ACCREDITATION ET ADMISSION PAR L ETAT DES FORMATIONS D INGENIEUR D UN ETABLISSEMENT ETRANGER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCREDITATION ET ADMISSION PAR L ETAT DES FORMATIONS D INGENIEUR D UN ETABLISSEMENT ETRANGER"

Transcription

1 ACCREDITATION ET ADMISSION PAR L ETAT DES FORMATIONS D INGENIEUR D UN ETABLISSEMENT ETRANGER RAPPORT SUR LA DEMANDE DE RENOUVELLEMENT PERIODIQUE DE L ADMISSION PAR L ETAT A DELIVRER LE DIPLOME D'INGENIEUR (MASTER S DEGREE) DE L ECOLE POLYTECHNIQUE FEDERALE DE LAUSANNE (SUISSE) DANS 14 SPECIALITES - ETABLI CONJOINTEMENT PAR L OAQ ET LA CTI INTRODUCTION La problématique de l évaluation ou de l habilitation de la formation ou des formations concernées La visite porte d un commun accord avec l OAQ sur les points nouveaux survenus depuis 2006 et sur la vérification des recommandations aux programmes habilités jusqu à la rentrée L accent est porté sur l évaluation des formations de Masters en Sciences de la Vie (il s agit de la première accréditation a posteriori), ainsi que celle du Management de la Technologie et de l Entrepreneuriat dont le Master a été revu substantiellement. Le rapport d évaluation externe suit le plan du Guide d autoévaluation des Ecoles version 2006 et le cadre codifié des rapports de la CTI version La demande EPFL, par sa lettre du 19 janvier 2010, concerne le renouvellement des admissions par l Etat des Masters en génie civil, sciences et génie de l environnement, informatique, systèmes de communication, microtechnique, génie électrique et électronique, sciences et génie des matériaux, génie mécanique, génie chimique et biochimique, physique, ingénierie mathématique auxquels s ajoutent les deux nouveaux masters en sciences et technologies du vivant et le master en management de la technologie et entrepreneuriat, ceci avec attribution du label EUR-ACE. Le renouvellement des accréditations portera sur la période L accréditation des Masters en architecture, chimie moléculaire et biochimique, mathématiques relève de l OAQ seulement. La composition de l équipe CTI-OAQ Rapporteurs : Pierre Compte, CTI, Dr René-Paul Martin-Denavit, CTI (rédacteur du rapport), Prof. Jacques L Ecuyer, OAQ, Prof. Massimo Pandolfo (Uni Libre de Bruxelles), OAQ, Dr Isabelle Dustin, OAQ. Tous avaient participé au précédent audit. La présentation des personnes en charge du dossier d habilitation de l école Le dossier de l EPFL a été réalisé sous la responsabilité de M. Michel Jaccard, directeur des affaires internationales et de l accréditation. Une réunion préparatoire de l audit avait eu lieu en mars 2009 à Lausanne avec l OAQ et l EPFL. L assistance de l EPFL a été constante et très efficace. Présentations effectuées lors de la visite, Les personnes rencontrées lors de la visite ont été : Prof. P. Aebischer, Président EPFL, Prof. D. Bonvin, Doyen au bachelor et au Master, Dr. M. Jaccard, Prof. W. Pralong, Directeur de sections Faculté SV, Prof. J. Giovanola, Doyen au Doctorat, Dr. Besse, I. Aubert, N. Pichard, D. Chuard, Prof. P. Dillenbourg, Ph Ory, J. Maisano, Prof. D. Trono, Doyen de la Faculté SV, ainsi que leurs collaborateurs et les étudiants. Le déroulement de la procédure d évaluation et avis sur son déroulement La procédure d évaluation avait été définie lors de la réunion du 9 mars 09 : il avait été indiqué ce que les agences attendent de l EPFL, un rapport comportant d une part la mise en œuvre des recommandations et des changements intervenus dans les formations depuis le dernier passage de la CTI en 2006 pour les formations en renouvellement, d autre part l évaluation de deux cursus de Masters SV, dont il n avait été possible de n accréditer de manière pleine que les formations de niveau Bachelor. La totalité de ces formations étaient accréditées et admises par l Etat jusqu en septembre Il a été demandé un rapport et une visite allégée pour tenir compte de la date relativement récente du dernier passage des agences. La procédure était donc programmée sur 2 jours avec 4 experts seulement, au lieu de 5 1

2 jours et 17 experts fin La préparation s est déroulée conformément aux décisions. La visite sur site s est ensuite déroulée en tous points en conformité avec les règles d OAQ et de CTI qui sont identiques. Les évaluations couvrent les 5 années conduisant aux formations d ingénieur. Le calendrier : date d'arrivée du dossier, date et déroulement de la visite, La visite s est tenue les 4 et 5 mars 2010, précédée d une réunion des experts le 3 mars à partir de 18H30. Le dossier fourni par l Ecole est exemplaire, complet, synthétique et bien documenté à la fois, bien qu il ne suive pas le plan du Guide d autoévaluation. Des documents complémentaires ont été remis avant la fin de la visite ou postérieurement à la demande des rédacteurs du rapport. La visite a été remarquablement préparée, a permis de rencontrer les responsables, les corps intermédiaires et les étudiants, ainsi que de visiter des infrastructures du site constituées depuis la dernière visite. Elle s est déroulée en respectant les horaires. Le débriefing a eu lieu, dans une première étape face au Doyen de la Faculté SV et ses collaborateurs pour les formations de Masters en Sciences de la Vie évaluées a posteriori pour la première fois, et l institution en général devant le Président P. Aebischer et les membres concernés de la Direction EPFL. La situation brièvement résumée de la (des) formation(s) et de l établissement, L EPFL délivre des diplômes de Bachelor, de Master et de Doctorat. Les diplômes de Master sont principalement des formations d ingénieurs. Le cas échéant la date de la dernière évaluation par la CTI et le contenu des recommandations faites. La première visite de la CTI à Lausanne remonte à La première accréditation et admission par l Etat de ses formations d ingénieur datent de 1998, avec une habilitation pour 6 ans. Le renouvellement a eu lieu en 2006 conjointement avec OAQ, avec laquelle un accord de reconnaissance mutuelle des décisions d accréditation avait été signé, avec effet rétroactif à 2004 pour une nouvelle période 6 ans. La présente évaluation est limitée aux changements depuis la dernière visite, et on s est avant tout référé au rapport commun OAQ/CTI d évaluation de 2006 pour les autres aspects. Une évaluation plus complète est réservée aux deux formations en SV. Les cursus sont évalués sur l ensemble des 5 années de formation conduisant aux Masters. Les préconisations CTI/OAQ de 2006 étaient : - de décliner pour chacun des diplômes les compétences métier visées par la formation ; - d assurer à tous les ingénieurs diplômés une formation adéquate dans les domaines de l économie, de la gestion, de l éthique, et des impacts sociaux des technologies ; - de rendre le stage professionnel obligatoire dans tous les cursus d ingénieur, et de porter à 120 crédits les masters conduisant aux diplômes d ingénieur. et les recommandations majeures : - de s assurer que les ingénieurs diplômés détiennent un niveau d anglais B2 CEL ; - de faire évoluer les méthodes pédagogiques ; - de consolider le pilotage pédagogique des facultés et des sections ; - de mettre à l étude le développement d une offre de formation continue. PARTIE ÉCOLE CETTE PARTIE DU RAPPORT CONCERNE L'ECOLE DANS SON ENSEMBLE. MISSION ET ORGANISATION : ECOLE 2

3 A 1 Politique générale et stratégie Une présentation succincte de l'école, du nombre total d'élèves ingénieurs, du nombre d'élèves diplômés ingénieurs chaque année, de sa politique, de ses valeurs et ambitions en dix lignes environ est indispensable.(partie ayant vocation à une diffusion publique) Présentation succincte de l Ecole Statut : Ecole Polytechnique Fédérale. Localisation : Lausanne (Suisse), campus contigu à celui de l Université de Lausanne. Vision : Résumé des objectifs de la planification : «L EPFL a l ambition de poursuivre sa progression parmi les meilleures universités mondiales». Nombre d étudiants : 7162 (45% étrangers) dont 3650 Bachelors, 1553 Masters, 1785 doctorants, 320 professeurs (70% étrangers), 2140 collaborateurs. Le % d étudiantes est passé de 17% en 1999 à 27% en Les étudiants sont suisses à 67% en Bachelor, à 59% en Master et à 29% en doctorat, avec un flux de sortie de 670 diplômés des formations de Master par an après 5 ans d études. Formations d ingénieurs EPFL dans 13 spécialités donnant le diplôme de Master accréditées par la CTI et l OAQ pour une période de 3 ou 6 ans s achevant toutes en Le diplôme de bachelor (non professionalisant) est délivré en 3 ans. Autres diplômes : Master en architecture, Master de Mathématique, Master de chimie moléculaire et biologique non accrédités par la CTI car ce ne sont pas des formations d ingénieur et cinq nouveaux masters : Master en nanotechnologie conjoint avec IP Grenoble et Polito di Torino, Masters en management de la Technologie et Entrepreneuriat (demande d accréditation effectuée en cours d audit), Masters en génie nucléaire (avec ETH Zurich), en ingénierie financière, en sciences computationnelles. Ces deux derniers pourront faire l objet d une demande d accréditation sur dossier en 2013 ou Recherche : Nombreux instituts de recherche. EPFL Doctoral School : les doctorants sont à 70% internationaux. 450 thèses sont soutenues par an, en croissance forte. Innovation : création et pépinière de start-ups, accueil de laboratoires d entreprises. Infrastructures : centres de recherche, moyens pédagogiques, quartier de l innovation, Rolex Learning Center, ainsi que logements, hôtel, futur centre de conférences de 3000 places en conformité avec les développements de la stratégie en cours. Budget : dépenses 2008 : 749 millions de CHF, dont 194 de sources externes qui sont en croissance forte depuis Ranking : 1er rang Européen des Universités des sciences de l ingénieur du Ranking 2009 de Shanghaï, 1er en Europe pour les financements recherche de type ERC. A 2 Politique de formation Liste des formations habilitées avec pour chacune, leur durée, le nombre d'élèves ingénieurs en stock et en flux de diplômés. (partie ayant vocation à une diffusion publique) Conformément à l article L du Code l éducation, les titulaires des diplômes suivants délivrés par l EPFL sont autorisés à porter en France le titre d ingénieur diplômé portant mention de la spécialité, à compter de la rentrée universitaire 2004 jusqu à la fin de l année universitaire en: Effectifs Ba/Ma Diplômés Ba/Ma en 2009 Génie chimique et biochimique, 237/111 67/33 Génie électrique et électronique, 1 36/154 35/50 Génie civil, 259/112 50/35 Génie mécanique, 319/105 43/62 Informatique, 280/127 25/74 Génie mathématique, 206/75 37/23 Microtechnique, 325/132 53/60 3

4 Physique, 68/122 48/57 Sciences et génie des matériaux, 111/59 20/25 Sciences et ingénierie de l environnement, 248/115 45/38 Systèmes de communication, 168/99 27/59 À compter de 2007 jusqu en en : Sciences et technologies du vivant 320/117 63/46 Bio ingénierie. auxquelles s ajoute la formation en : Management de la Technologie et Entrepreneuriat devenue un Master pleinement compatible avec le processus de Bologne dès la rentrée /46 - / (en FC) En réponse aux préconisations et recommandations de la CTI et de l OAQ, la Direction de l EPFL a adopté une réforme des formations en 7 mesures qui sont données ci-après avec les principaux résultats déjà constatés: - Comités aviseurs : Les comités aviseurs sont en place partout. Les sections ont la responsabilité d améliorer leur offre de formation en travaillant avec eux. Le bilan est satisfaisant. - Tests d anglais ; Une contrainte juridique fait que l admission bachelor nécessite le seul respect de l obtention d une maturité cantonale. Un test a montré que 50% n atteignent pas le niveau B2 (cf. cadre européen de référence). En conséquence, des cours au centre de langues géré par l UNIL sont organisés et les cours de masters sont très souvent en anglais. Ce point est géré au niveau de l établissement. - Mineurs dont MTE. Ayant constaté que de nombreux diplômés travaillent dans un autre domaine que leur spécialité, des mineurs sont dorénavant proposés dans chaque section. Ils sont facultatifs, disciplinaires et transdisciplinaires. Un mineur de 30 ECTS est introduit pour tous en MTE : compréhension des problèmes aux interfaces du management, de la technologie et de l entrepreneuriat. - Stages d ingénieur obligatoires pour tous, d au moins 8 semaines ou d un projet de master en industrie. Tous les comités aviseurs y sont favorables, ont demandé des périodes plus longues et une préparation soigneuse. La réforme est difficile car le travail du directeur de section est une activité qui vient s ajouter à celles de recherche et d enseignement, sauf en SV qui est plein-temps. Une coordination est mise en place au Centre de carrière qui a accompli un travail remarquable : identification et gestion de 650 stages à terme, définition des objectifs, typologies, modalités, état d avancement par section, coordination des processus dans les sections, documents de gestion, portail internet, communication. Le bilan : stages en place dans 4 programmes, au plan d études dans 5 autres programmes et pour les autres d ici 2011 selon les règlements des sections. Un coordinateur est désigné au niveau de chaque section et faculté. La gestion et le website dédié sont en fonction. - Aspects métiers et compétences transversales: Cet élément est pris en compte pour la connaissance des terrains, la sensibilisation aux aspects sociétaux, éthiques, environnement ainsi que pour des compétences cognitives transversales (travail en équipe, par projet, etc.) Ce dernier aspect sera traité par des méthodes pédagogiques renouvelées faisant appel à des mises en situation. Le travail relève des sections, en collaboration avec le comité aviseur. La réforme du programme SHS et le renforcement du Collège du Management y contribuent. - Objectifs de formation, compétences attendues, base polytechnique : il s agit ici de mieux expliciter les objectifs de formation, d assurer une base polytechnique forte et de réduire la forte variabilité des taux de réussite en première année selon la section et l année académique. Difficulté principale : la formation pédagogique fait défaut dans les sections. - Aspects métiers et les compétences transversales, Les actions majeures sont d effectuer un bilan sur l existant, de rechercher les aspects manquants et de mettre en œuvre les complémentarités nécessaires. Le travail est en cours pour affiner le profil de formation en fonction des compétences attendues. Un projet exemplaire est réalisé par la section génie mécanique. Il est détaillé plus loin dans le paragraphe correspondant. Il servira de pilote pour le reste de l EPFL et d ailleurs pour la Suisse puisque financé par la CRUS. Une synthèse est à faire. Les ressources pédagogiques du CRAFT doivent être renforcées tant en central (leadership) que dans les sections. - Evolution pédagogique : renforcer les pédagogies actives avec le CRAFT, qui a montré sa robustesse et a besoin ici aussi d un renfort. A titre d exemple, la section mécanique a choisi de privilégier le travail 4

5 personnel pour accentuer l autonomie des étudiants et a modifié l attribution de crédits ECTS pour en tenir compte D après son document d autoévaluation, les thèmes d amélioration ont été regroupés par l EPFL qui les a répartis suivant les niveaux de responsabilité : - Direction : dialogue avec le public, management, statistiques et communication interne, logements étudiants ; - Conférence des doyens : gouvernance des sections, qualité de l enseignement, formation continue, anglais ; - Cellule qualité ; - CDS et décanat : démarches compétences et objectifs de formation, leur évaluation, masters en 120 ECTS, introduire les cours de SHS pour tous, les comités aviseurs, et les stages en milieu industriel, favoriser les mobilités : - La DAF ; insertion professionnelle, vérifier les compétences en anglais, logement étudiants ; - Sections : Les thèmes à traiter en section sont abordés aux paragraphes qui les concernent. Une revue périodique est assurée par le VP affaires académiques, le doyen B/M, le directeur du CRAFT, des représentants de section afin de guider et de renforcer les efforts venant de la base. Sans qu il s agisse d une réponse aux recommandations, l EPFL a adopté les textes suivants : - Liste des bachelors et masters en conformité avec Bologne. La révision de l ordonnance, éditée en 2004 revue le 1 er septembre 2008, portait sur le passage à 120 crédits de Master en génie mécanique, du Master d ingénieur physicien et d ingénieur chimiste. La Direction n impose pas le Master à 120 ECTS, mais l introduction des stages et des mineurs fera évoluer tous les Masters d ingénieur en ce sens. - Contrôle des études et des examens. - Code d honneur et de déontologie, règlement disciplinaire en cas de fraude et plagiat. Politique de formation, Autres observations : La formation des ingénieurs (Master) est en croissance et s internationalise. La formation des docteurs est en forte croissance aussi, le flux des thèses se rapprochant de celui flux de masters comme dans les meilleures universités américaines. Objectif pour le décanat et les Ecoles doctorales : rendre la thèse à EPFL attractive. L admission est sélective : lettres de recommandation et de motivation, notes et entretien sur place sont couramment utilisés : - 50% des diplômés EPFL font leur thèse ailleurs. Le contenu de l Ecole doctorale est largement interdisciplinaire. Autres actions internes ; journées scientifiques et pédagogiques (exemple : il est veillé à un équilibre recherche/formation, des cours de pédagogie pouvant être offerts aux nouveaux enseignants), tutorat en 1ére A, programme commun en 1ere A, standardisation en M-P-C, évaluation des enseignements, Polymaths (préparation à l EPFL en un semestre temps plein pour les titulaires de maturité fédérale non scientifique), réforme SHS (compétences culturelles, sociales, intellectuelles, émotionnelles appliquées aux cultures et civilisations, aux systèmes productifs soit 18 ECTS sur les 5 ans). L évaluation des enseignements est effectuéet en 4 phases : «détecteur de fumée» avec une seule question, une évaluation approfondie si score insuffisant (score moyen inférieur à 4, encore 12% des cas), un feed back assuré par la discussion avec la classe par le professeur et feed-back du représentant des étudiants qui diffusent, et enfin une revue annuelle. Notations de1 à 6. La moyenne est à 5+ pour toute l Ecole. Les directeurs de section connaissent bien les programmes, mais ne sont pas des professionnels de la pédagogie. Il y a inadéquation des programmes quand le professeur ne s est pas renseigné auprès du professeur de la spécialité. Constat : Le Président de l EPFL, le Doyen des formations bachelor/master et le Directeur des affaires internationales et de l accréditation (DAIA : cellule Qualité) ont su mobiliser les ressources et les compétences internes dans une perspective d amélioration continue. A 3 Identité, personnalité et autonomie Statut, tutelle 5

