Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school /02/15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15"

Transcription

1 Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school /02/15 1

2 Méthode pédagogique Session 1 mardi 24 fev 2015 Session 2 - mardi 24 fev 2015 Session 3 Théma&que abordée Analyse des environnements marke&ng et interna&onal Les probléma,ques du développement interna,onal Le processus d interna,onalisa,on Les différentes étapes du développement interna&onal - Le processus d exporta,on - la prépara,on à l exporta,on Le choix pays et l étude de marché Intl L étude de l offre interna,onale Les stratégies interna,onales Compétences développées Repérer les éléments du marché interna,onal propices au développement d une l entreprise MeEre en oeuvre une approche pragma,que du développement interna,onal MeEre en oeuvre une véritable stratégie d interna,onalisa,on en fonc,on des caractéris,ques marché- entreprise Faire des choix stratégiques pour l entreprise sur ses différents marchés Session 4 Le marke&ng mix interna&onal Produit Prix Distribu,on Communica,on et approche culturelle adapter le mix marke,ng de l entreprise en tenant compte des spécificités des marchés interna,onaux 24/02/15 2

3 SESSION 2 = PROCESSUS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER MARDI 24 FEV H30 16H30 24/02/15 3

4 Plan du cours 1- Evaluer le poten,el commercial de son marché 2- Prendre en compte l aspect socio culturel 3- Business case 24/02/15 4

5 1- EVALUER LE POTENTIEL COMMERCIAL DE SON MARCHÉ 24/02/15 5

6 Poten,el de marché de l industrie Es,ma,on des ventes poten,elles aeendues pour toutes les entreprises de l industrie pendant une période donnée. Le marché poten,el de l industrie est différent des ventes poten,elles de l entreprise(= la part de ventes de l industrie que l entreprise s aeend à réaliser) = taille de l opportunité La plupart des entreprises prévoient les ventes à 3 ans minimum, pour l industrie et pour l entreprise. 24/02/15 6

7 Exemples d indicateurs spécifiques à l industrie Appareil photo: Examiner les facteurs clima,ques comme le nombre moyen de jours de soleil dans une année. Equipement de laboratoire: Examiner les dépenses de l Etat pour le secteur de la santé. Equipement de refroidissement: Examiner le nombre d acheteurs ins,tu,onnels comme les restaurants, les hôtels, etc. 24/02/15 7

8 Méthodes pra,qués d es,ma,on du poten,el du marché de l industrie 1/2 Analyse de tendance: produc,on agrégée pour l industrie en,ère, en ajoutant les importa,ons et en déduisant les exporta,ons (= consomma,on apparente) Pilotage des indicateurs clés spécifiques: Caterpillar, étudie les projets de construc,on annoncés, les permis de construire, le taux de croissance des ménages et le développement des infrastructures. Pilotage des concurrents clés: si Caterpillar considère le Chili comme marché poten,el, elle étudiera l implica,on de son premier concurrent, le japonais Komatsu, sur ce marché. 24/02/15 8

9 Méthodes pra,qués d es,ma,on du poten,el du marché de l industrie 2/2 Suivre les clients clés: les fournisseurs automobile peuvent an,ciper où leurs services vont être nécessaires en suivant l expansion interna,onale de leurs clients (constructeurs automobiles). U&liser le réseau des fournisseurs: les entreprises peuvent obtenir des posi,ons leaders en enquêtant auprès de leurs fournisseurs sur leurs concurrents Par&ciper à des salons interna&onaux: les salons et foires interna,onaux sont des lieux clés pour obtenir des informa,ons de valeur sur le marché. 24/02/15 9

10 Poten,el de vente de l entreprise Es&ma&on de la part des ventes annuelles de l industrie que l entreprise espère générer sur un marché iden,fié, pendant une période donnée. Nécessite d obtenir des informa,ons affinées du marché. è Les chercheurs doivent projeter les revenus et dépenses de l entreprise pour les 3 à 5 prochaines années: très difficile! 24/02/15 10

11 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 1/4 Capacités du partenaire: les compétences et ressources du partenaire étranger déterminent la rapidité à laquelle la firme va entrer sur le marché et générer des ventes. Accès aux réseaux de distribu&on: l habilité à établir et u,liser au mieux les réseaux d intermédiaires et les infrastructures de distribu,on sur les marchés ciblés. Intensité de l environnement concurren&el: les concurrents locaux ou étrangers ont tendance à intensifier leurs efforts marke,ng quand ils sont confrontés à un nouvel entrant. 24/02/15 11

