LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION"

Transcription

1 Éditions ESKA, 2011 DÉBAT LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION Avec Daniel ATLAN DRH d ArcelorMittal Mining Alain BURLAUD Professeur de sciences de gestion au CNAM Thomas DURAND Professeur de sciences de gestion au CNAM Leslie HANNAH Visiting professor of economic history à la London School of Economics Colin MAYER Professeur de management et doyen de la Saïd Business School, Université d Oxford Débat coordonné par Lise Arena Université de Nice Sophia-Antipolis et Eric Godelier Ecole Polytechnique Comment les formations à la gestion ont-elles répondu aux demandes des entreprises et à celles de la démarche scientifique? Comment ontelles été contrôlées puis évaluées par diverses parties prenantes? Quelle place est occupée par la formation continue? Les participants au débat comparent l expérience historique de la France, de la Grande- Bretagne et des Etats-Unis sur fond de montée de la mondialisation. ENTREPRISES ET HISTOIRE, 2011, N 65, pages à 1

2 DÉBAT D UNE COMPÉTENCE COMPLÉMENTAIRE A DES FORMATIONS A PART ENTIÈRE Lise Arena : On peut s intéresser dans un premier temps à l évolution des qualifications en gestion. Depuis le début du XX e siècle, on est passé de diplômes en gestion ayant peu de valeur en raison de la croyance forte que la gestion ne pouvait que s apprendre dans l entreprise à des diplômes valorisés en dotant le diplômé d une vision globale des enjeux de l entreprise. D après vous, comment la reconnaissance de ces diplômes a-t-elle évolué au cours de l histoire, et d abord en France 1? Thomas Durand : La gestion, au sens de la conduite de l action collective organisée, relève à mes yeux tout à la fois de l univers des pratiques et d un champ de connaissances adossé à un corpus théorique. Cette dualité, que l on retrouve par exemple en médecine, est redoutable. Car le versant des pratiques suggèrerait de former les managers, c est-à-dire ceux qui gèrent, par l expérience via «l université de la vie» donc par l apprentissage empirique et le compagnonnage dans les organisations. Mais le versant des connaissances formelles exige une formation plus structurée, conceptualisée et de portée plus générale, passant par la théorisation issue de la démarche scientifique. Et, là, l enseignement supérieur a pleinement son rôle à jouer. Alain Burlaud: Dès le XIX e siècle, il faut distinguer deux niveaux de formation aux métiers de la gestion : les dirigeants et les exécutants ou techniciens. Lise Arena : La formation des dirigeants et les diplômes de MBA seraient donc en fait assez anciens? Alain Burlaud : Oui, pour ce qui est des dirigeants, l enseignement de la gestion est apparu sous la forme d une compétence complémentaire. Le dirigeant était avant tout un ingénieur qui accédait en milieu de carrière à des fonctions de direction. Le modèle du MBA a donc deux siècles. Ainsi, en France l enseignement de l économie, qui recouvrait à l époque en réalité très largement la gestion, se développe initialement en marge des universités, dans un établissement comme le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) avec la création de la chaire d économie industrielle en 1819 confiée à Jean-Baptiste Say 2 puis au Collège de France avec la création de la chaire d économie politique en 1830, offerte également à J.-B. Say. Le CNAM, qui formait en cours du soir aux sciences et techniques industrielles, complétait cette formation par des enseignements d économie et gestion. Eric Godelier : Qu en était-il dans les universités? Alain Burlaud : Dans les universités, la gestion, souvent réduite à la comptabilité, n était qu une partie de la formation économique proposée par les facultés de droit. Il était logique que, par exemple, les fiscalistes aient une formation comptable. Il faudra attendre la création des Instituts d administration des entreprises (IAE) en 1955 pour que la gestion corresponde à un par- 1 Cf. J.-P. Nioche et M. de Saint Martin (dir.), Former des gestionnaires, Entreprises et Histoire, n 14-15, juin 1996 ; M.-E. Chessel et F. Pavis, Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001 ; P. Fridenson et L. Paquy, «Du haut enseignement commercial à l enseignement supérieur de gestion (XIX e -XX e siècles)», in P. Lenormand (dir.), La Chambre de commerce et d industrie de Paris , t. II : Etudes thématiques, Genève, Droz, 2008, p Cf. M. Le Moël, R. Saint-Paul et alii, Le Conservatoire national des arts et métiers au cœur de Paris, Paris, Délégation à l action artistique de la ville de Paris, ENTREPRISES ET HISTOIRE

3 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION cours autonome et diplômant dans l Université mais s appuyant sur une formation supérieure hors du champ de la gestion du type Executive MBA. Les IAE accueillaient ainsi des ingénieurs, des médecins, des pharmaciens, etc. Ce n est qu à partir des années 1960 que sera satisfait le besoin de cadres gestionnaires sans formation supérieure aux sciences et techniques industrielles 3. Ainsi, en 1966, les pouvoirs publics créent dans les universités les Instituts universitaires de technologie (IUT) avec des départements de gestion et administration des entreprises (GEA). En 1971 apparaissent des maîtrises avec un régime spécial comme les maîtrises de sciences de gestion (MSG) puis les maîtrises de sciences et techniques comptables et financières (MSTCF) en La FNEGE jouera un rôle essentiel à cette époque, contribuant à créer un corps enseignant en gestion en offrant un grand nombre de bourses pour que de jeunes doctorants ou docteurs soient formés au management dans les business schools américaines ou canadiennes. Enfin, en 1976 fut créée l agrégation de sciences de gestion, donnant à la discipline une véritable autonomie et visibilité et un statut académique. Daniel Atlan : A mon sens, l évolution et la reconnaissance des diplômes sur le marché du travail sont d abord liées aux priorités que les entreprises (leurs propriétaires ou leurs gestionnaires) s assignent. La formulation même de votre question reflète la culture qui domine aujourd hui : pour le diplômé en le dotant d une «vision globale des enjeux de l entreprise», un diplôme de gestion ne donne aucune compétence particulière en techniques de production ou en développement technique, compétence dont on pourrait penser qu elle participe d une vision globale de l entreprise. Eric Godelier : Comment étaient alors formés les exécutants, en comparaison aux dirigeants? Alain Burlaud : Pour ce qui est des exécutants, les besoins d une formation technique structurée ont été satisfaits avec la création des écoles de commerce à l initiative du patronat via les chambres de commerce et d industrie dont la plus ancienne est celle de Paris, créée en Jean-Baptiste Say y enseigna également. Il s agissait de former essentiellement les employés du back office de l industrie : teneurs de livres et employés administratifs. Ce n est qu après la Seconde Guerre mondiale que ces écoles deviennent de véritables grandes écoles pouvant se comparer aux écoles d ingénieurs par leur recrutement (classes préparatoires, apparues progressivement), leurs objectifs (former des dirigeants) et leur corps professoral (le recrutement de professeurs permanents débute dans la première moitié des années 1960). Universités et écoles de commerce se retrouvent en concurrence en visant les qualifications les plus élevées et la formation des exécutants devient l apanage des baccalauréats technologiques (série G puis baccalauréat «sciences et technologies tertiaires» [STT] et, enfin, «sciences et technologies de la gestion» [STG] en 2004) et des brevets de techniciens supérieurs (BTS). Il faut y ajouter un grand nombre d écoles privées de niveaux très variables allant de la sténographie à la comptabilité en passant par les techniques de vente. 3 F. Pavis, «Une discipline «utile» dans l enseignement supérieur : promotion et appropriations de la gestion ( )», Le Mouvement Social, octobre-décembre 2010, p L Ecole spéciale de commerce et d industrie, créée le 1 er décembre 1819 à Paris à l initiative de deux anciens clients de l homme d affaires Vital Roux et de celui-ci, a été rebaptisée en 1852 Ecole supérieure de commerce, et la Chambre de commerce de Paris en fit l acquisition en A partir de 1872, d autres écoles furent créées en province par les chambres de commerce. Cf. S. Servan-Schreiber, Les épices de la République, Paris, CpL, Elle est devenue en 2009 l ESCP Europe. DECEMBRE 2011 N 65 3

4 DÉBAT Lise Arena : Voulez-vous dire que pour les exécutants, le contenu de les enseignements était très appliqué et beaucoup moins théorique? Alain Burlaud : Le point remarquable est la constance du souci de l insertion professionnelle et la proximité des milieux patronaux dans la définition de cette offre de formation tant au niveau des exécutants que des cadres. La pédagogie avec la place laissée aux études de cas et aux stages et le recours à de nombreux enseignants vacataires issus du monde professionnel ont eu pour conséquence de régler en amont la question de la reconnaissance et de la valorisation des diplômes de gestion sur le marché du travail. Lise Arena : Par rapport aux réponses qui viennent d être formulées, si on s intéresse à une période un peu plus récente de cette évolution, disons après le premier tiers du XX e siècle, comment les choses se sontelles développées? Daniel Atlan : Pour faire vite, de la Dépression de 1929 jusqu aux années 1970, la question de la production était la question principale. Les innovations (automobile, chemin de fer, électroménager, enfin électronique grand public) ne pouvaient devenir des marchés économiquement viables que si les entreprises savaient produire en masse des objets fiables. Dans ce contexte, les besoins, donc les diplômes les plus valorisés étaient avant tout techniques. Aujourd hui, la financiarisation et la tertiarisation de l économie conduisent les entreprises à mettre en avant des besoins en gestion et du coup les MBA deviennent la clé d entrée dans toutes les fonctions de l entreprise alors qu en France, depuis les années 1950 au moins, être ingénieur était le sésame qui ouvrait toutes les portes. Cette évolution est soutenue par le rêve de l entreprise fabless, l entreprise sans usine, où délocalisation et outsourcing évitent d avoir à se poser des questions techniques 5. Lénine avait déclaré 6 : «le communisme, c est les soviets plus l électricité», autrement dit, l économie (le communisme) c est l organisation (les soviets) plus la technique (l électricité). On peut affirmer avec lui qu une vague d innovation est en fait composée de trois vagues : une vague technique, puis une vague organisationnelle et enfin une vague gestionnaire. Ainsi quand F.W. Taylor implante ses outils de gestion de production chez Bethlehem Steel dans les années 1890, il met en place les balbutiements de ce qui deviendra plus tard la comptabilité analytique où les coûts sont découpés en sections comme les activités des producteurs sont découpées en tâches élémentaires. On voit donc bien comment à chaque vague correspond un idéal type de cadre : ingénieur, puis organisateur, enfin manager. Eric Godelier : Dans les faits, est-ce que l Université joue bien son rôle? Thomas Durand : Pas toujours. L Université, que l on pourrait croire animée par la soif de comprendre le monde et de générer la nouveauté, a eu historiquement du mal à s accommoder de champs émergents susceptibles de déstabiliser ses découpages institutionnels internes, les fameux silos disciplinaires, et cela d autant plus que les champs nouveaux relevaient pour tout ou partie de sciences de l action. D où en France, comme le soulignait Alain Burlaud, à partir du milieu du XVIII e siècle les écoles d ingénieurs puis le CNAM pour les techniques, et plus tardivement au XIX e siècle les écoles de commerce pour la gestion. (L Etat attendra 1955 pour com- 5 On peut lire au fronton de l ESCP Europe (campus de Paris), entre autres mots, «Colonies» 6 Comité Central du PC (b) de l URSS, 7 février ENTREPRISES ET HISTOIRE

5 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION mencer à créer, à l instigation de Gaston Berger, ses propres solutions de formation à la gestion avec les IAE, sortes d écoles dans les universités, comme en 1957 les INSA, initiés par Jean Capelle et Gaston Berger, ont constitué les premières réponses universitaires au besoin d ingénieurs). Sur le fond, la solution des écoles de commerce est jusqu à bien après la guerre un schéma hybride où des praticiens viennent partager leurs expériences avec des jeunes sélectionnés pour absorber les leçons de ces condensés de vie. C est le modèle du country club où les membres racontent leurs guerres aux plus jeunes. Comme nous l avons montré, avec Stéphanie Dameron, dans notre analyse de l avenir des business schools, ce n est plus le schéma dominant aujourd hui 7. Lise Arena : Leslie Hannah and Colin Mayer, could you tell us a bit more about this evolution in the UK? Leslie Hannah : Early management training in the Anglo-Saxon world was often very practical and privately provided: the various for-profit commercial colleges in the US and UK which taught subjects like shorthand, boardroom procedure, accounting and commercial law, for example, were more valued than early university business schools at Pennsylvania and Birmingham (where a high proportion of students were wealthy Japanese : rich British and American businessmen sent their children to Harvard and Oxford to read classics and history!). While the various institutions connected to universities or grandes écoles in France and Germany had varying prestige rankings, they were arguably taken more seriously than their Anglo-Saxon equivalents by employers until about the 1930s. One could say a great deal about how things changed both in the public or private sectors. Executive education specialists like Henley and Ashridge led the way after the war, but the situation in the UK was transformed when some former colleges of advanced technology and the London and Manchester Business Schools started postgraduate programmes in management in the 1960s. Colin Mayer : As Leslie Hannah pointed out, there has been some very substantial increase in the number of business schools over the past few decades. The relevance of business schools in terms of the recruitment by companies has increased significantly. One of the reasons why that role has become so much significant is business schools perform an important function of screening the quality of people who are coming into the job market some 6 or 7 years after they graduated from University. In this country, there has been a massive rise in the number of business schools from 2 or 3 over few decades ago to now 90 or so. The nature of these business schools varies appreciatory from those that are essentially focused on people who want to go to a local/ regional business school, from those who want to get to a national business school to those who want to go to an international business school. Lise Arena : Do you mean that self-selection is a big reason for the existence of business schools? Colin Mayer : There is a large amount of self-selection by people who are choosing between different business schools as well as inequality of evaluations that goes on between all students who are actually at the same business school. So, that means that from the point of view of recruiters, the business school performs a very important function in terms of sifting different individuals on the basis of the institutions that they select as well as how well they do within those institutions. 7 The Future of Business Schools: Scenarios and Strategies for 2020, Basingstoke, Palgrave Macmillan, DECEMBRE 2011 N 65 5

6 DÉBAT Eric Godelier : A la lumière de la réponse de Colin Mayer, peut-on parler de spécificité française? Thomas Durand : Si la Grande-Bretagne a longtemps échappé à ce type de dispositif, c est qu on y préfère des têtes bien faites, structurées dans des disciplines plus traditionnelles, et que la vie professionnelle fera le reste. Les business schools ne commenceront à fleurir dans les universités britanniques que dans les années 1960 et OxBridge attendra encore plus de deux décennies avant de s y mettre. L Allemagne échappera au modèle des business schools et verra la formation doctorale dans les champs scientifiques devenir la voie royale vers l entreprise. Par contre les Etats-Unis, avec leurs business schools intégrées à l université, à commencer par la Wharton School à l University of Pennsylvania en 1881, vont suivre le chemin du country club jusqu aux rapports Gordon-Howell et Pierson 8 qui, à la fin des années 1950, ont appelé le champ du management à rallier la rigueur de la démarche scientifique. Ceci a conduit depuis à voir les sciences de gestion singer les sciences dures et les sciences économiques, en quête de légitimation scientifique. L approche par les cas comme les études cliniques allaient être affublées d un qualificatif infamant : anecdotal, pour laisser place à l hypothético-déductif et aux tests statistiques afférents, ce qui embarquait le gros du champ de la gestion dans une posture épistémologique positiviste. Et la domination nord-américaine sur le management a fini par entraîner l Europe puis le reste du monde dans la même voie durant la dernière décennie du XX e siècle 9. Eric Godelier : Comment caractérisez-vous alors cette évolution? Thomas Durand : On est en quelque sorte passé d une approche des années 1930, fondée sur l apprentissage via les praticiens, la méthode des cas (typiquement importée en France par le CPA à partir de 1930) et l apprentissage sur les «bancs de l université de la vie», à une approche plus structurée et plus structurante, dispensant des connaissances théoriques légitimées par la recherche mais potentiellement moins en prise avec la vraie vie. Lise Arena : Est-ce qu on peut appliquer votre réponse à tous les types de formation? Thomas Durand : Comme l a fait Alain Burlaud, il est à mon sens utile de distinguer deux types de formation à la gestion. Le premier est la formation générale, transversale à la gestion d une activité, avec une vue d ensemble, par le haut. Quand il s agit de former le futur praticien, chacun s accorde pour considérer que deux années pleines suffisent à apporter les connaissances nécessaires, à la double condition que le public visé dispose déjà d une formation première structurante ainsi que d une première expérience du monde des organisations. C est là que l emblématique MBA trouve toute sa place. Mais il existe un second besoin générique en gestion, celui du technicien dans une spécialité de gestion (le comptable, le logisticien, l acheteur, le commercial, le responsable paie, etc.). Cette formation vise alors un public a priori moins avancé et peut se faire en premier cycle. Eric Godelier : Je me pose la question de savoir quel est l intérêt pour les recruteurs d employer ces diplômés en gestion. Est-ce que les diplômes de gestion avaient et ont la même utilité selon les cycles (1 er cycle, 2 e 8 Cf. F. Cochoy, Une histoire du marketing. Discipliner l économie de marché, Paris, La Découverte, 1999, p S. Dameron and T. Durand, Redesigning management education and research. Challenging proposals from European scholars, Cheltenham, Edward Elgar, ENTREPRISES ET HISTOIRE

7 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION cycle, 3 e cycle) et du point de vue des futurs recruteurs? Daniel Atlan : Les diplômes de gestion du 1 er cycle et sans doute du 2 e cycle sont aujourd hui d un intérêt limité pour les entreprises. Ils correspondent à des emplois et à des compétences qui sont, au moins sur le papier, automatisables ou «outsourcables». Le développement de l informatique de gestion, le redéploiement des traitements administratifs et comptables vers des pays à faibles coûts salariaux rendent ces diplômes sinon obsolètes, du moins inintéressants. Eric Godelier : Qu en est-il des formations plus professionnalisées, du type MBA? Thomas Durand : Les universités sont parvenues à intégrer en leur sein les formations techniques de premier cycle et cela fonctionne globalement. Par contre, les choses sont plus complexes autour de la formation de type MBA ou équivalent. Le modèle du country club d antan s est estompé. L accent mis en sciences de gestion sur le volet scientifique, et plus récemment sur la course à la publication, a considérablement structuré le volet théorique du champ, construisant de la légitimité académique et, ce faisant, de la réputation. Les établissements qui recrutent des «publiants» et les affichent à leur palmarès parviennent à faire monter leurs droits d inscription et à vendre leurs programmes Executive Education (prononcez Exec Ed, forme moderne de formation continue) à des prix générateurs de marges. Celles-ci sont investies pour améliorer le campus et les offres de formation, recruter plus de professeurs stars et ainsi attirer de bons étudiants qui intéressent les entreprises. C est la course au ranking pour faire briller la marque et donc les diplômes et les diplômés. Eric Godelier : Pensez-vous vraiment que ce système fonctionne? Thomas Durand : D une certaine façon, oui, la martingale fonctionne, en tout cas pour les établissements qui sont en tête des rankings, même si nous craignons d y voir une bulle qui risque un jour d exploser tant la tension entre logique scientifique et logique des pratiques crée des contradictions 10. Ainsi par exemple, les responsables d Exec Ed doivent-ils aller chercher à l extérieur des intervenants pour assurer leurs sessions car les jeunes stars publiantes disponibles en interne sont souvent meilleures à conduire des traitements statistiques qu à animer des sessions devant des managers expérimentés. On voit bien alors la contradiction entre le recrutement de stars en recherche pour afficher un corps professoral de qualité car publiant dans les revues idoines et, quand il s agit d enseigner, la mobilisation de non-professeurs extérieurs, même affublés du titre de professeur affilié! (C est la tension bien connue «Rigor vs. Relevance»). Enfin, logiquement, les formations doctorales de gestion ont dû privilégier les règles du jeu de la course au ranking et aux publications dans les revues correspondantes. Les exigences de ce type d exercice sont alors peu alignées sur les besoins des entreprises et, en cela, le doctorat de gestion ne constitue guère un tremplin vers l entreprise on ne peut que le regretter. Lise Arena : How are pre-experienced and post-experienced programmes perceived in the UK? Colin Mayer : In the UK, over the last few years substantial increase is being made in pre-experienced programmes (general programmes like masters in management and specialists programmes like masters in financial economics). 10 T. Durand and S. Dameron, Where have all the business schools gone?, British Journal of Management, September DECEMBRE 2011 N 65 7

8 DÉBAT Leslie Hannah : There are some prestigious undergraduate programmes (Stern and Wharton in the USA, LSE and Oxford in the UK) but most are at rather lower quality institutions and have been successful in training mainly lower level managers. Postgraduate degrees seem to have been more appreciated by recruiters to higher posts. Lise Arena : Does their content differ significantly from MBA programmes? Colin Mayer : Those programmes are designed for people who need to get some experience and knowledge of management before they go into the workplace or later transfer to do an MBA, which would typically require 6 years of experience. Now again, those programmes perform an important screening function for younger students. Companies (such as financial institutions for example) are recruiting people from those programmes to analyst programmes in their institutions as against the associate programmes that typically MBA students would go into after they have graduated from their MBA courses. Lise Arena : Are these pre-experienced programmes also significantly different from undergraduate ones? Colin Mayer : Yes, both of these pre- and post-experienced courses are distinct from undergraduate programmes in so far as there is a strong element of vocational education within MBAs and masters in management programmes, whereas at the undergraduate level, as for any undergraduate programme, the primary function is really to help people to be able to conceptualise and analyse problems and to know all about the origins and the intellectual base of somebody s discourse that goes on in management. It also provides them with tools about how to run organizations. Recruiters should not regard undergraduates in management as being equivalently trained as in pre- or post- experience programmes. They should regard them more as the equivalent to students who have done any undergraduate degree at University and regard undergraduate programmes as essentially, again, a screening device for selecting between students with different abilities at the undergraduate level. Thomas Durand : Precisely on this, let me just throw in a fundamental question at this stage. Are management studies, as a field of knowledge centered on practice and action, structured enough, and more importantly structuring enough to help undergraduate students get a chance to come out from several years of undergraduate studies with conceptual tools to articulate and address issues? I tend to doubt it - but I would be very happy to be proven wrong on this. L ÉVALUATION DES FORMATIONS, DES DIPLÔMÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS Eric Godelier : Le deuxième thème de ce débat porte sur l évolution du contrôle et de l évaluation des diplômes de gestion. Selon vous, est-ce que ces diplômes ont toujours été contrôlés et comment une évaluation de plus en plus systématique s est-elle mise en place dans le temps? Thomas Durand : La question de la mesure de la qualité d un établissement d enseignement supérieur de gestion est complexe. C est là que les rankings et les mécanismes d accréditation font irruption dans le jeu. Aussi longtemps que le monde des business schools restait national, ou limité à la zone d influence traditionnelle d un pays, avec sa langue et sa culture, comme les anciennes colonies d un ancien empire, un dispositif social informel se chargeait de véhiculer un classement implicite des établissements et donc des diplômes de cette sphère. Mais quand la compétition est devenue plus globale, dans un monde multipolaire, avec une 8 ENTREPRISES ET HISTOIRE

9 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION forte mobilité des étudiants, des managers et des professeurs, il a fallu se donner d autres moyens pour s y retrouver dans le dédale des systèmes d enseignement supérieur étrangers. D où le succès du classement de Shanghaï, de celui de Della Bradshaw dans le Financial Times, ou encore la généralisation des accréditations, pratique créée aux Etats-Unis en Lise Arena : Est-ce qu en France ces mécanismes s appliquent de la même manière aux diplômes nationaux dans des établissements publics et ceux dans des institutions privées? Alain Burlaud : Il faut distinguer les diplômes nationaux (aujourd hui : baccalauréat, DUT, BTS, licences, masters et doctorats) et les diplômes visés par l Etat mais délivrés par les établissements privés ou consulaires tels les écoles de commerce. Lise Arena : Dans ce cas, en quoi le contrôle des diplômes diffère-t-il dans ces deux types d institutions? Alain Burlaud : L enseignement public a toujours été caractérisé par l existence d un contrôle de la tutelle. Les diplômes nationaux délivrés par les universités doivent depuis longtemps faire l objet d une habilitation préalable par la direction de l Enseignement supérieur du ministère. Les critères, plus ou moins formalisés, prenaient en compte la qualité et la disponibilité du corps enseignant de l établissement et l opportunité de l offre, compte tenu notamment du bassin d emploi concerné. La formation continue et l apprentissage, importants en gestion, permettent également de valider, par le marché, la pertinence de l offre de formation. Ce dialogue entre l établissement et la direction de l Enseignement supérieur conduit à la signature du contrat d établissement qui garantit pour quatre ans (et désormais cinq) le financement public dont l établissement pourra bénéficier. En ce qui concerne les écoles de commerce, l évaluation est plus récente et a commencé avec certains des labels privés cités ci-dessus lorsqu elles se sont internationalisées. L enjeu est d autant plus important qu elles doivent justifier des frais de scolarité élevés, sans commune mesure avec ceux demandés par les composantes des universités. Pour le reste, la réputation de ces établissements est entretenue par les nombreuses actions de communication, le réseau des anciens élèves et les classements établis régulièrement par la presse qui tenaient lieu d évaluation. Eric Godelier : Daniel Atlan, quelle est votre position sur le sujet? Daniel Atlan: La formulation de la question me pose problème: on y mélange implicitement contrôle et évaluation des diplômé(e)s et contrôle et évaluation des diplômes. Un recruteur s intéresse certes à la qualité d une formation, d une école ou d une université, donc à la qualité des diplômes et des titres qui y sont délivrés. Mais il s intéresse aussi à la compétence des personnes qu il /elle embauche, donc à la qualité des diplômé(e)s. En France, les titres et les diplômes ont fait depuis longtemps l objet de procédures de validation soit interne quand il s agit d établissements dépendant du ministère de l Education Nationale (et de ses avatars) soit externe, surtout pour les établissements privés. Des commissions paritaires, des commissions de spécialistes, des commissions des titres ont à connaître des formations et des titres qui les sanctionnent. On peut noter au passage que dans bien des cas ces dispositifs ne fonctionnent que lors de la mise en place d une nouvelle formation ou d un nouveau titre. Une fois la décision prise, aucune évaluation périodique n est prévue et il est clair que les dispositifs anglo-saxons d accréditation pour les écoles de commerce par exemple sont un progrès dans le système français, car ils supposent une évaluation régulière des formations et des titres. DECEMBRE 2011 N 65 9

10 DÉBAT Eric Godelier : Do institutions certify business schools and how are these schools evaluated? Are these professional institutions or universities? Colin Mayer : The process of evaluation of business schools really takes place at three levels. One level is the parent institution itself. For instance, the Saïd Business School is part of Oxford University. As such, it is evaluated on its subject to quality standards and evaluation imposed by this University and as a regular process of evaluating what is going on in the courses of the Business School. The second is accreditation by a whole series of accredited organizations, such as the Association of MBAs, EQUIS (for European Schools) and AACSB (for American Schools) certifying body. The third is the ranking mechanism provided by outside players such as the media. Leslie Hannah : In the UK degrees at all levels were initially validated by individual universities, using their standard degreeawarding powers. For the reasons very well described by Thomas Durand, in the last three decades external evaluators of the quasi-professional, quasi-public kind (such as AMBA and EQUIS) and commercial newspaper rankings (such as Financial Times, Business Week etc.) have become more important, especially for differentiating postgraduate degrees. They adopt fairly uniform standards, and all are appreciated by potential students, but the latter are extremely competitive and tend to prize the commercial newspaper rankings above all else (as deans of business schools frequently complain!). For executive education, no degrees or certificates are usually awarded and evaluation by EQUIS and similar organisations is sometimes very perfunctory. The most useful evaluations in this sector are almost all by newspapers, relying heavily on employer evaluations. Lise Arena : What is the role of these accrediting institutions? Colin Mayer : What those organizations do is to spend a period of time in the school and evaluate the quality of the programmes to ensure that they are up to a minimum standard as laid out by these governing bodies. In many places, these are institutions, which are non-profit organizations. In the case of EQUIS, it has been set up by the European Foundation for Management Development (EFMD) and it was really used as a way of trying to promote the quality of MBA programmes in Europe. Those bodies are essentially official certification organizations. For many institutions, that is very important to be able to say we are being certified by AACSB or EQUIS. The third form of validation comes from the rankings such as the FT ranking, Business Week rankings and a number of others, which for the top schools is much more important than the accreditation which essentially established the minimum base. As far as these institutions are concerned, the quality evaluation by the University and the rankings are really the critical element in terms of demonstrating their quality. Lise Arena : Are recruiters directly influenced by these rankings? Colin Mayer : From the recruiter s perspective, I think the rankings are probably the most important. The rankings are read by a very large population of people, not just students and applicants but also by recruiters. In a sense, there is also causality because the major influence on what performs in rankings is the career s progression of students and also what recruiters think of the School. Business Week in particular when it evaluates schools would ask a certain number of recruiters what they think of the students graduating from that school. The certification process in Europe through EQUIS is a relatively recent phenomenon while AACSB has been in existence for quite some time. EQUIS was really established to avoid a feeling that the process was being dominated by American procedures. 10 ENTREPRISES ET HISTOIRE

11 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION Leslie Hannah : Yet all three agencies operate globally and in that sense now compete: a Singapore or a Melbourne school can go to any (or all) of them (as indeed do some US and European schools). There is a puzzle here: can you really have competition in regulation or will that inevitably lead to a diminution in standards as subjects (the business schools in this case) engage in forum-shopping, to get the best evaluation, and evaluators lower their standards to keep their jobs? You do not have to look much further than the agencies rating securities before the latest financial crisis to understand that this can be a very serious problem undermining professional standards and inducing behaviour bordering on the criminal. I don t think this happens with EQUIS, AACSB or AMBA and for three reasons. First, they mainly employ peers (for example, other business school deans) rather than full-timers, so fewer private temptations to empire-build exist; second, they have no statutory power (government endorsement of credit raters increased their power to do ill), so need to retain the respect of the evaluated; and third, the views of Europeans and Americans have increasingly coincided, so competition leads to the enforcement of broadly similar standards everywhere, not a race to the bottom on some dimensions that might have resulted if such a consensus had not existed. Where real differences persist (for example, oneyear MBAs being common in Europe and 2- years in America), all bodies have agreed to assess them on their own merits and results, without taking too sectarian a viewpoint. Eric Godelier : Qu en est-il du point de vue français? Thomas Durand : L accréditation est un dispositif qui signale qu un établissement ou un programme a été analysé en détail par un panel de pairs (constitué de directeurs d établissements, souvent étrangers, et d un ou plusieurs praticiens) pour décerner ou non un label. Il n y a pas de classement. C est oui ou non, accrédité ou pas. L accréditation constitue aussi, voire surtout, un moyen pour engager l établissement ou le programme dans une logique d amélioration continue de la qualité. Les étapes successives de réaccréditation permettent d assurer un suivi de cette démarche qualité. Naturellement, les associations nationales ou internationales qui portent ces dispositifs d accréditation (typiquement AACSB l américaine, AMBA l anglaise ou EFMD l européenne) sont en concurrence pour établir leur visibilité et leur légitimité en s efforçant d imposer leur standard. Un dispositif national de type habilitation d un diplôme est une autre forme autour de la même idée, avec cette fois un ministère ou une agence chargée de labelliser ou non un programme, par exemple le M2. Eric Godelier : Quant aux classements, comment et dans quel contexte se déroulent-ils? Thomas Durand : Les classements participent d une autre logique. Des journalistes astucieux se sont construit une niche permettant de publier plusieurs numéros par an avec de bons tirages. Leur classement combine des critères objectifs ou subjectifs, quantitatifs ou qualitatifs, collectés auprès des établissements qui n ont d autres choix que de se plier aux exigences de l exercice pour espérer apparaître dans la liste avec parfois, pour certains, quelques tentations à biaiser les réponses en espérant ainsi améliorer leur rang dans le classement. Parmi les critères retenus, figure en bonne place la question des productions scientifiques du corps professoral d un établissement. Ceci conduit alors à un autre type de classement, celui des revues spécialisées cette fois. Cet autre classement permet à chacun de se simplifier la vie. Pour évaluer la production d un chercheur et par extension d un département ou d un établissement, il suffit de compter le nombre d articles parus dans les revues bien classées. Plus besoin d évaluer les textes, ni même de les lire, les évaluateurs anonymes ayant fait le travail pour les revues et gratuitement en plus. DECEMBRE 2011 N 65 11

12 DÉBAT Leslie Hannah : Yes, that is an important point for university business schools in Britain. We used to carry out «research assessment exercises», for government evaluations which had important consequences for the distribution of state funding among business schools. These involved detailed reading of research outputs by teams of specialists in management, accounting etc.; but increasingly it looks as if we will rely more on «bibliometrics». And it turns out that the results of both approaches can be very similar, while the latter wastes much less high-grade labour time. However, «Goodhart s law» comes into operation here : as soon as you define something to be measured and controlled, it becomes distorted by game-playing academics and becomes less reliable as an indicator. I must say that some of the relative rankings of journals endorsed by the British evaluators seem to me dubious, and more related to private interest than professional standards! Alain Burlaud : Dans les universités, les procédures ont été complétées de façon significative en 2006 avec la création de l Agence d évaluation de la recherche et de l enseignement supérieur (AERES) qui a pour mission l évaluation des formations et des équipes de recherche avec le souci d une relation forte entre enseignement et recherche. La publicité des critères et des rapports d évaluation, le caractère contradictoire de la démarche et l organisation de l intervention des experts ont permis de professionnaliser l exercice. Lise Arena : En bref, donc, comment est évalué, selon vous, le dispositif global? Thomas Durand : Le dispositif est alors emboîté et bouclé : le niveau d un établissement, de ses diplômes et de ses diplômés est estampillé par une ou plusieurs accréditations, et attesté par le rang obtenu dans différents rankings (dont on aura noté qu ils sont élaborés par des acteurs non académiques et extérieurs au dispositif). Les établissements mettent le paquet pour monter dans les classements et l investissement qui leur paraît le plus rentable (en coût/bénéfice espéré) est dans la recherche ou plutôt dans les publications. Ceci les amène à cibler les revues dominantes, en tout cas selon les rankings de revues, c est-à-dire les revues nord-américaines évidemment. Ceci embarque tout ce beau monde dans l imitation des travaux privilégiés outre-atlantique dans ce qu il est convenu d appeler le mainstream. Comme si le management avait vocation à devenir unique et global, c est-à-dire uniforme et standardisé sur la planète, alors que le monde est devenu multipolaire. Lise Arena : Dans cet ensemble quelle est la place de l AERES, en France? Alain Burlaud : L AERES ne donne que des avis, la décision revenant toujours in fine au ministre qui a la possibilité d intégrer une dimension politique (exemple : des objectifs d aménagement du territoire) que l AERES n a pas vocation à prendre en compte. Par ailleurs, plus récemment et sur la base du volontariat, certaines composantes comme les IAE ont demandé une labellisation de leurs procédures ou de leurs formations auprès d organismes privés tels Qualicert pour les IAE, l European Quality Improvement System (EQUIS) lancé par l European Foundation for Management Development (EFMD), l Association of Masters in Business Administration (AMBA) pour les programmes MBA, etc. Ceci permet de se positionner dans la concurrence internationale et par rapport aux meilleures écoles de commerce. Lise Arena : Justement, est-ce qu en France l évaluation des écoles de commerce a changé 11? 11 Cf. P. de Fournas, Quelle identité pour les grandes écoles de commerce françaises? (HEC, ESSEC, ESCP), thèse de doctorat de sciences de gestion, Ecole Polytechnique, ENTREPRISES ET HISTOIRE

13 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION Alain Burlaud : Dans les écoles de commerce, les choses ont changé de façon très importante avec la création en 2001 de la commission d évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) chargée d évaluer les diplômes visés par le ministère de l Enseignement supérieur et ultérieurement d examiner les demandes de grade de master pour les diplômes délivrés par les écoles de commerce puis la réforme LMD en Même si, au début, le grade de master a été attribué de façon généreuse, cela marque une prise de pouvoir de la direction de l Enseignement supérieur en matière de régulation de l offre de formation de l ensemble des établissements d enseignement supérieur non universitaires quel que soit leur statut juridique. L AERES intervient depuis 2009 dans l évaluation des dossiers des établissements qui signent un contrat avec l Etat et perçoivent donc des financements publics comme elle le fait pour les diplômes nationaux. La CEFDG garde un rôle plus politique en aval et le ministre seul a le privilège de la décision finale. Echappent à ces évaluations francofrançaises les établissements qui ne demandent ni visa ni financement à l Etat et jouent résolument la carte internationale comme l INSEAD. Eric Godelier : Par rapport à la question précédente, est-ce que, selon vous, les recruteurs se fondent sur ces évaluations dans leur choix de recrutement? Comment est-ce qu on peut homogénéiser l évaluation de ces diplômes (MBA, par exemple) au niveau européen, voire international, dans le contexte de la globalisation? Daniel Atlan : Les entreprises, donc les recruteurs, se fondent sur ces évaluations ou plutôt sur leur traduction dans des classements formels ou informels entre les établissements d enseignement supérieur. Pour autant l exercice a des limites évidentes. Un esprit curieux qui ferait le total des besoins affichés de recrutement pour des écoles d ingénieurs de rang 1 en France tels qu exprimés par des entreprises opérant en France observerait que ce total dépasse largement les flux de sortie des écoles en question. Le recrutement procède aussi de la consommation ostentatoire chère à Thorstein Veblen et, heureusement pour les candidats qui n ont pas intégré des écoles de rang 1, les entreprises ne refusent pas de les embaucher. Thomas Durand : Au total, la logique d évaluation et d accréditation a indéniablement conduit les établissements à se professionnaliser, à recruter plus de professeurs permanents, à améliorer la qualité de leur fonctionnement. Mais il faut aussi constater que cela a débouché sur un processus d imitation forcenée et aveugle, sur une inflation des prix et des salaires, sur une course sans fin en quête de plus de ressources pour financer des travaux de recherche conduisant à des publications d accès difficile et souvent de faible intérêt pour les praticiens. Tout cela pour séduire ces mêmes praticiens, attirer de bons étudiants et susciter l intérêt des recruteurs Lise Arena : Comment peut-on donc homogénéiser ces évaluations? Daniel Atlan : Je dirais «faut-il homogénéiser l évaluation des diplômes?». Ce qui est quasi homogène, ce sont les formations construites sur le modèle des business schools nord-américaines, enseignées en anglais et visant à fournir aux grands cabinets de conseil les troupes dont ils font grande consommation. Au passage, je souhaite attirer l attention sur l évolution récente des formations juridiques aux Etats-Unis. Faire une law school et se retrouver avocat dans un cabinet était ces dernières années la voie royale vers la fortune et (parfois) la gloire. Depuis 2009, les clients des cabinets d avocats se sont rebellés et n acceptent plus de payer au prix fort des avocats débutants qui font un travail administratif. La pression des services achats fait baisser (en niveau relatif) les prix et les cabinets doivent créer un corps d avo- DECEMBRE 2011 N 65 13

14 DÉBAT cats à bas coût ou délocaliser dans des pays à coûts salariaux faibles ou automatiser de nombreuses tâches auparavant vendues fort cher. Mais alors de plus en plus de diplômés de law schools se retrouvent sur un marché du travail difficile avec une dette pour études d un poids considérable. Cette segmentation se profile aussi dans les écoles de commerce : certes quelques diplômés (sans e cette fois) connaîtront la fortune et parfois la gloire, mais beaucoup d autres vont connaître les joies de la concurrences des pays à bas coûts. Ainsi des entreprises mettent en place des corps de cadres dits globally mobile pour créer une concurrence sur le marché interne du travail. Eric Godelier : Quel est justement le rôle de ces processus dans ce contexte de globalisation? Daniel Atlan : La globalisation n est pas inéluctable, pour reprendre les thèses de l historien Niall Ferguson 12 entre autres. La baisse continue des coûts de transactions physiques connaît un coup d arrêt avec la hausse des prix de l énergie et l absence d innovation depuis le développement de la containerisation 13. Dans ces conditions, on peut imaginer que la globalisation se régionalise et que si les outils de gestion stricto sensu sont toujours plus mondialisés et homogènes, les outils de management, eux, se localisent davantage. L expatriation des personnels n est pas toujours la seule solution au bon fonctionnement d une entreprise multinationale. Leslie Hannah : It is perhaps worth remarking in the context of globalisation that the countries which initially held out successfully against the «Anglo-Saxon» model (including remarkably prosperous ones like Japan and Germany) are themselves taking tentative steps toward the global norm. In some respects, for example, the business schools of Keio and Berlin have distinct national characteristics, but are recognisably similar to the American business schools which many of their staff have experienced. And China, India and the other BRICS are showing even stronger tendencies to convergence. It might have been expected that aspects of the failure of the model in Enron, Lehman Brothers etc. would have sparked a reconsideration, but I see little sign of this. LA PERTINENCE ET LA PLACE DE LA FORMATION CONTINUE Lise Arena : On peut passer à la troisième et dernière thématique de ce débat qui pose la question suivante : est-ce que finalement, la seule formation pertinente en gestion ne serait pas la formation continue? D un point de vue historique, comment les choses ont elles évolué par le passé et d un point de vue prospectif, allons-nous de plus en plus vers des programmes de formation continue ou initiale? Alain Burlaud: La réponse à cette question est fonction de ce que l on entend par formation en gestion. S il s agit de former des stratèges capables de prendre part aux grandes décisions qui marquent la vie d une organisation, la thèse défendue par Henry Mintzberg dans un ouvrage célèbre intitulé Managers Not MBAs 14 selon laquelle on ne peut s y préparer que dans le cadre d une formation continue me paraît valide. Les 12 N. Ferguson, What Could Bring Globalization Down?, Harvard Business School Working Knowledge, May 23, M. Levinson, The box. Comment le conteneur a changé le monde, Paris, Max Milo, Traduction française : H. Mintzberg, Des managers, des vrais! Pas des MBA. Un regard critique sur le management et son enseignement, Paris, Editions d Organisation, ENTREPRISES ET HISTOIRE

15 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION soft skills qui se développent avec la maturité professionnelle, sont largement prédominantes. S il s agit de l apprentissage des outils de la gestion, les hard skills prennent le pas. L apprentissage du calcul actuariel, du droit du travail ou de la technique de consolidation des comptes ne requiert pas de maturité professionnelle mais des qualités de raisonnement que l on est en droit d attendre de tout étudiant de l enseignement supérieur, quels que soient son expérience ou son âge. Ces enseignements ont donc toute leur place en formation initiale comme en formation continue 15. Enfin, la formation à la gestion peut être un élément de la culture générale au même titre que la connaissance des institutions politiques ou des principaux mécanismes économiques qui structurent notre société. Ainsi, le cours de management dans le programme du baccalauréat STG a été plébiscité tant par les élèves et que leurs professeurs. A ce niveau, il ne s agit évidemment pas de former des dirigeants ou des stratèges mais de donner des clés permettant de comprendre le fonctionnement d une organisation, qu elle soit d ailleurs marchande ou non marchande. La demande est très forte même de la part d élèves qui ensuite choisiront d autres champs disciplinaires pour poursuivre leurs études. Cette demande de culture générale à travers la découverte du fonctionnement des organisations se décline à tous les niveaux. Eric Godelier : Perhaps, things are slightly different in the UK. Colin Mayer, what do you think about this assumption? Colin Mayer : First of all, in relation to University management education, my view is that management at the undergraduate level is as valid as the study of any other discipline, like history, politics or whatever. Clearly, the nature of organizations and the way in which organizations are managed is an extremely interesting and challenging thought provoking topic. So that there are some very important intellectual issues that the study of management raises. It would be very odd to say that it is not as academically relevant as any other discipline. Eric Godelier : Is this different from postgraduate level? Colin Mayer : Yes, that is different from the study of management how it is conceived at the postgraduate level where people are interested in career development. That is why recruitment is so particularly relevant in relation to the pre-experienced and postexperienced programmes. The study of management at the undergraduate level is very valid provided that one does not believe or pretend that one is essentially producing a vocational education and where I think it errs in the direction of being regarded as, I quote, a soft discipline is where it confuses these two objectives. Lise Arena : Do you think therefore that undergraduate degrees in management should stay away from vocational education? Colin Mayer : It is possible for the undergraduate degree to be diluted by too much focus on vocational objectives and the University is much under pressure to do that because a lot of students when they come on to business management degrees regard them as shortcuts to high paying jobs. But that is not the contribution of an undergraduate management. In Oxford, we will continuously have to be demonstrative for the rest of the community that it is a really intellectual discipline but would there be a move in general in that direction? 15 A titre d exemple, l Institut national des techniques économiques et comptables (Intec) du CNAM accueille chaque année étudiants sans faire de distinction entre formation initiale et continue. DECEMBRE 2011 N 65 15

16 DÉBAT I think the answer is probably in many institutions yes, because of the pressure to do it. Continuing education is unquestionably expanding. It is not only in business schools but in the University more generally because people spend much more time in education. It is not anymore the case that you just go to University in your 20s and that is it. People are now expected to essentially learn again throughout all their life and that seems to be entirely appropriate, particularly as people age slower and they are going to have to have stimulus to keep their brains functioning. In particular in relation to business and management, the changing demands of management (i.e. the fact that the nature of management is changing so rapidly) means that managers have to refresh their knowledge and so that the notion of developing a life-time education experience will come back at the first stages of a career. This means that the amount of vocational courses is going to increase quite substantially over the next few decades. Leslie Hannah : That is surely right, and it will probably mean both more short courses (businessmen have limited time) and more emphasis in executive education on tailored or custom courses, designed for specific companies, rather than open programmes. Both have their advantages. Open programmes take managers out of their corporate silo and expose them to a wider range of peers in other companies. We should not forget that, particularly on something like a 3-month residential Advanced Management Programme, participants often report that they learnt almost as much from their peers as from their professors! On the other hand tailored programmes can more directly target the development need of a particular business. Such courses may be delivered in the business school or in the company, and the latter reduces indirect participation costs. What this growth also means is increased competition between business schools and commercial providers. Probably already more private consultants offer training in fields like leadership, time management or finance than there are university professors in the field; and the Financial Times rankings of executive education providers already include a number of non-university and for profit providers. Daniel Atlan : Pour rebondir sur les réponses qui viennent d être apportées, je viens d essayer d introduire une distinction entre gestion et management dans ma réponse précédente. Si en gestion formation initiale et continue se complètent suivant le modèle classique, la seule formation pertinente en management est la formation continue. D ailleurs historiquement les MBA étaient d abord des formations ouvertes aux salariés ayant quelques années d expérience professionnelle. Il convient ici de mentionner la gestion du titre de charter engineer dans les pays de tradition anglo-saxonne : In The United Kingdom, the formation process (academic + internship / apprenticeship / graduate training + peer reviewed professional practice) of a Chartered Engineer spans a minimum of 8 years but usually 12 years 16. En France est ingénieur toute personne détentrice du titre délivré par une école ou une université agréée par la commission des titres d ingénieur. La différence est frappante. Quant à la prospective, pour reprendre la phrase de Yogi Berra, il est toujours difficile de faire des prévisions surtout en ce qui concerne l avenir. 16 Wikipedia, accès 30 mai ENTREPRISES ET HISTOIRE

17 LA FRANCE ET LES PAYS ANGLO-SAXONS FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA GESTION Eric Godelier : Comment les choses devront donc se développer à l avenir d après vous? Daniel Atlan : Le scénario le plus plausible devrait intégrer : l émergence de modèles «régionaux» de management (de ce point de vue la lecture du sinologue François Jullien 17 et 18 est édifiante) la nécessité de continuer à produire (au sens physique du terme), donc de progresser dans la développement d innovations techniques et donc de reconstruire des compétences d ingénierie à tous niveaux l allongement de la durée de vie au travail, donc la nécessité de maintenir et développer des compétences nouvelles tout au long de la vie dans les différents corps de métiers nécessaires à l entreprise (gestion et ingénierie) la complexité croissante des connaissances à mettre en œuvre, donc la nécessité de modèles combinant formation initiale (dispensée par qui sait faire le mieux ou moindre coût) et pratique professionnelle tutorée. Eric Godelier : Entre science et connaissances pratiques, comment doit donc être enseignée la gestion? Thomas Durand : La dynamique des business schools nord-américaines, imposée aux Européens et au reste du monde via la logique des rankings, participe d une logique implicite, ou même explicite, visant à établir le management comme une science. Ce serait la jeunesse du champ qui expliquerait qu il ne soit pas encore établi et reconnu comme une science. Ceci signifie qu il y aurait un espoir de créer un corpus de connaissances actionnables, à même de dépasser les contingences des problématiques locales de chaque organisation et de faire apparaître des régularités, ou au moins d apporter des éclairages utiles pour l action. Cette voie est celle du versant de la connaissance. Elle est devenue dominante, mais on est probablement allé trop loin. Car il y a l autre versant du management, celui des pratiques. Eric Godelier : Très bien. Mais alors quel type de formation est la plus adéquate? Thomas Durand : Une formation au management qui ne mobiliserait qu un des deux versants courrait le risque d être bancale. Ni question purement universitaire de production et de diffusion de connaissances, ni affaire purement empirique d apprentissage par l action, le management nécessite ces deux volets conjointement. L histoire le montre clairement. Après le modèle du country club, il y a eu un rattrapage mais on est sans doute allé trop loin. L enseignement de la gestion ne saurait être affaire des seuls établissements d enseignement supérieur ni des seules entreprises (ou des associations professionnelles qui les fédèrent). Un mariage de raison a vocation à s imposer durablement entre des acteurs différents mais complémentaires, condamnés à s entraider et à se chamailler à la fois. Pour les mêmes raisons, il semble peu probable que l on voie la formation initiale parvenir à s emparer de la formation des managers à la mode MBA. C est qu il faut un substrat d expérience, de vécu dans l organisation pour disposer de situations de référence auxquelles raccrocher les discussions qui permettent d arrimer les connaissances conceptuelles dispensées dans ce type de programme. Une formation première struc- 17 F. Jullien, Conférence sur l efficacité, Paris, PUF, F. Jullien, Le Pont des singes, de la diversité à venir, Paris, Editions Galilée, DECEMBRE 2011 N 65 17

18 DÉBAT turante (que ce soit par les mathématiques, le droit, la psychologie, les sciences économiques, l histoire ou la physique ) suivie d une expérience suffisante de terrain (plutôt 3 à 5 ans que 12 mois), tel semble le parcours type qui a émergé comme le préalable au MBA. On peut s attendre à ce que ce schéma perdure. Par contre, les formations techniques de gestion, de niveau 1 er cycle, semblent avoir tout à fait leur place en formation première. Et tout ceci n interdit pas la formation tout au long de la vie, à la mode CNAM ou équivalent, avec une partie sous la forme de validation des acquis de l expérience et une autre partie de formation continue qui aide à éclairer, à structurer et à dépasser les apprentissages empiriques, permettant une réflexivité salutaire. Lise Arena : One last question addressed to Colin Mayer: if management education continues developing in both universities and companies, which institution should be concerned with what type of programmes? Colin Mayer : In terms of what is sometimes called corporate universities, those are going in cycles. We have been going through a period towards the end of the 1990s and towards the beginning of the last decade, in which companies were thinking: We can teach people ourselves and get our own programmes and we don t need business schools to provide programmes. It went away as companies realised it wasn t as easy as they thought. I think that reflects the fact that the nature of the knowledge that can be produced by a company is very different from what a business school can provide, in the sense that a company has more knowledge about its own activity, its market and how to run its own business than anyone else. On the other hand, companies know only about their business and their sector. Lise Arena : Then, what can business schools provide in addition to that? Colin Mayer : The first thing that any business school can provide is a much wider perspective on business which is much more international, much more cross-sectorial than what the company on its own can do. The second element is that business schools are part of a University and the knowledge that can be brought from other parts of this University gets beyond what a company can provide. In terms of education you could get here in Oxford, it would, for example, typically draw on politics, economics, law, sciences and understanding what are the big scientific influences on what it is going to affect management, such as the effect of ageing population on the way in which companies should run their activities, etc. Those issues, I think, companies cannot teach. The nature of the education they would provide could be complementary but much more firm specific and less generic. From the point of view of the individual who wants to make himself more marketable, he would be looking more for generic skills than what companies can provide. 18 ENTREPRISES ET HISTOIRE

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT

QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT QUESTIONNAIRE DU PARTICIPANT NOMS: PRÉNOM: DATE DE NAISSANCE: LIEU DE NAISSANCE: ADRESSE: TÉLÉPHONE FIXE: PORTABLE: COURRIER ÉLECTRONIQUE: PERSONNE À CONTACTER EN ESPAGNE EN CAS D URGENCE: TÉLÉPHONE EN

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Retired Rock Star Presents Programme for Schools

Retired Rock Star Presents Programme for Schools Séquence 12 Public cible 2 de, 1 e / Écouter : B1+ ; Écrire : B1 Retired Rock Star Presents Programme for Schools Le célèbre musicien du groupe Pink Floyd, Roger Waters, présente son programme pour les

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Dear colleagues, Please find herebelow the request of Service representatives of the Council of the European

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION Direction des Partenariats Internationaux - Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES Imprimer le formulaire puis le SIGNER et le DATER avant de le photocopier en 2 exemplaires à joindre au dossier original

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

AUX AGENTS IMMOBILIERS QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS

AUX AGENTS IMMOBILIERS QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS REAL ESTATE AGENTS LICENSING ACT QUALIFICATIONS OF AGENTS AND SALESPERSONS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.15(Supp.) In force September 15, 1992; SI-013-92 LOI SUR LA DÉLIVRANCE DE LICENCES AUX AGENTS IMMOBILIERS

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs NE POURRA ETRE PRIS EN CONSIDERATION.

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

British Council LearnEnglish Online

British Council LearnEnglish Online British Council LearnEnglish Online Kiros Langston, English Programmes Manager, British Council Tunisia Nick Cherkas, English Programmes Manager, British Council Morocco British Council LearnEnglish Online

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE

FORMULAIRE DE DEMANDE English version follows Instructions de la demande FORMULAIRE DE DEMANDE Les établissements canadiens doivent faire la demande au nom du candidat. Le formulaire de demande en ligne doit être rempli et

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Module Title: FRENCH 6

Module Title: FRENCH 6 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: FRENCH 6 Module Code: LANG 7001 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Studies

Plus en détail

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Service Relations Internationales de l IAE Karine MICHELET, Bureau AF114 www.iae-toulouse.fr international@iae-toulouse.fr Tel: 05 61 63 57 10 Ce guide

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES :

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : 1 Veuillez compléter ce formulaire en format Microsoft Word sur votre ordinateur et sauvegardez le fichier sous

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

La vérification des gaz à effet de serre

La vérification des gaz à effet de serre La vérification des gaz à effet de serre Anne Duprat Directrice principale Chris Ridley-Thomas Associé LE 26 OCTOBRE 2011 Introduction La vérification des gaz à effet de serre Une exigence pour certains

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D ICM STUDENT MANUAL French 2 JIC-FRE2.2V-12 Module Change Management and Media Research Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième édition,

Plus en détail

openoffice 40 manual

openoffice 40 manual openoffice 40 manual Print and Online Should you be particular with knowing everything concerning this openoffice 40 manual, you have to look for these details. OPENOFFICE 40 MANUAL Here are one of the

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Note: If there is insufficient space to answer a question, please attach additional

Plus en détail

Level 2 French, 2003

Level 2 French, 2003 For Supervisor s 2 90398 Level 2 French, 2003 90398 Read and understand written language in French in less familiar contexts Credits: Six 9.30 am Friday 28 November 2003 Check that the National Student

Plus en détail

Official Documents for 2015 Marathon des Sables

Official Documents for 2015 Marathon des Sables Official Documents for 2015 Marathon des Sables Please take care when completing these documents they may be rejected if incorrect. They must be printed in colour and completed by hand. They must be posted

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

Master of Science ParisTech Année / Year 20... - 20...

Master of Science ParisTech Année / Year 20... - 20... PHOTOGRAPHIE PHOTOGRAPH http:www.paristech.org DOSSIER DE CANDIDATURE APPLICATION FORM Master of Science ParisTech Année Year 20... - 20..., 352*5$00( 628+$,7( 0$67(5 352*5$0 (19,6$*(',, &225'211((6 3(56211((6

Plus en détail

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments 1) Le nom de votre établissement et la ville School Name and City: 2) Vos enfants sont scolarisés...- Your children are in. oui - yes non - no au primaire (maternelle, élémentaire) PreK or 1-5 Grade au

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 How can you improve your co-op s bottom line? Comment pouvez-vous améliorer le revenu net de votre coopérative? How can you raise

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. N de dossier :... Reçu le :... Nom / Name : Prénom / First name :

DOSSIER DE CANDIDATURE. N de dossier :... Reçu le :... Nom / Name : Prénom / First name : Photo (à coller) / Photo (to stick on) DOSSIER DE CANDIDATURE ADMISSION INTERNATIONALE POUR CANDIDATS INTERNATIONAUX / INTERNATIONAL APPLICANTS ADMISSION Cadre réservé à l administration / For office use

Plus en détail

MASTER DROIT DES AFFAIRES (M1, M2)

MASTER DROIT DES AFFAIRES (M1, M2) MASTER DROIT DES AFFAIRES (M1, M2) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Droit des affaires Présentation Le Master Droit des affaires de Chambéry

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Gestion de la configuration et contrôle du code source

Gestion de la configuration et contrôle du code source MGL7460 Automne 2015 Gestion de la configuration et contrôle du code source Guy Tremblay Professeur Département d informatique UQAM http://www.labunix.uqam.ca/~tremblay 10 septembre 2015 Parmi les premières

Plus en détail

For the English version of this newsletter, click here.

For the English version of this newsletter, click here. For the English version of this newsletter, click here. Les écoles des conseils scolaires de langue française de l Ontario dépassent le cap des 100 000 élèves Selon les plus récentes données du ministère

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES.

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES. ONTARIO Court File Number SEAL at (Name of court) Court office address Form 34N: Application to Change or Terminate Openness Order Applicant(s) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

Paris-Saclay, Yes We Can!

Paris-Saclay, Yes We Can! Liste de candidats Nom de la liste : Paris-Saclay, Yes We Can! Election des représentants des doctorants au conseil du collège doctoral 1 Profession de foi : Cette liste est composée de doctorants issus

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib European integration: conditions and challenges for libraries, 3 au 7 juillet 2007 36 e congrès LIBER Results from the Seminar on Measuring Quality in Libraries Bayir,

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

E-Learning Manager. LLP/LdV/TOI/2008/IRL 507. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4406

E-Learning Manager. LLP/LdV/TOI/2008/IRL 507. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4406 E-Learning Manager LLP/LdV/TOI/2008/IRL 507 1 Information sur le projet Titre: E-Learning Manager Code Projet: LLP/LdV/TOI/2008/IRL 507 Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Projets de

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris.

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris. Leçon 7 - La Vie est belle La vie de Nafi, une jeune Française d origine sénégalaise parle de sa vie. Elle est étudiante en sociologie à l Université de Toulouse. Aujourd hui, elle parle de sa vie. -Est-ce

Plus en détail

100004371 Social Finance Accelerator Initiative. July 10, 2015 Question:

100004371 Social Finance Accelerator Initiative. July 10, 2015 Question: 100004371 Social Finance Accelerator Initiative July 10, 2015 Question: Although I have not yet heard a response about my two prior questions, I have another question relating to the DOS Security Requirement.

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 INTITULE

Plus en détail

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form M / Mr Mme / Mrs Nom Last name... Nom de jeune fille Birth

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

Défi international. Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais

Défi international. Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais Défi international Dispositif d'accompagnement pédagogique et linguistique pour l'enseignement en anglais Support and Training for the Development of English-Taught Programs 2015-2016 Défi International

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

554 Ontario, Sherbrooke, Québec, Canada, J1J 3R6 MAIN RESPONSIBILITIES

554 Ontario, Sherbrooke, Québec, Canada, J1J 3R6 MAIN RESPONSIBILITIES Posting number: 14-120 Title: Campus: Work Location: Coordinator, Continuing Education Lennoxville Campus 554 Ontario, Sherbrooke, Québec, Canada, J1J 3R6 Position and Functions: Champlain Regional College

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

European Business to Business Sales Institute

European Business to Business Sales Institute European Business to Business Sales Institute FR/05/B/P/PP-152044 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2005 European Business to Business Sales Institute FR/05/B/P/PP-152044 Type de Projet:

Plus en détail