6 Déjà indiqué dans la précédente évaluation A 4 Organisation, gestion et éventuellement relations avec sa tutelle Déjà indiqué dans la précédente évaluation avec la prise en compte des recommandations qui se sont manifestées par : un renforcement des pouvoirs des responsables des sections au sein des facultés, un renforcement des organes de soutien à la pédagogie par le CRAFT, du suivi des diplômés par un Observatoire (pour l établissement des statistiques), un service renforcé d accueil et de conseil aux étudiants et doctorants par le Centre des carrières. Concernant l analyse des données de la formation : le programme informatique IS Academia analyse les cohortes d étudiants. Une majorité d étudiants rencontre des difficultés pour passer la première année. Toutefois, après redoublement, plus de 60% des étudiants vont au bout de leurs formations de Master. Des journées portes ouvertes sont organisées pour les élèves et orienteurs des lycées appelés en Suisse gymnases et collèges secondaires. Les autres actions incluent l accompagnement de l intégration des étudiants internationaux, une animation culturelle du campus, la promotion et le soutien des associations d étudiants, etc. Le CRAFT est situé au Learning Center, comme le centre de carrière. Il a su trouver sa place et se faire adopter par les sections. Les enseignants le consultent à leur initiative. Il joue un rôle clé pour la réussite de la démarche compétences et l évolution des pédagogies. Le centre des langues EPFL est géré par l UNIL : 2800 inscrits en 2007, 3300 en Site : Le Centre des carrières apporte ses services : aux étudiants et aux diplômés ; conseils et informations, sur le travail, conseils sur CV, simulation d entretien ; aux entreprises : 2000 dans le fichier ; aux stagiaires ingénieurs Joseph Maisano, point d entrée d EPFL est coordinateur avec 8 répondants dans les facultés et sections : conventions de stages, rapport d évaluation, les SI 400 stages proposés. Le plus grand nombre de stagiaires est en Génie chimique puis informatique, etc. Le site dédié est : A 5 Image, notoriété et communication de l'école Déjà indiqué dans le précédent rapport. A 6 Ressources humaines Le recrutement des professeurs est renforcé à l international avec dorénavant 70% d enseignants-chercheurs internationaux principalement des citoyens européens ayant séjourné longuement aux USA (Caltech, Berkeley, UCLA,etc.). A 7 Moyens matériels Déjà indiqués dans le précédent rapport. Depuis, des investissements conséquents sont effectués dans de nouvelles infrastructures: logements pour 300 puis dans une prochaine étape, pour 500 étudiants supplémentaires, Sterling hôtel de haut niveau, Rolex Learning Center ouvert sur la cité, futur centre de conférences pouvant accueillir 3000 personnes à la fois. A 8 Finances L'origine des ressources (y compris la Taxe d'apprentissage), le nombre de contrats et l'importance financière de la recherche partenariale avec les entreprises seront précisés. Cout consolidé y compris le personnel payé par l état, cout de la formation d'un élève Déjà indiqué dans le précédent rapport. OUVERTURE ET PARTENARIATS B 1 Ancrage avec l entreprise On peut se référer au rapport CTI/OAQ précédent sur ce sujet. Pour les formations Ba/Ma, l EPFL a effectué les modifications importantes suivantes : mise en place systématique des comités aviseurs dont les rapports et suggestions ont été communiqués, développement des 6

7 stages devenus obligatoires, développement des SHS dans les cursus conformément aux recommandations. Voir aussi le paragraphe B2. B 2 Ancrage avec la recherche interne et externe Intitulé des laboratoires, personnes impliquées en recherche en qualité et en quantité, nombre de thèses soutenues chaque année, autres indicateurs... Les éléments marquants sont : Des liens forts avec les Instituts de recherche internes et l Ecole doctorale de l EPFL. Un recrutement de chercheurs de haut niveau Le meilleur score d obtention des ERC starting grants junior et senior, 1 er Européen de l Academic ranking of world universities in engineering and technology (Ranking de Shanghaï). La stimulation de la transdisciplinarité et l innovation: projets Space Center, Hydroptère, Solar Impulse. D autre part, les entreprises ont augmenté le financement des recherches sous contrats, tandis que l EPFL a investi dans la R et D : valorisation de ses travaux de recherche start-up telles que Logitech l a été il y a 20 ans - et création d une capacité d accueil des chercheurs industriels Nokia, Cisco, grandes sociétés pharmaceutiques (jusqu à 2 000) au Quartier de l Innovation. B 3 Ancrage européen et international Les composantes des activités internationales sont bien décrites dans les documents «International contracts» de 2008 et «An overview of international activities at EPFL» de 2009, remis au cours de la visite. Dans le premier document, il est indiqué que 60% des collaborations de recherche sont en Europe et 25% avec l Amérique du Nord. Les relations avec les 10 meilleures universités américaines sont en croissance, en ligne avec le recrutement de professeurs venant du système US. Le campus s internationalise : 40% des professeurs sur 143 étaient non suisses en 2000, ils sont 67% sur 266 en 2008 avec un fort % venant des US et d Asie, ce qui attire fortement les étudiants étrangers en Masters et PhD. La sélection moyenne des doctorants à l admission est de 29%. Pour les Masters, le taux de sélection à l admission est de 35%. Les objectifs sont d attirer les étudiants talentueux internationaux, de donner à l EPFL une place d excellence en Europe, d augmenter le nombre des Masters de 1400 en 2008 à 2000 en La stratégie est de cibler 100 Établissements dans le monde et en particulier les meilleures universités des 27 pays européens. Une politique de mobilité est développée. Les flux d entrées (401)/sorties (256) augmentent. Une évaluation récente de la qualité des mobilités entrantes a montré que les étudiants qui viennent des Ecoles les plus prestigieuses ne sont pas ceux qui réussissent le mieux L EPFL entretient 170 partenariats, en accord avec les 110 nationalités représentées à l EPFL. Les objectifs sont la recherche de l excellence, la reconnaissance de figurer parmi les meilleures universités et décideurs scientifiques mondiaux. La France, l Inde et la Chine sont données en exemple. France : Le nombre de français (800) à EPFL a plus que doublé en 8 ans. «France is a good example of a long-standing success story». Les Français sont la première population étrangère 12% et seconds pour les contrats de recherché (150) après les USA. A noter : la croissance des échanges d étudiants et des cursus bi diplômant, la réception de 25 délégations françaises dont les ENS Paris, Lyon et Cachan, EC Paris, l ambassade de France : 29 accords d échanges avec les Ecoles d ingénieurs dont EP (44 candidats en Masters), EC Paris, Supelec. Perspectives : une forte collaboration avec ENS Lyon, l EP et de nouveaux accords de double cursus avec les Grandes Ecoles. Inde : priorité élevée. Le nombre d étudiants indiens est passé de 6 en 2000 à 112 en Le challenge : effectuer le doctorat à l EPFL plutôt qu aux USA, Canada, GB. Chine : renforcement des liens en recherche avec les universités chinoises les plus réputées. Challenges et opportunités : conception de programmes de recherche et formation dans certains domaines : génie de l environnement, énergie, sciences de la vie, micro et nano technologies et dans le futur développer un campus affilié. 7

8 B 4 Ancrage national L EPFL met en application la politique qualité de l Enseignement Supérieur en Suisse : une différentiation à marquer avec les sept Ecoles de sciences appliquées (HES) et une compétition souhaitée amicale entre Ecoles fédérales mais qui n empêche pas de joindre les efforts dans certains domaines, comme par exemple la création d un cursus conjoint EPFL-ETHZ en génie nucléaire, et une réelle coopération par des échanges croisés avec les universités. B 5 Ancrage local et régional Insertion dans les réseaux d'enseignement supérieur et de recherche, implication dans les pôles de compétitivité... L ancrage local se manifeste par les liens forts avec l Université de Lausanne dont le campus est contigu. Des transferts de formation ont été opérés depuis plusieurs années dans les sciences dures (chimie, physique et mathématiques) et par la prise en charge par l UNIL des formations de langue et d une bonne partie des SHS h d enseignement sont échangées chaque année. Le partenariat s étend aussi à l Université de Genève, l Ecole cantonale d art de Lausanne et la Haute école d art et de design de Genève pour la réforme du programme SHS. L EPFL recherche l ouverture de son campus vers l extérieur : journées portes ouvertes pour les élèves des lycées, accès du public au Learning Center, transports en commun, etc. RECRUTEMENT DES ELEVES INGENIEURS (PARTIE COMMUNE A TOUTES LES SPECIALITES) C 1 Stratégie et objectifs La stratégie de développement vers l excellence de niveau mondial de l EPFL s applique à la formation des ingénieurs et en particulier au recrutement des talents issus des meilleures Ecoles ou Universités en Europe et dans le monde. Nombre d étudiants : 7162 (45% étrangers) dont 3650 Bachelors, 1553 Masters, 1785 doctorants (+10%), 320 professeurs (70% étrangers), 2140 collaborateurs. Le % d étudiantes est passé de 17% en 1999 à 27% en Les étudiants sont suisses à 67% en Bachelor et à 59% en Master avec un flux de sorties d environ 700 diplômés par an après 5 ans d études. 800 sont français. EPFL Doctoral School : les docteurs sont à 69% internationaux avec 450 thèses soutenues par an en croissance importante. Le succès ou non des étudiants internationaux en mobilité horizontale ou verticale à l EPFL fait l objet d une évaluation selon leur établissement d origine. C 2 Organisation et méthodes du recrutement Les processus de sélection sont décrits en détail dans le rapport d évaluation 2009 aux niveaux des Masters et Doctorats ainsi que les objectifs et les résultats obtenus. C 3 Filières d admission (niveau, sélectivité, diversité) Le rapport précédent OAQ/CTI a donné les informations sur les recrutements. C 4 Typologie des recrutements individuels (CSP, boursiers, origine géographique, nationalités, H/F...) D 7 VIE ETUDIANTE (GLOBALE, PARTIE COMMUNE ECOLE) On peut se référer au rapport précédent. Depuis, des constructions de logement pour les étudiants ont été réalisées ou le seront permettant d atteindre un taux d environ 10% des étudiants. D autre part, la Direction tient compte des résultats des enquêtes de satisfaction auprès des étudiants, des doctorants et des collaborateurs. EMPLOI DES INGENIEURS DIPLOMES (PARTIE COMMUNE A TOUTES LES SPECIALITES) E 1 Observation des métiers A Les informations sont maintenant collectées par le Centre de carrière, suivant une grille voisine de celle de l enquête annuelle de la Conférence des Grandes Ecoles. Un effort est encore nécessaire pour améliorer le taux de réponses des diplômés qui est parfois faible dans certaines spécialités. 8

9 B Résultats significatifs : Une analyse détaillée spécialité par spécialité ne fait pas apparaitre de différences significatives majeures dans les évolutions des effectifs des cycles Bachelor et Master depuis Un an après le diplôme, les titulaires d un master sont en emploi à 91%, après une recherche de 9 semaines et 8 candidatures en moyenne, et perçoivent CHF en moyenne. Les docteurs sont en emploi à 87%, ont trouvé après 12 semaines et 14 candidatures avec un salaire de CHF dans le privé et dans le public. Les diplômés sont mobiles même si la Suisse romande est privilégiée. Ils sont satisfaits de leur premier emploi, de l intérêt des tâches et de l adéquation de leur formation avec le travail demandé (toutefois on constate qu en mécanique et électricité 38% font un travail peu ou pas en rapport avec leur formation). Une expérience professionnelle préalable a un effet positif. Enfin, il est confirmé une insatisfaction du salaire obtenu tant pour les masters que pour les docteurs. La zone de recherche est la Suisse romande pour 72%, reste Suisse 33%, Europe 25%, Amérique du Nord 7% et reste du monde 5%. Il est intéressant de constater que la moitié seulement des diplômés Master occupe un poste pour lequel le niveau Master est exigé. Les nouveaux engagés le sont à 70% (55% sans les docteurs) en entreprises de taille supérieure à 250 personnes. Il ya un écart de 10% des salaires H/F, en partie du au fait que les salaires des femmes architectes sont surreprésentés. On a observé que 4% seulement des étudiants titulaires d un Bachelor de l EPFL quittent l Ecole vers un emploi. C Commentaires : les diplômés sont dans les métiers visés, la satisfaction est bonne voire très bonne sauf dans les spécialités en mécanique, électricité, et avec un regret sur le niveau des salaires. L internationalisation est assez bonne mais plus pour les diplômés étrangers que pour les Suisses. Les durées de recherche d emploi et les poursuites d études sont dans des proportions normales en tenant compte des spécialités. Bien que le cursus de formation soit sanctionné par un diplôme de Bachelor avec 180 ECTS puis de Master, cette structure des diplômes ne modifie pas la poursuite d études pour la presque totalité d entre eux. E 2 Préparation a l emploi Le Centre de carrière remplit bien cette fonction. 9

10 PARTIE Spécifique à LA FORMATION (proprement dite) FORMATION / SPECIALITÉ : GENIE CHIMIQUE ET BIOCHIMIQUE Cette partie du rapport est spécifique à une spécialité et doit donc être répétée pour chaque spécialité. Si l'école n'a pas de spécialité, ces paragraphes sont renseignés sur la formation dans la continuité du rapport. Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section: - Objectifs de formation imprécis, faire apparaître la distinction entre les deux programmes de formation en chimie et ceux de bio ingénierie et biotechnologie de la faculté SV. - Encourager les rapprochements entre les filières génie chimique et bio ingénierie et biotechnologie, vu le nombre restreint d étudiants si cela se confirme. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Les objectifs de formation des deux programmes de chimie moléculaire et de génie chimique ont été spécifiés. Le master de génie chimique et biochimique est maintenant mieux adapté à la formation des professionnels destinés à la recherche en ingénierie ou à une carrière industrielle. D 2 Compétences et capacités attendues Poursuite nécessaire des efforts. D 3 Contenu de la formation (définition des programmes) En 3 ème année du Bachelor, un module supplémentaire de mathématiques de 12 crédits a été ajouté pour tenir compte des besoins en génie chimique. Au niveau du Master en génie chimique et biochimique, une diminution des volumes s est opérée au profit de modules permettant de s orienter vers différents domaines de génie chimique et de la biotechnologie. Soit un total de 120 ECTS : 60 crédits du cycle master, 30 crédits de stage, 30 crédits de projet de master. Des cours préparant aux métiers d ingénieur sont mis en place : législation du travail en labo, management de projet, sécurité des procédés chimiques. La moitié des 120 crédits du master y compris le stage industriel sont des cours «métiers», dispensés pour la plupart par des chargés de cours issus de l industrie. L étudiant est immergé dans l anglais utilisé à tous les niveaux de la formation et bientôt exclusivement en Master. Le comité aviseur de la section comprenant M. Alain Fuchs, maintenant président du CNRS, des responsables de Novartis, Nestlé, Givaudan, Lonza, Lutry est consulté et s est réuni. D 4 Formation en école (mise en œuvre des programmes) La suggestion de rapprocher les filières génie chimique et biochimique et d autre part, la filière Bio ingénierie et biotechnologie ne se justifie plus en raison de l accroissement des flux dans ces filières. EPFL s avère désormais être la plus grande Ecole de Chimie en Suisse. D 5 Expérience en entreprise (stages) Un programme de stage en entreprise d abord facultatif est maintenant obligatoire sur un semestre avec 30 ECTS supplémentaires. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à l'école) (partie ayant vocation à une diffusion publique) 10

11 Points forts : réactivité sur objectifs de formation, le stage obligatoire en entreprise et le passage à 300 ECTS au total, la participation des chargés de cours issus de l entreprise, l amélioration des flux et la place prédominante prise par cette section en Suisse pour la formation des ingénieurs en chimie et génie chimique, et un comité aviseur actif. Points faibles : se référer aux conclusions d ensemble. FORMATION / SPECIALITÉ : GENIE ELECTRIQUE ET ELECTRONIQUE Rappel : Pas de recommandation spécifique Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ Résumé des dispositions prises : - Le comité aviseur est créé et réuni en décembre 2008, constitué de 7 industriels représentatifs qui a pris position sur le stage industriel (sont peu favorables mais souhaitent des stages longs). - Objectifs de formation : maintien voire renforcement de la base polytechnique, examen commun à toutes les sections d ingénieurs. - Aspects pédagogiques : la structure actuelle avait été validée, avec réduction des redondances (signal) mais le passage à 120 ECTS du master n est pas encore pour tous. - Mineurs : des mineurs sont échangeables entre sections. - Stage en entreprise : l introduction est en cours et obligatoire dès l été Transferable skills : pleinement approuvé et en cours. - Test d anglais : encouragé, non crédité. Le programme sert de base au Master commun Nano et Microtechnologies des systèmes intégrés établi entre INP Grenoble, EPFL et Politecnico Torino. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à l'école) (partie ayant vocation à une diffusion publique) Points forts : déjà indiqués dans le rapport d audit précédent. La section met en œuvre progressivement les recommandations. Point faibles : se référer aux conclusions d ensemble FORMATION / SPECIALITÉ : GENIE CIVIL Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section - Absence de couverture de certains sujets : génie sanitaire, toxicologie, géophysique appliquée aux travaux souterrains et aspects environnementaux liés à l air. - Au bachelor, trop de cours théoriques et ex cathedra, pas assez de projets. - Développer la formation et la recherche en TIC. - Doublons en hydraulique à supprimer. - Augmenter le % de jeunes femmes. - Promotion des projets de masters en entreprise 11

12 Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Des mutations sensibles ont été opérées : en 1ére année, un cours à trois enseignants a été mis en place, ainsi que des cours-blocs en 2éme année et le nombre d heures ex-cathedra réduit. La réforme en 7 points de la section est en cours d exécution : - Le comité aviseur comprend 12 représentants de l industrie et des services urbains. Il s est réuni 3 fois. Il considère qu il est vraiment nécessaire d effectuer un stage pour renforcer le titre d ingénieur civil. - Le test d anglais : idem autres sections. - Mineurs : sont dorénavant proposés. - Stage : il est pleinement accepté, mis en œuvre dès 2010 et validé avec les 30 ECTS du projet Master, suivant des modalités définies entre parties concernées. - Aspects métiers : l ingénieur en génie civil exerce une profession dont les compétences minimales et les responsabilités sont bien définies. La préoccupation exprimée clairement est de tenir compte de l expérience métiers lors des recrutements des professeurs, un risque de dérive académique étant ressenti. - Objectifs de formation : le comité aviseur a reconnu les objectifs de la section. Leur expression en termes de compétences et capacités acquises par les étudiants a été discutée à la dernière réunion du comité aviseur. Toutefois, nous n avons pas reçu les plus récents objectifs de formation et si on en juge par ce qui a été fourni en 2006, ils sont loin d être plus explicites que ceux des autres masters. - Evolution pédagogique : la réduction du morcellement des cours, des redondances sont en cours. Des réponses aux observations spécifiques du comité précédent ont été données. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : la réactivité et la mise en œuvre des actions correctrices Points faibles : se référer aux conclusions d ensemble FORMATION / SPECIALITÉ : GENIE MECANIQUE Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section - Lacune sérieuse : le développement durable apparait peu dans la formation. - Objectifs de formation imprécis, compétences visées à développer explicitement, par exemple travail en PME High-tech. - Pas assez de TP et de projets pour le Bachelor. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Le comité aviseur s est réuni en novembre Le stage en entreprise obligatoire en master sera généralisé en 2012 mais beaucoup font déjà des stages facultatifs. Objectifs de formation : La section a lancé une étude critique de son plan d études et de ses méthodes d enseignement. Une étude DELPHI pour la détermination des compétences et capacités à mobiliser des savoirs, savoir-faire et savoir-être de l ingénieur mécanicien, a été entreprise avec une aide externe (Université de Fribourg). Les priorités données aux disciplines, savoirs, savoir-faire, savoir-être, ainsi que la différentiation entre l EPFL et les HES ont donné les éléments de base des compétences attendues dans les métiers d ingénieur mécanicien. 12

13 Les étapes du projet Compétences sont bien définies : déterminer les besoins, les compétences correspondantes, sélectionner les domaines internes et externes de la section, les ressources intermédiaires par domaine et cours, le plan d études et les modifications nécessaires, le processus de pilotage. Les deux premières étapes sont achevées. Le Master est passé à 120 ECTS. Un projet d ingénierie simultanée et plus de travail personnel en général sont des réponses aux recommandations. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : la section s est engagée résolument dans la démarche compétence qui servira de pilote à l EPFL. Les autres recommandations sont suivies. Points faibles : se référer aux conclusions d ensemble. FORMATION / SPECIALITÉ : INFORMATIQUE Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section - Mieux structurer la formation master. - Communiquer avec les étudiants sur l intérêt d un stage industriel. - Réfléchir au passage à 120 ECTS du master. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ Des mutations sensibles sont constatées: - Introduction de «core courses» dans le Master (1 et bientôt 2 cours de 7 crédits et 3 à 4 crédits), de mineurs disciplinaires en informatique et un transdiciplinaire de bioinformatique. - La majorité fait son Master en 120 crédits bien que la possibilité de rester à 90 soit possible comme à Zurich. Actions en cours de la réforme des formations: - Comité aviseur : 14 membres, dont la moitié sont des responsables d entreprise de haut niveau de Suisse, UK, USA. - Stages : le stage est déjà offert facultatif et le projet de Master est en entreprise. Il est décidé que le stage figurera au plan d études et sera crédité. - Anglais : idem autres sections. - Objectifs de formation : étudiés par le comité aviseur, ils ont fait l objet d une enquête auprès des anciens de la faculté IC sur le plan d études : les alumnis souhaitent plus de cours non techniques et moins de sciences de base. - Evolution pédagogique : la lutte contre le morcellement des cours, des pédagogies plus actives (une expérience web a été décevante malgré beaucoup d efforts), le nombre d heures de contact a été réduit, mais la section ne veut pas évoluer vers la «formation à l américaine». La démarche compétence permettrait d éviter une confusion crainte avec les HES. - Aspects métiers : il ne semble pas possible d en faire plus au risque de se confondre avec les HES. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à 13

14 Points forts : mise en œuvre des recommandations. Points faibles : se référer aux conclusions ensemble. FORMATION / SPECIALITÉ : INGENIERIE MATHEMATIQUE Rappel du thème à traiter en priorité par la section - Lacune majeure : aspect ingénieur de la formation pas apparent, pas de politique de stages, peu de préparation à l emploi. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ Depuis 2006, la section a introduit une nouvelle orientation «statistiques et mathématiques financières», un nouveau mineur en «sciences et ingénierie computationnelles» pour les autres sections et depuis octobre 2009 un nouveau master en sciences et ingénierie computationnelles transdisciplinaire, pas encore soumis à l accréditation. Le stage en milieu industriel devient obligatoire à l automne 2010 sur un semestre avec obtention de 30 ECTS, après deux semestres de 60 ECTS et avant le projet de Master de 30 ECTS. La recommandation CTI/OAQ a été pleinement acceptée par la section et a reçu un avis très favorable du comité aviseur Le comité aviseur s est réuni en avril 2009 la première fois, sur le thème des stages. Il reconnaît leur importance et recommande des stages d au moins 4 à 6 mois. La réforme en 7 mesures est en cours d application sur 4 d entre elles. Le test d anglais est du ressort de l EPFL. Les mesures sur les métiers-compétences et sur l évolution des pédagogies seront abordées ensuite. D 9 Diplôme d ingénieur et supplément au diplôme Le diplôme d ingénieur n est accordé qu aux élèves ayant accompli un stage en milieu industriel. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : la section et son comité aviseur ont adopté les recommandations et les mettent en œuvre. Points faibles : se référer aux conclusions d ensemble. FORMATION / SPECIALITÉ : MICROTECHNIQUE Rappel du thème à traiter en priorité par la section - Pas de recommandation spécifique. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Les sept mesures pour l amélioration de la formation ont été suivies : - Création du comité aviseur : est constitué de 14 membres dont 6 industriels et s est réuni une première fois en mars Tous les membres extérieurs sont très satisfaits de la formation des ingénieurs en microtechnique, mais néanmoins ils pointent des lacunes fortes en management de la qualité. 14

15 - Introduction du stage industriel obligatoire et crédité. La section a choisi de multiplier les projets de Masters en industrie en s assurant de la qualité des projets avec un bon suivi par les professeurs. Leur généralisation est prématurée d après la section, mais il est rappelé que la direction a décidé d intégrer des stages au plan d études. - Objectifs de la formation : il est rappelé que l objectif est en premier lieu de former des ingénieurs de haut niveau pour l industrie. La base polytechnique est assurée dans le cursus actuel commun aux 4 sections de la Faculté STI. 20% sont spécifiques à la microtechnique en 1ére année, en croissance progressive au cours des années suivantes. - Evolution pédagogique : concerne le morcellement, l orientation «microtechniques médicales» qui est devenue technologies biomédicales. Une réduction d heures de contact n est pas souhaitée. - Mineurs : peu de modifications envisagées. - Aspects métiers : cet aspect est considéré comme bien développé. La section est d accord pour mieux mettre en évidence les cours qui correspondent à cette formation en soulignant les aspects métiers, les regrouper et renforcer leur relation au monde du travail. Il n y a pas encore de démarche compétence constituée. - Test d anglais : la section encourage fortement la maîtrise de l anglais considérée comme indispensable. La section ne propose pas de cours d anglais ni de crédits mais presse les étudiants à s inscrire en cours de soutien pour atteindre le niveau requis. Le contrôle est assuré au niveau de l établissement. - Durée du cycle Master : maintenu à 90 ECTS, tout en offrant aux étudiants un Mineur de 30 ECTS. La section reste en ligne avec ce qui se fait à Zurich. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : déjà signalés dans le rapport précédent. Points faibles : suivi prudent des recommandations. Proportion insuffisante d industriels au comité aviseur. FORMATION / SPECIALITÉ : PHYSIQUE Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section : - Préparation à l emploi et aspect ingénieur de la formation peu apparent. - Réintroduire la politique des stages. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Ayant pris connaissance des recommandations CTI/OAQ de 2007 et de la réforme de la formation en 7 points de l EPFL, la section a entrepris : - La constitution d un comité aviseur qui s est déjà réuni. - Anglais : les étudiants ayant suivi le test d anglais organisé par l EPFL à l entrée, suivent des cours en 2 et 3éme année pour atteindre le niveau requis en Master. - Mineurs : des mineurs sont maintenant proposés de 30 ECTS (Master de 120 ECTS) en ingénierie biomédicale, MTE. - Stages : le passage à 120 ECTS est mis en place pour l ingénieur physicien par l introduction au stage en milieu industriel d un semestre et du projet de Master (deux semestres). Une variante permet deux semestres dans la section, un mineur d un semestre et un projet de Master en industrie. - Aspects Métiers : la section a introduit des cours et TP préparant aux métiers de l ingénieur physicien depuis longtemps : métrologie, techniques de processing de matériaux, DAO, utilisation d installations complexes, construction de composants, etc. 15

16 - Objectifs de formation et base polytechnique : les étudiants peuvent être autorisés à élargi leur base de connaissance dans d autres sections 6 ECTS maximum. - Evolution pédagogique : la section bénéficie d une réforme de la formation en informatique et une amélioration de la cohérence de l enseignement de la physique dans les autres sections ont été réalisées. Un bref rapport du Directeur de la section est élaboré lors de la promotion de professeurs comprenant : évaluation des étudiants, organisation du cours, objectifs de formation vus au travers des copies d examen, visite en classe, entretien avec le professeur, documentation papier et web des cours. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : déjà signalés. Les recommandations sont suivies. Points faibles : se référer aux conclusions d ensemble. FORMATION / SPECIALITÉ : SCIENCES ET GENIE DES MATERIAUX Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section : - Lacune : développement durable, recyclage. - Nombre d étudiants insuffisant. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ Les décisions approuvées par la section sont : - Comité aviseur : des représentants du monde académique (Zurich, Grenoble, Cambridge) ont rejoint le comité car 15% des diplômés poursuivent en thèse, dont beaucoup iront probablement ensuite en industrie. Le comité préfère que le stage industriel ne soit pas obligatoire mais que ceux qui se destinent pour l industrie en fasse un de préférence en fin de Bachelor. Un stage de 6 mois est préféré. On peut penser que les étudiants qui souhaitent devenir enseignants chercheurs en Ecole d ingénieurs bénéficieraient ainsi d une expérience utile pour réussir leur carrière et en faire bénéficier leurs étudiants. Il est recommandé d introduire les «soft skills» dans les projets. - Stage industriel obligatoire crédité : dans le cursus Master dès 2011 après une phase optionnelle en 2010, deux options : stage court ou stage long conduisant à un Master de 90 ou 120 ECTS suivant les voies choisies (stage long, mineur pris). - Objectifs de la formation : la base polytechnique a été discutée pour rendre la première année commune aux sections de la faculté pour faciliter les mobilités éventuelles, ce que les étudiants ne souhaitent pas, car ils préfèrent recevoir des cours en Matériaux dès le début. - Test d anglais : idem autre sections. - Intégration obligatoire des aspects développement durable : la section estime que le jugement de l audit sur les lacunes est contredit au bachelor par des cours obligatoires en technologies matériaux, mise en œuvre polymères, corrosion, etc. et que des options en Master traitent le recyclage, le cycle de vie des polymères, etc. Il faudrait que tous les étudiants de Master puisse en bénéficier et s assure que les 3 éléments du DD soient pris en compte: technique, économique et sociétal. - Le nombre restreint des étudiants en matériaux : un master commun avec Zurich est envisagé. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à 16

17 Points forts : donnés dans le rapport antérieur. Points faibles : le choix entre un master de 90 ECTS ou 120 ECTS, la faiblesse des effectifs, les cours sur le développement durable. FORMATION / SPECIALITÉ : SCIENCES ET INGENIERIE DE L ENVIRONNEMENT Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section - Introduire des TP au Bachelor. - Renforcer et adapter les cours de génie chimique. - Introduire la formation à la qualité et à la gestion des risques. - Réinsérer les périodes sur le terrain. - Promouvoir les TIC. - Mieux définir les objectifs scientifiques et professionnels du programme. - Construire un référentiel métier et renforcer les liens avec les anciens élèves et le secteur professionnel. Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. Les mutations du plan d études en réponse aux recommandations: - Formation et méthodes d enseignement : la coordination et optimisation des enseignements de base en rapport avec les enseignements scientifiques, les heures de cours et d exercice sont dissociées pour plus de travail individualisé. Un cours de 5 crédits d informatique et communication a été introduit pour que les étudiants maîtrisent la recherche d informations, les méthodes de rédaction, etc. indispensables à la production de rapports, synthèses, etc. dans la suite du cursus ingénieur. En Master, introduction d un bloc spécifique SIE pour tous, déterminant pour la maîtrise des bases polytechniques à côté des options. Un cours de gestion de projet est introduit dans le cursus et un mineur disciplinaire en environnement est proposé aux autres sections. - Méthodes d enseignement : réduction des heures de contact et plus de travail individuel pour développer l esprit critique, l autonomie, l esprit d initiative. Pour l instant la démarche compétence n est pas engagée. - Stage et aspects métiers : un stage facultatif (55%) et court existe depuis Le comité aviseur n est pas favorable à sa généralisation mais plutôt en faveur d un stage long (25 semaines). La découverte du monde professionnel est aussi assurée par un projet en Master proposé par la profession «design project» en Recommandations suivies des experts : pratique et terrain (introduction de TP et Design project en Master), TIC (usage de Matlab et Octave en développement), gestion des risques (nouveau module introduite en ), - Liens avec le secteur professionnel : le Design project qui fait connaître le SIE et «a énormément fait renforcer les liens», les interventions de professionnels extérieurs. EMPLOI (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) E 1 Observation des métiers E 2 Préparation a l emploi A l issue de la formation, les ingénieurs SIE ont une base polytechnique en SIE avec un domaine de spécialisation chimie et bioprocédés environnementaux 54%, et ingénierie des eaux, du sol et des écosystèmes 45%. E 3 Premiers emplois Environ 44 sont diplômés par an. 85% vont dans le secteur professionnel dont bureaux de conseil (53%), administrations (9%), et 11% sont en poursuite d études en thèse. E 4 Adéquation recrutement/formation/emploi 17

18 Entre 2006 et 2008, en moyenne 54% des diplômés sont en CDI, 11% en CDD, 11% sans indication, 10% en recherche d emploi. Pour la promotion 2009, 40% sont en emploi 3 mois après la sortie. E 5 Carrière La section se préoccupe du suivi des anciens élèves SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : project design, FORMATION / SPECIALITÉ : SYSTEMES DE COMMUNICATION Rappel du thème à traiter en priorité par la section - Expliquer aux étudiants l intérêt d un stage industriel Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité Les objectifs ont été décrits dans le précédent audit. On se concentre sur les modifications intervenues depuis et sur l application de la réforme suite aux recommandations CTI/OAQ. La faculté IC a mené une enquête auprès des anciens étudiants diplômés pour avoir leur opinion sur les plans d études. L évolution pédagogique comprend la lutte contre le morcellement des cours, leur redondance, plus de cours rendant l étudiant plus actif, D 2 Compétences et capacités attendues Sur les aspects Métier, la section estime qu elle offre un volume suffisant de cours au risque en allant audelà de ne plus pouvoir se distinguer d une formation HES. Ici aussi, la démarche compétence spécifique de cette formation de haut niveau scientifique et professionnel serait utile à expliciter. D 3 Contenu de la formation (définition des programmes) Les contenus ont peu changé. Le nombre de spécialisations d option a été revu pour limiter le morcellement. La section a conservé celles qui représentent le mieux les thèmes des Syscom : wireless communication, théorie du signal, images et interfaces, networks and mobility, internet computing, information security, un mineur en Information security a été introduit Une sensibilisation aux stages en industrie est organisée chaque semestre. D 4 Formation en école (mise en œuvre des programmes) La mise en œuvre de la réforme de la formation : - Comité aviseur ; il existait déjà un comité aviseur. Un comité spécifique sera mis en place pour la révision du plan d études de la section. - Stages : ils existaient déjà en option mais sont dorénavant crédités de 30 ECTS par le projet de Master. - Objectifs de formation : ont été approuvés par le comité aviseur. L enquête auprès des anciens diplômés montre que les cours non techniques sont trop faibles et l enseignement en sciences de base trop important. Le premier point devrait servir de point de départ à une réflexion sur les compétences attendues. La seconde remarque ne devrait pas être suivie de trop près car cette base garantit l adaptabilité des diplômés dans leur carrière. - Evolution pédagogique : introduction des core courses, élimination des redondances, rendre l étudiant plus actif (à noter une expérience décevante utilisant le web), réduction du temps de contact à moduler/master. - Aspects métiers : une crainte de trop se rapprocher des métiers et de perdre en lisibilité vis-à-vis des HES. D 5 Expérience en entreprise (stages) 18

19 La section offre déjà des stages en entreprise de 6 mois et un projet Master en entreprise depuis Le passage à une obligation de stages n a pas posé de difficultés. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : déjà donnés dans le rapport précédent, dont les séjours obligatoires en entreprises depuis FORMATION / SPECIALITÉ : MANAGEMENT DE LA TECHNOLOGIE ET ENTREPRENEURIAT Cette partie du rapport est spécifique à une spécialité et doit donc être répétée pour chaque spécialité. Si l'école n'a pas de spécialité, ces paragraphes sont renseignés sur la formation dans la continuité du rapport. Rappel des thèmes à traiter en priorité par la section : - Travail de fond à engager sur les objectifs et les compétences visées. - Analyser la première volée des diplômés en emploi. - Elargir la formation en gestion de la production, intégrer le design et les choix en matière de circuits de distribution. - Approche peu orientée client. - Charges de cours importantes. - Vérifier si le cursus bachelor permet le suivi du master - Introduire les cours de gestion et économie donnés à tout étudiant EPFL. - Programme SHS à vérifier, éviter un fourre-tout. - Le comité aviseur a constaté que : - Un mineur MTE figure dans tous les Masters : compréhension pointue comment les entreprises fonctionnent et compréhension des fondamentaux de l activité industrielle et des implications financières de la technologie. - Le stage sera introduit dans le nouveau Master MTE : conduite de projets, après un premier contact avec les entreprises en 1ére Année. - Les aspects métiers ont été examinés. - La pédagogie a évolué : moins d heures de cours, moins de morcellement et de répétitions : on passe ainsi de 37 cours à 33 ; 11 sont les mêmes, 11 recentrés, 15 supprimés, 11 nouveaux. - Le nouveau Master comprend dorénavant 120 ECTS. Après avoir mis en œuvre les recommandations CTI/OAQ de 2006, analysé les emplois éligibles pour des diplômés sans expérience industrielle requise, effectué un benchmark de 19 formations dans le monde (MIT, RWTH, Delft, Chalmers, etc.), la formation MTE a été restructurée par une task force en Décrire en quelques lignes l'objectif de la formation/spécialité (partie ayant vocation à une diffusion publique) L EPFL veut que les étudiants développent de solides compétences quantitatives et méthodologiques basées sur un cursus de bachelor, développent des forces et des approfondissements substantiels en bases conceptuelles et analytiques pour acquérir un profil d employabilité élevé pour des fonctions qui requièrent à la fois une base technologique et des capacités solides de management. D 2 Compétences et capacités attendues 19

20 La formation répond à un besoin de conjuguer des compétences technologiques solides et larges et en management. Le cloisonnement et la spécialisation peuvent souvent gèner la communication et l émergence de solutions originales et innovantes. Ces compétences sont recherchées dans les industries, les sociétés high tech, de conseil et d investissement. Les compétences attendues de l ingénieur sont décrites dans la fiche technique remplie par l EPFL pour cette section. D 3 Contenu de la formation (définition des programmes) Le programme des quatre derniers semestres (S7 à S10) comprend entre autres : -en tronc commun : stochastique et probabilités, analyses de données, analyse des systèmes de décision, la microéconomie, finances et management 26 ECTS. -une thèse de Master et un stage de 25 semaines en entreprise (ou exceptionnellement 8 en entreprise et 17 en milieu académique) soumis devant un jury 30 ECTS. -mineur disciplinaire dans la discipline du bachelor : 30 ECTS. -des options centrées industrie (innovation and technology management in energy industry, IT et business strategy, B2B High Tech marketing, early detection of weak signals and creativity algoritmics), ou sur l augmentation des capacités personnelles (leadership and HR management, presentation skills) ou d intérêt particulier (quality management) : 14 ECTS. -deux orientations au choix : 20 ECTS : stratégie, innovation, entreprenariat : management de l innovation technologique, entreprenariat et stratégie des nouveaux développements, stratégie d entreprise, dynamique industrielle et modèles des tendances, économie de l innovation, marketing stratégique et développement commercial de la technologie, laboratoire d entreprenariat ; management des opérations et modélisation des systèmes : supply chain, management de projets et analyse de risques, systèmes de production industrielle, gestion des stocks et analyse de la demande, techniques de modélisation des systèmes quantitatifs. C 3 Filières d admission (niveau, sélectivité, diversité) Recrutement au niveau du bachelor. Le profil type est un pré requis suffisant. La fiche quantitative de la formation remplie par l Ecole ne mentionne pas son accès par la formation continue. C 4 Diversité des recrutements individuels. Une grande variété d origines internationales et de Bachelors dont les prérequis sont vérifiés. D 4 Formation en école (mise en œuvre des programmes) La formation fait largement appel aux démarches par projet, études de cas, à la communication, etc. La plupart des cours sont en anglais. D 5 Expérience en entreprise (stages) Le stage est obligatoire à partir de D 6 Formation continue diplômante (ingénieur) : Un nombre important d étudiants inscrits sont en postgrades D 8 Évaluation Le programme est bien adapté. En particulier le programme apporte l ensemble des bases scientifiques et techniques du domaine. L approche des problèmes et leur résolution par des méthodes quantitatives, qui manque souvent dans d autres programmes, est un atout. Toutefois, il faut être attentif à la maturité des étudiants en formation initiale dans l option «stratégie, innovation, entreprenariat» qui doivent connaître un minimum de la vie en entreprise pour que la formation soit profitable. Ceci dit, il faut aussi attirer l attention des étudiants sur les différences entre la créativité, l invention (et la gestion de la propriété industrielle), et l innovation, ainsi que sur leur stimulation en entreprise. SYNTHESE DE L EVALUATION : POINTS FORTS / POINTS FAIBLES (PARTIE SPECIFIQUE A LA SPECIALITE) Décrire en quelques lignes les points forts de la spécialité présentés par champs (nb : communiqués à Points forts : un profil de compétences utile au développement des entreprises, une approche quantitative des problèmes. 20

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis Avis n 2010/05-10 relatif à l habilitation de l École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) à délivrer des titres d ingénieur diplômé admis par l état Objet : G : accréditation et admission par l'état

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Biologie et bioingénierie crâniennes, faciales, et dentaires de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Chimie de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master Bologne à l EPFL Réforme de Bologne Implications pour l EPFL Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master EPFL Quelques chiffres 6 600 Etudiants, 23% femmes, 38% étrangers, 109 nationalités 1 400 Doctorants

Plus en détail

414.132.3 Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

414.132.3 Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Ordonnance sur la formation à l EPFL) du 14 juin 2004 (Etat le 1 er septembre 2015) La Direction

Plus en détail

Licence Economie et gestion

Licence Economie et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et mathématiques de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

414.132.3 Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

414.132.3 Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Ordonnance sur la formation menant au bachelor et au master de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Ordonnance sur la formation à l EPFL) du 14 juin 2004 (Etat le 1 er septembre 2009) La Direction

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2015/02-03 relative à l habilitation du CESI à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Rapport intermédiaire sur les recommandations pour l école initialement demandé sur la décision n

Plus en détail

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI),

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI), Accord de reconnaissance mutuelle d études et diplômes en vue de la poursuite d études supérieures dans les établissements d enseignement supérieur français et taiwanais Les associations : Association

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis 2010/06-02 à l habilitation de l Université de Dijon à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national périodique

Plus en détail

La Commission des titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2015/10-03 relatif à l accréditation de l Ecole nationale supérieure des mines de Paris (Mines ParisTech) à délivrer un titre d ingénieur diplômé Objet Dossier B : renouvellement, à compter du 1er

Plus en détail

Avis n 2011/11-02 relatif à l habilitation de Télécom Paris Tech à délivrer des titres d ingénieur diplômé

Avis n 2011/11-02 relatif à l habilitation de Télécom Paris Tech à délivrer des titres d ingénieur diplômé Avis n 2011/11-02 relatif à l habilitation de Télécom Paris Tech à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec le calendrier national

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilite - Contrôle - Audit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Physique, chimie de l Université Montpellier 2 - Sciences et techniques Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2015/01-02 relatif à l accréditation de l Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : Renouvellement, à compter du 1er septembre

Plus en détail

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d Ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2015/05-05 relatif à l admission par l État de diplômes de master délivrés par l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) Suisse Objet Dossier G (Renouvellement) : Renouvellement, à compter

Plus en détail

Master Ecologie et éthologie

Master Ecologie et éthologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Ecologie et éthologie Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Master Management des ressources humaines et organisation

Master Management des ressources humaines et organisation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des ressources humaines et organisation Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Micro-nanotechnologies, télécommunications de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants.

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants. Décision n 2015/04-03 relative à l habilitation de l Ecole d'ingénieurs en chimie, physique et électronique de Lyon (CPE Lyon) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : Renouvellement,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

BIOLOGIE / BIO-INGÉNIERIE - MEDECINE

BIOLOGIE / BIO-INGÉNIERIE - MEDECINE UNIL 1 Université de Lausanne Faculté de biologie et de médecine REGLEMENT DU PROGRAMME PASSERELLE BIOLOGIE / BIO-INGÉNIERIE - MEDECINE DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE 2012 Approuvé par le Conseil de l'ecole

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit public de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences du management de l Université Lille 1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues, littératures et civilisations étrangères de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation -2012 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

MASTER OF ADVANCED STUDIES IN ARBEIT + GESUNDHEIT EN SANTÉ AU TRAVAIL. Règlement d études

MASTER OF ADVANCED STUDIES IN ARBEIT + GESUNDHEIT EN SANTÉ AU TRAVAIL. Règlement d études MASTER OF ADVANCED STUDIES IN ARBEIT + GESUNDHEIT EN SANTÉ AU TRAVAIL Règlement d études La Direction de l Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, se basant sur l article 16 alinéa 2 lettre c de la Loi

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées en pharmacie hospitalière / Master of Advanced Studies in hospital pharmacy (MAS)

Maîtrise universitaire d études avancées en pharmacie hospitalière / Master of Advanced Studies in hospital pharmacy (MAS) Maîtrise universitaire d études avancées en pharmacie hospitalière / Master of Advanced Studies in hospital pharmacy (MAS) RÈGLEMENT Article 1 Objet 1. Les Universités de Genève et Lausanne (ci-après «les

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité - contrôle - audit de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques nucléaires et radioprotection de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse

La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse Bilingue Anglais/Français ou en Français Choix de Filière et d Options 2015-2016 Table des Matières La Filière de la Maturité Suisse Les projets d études professionnelles

Plus en détail

Maîtrise universitaire (master) en biologie chimique

Maîtrise universitaire (master) en biologie chimique Maîtrise universitaire (master) en biologie chimique OBJET Art. B 18 Maîtrise universitaire en biologie chimique 1. La Faculté des sciences de l Université de Genève (ci-après la Faculté des sciences)

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2012/02-02 relative à l habilitation de l'école spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l industrie (ESTP) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

V. LE DEUXIEME CYCLE

V. LE DEUXIEME CYCLE V. LE DEUXIEME CYCLE MASTER EN THÉOLOGIE RECHERCHES et PROFESSIONNEL DIRECTEUR : R. BERGEY La durée du Master de recherches ou du Master professionnel est de deux ans (Master 1 et 2). Pour obtenir le diplôme

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU FORMER DE HAUTS RESPONSABLES L ÉCOLE POLYTECHNIQUE FORME DES FEMMES ET DES HOMMES RESPONSABLES, CAPABLES DE MENER DES ACTIVITÉS

Plus en détail

CONCOURS Durabilis UNIL-EPFL. (anciennement OUI-DD)

CONCOURS Durabilis UNIL-EPFL. (anciennement OUI-DD) CONCOURS Durabilis UNIL-EPFL (anciennement OUI-DD) Table des matières 1. En bref... 3 2. EPFL-UNIL et le développement durable... 3 3. Conditions générales d admission... 4 3.1 Le projet... 4 3.2 Etudiants

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques-Informatique de l Université de Perpignan Via Domitia Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

414.134.2 Ordonnance de la direction de l EPFL sur la formation continue et la formation approfondie à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

414.134.2 Ordonnance de la direction de l EPFL sur la formation continue et la formation approfondie à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Ordonnance de la direction de l EPFL sur la formation continue et la formation approfondie à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Ordonnance sur la formation continue à l EPFL) du 27 juin 2005 (Etat

Plus en détail

Les défis des Universités Européennes. Patrick Aebischer, Président de l EPFL

Les défis des Universités Européennes. Patrick Aebischer, Président de l EPFL Les défis des Universités Européennes Patrick Aebischer, Président de l EPFL Présentation ANRT-FutuRIS, 16.09.2010 Contexte Europe Constat Prédominance des Universités américaines et anglaises dans les

Plus en détail

Master Optique, image, vision

Master Optique, image, vision Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Optique, image, vision Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne Institut d Optique Graduate

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE).

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE). Directives du Master of Science HES-SO in Engineering Version du février 01 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu le protocole d accord entre la CUSO et la HES-SO relatif

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences. Règlement

Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences. Règlement Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences Règlement 2012 Approuvé par le Conseil de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne le 13

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la biotechnologie de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Master Micro et nanotechnologies

Master Micro et nanotechnologies Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Micro et nanotechnologies Ecole centrale de Lyon ECL (déposant) Université Claude Bernard Lyon 1 UCBL Institut national des sciences appliquées de Lyon

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Evaluation des diplômes Masters Vague E Evaluation réalisée en 2013-2014 Académie : Versailles Etablissement déposant : Université Paris-Sud Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau

Plus en détail

ARRÊT. rendu par la COMMISSION DE RECOURS DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. le 6 novembre 2008. dans la cause

ARRÊT. rendu par la COMMISSION DE RECOURS DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. le 6 novembre 2008. dans la cause N o 020/08 Commission de recours de l Université de Lausanne ARRÊT rendu par la COMMISSION DE RECOURS DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE le 6 novembre 2008 dans la cause Mme X. c/ la décision du Service des immatriculations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Chimie et biologie de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Licence Information et communication

Licence Information et communication Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Information et communication Université Stendhal - Grenoble 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Bienvenue à l UCL, dans une

Bienvenue à l UCL, dans une Bienvenue à l UCL, dans une des 9 universités de la Communauté française des 3300 universités de l Union européenne des 4000 universités européennes (4194 aux USA) des 17000 universités dans le monde Bologne

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Executive MBA in Tourism Management (EMTM) de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Les métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation de l Université d'evry-val-d'essonne Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration publique de l Université de la Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Informatique Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Master Sciences cognitives et ergonomie

Master Sciences cognitives et ergonomie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives et ergonomie Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO

PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO PROJET CRÉATION D UNE ECOLE DOCTORALE DE DROIT DU MOYEN-ORIENT EDDMO I APPROCHE A - Contexte B - État des lieux de la recherche dans les pays de la zone II OBJECTIFS A Objectif général B Objectifs spécifiques

Plus en détail

REGLEMENT DU PROGRAMME INTERNATIONAL DE LA SOLVAY BRUSSELS SCHOOL OF ECONOMICS & MANAGEMENT

REGLEMENT DU PROGRAMME INTERNATIONAL DE LA SOLVAY BRUSSELS SCHOOL OF ECONOMICS & MANAGEMENT REGLEMENT DU PROGRAMME INTERNATIONAL DE LA SOLVAY BRUSSELS SCHOOL OF ECONOMICS & MANAGEMENT Ce règlement s applique à tous les étudiants de 3e année du Bachelier et de 1ère et 2ème années de Master de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Médiation culturelle de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Sciences physiques pour l'environnement de l Université de Corse Pasquale Paoli Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Management des systèmes d information Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France Avant la CTI Écoles de l état Ponts et chaussées 1747 Libéralisation de l enseignement supérieur Loi Laboulaye

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

BILAN DES ADMISSIONS 2014

BILAN DES ADMISSIONS 2014 BILAN DES ADMISSIONS «LE BILAN DES ADMISSIONS MONTRE BIEN QU AUJOURD HUI SCIENCES PO RECRUTE SUR TOUS LES TERRITOIRES.» FRÉDÉRIC MION, DIRECTEUR DE SCIENCES PO EDITO Institution singulière dans le paysage

Plus en détail

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE ROYAUME DU MAROC Ministère de l Education nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Département de l Enseignement Supérieur, de la Formation des

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Institut des sciences et techniques de l ingénieur

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Avis n 2013/09-03 relatif à l habilitation par l État de diplômes de Master Ingénieur Civil de l Université de Liège Faculté des Sciences Appliquées

Avis n 2013/09-03 relatif à l habilitation par l État de diplômes de Master Ingénieur Civil de l Université de Liège Faculté des Sciences Appliquées Avis n 2013/09-03 relatif à l habilitation par l État de diplômes de Master Ingénieur Civil de l Université de Liège Faculté des Sciences Appliquées Objet : CATÉGORIE G : Accréditation et admission par

Plus en détail

Licence Sciences de gestion

Licence Sciences de gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

L enseignement supérieur français

L enseignement supérieur français «Destination France» L enseignement supérieur français Université Catholique de Louvain, le 01 mars 2012 1 Le système français, quelques chiffres Quelques chiffres: La France compte 2,3 millions d étudiants

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Master of Advanced Studies in Children s Rights (MCR) de l Université de Fribourg et l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

Ordonnance concernant l admission à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne

Ordonnance concernant l admission à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Ordonnance concernant l admission à l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne 414.110.422.3 du 8 mai 1995 (Etat le 1 er décembre 2015) La Direction de l Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL),

Plus en détail

Convention constitutive du PRES HESAM OBJECTIFS PARTAGES ET ACTIONS COMMUNES

Convention constitutive du PRES HESAM OBJECTIFS PARTAGES ET ACTIONS COMMUNES Convention constitutive du PRES HESAM OBJECTIFS PARTAGES ET ACTIONS COMMUNES Entre les signataires : - Le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), représenté par son administrateur général, M.

Plus en détail

Maîtrise universitaire en politique et management publics Master of Arts (M A) in Public Management and Policy Règlement d études

Maîtrise universitaire en politique et management publics Master of Arts (M A) in Public Management and Policy Règlement d études MODIFICATIONS DU REGLEMENT - PROPOSITION DU 02.10.07 Maîtrise universitaire en politique et management publics Master of Arts (M A) in Public Management and Policy Règlement d études Dans un souci de lisibilité,

Plus en détail

Total nouvelles immatriculations (bachelor années 1, 2 et 3 & CMS)*

Total nouvelles immatriculations (bachelor années 1, 2 et 3 & CMS)* l epfl en chiffres ÉTUDIANTS EFFECTIFS RÉSUMÉ DES CANDIDATURES BACHELOR, MASTER ET DOCTORAT Candidatures bachelor & CMS Total candidatures bachelor & CMS Total nouvelles immatriculations (bachelor années

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail