MESURES DES CONCENTRATIONS EN OZONE, DIOXYDE D'AZOTE, PARTICULES FINES ET TRES FINES A POURCY EN 2015 Amélioration des outils de modélisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MESURES DES CONCENTRATIONS EN OZONE, DIOXYDE D'AZOTE, PARTICULES FINES ET TRES FINES A POURCY EN 2015 Amélioration des outils de modélisation"

Transcription

1 2015 MESURES DES CONCENTRATIONS EN OZONE, DIOXYDE D'AZOTE, PARTICULES FINES ET TRES FINES A POURCY EN 2015 Amélioration des outils de modélisation SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L AIR EN CHAMPAGNE-ARDENNE MDA, 2 rue Léon Patoux, CS 50001, Reims Cedex Tél : Fax : Website:

2 CONDITIONS DE DIFFUSION Diffusion libre pour une réutilisation ultérieure des données dans les conditions ci-dessous : Toute utilisation partielle ou totale de ce document devra porter la mention : "Source d'information ATMO CA- ETS-EDA ". Les données contenues dans ce document restent la propriété d'atmo Champagne- Ardenne. ATMO Champagne-Ardenne n est en aucune façon responsable des interprétations, travaux intellectuels et publications diverses issus de ce document et pour lesquels elle n aurait pas donné d accord préalable. PERSONNES EN CHARGE DU DOSSIER Rédaction : Estelle DANELON, Chargée d études Relecture : Ève CHRETIEN, Ingénieur responsable d études Approbation : Emmanuelle DRAB-SOMMESOUS, Directrice Référence du rapport : ETS-EDA Date de publication : 25/05/2016 1/19

3 Nous remercions la commune de Pourcy et la Maison du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims pour leur coopération et leur aide dans cette étude. 2/19

4 SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 I. PRESENTATION DU SITE DE MESURE... 5 II. EXPLOITATION DES DONNEES LES MESURES A POURCY COMPARAISON AUX DONNEES DE DEUX SITES DE MESURES : BOURGOGNE ET JEAN D AULAN Les sites de mesures Les moyennes annuelles Les maxima Les différents profils journaliers DEPASSEMENTS DES SEUILS REGLEMENTAIRES Les valeurs réglementaires et procédures d alerte Retour sur l épisode de pollution aux particules fines Retour sur l épisode de pollution à l ozone CONCLUSION ANNEXE SOURCE ET EFFETS DES POLLUANTS MESURÉS /19

5 INTRODUCTION ATMO Champagne-Ardenne est l association agréée par le Ministère de l Environnement, de l Énergie et de la Mer pour étudier et surveiller la qualité de l air sur la région. Pour cela, ATMO Champagne-Ardenne dispose de stations fixes de surveillance, mais également d outils de modélisation qui estiment les concentrations atmosphériques en polluant sur l ensemble d un territoire. Ainsi, il existe une plateforme qui couvre l ensemble de la Champagne-Ardenne, mais également d autres outils à plus grande échelle comme Prev Air à l échelle nationale, ou encore à plus fine échelle sur certaines grandes agglomérations de la région comme Reims Métropole avec Rem Air. Rem Air permet d évaluer la qualité de l air à l échelle de la rue sur l agglomération rémoise, mais aussi de scénariser l impact d actions potentielles sur celle-ci. Ces outils de modélisation utilisent les concentrations mesurées aux stations fixes. Afin de leur apporter de nouvelles données et améliorer ainsi leur paramétrage, des mesures complémentaires ont été entreprises en zone de fond rurale en Ces mesures, éloignées de toute source de pollution de l air, ont été réalisées à Pourcy, plus précisément à la Maison du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims. Les polluants mesurés sont les poussières fines (PM 10) et très fines (PM 2.5), l ozone (O 3) et le dioxyde d azote (NO 2). De plus, ces mesures permettent de bénéficier d un point de référence en zone rurale marnaise et de mieux estimer la contribution de l activité de l agglomération de Reims lors d'épisodes de pollution aux particules fines. 4/19

6 I. PRESENTATION DU SITE DE MESURE Les mesures sont réalisées à Pourcy, commune de 163 habitants, au sein de la Maison du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims. Les figures 1 et 2 présentent la localisation du site de mesure. Figure 1 : Localisation du site de mesure 5/19