12 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 2/4 Prix et financement des ventes: le degré d aerac,vité du prix et du financement, pour les clients et les membres du réseau est crucial dans la pénétra,on du marché. Ressources humaines et financières: ces ressources sont un facteur déterminant dans la compétence et la rapidité à aeeindre le succès. 24/02/15 12

13 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 3/4 Agenda prévisionnel de pénétra&on de marché : «Entrée graduelle donne le temps de se développer et d exploiter les ressources et stratégies appropriées, mais peut céder des avantages aux concurrents, le temps de s établir sur le marché. «Entrée rapide peut mener l entreprise à surpasser ses concurrents et obtenir l avantage du first- mover, mais peut meere à l épreuve les ressources et capacités de la firme. 24/02/15 13

14 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 4/4 Liens spéciaux, contacts, capacités de la firme: le réseau étroit de l entreprise sur le marché, ses rela,ons avec ses clients, ses intermédiaires, ses fournisseurs. Réputa&on: l entreprise peut réussir plus rapidement sur un marché si les clients cibles sont déjà familiers avec la marque et sa réputa,on. 24/02/15 14

15 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 1/3 Enquête auprès des clients finaux et intermédiaires: l entreprise peut lancer une étude de marché auprès d un échan,llon de clients et de distributeurs, pour iden,fier le marché poten,el. Audits commerciaux: Managers visitent les points de vente et interrogent les intermédiaires, pour évaluer le prix rela,f des offres concurrentes et les percep,ons des forces des concurrents. è L audit peut indiquer des opportunités de nouveaux modes de distribu,on, iden,fier des types de points de ventes efficaces et montrer les forces concurren,elles de l entreprise. 24/02/15 15

16 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 2/3 Évalua&on des concurrents: l entreprise peut se benchmarker par rapport à ses principaux concurrents sur le marché ciblé et es,mer le niveau de ventes qu elle peut poten,ellement faire à leur dépends. Comment les surpasser. «Même dans les pays dominés par des concurrents, l étude de marché peut révéler des segments de clients négligés ou mal servis. 24/02/15 16

17 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 3/3 Obtenir des es&ma&ons des partenaires locaux : les collaborateurs comme les distributeurs, franchisés, licenciés ont déjà l expérience du marché et sont les mieux placés pour es,mer la part de marché et les ventes poten,elles. Efforts marke&ng limités pour tester le marché: certaines entreprises préfèrent engager des ressources limitées sur un marché étranger une sorte de marché test de manière de jauger le poten,el de ventes à long terme ou pour mieux connaître le marché. De ces premiers résultats, on peut prévoir les ventes à long terme. 24/02/15 17

18 La méthode de l analogie Faire appel à des sta,s,ques provenant d un pays / marché, pour obtenir un aperçu du même phénomène dans un autre pays / marché similaire. Si le chercheur connaît la consomma,on totale de boissons aux agrumes en Inde partant de l hypothèse que les tendances de consomma,on ne varient pas beaucoup dans le pays voisin(pakistan) une es,ma,on approxima,ve de la consomma,on au Pakistan peut être faite, en ajustant par rapport à la différence de popula,on. 24/02/15 18

19 2- PRENDRE EN COMPTE L ASPECT SOCIO CULTUREL 24/02/15 19

20 La Culture c est quoi la culture pour vous? 24/02/15 20

21 La Culture Culture est ce qui est commun à un groupe d'individus et comme ce qui le "soude". = L'ensemble des traits dis0nc0fs, spirituels et matériels, intellectuels et affec0fs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les le=res, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les tradi0ons et les croyances (Unesco) 24/02/15 21

22 La part visible et invisible de la culture 24/02/15 22

23 Les théories des dimensions culturelles A- Hall: les cultures à haut contexte et à bas contexte (communica,on) B- Hofstede: les 4 dimensions culturelles 24/02/15 23

24 A- Contexte de communica,on de HALL 24/02/15 24

25 A- Contexte de communica,on de HALL Comparaison Bas Contexte et Haut Contexte 24/02/15 25

26 A- Contexte de communica,on de HALL Comparaison Bas Contexte et Haut Contexte 24/02/15 26

27 A- Contexte de communica,on de HALL Le con&nuum contextuel des cultures 24/02/15 27

28 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Le degré de distance hiérarchique Le degré de tolérance face à l incer,tude Le niveau d individualisme Le degré de masculinité 24/02/15 28

29 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Le degré de distance hiérarchique Elément important de différencia,on culturelle na,onale: la distance hiérarchique entre un subordonné et son supérieur. Mesure le degré auxquelles membres les moins puissants des organisa,ons et des ins,tu,ons acceptent le fait que le pouvoir est répar, inégalement. Elle se mesure à la percep,on que le subordonné a du pouvoir de son chef et à ses conséquences en termes de comportement. 24/02/15 29

30 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Rela&on à l incer&tude Mesure le degré auquel une popula,on se sent menacée par les situa,ons ambigües et crée des ins,tu,ons et des croyances pour minimiser les incer,tudes Concerne les rela,ons entre l entreprise et son environnement, sa capacité à faire face à l imprévisibilité des événements. Elle fait référence à la manière dont les membres d une organisa,on abordent le risque 24/02/15 30

31 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on à l individualisme Individualisme: la tendance des membres d une popula,on à s occuper de soi- même et de sa famille proche «Dans une culture de type individualiste, les employés éprouvent un besoin de temps libre pour leur vie personnelle, augmenter leur liberté d ac,on vis- à- vis de l organisa,on. Collec&visme: la tendance des membres d une popula,on à appartenir à un groupe où chacun s occupe des autres en échange de loyauté. «Inversement, une culture communautaire se manifeste par la recherche d un rôle social, d assistance via encadrement et ac,ons de forma,on. è Hofstede observe que les pays les plus riches adoptent les comportements les plus individualistes alors que les pays les plus pauvres semblent conserver une vie communautaire. 24/02/15 31

32 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on masculine ou féminine des valeurs 1/2 Deux extrêmes d un con,nuum allant de l importance accordée aux valeurs de réussite, d argent ou de possession (valeurs masculines) à l environnement social ou à l entraide (valeurs féminines). CeEe variable joue toujours un rôle important dans certains choix fondamentaux de l organisa,on. 24/02/15 32

33 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on masculine ou féminine des valeurs 2/2 Cet élément culturel va avoir des conséquences en ma,ère d organisa,on du travail, par ex. sur la qualité de l emploi. L indice de masculinité se fond avec des critères comme la prédominance de la vie professionnelle (sur la vie privée) le rôle de l ambi,on, la préférence pour les décisions individuelles ou encore la valorisa,on par le salaire. Indice de féminité: coopéra,on, climat social, réduc,on de l anxiété, entente 24/02/15 33

34 Eléments d une culture Langages Manières et coutumes Technologies et culture matérielle Ins,tu,on sociale Educa,on Valeurs et autudes Esthé,que Religion 24/02/15 34

35 Eléments d une culture Chaque société a ses propres croyances et supers,,ons Elles donnent un sens au monde «PaEe de lapin / fer à cheval «Numéro fé,che... 24/02/15 35

36 Eléments d une culture Rituels : Comportements symboliques effectués de manière répétée et sur des séquences fixes «Le brunch du dimanche (DE) / déjeuner familial du dimanche (FR) «Le café au bureau 24/02/15 36

37 Eléments d une culture Rituels et marques : certaines marques sont fortement ancrées dans nos rituels et habitudes «Se préparer pour se coucher «Se raser «Se maquiller «Vérifier ses s. 24/02/15 37

38 Eléments d une culture Rituels «artefacts» : «Mariage «Anniversaire «Remise de diplômes «Vacances «Rituel de don/remise de cadeaux 24/02/15 38

39 Eléments d une culture Phénoméne d accultura,on «Le degré auquel la culture de l individu se mélange à la culture du pays d accueil Du «Mel,ng Pot» au «Salad Bowl» ««Mel,ng pot» = uniculturalisme centralisé dont le modèle culturel occidental demeure le référen,el. Il vise à l'endiguement des cultures (jugées sous- culturelles) et à la promo,on d'une culture unique (ex : USA 1950s ) ««Salad Bowl» = retrouver leur héritage culturel et défense des intérêts contre l hégémonie poli,co- culturelle des Euro- Américains.» L'Américain ou le bon citoyen n'est plus cet individu qui abandonne la plupart de ses préjugés pour se fondre ou s'assimiler à une culture unique euro- américaine. 24/02/15 39

40 Sous culture et micro culture Micro- culture ethnique ou raciale : groupe de consommateurs qui partagent les mêmes caractéris,ques géné,ques et culturelles. Elle détermine leurs besoins, désirs, préférences et gouts. Importance à prendre en considéra,on dans les stratégies marke,ng «Icônes et codes culturels et/ou religieux à respecter è Ex : produits liés à la religion 24/02/15 40

41 Atelier Avec l aide du cours trouver au moins 1 (voir +) autre(s) exemple(s) d entreprise/marque qui adapte leurs produits, leur offre à une culture / sous culture. MeEez en avant leurs points forts et leurs points faibles 24/02/15 41

42 Exercice Pour le prochain cours lundi 9 mars, trouvez un ar,cle qui expose le succès d une entreprise dans son lancement sur un nouveau marché. A travers cet ar,cle de presse, listez les éléments clefs de la stratégie de l entreprise ainsi que ces points forts et faiblesses. A remeere en version papier ou imprimée 24/02/15 42

43 Carole Doche Lemoine Visi,ng Professor MK6543 S1 - ESSCA 43

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise Reprise d entreprise Check- list RH en 12 étapes en bref Ce document a la modeste ambi9on de vous aider à prendre en compte des critères humains lorsque vous envisagerez de reprendre une entreprise, qu

Plus en détail

Se former aux méthodes et outils

Se former aux méthodes et outils Se former aux méthodes et outils du développement commercial Les ouls concrets du développement commercial La forma!on débute par 4 demi-journées où nous abordons les fondamentaux du développement commercial

Plus en détail

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET»

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» «COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» Chefs de projet ou toute personne ayant à communiquer en publique Comprendre et u,liser la communica,on non verbale Comprendre et u,liser le communica,on verbale

Plus en détail

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons»

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» 2014 Objec)fs de la forma)on S approprier les fiches du kit promo ECR : défini;ons, les bonnes pra;ques promo;onnelles, KPI Connaitre les types

Plus en détail

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS accompagne les entreprises vers la performance durable en combinant 3 dimensions

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail

Actualisation du Baro Métropole

Actualisation du Baro Métropole Actualisation du Baro Métropole Jeudi 4 avril 2013 www.rennes- metropole.fr 1 Pourquoi un Baro Métropole? Disposer d un ou0l transversal de suivi et de pilotage de la stratégie de développement durable

Plus en détail

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur Accompagnement Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa;vité Approches collabora;ves Intelligence collec;ve Devenir & Etre Entrepreneur Marie-Christine Cornou Consultante - Coach

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

Xtra Power Système Énergé3que

Xtra Power Système Énergé3que Xtra Power Système Énergé3que Présenté à Pradeep Du:a Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Xtra Power Système Énergé3que MANDAT: Évaluer le besoin de réaménager

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable

Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable Equalto et Evalto deux familles d outils innovants pour la conduite de projets touristiques durables Bruno Carlier Président de la Cité de

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Metz 12 mai 2015 Jérôme Watelet - Animateur Le Pack Anima,on Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Table des ma,ères Contexte Objec,fs Le Pack anima,on Ø En pra,que Facteurs clés de

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

Référen'el compétences. Modules de spécialisa'on 2015/2016

Référen'el compétences. Modules de spécialisa'on 2015/2016 Référen'el compétences Modules de spécialisa'on 2015/2016 Référentiel des compétences ENSCBP: BA-CP techniques Obtenir ou modifier des propriétés fonc.onnelles d un produit en réponse à un cahier des charges

Plus en détail

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves 1ères Rencontres richesses humaines associa1ves Pour les ACTEURS DU DLA et leurs bénéficiaires, les ASSOCIATIONS d ENVIRONNEMENT et d autres secteurs Paris, 2 et 3 décembre 2014 En partenariat avec : Prix

Plus en détail

Priorités et programme de travail du MSC pour 2015. Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015

Priorités et programme de travail du MSC pour 2015. Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015 Priorités et programme de travail du MSC pour 2015 Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015 Processus : Les priorités et le programme de travail du MSC ont été définis à par.r : Des discussions et des consulta.ons

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE DESJEPS directeur de structure et de projets IFP 236 rue du Faubourg de Roubaix - 59041 Lille Tel : 03 20 21 97 88 Fax : 03 20 36 61 65 formanim@ifp-npdc.fr D ossier d inscripon

Plus en détail

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 p. 1 3 impasse des Tourmalines 44300 Nantes Siège

Plus en détail

Object de la présenta0on

Object de la présenta0on Object de la présenta0on A par&r de la présenta&on de l ini&a&ve de la ville de Colomiers pour me4re en place une démarche de préven0on des Troubles musculosquele9ques (TMS), nous vous proposons : à la

Plus en détail

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE!

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE! SOLIDARITE L AVENTURE CONTINUE! ESPRIT D EQUIPE La Fédéraon Terre de Talents (F.T.D.T.) a été créée dans l intenon de permere à chacun de révéler ses talents et de s épanouir dans un projet professionnel

Plus en détail

ARCHITECTURE DES LICENCES «ENTRAÎNEMENT FOOTBALL» Direc&on Technique Na&onale de la Fédéra&on Ivoirienne de Football

ARCHITECTURE DES LICENCES «ENTRAÎNEMENT FOOTBALL» Direc&on Technique Na&onale de la Fédéra&on Ivoirienne de Football ARCHITECTURE DES LICENCES «ENTRAÎNEMENT FOOTBALL» Direc&on Technique Na&onale de la Fédéra&on Ivoirienne de Football Forma&ons réalisées à l étranger sur un site forma&on CAF Sélec&ons Na&onales Licence

Plus en détail

FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION

FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION Perspec'ves d ac'ons au sein des asbl montoises d aide à l intégra'on des personnes d origine étrangère Désiré NKIZAMACUMU desire.nkizamacumu@condorcet.be

Plus en détail

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Sommaire >>>> Notre vocation >> p.3 >>>> Notre projet pédagogique >> p.6 >>>> Notre offre produits >> p.11 >>>> L équipe et ses références >>

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

Services complémentaires en Outaouais

Services complémentaires en Outaouais Services complémentaires en Outaouais La réalisa4on et le succès d un main4en à domicile d une personne âgée en perte d autonomie est un travail d équipe. Les acteurs de ce=e équipe sont d abord la personne

Plus en détail

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Révélateur de nouvelles mobilités modifiant le travail Quelques «idées» sur l évolu=on du travail vers plus ou moins de mobilité au service de la créa=on d avantages

Plus en détail

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Atouts du vélo en entreprise Pour l employeur Allégement de la pression sur le sta/onnement Meilleure produc/vité

Plus en détail

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut CONTENT MARKETING A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 01 Marke3ng de Contenu Ecosytème Editorial Offre & Ou3ls Azimut Content Marke3ng Méthodologie Content management Qui sommes-

Plus en détail

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Le «Projet Personnel et Professionnel» est apparu dans toutes les spécialités de Diplôme Universitaire de Technologie en 2005. Cee introducon généralisée,

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Accompagner les généra/ons futures par le coaching Accompagner les généra/ons futures par le coaching Elèves, étudiants, jeunes diplômés : les aider à s orienter, se mo/ver, trouver du sens à ce qu ils font. Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Plus en détail

WARBY PARKER. Croissance et responsabilité sociale. Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL

WARBY PARKER. Croissance et responsabilité sociale. Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL WARBY PARKER Croissance et responsabilité sociale Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL AGENDA CONTEXTE ET ANALYSE OPTIONS ET RISQUES ANALYSE FINANCIÈRE

Plus en détail

Economie sociale et transi.ons polycentriques

Economie sociale et transi.ons polycentriques Economie sociale et transi.ons polycentriques Thomas Bauwens et Sybille Mertens Congrès des économistes belges de langue française Commission 4 Quelle économie dans une ère post- croissance? 26 novembre

Plus en détail

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module Semaine CREDIGE Module d ouverture Objec'fs du module Les projets d équipes Oser Une Idée... l Entreprise L encadrement Programme Jour 1 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi Jour 2 Jour 3 Jour

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

ORDRE du JOUR. BO n 15 du 11.04

ORDRE du JOUR. BO n 15 du 11.04 2013-2014 BO n 15 du 11.04 ORDRE du JOUR Lettre de rentrée recteur Priorités - nouveau référentiel BO n 30 du 25 juillet 2013 Missions coordonnateur Chiffres académie - Résultats au DNB Actualités académiques

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Le dirigeant de PME: il vous est demandé Mais parfois vous vous sentez un peu seul Le passage de «Mon

Plus en détail

Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile

Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile MARIO PARADA, MARÍA INÉS ROMERO, FABIÁN MORAGA Diego Muñoz, Marcela Gómez, Denisse Arellano Ecoles de Médecine au Chili Le Chili,

Plus en détail

CDB Marke*ng Conseil. Présenta*on Février 2012. CDB Marke*ng Conseil 22/02/12 1

CDB Marke*ng Conseil. Présenta*on Février 2012. CDB Marke*ng Conseil 22/02/12 1 Présenta*on Février 2012 1 Sommaire 1. Posi*onnement p 3 2. Présenta*on de notre offre p 4 1. Stratégie marke*ng p 5 2. Audit de performances p 7 3. Accompagnement de porteurs de projets p 10 3. Références

Plus en détail

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014(

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014( LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(formaon(2014( Qui sommes nous? Cadre Technique Fédéral ou entraîneur de Haut Niveau, le sport en général et le basketballenpar=culierontéténoschamps d expression privilégiés,

Plus en détail

Traçabilité extrêmement difficile. Dimension interna:onale

Traçabilité extrêmement difficile. Dimension interna:onale Rapidité Anonymat Traçabilité extrêmement difficile Dimension interna:onale La compétence juridic:onnelle CJUE 3 octobre 2013 Pinckney : en ma'ère d a,einte aux droits patrimoniaux d auteur, le li'ge peut

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a Annexe 3 Présenta4on de l organisa4on du mouvement Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée 3 principes Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a fonctionné, et on corrige ce

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Présentation AGILEA Octobre 2014

Présentation AGILEA Octobre 2014 Présentation AGILEA Octobre 2014 AGILEA est une société regroupant des experts au service de la performance supply chain. Créée en 2009, AGILEA propose en France et à l interna?onal du conseil et de la

Plus en détail

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques Sarah Landry, Ph. D. Professeure- chercheuse Faculté des sciences de l éduca*on Université de Montréal Courriel: sarah.landry@umontreal.ca

Plus en détail

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX Dans l introduc/on, nous avons fait l hypothèse qu un producteur ou un consommateur devait maximiser quelques chose dans un contexte de

Plus en détail

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Les mé+ers du social et des Ressources Humaines Directeur des Ressources humaines, psychologues, éducateur spor7f, assistant familial, conseiller

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire DES VALEURS CHARGÉES D HISTOIRE Les premières organisa.ons de l économie sociale sont en effet nées au XIX ème siècle, en réponse à la brutalité de la révolu.on industrielle.

Plus en détail

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP Fiche pra*que 3 Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP La loi vise à favoriser la négocia2on collec2ve et l informa2on des instances représenta2ves du personnel (IRP) sur la forma2on

Plus en détail

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Version 1.0 du 28 février 2011 Terre & Ciel 2011 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 2 rue Robert le Ricolais

Plus en détail

L Ecole dans le Tarn. rentrée 2015

L Ecole dans le Tarn. rentrée 2015 L Ecole dans le Tarn rentrée 2015 Edito Etape déterminante pour poursuivre les objecfs fixés par la Loi de Refonda- on de l Ecole de la République, la rentrée 2015 sera marquée par ces nouveaux chaners

Plus en détail

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014.

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014. Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL Les projets et Démarches de dématérialisa3on Séminaire de restitution 29 Mars 2014! M2M Group Dématérialisa+on: Défini+on et Impacts Directs Dématérialisa+on

Plus en détail

Éduca&on à la sexualité en milieu scolaire

Éduca&on à la sexualité en milieu scolaire Éduca&on à la sexualité en milieu scolaire Véronique Gasté Cheffe du bureau de la santé, de l ac8on sociale et de la sécurité DGESCO / bureau de la santé, de l ac8on sociale et de la sécurité 10 juin 2015

Plus en détail

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux en partenariat avec : Pe1t- déjeuner du 13 janvier 2015 2014 Harris Interac1ve Inc. All rights reserved. SOMMAIRE > Méthodologie d enquête

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015 www.familles-a-energie-positive.fr L Agence de l énergie du Val- de- Marne L Agence de l énergie du Val- de- Marne : Est portée

Plus en détail

Aires métropolitaines: les rôles de l enseignement supérieur et de la recherche en faveur de l innova9on

Aires métropolitaines: les rôles de l enseignement supérieur et de la recherche en faveur de l innova9on MIoIR Aires métropolitaines: les rôles de l enseignement supérieur et de la recherche en faveur de l innova9on Philippe Larédo, Comite consulta9f ESRI de Bordeaux Métropole 23 octobre 2015 Préambule Les

Plus en détail

Vision, Stratégie Changement Leadership

Vision, Stratégie Changement Leadership Cabinet de Conseil et de Développement des Hommes et des Organisations Vision, Stratégie Changement Leadership Accompagnement humain des réorganisations Optimisation managériale et relationnelle Cohésion

Plus en détail

«Comprendre et agir sur l absentéisme dans les mé4ers de la rela4on à distance»

«Comprendre et agir sur l absentéisme dans les mé4ers de la rela4on à distance» «Comprendre et agir sur l absentéisme dans les mé4ers de la rela4on à distance» MATINALE ARACT 15 Mai 2014 Cindy LEMETTRE (ARACT Nord- Pas- de- Calais) Pascale JEAN (Cité des Entreprises) La ma@nale de

Plus en détail

Dossier de presse Toulouse Nocturne 2015. Conférence de presse de rentrée Maire de la Nuit de Toulouse. 30 septembre 2015

Dossier de presse Toulouse Nocturne 2015. Conférence de presse de rentrée Maire de la Nuit de Toulouse. 30 septembre 2015 Dossier de presse Toulouse Nocturne 2015 Conférence de presse de rentrée Maire de la Nuit de Toulouse 30 septembre 2015 Toulouse Nocturne - Quand la nuit porte conseil - 6 rue Gambe8a 31000 Toulouse. Associa=on

Plus en détail

Warby Parker. Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal. Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné.

Warby Parker. Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal. Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné. Warby Parker Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Warby Parker MANDAT: Établir une stratégie de croissance durable

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

Les ins'tu'ons du livre face à la "Culture numérique" des "Digitals na'ves"

Les ins'tu'ons du livre face à la Culture numérique des Digitals na'ves Les ins'tu'ons du livre face à la "Culture numérique" des "Digitals na'ves" Le cas de la région PACA Laurent Collet, Michel Durampart, Maud Pélissier Introduc'on Relecture d une série de recherche Usage

Plus en détail

2 ème édition Course Relais Interentreprises de Créteil. Base de Loisirs

2 ème édition Course Relais Interentreprises de Créteil. Base de Loisirs 2 ème édition Course Relais Interentreprises de Créteil Base de Loisirs Jeudi 16 octobre 2014 A l interna+onal L associa(on Fondée en 1968 par Eunice SHRIVER KENNEDY, Special Olympics est aujourd hui la

Plus en détail

Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs

Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs Béatrice GUYNAMANT Ma1nale Recherche de l'eifr 23 novembre 2012 1 Sommaire Probléma+que et ques+ons

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

Temps d échange sur le Lean

Temps d échange sur le Lean Temps d échange sur le Lean Comité d orienta7on de l Itmd Atelier collec7f 3 février 2015 Atelier animé et res7tué par Elsa Bonal Déjà- là Table des ma7ères 1. La démarche de cet atelier collec7f 2. Repères

Plus en détail

Innova&on et R&D. 12 juin 2013. Amaël GRIVEL

Innova&on et R&D. 12 juin 2013. Amaël GRIVEL Innova&on et R&D 12 juin 2013 Amaël GRIVEL Sommaire Présentation L innovation, la recherche, le développement Historique de la R&D au sein du groupe La méthodologie des projets de recherche Retour d expériences

Plus en détail

Les formations 2015!!! Développer son potentiel de leader : moins de stress, plus d efficacité, d épanouissement et de bien-être

Les formations 2015!!! Développer son potentiel de leader : moins de stress, plus d efficacité, d épanouissement et de bien-être Les formations 2015!!! Développer son potentiel de leader : moins de stress, plus d efficacité, d épanouissement et de bien-être Moins d effort et plus d impact tout en restant authen4que L approche Présence

Plus en détail

Un an d open data à Montpellier

Un an d open data à Montpellier Un an d open data à Montpellier De la mise en ligne à la réu/lisa/on en passant par l anima/on Jean Marie Bourgogne Jérémie Valen/n Journées SIG La Le

Plus en détail

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous!

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Présentateur Joël Villeneuve Vice- président, Vente et Marke:ng Josée Boudreault Directrice stratégique L internet n a pas changé que les TIC,

Plus en détail

Audit énergétique de copropriétés fiable, utile et indépendant

Audit énergétique de copropriétés fiable, utile et indépendant Dimitri Molle 06 07 08 84 66 dimitri.molle@senova.fr Audit énergétique de copropriétés fiable, utile et indépendant Une presta*on obligatoire avant le 31 décembre 2016 Sommaire Présenta4on de Sénova Tout

Plus en détail

HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO

HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO DROIT DES AFFAIRES HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO 23, rue Vernet 75008 Paris France Tél: + 33 (0)1 82 28 95 90 Fax: +33 (0)1 82 28 95 95 TABLE DES MATIERES Le Cabinet Pra5que du

Plus en détail

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015 Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3 Année universitaire 2014-2015 Intervenants de la présenta3on Responsables de la forma/on Bogdan Cau/s, bogdan.cau/s@u- psud.fr Jean-

Plus en détail

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ÉCONOMIQUE DE L INTÉRÊT COMPARÉ ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ASSEMBLÉE NATIONALE MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2011 SOMMAIRE CARTON

Plus en détail

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013 Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal Lundi 23 septembre 2013 Rappel : les normes du droit français Primauté des normes supérieures sur les normes inférieures (hiérarchie des normes)

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

Qu est- ce qu un Mentor?

Qu est- ce qu un Mentor? Qu est- ce qu un Mentor? Défini'on d un Mentor Un mentor est quelqu un qui a de l avance sur le chemin que je veux suivre. Si je veux devenir une superstar du catch, je m adresserai certainement à The

Plus en détail

Managment de la qualité Management de la qualité ISO 9001, 14001, 18001 iso TS...

Managment de la qualité Management de la qualité ISO 9001, 14001, 18001 iso TS... 1 sur 6 08/09/2012 21:38 Managment de la qualité Management de la qualité ISO 9001, 14001, 18001 iso TS... FAQ Rechercher Membres Groupes S enregistrer Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés

Plus en détail

Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest

Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest February, 22, 2011 Influences de la Banque mondiale sur les poli3ques éduca3ves en Afrique de l Ouest Thibaut Lauwerier Université de Genève 1 Plan 1. L éduca*on en Afrique de l Ouest 2. La Banque mondiale

Plus en détail

Coopération Textile dans la Zone EuroMed

Coopération Textile dans la Zone EuroMed Conférence de clôture du projet TEMP Coopération Textile dans la Zone EuroMed Jeudi 4 Octobre, TEXMED 2012 Parc des Exposi

Plus en détail

«UN REIN C EST PAS RIEN»

«UN REIN C EST PAS RIEN» Nom de l en?té déposante : ICOM agence Agence conseil : ICOM Annonceur : La Fédéra7on Na7onale d Aide aux Insuffisants Rénaux Midi- Pyrénées en partenariat avec la Clinique néphrologique Saint- Exupéry

Plus en détail

Choisir son prestataire de services en Outplacement

Choisir son prestataire de services en Outplacement Choisir son prestataire de services en Outplacement Pascal L Favre Eva von Rohr Jacques Bussy Salon RH Genève 30 septembre 2015 ACF Switzerland Fondée en 2004, Associa1on à but non lucra1f inscrite au

Plus en détail

Décisions Dif*iciles. Plan de ges*on de crise. Mary- Gaëlle Poyade Marco D Angelo Yuani Fragata Grace Aoun

Décisions Dif*iciles. Plan de ges*on de crise. Mary- Gaëlle Poyade Marco D Angelo Yuani Fragata Grace Aoun Décisions Dif*iciles Plan de ges*on de crise MaryGaëlle Poyade Marco D Angelo Yuani Fragata Grace Aoun Les parties prenantes Employés Gouverne ment Ac/onnaires PDG Syndicats Clients Fournisseurs Famille

Plus en détail

Guide juridique : La réforme en pra3que

Guide juridique : La réforme en pra3que Guide juridique : La réforme en pra3que Fiche pra3que 1 Le compte personnel de forma3on Le compte personnel de forma0on Principes fondamentaux C est un compte universel a7aché à la personne pendant les

Plus en détail

La Société Des décisions difficiles Présenté au Chef de la direc5on Renée Durocher Kyriam Lachapel e Cons UL tants Amy Laliberté Laval Dominic Chaîné

La Société Des décisions difficiles Présenté au Chef de la direc5on Renée Durocher Kyriam Lachapel e Cons UL tants Amy Laliberté Laval Dominic Chaîné La Société Des décisions difficiles Présenté au Chef de la direc5on Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Mandat Vous présenter: Comment prioriser les ac5ons à

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objec-fs de l enquête.p. 3 Méthodologie p. 4 Résultats Mobilité professionnelle Une

Plus en détail

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE COLLOQUE INTERNATIONAL «LE NUMÉRIQUE POUR ENSEIGNER AUTREMENT» 27 ET 28 JUIN 2014 UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER

Plus en détail

DONNEES DE LA RECHERCHE. F.André DIRBUIST 2014

DONNEES DE LA RECHERCHE. F.André DIRBUIST 2014 1 0 DONNEES DE LA RECHERCHE Evolu9ons des pra9ques de recherche Science numérique La science n échappe pas aux transforma9ons de la société : technologies, instantanéité de la communica9on, automa9sa9on,

Plus en détail

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Stéphane Gasch Directeur des études informa:ques du CSOEC

Plus en détail

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES Positionnement / Stratégie de communication ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES SYNTHÈSE 9 MARS 2013 LE DIAGNOSTIC Les grandes observations La qualité et le travail, des exigences absolues La qualité de la programma;on

Plus en détail