LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS"

Transcription

1 Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction des PARticuliers LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS JURIDIQUES / ASPECTS PRATIQUES UDAF 54 8 juin 2013 EXTERNE

2 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz) 1995 : instauration de la procédure de recommandation en vue de simplifier le volet judiciaire du dispositif 1998 : possibilité à la commission de recommander un effacement des dettes dans les situations les plus obérées 2003 : instauration de la procédure de rétablissement personnel (PRP) 2010 : allègement du volet judiciaire du dispositif et renforcement des aspects protecteurs pour le débiteur 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 2

3 Prévention et traitement du surendettement La prévention : un fichier «négatif» (FICP) géré par la Banque de France Le traitement : intervention combinée de commissions administratives et, le cas échéant, de juridictions 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 3

4 Fonctionnement de la commission de surendettement La commission de surendettement est composée de 7 membres : - le préfet qui en assure la présidence - le vice-président de la DDFIP - un représentant de la FBF - un représentant des consommateurs - un spécialiste juridique - un spécialiste en ESF - le secrétaire de la BDF 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 4

5 Fonctionnement de la commission de surendettement Elle se réunit tous les quinze jours. Le secrétariat de la commission est assuré par la Banque de France. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 5

6 Les commissions dans la région LEGENDE : Siège de commission Centre de traitement du surendettement BAI 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 6

7 PROCEDURE de SURENDETTEMENT Instruction du dossier 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 7

8 Ouverture de la procédure Dépôt, par le débiteur, d un dossier complet auprès de la commission de surendettement Étude par la commission de : 1/ la recevabilité de la demande 2/ l orientation du dossier 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 8

9 Les effets du dépôt d un dossier Délivrance d une attestation de dépôt dans les 48H. Inscription au FICP La commission dispose de 3 mois pour statuer sur la recevabilité et l orientation du dossier Possibilité pour la commission de saisir, à la demande du débiteur, le juge d une suspension des mesures d exécution Impossibilité pour la commission de communiquer des informations aux créanciers avant la recevabilité. Le débiteur doit continuer à régler ses dettes et les poursuites ne sont pas automatiquement suspendues. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 9

10 Étude de la recevabilité : 2 solutions Demande présentée par une personne physique Manifestement surendettée ; Surendettée à titre personnel ou suite cautionnement d une entreprise ; De bonne foi. Non surendettée ; Surendettée à titre professionnel uniquement Personne relevant d autres procédures DEMANDE RECEVABLE DEMANDE IRRECEVABLE 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 10

11 Appréciation du surendettement manifeste du débiteur Prise en compte des ressources : De toutes natures, imposables ou non, saisissables ou non. Prise en compte de la valeur du patrimoine : Valeur du bien immobilier, y compris de la résidence principale Valeur de l épargne, etc. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 11

12 Appréciation du budget du débiteur La commission tient compte des charges auxquelles doit faire face le débiteur : Certaines sont expressément prévues par la loi : logement, électricité, gaz, chauffage, eau, nourriture, frais de scolarité, frais de garde, frais de déplacement professionnel, frais de santé à la charge du débiteur. Au-delà, la commission tient compte d autres charges : impôts, téléphone, pensions alimentaires, etc 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 12

13 Appréciation du budget du débiteur Les charges sont évaluées: Pour certaines sur la base de la déclaration du débiteur : loyer, impôts, frais de garde, Pour d autres sur la base de la déclaration du débiteur ou d un barème forfaitaire tenant compte de la composition de la famille : alimentation, habillement, téléphone, eau, assurance, transport, etc 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 13

14 Appréciation du surendettement manifeste du débiteur Comparaison entre Montant total des mensualités Sommes immédiatement dues telles que : Arriérés de loyer Impayés de crédits Montant exigible des crédits Capacité de remboursement Et Valeur du patrimoine Endettement Possibilités d apurement 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 14

15 Nature des dettes retenues Prise en compte des dettes exclusivement personnelles : Arriérés de charges courantes (loyer, etc.) Prêts immobiliers Crédits consommation et découverts bancaires Etc. Prise en compte des actes de cautionnement donné par le débiteur au profit d un particulier, d une entreprise ou d une société 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 15

16 Effets de la recevabilité Suspension automatique et interdiction des procédures d exécution et des cessions de rémunération. Interdiction faite au débiteur de régler les créances nées antérieurement à la décision de recevabilité. Rétablissement automatique de l APL versée directement au bailleur. La recevabilité est signalée à la banque du débiteur. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 16

17 Focus sur l interdiction de régler les Concerne : dettes les crédits, y compris les découverts bancaires Les arriérés de charges courantes Ne dispense pas le débiteur de régler les nouvelles échéances de ses charges courantes (loyer, factures) Saisine possible du juge par le débiteur pour : Régler une dette, vendre un bien, etc. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 17

18 Effets de la recevabilité (suite) Possibilité pour la commission de demander la suspension des procédures d expulsion. Interdiction des frais de rejet d avis de prélèvement : concerne les créanciers ET les établissements teneurs de compte 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 18

19 Étude de l orientation : 2 possibilités Demande recevable Possibilité d apurer les dettes en 8 ans maximum éventuellement avec un effacement d une partie des dettes = situation financière remédiable Impossibilité, immédiate ou future, d apurer les dettes en 8 ans même en effaçant une partie des dettes = situation irrémédiablement compromise Traitement amiable Procédure de rétablissement personnel 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 19

20 Procédure de rétablissement personnel 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 20

21 Deux procédures de rétablissement personnel différentes Sans liquidation judiciaire (sans LJ) Si absence de biens ou valeur insuffisante pour rembourser les créanciers Pas d accord à solliciter du débiteur Recommandation au juge d effacer les dettes Si le juge homologue la recommandation : Effacement des dettes (avec des exceptions) Inscription au FICP pendant 5 ans 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 21

22 Deux procédures de rétablissement personnel différentes Avec liquidation judiciaire (avec LJ) Si vente des biens suffisante pour rembourser, au moins en partie, les créanciers Accord du débiteur requis Traitement par le juge En cas de jugement de clôture pour insuffisance d actif, mêmes effets que la PRP sans liquidation. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 22

23 PRP AVEC ou SANS LJ TOUTES LES DETTES SONT EFFACEES SAUF : Les dettes alimentaires, réparations dans le cadre d une condamnation pénale, amendes Les prêts sur gage du crédit municipal Les dettes professionnelles Les dettes payées à la place du débiteur par des cautions personnes physiques. Les dettes payées par les coobligés (co-emprunteurs). Les dettes frauduleuses envers les organismes de protection sociale. Aout 2010 LOI PORTANT RERORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION / VOLET SURENDETTEMENT

24 PRP AVEC ou SANS LJ (suite) Mise en œuvre par le greffe d une mesure de publicité (cf. site du BODACC) => les créanciers non avisés dans le cadre de la procédure ont 2 mois pour faire tierce opposition. A défaut, leurs créances sont éteintes. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 24

25 Dossiers orientés vers une négociation amiable 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 25

26 Négociation amiable Impossibilité pour les créanciers de calculer des intérêts et pénalités après avoir déclaré leurs créances à la commission. Possibilité pour le débiteur : de demander une vérification des créances déclarées par ses créanciers => Intervention du juge d être entendu, dès la recevabilité, par la commission (ou un de ses membres) 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 26

27 Négociation amiable Recherche d un consensus entre le débiteur et ses créanciers pour apurer les dettes en 8 ans maximum : Possibilité de réduction de taux Allongement de la durée d apurement Gel provisoire des dettes Etc. 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 27

28 Ordre de traitement des dettes (plan ou mesure) Des dispositions réglementaires (L333-1 code de la consommation et circulaire interministérielle) ont été dégagées des principes de construction des propositions de plan ou de mesures et notamment : - Règlement des dettes dans l ordre de priorité suivant : 1) dettes «hors procédure» (pénales, alimentaires ) 2) dettes de logement, 3) dettes de charges courantes et découvert, 4) crédits à la consommation, 5) autres dettes (prêt familial). 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 28

29 Négociation amiable : 2 possibilités Proposition de réaménagement des dettes du débiteur Accord : de ses créanciers Plan conventionnel de redressement Fin de la procédure Refus d un seul participant après nouvelle négociation Échec de la procédure Possibilité de demander, dans un délai de 15 jours, l élaboration de mesures 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 29

30 En cas d échec des négociations : l élaboration de mesures 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 30

31 Élaboration de mesures Mesures élaborées par la commission de surendettement : Suite échec de la négociation amiable A la demande du débiteur Deux types de mesures possibles 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 31

32 Deux types de mesures possibles Rééchelonnement Report Réduction du taux d intérêt Suspension d exigibilité des créances Réduction du solde du prêt immobilier après vente du bien Mesures d effacement partiel Mesures d accomplissement par le débiteur d actes propres à faciliter ou garantir le paiement de ses dettes MESURES IMPOSEES PAR LA COMMISSION MESURES RECOMMANDEES AU JUGE PAR LA COMMISSION 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 32

33 Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP) 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 33

34 Récapitulatif inscription au FICP Incident de paiement Surendettement Plan conventionnel de redressement * Mesures imposées * Mesures recommandées * 5 ans maxi 8 ans maxi 8 ans maxi 8 ans maxi * En cas d absence d incident pendant les 5 premières années= radiation anticipée automatique Mesures successives Procédure de rétablissement personnel 8 ans maxi 5 ans fixe Banque de France DPAR - SIS Aout 2010 LOI PORTANT RERORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION / VOLET SURENDETTEMENT

35 Statistiques et enquêtes disponibles sur le site de la Banque de France 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 35

36 CONCLUSION Un dispositif au service des particuliers en difficulté. Il est important de délivrer les bonnes informations à son sujet. Il est important que les personnes les plus en difficulté puissent être accompagnées. Pour toute question complémentaire : La Banque de France est à votre disposition 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 36

37 Les coordonnées du secrétariat 2 rue Chanzy CS NANCY Cedex Tél. : Horaires d ouverture des bureaux : 9h à 12 h 13h30 à 17 h Fax : Banque de France 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 37

38 Les coordonnées des BAI BRIEY Chambre des métiers 12, avenue du roi de Rome mardi : 10h00-12h00 / 13h00-15h30 LONGWY Pimms 14, rue Stanislas Lundi et jeudi : 10h00-12h30 / 13h30-15h30 LUNEVILLE Mairie Annexe 46, rue Bichat mardi : 8h45-12h00 / 13h30-16h15 Banque de France 06/06/2013 BANQUE DE FRANCE DPAR - SIS 38

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES DIRECTION GÉNÉRALE DES ACTIVITÉS FIDUCIAIRES ET DE PLACE DIRECTION DES PARTICULIERS LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Externe 1 LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT LES ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES 2 CONTEXTE GÉNÉRAL

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

Le Surendettement : 1. Introduction :

Le Surendettement : 1. Introduction : Le Surendettement : 1. Introduction : Pour vivre le mieux possible dans une société organisée, il est important d en connaître les règles et les dangers. La société de consommation dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES POUR VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT Document élaboré par l Association Française des Sociétés Financières (ASF) en concertation avec plusieurs organisations de consommateurs

Plus en détail

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 mars 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires relatives au traitement des situations de surendettement

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 22 Le surendettement Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

loi de séparation et de régulation des activités bancaires

loi de séparation et de régulation des activités bancaires loi de séparation et de régulation des activités bancaires Plus de transparence, plus de concurrence et une meilleure protection des clients face à des frais bancaires excessifs Plafonnement des commissions

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

Toutes nos publications sont disponibles sur notre site : www.adil81.org. Q u e l q u e s d é f i n i t i o n s

Toutes nos publications sont disponibles sur notre site : www.adil81.org. Q u e l q u e s d é f i n i t i o n s MARS 2012 CLIN D OEIL Toutes nos publications sont disponibles sur notre site : www.adil81.org Conseils gratuits Q u e l q u e s d é f i n i t i o n s DÉBITEUR : personne qui doit quelque chose à une autre,

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

- la loi du 8 février 1995 relative à la procédure civile, pénale et administrative ayant confié un rôle central aux commissions de surendettement

- la loi du 8 février 1995 relative à la procédure civile, pénale et administrative ayant confié un rôle central aux commissions de surendettement Présentation de la loi du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires Dispositions relatives aux particuliers (surendettement, commissions et frais bancaires, assurance-emprunteur

Plus en détail

COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR

COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR Les règles générales de traitement des situations de surendettement des particuliers, dans le cadre desquelles s

Plus en détail

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie,

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'économie, des finances et de l industrie Nos réf. : 2011/50806 FI Paris, le Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, La ministre du budget, des comptes

Plus en détail

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Juillet 2012 n 17 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 ANNEXE 16 Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 142 COMITÉ CONSULTATIF LE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT (RECEVABILITÉ ET PHASE AMIABLE) COMITÉ CONSULTATIF 143 Sommaire 1. RECEVABILITÉ...

Plus en détail

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives»

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» 1 Sommaire 1 2 3 4 5 Le Mandat Ad Hoc La Sauvegarde La Conciliation Le Redressement Judiciaire La Liquidation Judiciaire 2 Introduction

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Définition du surendettement

Définition du surendettement Points abordés Définition du surendettement Selon l article L 330-1 du code civil «La situation dans laquelle le débiteur de bonne foi, personne physique, est dans l impossibilité manifeste de faire face

Plus en détail

PROPRIETAIRES FACE AUX LOCATAIRES USANT DE LA LOI SUR LE SURENDETTEMENT : LEURS DROITS ET LEURS OBLIGATIONS

PROPRIETAIRES FACE AUX LOCATAIRES USANT DE LA LOI SUR LE SURENDETTEMENT : LEURS DROITS ET LEURS OBLIGATIONS PROPRIETAIRES FACE AUX LOCATAIRES USANT DE LA LOI SUR LE SURENDETTEMENT : LEURS DROITS ET LEURS OBLIGATIONS De Pierre Rousseaux, avocat, Président SNP CHARLEROI I. INTRODUCTION Dans le cadre de cet exposé,

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

logement le bon plan Le conseil préventif pour sécuriser Accédants à la propriété, comment faire face aux difficultés?

logement le bon plan Le conseil préventif pour sécuriser Accédants à la propriété, comment faire face aux difficultés? Numéro 6 Édition : mars 2011 logement le bon plan Le journal des partenaires du Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) du Loiret Avant-propos Le Plan Solidarité

Plus en détail

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5)

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) METTRE DANS CETTE POCHETTE LES PHOTOCOPIES DES DOCUMENTS SUIVANTS (et cocher à droite si vous avez bien fourni le document) DOCUMENTS À FOURNIR (photocopies)

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions.

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions. Foire aux questions Trouvez des réponses à vos questions Aout 2014 Le COMPTE et son fonctionnement Le compte bancaire est un compte ouvert par la banque à un ou plusieurs clients proposant des services

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT Le Fonds Départemental de Garantie et de Caution des Loyers pour l accès au logement est mis

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

BANCAIRE FRANÇAISE FÉDÉRATION BANCAIRE FRANÇAISE ANNEXES. Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

BANCAIRE FRANÇAISE FÉDÉRATION BANCAIRE FRANÇAISE ANNEXES. Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale FÉDÉRATION Conférence sur la lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale BANCAIRE Contribution de la Fédération Bancaire Française au groupe de travail FRANÇAISE Inclusion bancaire et lutte contre

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

La lutte contre le surendettement des particuliers : des progrès encore trop limités

La lutte contre le surendettement des particuliers : des progrès encore trop limités 1 La lutte contre le surendettement des particuliers : des progrès encore trop limités PRESENTATION Le surendettement se définit 87 comme l impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne foi de faire

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE PRÉFECTURE DE LA LOZERE CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE Date de la saisine : Organisme à l'origine de la saisine : Nature de la saisine : Origine de la saisine : Bailleur Organisme payeur aides au logement

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 19 décembre 2011 relative au traitement des situations de surendettement NOR : JUSC1133274C Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, à Monsieur le premier président de

Plus en détail

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Osez l accompagnement des entreprises en difficulté Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Intervenants Eric JUSTAL, Président de la Commission du Tableau, devoirs et intérêts professionnels

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE DE Organisme instructeur : Nom et qualité de l'instructeur : DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE Date de la demande : Public : Famille Jeune Problématique Logement : Oui Non RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5870 Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 1675/13, 3, et 1675/13bis, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Pour éviter le surendettement

Pour éviter le surendettement Pour éviter le surendettement Lister et classer ses dépenses dépenses fixes ou préengagées Dépenses réalisées dans le cadre d un contrat difficilement renégociable à court terme. Ces dépenses doivent être

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9 Présentation Guide d accompagnement à l application du Règlement Intérieur 2012 à l usage des partenaires Juin 2012 page 1/9 Plan du guide Qu est-ce que le FSL? Comment saisir le Fonds? Les critères généraux

Plus en détail

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 017 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Action sociale. Le traitement du surendettement Une loi de juillet 2010 permet de réelles avancées

Action sociale. Le traitement du surendettement Une loi de juillet 2010 permet de réelles avancées Action sociale Le traitement du surendettement Une loi de juillet 2010 permet de réelles avancées L a loi Neiertz relative à «la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission Les défaillances d entreprises en Nouvelle-Calédonie en 2004 AGENCE DE NOUMÉA Août 2005 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 10 000 000 - SIRET 78 430 111 100 APE 651 A Siège social

Plus en détail

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT EN FRANCE LE MICROCRÉDIT PROFESSIONNEL LE MICROCRÉDIT PERSONNEL - Retour à l autonomie financière par la création de son propre emploi - Crédit

Plus en détail

LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS

LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS ATELIER COPROPRIÉTÉS FRAGILES Septembre 2010 IMPAYÉS DE CHARGES DE COPROPRIÉTÉ : LE RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS GUIDE à l attention des professionnels en contact avec des copropriétaires ou des copropriétés

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE

PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE PRESENTATION DETAILLEE DE LA LOI LAGARDE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION I DEVELOPPER LE CREDIT RESPONSABLE FICHE 1 Des cartes de fidélité plus responsables FICHE 2 Encadrer la publicité pour empêcher

Plus en détail