III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT."

Transcription

1 III) ENTRE POUVOIRS PUBLICS, OPINION PUBLIQUE ET ASSOCIATIONS DE DEFENSE DE LA FEMME, OUVRONS LE DEBAT. Les pouvoirs publics qui mènent, en étroite collaboration avec le secteur associatif, une politique de prévention et de traitement des violences faites aux femmes, ont ressenti la nécessité de mener rapidement une réflexion sur ce phénomène des publicités mettant en scène des comportements d exclusion et de domination à l égard des femmes. Une étude du gouvernement a porté son interrogation sur l état d évolution des moeurs et des exigences qui en découlent en termes de respect de la personne humaine. L étude de la publicité doit être menée au regard de l impératif social de prévention de la violence et de lutte contre les discriminations à l égard des femmes. Il appartient à l ensemble du corps social de s interroger sur l engagement d une responsabilité collective à l égard de phénomènes sociaux tels que les violences dont la prégnance semble être le symptôme d une crise profonde des repères. Certes, le lien entre représentation de la violence et incitation à la violence est délicat à établir, d autant que l image publicitaire se donne à voir dans un cadre précis (panneaux spéciaux dédiés à l affichage, signalétique télévisuelle, etc.), dont certains pensent qu il suffit à décoder le message et à montrer que l on n est pas dans l univers de la réalité. De même, il est également souvent allégué que le recours à la violence n est pas une exclusivité de la création publicitaire, qu elle est également présente, et de plus en plus, dans les contenus rédactionnels de magazines, dans des clips vidéos, des émissions de télévision ou des émissions de radios destinées particulièrement aux jeunes. Le caractère de mass média de certains supports confère à ces images une légitimité et une force qui se trouvent confortées, pour certaines d entre elles, par leur association à la marque de luxe qu elles représentent. Hypersexualité féminine ou «porno chic», femmes objets, femmes esclaves, femmes violées ou femmes violeuses sont banalisées par la fréquence de leur utilisation. Il en est de même des atteintes aux droits des femmes et des représentations stéréotypées que ces images évoquent. Un certain nombre d associations féministes concernant les représentations des femmes dans la publicité ont mené des actions contre des campagnes publicitaires qui présentaient des images 23

2 dégradantes ou dévalorisantes des femmes. Qu il s agisse notamment de l Association européenne contre les violences faites aux femmes (AVFT), de l Union féminine civique et sociale (UFCS) ou plus récemment de La Meute ou des Chiennes de garde, ces associations ont directement interpellé les annonceurs après la parution de publicités qu elles considéraient comme attentatoires à l image des femmes ou incitatrices à la violence. Les initiatives engagées ont permis de créer le débat et, dans certains cas, d obtenir les retraits de campagnes litigieuses. Cependant, si l attention des professionnels a bien été attirée à un moment donné, on a pu constater que le comportement lié au respect des règles d autodiscipline ne s est pas maintenu de manière constante. Ouvrons maintenant le débat ; ci dessous, quelques campagnes publicitaires regroupées par nos soins et qui nous semblent sujets à discussions. Essayons de voir où se situe la barrière entre humour, dérision et humiliation. Nous avons montré tout au long de notre travail différentes affiches que nous avons commenté selon notre propre regard, et il est intéressant de voir que nous ne sommes pas tous choqués par les mêmes images, cette limite est donc difficile à définir. Certaines de ces campagnes ont été retirées de l'espace public par le BVP, d'autres ont fait l'objet de vives réactions de la part du public, où se situe votre propre limite? SLOGGI I La campagne Slogan a été interdite à la demande du BVP le 6 octobre 2003 le BVP a demandé le 6 octobre Celle-ci mettait qui mettait en scène trois jeunes femmes en string, "dans une mise en scène érotique qui suggère qu elles se donnent en spectacle dans une boîte de strip-tease". Le BVP a considéré que la présentation de la femme est jugée "dégradante" et que l'annonceur ne respectait pas les codes de bonnes pratiques sur la représentation du corps féminin dans les campagnes de publicités. La campagne avait fait l'objet de nombreuses plaintes de consommateurs et d'élus locaux. Cette demande, au demeurant exceptionnelle pour le BVP est intervenu à un moment où le débat entre le gouvernement et les professionnels de la publicité s'anime sur la question des dérives sexistes et d'une éventuelle législation dans ce domaine. Nous n'avons pu retrouver cette affiche, mais afin de donner le ton, en voici une de la nouvelle campagne: 24

3 OPEL La campagne pour le concessionnaire automobile Opel dans laquelle une femme blonde, est présentée comme trop idiote pour comprendre que les voisins n ont pas changé de voiture mais qu ils ont simplement rabattue les sièges arrière ce qui fait qu une voiture pour 4 devient alors une voiture pour 2. En outre dans les campagnes pour les voitures, la femme est très rarement représentée au volant de la voiture sauf pour les publicités relatives à la sécurité routière. BARBARA A la demande du Bureau de vérification de la publicité (BVP), la société d'affichage JC Decaux a retiré deux des trois affiches de nouvelle campagne de la marque de lingerie féminine Barbara. Le BVP considère qu'elles portent atteinte à l'image de la femme. Il s'agit de la première «affaire» du genre depuis que le BVP a édicté de nouvelles recommandations en la matière. Les deux affiches incriminées montrent une femme en soutien-gorge disant : «Mon banquier me préfère à découvert, allez comprendre» et «Quand on me dit non, j'enlève mon pull». ET QUELQUES AUTRES EXEMPLES

4 CONCLUSION : PUBLICITE ET MORALE Publicité et morale : rien à voir entre elles sans doute car la publicité est là pour faire vendre un produit et non pour faire la morale. Et pourtant, au-delà du message commercial, elle véhicule, qu elle le veuille ou non, un message idéologique dont elle est redevable non seulement devant les générations qui montent mais aussi devant les autres pays où le respect des droits de l Homme est plus fragile que dans nos démocraties occidentales. La publicité ne crée pas le mouvement social, elle s en fait l écho. Elle cristallise les grandes tendances culturelles, sociologiques d un moment de la société et constitue à ce titre un marqueur social. Et si, précisément, la publicité est une caisse de résonance des phénomènes sociaux, les phénomènes de violence notamment, doit-elle les amplifier? Il est bien question ici de responsabilité collective car cet effet d amplification, de loupe propre aux images publicitaires leur donne un pouvoir considérable sur les mentalités collectives. De surcroît, la dictature de la beauté à laquelle sont assignées les femmes dans la publicité pourrait bien être assimilée à une dictature de la pensée. Pour reprendre les mots de Marie Victoire Louis : «cette assignation à la beauté est un enfermement discriminatoire...», sans compter le risque de nous faire prendre l apparence de la mode pour la réalité des rapports de sexe. 26

5 BIBLIOGRAPHIE Ignacio Ramonet, «La fabrique des désirs», Le Monde diplomatique, Mai Jean Pierre Teyssier, «Frapper sans heurter», Ed Armand Colin. SITES INTERNET PHOTOS ET VIDEO

6

LA PUBLICITE ET LES FEMMES

LA PUBLICITE ET LES FEMMES LA PUBLICITE ET LES FEMMES Sous la direction de Benoît D'Aiguillon Marie Chagrin Aurore Prouhet Didier Sibellas Année2007/2008 1 LA PUBLICITE ET LES FEMMES La publicité doit séduire. Dés ses débuts elle

Plus en détail

Politique opérationnelle

Politique opérationnelle Page 1 de 5 1. ÉNONCÉ La «Société» 1 a comme mission de gérer l offre de jeux de hasard et d argent de façon efficiente et responsable en favorisant l ordre, la mesure et l intérêt de la collectivité québécoise.

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

Secrétaire commerciale. Module 1 : Fiches de commerce

Secrétaire commerciale. Module 1 : Fiches de commerce Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 24 : La publicité Plan du Chapitre 24 : La publicité 1. Définition 2. Les formes de publicité 3. La réglementation publicitaire 4. Les partenaires

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

La secrétaire d État aux Droits des femmes et à la Formation professionnelle auprès de la ministre de l Emploi et de la Solidarité

La secrétaire d État aux Droits des femmes et à la Formation professionnelle auprès de la ministre de l Emploi et de la Solidarité La secrétaire d État aux Droits des femmes et à la Formation professionnelle auprès de la ministre de l Emploi et de la Solidarité Madame Brigitte GRESY Chef du service des droits des femmes et de l égalité

Plus en détail

Sondage OBEA/INFRAFORCES pour 20 minutes et France Info LES FRANCAIS ET LA SECURITE ROUTIERE

Sondage OBEA/INFRAFORCES pour 20 minutes et France Info LES FRANCAIS ET LA SECURITE ROUTIERE Sondage OBEA/INFRAFORCES pour 20 minutes et France Info LES FRANCAIS ET LA SECURITE ROUTIERE Fiche technique 2 Enquête réalisée par téléphone du 19 au 25 Mai 2011 auprès de 1006 personnes habitant la France

Plus en détail

Méthode en psychologie du travail

Méthode en psychologie du travail Méthode en psychologie du travail Le questionnaire Etape 1: Définition de l objet d enquête et analyse des moyens matériels 1) Qu est que nous voulons étudier? - On peut partir d une observation spontanée

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Sandrine Sepul Directrice du Conseil de la Publicité ASBL 1 12 mai 2011 Etats généraux des médias d information

Plus en détail

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire

Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Notes sur le cadre législatif et reglémentaire de la Côte d ivoire Par Oumar Seck Ndiaye Les textes fondamentaux LOI N 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

Plan de Communication sur la marque FIDO :

Plan de Communication sur la marque FIDO : Plan de Communication sur la marque FIDO : La marque Fido, forte de ses 50 ans de vie, est une marque qui a été connu par le passé mais qui s essouffle peu à peu. Même si elle tient une part de marché

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE 5 janvier 2005 Original : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail sécurité et circulation

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL ÉTUDE PAR CAROL-ANN RIOUX ET JEAN-PHILIPPE BEAUMONT SOUS LA DIRECTION DE LUC SAINT-HILAIRE, CHARGÉ DE COURS DES-1008 - SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE 12/12/2011 - UNIVERSITÉ

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE

REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE ET AU PARRAINAGE SUR TV5MONDE LES REGLES RELATIVES A LA PUBLICITE Constitue une publicité toute forme de message télévisé diffusé contre rémunération ou autre contrepartie

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Intervention de Brigitte Grésy, Secrétaire générale du CSEP Commission pour l égalité entre les femmes et les hommes (GEC),

Plus en détail

Expérimentation d éthologie Projet : Les Marques de cigarettes

Expérimentation d éthologie Projet : Les Marques de cigarettes Expérimentation d éthologie Projet : Les Marques de cigarettes Collège Calvin Rapport de laboratoire Cours de biologie : classe de M. Lombard, Cécilia Luyet et Introduction Remarquant à quel point le marché

Plus en détail

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes

Français, 9 e année (FRA1D) Introduction aux affaires, 9 e et 10 e année (BBI10/BBI20) 2 périodes de 70 minutes Niveau 9 Dans la présente leçon, les élèves seront amenés à mieux comprendre les rôles des institutions financières au moyen de l analyse de publicités bancaires. Après avoir effectué une recherche sur

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

Baromètre de perception de la qualité des programmes

Baromètre de perception de la qualité des programmes Baromètre de perception de la qualité des programmes Vague 1 Janvier 2013-1 - Méthodologie Recueil Etude réalisée par l Institut BVA par téléphone du 3 au 27 octobre 2012 auprès de 2002 personnes interrogées

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE Ces Précisions concernant le Signalement d un Contenu Illicite ont pour but de vous fournir une explication des questions figurant au formulaire

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore»

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» Dior est une maison de haute couture française fondée en 1947. Dès lors, elle décide de conquérir aussi le marché des parfums. C est pourquoi la même année est

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Droit de la publicité

Droit de la publicité Leçon 1 : Introduction Section 1 : Définitions juridiques de la notion de publicité 1 : Définitions légales et jurisprudentielles de la notion de publicité A Définition étroite de la notion de publicité

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Mitraillage publicitaire A Epidaure

Mitraillage publicitaire A Epidaure Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire A Epidaure Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme

Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Historique : Créée par Modifiée par Délibération n 79 du 15 juin 2005 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme Délibération n 179

Plus en détail

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION Recommandation Technique CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION 1 ère publication v1.0 : avril 2008 1 ère révision v2.0 : octobre 2013 Page 1

Plus en détail

Les amis de mes amis sont mes clients ETUDE. LittlelessConversation. Agence Conseil en Communication

Les amis de mes amis sont mes clients ETUDE. LittlelessConversation. Agence Conseil en Communication ETUDE Les amis de mes amis sont mes clients LittlelessConversation Agence Conseil en Communication AVERTISSEMENT Toutes les marques commerciales déposées ou non déposées citées dans ce document sont la

Plus en détail

LES OBJECTIFS ET LES ACTEURS DE LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS SRC1-2012

LES OBJECTIFS ET LES ACTEURS DE LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS SRC1-2012 LES OBJECTIFS ET LES ACTEURS DE LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS SRC1-2012 Définitions Par communication d entreprise, on entend l ensemble des informations, messages et signaux que l entreprise émet,

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

ANALYSER LA PUBLICITÉ

ANALYSER LA PUBLICITÉ Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans ANALYSER LA PUBLICITÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ L élève apprend à reconnaître une publicité et à

Plus en détail

Visuel publicitaire et communication interculturelle

Visuel publicitaire et communication interculturelle Visuel publicitaire et communication interculturelle Analyse sur la campagne de H&M pour la collection printemps/été de 2011 avec le mannequin Gisèle Bündchen Marie ALIN Satchimi BOUCHARLAT 1 Table des

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

KUNERT STÉPHANIE, PUBLICITÉ, GENRE ET STÉRÉOTYPES, FONTENAY-LE-COMTE, LUSSAUD, COLL. «L IMPENSÉ CONTEMPORAIN», 2014, 210 P.

KUNERT STÉPHANIE, PUBLICITÉ, GENRE ET STÉRÉOTYPES, FONTENAY-LE-COMTE, LUSSAUD, COLL. «L IMPENSÉ CONTEMPORAIN», 2014, 210 P. KUNERT STÉPHANIE, PUBLICITÉ, GENRE ET STÉRÉOTYPES, FONTENAY-LE-COMTE, LUSSAUD, COLL. «L IMPENSÉ CONTEMPORAIN», 2014, 210 P. Marie-Sherley VALZEMA Deux femmes enlacées partagent (presque) un tendre baiser

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 Étude de NCP Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 2 Étude de NCP Étude de NCP 3 Table des matières Aperçu 4 Faits saillants 5 1 2 3 Les Canadiens perçoivent la publicité de manière favorable

Plus en détail

PROPRIETE INTELLECTUELLE

PROPRIETE INTELLECTUELLE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONFIRMATION PAR LA COUR DE CASSATION DE L EXCEPTION A LA NOTION D EPUISEMENT DES DROITS DU TITULAIRE D UNE MARQUE Stéphanie YAVORDIOS Septembre 2011 La Cour de cassation a, dans

Plus en détail

La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution)

La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution) La presse quotidienne départementale et l autodiscipline publicitaire Etat des lieux (étude sur un mois de parution) Avril 2004 1 I/ SYNTHESE GENERALE DES RESULTATS Méthodologie 22 Titres différents examinés

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE

RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE RESTRICTIONS PUBLICITAIRES M6 ET W9 FENÊTRE PUBLICITAIRE SUISSE Goldbach Media est tenu de respecter les restrictions publicitaires françaises. M6 Publicité se réserve le droit de refuser des spots ou

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 17 Le franchisage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le contrat de franchise L objet du contrat La durée du contrat Les obligations du franchiseur Les obligations du franchisé

Plus en détail

Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile

Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile Gare à tes sous Avec un simple coup de fil, vider son porte-monnaie peut être facile L objectif général de cette animation est d avertir que tout n est pas gratuit sur Internet et que la navigation sur

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières

Sémiologie de l image fonctionnelle. Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières Sémiologie de l image fonctionnelle Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières «Bonnes et mauvaises images» Travail d analyse Dans le but de déterminer pourquoi et comment une image publicitaire

Plus en détail

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Président du Conseil Economique, Social et Environnemental Séminaire sur «Une nouvelle perspective pour l égalité de genre au Maroc : quelle responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition

Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition Mise sur le devant de la scène avec la publication en 1998 de l ouvrage de Marie-France HIRIGOYEN, «Le Harcèlement moral, la violence au

Plus en détail

... INSTRUCTIONS CRÉATIVES CONSTRUCTION DES À LA DU MESSAGE

... INSTRUCTIONS CRÉATIVES CONSTRUCTION DES À LA DU MESSAGE LA CRÉATION PUBLICITAIRE [ print / web ] DES INSTRUCTIONS CRÉATIVES À LA CONSTRUCTION DU MESSAGE... > 1/ les instructions créatives : définitions > 2/ stratégies publicitaires et créatives > 3/ concept

Plus en détail

Le nu dans la publicité : le regard des femmes

Le nu dans la publicité : le regard des femmes Le nu dans la publicité : le regard des femmes ARNAUD Lucile, BALL Lucille, BATTAGLIA Lydie, BOILEAU Clément, BOMPART Mario Université Michel de Montaigne, Bordeaux3, ISIC, L3, 2010 Mots clés : Femmes,

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisateur Illico mobile Mobile Table des matières Introduction... 3 Description... 4 Guide de l utilisateur d (version enrichie)... 4 Guide de l utilisateur par le Portail Vidéotron... 12

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

DIRECTIVE ET PROCÉDURE Utilisation des messages électroniques au Collège Boréal en vertu de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP)

DIRECTIVE ET PROCÉDURE Utilisation des messages électroniques au Collège Boréal en vertu de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP) DIRECTIVE ET PROCÉDURE Utilisation des messages électroniques au Collège Boréal en vertu de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP) Entrée en vigueur : 2014-10-01 Dernière modification : 2014-10-20 Approuvé

Plus en détail

VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010

VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010 VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES SUFFISAMMENT DE MORDANT? DÉCEMBRE 2010 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA VOS COMMUNICATIONS ONT-ELLES

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE conclue entre Monsieur le Préfet de L Essonne et Monsieur José RAMOS,

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Les consommateurs et les modes de paiement

Les consommateurs et les modes de paiement Enquête exclusive réalisée pour le salon Cartes 2015 Les consommateurs et les modes de paiement C1 - Connaissez-vous le principe du paiement sans contact? Non 21% Les plus jeunes connaissent plus le sans

Plus en détail

La pluriactivité : une solution attractive à manier avec précaution

La pluriactivité : une solution attractive à manier avec précaution ALERTE ACTUALITE Mois mai 2010 La pluriactivité : une solution attractive à manier avec précaution Dans le contexte de crise économique que traverse notre pays, combiner deux activités peut constituer

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Dossier de Presse SAFETY FIRST

Dossier de Presse SAFETY FIRST Dossier de Presse SAFETY FIRST 10 Février 2015 Pour vous médias, votre rôle primordial est de nous accompagner tout au long de cette campagne. Votre pierre à l édifice se traduirait par votre rôle de relais

Plus en détail

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Chronique Publicité La nouvelle recommandation du BVP Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Le BVP adopte des règles déontologiques pour encadrer les publicités. Au-delà

Plus en détail

Générer du trafic sur son site gratuitement

Générer du trafic sur son site gratuitement Générer du trafic sur son site gratuitement Un composant essentiel de «La Liste en Or", pour générer des visites qualifiées vers votre site. Avoir un blog, une squeeze page, un auto répondeur en place

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE

REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ SIXT FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS OBJECTIF

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Étude de cas «CICAD»

Étude de cas «CICAD» Étude de cas «CICAD» Digilor - Siège social - 73 Rue des Quatre Eglises - 54000 Nancy Digilor - Showroom technologique - 4 Avenue Laurent Cély - 92600 Asnières-sur-Seine contact@digilor.fr www.digilor.fr

Plus en détail

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE NOTAMMENT EN MATIÈRE DE COMMERCIALISATION DE LISTES D ADRESSES VENTE PAR CORRESPONDANCE JEUX-CONCOURS PUBLICITAIRES EDITION JUIN 2001 DE QUOI S AGIT-IL? Il n

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Guide d utilisation pratique. L information est partout. L information pertinente est ici. La référence

Guide d utilisation pratique. L information est partout. L information pertinente est ici. La référence Guide d utilisation pratique L information est partout. L information pertinente est ici. La référence La référence Ce guide a pour but d informer les utilisateurs de La référence des démarches à suivre

Plus en détail

Première journée d étude : intergénérationnel et medias. Le 7 novembre 2008

Première journée d étude : intergénérationnel et medias. Le 7 novembre 2008 Première journée d étude : intergénérationnel et medias Le 7 novembre 2008 Maison des étudiants de Bordeaux 3 Dossier de Presse Contact : 05.57.12.45.71 Corinne.destal@u-bordeaux3.fr Organisé par l ISIC

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

COMMENT RÉALISER UN BRIEF?

COMMENT RÉALISER UN BRIEF? COMMENT RÉALISER UN BRIEF? Un projet de communication démarre de la rencontre que l agence de communication fait avec un annonceur. Celui-ci formulera un besoin qu il conviendra de faire préciser afin

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET

LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET 3. PROCEDURE D INSCRIPTION 4. RESPONSABILITE 5. GARANTIE 6. SINCERITE 7. UTILISATION DU SERVICE 8. SECRET DES INFORMATIONS TRANSITANT GRACE AU SITE

Plus en détail

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

S ORIENTER DANS UNE GARE

S ORIENTER DANS UNE GARE S ORIENTER DANS UNE GARE SÉCURITÉ FERROVIAIRE Pistes d animation pour l enseignant Niveaux : École élémentaire / cycle 3 Durée : 1 à 2 séances Domaines transversaux : Maîtrise de la langue, culture humaniste

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

III. Une nouvelle cible pour les annonceurs : les blogs de filles.

III. Une nouvelle cible pour les annonceurs : les blogs de filles. III. Une nouvelle cible pour les annonceurs : les blogs de filles. Après nous être intéressés aux blogs de marque, nous allons maintenant exposer ici un phénomène récent qui intéresse tout particulièrement

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel Modèle commenté de document d information LIVRET D ACCUEIL DU PERSONNEL DES ÉTABLISSEMENTS ET S E R V I C E S S O C I A U X O U M É D I C O - S O C I A U X (voir bon de commande à la fin du document) ÉDITIONS

Plus en détail