Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school /02/15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15"

Transcription

1 Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school /02/15 1

2 Méthode pédagogique Session 1 mardi 24 fev 2015 Session 2 - mardi 24 fev 2015 Session 3 Théma&que abordée Analyse des environnements marke&ng et interna&onal Les probléma,ques du développement interna,onal Le processus d interna,onalisa,on Les différentes étapes du développement interna&onal - Le processus d exporta,on - la prépara,on à l exporta,on Le choix pays et l étude de marché Intl L étude de l offre interna,onale Les stratégies interna,onales Compétences développées Repérer les éléments du marché interna,onal propices au développement d une l entreprise MeEre en oeuvre une approche pragma,que du développement interna,onal MeEre en oeuvre une véritable stratégie d interna,onalisa,on en fonc,on des caractéris,ques marché- entreprise Faire des choix stratégiques pour l entreprise sur ses différents marchés Session 4 Le marke&ng mix interna&onal Produit Prix Distribu,on Communica,on et approche culturelle adapter le mix marke,ng de l entreprise en tenant compte des spécificités des marchés interna,onaux 24/02/15 2

3 SESSION 2 = PROCESSUS D INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER MARDI 24 FEV H30 16H30 24/02/15 3

4 Plan du cours 1- Evaluer le poten,el commercial de son marché 2- Prendre en compte l aspect socio culturel 3- Business case 24/02/15 4

5 1- EVALUER LE POTENTIEL COMMERCIAL DE SON MARCHÉ 24/02/15 5

6 Poten,el de marché de l industrie Es,ma,on des ventes poten,elles aeendues pour toutes les entreprises de l industrie pendant une période donnée. Le marché poten,el de l industrie est différent des ventes poten,elles de l entreprise(= la part de ventes de l industrie que l entreprise s aeend à réaliser) = taille de l opportunité La plupart des entreprises prévoient les ventes à 3 ans minimum, pour l industrie et pour l entreprise. 24/02/15 6

7 Exemples d indicateurs spécifiques à l industrie Appareil photo: Examiner les facteurs clima,ques comme le nombre moyen de jours de soleil dans une année. Equipement de laboratoire: Examiner les dépenses de l Etat pour le secteur de la santé. Equipement de refroidissement: Examiner le nombre d acheteurs ins,tu,onnels comme les restaurants, les hôtels, etc. 24/02/15 7

8 Méthodes pra,qués d es,ma,on du poten,el du marché de l industrie 1/2 Analyse de tendance: produc,on agrégée pour l industrie en,ère, en ajoutant les importa,ons et en déduisant les exporta,ons (= consomma,on apparente) Pilotage des indicateurs clés spécifiques: Caterpillar, étudie les projets de construc,on annoncés, les permis de construire, le taux de croissance des ménages et le développement des infrastructures. Pilotage des concurrents clés: si Caterpillar considère le Chili comme marché poten,el, elle étudiera l implica,on de son premier concurrent, le japonais Komatsu, sur ce marché. 24/02/15 8

9 Méthodes pra,qués d es,ma,on du poten,el du marché de l industrie 2/2 Suivre les clients clés: les fournisseurs automobile peuvent an,ciper où leurs services vont être nécessaires en suivant l expansion interna,onale de leurs clients (constructeurs automobiles). U&liser le réseau des fournisseurs: les entreprises peuvent obtenir des posi,ons leaders en enquêtant auprès de leurs fournisseurs sur leurs concurrents Par&ciper à des salons interna&onaux: les salons et foires interna,onaux sont des lieux clés pour obtenir des informa,ons de valeur sur le marché. 24/02/15 9

10 Poten,el de vente de l entreprise Es&ma&on de la part des ventes annuelles de l industrie que l entreprise espère générer sur un marché iden,fié, pendant une période donnée. Nécessite d obtenir des informa,ons affinées du marché. è Les chercheurs doivent projeter les revenus et dépenses de l entreprise pour les 3 à 5 prochaines années: très difficile! 24/02/15 10

11 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 1/4 Capacités du partenaire: les compétences et ressources du partenaire étranger déterminent la rapidité à laquelle la firme va entrer sur le marché et générer des ventes. Accès aux réseaux de distribu&on: l habilité à établir et u,liser au mieux les réseaux d intermédiaires et les infrastructures de distribu,on sur les marchés ciblés. Intensité de l environnement concurren&el: les concurrents locaux ou étrangers ont tendance à intensifier leurs efforts marke,ng quand ils sont confrontés à un nouvel entrant. 24/02/15 11

12 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 2/4 Prix et financement des ventes: le degré d aerac,vité du prix et du financement, pour les clients et les membres du réseau est crucial dans la pénétra,on du marché. Ressources humaines et financières: ces ressources sont un facteur déterminant dans la compétence et la rapidité à aeeindre le succès. 24/02/15 12

13 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 3/4 Agenda prévisionnel de pénétra&on de marché : «Entrée graduelle donne le temps de se développer et d exploiter les ressources et stratégies appropriées, mais peut céder des avantages aux concurrents, le temps de s établir sur le marché. «Entrée rapide peut mener l entreprise à surpasser ses concurrents et obtenir l avantage du first- mover, mais peut meere à l épreuve les ressources et capacités de la firme. 24/02/15 13

14 Facteurs déterminants des ventes poten,elles de l entreprise 4/4 Liens spéciaux, contacts, capacités de la firme: le réseau étroit de l entreprise sur le marché, ses rela,ons avec ses clients, ses intermédiaires, ses fournisseurs. Réputa&on: l entreprise peut réussir plus rapidement sur un marché si les clients cibles sont déjà familiers avec la marque et sa réputa,on. 24/02/15 14

15 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 1/3 Enquête auprès des clients finaux et intermédiaires: l entreprise peut lancer une étude de marché auprès d un échan,llon de clients et de distributeurs, pour iden,fier le marché poten,el. Audits commerciaux: Managers visitent les points de vente et interrogent les intermédiaires, pour évaluer le prix rela,f des offres concurrentes et les percep,ons des forces des concurrents. è L audit peut indiquer des opportunités de nouveaux modes de distribu,on, iden,fier des types de points de ventes efficaces et montrer les forces concurren,elles de l entreprise. 24/02/15 15

16 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 2/3 Évalua&on des concurrents: l entreprise peut se benchmarker par rapport à ses principaux concurrents sur le marché ciblé et es,mer le niveau de ventes qu elle peut poten,ellement faire à leur dépends. Comment les surpasser. «Même dans les pays dominés par des concurrents, l étude de marché peut révéler des segments de clients négligés ou mal servis. 24/02/15 16

17 Méthodes et pra,ques pour l es,ma,on / la vente d une entreprise 3/3 Obtenir des es&ma&ons des partenaires locaux : les collaborateurs comme les distributeurs, franchisés, licenciés ont déjà l expérience du marché et sont les mieux placés pour es,mer la part de marché et les ventes poten,elles. Efforts marke&ng limités pour tester le marché: certaines entreprises préfèrent engager des ressources limitées sur un marché étranger une sorte de marché test de manière de jauger le poten,el de ventes à long terme ou pour mieux connaître le marché. De ces premiers résultats, on peut prévoir les ventes à long terme. 24/02/15 17

18 La méthode de l analogie Faire appel à des sta,s,ques provenant d un pays / marché, pour obtenir un aperçu du même phénomène dans un autre pays / marché similaire. Si le chercheur connaît la consomma,on totale de boissons aux agrumes en Inde partant de l hypothèse que les tendances de consomma,on ne varient pas beaucoup dans le pays voisin(pakistan) une es,ma,on approxima,ve de la consomma,on au Pakistan peut être faite, en ajustant par rapport à la différence de popula,on. 24/02/15 18

19 2- PRENDRE EN COMPTE L ASPECT SOCIO CULTUREL 24/02/15 19

20 La Culture c est quoi la culture pour vous? 24/02/15 20

21 La Culture Culture est ce qui est commun à un groupe d'individus et comme ce qui le "soude". = L'ensemble des traits dis0nc0fs, spirituels et matériels, intellectuels et affec0fs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les le=res, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les tradi0ons et les croyances (Unesco) 24/02/15 21

22 La part visible et invisible de la culture 24/02/15 22

23 Les théories des dimensions culturelles A- Hall: les cultures à haut contexte et à bas contexte (communica,on) B- Hofstede: les 4 dimensions culturelles 24/02/15 23

24 A- Contexte de communica,on de HALL 24/02/15 24

25 A- Contexte de communica,on de HALL Comparaison Bas Contexte et Haut Contexte 24/02/15 25

26 A- Contexte de communica,on de HALL Comparaison Bas Contexte et Haut Contexte 24/02/15 26

27 A- Contexte de communica,on de HALL Le con&nuum contextuel des cultures 24/02/15 27

28 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Le degré de distance hiérarchique Le degré de tolérance face à l incer,tude Le niveau d individualisme Le degré de masculinité 24/02/15 28

29 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Le degré de distance hiérarchique Elément important de différencia,on culturelle na,onale: la distance hiérarchique entre un subordonné et son supérieur. Mesure le degré auxquelles membres les moins puissants des organisa,ons et des ins,tu,ons acceptent le fait que le pouvoir est répar, inégalement. Elle se mesure à la percep,on que le subordonné a du pouvoir de son chef et à ses conséquences en termes de comportement. 24/02/15 29

30 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Rela&on à l incer&tude Mesure le degré auquel une popula,on se sent menacée par les situa,ons ambigües et crée des ins,tu,ons et des croyances pour minimiser les incer,tudes Concerne les rela,ons entre l entreprise et son environnement, sa capacité à faire face à l imprévisibilité des événements. Elle fait référence à la manière dont les membres d une organisa,on abordent le risque 24/02/15 30

31 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on à l individualisme Individualisme: la tendance des membres d une popula,on à s occuper de soi- même et de sa famille proche «Dans une culture de type individualiste, les employés éprouvent un besoin de temps libre pour leur vie personnelle, augmenter leur liberté d ac,on vis- à- vis de l organisa,on. Collec&visme: la tendance des membres d une popula,on à appartenir à un groupe où chacun s occupe des autres en échange de loyauté. «Inversement, une culture communautaire se manifeste par la recherche d un rôle social, d assistance via encadrement et ac,ons de forma,on. è Hofstede observe que les pays les plus riches adoptent les comportements les plus individualistes alors que les pays les plus pauvres semblent conserver une vie communautaire. 24/02/15 31

32 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on masculine ou féminine des valeurs 1/2 Deux extrêmes d un con,nuum allant de l importance accordée aux valeurs de réussite, d argent ou de possession (valeurs masculines) à l environnement social ou à l entraide (valeurs féminines). CeEe variable joue toujours un rôle important dans certains choix fondamentaux de l organisa,on. 24/02/15 32

33 B- Les dimensions culturelles de Gert Hofstede Orienta&on masculine ou féminine des valeurs 2/2 Cet élément culturel va avoir des conséquences en ma,ère d organisa,on du travail, par ex. sur la qualité de l emploi. L indice de masculinité se fond avec des critères comme la prédominance de la vie professionnelle (sur la vie privée) le rôle de l ambi,on, la préférence pour les décisions individuelles ou encore la valorisa,on par le salaire. Indice de féminité: coopéra,on, climat social, réduc,on de l anxiété, entente 24/02/15 33

34 Eléments d une culture Langages Manières et coutumes Technologies et culture matérielle Ins,tu,on sociale Educa,on Valeurs et autudes Esthé,que Religion 24/02/15 34

35 Eléments d une culture Chaque société a ses propres croyances et supers,,ons Elles donnent un sens au monde «PaEe de lapin / fer à cheval «Numéro fé,che... 24/02/15 35

36 Eléments d une culture Rituels : Comportements symboliques effectués de manière répétée et sur des séquences fixes «Le brunch du dimanche (DE) / déjeuner familial du dimanche (FR) «Le café au bureau 24/02/15 36

37 Eléments d une culture Rituels et marques : certaines marques sont fortement ancrées dans nos rituels et habitudes «Se préparer pour se coucher «Se raser «Se maquiller «Vérifier ses s. 24/02/15 37

38 Eléments d une culture Rituels «artefacts» : «Mariage «Anniversaire «Remise de diplômes «Vacances «Rituel de don/remise de cadeaux 24/02/15 38

39 Eléments d une culture Phénoméne d accultura,on «Le degré auquel la culture de l individu se mélange à la culture du pays d accueil Du «Mel,ng Pot» au «Salad Bowl» ««Mel,ng pot» = uniculturalisme centralisé dont le modèle culturel occidental demeure le référen,el. Il vise à l'endiguement des cultures (jugées sous- culturelles) et à la promo,on d'une culture unique (ex : USA 1950s ) ««Salad Bowl» = retrouver leur héritage culturel et défense des intérêts contre l hégémonie poli,co- culturelle des Euro- Américains.» L'Américain ou le bon citoyen n'est plus cet individu qui abandonne la plupart de ses préjugés pour se fondre ou s'assimiler à une culture unique euro- américaine. 24/02/15 39

40 Sous culture et micro culture Micro- culture ethnique ou raciale : groupe de consommateurs qui partagent les mêmes caractéris,ques géné,ques et culturelles. Elle détermine leurs besoins, désirs, préférences et gouts. Importance à prendre en considéra,on dans les stratégies marke,ng «Icônes et codes culturels et/ou religieux à respecter è Ex : produits liés à la religion 24/02/15 40

41 Atelier Avec l aide du cours trouver au moins 1 (voir +) autre(s) exemple(s) d entreprise/marque qui adapte leurs produits, leur offre à une culture / sous culture. MeEez en avant leurs points forts et leurs points faibles 24/02/15 41

42 Exercice Pour le prochain cours lundi 9 mars, trouvez un ar,cle qui expose le succès d une entreprise dans son lancement sur un nouveau marché. A travers cet ar,cle de presse, listez les éléments clefs de la stratégie de l entreprise ainsi que ces points forts et faiblesses. A remeere en version papier ou imprimée 24/02/15 42

43 Carole Doche Lemoine Visi,ng Professor MK6543 S1 - ESSCA 43

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons»

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» 2014 Objec)fs de la forma)on S approprier les fiches du kit promo ECR : défini;ons, les bonnes pra;ques promo;onnelles, KPI Connaitre les types

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise Reprise d entreprise Check- list RH en 12 étapes en bref Ce document a la modeste ambi9on de vous aider à prendre en compte des critères humains lorsque vous envisagerez de reprendre une entreprise, qu

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET»

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» «COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» Chefs de projet ou toute personne ayant à communiquer en publique Comprendre et u,liser la communica,on non verbale Comprendre et u,liser le communica,on verbale

Plus en détail

Se former aux méthodes et outils

Se former aux méthodes et outils Se former aux méthodes et outils du développement commercial Les ouls concrets du développement commercial La forma!on débute par 4 demi-journées où nous abordons les fondamentaux du développement commercial

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014

Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014 Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014 LES 7 CLES POUR UN SITE INTERNET EFFICACE www.internetbusinessbooster.com Table des ma?ères LE PRINCIPE DE BASE POUR UN SITE QUI PARTICIPE AUX VENTES p.

Plus en détail

Xtra Power Système Énergé3que

Xtra Power Système Énergé3que Xtra Power Système Énergé3que Présenté à Pradeep Du:a Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Xtra Power Système Énergé3que MANDAT: Évaluer le besoin de réaménager

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

WARBY PARKER. Croissance et responsabilité sociale. Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL

WARBY PARKER. Croissance et responsabilité sociale. Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL WARBY PARKER Croissance et responsabilité sociale Mary- Gaëlle Poyade Grace Aoun Marco D Angelo Yuani Fragata GROUPE CONSULTATION HEC MONTRÉAL AGENDA CONTEXTE ET ANALYSE OPTIONS ET RISQUES ANALYSE FINANCIÈRE

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Metz 12 mai 2015 Jérôme Watelet - Animateur Le Pack Anima,on Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Table des ma,ères Contexte Objec,fs Le Pack anima,on Ø En pra,que Facteurs clés de

Plus en détail

Faire une étude de marché I et II. Michel Grenier, MBA

Faire une étude de marché I et II. Michel Grenier, MBA Faire une étude de marché I et II Michel Grenier, MBA Au menu ce midi Étude de marché Que feriez vous et comment? Environnement PESTEL La segmentation Le marché Son positionnement Le rapport Le Centre

Plus en détail

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 p. 1 3 impasse des Tourmalines 44300 Nantes Siège

Plus en détail

Référen'el compétences. Modules de spécialisa'on 2015/2016

Référen'el compétences. Modules de spécialisa'on 2015/2016 Référen'el compétences Modules de spécialisa'on 2015/2016 Référentiel des compétences ENSCBP: BA-CP techniques Obtenir ou modifier des propriétés fonc.onnelles d un produit en réponse à un cahier des charges

Plus en détail

Innova&on et R&D. 12 juin 2013. Amaël GRIVEL

Innova&on et R&D. 12 juin 2013. Amaël GRIVEL Innova&on et R&D 12 juin 2013 Amaël GRIVEL Sommaire Présentation L innovation, la recherche, le développement Historique de la R&D au sein du groupe La méthodologie des projets de recherche Retour d expériences

Plus en détail

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves 1ères Rencontres richesses humaines associa1ves Pour les ACTEURS DU DLA et leurs bénéficiaires, les ASSOCIATIONS d ENVIRONNEMENT et d autres secteurs Paris, 2 et 3 décembre 2014 En partenariat avec : Prix

Plus en détail

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP Fiche pra*que 3 Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP La loi vise à favoriser la négocia2on collec2ve et l informa2on des instances représenta2ves du personnel (IRP) sur la forma2on

Plus en détail

FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION

FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION FRANCAIS LANGUE ETRANGERE COMME OUTIL D INTEGRATION Perspec'ves d ac'ons au sein des asbl montoises d aide à l intégra'on des personnes d origine étrangère Désiré NKIZAMACUMU desire.nkizamacumu@condorcet.be

Plus en détail

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre

Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Forum des mé+ers Rotary club de Mar+gues Etang de Berre Les mé+ers du social et des Ressources Humaines Directeur des Ressources humaines, psychologues, éducateur spor7f, assistant familial, conseiller

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Qu est- ce qu un Mentor?

Qu est- ce qu un Mentor? Qu est- ce qu un Mentor? Défini'on d un Mentor Un mentor est quelqu un qui a de l avance sur le chemin que je veux suivre. Si je veux devenir une superstar du catch, je m adresserai certainement à The

Plus en détail

Lettre de motivation en Suisse et en France

Lettre de motivation en Suisse et en France Rédiger une Lettre de motivation en Suisse et en France 3 ème salon de l emploi transfrontalier 20 et 21 septembre 2012 David Talerman Co-auteur de «Décrocher un emploi en Suisse» Auteur de «Travailler

Plus en détail

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS accompagne les entreprises vers la performance durable en combinant 3 dimensions

Plus en détail

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Le dirigeant de PME: il vous est demandé Mais parfois vous vous sentez un peu seul Le passage de «Mon

Plus en détail

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Howard H. Stevenson Sarofim-Rock Professor Harvard University Le 5 octobre 2007 Harvard Business School 2007 1 Une longue histoire Premières recherches

Plus en détail

CDB Marke*ng Conseil. Présenta*on Février 2012. CDB Marke*ng Conseil 22/02/12 1

CDB Marke*ng Conseil. Présenta*on Février 2012. CDB Marke*ng Conseil 22/02/12 1 Présenta*on Février 2012 1 Sommaire 1. Posi*onnement p 3 2. Présenta*on de notre offre p 4 1. Stratégie marke*ng p 5 2. Audit de performances p 7 3. Accompagnement de porteurs de projets p 10 3. Références

Plus en détail

L agenda 21 du CFA Epure Méditerranée

L agenda 21 du CFA Epure Méditerranée L agenda 21 du CFA Epure Méditerranée Témoignage sur la méthode de déploiement dans un CFA sans mur interuniversitaire Par Danielle SIONNEAU Secrétaire Générale, CFA Epure Méditerranée Journée de Valorisa?on

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Evaluation du projet Innovant

Evaluation du projet Innovant Evaluation du projet Innovant Etat d avancement Evaluation de la technologie Evaluation du marché Analyse maturation Régis Ferron, Responsable Marketing, Maturation, Développement d affaires Institut de

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Priorités et programme de travail du MSC pour 2015. Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015

Priorités et programme de travail du MSC pour 2015. Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015 Priorités et programme de travail du MSC pour 2015 Réunion d informa.on du MSC 3 mars 2015 Processus : Les priorités et le programme de travail du MSC ont été définis à par.r : Des discussions et des consulta.ons

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable

Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable Innovations au service du Tourisme et de l Hôtellerie Durable Equalto et Evalto deux familles d outils innovants pour la conduite de projets touristiques durables Bruno Carlier Président de la Cité de

Plus en détail

L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux

L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux L emploi, les sites Internet et les réseaux sociaux Sondage réalisé par pour Publié le lundi 1 er juin 2015 par Méthodologie Recueil Double enquête : Echan?llon d ac:fs interrogés par Internet du 26 au

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE

EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER LA DISTANCE COLLOQUE INTERNATIONAL «LE NUMÉRIQUE POUR ENSEIGNER AUTREMENT» 27 ET 28 JUIN 2014 UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE EXECUTIVE DOCTORATE IN BUSINESS ADMINISTRATION : LA NÉCESSITÉ DE L'INTÉGRATION DES TIC POUR MANAGER

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ÉCONOMIQUE DE L INTÉRÊT COMPARÉ ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ASSEMBLÉE NATIONALE MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2011 SOMMAIRE CARTON

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013 Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal Lundi 23 septembre 2013 Rappel : les normes du droit français Primauté des normes supérieures sur les normes inférieures (hiérarchie des normes)

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Êtes-vous prêt à entreprendre?

Êtes-vous prêt à entreprendre? Êtes-vous prêt à entreprendre? 1 La CCI Oise : qui sommes nous? 20 000 entreprises Etablissement public au service des entreprises Sous la responsabilité des chefs d entreprises Proximité : 3 implantations

Plus en détail

Warby Parker. Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal. Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné.

Warby Parker. Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal. Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné. Warby Parker Présenté à David Gilboa et Neil Blumenthal Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Warby Parker MANDAT: Établir une stratégie de croissance durable

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Fiches concept SEGMENTATION 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Un marché est un ensemble de consommateurs (ou de clients) potentiels d un produit tangible ou intangible. La plupart des

Plus en détail

Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : le diagnostic interne

Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : définition. Le diagnostic stratégique : le diagnostic interne Le diagnostic stratégique : définition Le diagnostic stratégique consiste à évaluer la situation de l entreprise dans son environnement, afin de déterminer ses possibilités de survie et de développement.

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Atouts du vélo en entreprise Pour l employeur Allégement de la pression sur le sta/onnement Meilleure produc/vité

Plus en détail

Pénuries de compétences au Canada: Quelques faits sur la situation

Pénuries de compétences au Canada: Quelques faits sur la situation Pénuries de compétences au Canada: Quelques faits sur la situation Congrès annuel de l ASDEQ 15 mai 2014 Présenté par Yves Gingras Les opinions contenues dans ce5e présenta6on sont celles de l'auteur et

Plus en détail

Votre croissance notre métier

Votre croissance notre métier Votre croissance notre métier Nous vous assistons dans votre croissance externe: De la recherche d une entreprise à acquérir jusqu à l intégration dans votre entreprise existante Notre expérience opérationnelle

Plus en détail

Actualisation du Baro Métropole

Actualisation du Baro Métropole Actualisation du Baro Métropole Jeudi 4 avril 2013 www.rennes- metropole.fr 1 Pourquoi un Baro Métropole? Disposer d un ou0l transversal de suivi et de pilotage de la stratégie de développement durable

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

L intégration des jeunes en entreprise : > Enquête sur les pratiques de GRH

L intégration des jeunes en entreprise : > Enquête sur les pratiques de GRH L intégration des jeunes en entreprise : > Enquête sur les pratiques de GRH - Par les étudiants du Master Management des Ressources Humaines (IAE Toulouse): Caroline Conesa, Johann Cristol, Emmanuelle

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Leadership et Performance Collec4ve

Leadership et Performance Collec4ve Accélérateur de Croissance Leadership et Performance Collec4ve Forma4on inter- entreprises de 2+2 jours Lyon les 6/7juin et 4/5 juillet 2016 www.managessens.com Rappelez vous que le chemin du succès est

Plus en détail

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr

EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015. www.familles-a-energie-positive.fr EVENEMENT DE LANCEMENT DÉFI FAMILLES À ÉNERGIE POSITIVE SAISON 2014 / 2015 www.familles-a-energie-positive.fr L Agence de l énergie du Val- de- Marne L Agence de l énergie du Val- de- Marne : Est portée

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Le réseau social des professionnels de la presse pro. Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro

Le réseau social des professionnels de la presse pro. Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro Le réseau social des professionnels de la presse pro Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro QUI SOMMES NOUS? Presse-Connect est le réseau social destiné aux acteurs de la presse

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

FORMATION GOOGLE ANALYTICS

FORMATION GOOGLE ANALYTICS FORMATION GOOGLE ANALYTICS L OBJECTIF DE LA FORMATION : Paramétrer par rapport à ses objec0fs, lire les performances de son site, gérer et op0miser ses sources de trafic Comprendre les fondamentaux de

Plus en détail

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION?

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? ! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? JEAN- MARIE REILHAC RESPONSABLE DEVELOPPEMENT QUALITÉ & PERFORMANCE GROUPE AFNOR Qualité : valeur durable! ISO 9001 un socle pour répondre aux besoins des clients de manière

Plus en détail

S6 FSR.2013. Opportunité d affaire

S6 FSR.2013. Opportunité d affaire ENTREPRENEURIAT Cours n 4 S6 FSR.2013 Opportunité d affaire Trouver une «bonne» idée d affaire Demande réelle Retour sur investissement Concurrence Réaliser les objectifs du créateur Moyens et compétences

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire DES VALEURS CHARGÉES D HISTOIRE Les premières organisa.ons de l économie sociale sont en effet nées au XIX ème siècle, en réponse à la brutalité de la révolu.on industrielle.

Plus en détail

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international.

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international. Diagnostic Export L entreprise doit faire le point sur sa capacité à atteindre les marchés qu elle s est fixé afin de pouvoir déterminer la meilleure façon pour elle de les exploiter. 1) phase de diagnostic

Plus en détail

Employé/e de commerce CFC «Services et administra8on»

Employé/e de commerce CFC «Services et administra8on» Employé/e de commerce CFC «Services et administra8on» Monica Sarni et Evelyne Allegro Team pédagogique écoles de commerce Valais romand David Valterio Secrétaire patronal 1 Présentation CIFC! 2 Rôles de

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur Accompagnement Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa;vité Approches collabora;ves Intelligence collec;ve Devenir & Etre Entrepreneur Marie-Christine Cornou Consultante - Coach

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

LE CONSOMMATEUR PATISSERIE RESTAURATION RAPIDE LA FAIM REPAS GASTRONOMIQUE

LE CONSOMMATEUR PATISSERIE RESTAURATION RAPIDE LA FAIM REPAS GASTRONOMIQUE 1. LE CONSOMMATEUR ET LE BESOIN Le besoin est une tension provoquée par un manque physiologique (faim, soif) ou psychologique ( affection, statut...). Il peut être conscient ou inconscient. Le desir est

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

«UN REIN C EST PAS RIEN»

«UN REIN C EST PAS RIEN» Nom de l en?té déposante : ICOM agence Agence conseil : ICOM Annonceur : La Fédéra7on Na7onale d Aide aux Insuffisants Rénaux Midi- Pyrénées en partenariat avec la Clinique néphrologique Saint- Exupéry

Plus en détail

L histoire-géographie et sa contribu4on à la construc4on du socle commun de connaissances, de compétences et de culture

L histoire-géographie et sa contribu4on à la construc4on du socle commun de connaissances, de compétences et de culture L histoire-géographie et sa contribu4on à la construc4on du socle commun de connaissances, de compétences et de culture Académie de Nantes, Inspec4on pédagogique régionale d histoiregéographie, mise en

Plus en détail

Modèle/Exemple - Business plan

Modèle/Exemple - Business plan Modèle/Exemple - Business plan Insérez ici le logo de votre enseigne/société NOM/Prénom Addresse 1 Addresse 2 Ville Code Postal Téléphone Fax Mobile E-mail Site Internet Sommaire Page 1. Introduction -

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

La réforme cadre de santé

La réforme cadre de santé La réforme cadre de santé Historique de la fonc2on d encadrement Au 19 ème siècle : sœurs che

Plus en détail

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE 1. Les objectifs de la recherche commerciale 2. Les types d étude en Amont et en Aval 3. Les sources d informations primaires et secondaires 4. Le projet d étude commerciale

Plus en détail

Seize principes pour opéra/onnaliser le développement durable dans l administra/on publique

Seize principes pour opéra/onnaliser le développement durable dans l administra/on publique Seize principes pour opéra/onnaliser le développement durable dans l administra/on publique Par Kouraichi Said Hassani et Mar/n Vachon Bureau de coordina/on du développement durable Association francophone

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001)

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Gérer votre programme - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Améliorer les compétences et le niveau de confiance des personnes responsables pour la gestion du programme Une journée

Plus en détail

Domaines Skiables de France 08 octobre 2014

Domaines Skiables de France 08 octobre 2014 Domaines Skiables de France 08 octobre 2014 Notre vision A Val Thorens, nous sommes convaincus que la sta5on de montagne de demain sera celle qui saura élever son niveau d excellence et qui saura créer

Plus en détail

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014(

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014( LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(formaon(2014( Qui sommes nous? Cadre Technique Fédéral ou entraîneur de Haut Niveau, le sport en général et le basketballenpar=culierontéténoschamps d expression privilégiés,

Plus en détail