Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole"

Transcription

1 Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures s taux renment dans le secteur agricole qui se basent sur les coûts historiques l actif pour la pério allant à. Le calcul est fondé sur les données, contenues dans une base, exploitations agricoles incorporées qui touchent un revenu ou ont un actif d au moins $. La base données a été créée par Statistique Canada et l Agence du revenu du Canada. Le renment l actif et le renment s constituent ux s mesures les plus répandues la rentabilité d une entreprise. Toutefois, on s appuie puis longtemps sur la valeur marchan s actifs pour déterminer le renment l actif ou celui s s exploitations agricoles. Plusieurs raisons font que, dans le secteur agricole, on évalue les actifs à la valeur marchan. D abord, dans ce secteur, les exploitations non constituées en société ne sont pas tenus produire bilan aux fins l impôt, en se basant sur la valeur marchan ou les coûts historiques. Ensuite, on produit un bilan en vue d obtenir du crédit et on évalue alors les actifs selon leur valeur marchan. Les taux renment calculés en fonction la valeur marchan ne peuvent pas se comparer au renment dans les autres secteurs. De plus, l évaluation s actifs à la valeur marchan plutôt qu en fonction s coûts historiques ou la valeur du coût d origine, sous-estime les taux renment. Par conséquent, il est utile calculer les taux renment en fonction s coûts d origine, afin d être en mesure comparer les renments du secteur agricole à d autres secteurs. Étant donné que seules les exploitations constituée en société produisent, aux fins l impôt, un bilan basé sur les coûts historiques, les taux renment dans ce bulletin et dans les prochains seront calculés uniquement pour les exploitations constituées en société. Dans ce bulletin, on présentera les différents taux renment fondés sur les renments annuels s exploitations agricoles au jour le jour, surtout les renments sur les actifs et le passif. On calculera également le niveau risque étant donné que les renments anticipés sont plus élevés lorsque le risque est plus grand. Ainsi, ce calcul sera réalisé en tenant compte la variance s renments au fil du temps. ENCADRÉ : Principales constatations Par comparaison avec les autres secteurs, c est dans le secteur du bœuf que le taux renment est actuellement le plus faible. Le secteur s serres est tous les secteurs celui où le renment est le plus élevé. Le niveau risque le plus élevé se trouve dans le secteur porcin. Le secteur laitier a le niveau risque le plus faible. Le niveau risque sur le renment l actif est relativement faible pour toutes les exploitations agricoles. TAUX DE RENDEMENT SELON LE TYPE D EXPLOITATION Ensemble s exploitations Au tableau, le renment l actif s établit à un peu moins, p. pour les années observées (-). Au tableau, le renment s se chiffre à un peu plus, p. au cours la même pério. La figure indique que les taux renment du secteur agricole ont été relativement stables au cours la pério à. Les paiements du gouvernement ont sans doute aidé à réduire le niveau risque étant donné qu ils La variance et l écart type qui lui est relié près sont s mesures la variabilité ou la largeur la répartition d une statistique. Dans le présent bulletin, plus la répartition est large en fonction d un renment moyen, plus l écart est élevé. Il s agit d une valeur remplacement visant à mesurer le risque.

2 doivent servir à stabiliser le revenu au cours s années faible revenu. Le niveau risque sur le renment s actifs (tableau ) était aussi plutôt faible à,. Encore une fois, le faible niveau risque peut s expliquer par le fait que les programmes gouvernementaux ont eu pour effet réduire le risque dans le secteur. Dans le prochain bulletin, nous mesurerons les effets s paiements gouvernementaux. TABLEAU RENDEMENT DE L ACTIF SELON LE TYPE D EXPLOITATION, - (%) RENDEMENT DE L ACTIF Moyenne ans,,,,, Niveau risque,,,,, RENDEMENT DE L ACTIF Moyenne ans Niveau risque FIGURE,,,, Niveau risque tel que mesuré par la variance. TABLEAU renment Toutes les exploitations renment renment Toutes Toutes les les exploitations exploitations Renment Renment Renment Renment s Renment s Renment Renment moyen s Renment moyen Renment Renment moyen moyen s Renment moyen s Renment moyen s bovines,,,,,, RENDEMENT DES CAPITAUX PROPRES SELON LE TYPE D EXPLOIT., - (%) RENDEMENT DES CAPITAUX PROPRES Moyenne ans,,,,, Niveau risque,,,,, RENDEMENT DES CAPITAUX PROPRES Moyenne ans,,,,, Niveau risque,,,,, Niveau risque tel que mesuré par la variance. On peut voir à la figure un graphique du renment l actif et du renment s pour la pério ans allant à. Le secteur bovin a le plus faible renment s actifs qui se situe à, p.. Pour ce secteur, le renment s s établit en moyenne à, p. pendant les années observées, ce qui en fait le renment le moins élevé tous les secteurs. Les effets l ESB expliquent les taux inférieurs renment pour et. En, le renment s est inférieur au renment l actif. Cela s explique par le niveau d enttement étant donné que le taux renment l actif était inférieur au coût du service la tte. Par conséquent, le manque à gagner a diminué le renment s s producteurs. Même si le secteur bovin a l un s plus faibles renments l actif et s, il a aussi l un s plus faibles niveaux risque à,, et il n y a que le secteur laitier où il soit moindre (,). FIGURE renment renment bovines renment bovines bovines Renment Renment Renment s Renment Renment s moyen s Renment Renment moyen moyen s Renment moyen s Renment moyen s porcines À la figure, le graphique illustre le renment s fermes porcines. Ces fermes ont le renment l actif le troisième moins élevé à, p. et le niveau risque le plus élevé tous les secteurs. Cela s explique par les grans fluctuations s prix du porc, soit, $/ lb en à, $/ lb en. Ainsi, leur niveau risque (,) est plus ux fois supérieur à celui s exploitations productrices céréales et d oléagineux qui se situe à,, exploitations dont le renment l actif est légèrement inférieur à, p.. Pour ce secteur, le renment s se chiffre en moyenne à, p. sur les années observées, mais il a varié considérablement en raison du cycle production porcine et, plus récemment, s prix plus élevés s aliments pour animaux. Le taux renment l actif est calculé en divisant le revenu net l exploitation agricole (rajusté en fonction l amortissement), plus les dépenses d intérêt, par le total l actif. Étant donné que le renment l actif équivaut à une combinaison du renment s et du taux paiement la tte, le taux renment l actif se situe entre le taux renment s et le taux payé sur la tte. En général, le renment l actif (RA) est inférieur au renment s (RCP) et est plus élevé que le renment la tte (RD), RD<RA<RCP. Toutefois, si le taux paiement la tte (le coût du service la tte) est plus élevé que le renment l actif, le renment s sera inférieur au renment l actif, soit RCP<RA<RD.

3 FIGURE avicoles Compte tenu s renments l actif, p., les exploitations avicoles se classent en troisième position à ce chapitre. Étant donné qu elles sont soumises à la gestion l offre, elles se voient garantir un profit qui découle du plus faible niveau risque (tableau ). Dans ce secteur, le renment s s établit à, p. sur les années observées. À la figure, le graphique s renments s exploitations avicoles) montre que le taux renment ces exploitations a diminué graduellement entre et en raison l augmentation rapi la valeur l actif ( p. ) par rapport aux revenus ( p. ). En, les ux taux renment ont diminué nettement en raison du prix plus élevé s aliments pour animaux comme cela a encore été le cas en. En, les taux renment ont augmenté en raison d une combinaison prix moins élevés s aliments pour animaux et l augmentation la formule avicole entraînée par le coût plus élevé s aliments pour animaux en. FIGURE renment Exploitation porcines renment renment Exploitation Exploitation porcines porcines Renment Renment Renment s Renment s Renment moyen s Renment moyen Renment moyen s Renment moyen s Renment moyen s renment avicoles renment renment avicoles avicoles Renment Renment Renment s Renment s Renment moyen s Renment Renment moyen moyen s Renment moyen s Renment moyen s laitières Dans l ensemble, le taux renment l actif s exploitations laitières a été peu élevé à, p. (figure ) tandis que le renment sur les équivalait en moyenne à, p. au cours la pério ans, étant donné que la valeur s quotas a réduit les taux renment. Toutefois, comme le secteur laitier est visé par la gestion l offre, il a le niveau risque le plus faible. Le taux renment s fermes laitières a diminué en et en raison du coût élevé s aliments pour animaux. En, les ux taux renment ont augmenté en flèche en raison la chute du prix s aliments pour animaux. Les taux renment ont encore une fois diminué légèrement en en raison du prix plus élevé s aliments pour animaux. FIGURE renment laitières renment renment laitières laitières Renment Renment Renment s Renment Renment s moyen s Renment moyen Renment moyen s Renment moyen s Renment moyen s Toutefois, le taux renment ne reflète pas nécessairement le renment réel du secteur. Il est nécessaire calculer l élément gains en capital étant donné que la plus-value s quotas, tant pour les produits laitiers que pour la volaille, aura d importantes répercussions sur le renment total l actif. On en discutera dans un bulletin subséquent. productrices céréales et d oléagineux Pendant la pério ans observée, le renment l actif s fermes productrices céréales et d oléagineux s est établi à, p. en moyenne, en raison d une combinaison sécheresse et d années faible prix s grains. Avec un niveau risque,, elles arrivent au troisième rang à ce chapitre, rrière les exploitations pommes terre et les exploitations porcines. Pour ce secteur, le renment s s élevait en moyenne à p. au cours la même pério ans. À la figure, le graphique s renments s fermes productrices céréales et d oléagineux montre que ces renments avaient diminué sensiblement en et en. En et

4 , ces ux taux renment ont augmenté en flèche en raison du prix élevé s céréales. FIGURE productrices pommes terre Les taux renment s exploitations productrices pommes terre ont augmenté entre et (figure ). En, les ux taux renment ont régressé nettement en raison s prix inférieurs. Les renments ont à nouveau augmenté légèrement en et en raison s augmentations prix même si les renments du Manitoba avaient diminué en en raison la mauvaise température. FIGURE renment productrices renment renment céréales et d'oléagineux productrices céréales et d'oléagineux productrices céréales et d'oléagineux Renment Renment Renment s Renment s Renment moyen s Renment moyen Renment moyen s Renment moyen s Renment moyen s renment productrices renment renment pommes terres productrices pommes terres productrices pommes terres Renment Renment s Renment Renment moyen s Renment Renment moyen s s Renment Renment moyen moyen s Renment moyen s Les exploitations pommes terre ont fait état d un taux renment légèrement supérieur à la moyenne, p.. Toutefois, face à un niveau risque,, elles se classaient au uxième rang, tout juste rrière les fermes porcines. Pour ce secteur, le renment s se chiffre en moyenne à, p. pour la pério ans à l étu. serricoles C est dans les exploitations serricoles que le taux renment l actif et s a été le plus élevé, puisqu il s établit à, p. et, p. respectivement au cours la pério visée ans. Au cours s rnières années, les taux renment du secteur serricole ont chuté en-çà la moyenne ans (figure ). Cela s explique par la construction nouveaux bâtiments, qui a entraîné une hausse du prix base. En, l exploitation serricole moyenne avait s actifs, million dollars comparés à, millions dollars en. FIGURE renment serricoles renment renment serricoles serricoles Renment Renment Renment s Renment Renment s moyen s Renment moyen Renment moyen s Renment moyen s Renment moyen s Les taux renment s exploitations serricoles doivent toutefois être situés dans leur contexte. En général, les entreprises serricoles n ont pas large assise foncière et leurs bâtiments se déprécient au fil du temps. Elles ne jouissent donc pas s gains en capital associés à certains secteurs, comme la production laitière. Elles doivent ainsi tirer la majeure partie leur renment l agriculture et non la plusvalue s immobilisations telles que la terre. Il faut calculer l élément gain en capital pour tous les secteurs avant pouvoir conclure que les exploitations serricoles constituent le secteur le plus profitable. productrices fruits et légumes À la figure, le graphique s renments s fermes productrices fruits et légumes montre que les taux renment ont diminué ces rnières années en raison s dépenses plus élevées. En, les prix plus élevés pour les fruits ont donné lieu à une augmentation en flèche s ux taux renment, même s ils sont restés inférieurs à la moyenne s années à l étu. À, p., le renment l actif s exploitations fruits et légumes était dépassé seulement par le renment du secteur serricole établi à, p.. Le niveau risque est aussi faible à,, le troisième niveau risque le plus bas après les secteurs laitier et bovin. Il faut aussi inclure l élément gains en capital pour que la comparaison avec les secteurs laitier et avicole soit juste. Pour ce secteur, le renment s s est établi à, p. au cours s années observées.

5 FIGURE renment productrices renment renment fruits et légumes productrices fruits et légumes productrices fruits et légumes Renment Renment Renment s Renment s Renment moyen s Renment moyen Renment moyen s Renment moyen s Renment moyen s Selon la Loi l'impôt sur le revenu, les entreprises dotées la personne morale sont tenues produire, aux fins l impôt, à la fois un état s résultats et un bilan. Il faut que les actifs inscrits au bilan y soient évalués en fonction leur coût d origine. Depuis, Statistique Canada recueille chaque année auprès l Agence du revenu du Canada les déclarations revenus s entreprises. Pour la présente analyse, nous avons eu recours aux données relatives aux exploitations agricoles ayant un revenu ou s actifs $ et plus. En, Statistique Canada avait s données concernant fermes constituées en personne morale et ce nombre, avaient s revenus $ ou plus ou s actifs $ ou plus. Ces données ont servi à calculer le renment l actif et le renment sur les en fonction du coût d origine s actifs. Résumé Ce bulletin compare le renment actuel l actif et celui s dans divers types d exploitations agricoles. Toutefois, il se peut qu à l avenir les taux renment varient en fonction l effet l augmentation du prix s céréales, s taux change et du coût production qui ont s répercussions sur le profit. Préparé par : John Caldwell Publication : F ISSN : - ISBN : ---- Catalogue : A-/--F-PDF Projet : --b Les fermes bovines ont les taux renment les plus faibles, par comparaison avec les autres types fermes. Les entreprises serricoles présentaient s renments actuels s plus élevés en raison s cultures à valeur élevée et la nécessité tirer la majeure partie leur renment l agriculture puisque les possibilités tirer s renments à l avenir la plus-value s immobilisations sont limitées. Toutefois, on s attend à ce que d autres secteurs aient un renment total supérieur une fois que l on aura tenu compte s gains en capital dans le renment total. En terme risque, les exploitations porcines sont celles qui ont le niveau risque le plus élevé tandis que les exploitations laitières signalent le niveau le plus faible. Sources

6 ANNEXE A RENDEMENT DE L ACTIF SELON LE TYPE D EXPLOITATION MÉDIANE (%) RENDEMENT DE L ACTIF,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, Moyenne ans,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, Moyenne ans,,,,,,,,,, Pour calculer le renment l actif, nous avons additionné le bénéfice net d exploitation déclaré aux fins l impôt avec les intérêts débiteurs déclarés et soustrait la déduction pour amortissement (DPA). Dans le cas s exploitations laitières et avicoles, nous avons également soustrait la dépense en capital admissible (DCA) attribuable aux quotas. Nous avons ensuite divisé le résultat obtenu par la valeur totale l actif au coût qui a été déclarée dans le bilan à la fin l exercice. Le renment annuel l actif est indiqué à l annexe A. Renment l actif = Bénéfice net DPA DCA + Intérêts débiteurs Valeur l actif

7 ANNEXE B RENDEMENT DES CAPITAUX PROPRES SELON LE TYPE D EXPL. MÉDIANE (%) RENDEMENT DES CAPITAUX PROPRES,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, Moyenne ans,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, Moyenne ans,,,,,,,,,, Pour calculer le renment s, nous avons soustrait la déduction pour amortissement (DPA) du bénéfice net d exploitation déclaré aux fins l impôt. Dans le cas s exploitations laitières et avicoles, nous avons également soustrait la dépense en capital admissible (DCA) attribuable aux quotas. Nous avons ensuite divisé le résultat par la valeur nette au coût qui a été déclarée dans le bilan en fin d exercice. Le renment annuel s est indiqué à l annexe B. Renment s = Bénéfice net DPA DCA Valeur nette

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015 Les hypothèques légales www.jlr.ca LES HYPOTHÈQUES LÉGALES Afin d observer les variations dans les mauvaises créances immobilières, les préavis d exercice et les délaissements sont

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005 1. Pouvoirs Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (le «Commissariat») a été créé en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, en vigueur depuis le 1 er juillet

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Les entreprises de distribution de radiodiffusion

Les entreprises de distribution de radiodiffusion Les entreprises de distribution de radiodiffusion A) Ensemble du Canada Entreprises et abonnements D un bout à l autre du Canada, près de douze millions de foyers sont abonnés à un service de distribution

Plus en détail

Canada-Vietnam. Pascal Tremblay. Publication n o 2014-60-F Le 22 juillet 2014

Canada-Vietnam. Pascal Tremblay. Publication n o 2014-60-F Le 22 juillet 2014 Canada-Vietnam Publication n o 214-6-F Le 22 juillet 214 Pascal Tremblay Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche parlementaires La Série

Plus en détail

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Étude préparée pour les villes de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa et Montréal Par Kelly Hill, Hill

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017

AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE CANADA. État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) Pour les exercices terminés le 31 mars 2016 et 2017 État des résultats prospectif consolidé (non audité) (en milliers de dollars) Charges Gestion des

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

La rentabilité en agriculture : taux de rendement et comparaison avec les autres secteurs (I-E)

La rentabilité en agriculture : taux de rendement et comparaison avec les autres secteurs (I-E) La rentabilité en agriculture : taux de rendement et comparaison avec les autres secteurs (I-E) Document présenté à la Conférence économique de Statistique Canada les 9 et 10 mai 2005 John Caldwell, Agriculture

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 3.24 Les impôts sur les bénéfices Question 1 Un de vos amis a récemment pris connaissance du rapport annuel d une société publique où il compte obtenir un emploi. Il vous demande

Plus en détail

Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE)

Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE) Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE) Le fichier du Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE), qui est élaboré et tenu par la Division de l analyse des entreprises et du marché

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008

Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008 Documents de recherche de la BDIM 2008 Sommaire Rapport de base de la BDIM 2008 Portrait provincial des résultats des immigrants : Revenus d emploi de 2001 à 2008 Mars 2012 Documents de recherche de la

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Canada-Arabie saoudite

Canada-Arabie saoudite Canada-Arabie saoudite Publication n o 214-14-F Le 19 janvier 215 Alexandre Gauthier Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche parlementaires

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 Mise à jour #30 Révisé Mai 2005 Fonds de Revenu de Retraite Immobilisé (FRRI) Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 EFFET DU RÈGLEMENT

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun N o 11-621-MIF au catalogue N o 024 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662-79675-6 Document analytique Analyse en bref L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun par Patrice Martineau Division

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Rapport présenté à Industrie Canada Avril 2001 Compas Inc. Multi-Audience Research Ottawa et

Plus en détail

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Canada-Mexique. Alexandre Gauthier* Katie Meredith. Publication n o 2011-136-F Le 15 novembre 2011

Canada-Mexique. Alexandre Gauthier* Katie Meredith. Publication n o 2011-136-F Le 15 novembre 2011 Canada-Mexique Publication n o 2011-136-F Le 15 novembre 2011 Alexandre Gauthier* Katie Meredith Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information et de recherche

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles Non classifié TAD/CA/APM/WP(2010)33 TAD/CA/APM/WP(2010)33 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 04-Nov-2010 Français

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

Tendance des mauvaises créances au Québec

Tendance des mauvaises créances au Québec ÉTUDE JLR 3 NOVEMBRE 2015 Tendance des mauvaises créances au Québec Octobre 2015 www.jlr.ca FAITS SAILLANTS En octobre 2015, 830 préavis d exercice ont été émis et publiés au Registre foncier, soit 9,3

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Canada-Afrique du Sud

Canada-Afrique du Sud Canada-Afrique du Sud Publication n o 2014-43-F Le 12 juin 2014 Michaël Lambert-Racine Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche parlementaires

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

les organismes recevant de l aide financière de tout palier de gouvernement mais qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement

les organismes recevant de l aide financière de tout palier de gouvernement mais qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement Impôt-santé des employeurs Ministère des Finances Janvier 2014 Exonération fiscale À compter du 1 er janvier 2014, le montant des frais de personnel annuels en Ontario qui seront exonérés de l impôt-santé

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Les chiens et les chats des Belges

Les chiens et les chats des Belges DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 juillet 2010 Les chiens et les chats des Belges Quelques conclusions En 2008, notre pays comptait 1.167.000 chiens et 1.974.000

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/48/43 17 mars 2006 COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION DU PROTOCOLE DE MONTREAL

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme

Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque Programme 1. Les mythes et les réalités de l économie d aujourd hui Aperçu de la crise du crédit Les coûts d emprunt et leurs conséquences

Plus en détail

EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE

EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE EXEMPLE DE RAPPORT RAPPORT DES COMPTABLES CONCERNANT LA PÉRIODE Au ministère de l Éducation ALLANT DU 1 er AVRIL 2005 AU 31 AOÛT 2005 I. À la demande du conseil scolaire de district ABC (le «conseil»),

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Canada-Pérou. Michaël Lambert-Racine Daniel Benatuil. Publication n o 2014-50-F Le 13 juin 2014

Canada-Pérou. Michaël Lambert-Racine Daniel Benatuil. Publication n o 2014-50-F Le 13 juin 2014 Canada-Pérou Publication n o 2014-50-F Le 13 juin 2014 Michaël Lambert-Racine Daniel Benatuil Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Canada-Belgique. Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff. Publication n o 2011-123-F Le 25 novembre 2011

Canada-Belgique. Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff. Publication n o 2011-123-F Le 25 novembre 2011 Canada-Belgique Publication n o 211-123-F Le 25 novembre 211 Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information et de recherche

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

le service d équilibrage

le service d équilibrage le service d équilibrage EN BREF COÛTS DU SERVICE D'ÉQUILIBRAGE Le service d équilibrage correspond à la gestion des variations entre les consommations d été et d hiver. La consommation de gaz naturel

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient?

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? Financement immobilier Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? L une des décisions les plus importantes que doivent prendre les propriétaires

Plus en détail

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Les prix quotidiens du café ont atteint au mois d août leur plus bas niveau depuis 19 mois, alors que les marchés des

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

Facturation annuelle (Avec hydromètres)

Facturation annuelle (Avec hydromètres) Cette annexe est un complément au document «facturation annuelle» et il explique la codification requise aux modules Gestion des hydromètres et Taxation, perception et comptes clients pour produire la

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail