UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS"

Transcription

1 BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR** (UNIVERSIDAD PABLO DE OLAVIDE), JOSÉ ANTONIO ORDAZ (UNIVERSIDAD PABLO DE OLAVIDE) ET FLOR MARÍA GUERRERO (UNIVERSIDAD PABLO DE OLAVIDE) RÉSUMÉ: L estmaton du nombre d accdents est un des objectfs les plus mportants des travaux de recherche dans le secteur de l assurance automoble. Dans parel cas, on a généralement recours aux modèles économétrques pour données de comptage, en partculer les modèles de Posson ou bnomal négatf. Cependant, dans certans cas, les modèles à expanson de zéros peuvent être plus pertnents. Le but prncpal de cet artcle est de détermner les facteurs les plus sgnfcatfs des accdents déclarés par les assurés. Nous estmons leur nombre à partr de données fournes par une compagne d assurance prvée espagnole au moyen de dfférents modèles économétrques pour données de comptage et nous comparons les résultats obtenus entre ces dfférents modèles. ABSTRACT: The estmaton of the number of accdents s one of the most mportant purposes n the research feld of the auto nsurance ndustry. Count data econometrc models are usually employed n ths process, n partcular the tradtonal Posson and the negatve bnomal specfcatons. Nevertheless, zero-nflated models could be more approprated solutons. The man objectve of ths paper s to show the most sgnfcant factors n the accdents that are declared by the polcyholders. We estmate ts number usng the data provded by a Spansh prvate nsurance company throughout the dfferent models we have prevously ponted out, comparng the obtaned results. JEL CLASSIFICATION: C52, G22. MOTS-CLÉS : accdent, assurance automoble, modèles économétrques pour données de comptage. KEYWORDS: accdent, automoble nsurance, count data econometrc models. * Ce traval a bénéfcé du support du Mnstero de Educacón y Cenca (Espagne) et du FEDER (SEJ /ECON). ** Adresse de correspondance : María del Carmen Melgar, Departamento de Economía, Métodos Cuanttatvos e Hstora Económca, Unversdad Pablo de Olavde, Carretera de Utrera Km.1, Sevlla (España); e-mal: 169

2 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE INTRODUCTION Parm les secteurs économques les plus dynamques dans les pays ndustralsés, on peut cter celu de l assurance, auss ben le secteur ve que le secteur non-ve. En ce qu concerne les assurances non-ve, la branche la plus mportante en Espagne est celle de l assurance automoble, qu en 2003, concernat plus du 25% de l ensemble des prmes d assurance du pays. Il est également ntéressant de soulgner que c est dans ce secteur d assurance que l on retrouve la plupart des travaux de recherche emprque s ntéressant aux asymétres d nformaton notamment sur le plan de la valdaton emprque des modèles théorques. Parm ces études, l analyse du nombre d accdents encourus par les conducteurs acquert une part de plus en plus mportante. Dans ce type d étude, on s ntéresse typquement à détermner dans quelle mesure les conducteurs qu subssent le plus d accdents sont également ceux qu ncluent le plus de couvertures dans leur contrat d assurance. Tands que les fondements théorques à cet égard ont été établs à partr des années 70, ce n est qu à partr de la dernère décenne que les études emprques auxquelles nous fasons référence ont commencé à apparaître. Nous pouvons cter, entre autres, les travaux de Puelz et Snow (1994), Chappor et Salané (1997, 2000), Donne, Gouréroux et Vanasse (1999) et Cohen (2005). Notre étude porte sur le len entre le nombre de snstres dans le secteur de l assurance automoble et dfférentes varables explcatves comme par exemple les caractérstques des preneurs d assurance. A l nstar des artcles ctés, on s ntéresse également sur le len entre le nveau de couverture et le nombre de snstres. L estmaton économétrque de ce type de relaton dont la varable dépendante reflète un nombre d évènements s effectue habtuellement au moyen de modèles économétrques pour données de comptage (count data models en anglas). Parm ces modèles, le modèle de Posson et le modèle bnomal négatf représentent les deux modèles les plus souvent utlsés au nveau emprque. D autres modèles, tel que les modèles à expanson de zéros (zero nflated models en anglas) sont plus rarement ms en œuvre. Ce type de modèles permet de prendre en compte certanes caractérstques de la varable dépendante, ce qu n est pas le cas lorsque l on a recours à des modèles plus smples. Dans le domane de l assurance automoble, on ne trouve pas d étude emprque mettant en œuvre ce derner type de modèle. Cette étude se propose de paller cette lacune en comparant les résultats obtenus au moyen de tous ces modèles économétrques. Le plan de l artcle est le suvant. Après cette brève ntroducton, nous exposons dans la secton 1 la méthodologe mse en œuvre dans l analyse emprque. Nous décrvons les données, les varables utlsées dans la parte emprque ans que les prncpales caractérstques des modèles estmés. Dans la secton 2, nous présentons et comparons les résultats des estmatons du nombre d accdents déclarés par les assurés obtenus au moyen des modèles de régresson de Posson, bnomal négatf, Posson à expanson de zéros et bnomal négatf à expanson de zéros. La dernère secton reprend les prncpales conclusons de l analyse. 170

3 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO 1. MÉTHODOLOGIE 1.1. DONNÉES ET ANALYSE DESCRIPTIVE Les données que nous avons utlsées dans cette étude ont été très amablement fournes par une mportante compagne d assurance prvée espagnole. La base de données mse à notre dsposton content de l nformaton relatve à assurés concernant les caractérstques du véhcule automoble assuré, du conducteur et du contrat entre l assuré et la compagne. La base de données fournt également le nombre de snstres qu ont eu leu entre jun 2002 et jun 2003 et qu sont connus par l assureur. Les varables que l on a consdérées font référence à la catégore du véhcule assuré ; son utlsaton ; l âge du conducteur ; son expérence, mesurée par le nombre d années après l obtenton du perms de condure ; le sexe ; la régon prncpale de crculaton ; la prme payée annuellement ; le nveau de couverture chos et le nombre d accdents déclarés à la compagne d assurance. Il est à noter que la plupart de ces varables sont nclues dans l analyse au moyen de varables bnares qu reflètent leur catégores 1. Nous présentons dans ce qu sut quelques résultats ssus de l analyse statstque descrptve de ces varables. 2 En ce qu concerne les caractérstques des automobles assurés, nous remarquons que 80,80% des véhcules concernent des votures de toursme ou des fourgonnettes. On compte 7,32% de cyclomoteurs ou motos et 6,76% de tracteurs ou autres moyens de transport agrcole. Le solde est nsgnfant. En ce qu concerne l utlsaton des véhcules, près de 80% le sont à ttre prvé ; un peu mons de 10% des véhcules sont utlsés pour transporter des marchandses et 8% pour réalser des travaux agrcoles. La moyenne d âge des conducteurs est d envron 48 ans. 92,15% des assurés ont 30 ans ou plus et seulement 2,26% mons de 25 ans. La plupart des personnes sont des hommes ; l n y a que 14,67% de femmes parm les assurés. Presque tous ont obtenu leur perms de condure depus deux ans au mons (99,19%). Par rapport au domcle de l assuré, qu est consdéré par la compagne d assurance comme étant la régon d utlsaton prncpale du véhcule, nous avons regroupé les conducteurs selon le nveau 1 de la nomenclature des untés terrtorales statstques (NUTS 1) étable par Eurostat. Les Communautés Autonomes espagnoles sont ans regroupées dans les 8 régons reprses dans l annexe A. Plus de 45% des assurés habtent dans la régon du Sud ; les régons Est, Nord-ouest et Centre réunssent chacune entre 12% et 17% des conducteurs, tands que les régons restantes, c est-à-dre les Canares, le Nord-est, Madrd, Ceuta et Mellla, représentent mons de 5% des assurés. 1 Vor l annexe A, pour une défnton. 2 Pour plus de détals, vor Melgar, Ordaz et Guerrero (2004). 171

4 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE En ce qu concerne les caractérstques des contrats entre l assuré et sa compagne, on peut observer que plus de 48% ndvdus paent une prme annuelle comprse entre 200 et 400. Au-delà de cette somme, le pourcentage d assurés dmnue au fur et à mesure que la prme augmente. Les prmes les mons communes sont celles d un montant nféreur à 200. Celles-c ne concernent que 9,80% des conducteurs. Le nveau de couverture du rsque qu est foncton du montant de la prme payée consttue le deuxème élément mportant défnssant la relaton entre la compagne d assurance et son clent. Nous avons consdéré pluseurs nveaux, en partant du nveau le plus bas qu correspond au mnmum légal oblgatore pour un véhcule jusqu au nveau le plus haut qu couvre l ensemble des éventualtés possbles, en passant par deux nveaux ntermédares qu ncluent, outre le mnmum, d autres garantes telles que le vol de voture, l ncende ou l assurance contre la suspenson provsore du perms de condure. Presque 54% des conducteurs ont seulement une assurance de responsablté aux ters, tands que mons de 8% bénéfcent de l assurance la plus complète. De manère générale, ces pourcentages dmnuent au fur et à mesure que le nveau de couverture augmente. En ce qu concerne le nombre d accdents avérés et déclarés à la compagne d assurance, on dénombre au total snstres dans l ensemble de conducteurs. 76,82% des conducteurs assurés n a ans sub aucun accdent. Parm les conducteurs ayant déclaré un accdent, 70,44% d entre eux n ont sub qu un seul accdent, ce qu représente 16,33% des assurés par rapport au total de assurés de la base de données MODÈLES La varable sur laquelle se centre notre étude, le nombre d accdents déclarés par les conducteurs à leur compagne d assurance, est une varable dscrète à valeurs non négatves. Ce type de varable est en général estmé par les modèles de régresson pour données de comptage (count data models). Parm ces modèles, on dstngue en général le modèle de Posson et le modèle bnomal négatf qu sont le plus souvent utlsés. Les modèles à expanson de zéros peuvent être plus adéquats, étant donné qu ls permettent de tenr compte de certans aspects propres aux valeurs prses par la varable endogène, ce que les modèles classques ne permettent pas de consdérer. 3 Le modèle de régresson de Posson permet d estmer la probablté qu une varable aléatore Y prenne la valeur y pour l ndvdu : λ y e P( Y = y ) = λ y! où y = 0,1,2, ; (1) 3 Vor Wnkelmann (2003) pour davantage d nformaton sur les modèles count data. 172

5 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO le paramètre λ vérfe la relaton : lnλ = X β, ou de façon équvalente, λ = e Xβ et X représente le vecteur des régresseurs et β celu des coeffcents que l on souhate estmer. Une des caractérstques du modèle de Posson est l égalté entre ces deux moments condtonnels : Var(Y) = E(Y). Cette proprété d équdsperson peut paraître restrctve. Celle-c peut fare l objet d un test statstque qu dans le cas où l est rejeté (H0 : équdsperson) justfe le recours à des modèles de régresson caractérsés par des dstrbutons de probablté plus flexbles. Dans parel cas, le modèle bnomal négatf est l alternatve habtuellement retenue. Ce modèle de régresson permet d appréhender des varables dépendantes de type données de comptage caractérsées par un degré mportant d hétérogénété qu peut provenr de la présence élevée de valeur nulles pour la varable dépendante (Mullahy, 1997). La foncton de probablté s exprme dans ce cas par la relaton : ν y Γ( y + ν ) P Y y ν λ ( = ) = Γ( y + 1) Γ( ν ) ν + λ ν + λ (2) où υ > 0. 4 Pour ce modèle, la varance de la dstrbuton condtonnelle de la varable Y n est plus égale à sa moyenne condtonnelle, mas une foncton quadratque de celle-c : Var(Y) = E(Y) + αe(y) 2, où α = 1 représente le coeffcent de surdsperson. ν On peut observer que s α 0, le modèle bnomal négatf coïncde avec le modèle de Posson. Le test de la nullté de α permet ans de tester la valdté du modèle de Posson. Les développements les plus récents des modèles pour données de comptage donnent leu à une double nterprétaton des valeurs nulles de la varable dépendante, ce qu n est pas le cas avec les modèles plus classques tels que les modèles de Posson et bnomal négatf. Concrètement, les modèles plus récents consdèrent qu l exste une décson ntale de partcpaton de la part de l ndvdu consdéré à un évènement. S celu-c ne partcpe pas, la varable dépendante prendra toujours la valeur zéro, tands que s l décde de partcper, la varable dépendante prendra des valeurs dont la dstrbuton pourra se condure selon une lo de Posson ou bnomale négatve, valeurs qu pourront éventuellement être nulles. Cette valeur nulle peut ans être la conséquence de deux stuatons dfférentes. 4 Selon la termnologe de Cameron et Trved (1986), ce modèle se réfère au modèle bnomal négatf II. 173

6 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE La dstrbuton de probablté du modèle de Posson à expanson de zéros (zero-nflated Posson model ou ZIP) s exprme comme sut: P( Y = 0) = P( Y = y q + (1 q ) e > 0) = ( 1 q ) e λ λ y! λ y Dans le cas du modèle bnomal négatf à expanson de zéros (zero-nflated negatve bnomal model ou ZINB), la dstrbuton de probablté s exprme comme sut : (3) P( Y P( Y = y ν = 0) = q + (1 q ) ν + λ > 0) = ( 1 q ) ν Γ( y + ν ) ν y Γ( + 1) Γ( ν ) ν + λ ν y λ ν + λ (4) où q est, dans les deux cas, la probablté lée au fat de ne pas partcper et 1 - q au fat de partcper. La valeur espérée et la varance de Y s exprment comme sut : E E ( Y X ) = ( 1 q ) λ et Var ( Y X ) = λ ( 1 q )( 1 +λ q ) ( Y X ) = ( 1 q ) λ et Var ( Y X ) = λ ( 1 q )( 1 + αλ + λ q ) dans le cas du modèle ZIP, dans le cas du modèle ZINB. Ans, α représente de nouveau le paramètre qu nous permet de dscrmner entre le modèle de Posson (ZIP) et le modèle bnomal négatf (ZINB). Quant à la probablté q, lorsque celle-c est nulle, q = 0, on se retrouve dans le cas des modèles de Posson ou bnomal négatf tradtonnels, selon le cas. Par conséquent, le test de nullté ou non de ce paramètre permet de nous ader à décder lequel de ces modèles (celu à expanson de zéros ou le tradtonnel) est le melleur ou le plus convenable pour l estmaton proposée. Hélas, les logcels nformatques ne permettent pas de tester drectement ce paramètre, mas ls consdèrent qu l sut une lo de dstrbuton partculère. Ans, dans le cadre du logcel que nous avons utlsé, Lmdep 7.0, q sut une dstrbuton logstque : q = Λ( X β ) avec τ R. τ Le chox entre le modèle à expanson de zéros et le modèle tradtonnel est possble au moyen de la statstque de Vuong 5 qu se défnt comme sut : V = 1 N N m N = 1 1 N m N = 1 ( m) 2 (5) 5 Vor Vuong (1989) et Greene (1995) à ce sujet. 174

7 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO P1 ( Y = y ) où m = ln et P2 ( Y = y ) P 1 (Y = y ) et P 2 (Y = y ) représentent les fonctons de probablté des modèles à expanson de zéros et tradtonnel, respectvement, et m la moyenne de, =1,, N. Vuong démontre que la statstque m sut une dstrbuton normale rédute : quand sa valeur est supéreure à 1,96 le modèle à expanson de zéros donne une melleure estmaton ; c est l nverse qu se produt lorsque celle-c est nféreure à -1,96. Enfn, elle n apporte pas d nformaton suffsante sur la qualté du modèle lorsqu elle prend des valeurs comprses entre -1,96 et 1,96. Pour la varable qu nous ntéresse (le nombre d accdents déclarés), la valeur 0 peut sot ndquer que le conducteur n a pas eu d accdent ou sot qu l en a eu mas qu l n en a pas nformé sa compagne d assurance. Le fat que près de 77% des assurés n ont déclaré aucun accdent peut nous amener à penser que le modèle bnomal négatf à expanson de zéros s avère plus appropré pour détermner les facteurs qu apparassent sgnfcatfs pour explquer le nombre de snstres. m 2. LES PRINCIPAUX RÉSULTATS DES ESTIMATIONS Nous présentons dans cette secton les prncpaux résultats des estmatons effectuées afn de détermner les varables qu sont sgnfcatves dans l occurrence d accdents déclarés par les conducteurs à leur compagne d assurance. Nous avons estmés les dfférents modèles pour données de comptage dscutés dans la secton précédente. Les tableaux 1, 2, 3 et 4 de l annexe B reprennent les résultats obtenus avec chacun de ces modèles. Nous avons unquement reprs dans ces tableaux les varables statstquement sgnfcatves au nveau de 5%. Les estmatons ont été réalsées avec le logcel Lmdep 7.0., à partr d un échantllon aléatore de assurés sur les dsponbles dans la base de données ntale, et ce afn de paler les contrantes de calcul. La secton qu sut s ntéresse aux prncpales smltudes et dfférences entre les quatre modèles estmés RÉSULTATS COMMUNS En ce qu concerne les varables sgnfcatves communes aux quatre modèles, on dstngue certanes catégores de véhcules, certans types d utlsaton de ceux-c, l âge du conducteur, certanes régons de résdence de ceux-c, ans que l ensemble des nveaux de prmes et de couverture. On peut soulgner auss, comme pont commun entre les quatre estmatons, l absence de sgnfcatvté de la varable relatve au sexe du conducteur. 175

8 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE Plus précsément, au nveau de la catégore du véhcule, les camons, remorques et cyclomoteurs ou motos sont systématquement sgnfcatfs quelque sot le modèle estmé. De plus, l ncdence de ces tros catégores sur la probablté d observer un snstre est plus fable par rapport à la catégore de référence représentée par les véhcules de toursme ou fourgonnette. Quant à l utlsaton fate des véhcules, seuls les usages à ttre d actvté ndustrelle, agrcole et pour le transport scolare apparassent comme étant des facteurs détermnants et ce pour les quatre modèles estmés. Pour les deux premers types d utlsaton, en partculer l usage agrcole, le nombre de snstres est plus fable par rapport au groupe de référence représenté par les véhcules destnés à un usage partculer. Le transport scolare quant à lu est assocé avec un taux de snstres plus élevé que les autres types d utlsaton. La varable âge est assocée à un nombre plus fable de snstres. Plus les conducteurs sont âgés (et plus ls sont expérmentés) mons ls subssent d accdents. En ce qu concerne la régon de résdence de l assuré, seules les régons du Nord-ouest et du Centre parassent se dfférenter des autres, en ce sens que l on y observe mons d accdents par rapport à la catégore de référence représentée par la régon du Sud (ans que les régons non sgnfcatves). Parm les autres varables analysées, on retrouve celles pour lesquelles on a regroupé les prmes payées chaque année par les assurés. Toutes ces catégores apparassent sgnfcatves et on observe un plus grand nombre de snstres, par rapport à la catégore de référence, au fur et à mesure que la prme annuelle augmente. Ans, pour les prmes les plus élevées (supéreures à 750 ), on trouve deux fos plus de snstres par rapport aux prmes comprses dans l ntervalle entre 200 et 300, avec des ncréments entre groupes consécutfs de l ordre de 15 à 25 % et ce pour les quatre estmatons réalsées. S l on s ntéresse fnalement aux degrés de couverture, nous observons qu ls sont tous sgnfcatfs et que, ndépendamment du modèle applqué, la probablté de snstres est supéreure dans toutes les catégores par rapport au taux de couverture mnmum (catégore de référence). On remarque également pour les quatre modèles une relaton non monotone entre les coeffcents estmés et les catégores de couverture. Ans ben que le coeffcent assocé au nveau de couverture le plus élevé sot le plus élevé (plus on est assuré et plus on a d accdents), une dfférence apparaît entre les deux nveaux ntermédares de couverture, le coeffcent assocé à la catégore représentant un degré de couverture mondre étant plus élevé. On notera que ces résultats ne concordent pas avec ceux de Cohen (2005) et Donne, Gouréroux et Vanasse (1999), qu mettent en avant une relaton postve entre le nveau de couverture et la probablté d un snstre. Chaporr et Salané (1997, 2000) n arrvent pas non plus à cette concluson ben que leur échantllon sot consttué d assurés avec peu d expérence 6. 6 Ce qu est dfférent par rapport à notre étude qu s ntéressent aux conducteurs dsposant de dfférents nveaux d expérence ou d ancenneté. 176

9 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO 2.2. DIFFÉRENCES ENTRE MODÈLES Les prncpales dfférences rencontrées au nveau des résultats obtenus au travers des quatre modèles estmés concernent les dfférents types d utlsaton des véhcules ans que l expérence du conducteur. En ce qu concerne le transport de marchandses, le coeffcent assocé à ce type d utlsaton apparaît comme étant sgnfcatf que dans le modèle de Posson (vor Tableau 1). Néanmons ce coeffcent apparaît comme étant le mons sgnfcatf ce qu pourrat explquer qu l n est plus sgnfcatf dans les tros autres modèles. Pour ce type d utlsaton, on observe une probablté de snstres légèrement mons élevée par rapport à l usage prvé. S l on consdère le nombre d années depus l obtenton du perms de condure, on observe que le coeffcent assocé à cette varable n est pas sgnfcatf dans le modèle de régresson de Posson (vor Tableau 1). Cec n est pas confrmé pour les autres modèles. Les conducteurs ayant mons de 2 ans d expérence ont toutes choses étant égales par alleurs une probablté plus élevée de subr un snstre par rapport aux conducteurs plus expérmentés. CONCLUSION Cet artcle a comme objectf fondamental de montrer quels sont les prncpaux facteurs détermnants des snstres déclarés par les conducteurs à leur compagne d assurance. A partr des données fournes par une compagne d assurance prvée espagnole, nous avons pu nvestguer cette queston en mettant en œuvre dfférents modèles économétrques pour données de comptage. Concrètement, on a utlsé les modèles de régresson de Posson, bnomal négatf, Posson à expanson de zéros et bnomal négatf à expanson de zéros. Les varables défnes et utlsées dans les estmatons font références aux caractérstques du véhcule assuré, à celles des conducteurs et au type de polce d assurance. Les prncpales dfférences que l on trouve en applquant les dvers modèles concernent l utlsaton du véhcule et l expérence du conducteur. À l excepton du sexe qu ne semble pas nfluencer la probablté d avor un snstre, les autres varables explcatves sont toutes sgnfcatves et ont toutes le même sgne dans les quatre modèles estmés. La prncpale nouveauté de l artcle résde dans l estmaton du modèle bnomal négatf à expanson de zéros applqué à l assurance automoble. D un pont de vue théorque, ce modèle est le plus appropré, et ce pour deux rasons. Tout d abord le pourcentage élevé de valeurs nulles prses par la varable dépendante (près de 77%) mplque une stuaton de surdsperson des données. Deuxèmement, ce modèle permet de prendre en compte une nterprétaton supplémentare attachée à ces valeurs nulles, à savor le fat d avor sub un snstre et de ne pas l avor déclaré auprès de sa compagne d assurance outre le fat de ne pas avor eu de snstre. Les résultats des estmatons économétrques réalsées au moyen du logcel Lmdep 7.0 corroborent ce chox du modèle négatf bnomal à expanson de zéro. En effet, ben que les résultats estmés entre les dfférents modèles économétrques sont dans l ensemble semblables et cohérents, la sgnfcatvté de même que les valeurs prses par les paramètres alpha et tau de même que la valeur prse par la statstque du test de Vuong dans le tableau 4 ne rejettent pas l utlsaton de ce modèle plus général. 177

10 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE REFERENCES Cameron,A. and P. Trved, Econometrc models based on count data: comparson and applcatons of some estmators and tests, Journal of Appled Econometrcs, 1, pp Chappor, P.A. and B. Salané, Emprcal contract theory: the case of nsurance data, European Economc Revew, 41, pp Chappor, P.A. and B. Salané, Testng for asymmetrc nformaton n nsurance markets, Journal of Poltcal Economy, 108 (1), pp Cohen, A., Asymmetrc nformaton and learnng: evdence from the automoble nsurance market, Revew of Economcs and Statstcs, 87 (2), pp Donne, G., C. Gouréroux and C. Vanasse, Evdence of adverse selecton n automoble nsurance markets, n G. Donne and C. Laberge-Nadeau (ed.), Automoble Insurance: Road Safety, New Drvers, Rsks, Insurance Fraud and Regulaton, Boston, pp Greene, W.H., Lmdep Verson 7.0: User's Manual, Bellport NY. Melgar, M.C., J.A. Ordaz and F.M. Guerrero, The Man Determnants of the Number of Accdents n the Automoble Insurance: an Emprcal Analyss, Études et Dossers, 286, pp Mullahy, J., Heterogenety, excess zeros, and the structure of count data models, Journal of Appled Econometrcs, 12, pp Puelz, R. and A. Snow, Evdence on adverse selecton: equlbrum sgnallng and cross-subsdzaton n the nsurance market, Journal of Poltcal Economy, 102 (2), pp Vuong, G.H., Lkelhood Rato Tests for Model Selecton and Non-Nested Hypotheses, Econometrca, 57, pp Wnkelmann, R., Econometrc analyss of count data, Berln. 178

11 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO APPENDIX ANNEXE A. DÉFINITION DES VARIABLES UTILISÉES DANS L ANALYSE ÉCONOMÉTRIQUE varable Catégore du véhcule Utlsaton du véhcule Âge de l assuré Expérence du conducteur assuré Sexe de l assuré Régon de résdence de l assuré Prme annuelle payée par l assuré Couverture de l assurance Nombre de snstres défntons et modaltés TOU_FOUR*, CAMION, REMORQUE, AUTOCAR, TRAC_MA, VEH_IND, CICL_MOT : varables dummes qu ndquent s le véhcule assuré est, respectvement, un véhcule de toursme ou une fourgonnette, un camon, une remorque, un autocar, un tracteur ou autre matérel agrcole, un véhcule ndustrel ou un cyclomoteur ou une moto US_PRIVE*, US_SP, US_LOCAT, US_ECOL, US_ACVN, US_INDUS, US_TMAR, US_TSCOL, US_TGV, US_AGRIC, US_SPC : varables dummes qu ndquent s le véhcule assuré s utlse, respectvement, à ttre prvé, dans le cadre de servces publcs, locaton, autoécole, achat et vente, ndustre, transport de marchandses, transport scolare, transport en général de voyageurs, agrculture ou est mmoblsé en cas de suspenson du perms de condure AGE : varable qu ndque l âge de l assuré (à la date du 15 décembre 2002) ANCIE<2A : varable dummy qu ndque s l assuré a obtenu un perms de condure depus mons de 2 ans (à la date du 15 décembre 2002) FEMME : varable dummy qu ndque s l assuré est une femme SUD*, N_OUEST, N_EST, CENTRE, MADRID, EST, CANARIES, CEUT_MEL : varables dummes qu ndquent s l assuré habte et crcule normalement dans la régon du Sud (Andalucía et Regon de Murca), le Nordouest (Cantabra, Galca, Prncpado de Asturas), le Nord-est (Aragón, Comundad Foral de Navarra, La Roja, País Vasco), le Centre (Castlla y León, Castlla-La Mancha, Extremadura), Madrd (Comundad de Madrd), l Est (Cataluña, Comundad Valencana, Islas Baleares), les Canares (Canaras) ou Ceuta et Mellla (vlles autonomes de Ceuta et Mellla) P0_200*, P200_300, P300_400, P400_500, P500_750, P750_ : varables dummes qu ndquent, respectvement, s la prme annuelle payée par l assuré ne dépasse pas 200, s elle est de plus de 200 et ne dépasse pas 300,s elle est de plus de 300 et ne dépasse pas 400, s elle est de plus de 400 et ne dépasse pas 500, s elle de plus de 500 et ne dépasse pas 750 ou s elle de plus de 750 DG_BAS*, DG_SBAS, DG_SHAUT, DG_HAUT : varables dummes qu ndquent s l assuré bénéfce, respectvement, d un degré de couverture le plus fable, fable, élevé ou le plus élevé NOMSIN : varable qu ndque le nombre d accdents subs par l assuré et déclarés à la compagne d assurance entre le 16 jun 2002 et le 15 jun 2003 * Catégore de référence de la varable. 179

12 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE TABLEAU 1. ESTIMATION DU NOMBRE D ACCIDENTS AVEC LE MODÈLE DE RÉGRESSION DE POISSON Varable Constante CAMION REMORQUE CICL_MOT US_INDUS US_TMAR US_TSCOL US_AGRIC AGE N_OUEST CENTRE P200_300 P300_400 P400_500 P500_750 P750_ DG_SBAS DG_SHAUT DG_HAUT Log-vrasemblance Nombre d observatons Coeffcent -2, , , , , , , , , , , , , , , , , , , p-valeur 0,0001 0,0001 0,0332 0,0038 0,0107 0,0206 0, ,

13 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO TABLEAU 2. ESTIMATION DU NOMBRE D ACCIDENTS AVEC LE MODÈLE BINOMIAL NÉGATIF Varable Constante CAMION REMORQUE CICL_MOT US_INDUS US_TSCOL US_AGRIC AGE ANCIE<2A N_OUEST CENTRE P200_300 P300_400 P400_500 P500_750 P750_ DG_SBAS DG_SHAUT DG_HAUT Paramètres Alpha (surdsperson) Log-vrasemblance Nombre d observatons Coeffcent -2, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , p-valeur 0,0002 0,0001 0,0015 0,0366 0,0435 0,0245 0,0485 0,0012 0, ,

14 UNE ETUDE ECONOMETRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE TABLEAU 3. ESTIMATIONS DU NOMBRE D ACCIDENTS AVEC LE MODÈLE ZIP Varable Constante CAMION REMORQUE CICL_MOT US_INDUS US_TSCOL US_AGRIC AGE ANCIE<2A N_OUEST CENTRE P200_300 P300_400 P400_500 P500_750 P750_ DG_SBAS DG_SHAUT DG_HAUT Paramètres Tau (expanson de zéros) Log-vrasemblance Statstque de Vuong Nombre d observatons Coeffcent -1, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , p-valeur 0,0002 0,0002 0,0029 0,0014 0,0458 0,0312 0,0447 0,0006 0,0001 0, ,696 34,

15 MARÍA DEL CARMEN MELGAR, JOSÉ ANTONIO ORDAZ ET FLOR MARÍA GUERRERO TABLEAU 4. ESTIMATION DU NOMBRE D ACCIDENTS AVEC LE MODÈLE ZINB Varable Constante CAMION REMORQUE CICL_MOT US_INDUS US_TSCOL US_AGRIC AGE ANCIE<2A N_OUEST CENTRE P200_300 P300_400 P400_500 P500_750 P750_ DG_SBAS DG_SHAUT DG_HAUT Paramètres Alpha (surdsperson) Tau (expanson de zéros) Log-vrasemblance Statstque de Vuong Nombre d observatons Coeffcent -1, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , p-valeur 0,0004 0,0003 0,0037 0,0030 0,0481 0,0363 0,0470 0,0008 0,0003 0,0292 0, ,434 9,

16

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE :

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE : LS DTRMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION N COLOMBI : UN ANALYS MPIRIQU Gullaume DSTRÉ TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Valentne HNRARD TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Résumé À partr d'un échantllon

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen

Plus en détail

Pauvreté et fécondité au Congo

Pauvreté et fécondité au Congo BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR Armel MOUSSANA HYLOD BAMSSII BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle DT 14/2007 Pauvreté et

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Adoption et usage marchand de l Internet : une étude économétrique sur données françaises

Adoption et usage marchand de l Internet : une étude économétrique sur données françaises Adopton et usage marchand de l Internet : une étude économétrque sur données françases Fabrce Le Guel *, Therry Pénard *, Raphaël Sure *, CREREG UMR CNRS 6585, Unversté de Rennes, MARSOUIN Résumé : Quels

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable Mnstère de l'écologe, du développement durable et de l'énerge Mnstère de l'égalté des terrtores et du logement DGALN / Plan Urbansme Constructon Archtecture Programme de recherche : Localsaton des actvtés

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Les détermnants du beson d ade non satsfat des personnes âgées vvant à domcle : un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon Bérengère Davn 1,2,

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Travail indépendant et immigrants au Canada

Travail indépendant et immigrants au Canada 2014s-13 Traval ndépendant et mmgrants au Canada Nong Zhu, Cecle Batsse Sére Scentfque Scentfc Seres Montréal Janver/January 2014 2014 Nong Zhu, Cecle Batsse. Tous drots réservés. All rghts reserved. Reproducton

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail