LE CANCER DU SEIN INFILTRANT LA THERAPEUTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CANCER DU SEIN INFILTRANT LA THERAPEUTIQUE"

Transcription

1 LE CANCER DU SEIN INFILTRANT LA THERAPEUTIQUE 1. BILAN METHODES THERAPEUTIQUES CHIRURGIE ANATOMOPATHOLOGIE RADIOTHERAPIE CHIMIOTHERAPIE HORMONOTHERAPIE FEMMES A RISQUE (Recommandations INCa 2009) INDICATIONS THERAPEUTIQUES SITUATIONS CLINIQUES (Recommandations INCa 2009) CHIRURGIE TRAITEMENTS MEDICAUX RADIOTHERAPIE SURVEILLANCE ANNEXES PRISE EN CHARGE DES GANGLIONS SENTINELLES PAR LES PATHOLOGISTES GRADE HISTOPRONOSTIQUE EVALUATION DU STATUT C-ERB-B2 (HER2_NEU) EVALUATION DES RECEPTEURS HORMONAUX Classification de Chevallier Classification de Sataloff Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 1

2 1. BILAN Les patientes éligibles pour un traitement adjuvant systémique (chimiothérapie et/ou hormonothérapie) sont redevables d un bilan d extension comprenant systématiquement : RP Echographie hépatique Scintigraphie osseuse Les autres examens complémentaires (TDM cérébral ) sont à demander en cas de symptômes. 2. METHODES THERAPEUTIQUES 2.1. CHIRURGIE Il est recommandé d avoir une analyse anatomopathologique par macro ou microbiopsie avant toute chirurgie Si les conditions locales le permettent et si celle-ci est indiquée, penser à la tumorothèque Chirurgie des tumeurs palpables Exérèse de la tumeur Une mastectomie partielle emporte la tumeur en totalité avec des marges macroscopiquement saines. L exérèse est effectuée sur toute l épaisseur du tissu mammaire jusqu au plan musculaire. Pièce orientée dans l espace (fils, clips et ou schéma), non morcelée. La mastectomie partielle doit permettre un contrôle local satisfaisant pour un résultat esthétique correct. On ne définit pas de taille maximale. C est le rapport Taille tumeur/volume sein qui est déterminant pour espérer atteindre ces deux objectifs. Pas de voie d abord recommandée (directe ou non) Définition de l exérèse complète : berges saines (pas de tumeur au contact) pas de marge minimale recommandée pour la composante infiltrante marges > 2 mm si composante in situ associée Il est souhaitable de réaliser un examen extemporané macroscopique pour les berges. L exérèse de la peau en regard de la tumeur n est indispensable que s il existe un envahissement cutané. Cliper la zone de tumorectomie : 1 à 4 clips (il est recommandé de mettre en place des clips au niveau des 4 points cardinaux de la cavité de tumorectomie : externe, interne, supérieur et inférieur) Exérèse de la glande mammaire Mastectomie radicale modifiée (PATEY) Mammectomie totale emportant la plaque aréolo-mamelonnaire et l aponévrose du grand pectoral Chirurgie des tumeurs non palpables Microcalcifications Repérage préopératoire par harpon métallique Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 2

3 Orientation soigneuse de la pièce opératoire. Contrôle radiologique per opératoire de la pièce Contrôle radiologique post-opératoire à un mois en pré-radiothérapie Clipper le lit opératoire Lésion échographique Repérage préopératoire par échographie et/ou harpon métallique Orientation soigneuse de la pièce opératoire. Clipper le lit opératoire Chirurgie ganglionnaire Ganglion sentinelle Utilisation de deux méthodes de repérage combinées, isotopique et colorimétrique Les indications de la procédure sentinelle sont : Cancer infiltrant histologiquement prouvé Taille 20 mm Option : si lésion > 20 mm mais accessible à un traitement conservateur, possibilité d utiliser la technique sentinelle après accord RCP Unifocalité Absence d adénopathie palpable Absence de traitement néoadjuvant (chimio, hormono, radiothérapie) Absence de chirurgie antérieure mammaire ou axillaire Carcinome micro invasif Carcinome in situ étendu et/ou de haut grade Un examen extemporané cytologique ou/et histologique per opératoire du ganglion sentinelle doit être pratiqué, avec l'objectif d'essayer de limiter le nombre de réinterventions en cas de GS positif. Recommandation : Curage ganglionnaire en cas de pn1, pn1mi, Curage axillaire En cas de GS pn0(i+) le curage axillaire complémentaire n est pas systématique et son indication est discutée au cas par cas en RCP. Le curage axillaire doit comporter l ablation du tissu cellulo-ganglionnaire axillaire compris entre la veine axillaire en haut, le grand dorsal en dehors et le grand dentelé en dedans. Il doit emporter les ganglions situés en dehors du bord externe du muscle grand pectoral (étage 1) et les ganglions situés sous le muscle petit pectoral (étage 2). Il doit comporter au minimum 10 ganglions. Respect du pédicule du grand dorsal (scapulaire inférieur) et du nerf du grand dentelé. Clipper l extrémité supérieure du curage. Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 3

4 2.2. ANATOMOPATHOLOGIE Examen anatomopathologique d'une micro-biopsie Renseignements cliniques indispensables : Date de naissance Indication de la biopsie Localisation de la biopsie Compte rendu histopathologique : Diagnostic de malignité Type histopathologique le plus précis possible (selon la classification OMS 2003), dans la limite du fragment étudié Grading histopronostique (Elston - Ellis ou SBR) pour un carcinome infiltrant, grade nucléaire et présence ou non de nécrose pour un carcinome intracanalaire Evaluation possible du statut des récepteurs hormonaux et HER Examen extemporané Il est indiqué lorsqu'il peut modifier le geste chirurgical soit au niveau du sein (complément d'exérèse voire mastectomie) soit au niveau axillaire. Données attendues par l examen extemporané (à confirmer par l examen standard) : Appréciation des marges et berges d'exérèse. Appréciation du caractère uni ou plurifocal (mesure du tissu sain entre les différents foyers). L'examen extemporané n'est pas indiqué en revanche pour les lésions infracliniques en particulier pour l'analyse : des microcalcifications des lésions inférieures à 1 cm des lésions papillaires intra-kystiques ou intracanalaires. en raison des difficultés diagnostiques et afin de ne pas compromettre la fiabilité du diagnostic anatomo-pathologique final par perte ou altération du matériel tissulaire dues à la congélation. Examen anatomo-pathologique d une pièce de mastectomie partielle ou totale CR anatomopathologique définitif Renseignements cliniques indispensables : date de naissance indication opératoire localisation de la ou des lésions traitement pré-opératoire éventuel Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 4

