Introduction. La mastectomie. L accompagnement des femmes mastectomisées : quel rôle infirmier?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. La mastectomie. L accompagnement des femmes mastectomisées : quel rôle infirmier?"

Transcription

1 Bonjour, je m appelle Joël Blin, infirmier au Centre René Huguenin de Saint-Cloud (centre de lutte contre le cancer spécialisé entre autres dans la pathologie mammaire). Le comité organisateur a demandé à notre équipe de soins d intervenir sur le thème de l accompagnement des femmes mastectomisées : quel rôle infirmier? J aborderai 3 phases importantes : - la mastectomie - l attente : avec les résultats et le traitement - la reconstruction Introduction La spécificité d un service spécialisé en pathologie mammaire invite les soignants à se mettre à l écoute des femmes qui vont subir une mastectomie, à les informer, les guider et les soutenir durant ce parcours difficile. Abordons tout d abord : La mastectomie L accueil de la patiente qui va subir une mastectomie constitue la base du soin relationnel. Ce premier contact doit favoriser une communication privilégiée. La présentation du service, la disponibilité du personnel, l empathie, l écoute permet d entrer en relation avec la personne soignée. Progressivement à l aise, celle-ci sent la confiance s installer, l infirmière devient alors une référente. Le recueil d informations auprès de la patiente (problèmes sociaux, soucis conjugaux ) va permettre à l infirmière de définir les diagnostics infirmiers prévalents : - l anxiété (peur de la mutilation, de l anesthésie) - le manque de connaissance - la perturbation des habitudes de sommeil En retour, dans la mise en œuvre des interventions infirmières, l information tient une place privilégiée. Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 1

2 Puis l entretien médical, confirmant l intervention chirurgicale, contribue à préciser, à nouveau, le type de chirurgie et l éventualité d une mastectomie (ou mammectomie). Pour certaines femmes souvent de plus en plus jeunes, actives, informées, la résignation à cette mutilation est difficile. Le jour de l intervention, la surveillance post-opératoire est classique avec des diagnostics infirmiers : - la douleur, - le risque hémorragique, - le risque infectieux. Les jours suivants. Le lendemain de l intervention est une phase critique. À l ablation du pansement, l infirmière doit être attentive aux différentes réactions de la patiente. Mais tôt ou tard, le regard de celle-ci se posera sur cette cicatrice. Le temps de la toilette permet cette découverte. La présence de l infirmière est capitale pour aider la patiente à exprimer ses sentiments durant cette épreuve. Nous lui conseillons de regarder sa cicatrice avant sa sortie, de façon à être entourée par l équipe de soins lors de cette phase critique. De nouveaux diagnostics infirmiers sont identifiés : - le déni (elle nie ou minimise consciemment ou non sa mutilation) - la perturbation de l estime de soi (autodépréciation visà-vis de sa féminité) - la perturbation de l image corporelle (grande difficulté à se voir devant la glace et à regarder sa cicatrice) - la préparation à un travail de deuil (réaction de chagrin due à la perte du sein) - les stratégies d adaptation individuelle inefficaces (difficulté à résoudre un ou plusieurs problèmes de vie quotidienne, peur d affronter son entourage : famille, amis, collègues de travail). Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 2

3 Pendant le séjour hospitalier, l infirmière mène, au cours des soins, différentes actions, dont la relation d aide par le soutien et la réassurance. Une approche cognitive met l accent sur l information, l éducation et le conseil. Grâce à sa connaissance de la patiente, l infirmière propose différents réseaux de soutien qui peuvent être des patientes ayant déjà eu une chirurgie réparatrice, les bénévoles de l association «Vivre comme avant», «la vie de plus belle» ce sont des soins esthétiques, la psychologue (entre autre les groupes de paroles), et enfin le médecin onco-psychiatre. La possibilité d envisager une chirurgie réparatrice ouvre la perspective d un avenir plus heureux. Il est important de suivre le rythme de chacune car toutes ne sont pas prêtes, au même moment, pour la reconstruction. L attente La suite du traitement chirurgical est conditionnée par les résultats de l analyse anatomo-pathologique des ganglions prélevés et de l analyse histologique de la tumeur. Les patientes sont anxieuses et demandeuses d informations. Elles n hésitent pas à venir chercher des renseignements ou un appui dans le service. Les traitements complémentaires : Radiothérapie et/ou chimiothérapie peuvent suivre l étape chirurgicale. La chirurgie réparatrice est consécutive à ces différents types de traitement. La radiothérapie modifie l état cutané, or la reconstruction n est envisageable qu environ un an après la fin du traitement complémentaire. Ce temps de latence est vécu difficilement, mais permet une meilleure récupération cutanée. Nous sommes souvent sollicités à plus ou moins long terme pour renseigner, conseiller et soutenir la patiente durant ce temps de traitement et d attente. La mastectomie représente une étape difficile et perturbante pour les patientes. La dimension relationnelle et éducative est Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 3

4 fondamentale. L accompagnement infirmier permet par l écoute, la disponibilité et l expérience, d aider les patientes dans leur cheminement, à dédramatiser un événement douloureux et enfin leur redonner confiance. La décision d une chirurgie réparatrice Lorsque la décision de reconstruction est prise, les patientes sont dirigées par les différents médecins vers une plasticienne. Le chirurgien plasticien décide de la technique opératoire en fonction de plusieurs critères : - l état cutané local (cicatrice après radiothérapie) - l âge de la patiente - la morphologie (surcharge pondérale) - les antécédents médicaux et chirurgicaux - l état général Le chirurgien plasticien tiendra compte du refus éventuel de la patiente d avoir un corps étranger en elle. Il évoque les risques potentiels de l intervention. L infirmière a alors un rôle de mise en relation, de soutien, de conseil, de modérateur par rapport à une image esthétique idéalisée. Les différentes techniques de reconstruction La reconstruction par prothèse. Le principe consiste à loger une prothèse de sérum physiologique ou en silicone (autorisée depuis le 10 janvier 2001) derrière le muscle pectoral, avec ou sans point d ancrage, pour définir le sillon mammaire. C est une technique simple et peu longue. Le pansement modelant et compressif est gardé environ 2 jours. Les surveillances majeures à court terme sont l état local, la gestion de la douleur et le drain aspiratif. L hospitalisation est de courte durée (5j). La reprise du travail est envisageable au bout de 3 semaines et celle de l activité sportive après 2 à 3 mois. Le voyage en avion, le port de la ceinture de sécurité ne sont pas contre- indiqués après la pose de prothèse. La patiente mène une vie strictement normale. Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 4

5 La reconstruction par grand dorsal (RMD) Cette méthode s effectue en prélevant un lambeau myocutané du grand dorsal qui reconstitue le volume du sein. Une prothèse est parfois nécessaire pour donner le volume désiré. La crainte majeure de la patiente est l importance de la cicatrice dorsale (décolleté du maillot de bain). Le prélèvement dorsal entraîne une gêne ou des douleurs plus ou moins importantes. La surveillance du lambeau permet d évaluer quelques critères d observation : chaleur, coloration, pouls capillaire qui confirment une bonne vascularisation. La surveillance est, à moyen terme, celle d un risque de sérome dorsal, du fait d un décollement cutané important. Deux drains aspiratifs pallient à ce problème, mais l hospitalisation voisine de ce fait entre 10 et 12j. L arrêt de travail sera d environ 1 mois. La reconstruction par grand droit (TRAM) (lambeau myo-cutané du muscle transverse abdominal) Pour cela, le chirurgien prélève un volume myo-cutané suffisant sur l abdomen, pédiculé par le muscle grand droit. Ce lambeau, après décollement et tunnelisation abdominale et thoracique, reconstitue totalement le volume du sein sur l ouverture de la cicatrice de mastectomie. La pose d une plaque abdominale est nécessaire pour renforcer la ceinture abdominale. La cicatrice (importante) est située entre les deux crêtes iliaques. Le lambeau nécessite une surveillance plus rapprochée que le grand dorsal, car sa vascularisation reste fragile dans les premières heures, il est ainsi maintenu au chaud 48h avec une couverture de survie et l attention est portée sur la moindre souffrance cutanée. La surveillance post-opératoire repose sur l évaluation de la douleur abdominale et la coloration du lambeau. Une prévention contre les accidents thrombo-emboliques est instaurée par traitement anticoagulant systématique. Deux drains aspiratifs sont positionnés au niveau abdominal et un à deux drains sur le lambeau. La durée d hospitalisation voisine entre 8 à 10j. Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 5

6 Le port d un soutien-gorge sans armature, souple (style sport) est préconisé jour et nuit, ainsi que le port d une gaine, pendant 1 mois. La mastectomie avec reconstruction mammaire immédiate (RMI) Cette pratique particulière est choisie en fonction du type histologique du cancer, par exemple un carcinome intracanalaire in situ ne nécessitant pas de traitement complémentaire (radiothérapie), permet à la patiente une reconstruction immédiate si elle le souhaite. Dans ce cas, la reconstruction par prothèse et/ou par lambeau est effectuée après l ablation du sein dans le même temps opératoire. C est une technique assez douloureuse mais, acceptée par les patientes car satisfaite de garder un volume. Néanmoins à plus ou moins long terme, il peut apparaître quelques retentissements psychologiques, car la patiente ne réalise pas la perte de son sein, puisqu elle n a pas fait un travail de deuil. La démarche psychologique est donc différente et il peut subsister un sentiment d insatisfaction. Cette notion semble être controversée par certains auteurs. La reconstruction et le rôle infirmier Partie avec une image négative (mutilation du sein), la patiente revient pour la bonne cause. Elle est plus sereine et se retrouve dans une phase positive, c est une démarche volontaire et mûrie, surtout si un ou deux ans ont passés. À l accueil, l anxiété (peur du résultat) et le manque de connaissance (sur la technique opératoire) sont les diagnostics infirmiers retrouvés. Le jour de l intervention et les jours suivants, d autres diagnostics infirmiers sont posés : - la douleur est plus importante que pour la mastectomie et plus ou moins différente suivant le type de reconstruction. Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 6

7 - l atteinte à l intégrité de la peau (avec risque de nécrose cutanée sur un lambeau de grand droit et, un risque potentiel de lymphorée sous la cicatrice abdominale) - l altération de la mobilité physique durant quelques jours (dans le cas d un TRAM), en effet la patiente étant peu mobile, il est important de prévenir tous risques de phlébite. L infirmière a alors un rôle d encouragement, de conseil, de réassurance par rapport aux hématomes et à l œdème lié à la pose de prothèse. Le deuxième jour post-opératoire, l anxiété des patientes se ressent et, le moment de l ablation du pansement est très important, car elles lisent dans nos yeux la réussite de l intervention. Un regard neutre est de rigueur pour ne pas laisser filtrer notre jugement. L infirmière participe à l acceptation de la nouvelle image corporelle, puis rassure la patiente sur l aspect esthétique altéré par les hématomes et les oedèmes. Le cheminement sera plus ou moins long pour accepter vraiment cette nouvelle image. Dans un second temps opératoire, entre 3 et 6 mois, deux étapes permettent de finaliser cette reconstruction : - la plastie de symétrisation. - la reconstruction aréolo-mamelonnaire (PAM). La plastie de symétrisation Pour obtenir une symétrie mammaire, le plasticien réduit la plupart du temps le sein contro-latéral en pratiquant une cicatrice en T inversé ou augmente (plus rarement) le volume du sein par un implant mammaire. Cette technique se pratique au cours de la reconstruction de l autre sein ou bien dans un deuxième temps. L infirmière surveille l apparition d un risque hémorragique, d un risque infectieux ou d un risque de nécrose du mamelon. Après ablation du drain aspiratif, la patiente repart avec un pansement gras sur le mamelon et sur le pli mammaire (Jelonet), puis des soins à Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 7

8 domicile pendant une semaine, et sera revue par la plasticienne jusqu à cicatrisation. La reconstruction aréolo-mamelonnaire (PAM) Durant un second temps opératoire, entre 3 et 6 mois, la reconstruction aréolaire est effectuée, soit par greffe prélevée au niveau inguino-crural, soit par tatouage et greffe par dédoublement du mamelon opposé. L opération est réalisée sous anesthésie locale en hospitalisation de jour et la patiente revient 3 jours après, pour enlever le pansement occlusif. Un pansement gras sur le mamelon est refait par l infirmière sur avis de la plasticienne. Conclusion L accompagnement infirmier des femmes mastectomisées, avant comme après la reconstruction mammaire, est primordial. Par sa formation, son information, l infirmière contribue à aider la patiente dans son cheminement. Le suivi d une équipe soignante, par son écoute, son attention, sa disponibilité, son expérience fait de la pathologie mammaire une spécificité dont le service et l établissement peuvent s enorgueillir. Une citation de Béatrice Maillard-Chaulin dans «Journal d un sein» résume ce propos : «J ai rencontré une médecine intelligente. Une médecine où les médecins et l ensemble du personnel soignant prennent le temps d écouter le malade, de lui expliquer ce qui lui arrive avec des mots qu il s aura comprendre, de l emmener à travers une démarche positive vers une guérison possible. De lui signaler qu il est là pour l aider sans jamais l envahir ou l infantiliser, d anticiper ses attentes autant que faire ce peut.» Je vous remercie de m avoir écouté. (Les diapositives ont été sélectionnées par les Drs Pétoin, Rimareix et Cothier-Savey que je remercie) Joël Blin (Les régionales de cancérologie) 8

LES LUNDIS DE LA SANTE

LES LUNDIS DE LA SANTE LES LUNDIS DE LA SANTE BREST, le 11 Avril 2005 Dr Stanislas VALENTIN Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE DU SEIN DANS LE CADRE DU CANCER DU SEIN CANCER DU SEIN (RAPPEL)

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

Les reconstructions mammaires après un cancer du sein. Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie

Les reconstructions mammaires après un cancer du sein. Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie Les reconstructions mammaires après un cancer du sein Nicole DROGUE Docteur en Pharmacie Ø Les techniques d oncoplastie ont rendu la conservation du sein souvent possible mais la mastectomie est encore

Plus en détail

Introduction. Méthodes de reconstruction du volume mammaire

Introduction. Méthodes de reconstruction du volume mammaire Introduction La reconstruction d un sein après amputation (ou mastectomie) pour un cancer ou une autre pathologie, fait partie des techniques de chirurgie plastique les plus satisfaisantes. Elle fait partie

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot DANAE, Gustave KLIMT Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot L image de soi DEFINITION C est une image mentale que la personne se forge autant par elle même

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Unité de Réhabilitation Mammaire

Unité de Réhabilitation Mammaire Unité de Réhabilitation Mammaire Sommaire Définition de la reconstruction Définition de la reconstruction... 3 Reconstruction par prothèse... 4 Reconstruction par expandeur... 6 Complications d une reconstruction

Plus en détail

2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony

2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony 2 ème Journée d Oncologie de l Hôpital Privé d Antony du 2 octobre 2010 CHIRURGIE DE RECONSTRUCTION DU SEIN Docteur Éric DUNET Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Hôpital Privé d Antony 22,

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE Centre Hospitalier Guy de Chauliac Unité Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Chirurgie Maxillo-Faciale RECONSTRUCTION MAMMAIRE De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Le cancer du sein touche 1 femme sur 9 * au cours de sa vie. Si la prévention, la recherche et les traitements font d

Plus en détail

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S CHIRURGIE DE LA SILHOUETTE Dr Paule Kuntz LA CHIRURGIE ESTHETIQUE DU BUSTE Réduction ou augmentation mammaire et correction de la ptose (seins tombants) Les

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

se reconstruire avec ou sans intervention chirurgicale

se reconstruire avec ou sans intervention chirurgicale Des questions que vous vous posez et que vous pouvez poser aux soignants Comment se reconstruire avec ou sans intervention chirurgicale Vous allez avoir ou vous avez eu une ablation du sein (mastectomie),

Plus en détail

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN Je dois subir une intervention chirurgicale, Pourquoi? La chirurgie Pour traiter le cancer du sein, il faut enlever ou détruire les cellules cancéreuses. La chirurgie est souvent

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique

Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique Atelier 1 Consentement éclairé lors du dépistage génétique Consentement éclairé lors du dépistage génétique Jocelyne Chiquette, médecin sénologue Josée Rhéaume, infirmière-conseillère en oncogénétique

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

se reconstruire avec ou sans

se reconstruire avec ou sans DES QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ ET QUE VOUS POUVEZ POSER AUX SOIGNANTS Comment se reconstruire avec ou sans intervention chirurgicale Vous allez avoir ou vous avez eu une ablation du sein (mastectomie),

Plus en détail

Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique. Reconstruction mammaire Fiche D'information

Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique. Reconstruction mammaire Fiche D'information Dr MC PERROT BASSOUL Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Diplômée en Techniques d'injections et de comblement Diplômée du Collège

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE www.monkinevoitrose.fr Le nouveau portail LPG entièrement dédié au cancer du sein! Déjà très impliquée dans la prise en charge post-chirurgie des patientes atteintes d un cancer du sein, LPG Systems met

Plus en détail

ROYAL BELGIAN SOCIETY FOR PLASTIC SURGERY. Se reconstruire. Informez-vous sur la reconstruction mammaire. Avec le soutien de

ROYAL BELGIAN SOCIETY FOR PLASTIC SURGERY. Se reconstruire. Informez-vous sur la reconstruction mammaire. Avec le soutien de ROYAL BELGIAN SOCIETY FOR PLASTIC SURGERY Se reconstruire Informez-vous sur la reconstruction mammaire Avec le soutien de 1 Le BRA Day en quelques mots Le Bra Day, Breast Reconstruction Awareness Day,

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

BIENFAITS ÉMOTIONNELS ET PHYSIQUES DE LA RECONSTRUCTION

BIENFAITS ÉMOTIONNELS ET PHYSIQUES DE LA RECONSTRUCTION BIENFAITS ÉMOTIONNELS ET PHYSIQUES DE LA RECONSTRUCTION Retrouver son bien-être. Guérir psychologiquement. De nombreuses raisons peuvent motiver la décision de subir une reconstruction mammaire après une

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Dr. Elisabeth Zielonka C.H.U. de Charleroi

Dr. Elisabeth Zielonka C.H.U. de Charleroi Dr. Elisabeth Zielonka C.H.U. de Charleroi Introduction Chirurgie plastique: spécialité médicale qui vise à restaurer ou à donner une forme au corps Plastique : dérive du grec «plastikos» et signifie «modeler,

Plus en détail

Table des matières. LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5. LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p.

Table des matières. LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5. LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p. Table des matières LA BEAUTÉ POUR TOUS... p. 5 LES ENNEMIS DE LA BEAUTÉ... p. 8 L image de soi... p. 8 Le tabac... p. 10 Le soleil... p. 11 DU RÊVE... p. 12 La projection... p. 12 Le désir de changement...

Plus en détail

Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire

Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire Optimisation de la pratique française de la chirurgie mammaire en ambulatoire Dr François Dravet Centre René Gauducheau Octobre 2014 aux regards : - des très nombreuses publications anglo-saxonnes et européennes

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

p.1 les lombostats les ceintures abdominales Les semelles orthopédiques Les différentes prothèses.

p.1 les lombostats les ceintures abdominales Les semelles orthopédiques Les différentes prothèses. 6 p.1 Ceintures abdominales, abd lombostats, semelles, prothèses... Travail réalisé par un bandagiste agréé des mutuelles - les lombostats les ceintures abdominales Les semelles orthopédiques Les différentes

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

La Chirurgie Esthétique

La Chirurgie Esthétique La Chirurgie Esthétique Table des matières I. Introduction II. Définition de la Chirurgie Esthétique 4 III. Etapes de la chirurgie Esthétique 7 IV. Typologie de la Chirurgie Esthétique 8 o Apparence du

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

Plastie Mammaire pour Hypertrophie ou Ptose

Plastie Mammaire pour Hypertrophie ou Ptose Plastie Mammaire pour Hypertrophie ou Ptose par le Dr. Gérard COUREAU Spécialiste en Chirurgie plastique et esthétique, à Nice Centre de Chirurgie Esthétique, Clinique SaintGeorge 2, Avenue de Rimiez 06000

Plus en détail

Dispositif aquitain de surveillance alternée des cancers du sein traités. Formation des médecins généralistes et gynécologues

Dispositif aquitain de surveillance alternée des cancers du sein traités. Formation des médecins généralistes et gynécologues Dispositif aquitain de surveillance alternée des cancers du sein traités Formation des médecins généralistes et gynécologues Incidences psychosociales du cancer du sein Les temps du cancer (annonce, parcours

Plus en détail

CHIRURGIE DU SEIN: PLASTIES DE REDUCTION ET RECONSTRUCTION

CHIRURGIE DU SEIN: PLASTIES DE REDUCTION ET RECONSTRUCTION CHIRURGIE DU SEIN: PLASTIES DE REDUCTION ET RECONSTRUCTION Dr. Olivier Bauquis Spéc. FMH de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique Chef de clinique au CHUV Clinique Bois-Cerf septembre, 2007

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE RECONSTRUCTION MAMMAIRE IMAGE DE SOI ET MOTIVATIONS Dr Bernard DESCLAUX Oncomip 18/4/2013 Le Contexte Quand le paraître a plus d importance que l être, la mutilation corporelle apparaît comme une blessure

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES POUR HAUT RISQUE MAMMAIRE

MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES POUR HAUT RISQUE MAMMAIRE MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES POUR HAUT RISQUE MAMMAIRE Version 1 créée nov 2015 Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : Cette fiche d information a été conçue sous

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique. Prothèses mammaires Fiche D'information

Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique. Prothèses mammaires Fiche D'information Dr MC PERROT BASSOUL Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Membre de la Société de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique Diplômée en Techniques d'injections et de comblement Diplômée du Collège

Plus en détail

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image

Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image Mai 2014 Contacts : Frédéric DABI Adeline MERCERON Frederic.dabi@ifop.com Adeline.merceron@ifop.com Les Français et l ambulatoire : Degré de connaissance et image pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment?

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Centre des Maladies du sein Mise à jour 2014 Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Christine Desbiens md Chirurgienne oncologue professeure agrégée de clinique septembre 2014 Mastectomie prophylactique

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Introduction La maladie grave = événement traumatisme pour le malade et les proches Bouleversement

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

Chirurgie oncoplastique et reconstruction dans le cancer du sein. Techniques et indications L expérience de l Institut Curie

Chirurgie oncoplastique et reconstruction dans le cancer du sein. Techniques et indications L expérience de l Institut Curie Chirurgie oncoplastique et reconstruction dans le cancer du sein Techniques et indications L expérience de l Institut Curie Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Sous

Plus en détail

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Le jour de votre consultation Vous serez accueilli(e) par ma secrétaire qui vous demandera votre nom, et si besoin votre Carte Vitale, puis elle

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme Les relations avec les familles Une double référence : confiance et professionnalisme Confiance O La confiance ne se donne pas, elle s établit avec le temps. O Les actions, les moyens, le suivi constituent

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral

Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral Eczéma atopique exemple d approche éducative en cabinet libéral XV ème journée de l IPCEM 10 Novembre 2006 - Paris Dr Jean-Marc CHAVIGNY, Dermatologue-Allergologue, Nantes Éducation thérapeutique Eczéma

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Fiche de consentement éclairé 2014. o Je soussignée : née le : désire me faire opérer par le Dr Eric PRADOS pour une mammectomie totale.

Fiche de consentement éclairé 2014. o Je soussignée : née le : désire me faire opérer par le Dr Eric PRADOS pour une mammectomie totale. Mammectomies Fiche de consentement éclairé 2014 CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : o Je soussignée : née le : désire me faire opérer par le Dr Eric PRADOS pour une mammectomie totale. o J'ai bien

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Enquête SURVISO-GPIC 20 GROUPE DE PREVENTION DES INFECTIONS EN CANCEROLOGIE GPIC F.LEMARIE, EOH Dr. MY LOUIS, B.CLARISSE

Plus en détail

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Que devez-vous savoir? Votre médecin vous a prescrit une Vidéo-SEEG dans le cadre du bilan de votre épilepsie. C est une intervention faite sous anesthésie

Plus en détail