M 1951a ipides T M 1952a Cholestérol T ang M 955b b T ang de bœuf CM 194 to 196 Cd et b BC érum de bœuf M 1598 Éléments majeurs/traces T ein de porc CM 319 Gamma-glutamyl transférase BC ein de porc CM 371 lkaline phosphatase BC Cœur de porc CM 426 lanine aminotransférase BC lacenta humain CM 299 Créatine kinase BB BC Cendre d os M 1400 Éléments T Farine d os M 1486 Éléments T C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation Doc

8 MTÉX D ÉFÉC CÉ Tableau xemples de quelques MC récents pour le contrôle de qualité d analyses (non nucléaires) (suite) Type o MC aramètre certifié (1) roducteur (2) rine humaine M 2670 Métaux toxiques T M 2671a Fluorure T M 2672a Hg T M 1507b THC 9 CH T M 1508a Benzoylecgonine T M 1511 Drogues multiples T M 2381 Morphine-codéine T M 2382 Morphine glucuron T M 8444 Cotinine T Cheveux humains M Drogues T CM 397 Éléments traces BC TÉ Thromboplastine bovine CM 148 Temps de coagulation BC Thromboplastine de lapin CM 149 Temps de coagulation BC polipoprotéines CM Masse BC lphafœtoprotéine CM 486 Masse BC Thyroglobuline CM 457 Masse BC rotéines de sérum CM 470 Masse BC Haemiglobincyanide CM 522 Masse BC Créatinine M 914a ureté T Bilirubine M 916a ureté T C : chlorophénols H : hydrocarbures aromatiques polycycliques CB : composés biphényles polychlorés C : pesticides organochlorés C : pentachlorophénols CDD : polychlorodibenzodioxines CDF : polychlorodibenzofuranes (2) BC : Bureau communautaire de référence (urope) : nvironmental rotection gency (États-nis) : gence internationale de l énergie atomique (utriche) : stituto uperiore di anità (talie) : nstitut national pour les sciences de l environnement (Japon) T : ational nstitute for tandards and Technologie () C : Centre national de recherche sur les MC (Chine) CC : Centre national de recherche canadien (Canada) W : ational Water esearch nstitute (Canada) B : outh frica Bureau of tandards (frique du ud) Doc est strictement interdite. Techniques de l ngénieur, traité nalyse et Caractérisation

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. 18 mai 2006 Cercle des Sciences Analytiques

Laboratoire national de métrologie et d essais. 18 mai 2006 Cercle des Sciences Analytiques Laboratoire national de métrologie et d essais 1 Justesse des analyses : utilisation des matériaux de référence certifiés et des essais d aptitude Cédric Rivier 18 mai 2006 Justesse - Définition «Etroitesse

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

tie vitalité g tei é t i l a t i v www.mnt.fr

tie vitalité g tei é t i l a t i v www.mnt.fr garantie vitalité garantie vitalité www.mnt.fr La vitamine Vitamine de la vue A Une alimentation équilibrée et variée, riche en fruits et en légumes, est la meilleure alliée de votre santé.c est elle qui

Plus en détail

ALIMENTATION PLAN ET METHODE

ALIMENTATION PLAN ET METHODE ALIMENTATION PLAN ET METHODE 3 Rôles ; Sociologique communication, échange. Psychologique goût, plaisir. Nutritionnel apport d éléments indispensables (vitam., minéraux, énerg.) Comment? MANGER DE TOUT

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES ALIMENTATION

ESSAIS INTERLABORATOIRES ALIMENTATION ESSAIS INTERLABORATOIRES ALIMENTATION A20 Produits diététiques et étiquetage nutritionnel A21 Corps gras A21a Huile d olive : analyses physico-chimiques 21b Huile d olive : analyses sensorielles A26b Acides

Plus en détail

Prestations de services Analyses Agroalimentaire

Prestations de services Analyses Agroalimentaire Prestations de services Analyses Agroalimentaire EURL WANYLAB Laboratoire de contrôle de la qualité et de conformité Autorisé par Décision du Ministère du Commerce N 52/2011 du 12/09/2011. Ecole de formation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

BELAC 2-105 Rev 3-2015

BELAC 2-105 Rev 3-2015 BELAC 2-105 Rev 3-2015 CRITÈRES AUXQUELS DOIVENT RÉPONDRE LES LABORATOIRES ACCRÉDITÉS DEMANDEURS D'UN DOMAINE D'APPLICATION FLEXIBLE POUR LES ANALYSES CONCERNANT LES ANALYTES REPRIS DANS LA DIRECTIVE 96/23/CE

Plus en détail

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ...

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ... INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE : Nourriture disponible par personne Quantité [kcal/personne/jour] 1996 2001 2006 Disponibilité alimentaire 2033 2162 2354 2586 Source:

Plus en détail

Les Protéines. Session 2

Les Protéines. Session 2 Les Protéines Session 2 Challenge de la semaine Faisons le point sur notre semaine Challenge12sem-S2-Proteines-Dec2012 2 Nos besoins quotidiens Protéines Contribuent au maintien de la masse musculaire

Plus en détail

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation.

L ensemble de ces besoins est satisfait par les nutriments apportés par l alimentation. B E S O I N S N U T R I T I O N N E L S E T A P P O R T S R E C C O M M A N D E S L organisme demande pour son bon fonctionnement la satisfaction de trois types de besoins : Besoins énergétiques : l individu

Plus en détail

Lire les étiquettes d information nutritionnelle

Lire les étiquettes d information nutritionnelle Lire les étiquettes d information nutritionnelle Au Canada, on trouve des étiquettes d information nutritionnelle sur les emballages d aliments. Ces étiquettes aident les consommateurs à comparer les produits

Plus en détail

le laboratoire d'expertises et d'analyses alimentaires

le laboratoire d'expertises et d'analyses alimentaires Laboratoire accrédité (n o 131) selon les exigences ISO/CEI 17025 par le Conseil canadien des normes le laboratoire d'expertises et d'analyses alimentaires Au service de la collectivité québécoise Le Laboratoire

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Comment gérer au quotidien son allergie alimentaire? Pour toutes questions n hésitez pas à contacter la diététicienne du RAFT 03.81.21.84.36 raft-diet@chu-besancon.fr Voici quelques conseils, par Angélique

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

INVENTAIRE DES MRC DISPONIBLES POUR LES SUBSTANCES PRIORITAIRES DE LA DCE LISTE ACTUALISATION 2011

INVENTAIRE DES MRC DISPONIBLES POUR LES SUBSTANCES PRIORITAIRES DE LA DCE LISTE ACTUALISATION 2011 INVENTAIRE DES MRC DISPONIBLES POUR LES SUBSTANCES PRIORITAIRES DE LA DCE LISTE ACTUALISATION 2011 Action I-A-03 : amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et d analyses chimiques

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Fiche technique Fours Moelleux 1

Fiche technique Fours Moelleux 1 1 Photo non contractuelle Mise en œuvre : Sortir du congélateur, percer le film plastique, laisser décongeler 4H en chambre froide à 4 C boîte fermée. Ouvrir la boîte, ôter le film et servir. (Ne pas recongeler

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

Qualité/Prix/Choix. www.landi.ch

Qualité/Prix/Choix. www.landi.ch 2013 Qualité/Prix/Choix www.landi.ch Rien n est trop bon pour le meilleur ami de l homme! Aliments pour chiens bitsdog: des produits de haute qualité pour une alimentation équilibrée qui tient compte des

Plus en détail

III/5260-rev5 /98 - FR 21 décembre 1998

III/5260-rev5 /98 - FR 21 décembre 1998 III/5260-rev5 /98 - FR 21 décembre 1998 Orientations Générales relatives à la mise en oeuvre du principe de la déclaration quantitative des ingrédients (QUID) Article 7 de la directive 79/112/CEE tel que

Plus en détail

ANALYSES DES DENREES ALIMENTAIRES

ANALYSES DES DENREES ALIMENTAIRES CATALOGUE DES ESSAIS SUR LES DENREES ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 2014 ANALYSES DES DENREES ALIMENTAIRES Page 1 sur 16 ANALYSES MICROBIOLOGIQUES Code Nature de l'essai Dénombrement des micro-organismes

Plus en détail

FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement

FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement &H FICHE RADIONUCLÉIDE &pulxpet environnement Cette fiche résume le comportement de l'élément chimique dans les principaux compartiments des écosystèmes terrestres et aquatiques, sous les deux hypothèses

Plus en détail

Efficacité d utilisation de l énergie : Méthodologie

Efficacité d utilisation de l énergie : Méthodologie Supplément technique sur les indicateurs agroenvironnementaux Efficacité d utilisation de l énergie : Méthodologie Auteurs : A. Piau et M. Korol Nom de l indicateur : Ratio de l efficacité d utilisation

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D APPRECIATION DES COMPAGNIES

QUESTIONNAIRE D APPRECIATION DES COMPAGNIES QUESTIONNAIRE D APPRECIATION DES COMPAGNIES D INSPECTION ET/OU DE SUPERINTENDANCE À l attention de notre partenaire ou futur partenaire d inspection et/ou de superintendance : Selon les règles et procédures

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 Menus Basses Calories à 1800kcal 1 verre de jus de pamplemousse 1 yaourt à 0% de matière grasse 2 tranches de pain aux noix (40g) 100 g de poulet 1 branche de céleri emincé 1 petite tomate 50 g de mais

Plus en détail

CATALOGUE DES METS CUISINÉS. - www.marche-select.com - 1-438-888-3365

CATALOGUE DES METS CUISINÉS. - www.marche-select.com - 1-438-888-3365 CATALOGUE DES METS CUISINÉS - www.marche-select.com - 1-438-888-3365 Poitrine de poulet grillée à la moutarde de Meaux Ingrédients : Purée de pommes de terre et patates douces, sauce à la moutarde de Meaux,

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le beurre?

Factsheet Qu est-ce que le beurre? Factsheet Qu est-ce que le beurre? Description du produit: Le beurre est une matière grasse facile à tartiner, produite exclusivement à partir de crème de lait. Le beurre est composé à 100% de lait pur

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

L Energie bois pour les installateurs de chauffage 03/04/12

L Energie bois pour les installateurs de chauffage 03/04/12 L Energie bois pour les installateurs de chauffage 03/04/12 Les différents combustibles Pourquoi? Le granulés de bois Le bois déchiqueté Les autres formes de biomasse Conséquences du changement climatique

Plus en détail

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Nutrition santé cardiaque Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Les sujets du jour Les directives pour une saine alimentation; Bien manger avec le Guide alimentaire canadien;

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

TECHNOLOGIE CULINAIRE

TECHNOLOGIE CULINAIRE TECHNOLOGIE CULINAIRE Durée de l épreuve : heure Matériel autorisé : aucun Nombre de feuilles : /7 QUESTIONS ANNEXES QUESTIONS BEP SUR 4 points QUESTIONS BAC PRO TOTAL Annexe : Bon de livraison points

Plus en détail

L alimentation des 4-18 mois

L alimentation des 4-18 mois Vers l âge de 1 an Bébé a grandi de 25 cm, il mange à la petite cuillère et aime encore son biberon, comment composer ses repas entre 12 et 18 mois? L alimentation des 4-18 mois Petit déjeuner Biberon

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans.

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. De la naissance à 4 mois: uniquement du lait! Lait maternel ou lait premier âge (=préparation pour nourrissons). En pratique Quantité quotidienne

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

60 produits solidaires pour les familles

60 produits solidaires pour les familles 60 produits solidaires pour les familles Une mobilisation de tous les acteurs Éleveurs Maraîchers Produits frais Produits secs GMS Conseil Général agriculteurs Droguerie Enseignes Transformateurs Manufacturiers

Plus en détail

Analyse des PCB dans les biotes marins

Analyse des PCB dans les biotes marins Analyse des PCB dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

CATALOGUE 2011 DES PRESTATIONS DU LABORATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA SARTHE Analyses de Chimie : analyse micropolluants dans les aliments

CATALOGUE 2011 DES PRESTATIONS DU LABORATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA SARTHE Analyses de Chimie : analyse micropolluants dans les aliments Analyses de Chimie : analyse micropolluants dans les aliments Informations générales : Le Laboratoire Départemental de la Sarthe est accrédité sous le numéro 1-0803 pour les programmes 99-1, 99-2, 99-5,

Plus en détail

Remarquez que dans cette première leçon, l exercice

Remarquez que dans cette première leçon, l exercice Comment faire des graisses vos Remarquez que dans cette première leçon, l exercice dont vous parle Danièle a pour vocation de vous aider à trouver votre équilibre et à vous concentrer. Et elle précise

Plus en détail

Et on doit la sortir de plus en plus souvent. Elle n arrive même plus à enfiler ses sacspoubelle! Elle est de plus en plus lourde. Une seule solution!

Et on doit la sortir de plus en plus souvent. Elle n arrive même plus à enfiler ses sacspoubelle! Elle est de plus en plus lourde. Une seule solution! Elle est de plus en plus lourde. Et on doit la sortir de plus en plus souvent Elle n arrive même plus à enfiler ses sacspoubelle! Une seule solution! La MRC Robert-Cliche Plan de gestion des matières

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE SUR LES ALIMENTS UNIVERSITÉ DE MONCTON Rapport annuel 2014-2015 Présenté au Sénat académique Juillet 2015

CENTRE DE RECHERCHE SUR LES ALIMENTS UNIVERSITÉ DE MONCTON Rapport annuel 2014-2015 Présenté au Sénat académique Juillet 2015 1 CENTRE DE RECHERCHE SUR LES ALIMENTS UNIVERSITÉ DE MONCTON Rapport annuel 2014-2015 Présenté au Sénat académique Juillet 2015 1. BILAN a) OBJECTIFS FIXÉS EN 2013-2014 ET RÉSULTATS OBTENUS Objectifs fixés

Plus en détail

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Les recommandations pour l alimentation

Plus en détail

ANALYSES PHYSICOCHIMIQUES. En Alimentation animale. devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr. Accréditation

ANALYSES PHYSICOCHIMIQUES. En Alimentation animale. devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr. Accréditation devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr ANALYSES HYSICOCHIMIQUES En Alimentation animale Accréditation Site de LOUFRAGAN Site de QUIMER Site de BREST 1-5676 1-1826 1-1827 22, ave. de la lage des Gueux

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO Le contexte règlementaire Ce document est la propriété d Ecocert. Il ne peut être reproduit sans son accord. Le contexte règlementaire La règlementation Le process/

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande

LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande LES ATELIERS DE PANIER MALIN : Une assiette équilibrée sans viande Houmous Pour 4personnes : 200g pois chiches (en conserve, poids égouttés) ; ½ piment rouge; quelques feuilles de coriandre (ou basilic)

Plus en détail

CRÉÉ POUR METTRE PLUS DE VIE DANS VOTRE ANIMAL.

CRÉÉ POUR METTRE PLUS DE VIE DANS VOTRE ANIMAL. CRÉÉ POUR METTRE PLUS DE VIE DANS VOTRE ANIMAL. NOS CLIENTS NOUS ET MAINTES FOIS, Q ANIMAUX PRENNE Nous avons créé GO! riche en nutriments et l énergie métabolisable ; un véritable aliment de remise en

Plus en détail

Informations produit

Informations produit Informations produit Ce document légal doit être conservé en magasin et mis à la disposition des clients ou représentants chargés de faire respecter la loi sur demande. Version 8 mars 2015 60616 Gâteau

Plus en détail

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE 5.4 Le béton prêt à l emploi BPE L origine et le développement du BPE L appellation «Béton Prêt à l Emploi» (BPE) est réservée au béton préparé en usine dans des installations fixes (centrales) et transporté

Plus en détail

Etalonnage Raccordement métrologique. Métrologie Chimiométrie. I) Pourquoi "raccorder"? I) Pourquoi "raccorder"? Raccordement métrologique :

Etalonnage Raccordement métrologique. Métrologie Chimiométrie. I) Pourquoi raccorder? I) Pourquoi raccorder? Raccordement métrologique : Etalonnage Raccordement métrologique Raccordement métrologique : Métrologie Chimiométrie ETALONNAGE RACCORDEMENT METROLOGIQUE élément incontournable de la métrologie permet de valider les mesures effectuées

Plus en détail

VI. POISSONS ET PRODUITS DE LA MER

VI. POISSONS ET PRODUITS DE LA MER VI. POISSONS ET PRODUITS DE LA MER En Normandie Les produits de la mer tiennent une place prépondérante dans l'économie normande. La pêche côtière et hauturière offrent 80000 tonnes de poissons, coquillages

Plus en détail

L Alimentation Pour un Coeur Sain

L Alimentation Pour un Coeur Sain L Alimentation Pour un Coeur ain Une habitude d alimentation saine peut aider à réduire l hypertension, le cholestérol élevé et à perdre le poids excessif. Ceux-ci sont trois facteurs qui contribuent au

Plus en détail

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME Bonjour et Bienvenue DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME 1 LES PRODUITS CHIMIQUES Apprenons à les connaître pour bien se protéger! 2 2 Le règlement CLP (Classification, Labelling and Packaging of substances

Plus en détail

Echosde la micronutrition

Echosde la micronutrition N 8 N Spécial «Régime Crétois» édito... Vivre longtemps et bien portant n est-il pas notre souhait le plus cher? A ce titre, l extraordinaire longévité des Crétois a depuis longtemps intrigué médecins

Plus en détail

Par: Annyck Besso MSc. Diététique et Nutrition Université McGill. 2013 Annyck Besso Tous droits réservés Reproduction complète ou partielle interdite

Par: Annyck Besso MSc. Diététique et Nutrition Université McGill. 2013 Annyck Besso Tous droits réservés Reproduction complète ou partielle interdite Par: Annyck Besso MSc. Diététique et Nutrition Université McGill Glucides 50-60% des calories 3-5g/kg/jr Protéines 10-15% des calories 0.8g/kg/jr Lipides 25-35% des calories 0.5-1.5g/kg/jr 50% de nos calories

Plus en détail

Allergènes alimentaires

Allergènes alimentaires Bienvenue au Pôle Qualité de Allergènes alimentaires Contexte et réglementation au Canada L approche industrielle Denis Laureillard, ing. CONTEXTE ET RÉGLEMENTATION AU CANADA Un Allergène, une réaction

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

Description des produits de «Holzofenbäckerei Jakober» pour 2013

Description des produits de «Holzofenbäckerei Jakober» pour 2013 Description des produits de «Holzofenbäckerei Jakober» pour 2013 A. Pains 400 Pain au four à bois Bourgeon Farine de froment bise* CH+UE, eau, farine complète de froment* CH, farine complète de seigle*

Plus en détail

SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS

SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS Ligne directrice sur les exemples de repas SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS DÉJEUNER Catégorie Norme d aliments disponibles au repas Définition/Précision Choix santé Fruits Jus Plat principal Salade

Plus en détail

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

SPECIFICATIONS DES NOIX ET AMANDES DE KARITE

SPECIFICATIONS DES NOIX ET AMANDES DE KARITE x PN UEMOA xxxx : 011 ICS 67 SPECIFICATIONS DES NOIX ET AMANDES DE KARITE NORME HOMOLOGUEE PAR. LE.. Descripteurs: Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) 380, Av. du Professeur Joseph KI-ZERBO

Plus en détail

Tables des quantités / Calculs des quantités

Tables des quantités / Calculs des quantités C. à café C. à soupe 3 c. à café rases = env. 1 c. à soupe rase = env. 15 ml 1 c. à café, rase 1 c. à soupe, rase Contenance env. 5 ml Contenance env. 15 ml eau 5 g 15 g eau huile 4 g 12 g huile flocons

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie XI. En Normandie Parmi ses produits phares on se doit de citer la crème et le, dotés d une AOC, qui évoquent le terroir d Isigny : les méthodes de fabrication, la qualité de l herbe et le climat tempéré

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire EAU Seule boisson indispensable PRODUITS SUCRES Limiter le sucre : desserts sucrés, boissons sucrées (Sodas, sirop ) Des aliments pour une journée (1 part = 1 fois par jour) MATIERES

Plus en détail

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet

GESTION D UNE SALLE BLANCHE. Par Sylvain Triquet GESTION D UNE SALLE BLANCHE Par Sylvain Triquet Le 13/11/2007 Les outils pour maîtriser l'analyse de traces Salles blanches Hottes de soufflage à flux laminaire Filtres dit absolus (99,99..% arrêté) Lit

Plus en détail

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO CHIMIE INORGANIQUE Note explicative Les délais indiqués sont, à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction de l activité du laboratoire. Les délais indiqués correspondent aux délais analytiques incompressibles.

Plus en détail

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Formation continue experts et laboratoires «sols» Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Jambes 25 novembre 2014 1 Décret Sol : Application des procédures du CWEA Décret

Plus en détail

Approche de Santé Canada en matière de biosurveillance

Approche de Santé Canada en matière de biosurveillance Approche de Santé Canada en matière de biosurveillance Atelier sur la surveillance de l hygiène du milieu Février 2013 Douglas Haines Bureau de la surveillance des produits chimiques Direction des sciences

Plus en détail

Votre animal choisit nature s finest de Yarrah.

Votre animal choisit nature s finest de Yarrah. Votre animal choisit nature s finest de Yarrah. Certifiés biologiques, riches en nutriments, avec toutes les caractéristiques de goût, sans substances nocives c est ainsi que Yarrah BIOLOGIQUE prend soin

Plus en détail

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité Fiche conseil n 5 Faire du compost de qualité Faire du compost de qualité Réussir son compost Le composteur est désormais installé dans votre jardin, il faut maintenant l alimenter. Pour obtenir un compost

Plus en détail

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT 1. DE LA NAISSANCE JUSQU À 4 À 6 MOIS : ALIMENTATION LACTÉE C est la période de l alimentation lactée exclusive, jusqu à la diversification alimentaire. Le début de la diversification

Plus en détail

Vendu au rayon des surgelés. Pain sans gluten. par le leader scandinave des produits de boulangerie sans gluten, lactose et lait

Vendu au rayon des surgelés. Pain sans gluten. par le leader scandinave des produits de boulangerie sans gluten, lactose et lait Vendu au rayon des surgelés Pain sans gluten par le leader scandinave des produits de boulangerie sans gluten, lactose et lait Pain moulé - le pain toast parfait Vita Un pain blanc sain en tranches, parfait

Plus en détail

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants.

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. PRODUITS, prêts à consommer, en grammes ( ou 10%), REPAS PRINCIPAUX PAIN 10 20 30 40

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Edition Limitée CLASSIC 2. Spécial NOUVEL AN CHINOIS. recettes

Edition Limitée CLASSIC 2. Spécial NOUVEL AN CHINOIS. recettes CLASSIC 2 Edition Limitée 20 recettes Spécial NOUVEL AN CHINOIS 福 Bonheur 禄 Prospérité 春 Printemps Bonheur 寿 Longévité 春 Printemps Histoire et légende du Nouvel An Chinois A l origine, le mot chinois signifiant

Plus en détail

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux)

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) GUIDE 1 Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 modifié du 28 Juin 2007 Règlement (CE)

Plus en détail

Le CSCQ fête ses 40 ans

Le CSCQ fête ses 40 ans Le Centre Suisse de Contrôle de Qualité vous remercie de votre confiance et vous convie à son apéritif de jubilé le 12 Juin 2012 à 15:30 heures lors du congrès Swiss MedLab 2012 à Berne. Das Schweizerische

Plus en détail

Biorestauration au moyen de mycéliums. Roland Treu

Biorestauration au moyen de mycéliums. Roland Treu Biorestauration au moyen de mycéliums Roland Treu Aperçu Introduction : La pollution, un enjeu mondial, contexte canadien. La biorestauration au moyen de champignons (mycorestauration) Exemples de polluants

Plus en détail

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille La prime protéique Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille Les produits à base de protéines alimentaires possèdent une valeur

Plus en détail

St. Francis Herb Farm Téléconférence 8 avril 2014

St. Francis Herb Farm Téléconférence 8 avril 2014 St. Francis Herb Farm Téléconférence 8 avril 2014 St. Francis Herb Farm Une entreprise familiale canadienne au service de votre santé depuis 1988. Produits présentés : 1. Matrice minérale 2. Matrice Go

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Besoins particuliers des poupons

Besoins particuliers des poupons Au menu L alimentation du poupon Besoins particuliers des poupons Manipulation du lait maternel et des préparations commerciales pour nourrisson Introduction des aliments complémentaires Recommandations

Plus en détail

Crépy-en-Valois 20% de produits bio

Crépy-en-Valois 20% de produits bio Crépy-en-Valois 20% de produits bio Hervé Rousseau, responsable de la cuisine centrale Présentation de la cuisine centrale Gestion directe 900 convives (maternelle, élémentaire et adultes) + les centres

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

L alimentation équilibrée des petits (1-6 ans)

L alimentation équilibrée des petits (1-6 ans) L alimentation équilibrée des petits (1-6 ans) L alimentation joue un rôle important dans le développement de certaines maladies (maladies cardio- vasculaires, certains cancers, diabète, obésité, ostéoporose).

Plus en détail