5 Prise en charge de la pièce opératoire : orientation de la pièce indispensable (repères mis en place par le chirurgien, dessin) pièce fraîche, non ouverte (sinon fixation formolée) si recoupe chirurgicale : orientation dans les 3 plans de l espace et encrage de la zone de recoupe Eléments du compte rendu anatomo-pathologique d'un cancer infiltrant Descriptif macroscopique : taille de la pièce constatations macroscopiques (nombre, taille et localisation des foyers) Type histopathologique (selon la classification OMS 2003) Grade histopronostique (Elston - Ellis ou SBR) Nombre, taille et localisation du ou des foyers tumoraux résultant de la confrontation des données macroscopiques et des constatations microscopiques En cas de plurifocalité, préciser la distance entre chaque foyer tumoral Appréciation de la qualité de l'exérèse : pour le carcinome infiltrant berges saines ou non, mesure des marges pour le carcinome in situ En cas d'atteinte des berges d'exérèse, l'importance de cette atteinte doit être quantifiée Préciser la présence éventuelle de nécrose tumorale, d emboles ou d infiltration vasculaire ou nerveuse, d une atteinte cutanée Evaluation des récepteurs hormonaux et HER2 si non faite ou négative sur biopsie (à répéter sur chaque foyer infiltrant en cas plurifocalité). Si RH- (0%) et HER2- (1+, 2+, CISH -), complément immuno avec recherche de surexpression de CK5/ CK6 et de EGFR (phénotype basal like) Eléments du compte rendu anatomo-pathologique d'un carcinome intracanalaire Grade nucléaire Présence ou non de nécrose intracanalaire Micro-invasion éventuelle Architecture prédominante Etendue des lésions (évaluation de l'extension des lésions, nombre de lames avec atteinte intracanalaire) Appréciation de la qualité de l'exérèse : localisation et mesures en mm par rapport aux berges les plus proches En cas d'atteinte des berges d'exérèse, l'importance de cette atteinte doit être quantifiée L'évaluation des récepteurs hormonaux sur les carcinomes intracanalaires n'est pas un standard et l'analyse n'est pas réalisée en situation courante Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 5

6 Eléments du compte rendu d'analyse des ganglions lymphatiques L'analyse et le compte rendu de l'examen des ganglions lymphatiques doit répondre aux critères de la classification pn (UICC 2002 ) Curage ganglionnaire : nombre de ganglions métastatiques/nombre de ganglions examinés présence ou non d'effraction capsulaire Cas particulier de l analyse des ganglions sentinelles (cf annexe) > 2 mm : pn1 (macrométastase) > 0.2 mm 2 mm : pn1 mi (micrométastase) pn0 (i+) : cellules isolées ou en amas L'examen histopathologique définitif des ganglions sentinelles nécessite : - une inclusion en totalité de ces ganglions - une analyse sur coupes sériées en histologie standard, complétée par une analyse en immunohistochimie (Ac anticytokératine), si négatif en histologie standard Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 6

7 2.3. RADIOTHERAPIE Délais à respecter entre la chirurgie et la radiothérapie : 6 à 8 semaines si pas de chimiothérapie 2 à 4 semaines après la dernière cure de chimiothérapie (fonction du protocole). Dose de 50 Gy (5 x 2 Gy/semaine), sauf cas particuliers* SEIN Simulation au minimum en 2D avec 3 coupes minimum au scanner ou mieux simulation virtuelle au scanner dédié. Respect des contraintes pulmonaires (isodose 20 Gy < à 2 cm de poumon) et cardiaques (isodose 20 Gy < à 1,5 cm de cœur). Par photons de 6 MV. La dose doit être la plus homogène possible et comprise entre 95% à 107% de la dose prescrite à l isocentre Une surimpression de 10 à 16 Gy Sera délivrée au niveau du lit tumoral par un champ direct d électrons ou par des champs tangentiels réduits ou par curiethérapie quelles que soient les marges en cas de tumeur infiltrante. 50 Gy, (2 Gy par séance, 5 séances/semaine) Irradiation si au moins un des facteurs de risque suivants : - N+ quel que soit le nombre de N envahis - N- : si PAROI Lésion interne ou centrale 20 mm T 5 cm quelque soit le quadrant, lésions multicentriques, emboles vasculaires ou lymphatiques péritumorales étendues, infiltration du pectoral, du mamelon, de la peau, âge < 35 ans, Résection insuffisante. 50 Gy, 5 x 2 Gy/semaine CHAINE MAMMAIRE INTERNE L irradiation de la chaîne mammaire interne peut être indiquée en cas d envahissement des ganglions axillaires (quelque soit le nombre de ganglions prélevés ainsi qu en présence d une micro-métastase de ganglion sentinelle) et pour les tumeurs centrales et internes 20 mm sans envahissement ganglionnaire axillaire Faisceau antérieur direct couvrant les 3 premiers espaces inter-costaux Dose calculée à la profondeur de la chaîne mammaire interne repérée sur les coupes scanner avec une pondération mixant électrons et photons Option : Inclusion de la chaîne mammaire interne dans les faisceaux tangentiels si le volume pulmonaire inclus l autorise (isodose 20 Gy < à 2 cm de poumon) CREUX SUS- CLAVICULAIRE simple ou élargi en fonction de l atteinte ganglionnaire initiale et des contraintes dosimétriques (HDV poumon) Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 7

8 CREUX AXILLAIRE Pas d indication d irradiation du creux axillaire après un curage axillaire R0 à discuter en RCP en cas d atteinte axillaire massive ou résection R1 ou R2 CAS PARTICULIERS En cas de traitement néo-adjuvant Irradiation de la glande et de la paroi à l identique que la situation sans chimiothérapie néoadjuvante Irradiation des aires ganglionnaires en fonction de la situation clinique pré-thérapeutique Traitement hypofractionné possible en fonction de l âge avec évaluation gériatrique, des comorbidités et de l éloignement géographique : 39 Gy en 13 fractions de 3 Gy et 3 séances par semaine sur la paroi ou le sein ± aires gg si indication 1 séance de 6.5 Gy par semaine, 5 séances en postopératoire sur sein ou paroi et 6 séances sur tumeur en place, 5 séances de 5.5 Gy sur le creux sus-claviculaire si indiqué, pas de traitement sur la CMI avec ce fractionnement Traitements associés à la radiothérapie Le Tamoxifène à débuter après la fin de la radiothérapie L inhibiteur de l Aromatase : peut être débuté avant et poursuivi pendant la radiothérapie Herceptin poursuivi pendant la RTE 2.4. CHIMIOTHERAPIE Délais à respecter entre la chirurgie et la chimiothérapie : idéalement 3 semaines ne pas dépasser 6 semaines Facteurs pronostics décisionnels : nombre de ganglions axillaires envahis grade histologique taille tumorale statut des récepteurs hormonaux âge de la patiente (< 35 ans) emboles vasculaires surexpression des récepteurs Her 2 Moyens : Chimiothérapie comportant une anthracycline +/- un taxane. Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 8

9 Protocoles de chimiothérapie adjuvante N- Un schéma base d anthracycline : 6 FEC 100 ou 4 AC 60 ou 3 FEC 100 et 3 DOCETAXEL en cas de facteurs de mauvais pronostic. - 3 FEC 100 puis 3 DOCETAXEL ou option : 3 DOCETAXEL puis 3 FEC 100 N+ - 4 AC 60 puis 4 PACLITAXEL TAC (GCSF en prophylaxie) Patiente N+ ou N- surexprimant Her 2-3 FEC 100 puis 3 DOCETAXEL et HERCEPTIN (débuté en concomitant au docétaxel et poursuivi pendant 12 mois). L Herceptin est poursuivie pendant la radiothérapie. Protocoles de chimiothérapie néo-adjuvante - 4 FEC 100 puis 4 DOCETAXEL ou - 3 FEC 100 puis 3 DOCETAXEL Modalités de la chimiothérapie - Réévaluation tumorale après la 3 ème cure de FEC 100. En cas de sur-expression des récepteurs Her 2 : Mise en route de l Herceptin concomitamment au DOCETAXEL pour une durée totale d un an (en attendant les résultats de l essai PHARE). Cancer du sein inflammatoire Cancer du sein en PEV (voir annexe) Indications Tumeur de plus de 3 cm avec possibilité, en cas de réduction tumorale, d une prise en charge par mastectomie partielle (tenir compte du rapport volume tumoral/volume sein). En cas d atteinte ganglionnaire prouvée histologiquement ou cytologiquement, discussion en RCP d un traitement néoadjuvant En cas d optique de mastectomie partielle, repérage avant la fonte tumorale par mise en place d un grain d argent, d un clip ou d un tatouage à la peau. Remarques : 1/Sujet âgé : L âge limite pour réaliser une chimiothérapie est fonction des antécédents et facteurs de comorbidité à évaluer au minimum par le questionnaire FOG suivi si nécessaire d une évaluation oncogériatrique. Il n est pas recommandé d adaptation de posologie selon l âge de la patiente. Il convient de discuter chez les patientes âgées l utilisation en prophylaxie de GCSF. En cas de recommandation d un traitement adjuvant, possibilité de traiter par docétaxel/ endoxan 4 à 6 cycles sous couvert de GCSF. 2/Une mesure de la fraction d éjection ventriculaire gauche est obligatoire préalablement à la mise en route de la chimiothérapie à base d anthracycline ; de même avant de débuter un traitement par HERCEPTIN et doit être renouvelée tous les 3 mois. Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 9

10 L utilisation de CARDIOXANE systématique. en association avec les anthracyclines n est pas recommandée en 2.5. HORMONOTHERAPIE Récepteurs hormonaux : RE : récepteurs d œstrogènes, RP : récepteurs à la Progestérone RH+ : pour RE+ et/ou RP+ RH- : RE et RP Si RH- Carcin. in situ Pas d indication d hormonothérapie Pas d indication d hormonothérapie Le TAMOXIFENE est le standard. 1 comprimé à 20mg/jour pendant 5 ans Chez la femme non ménopausée au diagnostic Il n y a pas d indication actuelle à utiliser les anti-aromatases associées à une suppression ovarienne en dehors d essais thérapeutiques 2 options : Chez les patientes non ménopausées après la chimiothérapie, la suppression ovarienne peut être associée au TAMOXIFENE en général sous forme d analogues de la LH/RH, dont la durée de prescription est de 2 à 3 ans, après la validation par la RCP Chez les femmes en péri-ménopause au diagnostic, il peut être proposé un inhibiteur de l aromatase à la suite d un traitement adjuvant initial de 2 à 3 ans par TAMOXIFENE L anti-aromatase est le standard. 1 cp/ jour 5 ans Chez la femme ménopausée au diagnostic Il est conseillé de réaliser une ostéo-densitométrie en début et à la fin du traitement. La découverte d une ostéoporose n est pas une contre-indication sous réserve d un traitement adapté. Si la tolérance est médiocre (notamment ostéo-articulaire), il est possible de passer au TAMOXIFENE (changement d hormonothérapie à discuter en RCP) Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 10

11 3. FEMMES A RISQUE 3.1. QUAND ADRESSER UNE PATIENTE EN CONSULTATION D ONCOGENETIQUE? RCP oncogénétique mensuelle Deux ou plus d antécédents familiaux de cancer du sein dans la même branche d hérédité. Un antécédent familial du premier ou second degré de cancer du sein de moins de 50 ans. Un antécédent familial de cancer de l ovaire. Un antécédent de cancer du sein chez l homme. Plusieurs foyers de cancer du sein primaires indépendants associés à un antécédent familial du premier ou du second degré de cancer du sein En l absence d antécédents familiaux : Antécédent personnel de cancer du sein. Age < 40 ans. Type médullaire. Patiente ayant un phénotype basal like. Indication de consultation en oncogénétique (selon expertise INSERM Mars 2004) Additionner les scores dans une seule branche parentale (paternelle ou maternelle) 5 et plus : excellente indication 3 et 4 : indication possible 2 et moins : utilité médicale faible Anomalie BRCA prédisposante identifiée dans la famille 5 Cancer du sein chez une femme avant 30 ans Cancer du sein chez une femme 30 à 40 ans Cancer du sein chez une femme 40 à 50 ans Cancer du sein chez une femme 50 à 70 ans Cancer du sein chez un homme Cancer d une trompe Cancer de l ovaire On peut nuancer le score, notamment avec un poids supérieur en cas de cancer SBR III triple négatif, ou plusieurs foyers de cancer dans le même sein, ou cancer médullaire. S il n y a pas d anomalie génétique BRCA connue dans la famille, il faut adresser de préférence en premier la personne qui a le plus de risque d être porteuse de la prédisposition, c est à dire celle qui a le score le plus élevé ; mais les autres personnes peuvent aussi consulter notamment si la personne à plus haut risque ne peut pas consulter et/ou si elles veulent simplement connaître la surveillance proposée. Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 11

12 RECOMMANDATIONS INCa AOUT FEMME PORTEUSE D UNE MUTATION BRCA 1/2 INDEMNE Malgré son caractère mutilant, la mastectomie bilatérale prophylactique reste la mesure la plus efficace de prévention du risque de cancer du sein chez une femme indemne porteuse d une mutation BRCA1/2. Elle fait partie des options de prise en charge devant être discutées, les autres options étant la surveillance mammaire, l ovariectomie et les traitements médicaux dans le cadre d essais Mastectomie bilatérale prophylactique Mastectomie bilatérale prophylactique Les indications La mastectomie bilatérale prophylactique peut être envisagée sur demande de la patiente qui a été correctement informée. Tout geste de mastectomie prophylactique doit être discuté après concertation du chirurgien et de l oncogénéticien impliqués dans la prise en charge de la patiente (accord professionnel). Une consultation avec un psychologue doit systématiquement être proposée à la patiente (accord professionnel). On veillera à ce qu une période de réflexion pour la patiente soit respectée. Bilan avant chirurgie prophylactique Une IRM mammaire est recommandée avant la chirurgie préventive mammaire. Il n est cependant pas utile de la refaire si elle date de moins de 4 à 6 mois (accord professionnel). Dans le cas où l IRM est positive, il est recommandé de réaliser si possible une biopsie sous IRM. Une échographie ciblée suivie d une biopsie (en cas de lésion retrouvée) peut être une alternative. La procédure de prélèvement du ganglion sentinelle est déconseillée lors d une chirurgie préventive mammaire si l IRM est normale (accord professionnel). Techniques chirurgicales Il est recommandé d expliquer que la mastectomie bilatérale prophylactique peut se faire selon trois techniques (Grade C) : - mastectomie avec résection de peau et de la PAM ; - mastectomie avec conservation de l étui cutané ; - mastectomie avec conservation de l étui cutané et de la PAM. Pour faire le choix de la technique chirurgicale, la patiente devra être informée au préalable : - du risque résiduel de cancer après mastectomie bilatérale prophylactique, vraisemblablement très faible, mais qu on ne peut pas exclure en particulier en cas de préservation cutanée et surtout de la PAM ; - que les résultats esthétiques varient selon le type de mastectomie envisagé : ainsi les mastectomies avec conservation de l étui cutané donnent de meilleurs résultats que les mastectomies conventionnelles et les mastectomies préservant la PAM donnent de meilleurs résultats que celles ne conservant que l étui ; - qu aucun bénéfice fonctionnel (sensibilité, facilité d intégration de la reconstruction au schéma corporel, etc.) n a été clairement démontré pour un type de mastectomie par rapport à un autre. Reconstruction mammaire Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 12

13 La décision d une reconstruction doit relever du choix de la patiente après exposé des différentes possibilités (reconstruction ou pas, immédiate ou différée, les différentes techniques de reconstruction) (accord professionnel). La reconstruction par lambeaux libres peut être un choix technique retenu notamment pour des patientes ayant une exigence esthétique très importante et/ou refusant la perspective de corps étrangers prothétiques. Si cette option intéresse ou est retenue par la patiente, il faut alors savoir la référer, au moins pour avis, aux (rares) équipes spécialisées qui réalisent actuellement ce type de chirurgie (accord professionnel). Surveillance après mastectomie bilatérale prophylactique Après la reconstruction, il est recommandé de proposer une surveillance clinique, avec inspection et palpation des sites mammaires selon un rythme annuel ou biennal (accord professionnel). Aucune imagerie systématique n est recommandée (accord professionnel) Conduite à tenir en l absence de mastectomie bilatérale prophylactique Surveillance mammaire en l absence de mastectomie bilatérale prophylactique Pour les femmes qui ne choisissent pas la chirurgie prophylactique mammaire, l examen de surveillance mammaire de référence est l IRM avec injection de gadolinium, associée à une mammographie/échographie à un rythme annuel (les examens sont ciblés en cas de prise de contraste suspecte (ACR3 ou plus) (accord professionnel). Le risque de rappel ou de faux positif en particulier avec l IRM doit être signalé avant l examen. Ce bilan est recommandé à partir de l âge de 30 ans ou plus tôt en cas de formes très précoces dans la famille (accord professionnel). Ovariectomie prophylactique L ovariectomie est un moyen de réduite le risque de cancer du sein chez la femme indemne porteuse d une mutation BRCA1/2 et doit être présentée comme une option lors des discussions (Grade C). L âge moyen à partir duquel l ovariectomie est généralement recommandée est de 40 ans et après accomplissement des projets de grossesse. Cet âge peut être modulé par le type de prédisposition (le risque lié à BRCA2 étant plus faible et plus tardif), la présence de cancers ovariens et leur âge de survenue dans la famille, un antécédent personnel de cancer du sein ayant induit une ménopause précoce. L information nécessite une discussion sur les risques, le degré de protection mammaire et ovarien, les symptômes de la ménopause et leur possibilité de prise en charge (THS de courte durée). Il n y a pas de contre-indication au traitement de substitution après chirurgie ovarienne chez les femmes non ménopausées lorsqu il y a des symptômes liés à la castration (accord professionnel). Il convient d informer les patientes que le traitement substitutif pourrait réduire le bénéfice attendu de l annexectomie, en particulier pour les traitements au long cours (accord professionnel). Le traitement hormonal après 50 ans n est pas recommandé (accord professionnel), il peut être discuté au cas par cas en présence de symptômes invalidants. Quel que soit l âge, on recommande un traitement aux doses minimales qui permettent le soulagement des symptômes (accord professionnel). Autres traitements La prescription d'un traitement médical à visée préventive ne peut être faite en France pour l instant que dans le cadre d'un protocole évaluatif (accord professionnel). : essai LIBER d hormonothérapie prophylactique par Létrosole versus placebo pour les femmes ménopausées (naturellement ou après annexectomie), et sans hormonothérapie pour cancer depuis au moins un an. Il n y a pas lieu actuellement de contre-indiquer l utilisation de la pilule contraceptive chez les femmes porteuses d une mutation BRCA 1 ou BRCA 2 (accord professionnel). Les patientes doivent être informées des bénéfices probables de la contraception orale sur la réduction du risque de cancer de l ovaire (grade B). Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 13

14 3.3 FEMME PORTEUSE D UNE MUTATION BRCA 1/2 ATTEINTE D UN CANCER DU SEIN (RISQUE CONTROLATERAL) La mastectomie controlatérale immédiate, ou retardée par rapport au traitement du premier cancer, est une option envisageable en cas de mutation documentée BRCA 1/2. Les situations sont complexes et particulières, les décisions doivent être réfléchies et discutées au cas par cas (accord professionnel), notamment lorsque l on doit symétriser le sein controlatéral en cas de reconstruction du sein traité par mastectomie. Si la mutation n est pas connue mais l histoire familiale évocatrice d un contexte héréditaire, une consultation d oncogénétique peut être envisagée «en urgence» dans le but d éclaircir l histoire familiale et si nécessaire dans le but d obtenir les résultats du test avant le traitement local de la tumeur mammaire, en particulier avant la radiothérapie en cas de possibilité de traitement conservateur (accord professionnel). L information et la décision du geste chirurgical uni ou bilatéral devront s appuyer sur l évaluation des risques à l aide d algorithmes ou de nomogrammes d aide à la décision (Adjuvant! Online pour le risque évolutif général du cancer, tufts-nemc.org/ibtr pour le risque de récidive locale après traitement conservateur du côté atteint, ces risques étant à mettre en balance avec le risque de 25 à 30 % à 10 ans d atteinte du côté sain) (accord professionnel). Option s il n y a pas de mastectomie : essai LIBER. 3.4 FEMME NON PORTEUSE D UNE MUTATION BRCA 1/2 A RISQUE GENETIQUE PROBABLE Une mastectomie bilatérale peut être envisagée dans le cas où il existe une volonté d attitude préventive de la part de la femme et une forte présomption de prédisposition génétique, notamment en cas d antécédent personnel de cancer (accord professionnel). Compte tenu de la complexité de cette situation, la décision relève d une approche multidisciplinaire avec au minimum le chirurgien et l oncogénéticien impliqués dans la prise en charge de la patiente. L annexectomie ne doit pas être envisagée, sauf dans les cas où les cancers ovariens ont été rapportés dans la famille (accord professionnel). Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 14

15 4. INDICATIONS THERAPEUTIQUES 4.1. SITUATIONS CLINIQUES Carcinome in situ Traitement chirurgical conservateur possible avec marge supérieure à 2 mm En fonction du volume des lésions et du sein OUI NON Standard :. Mastectomie partielle. Reprise si marges insuffisantes Options Prélèvement ganglionnaire si : - carcinome intratracanalaire de haut grade - ou foyer > 30 mm Standard : Mastectomie totale et ganglion sentinelle si carcinome intracanalaire de haut grade Options :. mastectomie totale + reconstruction immédiate. mastectomie partielle (marges saines) et ganglion sentinelle + radiothérapie Radiothérapie du sein Bilan d extension Pas de bilan d extension dans les carcinomes intracanalaires puisqu il n y a pas de risque métastatique. Traitements Voir les rubriques chirurgie et radiothérapie (principes de prise en charge). L hormonothérapie n est pas un standard dans le traitement des carcinomes in situ. Elle est en cours d évaluation. Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 15

16 Contexte clinique et objectifs Recommandations INCa octobre 2009 Parmi les cancers du sein in situ, on distingue les carcinomes canalaires in situ (CCIS) et les carcinomes lobulaires in situ (CLIS). Les carcinomes canalaires in situ (CCIS) représentent 85 % à 90 % des cancers du sein in situ soit 7 à nouvelles patientes par an. Leur incidence est en augmentation du fait de la généralisation du dépistage. Malgré un bon pronostic avec une survie globale à 10 ans supérieure à 95 %, le taux de récidive invasive peut atteindre 13 % en cas de traitement conservateur sans radiothérapie. Les recommandations de prise en charge des patientes atteintes de CCIS répondent à un réel enjeu de santé publique au regard de leur fréquence, de leur incidence en augmentation et de l importance d une prise en charge initiale de qualité. Les carcinomes lobulaires in situ (CLIS) représentent environ 10 à 15 % des cancers du sein in situ soit approximativement 0,5 à 3,8 % de l ensemble des cancers du sein. Du fait de cette relative rareté, la prise en charge est actuellement très peu standardisée. Les recommandations de prise en charge des patientes atteintes de CLIS ont pour objectif d identifier pour la première fois en France les attitudes cliniques de référence sur la base des données aujourd hui disponibles Stratégie diagnostique devant une anomalie mammaire radiologique ou clinique Découverte d une anomalie radiologique lors d un dépistage organisé (ou individuel) (90 % des cas) Examen clinique Imagerie - Mammographie et échographie bilatérales - Si facteur de risque 1 : IRM mammaire peut être discutée Histologie - Si ACR 4 et 5 2 : prélèvement biopsique systématique - Si ACR 3 2 : la réalisation d un prélèvement biopsique peut être discutée Découverte d une anomalie clinique, masse palpable, écoulement, maladie de Paget (10 % des cas) En cas de masse palpable : Examen clinique Imagerie : - Mammographie et échographie bilatérales Histologie : - Prélèvement biopsique systématique En cas d écoulement séro-sanglant : Examen clinique Imagerie : - Mammographie et échographie bilatérales - Si facteur de risque 1 : IRM mammaire peut être discutée - Pas de galactographie Histologie : Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 16

17 - Pyramidectomie chirurgicale En cas de maladie de paget : Examen clinique Imagerie : - mammographie et échographie bilatérales - si absence d anomalie mammographique et/ou échographique: IRM mammaire Histologie : - biopsie cutanée mamelonnaire 1. Haut risque de type génétique, sein de classe de densité 4, irradiation thoracique antérieure. 2. Selon la classification en catégories BI-RADS de l American College of Radiology (ACR) (modifiées par l ANAES en février 2002) [ANON2003]. Modalités techniques du prélèvement biopsique : En cas de calcifications : - macrobiopsie par voie percutanée utilisant un système à aspiration - microbiopsie par voie percutanée si macrobiopsie techniquement non réalisable En cas de masses palpables et radiologiques : - microbiopsie par voie percutanée Si impossibilité technique de réaliser une biopsie percutanée : - biopsie chirurgicale Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 17

18 Prise en charge thérapeutique d un carcinome canalaire in situ Le diagnostic de CCIS est fait sur l examen anatomopathologique d un prélèvement biopsique. Le traitement de première intention, quand il est réalisable, est un traitement conservateur reposant sur la chirurgie conservatrice du sein associée à une radiothérapie. OUI La chirurgie conservatrice est-elle réalisable 3? NON CHIRURGIE CONSERVATRICE DU SEIN - Sans examen extemporané - Sans curage axillaire - Si lésion palpable ou suspicion de microinvasion sur image radiologique ou sur biopsie : ganglion sentinelle MASTECTOMIE TOTALE SIMPLE - Sans curage axillaire - Avec reconstruction mammaire immédiate ou différée - Si lésion palpable, suspicion de micro-invasion sur image radiologique ou sur biopsie, ou lésion étendue de haut grade : ganglion sentinelle - Si mastectomie pour lésion étendue non de haut grade : ganglion sentinelle peut être discuté OUI La marge de tissu sain est-elle 2 mm? NON RADIOTHÉRAPIE - Dose minimale de 50 Gy en 25 fractions - Pas d irradiation ganglionnaire - Une surimpression peut être discutée notamment dans le cadre d essais cliniques 4. Elle ne doit pas être le traitement de rattrapage d un traitement chirurgical insuffisant REPRISE CHIRURGICALE Trois modalités sont possibles : - Ré-excision avec obtention de marges à 2 mm puis radiothérapie - Mastectomie de 2e intention - Mastectomie de 3e intention si ré-excision non satisfaisante 3. La chirurgie conservatrice est dite réalisable si elle permet l obtention de berges saines, garantit un résultat esthétique et que la patiente l accepte. 4. Registre des essais cliniques publié sur le site de l INCa Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 18

19 Prise en charge thérapeutique de la récidive d un carcinome canalaire in situ traité Une récidive doit être suspectée devant l apparition d une nouvelle anomalie clinique ou radiologique en cours de surveillance Des prélèvements percutanés à visée diagnostique sont alors recommandés. OUI Un traitement conservateur a-il été réalisé? NON La récidive est-elle invasive? La récidive est-elle invasive? NON OUI NON OUI RECIDIVE IN SITU APRÈS TRAITEMENT CONSERVATEUR - Mastectomie totale - Reconstruction mammaire immédiate ou différée - Pas de ganglion sentinelle - Pas de curage axillaire immédiat - Si découverte d un cancer infiltrant sur mastectomie : Curage secondaire RECIDIVE INVASIVE APRÈS TRAITEMENT CONSERVATEUR - Mastectomie totale - Curage axillaire homolatéral - Traitement médical adjuvant et/ou radiothérapie à discuter - Reconstruction mammaire immédiate ou différée à discuter en fonction des traitements associés RECIDIVE IN SITU APRÈS MASTECTOMIE - Excision au large avec berges saines - Pas de curage axillaire - Radiothérapie de paroi peut être discutée RECIDIVE INVASIVE APRÈS MASTECTOMIE - Stratégie thérapeutique à définir en réunion de concertation pluridisciplinair e après bilan d extension locorégional complet Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 19

20 Prise en charge thérapeutique d un carcinome lobulaire in situ Le diagnostic de CLIS est fait sur l examen anatomopathologique d un prélèvement biopsique. La prise en charge thérapeutique est orientée par la classification LIN (lobular intraepithelial neoplasia) divisée en trois catégories (LIN 1 à 3) (OMS 2003). Prélèvement biopsique : Néoplasies lobulaires intra-épithéliales (LIN) LIN 1 - Surveillance - En cas de facteurs de risques ou de discordance radiopathologique : une biopsie chirurgicale peut être discutée LIN 2 - Biopsie chirurgicale - Surveillance LIN 3 - Exérèse chirurgicale SI LIN3 de TYPE Surveillance - Pas de reprise chirurgicale si berges atteintes SI LIN3 de TYPE 2 OU Obtention de berges saines pour le contingent pléiomorphe et/ ou le contingent avec nécrose et/ou bague à chatons - Radiothérapie du sein peut être discutée - Surveillance 5. Type 1 : LIN 3 classique; Type 2 : LIN 3 avec contingent pléiomorphe et/ou bague à chatons; Type 3 : LIN3 avec nécrose Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 20

21 Surveillance des cancers du sein in situ traités Surveillance après traitement conservateur : Examen clinique annuel Imagerie - Première mammographie de contrôle à 6 mois de la fin de la radiothérapie adjuvante. - Mammographie et échographie bilatérales annuelles. Situations particulières - Pour les femmes jeunes, une surveillance clinique biannuelle les 5 premières années est recommandée. - Chez les patientes porteuses d une mutation BRCA1/BRCA2 ou à haut risque de cancer du sein 6, une surveillance par IRM mammaire bilatérale annuelle est recommandée. - Si la surveillance est difficile par mammographie et échographie (sein très dense ou très remanié et femme jeune < 40 ans), une surveillance par IRM mammaire peut être discutée. Surveillance après mastectomie : Examen clinique annuel Imagerie - Mammographie et échographie controlatérales annuelles. Situations particulières Chez les patientes porteuses d une mutation BRCA1/BRCA2 ou à haut risque de cancer du sein 6, une surveillance par IRM mammaire controlatérale annuelle est recommandée. DANS TOUS LES CAS : - Aucun examen de recherche des métastases n a de place dans la surveillance des CCIS traités. - Il n y a aucune indication du dosage des marqueurs tumoraux sériques. 6. Haut risque génétique cancer du sein : tests génétiques négatifs mais histoire familiale conférant un risque absolu cumulé > à 30 %. Groupe de travail : Bruno Cutuli, oncologue radiothérapeute, Polyclinique de Courlancy, Reims (coordonnateur) Laurent Arnould, pathologiste, Centre George-François Leclerc, Dijon Béatrice Barreau, radiodiagnosticien, Centre Futura, Anglet Jean-Pierre Bellocq, pathologiste, CHU, Strasbourg Pascal Bonnier, gynécologue oncologue, Institut de chirurgie et d oncologie gynécologique et mammaire, Hôpital Beauregard, Marseille Alain Fignon, chirurgien gynécologue obstétricien, Clinique de l Alliance, Saint-Cyr Eric Fondrinier, chirurgien, Centre Sein Godinot, Reims Alain Fourquet, radiothérapeute, Institut Curie, Paris Claire Lemanski, radiothérapeute, Centre Val d Aurelle, Montpellier Anne Lesur, oncologue sénologue, Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-lès-Nancy Brigitte Sigal-Zafrani, pathologiste, Institut Curie, Paris Christine Tunon de Lara, chirurgien gynécologue, Institut Bergonié, Bordeaux Coordination : Sophie Rousmans, méthodologiste, département des recommandations pour les professionnels de santé, Institut National du Cancer Lise Bosquet, responsable des méthodologistes et des documentalistes, département des recommandations pour les professionnels de santé, Institut National du Cancer Valérie Mazeau-Woynar, médecin, responsable du département des recommandations pour les professionnels de santé, Institut National du Cancer Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 21

22 Carcinome infiltrant Bilan clinique Classification TNM Microbiopsie diagnostique + biopsie cutanée T inflammatoire PEV 2 PEV 3 non oui Bilan d extension complet : Tumeur opérable d emblée? - biologique non Traitement des tumeurs localement avancées oui Traitement chirurgical des tumeurs opérables d emblée - RP - Echo abdominale - Scintigraphie osseuse - Autres examens sur signes d appel - Pas d indication actuelle de TEP-SCAN Traitement médical des T. inflammatoires Pas d indication de chirurgie première Définitions Tumeur inflammatoire : rougeur ou chaleur locale Tumeur non opérable d emblée : tumeur classée T3 et/ou N0,N1 Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 22

23 4.1.3 Cancer du sein inflammatoire (T4D) Diagnostic affirmé : - microbiopsie diagnostique - biopsie cutanée Bilan d extension complet Chimiothérapie néo-adjuvante (de préférence dans le cadre d un essai thérapeutique) Evaluation de la réponse clinique après 3 cures Réponse tumorale ou stabilisation? non oui RCP pour poursuite traitement Poursuite chimiothérapie total 6 à 8 cures RCP pour définir les modalités de la chirurgie : mammectomie - standard : mastectomie totale - cas particuliers : RT avant la chirurgie si persistance de signes inflammatoires Radiothérapie + Hormonothérapie si RH+ Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 23

24 4.2. CHIRURGIE Chirurgie des tumeurs opérables d emblée Tumeur opérable d emblée par chirurgie conservatrice : tumeur permettant une exérèse complète avec résultat esthétique satisfaisant et des marges histologique saines et suffisantes. non Tumeur opérable d emblée par chirurgie conservatrice? (tumeur non multifocale) oui Standard : Mastectomie radicale de Patey après confirmation anatomo-pathologique Option : Chimiothérapie néo-adjuvante Standard : Mastectomie partielle après confirmation anatomopathologique et prélèvement ganglionnaire (curage ganglionnaire ou ganglion sentinelle pour les tumeurs de moins de 2 cm) Option : Mastectomie radicale de Patey après confirmation anatomo-pathologique si demande de la patiente Bilan d extension Bilan d extension Traitement médical adjuvant Radiothérapie Bilan d extension après chirurgie Non Envahissement ganglionnaire axillaire? Oui Indication de chimiothérapie ou hormonothérapie Non. Pas de bilan systématique. Examen sur signes d appel clinique. RP Oui. Echographie abdominale. scintigraphie osseuse. Autres examens : sur signe d appel clinique Bilan d extension complet :. RP. Echographie abdominale. Scintigraphie osseuse. Autres examens : sur signe d appel clinique. Pas d indication actuelle de TEP scanner Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 24

25 Tumeurs non opérables d emblée Cf. chimiothérapie néo-adjuvante 4.3. TRAITEMENTS MEDICAUX Traitements médicaux adjuvants Patiente ménopausée HER 2 positif Statut ganglionnaire axillaire? N- N+ Taille < ou = 1 cm Et SBR I Et RH positif Taille > à 1 cm Ou SBR II et III Ou RH Standard : Pas de traitement médical adjuvant Standard : Chimiothérapie. anthracyclines et taxanes de façon séquentielle. 6 cures. HERCEPTIN de façon concomitante ou séquentielle Standard : Chimiothérapie. anthracyclines et taxanes de façon séquentielle. 6 cures. HERCEPTIN de façon concomitante ou séquentielle Hormonothérapie si RH+ : Anti-aromatase Hormonothérapie si RH+ : Anti-aromatase Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 25

26 Patiente non ménopausée HER 2 positif Statut ganglionnaire axillaire? N- N+ Taille 1 cm Et SBR I Et RH positif Et âge > 35 ans Taille > 1 cm Ou SBR II et III Ou RH Ou âge < 35 ans Pas de traitement médical adjuvant Chimiothérapie. Anthracyclines et taxanes de façon séquentielle. 6 cures. HERCEPTIN de façon concomitante ou séquentielle Chimiothérapie. Anthracyclines et taxanes de façon séquentielle. 6 cures. HERCEPTIN de façon concomitante ou séquentielle Hormonothérapie si RH+ : Tamoxifène Hormonothérapie si RH+ : Tamoxifène Options :. Si âge < 40 ans : rajout d un analogue de la LH-RH pendant 2 à 3 ans en plus du Tamoxifène (en fonction de la vitesse de survenue de l aménorrhée sous chimiothérapie). Inclure dans des essais cliniques Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 26

27 Patiente ménopausée, HER 2 négatif Statut ganglionnaire axillaire? N- N+ T > 2 cm quelque soit le grade, quelque soit RH T < 2 cm et grade II ou III ou RH négatif Cas particulier : T 2 cm et grade I et RH positif Standard : Chimiothérapie par anthracyclines et taxanes de façon concomitante ou séquentielle puis hormonothérapie par antiaromatase si RH positif Standard. Chimiothérapie avec anthracyclines. puis hormonothérapie si RH + Options : Hormonothérapie par anti-aromatase seule si :. T < ou égale à 2 cm. et grade II. et RH fortement +. et fonction de l âge (âge > ou égal à 60 ans par exemple) Standard : Pas de traitement standard 2 options :. hormonothérapie par anti-aromatase. pas de traitement Options : Hormonothérapie par antiaromatase seule si grade I et RH fortement + et âge > ou égal à 60 ans Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 27

28 Patiente non ménopausée, HER 2 négatif Statut ganglionnaire axillaire? N- N+.T > 2 cm quel que soit le grade et RH.T< 2 cm et grade II ou III et RH négatif. âge inférieur à 35 ans Cas particulier : T < ou égal 2 cm et grade I et âge > 35 ans et RH positif Standard :. Chimiothérapie avec anthracyclines et taxanes de façon concomitante ou séquentielle. puis hormonothérapie par Tamoxifène si RH positif Standard. Chimiothérapie avec anthracycline. puis hormonothérapie par Tamoxifène si RH positif Options : Si âge < 40 ans : rajout d un analogue de la LH-RH pendant 2 à 3 ans en plus du Tamoxifène (en fonction de la vitesse de survenue de l aménorrhée sous chimiothérapie) ou inclusion dans des essais cliniques Standard : Pas de traitement standard 2 options :. Tamoxifène. pas de traitement Options : Si âge < 40 ans : rajout d un analogue de la LH-RH pendant 3 ans en plus du Tamoxifène (en fonction de la vitesse de survenue de l aménorrhée sous chimiothérapie) ou inclusion dans des essais cliniques Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 28

29 Chimiothérapie néo-adjuvante T2>3 cm, T3, T4 a,b,c, N0, N1, N2, PEV1, M0 PEV1 et/ou adénopathies volumineuses OUI NON Pas de standard Avis RCP Pas de standard Avis RCP Chimiothérapie néoadjuvante recommandée + HERCEPTIN si surexpression HER2 Chimiothérapie néoadjuvante recommandée + HERCEPTIN si surexpression HER2 Evaluation après 3 cures Evaluation après 3 cures Réponse ou stabilisation Poursuite chimiothérapie Evaluation après 6 à 8 cures Progression Avis RCP Réponse ou stabilisation Poursuite chimiothérapie Progression Mammectomie + CA, 3 à 5 cures de chimiothérapie Radiothérapie locorégionale Hormonothérapie si RH + Evaluation après 6 à 8 cures Accessible à un traitement conservateur Non accessible à un traitement conservateur Accessible à un traitement conservateur Non accessible à un traitement conservateur Mastectomie partielle et CA Radiothérapie locorégionale Hormonothérapie si RH+ Mammectomie et CA Radiothérapie locorégionale Hormonothérapie si RH+ Mastectomie partielle et CA Radiothérapie locorégionale Hormonothérapie si RH+ Mammectomie et CA Radiothérapie locorégionale Hormonothérapie si RH+ NB : - Si Her 2 négatif, privilégier 3 TAXOTERE puis 3 FEC Consultation chirurgicale recommandée avant de débuter la chimiothérapie Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 29

30 4.4. RADIOTHERAPIE Radiothérapie après chirurgie Oui TRAITEMENT CONSERVATEUR? Non RADIOTHERAPIE SYSTEMATIQUE ATTEINTE GANGLIONNAIRE? Atteinte ganglionnaire? Oui Non Oui Non Sein 50 Gy + surimpression du lit tumoral CMI 46 Gy Sus-claviculaire + élargi : 46 Gy Surimpression du lit tumoral en électrons, photons ou curiethérapie Sein 50 Gy + surimpression du lit tumoral RXT des aires ganglionnaires si lésion interne ou centrale > 20 mm Radiothérapie systématique paroi thoracique : 50 Gy + surimpression du lit tumoral CMI 46 Gy Sus-clav. + élargi 46 Gy Radiothérapie si : T > 5 cm âge < 35 ans lésions multicentriques emboles vasculaires ou lymphatiques péritumorales étendues infiltration du pectoral, du mamelon, de la peau résection insuffisante ou limite < 1 mm CMI : chaîne mammaire interne Radiothérapie en cas de chimiothérapie néo-adjuvante Non Traitement conservateur? Oui Radiothérapie en fonction des données cliniques avant la chimiothérapie Systématique en cas d envahissement ganglionnaire Radiothérapie systématique - sein : 50 gy + complément - ganglionnaire en fonction des données cliniques, pré-cliniques et de l envahissement ganglionnaire Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 30

31 5. SURVEILLANCE Examen clinique à 4 mois de la fin du traitement puis tous les 6 mois pendant les 5 premières années et ensuite annuellement Mammographie annuelle (+ échographie) la première à 6 mois de la fin de la radiothérapie Examen gynécologique Examens complémentaires annuel RP, échographie hépatique, scintigraphie osseuse, marqueurs, ne sont jamais prescrits à titre systématique mais seulement en cas de signe d appel Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 31

32 6. ANNEXES 6.1. PRISE EN CHARGE DES GANGLIONS SENTINELLES PAR LES PATHOLOGISTES Aucun standard n'est défini à l'heure actuelle quant à la procédure d'analyse de ces ganglions en anatomie pathologique. Une analyse per opératoire du ganglion sentinelle est possible et peut permettre de compléter d'emblée le curage si le ganglion sentinelle est envahi. Elle ne permet pas de détecter les cellules isolées ou les micrométastases. L'examen histopathologique définitif des ganglions sentinelles nécessite : - une inclusion en totalité de ces ganglions - une analyse sur coupes sériées en histologie standard, complétée par une analyse en immunohistochimie (Ac anticytokératine), si négatif en histologie standard 6.2. GRADE HISTOPRONOSTIQUE L'importance du grade histopronostique en temps que facteur pronostique important et indépendant dans les cancers du sein n'est plus à démontrer ; le système le plus utilisé étant le grade SBR (Scarff- Bloom-Richardson). Il est actuellement recommandé (SOR sein 2001) d'utiliser le grade proposé par Elston et Ellis, système SBR modifié, de valeur pronostique équivalente, et de reproductibilité supérieure. Le grade s'applique à tous les carcinomes infiltrants sauf aux carcinomes médullaires. Il ne s'applique pas aux carcinomes in situ. Le grade prend en compte trois critères histologiques, cotés de 1 à 3, décrits dans le tableau ci-dessous 1) Différenciation tubulo-glandulaire : proportion de tubes ou glandes dans la tumeur (en % de Score surface tumorale) > 75 % : Tumeur bien différenciée % : Tumeur moyennement différenciée 2 < 10 % : Tumeur peu différenciée 3 2) Pléomorphisme nucléaire : degré d'atypie apprécié sur la population tumorale prédominante Noyaux petits, réguliers, uniformes 1 Pléomorphisme modéré 2 Variations marquées de taille, de forme, avec nucléoles proéminents 3 3) Nombre de mitoses (à compter sur 10 champs au grossissement x 400 ; valeurs définies pour un champ de 0,48 mm ; calibrage du microscope nécessaire pour des champs différents) 0 à 6 mitoses 1 7 à 12 mitoses 2 > 12 mitoses 3 Le total des scores aboutit à un : - grade I : total des scores de 3 à 5 - grade II : total des scores de 6 et 7 - grade III : total des scores de 8 et 9 Réseau Onco-Poitou-Charentes - Référentiel Cancer du Sein/Thérapeutique (MAJ décembre 2011) 32

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010 Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour Sommaire Contexte 5 Epidémiologie... 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5

Plus en détail

Référentiel du cancer du sein

Référentiel du cancer du sein Référentiel du cancer du sein Référentiel du cancer du sein... 1 Introduction... 3 I. BILAN... 4 A. BILAN LOCAL... 4 1. Examen clinique... 4 2. Mammographie... 5 3. Echographie... 5 4. Prélèvements percutanés...

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

Le cancer du sein. Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière. Judith 1, Klimt

Le cancer du sein. Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière. Judith 1, Klimt Le cancer du sein Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière Judith 1, Klimt Anatomie du sein Vascularisation lymphatique Rappels histologiques LES CARCINOMES IN SITU Prolifération carcinomateuse qui se développe

Plus en détail

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Docteur Elisabeth Luporsi Centre Alexis Vautrin 29 mai 2007 Traitement locorégional premier des cancers invasifs localisés : indications et limites

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne

Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN. Pr Jean LEVEQUE. Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Séminaire d Oncologie Gynécologique Libreville 26 octobre 2012 CANCER DU SEIN Pr Jean LEVEQUE Service de Gynécologie - CHU Anne de Bretagne Département d Oncologie Chirurgicale - CRLCC Eugène Marquis Faculté

Plus en détail

Mme R est une patiente de 52 ans.

Mme R est une patiente de 52 ans. CAS CLINIQUE N 3 Mme R est une patiente de 52 ans. Atcd chir: Hystérectomie totale Atcd med:hta 3 enfants, ménopausée à 48 ans, sans THS Palpation par son médecin traitant d une induration QSI sein droit

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

Référentiel cancers du sein 2014

Référentiel cancers du sein 2014 Référentiels à l AP-HP Référentiel cancers du sein 2014 2 Un groupe de travail se réunira chaque année pour les mises à jour éventuelles. 3 Préambule Ce référentiel constitue le résultat de réflexions

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Patiente de 64 ans Antécédents personnels: - Ménarche à 15 ans HISTOIRE DE LA MALADIE - 2 enfants

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS

MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS MASTECTOMIE PROPHYLACTIQUE: POURQUOI, POUR QUI,QUAND, COMMENT? 19 Septembre 2014 PATHOLOGIE Anne de ROQUANCOURT Hôpital St Louis PARIS LÉSIONS OBSERVÉES DANS LES PIÈCES DE MASTECTOMIES PROPHYLACTIQUES

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE 19 mars 2010 D. GEDOUIN CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE Quelques chiffres Ses particularités Les traitements du cancer du sein : Rappel Les problèmes chez la femme âgée

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN

www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN www.oncorif.fr Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du SEIN ONCORIF - Référentiel régional de prise en charge initiale des cancers du sein - Janvier 2010 ONCORIF - Référentiel régional

Plus en détail

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 Formation continue pour pharmaciens Bourguillon, le 09 juin 2015 Prof. David Stucki Spécialiste FMH en gynécologie/obstétrique Spéc. en gynécologie opératoire Spéc.

Plus en détail

La première observation :

La première observation : 1 Dépistage organisé du cancer du sein et risque médicolégal. Faut-il améliorer la concertation entre les différents acteurs des mammographies de dépistage quant à leur interprétation? Avec notre collègue

Plus en détail

Les cancers du sein. Pr Jean-Louis Merlin. Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université

Les cancers du sein. Pr Jean-Louis Merlin. Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université Les cancers du sein Pr Jean-Louis Merlin Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université jl.merlin@nancy.fnclcc.fr www.alexisvautrin.fr ÉPIDÉMIOLOGIE 1ère cause de décès

Plus en détail

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers du sein. Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers du sein. Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1 Référentiels de prise en charge des cancers en région Centre Cancers du sein 2011 Référentiels OncoCentre : cancers du sein validation juillet 2011 1 Groupe de travail Responsables du groupe de travail

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Coordonnateurs : William Jacot, Marian Gutowski, Gilles Romieu, André Mathieu Synthèse Calcul du risque de récidive

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Dr Jean-Baptiste Méric, PH, Oncologie médicale. Mis à Jour en Janvier 2007

Dr Jean-Baptiste Méric, PH, Oncologie médicale. Mis à Jour en Janvier 2007 Cancer du sein Objectifs : Objectifs ECN : N 159 - Tumeurs du sein. - Diagnostiquer une tumeur du sein. - Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Objectifs complémentaires

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2

RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2 RECOMMANDATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Volet 2 Date de validation par le collège : Mars 2014 Cette recommandation

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich

Notre programme. Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich Notre programme Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich T2 N0 M0 Sénologie Dr Vanderhoeven Chirurgie conservatrice Dr Marchettini Ganglion

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du sein

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du sein GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer du sein Janvier 2010 Ce document s inscrit dans un double dispositif : La mise en œuvre de

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Décembre 2013 Sein-gynécologie

Décembre 2013 Sein-gynécologie Sein-gynécologie Décembre 2013 CANCER DU SEIN Version validée : 05/12/2013 Cible(s) Anatomopathologistes, chirurgiens généralistes, chirurgiens gynécologues, généticiens, gynécologues médicaux, gynécologues

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique

Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique DES de Gynécologie- Obstétrique - Lundi 19 janvier 2013 Cancers du sein génétiques Chirurgie prophylactique Anne-Sophie Bats, Chérazade Bensaïd, Nathalie Douay-Hauser, Julien Seror, Claude Nos, Fabrice

Plus en détail

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent

Protocoles dans le cancer du sein CancerEst. Joseph Gligorov Stéphane Provent Protocoles dans le cancer du sein CancerEst Joseph Gligorov Stéphane Provent Organisation de la recherche en oncologie mammaire à CancerEst Les acteurs Services Médicaux d Oncologie Médicale Tenon, St

Plus en détail

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010

Registre valaisan des tumeurs. Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Registre valaisan des tumeurs Epidémiologie et prise en charge du cancer du sein en Valais 2008-2010 Impressum Observatoire valaisan de la santé, octobre 2014 Reproduction partielle autorisée, sauf à des

Plus en détail

Standards, Options et Recommandations Cancers du sein infiltrants non métastatiques (2 ème Edition mise à jour)

Standards, Options et Recommandations Cancers du sein infiltrants non métastatiques (2 ème Edition mise à jour) FÉDÉRATION NATIONALE DES CENTRES DE LUTTE CONTRE LE CANCER Standards, Options, Recommandations 101, rue de Tolbiac 75654 Paris cedex 13 Tél : 01.44.23.04.04 Fax : 01.44.23.04.17 Site Web : http://www.fnclcc.fr/sor.htm

Plus en détail

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment?

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Centre des Maladies du sein Mise à jour 2014 Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Christine Desbiens md Chirurgienne oncologue professeure agrégée de clinique septembre 2014 Mastectomie prophylactique

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Cancer du Sein CIM 10: C 50 Code ANAM : J 040

Cancer du Sein CIM 10: C 50 Code ANAM : J 040 المغربية المملكة الصحة وزارة RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 39 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Place de la technique du ganglion sentinelle dans la stratégie diagnostique de l envahissement ganglionnaire d un cancer du sein à un stade précoce

Place de la technique du ganglion sentinelle dans la stratégie diagnostique de l envahissement ganglionnaire d un cancer du sein à un stade précoce NOTE DE CADRAGE Place de la technique du ganglion sentinelle dans la stratégie diagnostique de l envahissement ganglionnaire d un cancer du sein à un stade précoce Septembre 2011 Service évaluation des

Plus en détail

Clinique du sein 15 novembre 2008

Clinique du sein 15 novembre 2008 Clinique du sein 15 novembre 2008 Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome T3 N1 M0 Chimiothérapie première Dr Henry Chirurgie Dr Van

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Sommaire Avant-propos...

Plus en détail

CANCER DU SEIN : UN GUIDE POUR LES PATIENTES

CANCER DU SEIN : UN GUIDE POUR LES PATIENTES CANCER DU SEIN : UN GUIDE POUR LES PATIENTES INFORMATION BASÉE SUR LES RECOMMANDATIONS DE L ESMO Ce guide pour les patientes a été préparé par Reliable Cancer Therapies (RCT) comme un service aux patientes,

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

B3: Trop ou pas assez de chirurgie?

B3: Trop ou pas assez de chirurgie? B3: Trop ou pas assez de chirurgie? Monique Cohen Marseille SFSPM - 10/11/2011 Conflits d intérêt: Néant «Mais la femme, enlevant de ses mains le large couvercle de la jarre, les dispersa par le monde

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

sein collection comprendre et agir

sein collection comprendre et agir les cancers du sein collection comprendre et agir La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer emploie ses ressources, issues exclusivement de la générosité du public, au financement des projets les

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail