Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg"

Transcription

1 Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant social / Chargé de prévention

2 CARITAS FRIBOURG en bref Caritas Fribourg lutte contre la pauvreté et l exclusion en apportant une aide concrète aux plus défavorisés sans aucune distinction de confession, de nationalité et de statut. Caritas Fribourg s attache aussi à rechercher les causes de cette détresse, à les dénoncer et à les combattre. Elle ne se substitue pas en matière de prestations sociales à des instances étatiques ou aux assurances sociales, mais elle intervient de manière complémentaire Caritas Fribourg compte une dizaine de collaborateurs et une centaine de bénévoles répartis dans les districts du canton.

3 Le service de désendettement en bref Convention de collaboration avec la Direction de la Santé et Affaires Sociales (DSAS) et mandat de prévention AS spécialisés en gestion de dettes certifiés HES Nouveaux dossiers de désendettement ouverts en 2012 : 159 Situations suivies en 2012: 291 Répond à la ligne SOS-info dettes pour toute la Suisse Romande (Redirection sur Info-Budget pour VD): 960 appels et 257 réponses on-line en 2012

4 Quelques chiffres issus des stats 2012 Endettement moyen: CHF Proportion de personnes âgées de moins de 30 ans: ~20% (chiffre stable depuis 10 ans)

5 Evolution jeunes moins de 30 ans % JEUNES MOINS DE 30 ANS PARMI LES NOUVEAUX DOSSIERS DU SERVICE DE DÉSENDETTEMENT

6 Expériences de sensibilisation Interventions à la demande auprès de CO, écoles professionnelles et entreprises (2000 à 2011) , projet pilote dans les écoles professionnelles sous mandat de la DSAS 62 interventions de 2 périodes chacune 2013, projet poursuivi avec 70 interventions

7 Expériences de sensibilisation Dès 2014, mandat de 3 ans instituant une intervention systématique auprès de toutes les classes de 2 e année des écoles professionnelles du canton. Plus de 140 interventions par année scolaire à programmer

8 Expériences de sensibilisation Objectif général: Développer et renforcer les capacités des jeunes à maintenir durablement une situation financière personnelle équilibrée Contexte: adaptation de l intervention au programme scolaire spécifique de chaque établissement par rapport à la thématique de la gestion financière

9 Expériences de sensibilisation Objectifs spécifiques: La gestion financière Prendre conscience de l importance d une gestion des ressources financières et acquérir les moyens nécessaires pour y parvenir Les dépenses extérieures programmées Acquérir la capacité de planifier les dépenses à venir (assurances et impôts) et anticiper les conséquences financières de certains engagements (logement, transports, )

10 Expériences de sensibilisation Les facteurs de risque d endettement Identifier les situations à risque (par exemple: consommation à crédit) et savoir comment agir pour faire face à une situation difficile

11 Expériences de sensibilisation Quelques principes: L intervention marque les esprits et fait en sorte que les participants se sentent concernés par la gestion de leur argent autant que possible L intervention se doit d être la plus interactive possible et d utiliser différents supports didactiques (vidéos, situations, documents réels, papiers, échanges informatiques )

12 Expériences de sensibilisation Les participants repartent en sachant où retrouver les nombreuses informations dont ils pourront avoir besoin ultérieurement (support papier avec beaucoup d adresses de sites internet notamment)

13 Réponses aux problèmes financiers Les prestations de Caritas Fribourg sont déclinées sous la forme de trois types d intervention dont les jeunes peuvent également bénéficier. 1. Aide à la gestion de budget: problème de gestion financière et administrative. Intervention limitée dans le temps, ne se substitue pas à une mesure de curatelle

14 Réponses aux problèmes financiers 2. Consultation sociale: intervention ponctuelle pour faire face à un déséquilibre financier temporaire (frais médicaux, dentaires, retards avec des conséquences importantes tels que loyers, électricité) ou à des difficultés à faire reconnaître ses droits face à une prestation sociale (assurance, aidematérielle,.)

15 Réponses aux problèmes financiers 3. Service désendettement: intervention spécialisée pour analyser et si possible mettre en place une solution lors de situations d endettement problématique et de surendettement

16 Conditions requises pour un désendettement Revenu stable sur la période d assainissement (en principe 36 mois) Une quotité d assainissement disponible sur un budget qui inclut les impôts courants Une négociation préalable avec les créanciers ainsi qu un suivi personnalisé Une procédure qui permet au final l assainissement de toutes les dettes

17 Conditions requises pour un désendettement Le rapport entre la quotité d assainissement sur 36 mois et le montant des dettes à assainir doit permettre de pouvoir proposer un dividende acceptable Exemple: CHF X 36 = CHF permet d assainir une dette de CHF en proposant 50% pour solde de tout compte Situation personnelle et financière stable qui permette de s engager sur trois ans avec les créanciers ou un tiers qui accorde un prêt (p. ex. employeur, Fonds cantonal de désendettement, )

18 Incidences d un endettement chez les personnes jeunes Répercussion directe dans les domaines suivants: Logement (recherche) Emploi (recherche et motivation) Famille (diminution des moyens financiers disponibles, augmentation du risque d endettement pour le conjoint, facteur de tensions, etc.)

19 Difficultés supplémentaires pour les personnes jeunes Dividendes exigés plus importants de la part des créanciers : ex. du :

20 Difficultés supplémentaires pour les personnes jeunes Quotités disponibles souvent plus faibles (moins d expérience, revenus plus bas) Sécurité de l emploi plus faible Expérience de la gestion financière généralement moindre Conscience plus faible de l importance des formalités administratives (ex. déclaration d impôts) Plus de difficultés à demander de l aide et à s adapter à un cadre formalisé Capacité moindre à collaborer avec un AS sur la durée (communication, informations, etc.)

21 Quelques réponses mises sur pied dans le cadre de la collaboration avec REPER Lien et travail en réseau pour faciliter l entrée en relation entre le jeune et le service Bilan intermédiaire et feed-back avec le travailleur de rue (avec accord du jeune): permet de réactiver de la motivation et, en cas de baisse, occasionne un échange d informations à ce propos et évent. une réorientation de l intervention Importance du suivi personnalisé avec modalités adaptées Accepter le fait que le suivi d une personne jeune demande un investissement notamment en temps beaucoup plus important. Logique formative Importance d expliquer le sens de l intervention, les objectifs visés, les attentes réciproques.

Actions de prévention en Suisse Romande

Actions de prévention en Suisse Romande Actions de prévention en Suisse Romande Interventions de prévention - Caritas Fribourg Partenaires: - Entreprises et écoles - Facturé à l établissement qui bénéficie de la prestation Public cible jeunes

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

La faillite personnelle

La faillite personnelle La faillite personnelle Selon l article 191 de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP), Le-la débiteur-trice surendetté-e peut se déclarer lui-elle-même en faillite. Critères Si

Plus en détail

crédit privé Transparent et avantageux

crédit privé Transparent et avantageux crédit privé Transparent et avantageux La pièce d identité doit impérativement contenir les informations suivantes: nom et prénom date de naissance nationalité et lieu d origine photo nº de la pièce d

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE Direktion für Gesundheit und Soziales GSD Route des Cliniques 17, 1701 Fribourg T +41 26 305 29 04, F +41 26 305 29 09 www.fr.ch/dsas Réf: NO Courriel: dsas@fr.ch Fribourg, le 31 octobre 2012 Modèle comptable

Plus en détail

Financer. Quels que soient vos projets et vos réalisations, votre banque vous offre une solution sur mesure

Financer. Quels que soient vos projets et vos réalisations, votre banque vous offre une solution sur mesure Quels que soient vos projets et vos réalisations, votre banque vous offre une solution sur mesure Financer Vous avez une dépense inattendue? Un achat important? Un projet qui vous tient à cœur? Vous voudriez

Plus en détail

Communiqué aux médias. Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité!

Communiqué aux médias. Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité! Communiqué aux médias Genève, le 9 juin 2011 Pour que l'endettement ne soit plus une fatalité! Les Socialistes ont déposé mardi 7 juin trois textes proposant des solutions pour aider les ménages à se sortir

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Spécialisation en gestion de dettes

Spécialisation en gestion de dettes CAS / Certificate of Advanced Studies Spécialisation en gestion de dettes 2015 / 2016 Crédits ECTS 14 Début de la formation Septembre 2015 Durée 20 jours de cours entre septembre 2015 et juillet 2016 Responsable

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Dans le cadre du projet Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale au Kamouraska

Dans le cadre du projet Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale au Kamouraska Dans le cadre du projet Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale au Kamouraska, l Unité 5 veut permettre aux personnes vivant des conditions socioéconomiques difficiles d avoir accès à une information

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Quand les dettes menacent le quotidien La problématique du surendettement et de la pauvreté

Quand les dettes menacent le quotidien La problématique du surendettement et de la pauvreté Quand les dettes menacent le quotidien La problématique du surendettement et de la pauvreté Prise de position de Caritas_septembre 2013 Ampleur, causes et conséquences du surendettement En bref : Au moins

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE COMTÉ DE, OHIO DÉCLARATION DE REVENUS ET DE DÉPENSES

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE COMTÉ DE, OHIO DÉCLARATION DE REVENUS ET DE DÉPENSES TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE COMTÉ DE, OHIO Demandeur/requérant c./et No. de dossier Juge Magistrat Défendeur/requérant Instructions : Consultez le règlement du tribunal local pour savoir quand il faut

Plus en détail

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement Département des institutions et de la sécurité Service des communes et du logement Division finances communales Commune de FERREYRES Résumé des comptes Année 2014 Cette formule doit parvenir au Département,

Plus en détail

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation 1 JEF Programme pour les Jeunes en Formation 2, un programme du BCAS, fondation privée reconnue d utilité publique, qui agit : Pour les enfants et les jeunes : SOS-Enfants Genève Le Biceps Pour les adultes

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Règlement du service dentaire scolaire et barème des contributions

Règlement du service dentaire scolaire et barème des contributions Règlement du service dentaire scolaire et barème des contributions de la commune municipale de ROMONT Règlement du service dentaire scolaire (SDS) 2 Règlement du service dentaire scolaire (SDS) Article

Plus en détail

La consommation. La protection du consommateur. Durée : 1h30

La consommation. La protection du consommateur. Durée : 1h30 La consommation Description : Cet atelier propose une réflexion sur la société de consommation d aujourd hui. Il informe sur les moyens de se prémunir contre les techniques de vente des commerçants et

Plus en détail

Dettes et aide sociale

Dettes et aide sociale Dettes et aide sociale Document de base de la CSIAS 2 1. Introduction L endettement et l aide sociale sont étroitement liés. Toute personne endettée risque une existence en marge et/ou sous le minimum

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS 77 RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS PROPOSITIONS THEMATIQUES LOGEMENT 1. Mieux faire connaître aux personnes propriétaires de leur logement en France et s établissant temporairement à l étranger : 1 les

Plus en détail

FORMULAIRE III (Bénéficiaire)

FORMULAIRE III (Bénéficiaire) FORMULAIRE III (Bénéficiaire) CANADA Province de Québec District de Montréal C O U R S U P É R I E U R E CHAMBRE DE LA FAMILLE No du dossier 500- - - c. partie demanderesse partie défenderesse ÉTAT DES

Plus en détail

Un partenaire à vos côtés

Un partenaire à vos côtés Un partenaire à vos côtés Afin de permettre aux fonctionnaires d'etat qui résident en Ile-de- France d'accéder à un crédit responsable à des conditions négociées, la SRIAS a signé une convention de partenariat

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.5.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL relatif au transfert du patrimoine immobilier de la S.I. Le Locle-Avenir S.A. en faveur de la Commune du Locle Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Pour éviter le surendettement

Pour éviter le surendettement Pour éviter le surendettement Lister et classer ses dépenses dépenses fixes ou préengagées Dépenses réalisées dans le cadre d un contrat difficilement renégociable à court terme. Ces dépenses doivent être

Plus en détail

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c.

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. (Règles 26 à 30) FORMULAIRE lll CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. Partie: ÉTAT DES REVENUS, DÉPENSES ET BILAN Je, soussigné(e), domicilié(e)

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Maîtriser son taux d endettement L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Imprimé www.lesclesdelabanque.com avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

COURS PRATIQUES THEMATIQUES (CPT)

COURS PRATIQUES THEMATIQUES (CPT) Communauté d intérêts pour la formation commerciale de base du canton du Valais Interessengemeinschaft für kaufmännische Grundausbildung des Kantons Wallis COURS PRATIQUES THEMATIQUES (CPT) Catalogue 2015-2016

Plus en détail

concernant la protection de l enfant et de l adulte (OPEA)

concernant la protection de l enfant et de l adulte (OPEA) DSJ/Avant-projet du octobre 0 Ordonnance du... concernant la protection de l enfant et de l adulte (OPEA) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 5 juin 0 concernant la protection de l enfant

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source

Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source Information du 4 mars 2015 Mémento concernant la livraison des données selon le système Salaire standard CH et impôt à la source Madame, Monsieur, Avec l introduction du Salaire standard CH et impôt source

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN ASSOCIATION D ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR DU DISTRICT DE LA BROYE «LES P TITS PRUNEAUX» Place du Château, 1566 St-Aubin/FR RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN Préambule

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Epargne. aux difficultés. Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve. Budget FICHE N 4

Epargne. aux difficultés. Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve. Budget FICHE N 4 FICHE N 4 Dépenses Budget FAIRE FACE Revenus aux difficultés Epargne Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve des coups durs, nous devons être en mesure de réagir. Ne rien faire est la pire des

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Département fiscal 2003 KPMG

Département fiscal 2003 KPMG Optimisation fiscale de votre implantation Alfred Girod - Expert fiscal diplômé KPMG Genève Thèmes Le système fiscal Suisse Les principaux impôts sur les sociétés Les taux d impôts Les taux effectifs

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009

NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009 NOTE D INFORMATION 2009/09 du 25/07/2009 La réforme de l épargne salariale (circulaire DGT 2009-13 du 19/05/2009) I Intéressement : A) Modalités de calcul du crédit d impôt Les entreprises qui concluent

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch Planification financière Maîtriser votre avenir financier www.bcn.ch Qu est-ce que la planification financière? Une planification financière consiste à dresser le bilan de votre situation globale actuelle

Plus en détail

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique Lettre aux communes 1/2012 Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique En 1990, les recettes et les dépenses cumulées de l ensemble des communes suisses représentaient respectivement

Plus en détail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Décrets n 2009-350 et n 2009-351 du 30 mars 2009 portant diverses mesures en faveur des revenus du travail I. L intéressement Le crédit

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises

Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières. création, implantation et développement d entreprises Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) aides financières création, implantation et développement d entreprises x TABLE DES MATIERES 2 1. PRÉAMBULE 1.1. PRINCIPES GÉNÉRAUX 3 2. SOUTIEN

Plus en détail

BUDGET PAR NATURES 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61

BUDGET PAR NATURES 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61 Page : 1/6 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61 30 CHARGES DU PERSONNEL 55'089'420.00 54'397'660.00 56'350'025.50 300 Autorités et commissions 1'190'970.00 1'136'880.00 1'131'364.15 301

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16

Sommaire. Formules Jeunes 4. Formule Jeunes 6. Formule Campus 9. Formule Directe 11. Formule Junior 12. Comptes épargne 15. Cartes bancaires 16 FORMULES JEUNES BCV Sommaire Formules Jeunes 4 Formule Jeunes 6 Formule Campus 9 Formule Directe 11 Formule Junior 12 Comptes épargne 15 Cartes bancaires 16 Club Jeunes 19 3 Formules Jeunes L avenir est

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

2.4.2 L'assurance maladie L assurance maladie qui couvre les frais de base (LAMal) est obligatoire pour toutes les personnes domiciliées en Suisse.

2.4.2 L'assurance maladie L assurance maladie qui couvre les frais de base (LAMal) est obligatoire pour toutes les personnes domiciliées en Suisse. Budget les charges 2.4 Les charges ou l'argent qui sort... Les charges: ce sont les dépenses, l'argent qui sort de ton porte-monnaie - ou que tu épargnes - tous les mois. 2.4.1 Le loyer Le bail à loyer

Plus en détail

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier MÉMENTO FINANCIER CANTON DE NEUCHÂTEL 213 Réalisation Service de statistique Impression (1'75 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier Renseignements complémentaires Service de statistique Rue du Château 19

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Service de presse 3 Le 23 février 2012

Service de presse 3 Le 23 février 2012 Service de presse 3 Le 23 février 2012 Toujours plus de personnes d un certain âge dépendent de l aide sociale A l aide sociale dès l âge de 50 ans Benjamin Diggelmann Les offres d information et de consultation

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique

Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique 11 jeudis et un vendredi, du 18 septembre au 17 décembre 2015

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT FERR Fonds enregistré de revenu de retraite RRQ Régime de rentes du Québec SV Programme fédéral de la Sécurité de la vieillesse CRÉDITS D IMPÔT FERR. Page 03 RRQ....Page 06 SV...Page 13 Crédits d impôts..

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur les bourses et prêts d études

Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur les bourses et prêts d études Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Formulaire concernant la mise en consultation de la loi sur

Plus en détail

Private Banking. Tarifs. www.bcn.ch

Private Banking. Tarifs. www.bcn.ch Private Banking Tarifs www.bcn.ch Achats et ventes de titres courtage La commission est facturée quelle que soit la place d intervention. Les opérations d achat et de vente de titres sont par ailleurs

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Intitulé du projet : Mise en œuvre du Micro Crédit Personnel au sein des Associations HABITAT JEUNES PACA

Intitulé du projet : Mise en œuvre du Micro Crédit Personnel au sein des Associations HABITAT JEUNES PACA Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

DEMANDE CONFIDENTIELLE AU PROGRAMME D ASSISTANCE D URGENCE

DEMANDE CONFIDENTIELLE AU PROGRAMME D ASSISTANCE D URGENCE (Révisé 2009) Page 1/5 DEMANDE CONFIDENTIELLE AU PROGRAMME D ASSISTANCE D URGENCE Remarque importante: Les demandes sont examinées par le Groupe de travail du Programme d assistance d urgence du Comité

Plus en détail

Maintenance Proposition standard pour la maintenance d équipements

Maintenance Proposition standard pour la maintenance d équipements Maintenance Proposition standard pour la maintenance d équipements Dans le cadre de sa politique de service, Qualimatest propose une gestion de la maintenance de vos équipements. Selon vos souhaits, différentes

Plus en détail

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises octobre 2008 Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises Concept Document public pour partenaires et intéressés Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann Scherrer, Domaine

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT

SE LIBERER DU SURENDETTEMENT SE LIBERER DU SURENDETTEMENT L endettement et le surendettement sont des problèmes de plus en plus présents et importants dans nos sociétés industrialisées. Le dangereux, bien qu attrayant cocktail composé

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP?

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP? Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Politique Questionnaire concernant le projet de consultation

Plus en détail

Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec. Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer

Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec. Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer Séance 14 - Nouvelles normes de financement du Québec Nathalie Joncas, actuaire, CSN Michel St-Germain, actuaire, Mercer Agenda La toile de fond La démarche Les positions syndicales et patronales Le projet

Plus en détail

CONVENTION SUR LE MICROCREDIT PERSONNEL GARANTI

CONVENTION SUR LE MICROCREDIT PERSONNEL GARANTI CONVENTION SUR LE MICROCREDIT PERSONNEL GARANTI ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Crédit Municipal de Nantes, sis 2 rue Marcel Paul BP 90625 44006 Nantes cedex, représenté par Jacques STERN, agissant en qualité

Plus en détail

Le joueur excessif et le désendettement

Le joueur excessif et le désendettement Le joueur excessif et le désendettement Les niveaux d intervention: points de vue des professionnels Les étapes et la collaboration: point de vue d une personne concernée Discussion: Comment favoriser

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Conséquences fiscales

Conséquences fiscales Conséquences fiscales 24 Sommaire 1. Les principales questions fiscales 2. Transmission d une entreprise individuelle 3. Transfert de l immeuble dans la fortune privée 4. Transmission d une entreprise

Plus en détail

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse quantitative Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 Proportion

Plus en détail

Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion de votre budget.

Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion de votre budget. BUDGET MAÎTRISE CONSEILS DEPENSES EPARGNE REVENUS SOLUTIONS Les bonnes pratiques pour maîtriser son budget Ce mini guide a pour objectif de vous faire part de quelques bonnes pratiques dans la gestion

Plus en détail

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5 Mariage et dettes En droit suisse, depuis 1988, les conjoint-e-s ont les mêmes droits et donc les mêmes obligations. Chaque conjoint-e répond de ses dettes personnelles et est solidaire pour les dettes

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER :

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DEMANDE DE SERVICES JURIDIQUES PRO BONO (MATIÈRES FAMILIALES) CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DÉLAIS L examen de votre demande peut prendre au moins deux semaines. De plus, Pro Bono Québec

Plus en détail

S.A. actions minimum S.A.

S.A. actions minimum S.A. Pr. SAMIRA BOUNID La société anonyme : La S.A. est commerciale à raison de sa forme, quelque soit son objet. Son capital est divisé en actions négociables représentatives d apports en numéraire (argent)

Plus en détail

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Aspects fiscaux et comptables du 2ème pilier Florian Magnollay Expert-comptable diplômé Expert diplômé en finance et controlling Partner, Ernst & Young

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Salarié MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles et

Plus en détail

POLITIQUE DE L EMPLOI ET RÉINSERTION PROFESSIONNELLE SÉMINAIRE POUR SPÉCIALISTES ET CADRES

POLITIQUE DE L EMPLOI ET RÉINSERTION PROFESSIONNELLE SÉMINAIRE POUR SPÉCIALISTES ET CADRES POLITIQUE DE L EMPLOI ET RÉINSERTION PROFESSIONNELLE Responsable: Professeur Giuliano Bonoli Quatre journées : 22, 23 septembre et 6, 7 octobre 2015 SÉMINAIRE POUR SPÉCIALISTES ET CADRES IDHEAP Institut

Plus en détail