Il est facile de montrer que l intersection d une famille de tribus sur un ensemble E est encore une tribu de parties de E.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Il est facile de montrer que l intersection d une famille de tribus sur un ensemble E est encore une tribu de parties de E."

Transcription

1 cours 4, le mercredi 2 février 2011 Intersection de tribus Si, sur un même ensemble, on dispose d une famille (F i ) i I de tribus, on peut considérer la famille F des parties A qui appartiennent à toutes ces tribus. n tant que sousensembles F i P(), cela s écrit F = i I F i = { A : i I, A F i }. Il est facile de montrer que l intersection d une famille de tribus sur un ensemble est encore une tribu de parties de. Si (A n ) F, il s agit de vérifier que A = n A n est encore dans F, c est-à-dire que A est élément de F i pour chaque i I ; si i est donné, on a A n F i puisque A F, et ceci pour tout n, donc A appartient à la tribu F i, ce qui achève cette partie de la preuve. On montre de même que F est stable par complémentaire et que F. Tribu engendrée par une classe de parties C P() Si on considère une classe quelconque C de parties de (par exemple : la classe O de tous les ouverts de = R), il existe au moins une tribu qui contient cette classe, à savoir la tribu P(), qui est la plus grosse tribu sur. On peut ensuite considérer (les axiomes de la théorie des ensembles le permettent) l intersection de toutes les tribus de parties de qui contiennent la classe donnée C ; on obtient ainsi une tribu, qui est clairement la plus petite tribu contenant la classe C. On l appelle la tribu engendrée par C, et on la note σ(c). Une tribu T de parties de est un sous-ensemble de P(), la famille T de toutes les tribus de parties de est un sous-ensemble T P(P()). On peut donc écrire la formule σ(c) = {A P() : T T,((C T ) (A T ))}, qui est bien une formule valide pour définir un ensemble σ(c) à partir des axiomes de la théorie des ensembles. Si est un espace topologique avec une famille d ouverts O, la tribu borélienne de est la tribu σ(o) engendrée par les ouverts de. Un cas particulièrement important sera la tribu borélienne B R de la droite réelle R (ou bien celle de la droite étendue R) ; la mesure de Lebesgue λ est une mesure σ-additive sur (R, B R ) : selon le programme officiel de cet enseignement, son existence est admise. On peut décrire dans des termes similaires le sous-espace vectoriel engendré par une partie C d un espace vectoriel, comme intersection de tous les sous-espaces qui contiennent C. Il s agit d une description par l extérieur. Mais dans le cas vectoriel, on dispose aussi d une description très simple par l intérieur, en considérant l ensemble des combinaisons linéaires de vecteurs de C. On décrit ainsi, en un seul coup, la construction de tous les éléments qui seront, nécessairement, dans tout sous-espace vectoriel contenant C, et, coup de chance, on a ainsi directement un sous-espace vectoriel, qui est donc le plus petit, le sous-espace vectoriel engendré. La description de B R par l intérieur est possible mais délicate : si une tribu contient la classe O = C 0 des ouverts, elle doit aussi contenir les G δ = C 1, qui sont les intersections dénombrables d ouverts (une classe qui, entre parenthèses, contient les fermés de R), puis la tribu doit contenir les réunions dénombrables d ensembles de la classe précédente, formant 1

2 ainsi les G δσ = C 2, puis les G δσδ = C 3, etc. Le grand malheur est que, même si on poursuit une suite infinie d opérations donnant les classes successives C 0,...,C n,..., obtenant ainsi une classe C ω = + n=0 qui regroupe tous les ensembles obtenus par une itération finie arbitraire des opérations σ et δ, cette classe ne sera toujours pas une tribu : il faut passer à C ω+1, etc. et continuer par récurrence transfinie, sans pouvoir s arrêter avant une quantité non dénombrable d opérations. Le réconfort, c est que du point de vue de la mesure, la classe G δσ suffit : tout ensemble borélien B B peut être encadré par deux ensembles A 0 B A 1 qui sont des G δσ tels que λ(b \ A 0 ) = λ(a 1 \ B) = 0. C n, Définition-Théorème (admis). On désigne par B R la tribu de parties de R engendrée par la famille des ouverts de R. Il existe une mesure λ sur (R, B R ) telle que pour tous les réels a, b avec a b on ait λ([a, b]) = b a. n particulier, λ({a}) = λ([a, a]) = 0. Comme λ est une mesure, on a aussi, par exemple, λ([a, b]) = λ({a}) + λ(]a, b]), donc λ([a, b]) = λ(]a, b]) = λ(]a, b[) = b a. On voit ainsi que pour tout intervalle I borné, on a λ(i) = l(i). Il est clair que λ(r) = +, puisque R est la réunion dénombrable des intervalles deux à deux disjoints [n, n + 1[, où n varie dans Z, qui sont tous de longueur 1, donc λ(r) = n Z1 = +. De façon analogue, on montre que λ(i) = + pour tout intervalle I non borné. Premières propriétés des mesures Si (B n ) est une suite croissante d éléments de la tribu F, posons A 0 = B 0 et A n+1 = B n+1 \ B n pour tout n 0. On voit que les (A n ) F sont deux à deux disjoints, que A 0,..., A n est une partition de B n, donc µ(b n ) = µ(a k ), k=0 et on voit que n 0B n = n 0 A n. 2

3 Il en résulte que : pour toute suite croissante (B n ) d ensembles de la tribu F, on a la propriété de monotonie ( ) µ B n = limµ(b n ). n n 0 Cette propriété est le degré 0 du théorème de convergence monotone, qui sera vu au prochain cours. Si (C n ) est une suite quelconque dans F, la suite (B n ) définie par B n = C 0... C n est une suite croissante dans F, qui a la même réunion n B n que la suite (C n ), donc par monotonie de la mesure ( µ n 0 ) n B n = limµ(b n ) lim n n k=0µ(c k ) = k 0 µ(c k ). Comme n B n = n 0 C n, on obtient la propriété de sous-additivité dénombrable, ( µ n 0 ) C n µ(c k ). k 0 Un cas particulier très important est le cas des ensembles de mesure nulle : si (A i ) F est une famille finie ou dénombrable d ensembles de mesure nulle, alors leur réunion est de mesure nulle, ( ) µ A i = 0. i I On voit ainsi que pour la mesure de Lebesgue λ, qui donne une mesure nulle à tous les singletons {x}, on a λ(q) = 0. Bien sûr, ce principe ne s applique pas aux réunions qui ne sont pas dénombrables : l intervalle [0, 1] est de mesure 1 pour λ, et il est réunion des singletons {x}, x [0, 1], qui sont des ensembles de mesure nulle. II.2. Intégrale II.2.1. Fonctions étagées Définition. Soit (, F) un espace mesurable, c est-à-dire le couple d un ensemble et d une tribu F de parties de ; une fonction ϕ : R est une fonction F-étagée s il existe une partition finie π = {A 1,..., A m } de en ensembles A j de la tribu F, telle que ϕ prenne une valeur constante a j sur l ensemble A j, ϕ = a j 1 Aj. On dira que π est adaptée à la fonction étagée ϕ. Si ϕ est F-étagée et si a est une valeur réelle prise par la fonction ϕ, alors l ensemble {ϕ = a} des points x tels que ϕ(x) = a est égal à la réunion finie {Aj : a j = a} = {ϕ = a}, 3

4 donc il appartient à la tribu F. Comme dans le cas des subdivisions de la théorie de Riemann, si π = (A j ) et ρ = (B k ) sont deux partitions finies de en ensembles de F, on peut introduire la partition plus fine σ = π ρ formée des ensembles A j B k. Si ϕ et ψ sont deux fonctions F-étagées et si f est une fonction réelle quelconque sur R 2, il en résulte que la fonction est F-étagée. n particulier, sont des fonctions F-étagées. x f(ϕ(x), ψ(x)) R αϕ + βψ, ϕψ, ϕ, Donnons une mesure µ sur (, F), pour obtenir l espace mesuré (, F, µ). Si ϕ est F-étagée et représentée par ϕ = a j 1 Aj, on voudrait définir son intégrale par la somme m a jµ(a j ), mais cela est impossible dans le cas général, parce que la mesure µ peut donner la valeur + à certains ensembles, et les valeurs a j ne sont pas nécessairement de même signe, ce qui pourrait conduire à une expression indéfinissable telle que 1 (+ ) + ( 2) (+ ). On définit donc une sous-classe des fonctions étagées, la classe des fonctions F-étagées µ-intégrables ; on dit que la fonction F-étagée ϕ est µ-intégrable si pour tout réel a non nul, l ensemble {ϕ = a} (qui est dans F) est de mesure finie : a 0 µ ( {ϕ = a} ) < +. Si π = {A 1,..., A m } est adaptée à ϕ, si A i est non vide et si ϕ = a i 0 sur A i, alors A i est contenu dans {ϕ = a i }, ce qui implique que µ(a i ) µ ( {ϕ = a i } ) < +. On peut alors définir l intégrale d une telle fonction étagée par la formule ϕ dµ = a j µ(a j ) ; la valeur de l intégrale est un nombre réel : si µ(a j ) = +, alors a j = 0 et on interprète le produit 0 (+ ) comme valant 0. Montrons, par la même preuve que celle de l intégrale de Riemann, l indépendance de l intégrale par rapport au choix de la représentation de la fonction ϕ ; si on a une autre représentation, ϕ = b k 1 Bk, on obtient une partition plus fine de avec les ensembles On peut définir des réels c j,k 0 tels que C j,k = A j B k. c j,k µ(c j,k ) = a j µ(c j,k ) = b k µ(c j,k ) 4

5 pour tous j, k. Si C j,k est vide, on prend (par exemple) c j,k = 0, et les trois nombres à comparer sont nuls. Si C j,k n est pas vide, on y sélectionne un point x ; alors x est dans le morceau A j de la première partition, donc ϕ(x) = a j, et x est aussi dans le morceau B k de la deuxième partition, donc ϕ(x) = b k ; dans ce cas, on peut prendre c j,k = a j = b k. nsuite, on calcule ( ) c j,k µ(c j,k ) = a j µ(a j B k ) ; j,k comme les B k forment une partition de, les ensembles A j B k, k = 1,..., n, forment une partition finie de A j et µ(a j ) = µ(a j B k ). On a donc c j,k µ(c j,k ) = en travaillant dans l autre direction, on obtient ce qui prouve l indépendance. j,k c j,k µ(c j,k ) = j,k a j µ(a j ); b k µ(b k ), Proposition. Si ϕ, ψ sont F-étagées µ-intégrables, on a pour tous réels α, β (αϕ + βψ) dµ = α ϕ dµ + β ψ dµ. Si ϕ ψ, alors et ϕ dµ ϕ dµ ψ dµ ϕ dµ. Preuve. Si on a deux partitions de en ensembles (A j ) et (B k ) appartenant à la tribu F, on a vu qu on peut construire une partition plus fine en considérant les ensembles A j B k. Si on a deux fonctions F-étagées ϕ et ψ, on peut donc trouver une partition C l telle que les deux fonctions ϕ et ψ soient constantes sur les ensembles de cette partition, ce qui permet d écrire ϕ = a l 1 Cl, ψ = b l 1 Cl. Par conséquent, si α, β sont réels, on a αϕ + βψ = (αa l + βb l )1 Cl, et on peut calculer l intégrale de αϕ + βψ en utilisant cette partition (αϕ + βψ) dµ = (αa l + βb l )µ(c l ) = α 5 ϕ dµ + β ψ dµ.

6 De plus l intégrale est croissante : si ϕ ψ, alors a l b l pour tous les ensembles non vides C l et dans ce cas a l µ(c l ) b l µ(c l ) ; quand C l est vide, la mesure de C l est nulle et a l µ(c l ) = 0 = b l µ(c l ), donc ϕ ψ ϕ dµ ψ dµ. Remarque. Considérons = [0, 1], sa tribu borélienne B et la mesure de Lebesgue λ. Tous les intervalles I [0, 1] sont des boréliens de, donc toute fonction en escalier de la théorie de Riemann est une fonction B-étagée. De plus, on a l(i) = λ(i), par conséquent les intégrales sont les mêmes dans les deux théories : quand ϕ est une fonction en escalier sur [0, 1], 1 ϕ dλ = ϕ(t) dt. On pourrait définir dès maintenant une très grosse partie de l intégrale de Lebesgue en copiant ce qui a été fait pour Riemann, mais en remplaçant seulement les mots en escalier par le mot étagée. Mais on prendra un autre chemin, et ce qui aurait pu être une définition maintenant sera un résultat plus tard dans le cours : une fonction f réelle bornée définie sur l intervalle borné [0, 1] est Lebesgue-mesurable et Lebesgue-intégrable si et seulement si pour tout ε > 0, il existe deux fonctions ϕ 1, ϕ 2 qui sont B-étagées et telles que ϕ 1 f ϕ 2, [0,1] 0 ϕ 2 dλ [0,1] ϕ 1 dλ < ε. L intégrale de f est égale au sup des intégrales des ϕ 1 f, ou à l inf des intégrales des fonctions étagées ϕ 2 f. Intégrale des fonctions étagées positives Dans le cas des fonctions étagées positives on n aura plus le problème d indétermination, et on décidera d accepter la valeur +. Une fonction F-étagée positive sur peut se représenter sous la forme ϕ = a j 1 Aj où (A j ) est une partition de en ensembles de F et où les (a j ) sont des réels 0. On définit l intégrale d une fonction étagée positive par la formule ϕ dµ = a j µ(a j ) ; la valeur de l intégrale peut être +, dans le cas où un a j > 0 correspond à un ensemble A j de mesure infinie. On montre comme dans le cas réel que la valeur donnée à l intégrale ne dépend pas de la partition adaptée à ϕ. 6

7 Si ϕ et ψ sont étagées 0, on peut trouver une partition C l telle que les deux fonctions ϕ et ψ soient constantes sur les ensembles de cette partition, ce qui permet d écrire ϕ = a l 1 Cl, ψ = b l 1 Cl, a l, b l 0. Par conséquent, si α, β sont réels 0, on a αϕ + βψ = (αa l + βb l )1 Cl, et si ϕ, ψ 0, on peut calculer l intégrale de αϕ + βψ en utilisant cette partition (αϕ + βψ) dµ = α ϕ dµ + β ψ dµ. De plus l intégrale est croissante : si 0 ϕ ψ, alors 0 ϕ ψ ϕ dµ ψ dµ. 7

12.2 Exercices du chapitre 2

12.2 Exercices du chapitre 2 12.2 Exercices du chapitre 2 12.2.1 Tribus Corrigé 9 (Caractérisation d une tribu) Soit E un ensemble. 1. Soit T une partie de P(E) stable par union dénombrable, stable par passage au complémentaire et

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue 1 Nécessité de l intégrale de Lebesgue Une fonction f : [a,b] R est dite intégrable au sens de Riemann si les sommes de Riemann N 1 i=0 f(ξ i )(x i+1 x i ), a = x 0 x 1 x 2 x N =

Plus en détail

Séance du 25/01/2014 de ParisMaths Théorie de la mesure

Séance du 25/01/2014 de ParisMaths Théorie de la mesure Séance du 25/01/2014 de ParisMaths Théorie de la mesure 1 Longueur, aire : retour en maternelle Dans cette partie on xe un entier d {1, 2}. Dénition 1. On dit que deux parties A et B de R d sont équivalentes

Plus en détail

Théorème de représentation de Riesz

Théorème de représentation de Riesz Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Théorème de représentation de Riesz May 9, 2006 C est un théorème de construction

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE, et INTÉGRATION AU SENS DE LEBESGUE

THÉORIE DE LA MESURE, et INTÉGRATION AU SENS DE LEBESGUE Cédric Milliet Cours de THÉORE DE LA MESURE, et NTÉGRATON AU SENS DE LEBESGUE Version préliminaire Cours de quatrième année de Lisans Université Galatasaray, 2013 2 Cédric Milliet Université Galatasaray

Plus en détail

Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N. 1 Propriétés de la mesure de Lebesgue.

Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N. 1 Propriétés de la mesure de Lebesgue. Université d Artois Faculté des Sciences ean Perrin Mesure et Intégration Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Changement de variables dans les intégrales sur un ouvert de R N Daniel Li April

Plus en détail

Le Théorème de la convergence dominée pour les fonctions intégrables au sens de Riemann

Le Théorème de la convergence dominée pour les fonctions intégrables au sens de Riemann Le Théorème de la convergence dominée pour les fonctions intégrables au sens de Riemann Jean-François Burnol, 21 février 2012 J ai déjà proposé une démonstration du théorème de la convergence dominée,

Plus en détail

Math IV, analyse (L2) Fiche 1

Math IV, analyse (L2) Fiche 1 UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD LYON Cours: O. Kravchenko Institut Camille Jordan Travaux dirigés: T. Altınel, T. Eisenkölbl & S. Richard Math IV, analyse (L) Fiche 5 février 8 Exercice (Ouvert / fermé, intérieur

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

Tribus et mesures. Chapter Introduction... par les probabilités Cas d un problème discret

Tribus et mesures. Chapter Introduction... par les probabilités Cas d un problème discret Chapter 2 Tribus et mesures 2.1 Introduction... par les probabilités 2.1.1 Cas d un problème discret Pour introduire la série de définitions qui suivent, commençons par quelques exemples, tirés du calcul

Plus en détail

1 Théorème de convergence monotone

1 Théorème de convergence monotone Université Denis Diderot Paris 7 Compléments du cours de Probabilités 1 Théorème de convergence monotone Théorème 1.1. de Convergence Monotone (TCM) : Soit (X n, n 0) une suite croissante de v.a.r. positives,

Plus en détail

Loi d une variable aléatoire réelle

Loi d une variable aléatoire réelle Licence Math et MASS, MATH504 : probabilités et statistiques Loi d une variable aléatoire réelle On introduit la notion de variable aléatoire dans le cas réel ainsi que la notion fondamentale de loi d

Plus en détail

AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES

AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES AH - FONCTIONS AFFINES PAR INTERVALLES Définition On appelle fonction affine par intervalles une fonction f définie et continue sur R pour laquelle il existe une subdivision a 1 < a 2 < < a n telle que

Plus en détail

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1 Eercices corrigés Algèbre linéaire Enoncés Eercice On rappelle que (E, +, est un K-espace vectoriel si (I (E, + est un groupe commutatif ; (II-, y E, α K, α ( + y = α + α y ; (II- E, α, β K, (α + β = α

Plus en détail

Fonctions mesurables, variables aléatoires

Fonctions mesurables, variables aléatoires Chapitre 3 Fonctions mesurables, variables aléatoires 3.1 Introduction, topologie sur R + Nous allons, dans ce chapitre, introduire différents outils nécessaires à la définition de l intégrale de Lebesgue.

Plus en détail

Suites et séries de fonctions.

Suites et séries de fonctions. Suites et séries de fonctions. 1 Convergence simple: Soit f n : I R (ou C) une suite de fonctions. Cela signifie que pour tout x I, on considère la suite (f n (x)). Définition. On dira que la suite (f

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles Variables aléatoires réelles Table des matières 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles. 3 1.1 Rappels sur les σ-algèbres ou tribus d événements................................. 3 1.2 σ-algèbre

Plus en détail

CHAPITRE 5 : Mesures produits le théorème de Fubini-Lebesgue

CHAPITRE 5 : Mesures produits le théorème de Fubini-Lebesgue CHAPITRE 5 : Mesures produits le théorème de Fubini-Lebesgue A. Zeriahi Version préliminaire-novembre 2011 Avertissement : Ceci est une version préliminaire des notes du cours que l auteur a dispensé en

Plus en détail

1.1 De l intégrale de Riemann à l intégrale stochastique Processus stochastique, intégrales de Lebesgue et de Riemann

1.1 De l intégrale de Riemann à l intégrale stochastique Processus stochastique, intégrales de Lebesgue et de Riemann Chapitre 1 Introduction 1.1 De l intégrale de Riemann à l intégrale stochastique On commence par résumer l histoire de la théorie de l intégration et de son application aux processus stochastiques depuis

Plus en détail

École Nationale Supérieure de Techniques Avancées module : Commande des Systèmes. examen du cours B7 1 Filtrage bayésien et approximation particulaire

École Nationale Supérieure de Techniques Avancées module : Commande des Systèmes. examen du cours B7 1 Filtrage bayésien et approximation particulaire École ationale Supérieure de Techniques Avancées module : Commande des Systèmes examen du cours B7 1 Filtrage bayésien et approximation particulaire mercredi 16 octobre 2013, 8:30 à 10:00 Problème L objectif

Plus en détail

Couples aléatoires. 1. Loi d un couple aléatoire Un exemple. Licence MATH et MASS 3 e année. MATH504 : Probabilités et Statistiques

Couples aléatoires. 1. Loi d un couple aléatoire Un exemple. Licence MATH et MASS 3 e année. MATH504 : Probabilités et Statistiques Licence MATH et MASS 3 e année MATH54 : Probabilités et Statistiques Couples aléatoires Au chapitre précédent, nous avons étudié les variables aléatoires réelles c est à dire les variables aléatoires prenant

Plus en détail

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Université Paris Dauphine 2012 MI2E CC n 1 Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Question de cours : Donner une définition de la propriété de somme directe pour deux sous-espaces vectoriels (d un R espace

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI

PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI PROBABILITE SUR UN ENSEMBLE FINI Ω est un ensemble fini non vide. On note P(Ω) l ensemble des parties de Ω. Vocabulaire 1. Ω est l univers ou univers des possibles. 2. Toute partie A de Ω est appelée événement.

Plus en détail

Année , Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2. orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html

Année , Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2.  orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html Universités de Tours & d Orléans M1 MA Année 216 217, Semestre 2 Analyse fonctionnelle 2 http://www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af2.html Chapitre 5 : Distributions tempérées Définitions

Plus en détail

Master en sciences mathématiques THÉORIE DE LA MESURE Répétition 1, octobre 2010

Master en sciences mathématiques THÉORIE DE LA MESURE Répétition 1, octobre 2010 Répétition 1, octobre 2010 Exercice 1. Soit X un ensemble. Déterminer si les systèmes suivants sont des algèbres ou des σ-algèbres : 1. si X est infini, A := {A X : A est fini} ; 2. si X est infini, B

Plus en détail

Fiche de cours 2 - Suites de réels.

Fiche de cours 2 - Suites de réels. Licence de Sciences et Technologies EM1 - Analyse Fiche de cours - Suites de réels. Généralités sur les suites. Définition : Une suite est une fonction u : N R, définie à partir dun certain rang au moins.

Plus en détail

Université Denis Diderot Examen (corrigé) Durée 3 heures Documents, Téléphones et calculatrices non autorisés

Université Denis Diderot Examen (corrigé) Durée 3 heures Documents, Téléphones et calculatrices non autorisés Université Denis Diderot 22-23 L3 Mathématiques appliquées Intégration Examen (corrigé) Durée 3 heures Documents, Téléphones et calculatrices non autorisés Exercice Chacune des questions suivantes compte

Plus en détail

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions

Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3 Espaces préhilbertiens : projection orthogonale sur un sous-espace de dimension finie. Applications à l approximation des fonctions 3. Espaces préhilbertiens On rappelle qu une forme bilinéaire sur un

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

Les espaces de Lebesgue L p

Les espaces de Lebesgue L p Les espaces de Lebesgue L p A. Zeriahi Version préliminaire-décembre 2011 Avertissement : Ceci est une version préliminaire des notes du cours que l auteur a dispensé en troisème année de Licende de Mathématiques

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot NOMBRES RÉELS 1 Approximations d un réel 1.1 Ensembles de nombres Notation 1.1 On note R l ensemble des nombres réels. On note Q l ensemble des nombres rationnels i.e. l ensemble des nombres de la forme

Plus en détail

Champs aléatoires gaussiens

Champs aléatoires gaussiens EMSE Présentation du 7 décembre 2015 1 Champ aléatoire gaussien (Neveu) 2 3 1 Champ aléatoire gaussien (Neveu) 2 3 Champ aléatoire gaussien Une champ aléatoire réel, i.e. une famille ( X t, t T ) indexée

Plus en détail

Devoir Surveillé Vendredi 8 Avril

Devoir Surveillé Vendredi 8 Avril Devoir Surveillé Vendredi 8 Avril BCPST Lycée Hoche Pelletier Sylvain $\ CC BY: Durée : h Exercice inspiré de Véto 997) 8.5 Dans la savane, les lionnes chassent des gazelles et des zèbres pour le lion.

Plus en détail

Chapitre 3: Espaces topologiques

Chapitre 3: Espaces topologiques Chapitre 3: Espaces topologiques I. Définition et exemples. Dans le chapitre précédent, nous avons défini les ouverts puis nous avons également caractérisé les points adhérents, les points intérieurs,

Plus en détail

Les séries numériques

Les séries numériques Les séries numériques Généralités. Séries à termes réels ou complexes.. Notion de série numérique Étant donnée une suite (u n ) n n0 de nombres réels ou complexes, on appelle série des u n et on note u

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages.

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages. Notations Dans ce problème, E est un espace euclidien de dimension n 1. On note (x y) le produit scalaire de deux vecteurs quelconques x, y de E. On note [x] ε la matrice-colonne des coordonnées d un vecteur

Plus en détail

Théorème de convergence monotone, dominée et lemme de Fatou. x s 1. n=1 n s. (On pourra considérer les fonctions g n (x) = x s 1 e nx 1 [0,+ ).

Théorème de convergence monotone, dominée et lemme de Fatou. x s 1. n=1 n s. (On pourra considérer les fonctions g n (x) = x s 1 e nx 1 [0,+ ). Exercices : Barbara Tumpach electure : François Lescure Exo7 Théorème de convergence monotone, dominée et lemme de Fatou Exercice 1 1. Soit {g n } n N une suite dans M +,Σ). Montrer que ) + g n dµ = n=1

Plus en détail

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base.

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. 1 Axiome du choix Definition 1.1. Etant donnée une famille (A i ) i I de parties d un ensemble E (c est à dire une application de

Plus en détail

Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités

Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Probabilités (Master 1 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Chapitre 1 Notions fondamentales de la Théorie des Probabilités Dans ce chapitre, nous

Plus en détail

Rappel sur les fonctions intégrables

Rappel sur les fonctions intégrables CHAPTER 2. RAPPEL SUR LES FONCTIONS INTÉGRABLES Chapter 2 Rappel sur les fonctions intégrables Dans ce chapitre sont rappelés les principaux résultats du cours Calcul Intégral qui sont importants pour

Plus en détail

Rappels de probabilités

Rappels de probabilités 12 Novembre 2008 Plan s Moyennes Densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques Plan s Moyennes Densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques

Plus en détail

Corrigé du Concours Blanc

Corrigé du Concours Blanc Corrigé du Concours Blanc Exercice : On considère la fonction f définie par : f(x = x + 2 2 ln(e x + et on note (C la courbe représentative de f dans un repère orthonorrnal.. Etude de la fonction f. a.

Plus en détail

Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles

Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles DOCUMENT 30 Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles Rappelons que : 1. Introduction et résultats préinaires Les fonctions logarithmes sont les primitives sur R + des

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Préliminaire sur les complexes de chaines

Préliminaire sur les complexes de chaines G. Ginot FIMFA 21/211 Exercices de Topologie Algébrique Élémentaire Feuille 4: (co)homologie Préliminaire sur les complexes de chaines Les exercices suivants sont de grands classiques à connaitre (enfin

Plus en détail

CAPES externe 2008 de Mathématiques Première composition : CORRIGÉ

CAPES externe 2008 de Mathématiques Première composition : CORRIGÉ ............................................................................................................. CAPES externe 2008 de Mathématiques Première composition : CORRIGÉ Alexis GONZÁLEZ & Martial

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Notations et préliminaires

Notations et préliminaires Notations et préliminaires Tous les corps figurant dans le problème sont supposés commutatifs. N désigne l ensemble des nombres entiers naturels N désigne l ensemble des nombres entiers naturels non nuls

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS NUMÉRO 4

TRAVAUX DIRIGÉS NUMÉRO 4 Université Paris 7 - M Modélisation Aléatoire - Calcul Stochastique TRAVAUX DIRIGÉS NUMÉRO 4 INTÉGRALE DE WIENER ET D ITÔ 1. Retour feuille 3 : Martingales du mouvement brownien. Temps d atteinte Exercice

Plus en détail

[M. Gubinelli - Contrôle des chaînes de Markov - M1 MMD 2011/ poly 2 - v.1] Arrêt optimal

[M. Gubinelli - Contrôle des chaînes de Markov - M1 MMD 2011/ poly 2 - v.1] Arrêt optimal Rappels sur les processus et sur les temps d arrêt 1 [M. Gubinelli - Contrôle des chaînes de Markov - M1 MMD 2011/2012-20110926 - poly 2 - v.1] Arrêt optimal 1 Rappels sur les processus et sur les temps

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Chapitre 12 Limites et continuité de fonctions Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Limites et continuité de fonctions 1 / 53 Notations : On note, sauf

Plus en détail

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ Chapitre 8 : COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles 2 1.1 Généralités.............................................

Plus en détail

Corrigé de la feuille d exercices n o 1

Corrigé de la feuille d exercices n o 1 École Normale Supérieure FIMFA Année 2010-2011 Travaux dirigés de Topologie et Calcul différentiel François Béguin Corrigé de la feuille d exercices n o 1 1 - Espace topologique tel que les singletons

Plus en détail

Devoir Vacances Commentaires et corrections

Devoir Vacances Commentaires et corrections Devoir Vacances Commentaires et corrections Voici quelques éléments pour vous aider à faire ce devoir et les corrections de quelques erreurs d énoncé : I) Exercice 1 Les parties 1 et 2 sont indépendantes.

Plus en détail

Rappels de probabilités

Rappels de probabilités Plan Définitions Valeurs moyennes, variances Fonctions de distribution, densités Indépendance Le lemme de Borel-Cantelli Fonctions caractéristiques Espérances conditionnelles Fluctuations Plan Définitions

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

valeurs dans un espace normé de dimension finie

valeurs dans un espace normé de dimension finie Séries numériques, ou séries à valeurs dans un espace normé de dimension finie Définitions. Dans ce chapitre K représente indifférement le corps des réels R, ou le corps des complexes C. Le symbole E représente

Plus en détail

Une théorie de l intégration sur un segment Rédaction incomplète. Version beta

Une théorie de l intégration sur un segment Rédaction incomplète. Version beta Plan Une théorie de l intégration sur un segment Rédaction incomplète. Version beta I. Cahier des charges.............................. 1 II. Intégration des onctions en escalier........................

Plus en détail

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations 4 Définitions et notations CHAPITRE 4 Matrices 4 Définitions et notations On désigne par K un des deux ensembles R ou C et par n et p deux entiers strictement positifs 4 Matrices Définition On appelle

Plus en détail

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme.

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme. Séries numériques I) Définitions - Notions essentielles.) Séries numériques Définition Soit une suite numérique. On appelle série de terme général la suite dont les termes successifs sont : ₀ ₀ ₁ ₀ ₁ ₂

Plus en détail

Correction d examen. UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS. Hedi Regeiba. Section: MRMa 1 Épreuve de : Analyse de Fourier

Correction d examen. UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS. Hedi Regeiba. Section: MRMa 1 Épreuve de : Analyse de Fourier UNIVERSITÉ DE GABÈS A.U. : 205-206 FACULTÉ DES SCIENCES DE GABÈS Correction d examen. Hedi Regeiba. Section: MRMa Épreuve de : Analyse de Fourier Questions du cours. Il est évident que l application F

Plus en détail

Intégration des fonctions mesurables positives

Intégration des fonctions mesurables positives Chapitre 3 Intégration des fonctions mesurables positives Dans tout ce chapitre, (, F, µ) désigne un espace mesuré. Notre but est de construire et d étudier l intégrale sur par rapport à µ, d abord pour

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue.

Intégrale de Lebesgue. Intégrale de Lebesgue. L. Quivy Ens Cachan 23 septembre 2013 1 Changement de variables 2 Le lien entre l intégrale de Lebesgue et l intégrale "usuelle" 3 L espace L 1 4 Intégrales dépendant d un paramètre

Plus en détail

TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé

TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé Processus aléatoires ENS Paris, 26-27 Thomas Budzinski Bureau V2 thomas.budzinski@ens.fr TD 5 : Espérance conditionnelle Corrigé Lundi 7 Octobre Exercice (Petits contre-exemples) Soient X et Y deux variables

Plus en détail

Filière SMA Module de topologie

Filière SMA Module de topologie Université Mohammed V-Rabat Faculté des sciences Département de mathématiques Filière SMA Module de topologie Semestre 5 Hamza BOUJEMAA 1 Introduction Le contenu du module de topologie enseigné en semestre

Plus en détail

La corde de Bertrand

La corde de Bertrand La corde de Bertrand Voici un paradoxe célèbre de probabilités. Notre problème est ici de calculer la probabilité pour qu une corde prise au hasard sur un cercle C donné ait une longueur supérieure au

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

2.1 Rappels sur la convergence dans les espaces topologiques. Lemme (Axiome du choix) Pour tout ensemble non vide X il existe une fonction :

2.1 Rappels sur la convergence dans les espaces topologiques. Lemme (Axiome du choix) Pour tout ensemble non vide X il existe une fonction : Chapitre 2 Opérateurs bornés 2.1 Rappels sur la convergence dans les espaces topologiques 2.1.1 Relations d ordre Soit une relation d ordre sur un ensemble X. Si Y X on définit les majorants (resp. minorants)

Plus en détail

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS DE DIMENSION FINIE 1 Familles de vecteurs 1.1 Opérations sur une famille engendrant un sous-espace vectoriel Lemme 1.1 Soient E un K-espace vectoriel, A et B deux parties de E. Alors

Plus en détail

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ

COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ Chapitre 8 : COMPLÉMENTS SUR LES VARIABLES ALÉATOIRES RÉELLES, VARIABLES À DENSITÉ ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2015/2016 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles 2 1.1 Généralités.............................................

Plus en détail

Chapitre 3. Matrices. Définition 1.1. Un tableau rectangulaire de la forme ci-dessous est appelé matrice : a 11 a a. 1q a 21 a 22...

Chapitre 3. Matrices. Définition 1.1. Un tableau rectangulaire de la forme ci-dessous est appelé matrice : a 11 a a. 1q a 21 a 22... Chapitre 3 Matrices 1 Définitions et généralités Définition 11 Un tableau rectangulaire de la forme ci-dessous est appelé matrice : a 11 a 12 a 1q a 21 a 22 a 2q A a p1 a p2 a ps Les coefficients a ij,

Plus en détail

TD Master 2 Martingales et calcul stochastique

TD Master 2 Martingales et calcul stochastique Université d Orléans Master Recherche de Mathématiques 0- TD Master Martingales et calcul stochastique Corrigé des exercices du chapitre 6 Théorèmes de convergence Exercice 6. On considère le processus

Plus en détail

CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES 2. + (puisque α n est pas entier) απ α 2 n 2 cos(nx). Maintenant, g est de classe C 1 par morceaux.

CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES 2. + (puisque α n est pas entier) απ α 2 n 2 cos(nx). Maintenant, g est de classe C 1 par morceaux. SESSION CONCOURS ESIM FILIERE MP MATHEMATIQUES Préliminaire - Quand t tend vers, ft) t t t =. Par suite, f est prolongeable par continuité en. f étant d autre part continue / sur ], ], f est intégrable

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. 2 Systèmes de vecteurs

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. 2 Systèmes de vecteurs Exo7 Espaces vectoriels 1 Définition, sous-espaces Exercice 1 Déterminer lesquels des ensembles E 1, E 2, E 3 et E 4 sont des sous-espaces vectoriels de R 3. Calculer leurs dimensions. E 1 = {(x,y,z) R

Plus en détail

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercice IV.1 Ch4-Exercice1 Montrer que l intersection d un nombre fini de voisinages de a est un voisinage de a. Soient (V k=1,...,p ) p voisinages de a.

Plus en détail

Topologie et Calcul Différentiel. Math360

Topologie et Calcul Différentiel. Math360 Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Topologie et Calcul Différentiel Math360 par Jean SAINT RAYMOND 2 Version mise à jour le 28 Novembre 2005 Chapitre 1 : La droite réelle 1 LA DROITE

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009

Ondes électromagnétique. 5 janvier 2009 Ondes électromagnétique MP 5 janvier 2009 Table des matières 1 Solution des équations de propagations 2 1.1 Équation de propagation..................... 2 1.2 Ondes planes........................... 2

Plus en détail

Commutant d une matrice

Commutant d une matrice Énoncé On désigne par n un entier naturel supérieur ou égal à 2, et par M n (IK) l algèbre sur IK des matrices carrées d ordre n à coefficients dans IK, avec IK = IR ou lc. La matrice identité de M n (IK)

Plus en détail

1. Espace Vectoriel Normé R p

1. Espace Vectoriel Normé R p Fonctions de plusieurs variables : limites et continuité 6-1 Sommaire 1. Espace Vectoriel Normé R p 1 1.1. Norme et distance associée........ 1 1.2. Part. bornées, boules, ouverts et fermés 2 2. Suite

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL Chapitre 15 : FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : CALCUL DIFFÉRENTIEL ECS2 Lycée La Bruyère, Versailles Année 2013/2014 1 Objets du calcul différentiel du premier ordre 2 1.1 Dérivées partielles et gradient..................................

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

MATHÉMATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul MAT102 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ATHÉATIQUES I : Algèbre linéaire et calcul AT2 VIRGINIE CHARETTE DÉPARTEENT DE ATHÉATIQUES UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Hiver 29 Remarques sur le texte. Voici un extrait des notes de cours utilisées en AT2

Plus en détail

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k Ex 1 Facile Soit un espace préhilbertien réel E et deux vecteurs x,y E. a) Développer l expression y 2.x (x y).y b) Retrouver l inégalité de Cauchy-Schwarz ainsi que le cas d égalité. Ex 2 Cours, à faire

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

TD9. ENS Cachan M1 Hadamard Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites

TD9. ENS Cachan M1 Hadamard Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M1 Hadamard 2016-2017 TD9 Exercice 1 Opérateurs compacts et extraction de sous-suites Soient E,F deux espaces de Banach. On note B la boule unité fermée de

Plus en détail

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Corrigé en janvier 2009 Rapidité de convergence d une suite réelle L objectif de ce texte est de se donner des outils pour «mesurer» la rapidité

Plus en détail

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL Université de Metz Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2010/11 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

Mathématiques - Concours ATS 2016 Proposition de corrigé

Mathématiques - Concours ATS 2016 Proposition de corrigé Mathématiques - Concours ATS 6 Proposition de corrigé Exercice :. Soit a et b deux suites de U. On a alors n N, a n+ = a n+ +a n et b n+ = b n+ +b n. On en déduit alors n N, a n+ +b n+ = a n+ + b n+ +

Plus en détail

ISET Jerba wwww.isetjb.rnu.tn Département Génie Électrique. Cours d algèbre2. Haj Dahmane DHAFER

ISET Jerba wwww.isetjb.rnu.tn Département Génie Électrique. Cours d algèbre2. Haj Dahmane DHAFER ISET Jerba wwwwisetjbrnutn Département Génie Électrique Cours d algèbre2 Haj Dahmane DHAFER 19 février 2015 Chapitre I Généralités sur les matrices Sommaire I Définitions et notations 1 II Opérations sur

Plus en détail

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N Agrégation Interne Esaces L Produit de convolution Transformation de Fourier On ourra revoir les oints de cours suivant : intégrales définies et généralisées ; théorème de convergence dominée, théorèmes

Plus en détail

Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af.

Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af. Université d Orléans Faculté des Sciences Département de Mathématiques Licence de Mathématiques SCL5MT01 Analyse fonctionnelle Automne 2006 Page web : http : //www.univ orleans.fr/mapmo/membres/anker/enseignement/af.html

Plus en détail

PSI Sujet de révisions n o 1 Solution Exercice On a χ A (X) =

PSI Sujet de révisions n o 1 Solution Exercice On a χ A (X) = PSI Sujet de révisions n o Solution 5-6 Exercice. On a χ A (X) = X 4 y X x = X(X x) + 4 y = X xx + 4 y; le discriminant associé est = 4(x + y 4). Si >, A possède deux valeurs propres distinctes et est

Plus en détail

5.3 Espaces vectoriels normés de dimensions finies

5.3 Espaces vectoriels normés de dimensions finies Démonstration Tout à fait similaire à celle effectuée pour les applications linéaires, sauf en ce qui concerne (v) (i) (car il n y a plus l intermédiaire (vi)). Mais on a, si (a 1,a 2 ) E 1 E 2 u( 1, 2

Plus en détail

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés...

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés... 1. Espaces métriques 1 Distance, boules, ouverts, fermés... Définition 1.1. Soit E un ensemble (non vide). On appelle distance sur E une application d de E E dans [0, + [ vérifiant les trois propriétés

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

MT23-Algèbre linéaire

MT23-Algèbre linéaire MT23-Algèbre linéaire Chapitre 4 : Valeurs propres - Vecteurs propres ÉQUIPE DE MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES UTC juillet 2014 suivant Chapitre 4 Valeurs propres - Vecteurs propres 4.1 Vecteurs propres - Valeurs

Plus en détail