7 Figure 2 : Emplacement du site de mesure à Pourcy Les mesures sont effectuées à l aide d une unité mobile, visible en figure 3 ci-dessous. Figure 3 : L'unité mobile de mesure 6/19

8 L unité mobile est équipée de quatre appareils de mesures, permettant de mesurer en continu : les particules fines (PM 10), les particules très fines (PM 2.5), l ozone (O 3) et le dioxyde d azote (NO 2). Les sources et effets de ces quatre polluants sont explicités en Annexe. Les caractéristiques des mesures effectuées à Pourcy sont énoncées dans le tableau 1 ci-après. Paramètre mesuré Influence prépondérante sur le paramètre mesuré Tableau 1 : Caractéristiques des mesures Participation aux procédures d'alerte réglementaires Date de début de mesure Date de fin de mesure Norme associée à la mesure NO 2 Fond Non 20/01/ /12/2015 NF EN O3 Fond Oui 20/01/ /12/2015 NF EN PM10 Fond Oui 20/01/ /12/2015 PM2.5 Fond 20/01/ /12/2015 NF EN X Une influence de fond se caractérise par l absence de source de pollution de l air à proximité. Les mesures sont alors considérées comme représentatives de l exposition moyenne des populations et de l environnement. 7/19

9 II. EXPLOITATION DES DONNEES 1. LES MESURES A POURCY Le tableau 2 expose les taux de représentativité annuelle par polluant. Celui relatif au NO 2 est inférieur au taux préconisé par l Europe, de 90%. Néanmoins, la moyenne annuelle en NO 2 peut être considérée comme indicative. Tableau 2 : Taux de représentativité annuelle selon le polluant mesuré Ozone Dioxyde d azote Poussières fines Poussières très fines Pourcy 93% 78% 93% 90% La figure 4 montre l évolution des concentrations moyennes mensuelles sur l année en PM 10, PM 2.5, O 3 et NO 2. Figure 4 : Évolution des concentrations mensuelles sur l'année 2015 La figure 4 montre que les concentrations en PM 10, PM 2.5 et NO 2 sont plus importantes en hiver qu en été. À contrario, les taux d O 3 sont plus conséquents en été qu en hiver. En effet, l O 3 est un polluant estival dit secondaire, qui se forme à partir du dioxyde d azote et des composés organiques volatils (COV) en présence de rayonnement solaire et de chaleur. Il s accumule plus facilement en zones périurbaines et en campagne. D autre part, les PM 10, les PM 2.5 et le NO 2 sont plus présents lorsque les températures sont basses, ou encore lors des périodes de travaux agricoles pour les poussières, comme ce fut le cas en mars. D autre part, les concentrations peuvent être élevées en présence de mauvaises conditions de dispersion comme une situation anticyclonique ou une inversion de température (effet «couvercle» qui maintient les polluants en basse atmosphère). Ces mauvaises conditions de dispersion ont été observées en octobre 8/19

10 par exemple, où les concentrations en poussières fines et très fines ainsi qu en dioxyde d azote ont été plus conséquentes. 2. COMPARAISON AUX DONNEES DE DEUX SITES DE MESURES : BOURGOGNE ET JEAN D AULAN 2.1. Les sites de mesures La figure 5 ci-dessous localise les sites de mesure concernés. Figure 5 : Localisation des sites de mesures Le tableau 3 présente les caractéristiques des trois sites de mesure. Tableau 3 : Caractéristiques des sites de mesure Bourgogne Jean d Aulan Pourcy Type de station Unité mobile Station fixe Unité mobile Environnement d implantation Rurale proche Urbaine Rurale proche Influence prépondérante Fond Fond Fond Polluants mesurés O 3 NO 2 PM 10 O 3 NO 2 PM 10 PM 2.5 O 3 NO 2 PM 10 PM 2.5 9/19

11 2.2. Les moyennes annuelles Le tableau 4 ci-après récapitule les moyennes annuelles mesurées sur les 3 sites de mesures. Tableau 4: Récapitulatif des moyennes annuelles mesurées sur les 3 sites Ozone (µg/m 3 ) Dioxyde d azote (µg/m 3 ) Poussières fines (µg/m 3 ) Poussières très fines (µg/m 3 ) Bourgogne Pas de mesure Jean d Aulan Pourcy 54 6* *Comme vu précédemment, la moyenne annuelle des concentrations en NO 2 mesurées à Pourcy est considérée comme indicative car moins de 90% de données sont disponibles sur l année Cette moyenne indicative est presque trois fois plus faible que celle de la station rémoise Jean d Aulan. Ceci s explique par le caractère rural du site de Pourcy, moins sujet aux émissions liées au trafic routier que le site de Jean d Aulan, urbain. Excepté l O 3, les teneurs en PM 10 et PM 2.5 sont plus basses que celles du site urbain de Reims. Les concentrations en O 3 sont du même ordre de grandeur sur les sites de Pourcy et Bourgogne. En effet, l O 3 est un polluant secondaire qui se forme à partir des oxydes d azotes (NOx), majoritairement émis par le trafic automobile, sous l action du rayonnement solaire et de la chaleur. Transporté par le mouvement des masses d air, l O 3 tend ainsi à s accumuler dans des zones moins influencées par le trafic automobile qui présentent des concentrations en NOx plus faibles, comme Pourcy et Bourgogne Les maxima Les maxima en PM 10, PM 2.5, NO 2 et O 3 sont indiqués dans le tableau 5 ci-dessous. Tableau 5 : Maximum horaire (O3, NO2) ou maximum journalier (PM10, PM2.5) sur l'année 2015 Maximum horaire (µg/m 3 ) Maximum journalier (µg/m 3 ) Ozone Dioxyde d azote Poussières fines Poussières très fines Bourgogne 171 (le 13/08) 73 (le 04/12) 99 (le 20/03) Pas de mesure Jean d Aulan 170 (le 01/07) 92 (le 15/02) 96 (le 20/03) 81 (le 20/03) Pourcy 181 (le 01/07) 41 (le 24/01) 87 (le 20/03) 77 (le 20/03) La concentration maximale en O 3 a été mesurée à Pourcy. Les teneurs maximales en PM 10 et PM 2.5 sont globalement du même ordre de grandeur sur les trois sites, en raison d un épisode de pollution de grande ampleur qui a touché toute la région. Pour le NO 2, le maximum mesuré est quasiment deux fois plus faible à Pourcy qu à Jean d Aulan et Bourgogne, le site étant moins influencé par le trafic routier que les deux autres. 10/19

12 2.4. Les différents profils journaliers Les profils journaliers exposés en figure 6 montrent des comportements similaires entre les trois sites, avec néanmoins des teneurs variables. Figure 6 : Profils journaliers en PM10, PM2.5, NO2 et O3 La figure 6 ci-dessus montre des concentrations en O 3 à Pourcy plus importantes en cours de journée que sur les deux autres sites. Le NO 2 étant un polluant principalement issu du trafic routier, ses concentrations dans l air sont étroitement liées à l affluence automobile. Ainsi, les teneurs sont plus importantes aux heures de pointes, soit en début de matinée et fin de journée. Le profil journalier du NO2 est beaucoup moins prononcé sur le site de Pourcy en raison du trafic routier très faible. Enfin, de même que le NO 2, les particules fines sont plus présentes à Jean d Aulan et Bourgogne qu à Pourcy. 11/19

13 3. DEPASSEMENTS DES SEUILS REGLEMENTAIRES 3.1. Les valeurs réglementaires et procédures d alerte Les tableaux 6 et 7 ci-dessous définissent les valeurs réglementaires et les seuils d alertes. Tableau 6 : Valeurs réglementaires (µg/m 3 ) Ozone (O3) Dioxyde d azote (NO2) Particules fines (PM10) Particules très fines (PM2.5) (1) Moyenne annuelle Objectif qualité 120 en moyenne sur 8h 40 (1) 30 (1) Valeur limite - 40 (1) 200 en moyenne sur 1h à ne pas dépasser plus de 18 fois par année civile 40 (1) 50 en moyenne journalière à ne pas dépasser plus de 35 fois par année civile Valeur cible 120 en moyenne sur 8h à ne pas dépasser plus de 25 fois par année civile 10 (1) 25 (1) 20 (1) - - Tableau 7 : Concentrations relatives au déclenchement des procédures d'alerte en 2015 (en µg/m 3 ) Ozone (O3) Dioxyde d azote (NO2) Particules fines (PM10) Seuil d Information et de Recommandation (SIR) 180 sur 1h 200 sur 1h 50 sur 24h à 8h et à 14h Seuil d Alerte (SA) 1 er seuil : 240 sur 3h 2 ème seuil : 300 sur 3h 3 ème seuil : 360 sur 1h 400 sur 1h ou 200 sur 1h si SIR déclenché la veille, le jour et le lendemain 80 sur 24h à 8h et à 14h Conditions Déclenchement si dépassement sur 1 station fixe, unité mobile ou à partir de la prévision issue de la modélisation dans la zone couverte par la procédure Déclenchement si dépassement observé sur 2 stations fixes ou unité mobile avec un décalage temporel maximum de 3h dans la zone couverte par la procédure Déclenchement si dépassement sur 2 stations fixes (1) dont au moins une de fond ou une unité mobile dans la zone couverte par la procédure (1) Ou à défaut 1 capteur situé en fond s il n en existe pas d autre dans la zone couverte par la procédure. À Pourcy sur l année 2015, les seuils d alerte ont été dépassés quatre fois en PM 10 au mois de mars et une fois en O 3 au mois de juillet (cf. le tableau 8 ci-dessous). Tableau 8 : Calendrier des dépassements de seuils réglementaires MARS JUILLET Dépassement du seuil d information et de recommandation Dépassement du seuil d alerte 12/19

14 3.2. Retour sur l épisode de pollution aux particules fines La figure 7 ci-dessous expose l évolution des concentrations en PM 10 en mars 2015 sur les trois sites de mesures. Seuil d alerte 80 µg/m 3 Seuil d information et de recommandation 50 µg/m 3 Figure 7 : Évolution des concentrations en PM10 en mars 2015 sur les 3 sites Les particules fines sont principalement issues de la combustion (véhicules ou poids lourds diesel, combustion du bois, industrie ou production d énergie) et de l érosion. Elles peuvent également résulter de transformations dans l atmosphère (particules secondaires), en lien notamment avec l activité agricole. D autre part, les particules fines se sont accumulées du 17 mars au 21 mars en raison de conditions météorologiques stables. Les niveaux ont ainsi augmentés progressivement à Pourcy, tout comme les 2 autres sites, dépassant tout d abord le seuil d information et de recommandation de 50 µg/m 3 les 18 et 19 mars, puis le seuil d alerte de 80 µg/m 3 le 20 mars. La cartographie en figure 8 ci- après est issue du site PREVAIR et montre que la France entière était concernée par de fortes concentrations en PM 10 le 20 mars. 13/19

15 Figure 8: Cartographie PREVAIR des concentrations en PM10 sur la France le 20/03/2015 Le 21 mars, les conditions météorologiques sont devenues plus instables et seul le seuil d information et de recommandation a été dépassé à Pourcy. Le vent s est ensuite renforcé à partir du 22 mars, ce qui a permis la dispersion des particules fines et donc la diminution des niveaux de concentration Retour sur l épisode de pollution à l ozone La figure 9 ci- dessous présente l évolution des concentrations en O 3 en juin et juillet 2015 sur les trois sites de mesures. Des mesures en O 3 sont absentes sur le site de Bourgogne du 26 juin au 10 juillet, en raison du retrait temporaire de l unité mobile lors des festivités locales. Seuil d information et de recommandation 180 µg/m 3 sur 1h Figure 9 : Évolution des maxima horaires journaliers en juin et juillet 2015 sur les 3 sites de mesure 14/19

16 La figure 10 suivante est une cartographie des concentrations en O 3 sur la France le 1 er juillet Figure 10 : Cartographie PREVAIR des concentrations en O3 sur la France le 01/07/2015 L ozone n est pas émis directement dans l atmosphère, mais résulte de réactions chimiques, sous l effet du soleil et de la chaleur, entre les oxydes d azote et les composés organiques volatils (hydrocarbures, solvants...). Ces polluants sont principalement émis par les transports routiers ainsi que par certaines activités industrielles, artisanales et domestiques. Par conséquent, le temps ensoleillé accompagné de températures très élevées observé le 1 er juillet 2015 a favorisé la formation d O 3. Les concentrations d O 3 ont ainsi été élevées ce jour-ci, jusqu à dépasser le seuil d information et de recommandation de 180µg/m 3 sur 1h. 15/19

17 CONCLUSION En conclusion, de par son comportement, le site de Pourcy correspond bien à un site de fond. Les données mesurées sur l année 2015 peuvent ainsi être utilisées pour améliorer les outils de modélisation. 16/19

18 ANNEXE SOURCE ET EFFETS DES POLLUANTS MESURÉS 1. DIOXYDE D AZOTE NO 2 a) Sources Le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2) sont émis lors des phénomènes de combustion. Le NO 2 est issu de l oxydation du NO. Le pot catalytique a permis, depuis 1993, une diminution des émissions des véhicules à essence. Par ailleurs, l entrée en vigueur de la norme EURO III pour les poids lourds en 2002 et la norme EURO IV en 2005 pour les véhicules particuliers accompagnée d une stabilité du parc roulant contribue également à cette diminution. Figure 11 : Contribution aux émissions de NO2 sur le département de la Marne (Source : Inventaire ATMO Champagne-Ardenne A10M12-01-Secten12) b) Effets Sur la santé Le dioxyde d azote est un gaz irritant pour les bronches. Chez les asthmatiques, il augmente la fréquence et la gravité des crises. Chez l enfant, il favorise les infections pulmonaires. Sur l environnement Le dioxyde d azote participe au phénomène des pluies acides, à la formation de l ozone troposphérique, dont il est l un des précurseurs, à l atteinte de la couche d ozone stratosphérique et à l effet de serre. 17/19

19 2. POUSSIÈRES FINES PM 10 et PM 2.5 a) Sources Les particules ou poussières en suspension liées à l activité humaine proviennent majoritairement de la combustion des matières fossiles, du transport automobile (gaz d échappement, usure, frottements...) et d'activités industrielles très diverses (sidérurgie, incinération...). Leur taille et leur composition sont très variables. Les particules sont souvent associées à d'autres polluants tels le SO 2, les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) Les PM 10 représentent la catégorie de particules dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres (les PM 2.5, ou très fines particules, ont un diamètre inférieur à 2,5 micromètres). Figure 12 : Contribution aux émissions de PM10 sur le département de la Marne (Source : Inventaire ATMO Champagne-Ardenne A10M12-01-Secten12) Figure 13 : Contribution aux émissions de PM2.5 sur le département de la Marne (Source : Inventaire ATMO Champagne-Ardenne A10M12-01-Secten12) b) Effets Sur la santé Selon leur taille (granulométrie), les particules pénètrent plus ou moins profondément dans l arbre pulmonaire. Les particules les plus fines peuvent, à des concentrations relativement basses, irriter les voies respiratoires inférieures et altérer la fonction respiratoire dans son ensemble. Certaines particules ont des propriétés mutagènes et cancérigènes. Les PM2,5 se déposent plus facilement et sont en général moins bien évacuées que les PM10-2,5 (particules dont le diamètre est compris entre 2.5 et 10µm) dans les alvéoles pulmonaires. Sur l environnement Les effets de salissure des bâtiments et des monuments sont les atteintes à l environnement les plus perceptibles. 18/19

20 3. L ozone a) Sources L ozone est un polluant dit secondaire, car il n est pas émis directement mais résulte de la transformation dans l atmosphère de polluants dits primaires. Ces polluants sont généralement les oxydes d azote (NOx) et les COV (Composés Organiques Volatils). Ces réactions sont complexes et les plus fortes concentrations d O 3 apparaissent l été, en périphérie des zones émettrices des polluants primaires, puis peuvent être transportés sur de grandes distances. b) Effets Sur la santé L O 3 est un gaz agressif qui pénètre facilement jusqu aux voies respiratoires les plus fines. Il provoque toux, altération pulmonaire et irritations oculaires. Ses effets sont très variables selon les individus. Sur l environnement L O 3 a un effet néfaste sur la végétation (sur le rendement des cultures par exemple) et sur certains matériaux. Il contribue également à l effet de serre. 19/19

21

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 18/06/2012 QUALITAIR CORSE BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 Bilan PSQA 2010-2015 version 2012 Savelli Page blanche TABLE DES MATIERES Introduction... 1 1 Composition et financement de l association... 2

Plus en détail

LIAISON A50 A57 TRAVERSEE

LIAISON A50 A57 TRAVERSEE LIAISON A5 A57 TRAVERSEE SOUTERRAINE DE TOULON SECOND TUBE (SUD) ANALYSE DES DONNEES DE QUALITE DE L AIR NOVEMBRE 27 A JANVIER 28 TOULON OUEST, PUITS MARCHAND, TOULON EST Liaison A5 A57 Traversée souterraine

Plus en détail

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation Bulletin trimestriel - mai - juin Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation L équipe d Atmo Auvergne se compose de 12 personnes réparties dans les pôles : administration, études/communication,

Plus en détail

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES Avec le soleil et la chaleur de l été, c est aussi les épisodes de pollution à l ozone qui reviennent. Le dossier ci-dessous propose de répondre aux 12 questions

Plus en détail

Surveiller la qualité de l air avec les élèves

Surveiller la qualité de l air avec les élèves Surveiller la qualité de l air avec les élèves L air que nous respirons est à la fois l affaire et la responsabilité de tous. La santé publique, l environnement et les conditions de vie future sur Terre,

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5 EVALUATION DE LA QUALITE DE L AIR SUR LA ZONE DU PORT DE NICE Janvier - Mars / Août - Septembre 25 SOMMAIRE Introduction 1 1/ Présentation de l étude 2 1.1/ Contexte environnemental du port 2 1.2/ Mode

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN 2015 Révision du Plan de Protection de l Atmosphère

Plus en détail

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012 CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE Janvier 2012 AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Cartographie fine des niveaux

Plus en détail

Ensemble nous aurons l air meilleur!

Ensemble nous aurons l air meilleur! Les bons gestes au quotidien pour préserver la qualité de notre air Ensemble nous aurons l air meilleur! Saviez-vous que nous avons besoin d un litre et demi d eau et de 14 000 litres d air par jour pour

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)

Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) Emissions des moteurs diesel : Nouveau classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) SNCF DRH EPIC Prévention et Santé COMPOSITION DES EMISSIONS DIESEL MELANGE COMPLEXE DE SUBSTANCES

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 21 Moteurs et Carburants

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS

DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS Les enjeux pour la transition énergétique Didier Lebout, Strategy and Development Director Gazprom Marketing and Trading France Deauville, 28 juin 2013 Dans

Plus en détail

TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr

TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr Réf. : 090 510 082A V1 Valbonne Sophia Antipolis TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr Zone d Aménagement Concertée (ZAC) des Clausonnes

Plus en détail

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Description du projet Parmi les activités liées à la santé qui sont menées à l Unité d Emissions et de Santé

Plus en détail

] sommaire. > N Spécial > Juin 2009 > EDITO P. 2 P. 3 P. 4-6 P. 7-8 P. 9 P. 10-11. P. 12 L union fait la force Les laboratoires spécialisés

] sommaire. > N Spécial > Juin 2009 > EDITO P. 2 P. 3 P. 4-6 P. 7-8 P. 9 P. 10-11. P. 12 L union fait la force Les laboratoires spécialisés > N Spécial > Juin 2009 > EDITO L ASPA dans l air du temps Il est des intuitions qui portent en elles le germe d une œuvre remarquable. «L alliance locale pour surveiller la qualité de l air», telle était

Plus en détail

Concerne : Avis relatif à la problématique de l ozone Note de cabinet CAB/RD/RW/JPD/DD/2003 du 27.08.2003 N CSH : 7915

Concerne : Avis relatif à la problématique de l ozone Note de cabinet CAB/RD/RW/JPD/DD/2003 du 27.08.2003 N CSH : 7915 SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Bruxelles, le 29.09.2003 Monsieur le Ministre Demotte CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE Concerne : Avis relatif à la problématique de l

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

LES PERTES DE RENDEMENT PEUVENT ÊTRE ÉVITÉES

LES PERTES DE RENDEMENT PEUVENT ÊTRE ÉVITÉES MONITORING À DISTANCE LES INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES LIVRENT DES RENDEMENTS OPTIMAUX UNIQUEMENT SI ELLES FONCTIONNENT CORRECTEMENT. LES DÉFAUTS TECHNIQUES OU LES PANNES DUES À L USURE NE PEUVENT PAS

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques

Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques Le nouveau système de surveillance continue des émissions atmosphériques à l'incinérateur Mars 2010 Travaux publics Gestion des matières résiduelles CONTENU DE LA PRÉSENTATION 1. L incinérateur 2. Obligations

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

Descriptif du dispositif - décembre 2003 -

Descriptif du dispositif - décembre 2003 - www.respiralyon.org Descriptif du dispositif - décembre 2003 - Communiqué de presse du 24 novembre 2003 Lancement du dispositif RESPIRALYON La qualité de l air dans l agglomération lyonnaise est l une

Plus en détail

Slim Multi-days Weather Station Model: WMH800

Slim Multi-days Weather Station Model: WMH800 Slim Multi-days Weather Station Model: WMH800 User Manual 2010 Oregon Scientific. All rights reserved. 300102613-00001-10 Station météo à 4 jours format CD Modèle : WMH800 MANUEL DE L UTILISATEUR TABLE

Plus en détail

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air.

Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Prise en compte des aspects sanitaires dans les Plans Régionaux pour la Qualité de l Air. Bilan des études d impact sanitaires de la pollution atmosphérique urbaine réalisées Ce document a été réalisé

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée COnCEnTRÉ DE TECHnOLOGiE Maîtrisez vos consommations grâce au concentré de technologie TOTAL EXCELLIUM DIESEL ) ) Une meilleure protection

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

L énergie. chapitre 3

L énergie. chapitre 3 L énergie Jusqu'à présent dans notre société, c est surtout la dimension économique de l énergie qui a eu la priorité, négligeant la dimension environnementale. L utilisation rationnelle de l énergie (en

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

RÉDUIRE LES EFFETS DU TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES SUR L ENVIRONNEMENT

RÉDUIRE LES EFFETS DU TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES SUR L ENVIRONNEMENT DIRCTION D LA COMMUNICATION CORPORAT D O S S I R D PRSS Lyon / Mars 2013 RÉDUIR LS FFTS DU TRANSPORT ROUTIR D MARCHANDISS SUR L NVIRONNMNT Pour réduire les effets sur l environnement tout au long du cycle

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve Chauffage au bois ATTENTION à la qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Chauffage au bois, un enjeu important pour la qualité de l'air... 3 Le chauffage au bois,

Plus en détail

Faits techniques et retour d'expérience d'une cellule d'expertise dans la lutte contre le code malveillant. EdelWeb / Groupe ON-X

Faits techniques et retour d'expérience d'une cellule d'expertise dans la lutte contre le code malveillant. EdelWeb / Groupe ON-X 1 OSSIR 2007/11/12 Faits techniques et retour d'expérience d'une cellule d'expertise Jérémy Lebourdais Mickaël Dewaele jeremy.lebourdais (à) edelweb.fr mickael.dewaele (à) edelweb.fr EdelWeb / Groupe ON-X

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Métrologie des particules PM 10 et PM 2.5. Caractérisation Chimique des Particules. Veille sur les études de sources.

Métrologie des particules PM 10 et PM 2.5. Caractérisation Chimique des Particules. Veille sur les études de sources. Métrologie des particules PM 10 et PM 2.5 Caractérisation Chimique des Particules Veille sur les études de sources Décembre 2009 Programme 2009 L. CHIAPPINI PREAMBULE Le Laboratoire Central de Surveillance

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Station météo sans fil avec température, Alerte Gel et horloge radio pilotée Modèle: BAR386

Station météo sans fil avec température, Alerte Gel et horloge radio pilotée Modèle: BAR386 Station météo sans fil avec température, Alerte Gel et horloge radio pilotée Modèle: BAR386 MANUEL DE L UTILISATEUR TABLE DES MATIÈRES Introduction... 2 Vue d Ensemble de l Horloge... 2 Face Avant... 2

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LIVRET D'ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE Passer de citoyen témoin à citoyen acteur en intégrant la préservation de l environnement au quotidien, c est utile et c est possible

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Bienvenue, Ce guide vous accompagnera dans la découverte et l utilisation de l interface TaHoma

Bienvenue, Ce guide vous accompagnera dans la découverte et l utilisation de l interface TaHoma Guide d utilisation Bienvenue, Ce guide vous accompagnera dans la découverte et l utilisation de l interface TaHoma Avant de commencer Avant d utiliser TaHoma assurez-vous que : les branchements sont bien

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

La gamme SAM ARGOPOL

La gamme SAM ARGOPOL La gamme SAM ARGOPOL La gamme : SAM ARGOPOL 2 Les systèmes d acquisition SAM ARGOPOL La gamme SAM ARGOPOL se compose d un ensemble de stations d acquisition de données. Robustes, fiables, modulaires, elles

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Conférence SIG 2012 - ESRIFRANCE La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Serge MANG-JOUBERT GAIAGO Eric VIDALENC - ADEME 1 Auteurs : Rodrigo MARIONI, Serge

Plus en détail

Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports?

Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports? Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports? Le regard de Gazprom Marketing and Trading France 29 octobre 2014 Sommaire 1. Les atouts du GNV pour les transitions énergétiques

Plus en détail

pour les canalisations de transport 14 avril 2010-1 -

pour les canalisations de transport 14 avril 2010-1 - Arrêté multifluide du 4 août t 2006 pour les canalisations de transport 14 avril 2010-1 - Une volonté de l administration L ancien arrêté portant règlement de sécurité des ouvrages de transport de gaz

Plus en détail

ENJEUX MAJEURS DU PROJET

ENJEUX MAJEURS DU PROJET Construction et exploitation de la centrale thermique diésel Ouaga III au Burkina Faso Auteur : Samuel YONKEU, Burkina Faso Chef d Unité Thématique d Enseignement et de Recherche, Institut International

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION

REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION La règle s applique à tous types de sites ou bâtiments quels qu en soit la surface totale et l usage. L avantage d un unique document est d harmoniser les méthodes

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Station Météo Sans Fil avec Température / Hygrométrie, Alerte Gel et Horloge Radio Pilotée Modèle : BAR388HG

Station Météo Sans Fil avec Température / Hygrométrie, Alerte Gel et Horloge Radio Pilotée Modèle : BAR388HG Station Météo Sans Fil avec Température / Hygrométrie, Alerte Gel et Horloge Radio Pilotée Modèle : BAR388HG MANUEL DE L UTILISATEUR TABLE DES MATIERES Table des Matières... 1 Introduction... 2 Vue d Ensemble

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS MARTIN S. *, DELAHAYE F. ** Bureau d études E3C 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX * Mr Stéphane MARTIN, Directeur

Plus en détail

Centre d Information et de Gestion du Trafic

Centre d Information et de Gestion du Trafic Centre d Information et de Gestion du Trafic Présentation NCA juin2012 Le CIGT 06 Un service du Conseil général des Alpes Maritimes Créé en 2006 - Au sein de la Direction des Routes Fonctionnement 24h/24

Plus en détail

Michel Dubromel, Pilote du réseau Transports et Mobilité Durables France Nature Environnement (FNE)

Michel Dubromel, Pilote du réseau Transports et Mobilité Durables France Nature Environnement (FNE) Remerciements Dans le but de contribuer à la vulgarisation de la logistique urbaine, France Nature Environnement (FNE) et l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) ont élaboré

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Guide d usage du portail périscolaire de la Ville de Lorient

Guide d usage du portail périscolaire de la Ville de Lorient Guide d usage du portail périscolaire de la Ville de Lorient RESERVATION DES ACTIVITES PERSICOLAIRES PAR INTERNET Vous avez une difficulté à créer votre compte ou vous vous posez des questions sur la réservation

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Notre planète mobile : Canada

Notre planète mobile : Canada Notre planète mobile : Canada Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2012 1 LES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS ONT TRANSFORMÉ LE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS 2 Le téléphone intelligent représente

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre!

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre! En savoir QUIZZ + Plan de Protection de l Atmosphère des Bouches-du-Rhône 1 2 3 4 J ai le droit de brûler mes déchets de tonte de pelouse en petite quantité dans ma cour non exposée à la route. Mes déchets

Plus en détail

santé santé santé santé transport urbain transport urbain santé santé transport urbain Le transport urbain, une question de santé transport urbaın

santé santé santé santé transport urbain transport urbain santé santé transport urbain Le transport urbain, une question de santé transport urbaın santé transport urbain santé transport urbain Le transport urbain, une question de santé santé Rapport annuel 2006 sur la santé de la population montréalaise transport urbain santé santé transport urbaın

Plus en détail

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle 2009 NADICO Ltd. Germany www.nadico.de Le revêtement Titan Effect TE1022 améliorer la rentabilité des installations solaires

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail