Dr Jean-Baptiste Méric, PH, Oncologie médicale. Mis à Jour en Janvier 2007

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Jean-Baptiste Méric, PH, Oncologie médicale. Mis à Jour en Janvier 2007"

Transcription

1 Cancer du sein Objectifs : Objectifs ECN : N Tumeurs du sein. - Diagnostiquer une tumeur du sein. - Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Objectifs complémentaires : - comprendre les enjeux de santé publique posés par cette maladie - argumenter les choix thérapeutiques des traitements adjuvants en fonction des facteurs pronostiques ÉPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 10 aura un cancer du sein au cours de sa vie. Il représente 1/3 des nouveaux cas de cancer, soit nouveaux cas chaque année en France. Le cancer du sein survient préférentiellement dans la deuxième moitié de la vie avec un pic d incidence entre 60 et 65 ans. Le point sur Le dépistage : individuel et de masse : Le dépistage individuel (une femme et son médecin décident de réaliser des mammographies régulières) est bien développé en France. Par définition il ne concerne que des femmes et des médecins impliqués et ne vise qu à l amélioration de l état de santé des patientes concernées. Il peut améliorer la survie de ce groupe de patientes mais à un coût élevé, parfois supérieur au bénéfice pour la société des années de vies gagnées. Le dépistage de masse vise à améliorer de façon coût-efficace l état de santé d une population en modifiant de façon positive la survie par cancer du sein de façon «rentable» pour la société. Les années de vie gagnées ne sont pas payées «trop cher». C est ce qui explique qu il soit pratiqué de façon différente du dépistage individuel. Notamment c est cette différence entre dépistage individuel et de masse qui explique le caractère restreint à certaines tranches d âge du dépistage de masse. Les examens de dépistage peuvent mettre en évidence un cancer au delà de 75 ans par exemple mais l impact sur la survie est faible vue la survie globale de cette population âgée, le benefice pour la société ne vaut pas le coût engendré par le dépistage de cette classe d âge. En pratique, le dépistage de masse du cancer du sein est proposé à chaque femme entre 50 et 74 ans. Elle réalise une mammographie à deux incidences, tous les deux ans chez le radiologue de son choix inscrit sur une liste de radiologues habilités. Les mammographies sont systématiquement relues (+8% de diagnostics de cancer grâce à la relecture) et le dispositif est encadré par un programme qualité (formation, maintenance, etc ). L adhésion de la grande majorité des femmes concernées est indispensable pour la réussite de ce programme. Facteurs de risque de cancer du sein : - Durée de l imprégnation oestrogénique : o Puberté précoce, Ménopause tardive (RR=1 à 2) o Nulliparité ou primiparité tardive (RR=2 à 4) Page 1 sur 17

2 - Antécédents personnels de dysplasie mammaire ou de cancer du sein (RR>4) - Antécédents familiaux de cancer du sein o Bilatéral ou pré-ménauposique (RR>4) o Unilatéral post-ménauposique (RR 2 à 4) o Syndrome de prédisposition familiale : 5 % des cas: mutations du gène: BRCA I ou II, Risque de cancer du sein cumulé au cours de la vie: 80%. (cf cours cancer de l ovaire) - Antécédents personnels de cancers de l endomètre ou de l ovaire (RR 2 à 4) - Facteurs nutritionnels: obésité (RR 2 à 4) 2. DIAGNOSTIC Le mode de découverte le plus fréquent est actuellement le dépistage mammographique. Les tumeurs dépistées sont petites (1/3 font moins de 1 cm) et peu évoluées (70% sans envahissement ganglionnaire axillaire). Encore trop souvent, des symptômes ou signes d alerte orientent vers ce diagnostic : - (auto-)palpation d une tumeur mammaire - voire déformation du sein - apparition d un écoulement mammelonaire - anomalie du mammelon Certaines formes évoluent rapidement et sont diagnostiquées à un stade avancé : -cancer inflammatoire - cancer d emblée métastatique (5% des cas) Classiquement, le diagnostic positif de cancer du sein repose sur le triplet diagnostique clinique-mammographie-cytologie. En cas de doute, une confirmation histologique est effectuée. A l heure du diagnostic par dépistage mammographique de lésions souvent infra-cliniques, ce triplet tend à être remplacé par le doublet mammographie-histologie. Examen clinique : L interrogatoire précise les circonstances de découverte, la date du dernier examen, les facteurs de risque, l existence de symptômes (signes inflammatoires, douleur, écoulement). - Inspection des 2 seins o face et profil, debout et penchée en avant bras pendants et relevés o Seins : volume (important pour l indication d un traitement conservateur), forme, symétrie o Mamelon : ombilication, symétrie, aspect o Galbe : ride spontanée ou provoquée par le changement de position o Peau : couleur, vascularisation, œdème - Palpation des 2 seins : o à plat quadrant par quadrant par mouvements de pression/rotation sur le grill costal pression o Tumeur: Page 2 sur 17

3 siège et côté unique ou multiples, limites, dimensions consistance, connexions : peau : mobiliser la peau par rapport à la tumeur plans profonds : adhérence au grand pectoral (manoeuvre d'abduction contrariée de Tillaux) o Ganglions: sus claviculaires (doigts en crochet en arrière de la clavicule) axillaires : palper les doigts en crochet toutes les faces du creux axillaire Mammographie : Prise des clichés : de profil, de face, profil axillaire. Au besoin complément par des clichés centrés agrandis : augmentation de la compression et agrandissement d'une zone précise Lecture : comparer les 2 seins en opposant les clichés, une image anormale sera décrite en donnant : - sa position dans l espace - ses dimensions - ses contours et sa densité (caractère homo/hétérogène) - la présence de microcalcifications classées selon la classification de Le Gal - La lésion est classée selon la classification de BI-RADS (Breast Imaging Reporting and Data System) de l'acr (American College of Radiology) adaptée par l'anes L impact sur les structures voisines (peau, glande mammaire, mamelon) - Le cancer du sein est typiquement une lésion nodulaire ou stellaire, mal limitée, rétractile, associée à des microcalcifications suspectes. La lésion est le plus souvent classée ACR 4 ou 5. Classification de Le Gal : pour information Les microcalcification mammaires sont des dépôts calciques dans un tissu. Elles ont un diamètre inférieur à 1,5 mm, mais en grande majorité leur diamètre est compris entre 0,2 et 0,5 mm Type 1 Microcalcifications annulaires rondes à centre clair radio-transparentes. Elles correspondent dans tous les cas à une pathologie bénigne de galactophorite ectasiante, de microkyste, de liponécrose, dépôts calciques stratifiés circulaires dans l épaisseur de la paroi de galactophores dilatés. Type 2 microcalcifications punctiformes, rondes, pleines, radio-opuques, aux contours réguliers et arrondis, Dans 20% des cas, il s agit de lésions malignes ; Page 3 sur 17

4 dans 20% des cas, il s agit de lésions frontières ; dans 60% des cas, il s agit de lésions bénignes. Type 3 microcalcifications poussiéreuses, trop fines pour préciser leur forme elles donnent une image de semis de poudre calcaire. Des lésions bénignes (50%) ; des lésions malignes (50%) Type 4 microcalcifications punctiformes irrégulières aux contours anguleux, différents d une microcalcification à l autre. Dans 70% des cas, il s agit de lésions malignes Type 5 microcalcifications vermiculaires, elles ont la forme d un bâtonnet souvent irrégulier. l00 % de lésions malignes; dans la majorité des cas, il s agit d un comédo-carcinome. D'autres critères mammographiques des microcalcifications mammaires Nombre de calcifications :elles sont considérées comme nombreuses lorsque il existe plus de 10 microcalcifications. - Plus les microcalcifications sont nombreuses, plus le risque de carcinome est important (de 60% à 80% de lésions malignes lorsqu il existe plus de 30 microcalcifications). Groupement : elles sont en amas lorsque 10 calcifications sont contenues dans une zone inférieure à 5 mm. - Plus les microcalcifications sont groupées, plus le risque de carcinome est important (60% de lésions malignes). Les microcalcifications polymorphes sont classées dans le groupe préjugé le plus malin de cette classification. Évolution des microcalcifications : la stabilité dans le temps des microcalcifications n est pas un signe radiologique rassurant, puisque 25% des cancers sont révélés par des microcalcifications stables sur plusieurs mois (6 à 64 mois). Classification des anomalies mammographiques de BI-RADS (Breast Imaging Reporting and Data System) de l'acr (American College of Radiology) pour information Page 4 sur 17

5 ACR 0 Classification d'attente en situation de dépistage ou dans l'attente d'un second avis. Des investigations complémentaires sont nécessaires : comparaison avec les documents atérieurs, incidences complémentaires, clichés centrés comprimés, agrandissement de microcalcifications, échographie. ACR 1 Aucune anomalie ACR 2 Opacités rondes avec macrocalcifications (adénofibrome ou kyste) Opacités ovales à centre clair (ganglion intra mammaire) Opacités rondes correspondant à un kyste typique en échographie Image de densité graisseuse ou mixte (lipome, hamartome) Cicatrices connues Macrocalcifications isolées (adénofibrome, kyste, cytostéatonécrose, ectasie sécrétante) Microcalcifications de type 1 d'après Le Gal Calcifications vasculaires Anomalie bénigne identifiable ne nécessitant ni surveillance ni examen complémentaire ACR 3 Microcalcifications de type 2 d'après Le Gal en foyer unique ou multiple ou nombreuses calcifications dispersées groupées au hasard Opacités rondes ou ovales, discrètement polycycliques non calcifiées, bien circonscrites, non typiquement liquidiennes en échographie ou pour lesquelles l'échographie n'est pas réalisée Asymétries focales de densité à limites concaves et/ou mélangées à de la graisse. Forte probabilité de bénignité mais une surveillance à court terme est conseillée. Dans certaines circonstances une biopsie peut être envisagée. ACR 4 Microcalcifications de type 3 d'après Le Gal groupée en amas, ou de type 4 peu nombreuses Images spiculées sans centre dense Opacités non liquidiennes rondes ou ovales, à contour microlobulé ou masqué Distorsions architecturales Asymétries ou hyperdensités localisées évolutives ou à limites convexes. Anomalie indéterminée ou suspecte, qui fait poser l'indication d'une vérification histologique ACR 5 Microcalcifications de type 5 d'après Le Gal ou de type 4 nombreuses et groupées Amas de microcalcifications de topographie galactophorique Microcalcifications évolutives ou associées à une anomalie architecturale ou à une opacité Opacités mal circonscrites à contours flous et irréguliers Opacités spiculées à centre dense. Forte probabilité de malignité Échographie : Technique : Complément de la mammographie (surtout si seins denses chez la femme jeune) Page 5 sur 17

6 Résultats : - Echogénicité de la lésion :transsonique ou anéchogène (= liquidienne), hypoéchogène ( = solide) - Homogénéité - Forme et contours - Grand axe perpendiculaire / parallèle à la peau - En postérieur : cône d'ombre ou renforcement - Structures périphériques : attirance ou respect, couronne hyperéchogène par oedème péritumoral - Rigidité au passage de la sonde - Le cancer du sein est typiquement une lésion hypoéchogène, irrégulière, à grand axe vertical avec atténuation postérieure (cône d ombre). Ponction cytologique : Technique : ponction à l aiguille sous-cutanée en laissant monter les cellules dans l'aiguille par capillarité ou par aspiration douce, idéalement guidage écho/mammographique Résultats : - si liquide : il s'agit d'un kyste : analyse du liquide, et vérification de l'affaissement complet après ponction - si solide : projeter le matériel sur une lame pour étude cytologique 3. ANATOMO-PATHOLOGIE On distingue : Les cancers vrais : - carcinome canalaire infiltrant : 80% des cas - carcinome lobulaire infiltrant : 15% des cas : souvent bilatéral, de diagnostic mammographique difficile - à part : o cancers inflammatoires o cancers rares : carcinome mucineux, carcinome médullaire, comédocarcinomes, sarcomes,etc Les carcinomes in situ : - de type canalaire (parfois appelé carcinome intra-canalaire) ou lobulaire - sans franchissement de la membrane basale - n ont pas de potentiel métastatique mais peuvent être diffus dans la glande mammaire - doivent être traités différemment du cancer : le traitement repose sur une chirurgie au besoin radicale (mastectomie en cas de carcinome canalaire in situ diffus par exemple). La radiothérapie est souvent indiquée. PAS de chimiothérapie ou d hormonothérapie. - peuvent s associer au cancer, surtout le carcinome canalaire in situ véritable lésion précancéreuse. - La maladie de Paget du mamelon, affection rare, est une forme particulière d extériorisation à la peau d un carcinome in situ canalaire (plus rarement d un cancer infiltrant) sous la forme d une lésion érosive ou eczématiforme du mamelon. Page 6 sur 17

7 4. FACTEURS PRONOSTIQUES, FACTEURS PREDICTIFS DE REPONSE AUX TRAITEMENTS : Ces facteurs cliniques et biologiques sont les seuls reconnus comme utiles (aucun autre que ceux cités ici n est définitivement validé) pour stratifier les patientes en fonction de leur pronostic et orienter le traitement dans les stades localisés : ils sont classés ici par importance décroissante : a. Le statut ganglionnaire. Facteur pronostique le plus fort. b. La taille tumorale. Facteur pronostique. Associée au statut ganglionnaire, la taille tumorale permet de prédire de façon relativement précise la survie à 5 ans. Taille (cm) N- 1 à 3 N+ Plus de 3 N+ < 0,5 99% 95% 59% 0,5 0,9 98% 94% 54% 1 1,9 96% 86% 67% 2 2,9 92% 83% 63% 3 3,9 86% 79% 56% 4 4,9 84% 70% 52% 5 82% 70% 45% Page 7 sur 17

8 Ces deux paramètres (associés au statut métastatique ou non) permettent l établissement du stade TNM : c. Le grade SBR a été défini par Scarff et Bloom-Richardson. Facteur pronostique. - Il prend en compte pour les carcinomes canalaires infiltrants uniquement : o la différenciation o la morphologie nucléaire o la richesse en mitoses Chacun de ces éléments est côté de 1 à 3, le score global allant de I à III. Un grade I est un facteur de bon pronostic, un grade III de mauvais pronostic. (survie sans rechute à 7 ans : 89% pour les grade I, 54% pour les grades III). d. La présence de récepteurs hormonaux. Facteur pronostique et facteur prédictif de réponse à l hormonothérapie. e. L âge. Facteur pronostique. Le seuil est situé à 35 ans (patientes jeunes, pronostic défavorable). f. La surexpression de HER2. (20% des malades) Facteur pronostique non indépendant dans toutes les études, facteur prédictif de réponse à l Herceptin (trastuzumab, anticorps monoclonal anti- HER2) Page 8 sur 17

9 Au final, on classe les patientes en catégories pronostiques en combinant ces différents facteurs ce qui permet de décider le traitement adjuvant. Par exemple, une des conférences de consensus a établi les groupes pronostiques suivants : Bas risque a Risque intermédiaire N- et tous les critères suivants pt 2 cm et Grade 1 et Absence d emboles vasculaires et HER 2/neu négatif et Age 35 ans N- et au moins un des critères suivants pt > 2 cm ou Grade 2 3 ou HER 2/neu sur-exprimé ou amplifié ou Age < 35 ans N+ (1 à 3 N envahis) et HER/2 neu négatif Haut risque N+ (1 à 3 N envahis) et HER/2 neu sur-exprimé ou amplifié N+ ( 4 N envahis) 5. TRAITEMENTS Les traitements du cancer du sein ont été élaborés en tenant compte de deux hypothèses sur la physipathologie de cette maladie : - hypothèse ancienne : le cancer du sein est une maladie locale, puis régionale (axillaire) puis générale (métastases) ; ce postulat a pendant des décennies motivé des chirurgies larges (mastectomie de Halsdedt) très mutilantes à but curatif. Cette hypothèse est vérifiée en pratique, en effet 40% des patientes N+ sont guéries par la chirurgie seule. Toutefois les patientes avec des tumeurs en apparence très limitées peuvent decéder d évolution métastatique. - Hypothèse moderne : le cancer du sein est très tôt une maladie à potentiel général (même des malades N- meurent de métastases) et le traitement doit être général. Cette hypothèse explique les résultats des chimiothérapies adjuvantes qui améliorent la survie dans des stades apparemment limités. En réalité la maladie peut évoluer selon ces deux modes différents et il n est pas possible de prédire le type d évolution (locale ou générale) de façon totalement fiable. Les traitements actuels sont donc le plus souvent l association d une chirurgie raisonnable, si possible conservatrice, curative dans la majorité des stades localisés, et de traitements généraux (hormonothérapie et/ou chimiothérapie) visant à réduire le risque d évolution métastatique et donc décidés en fonction du niveau de ce risque. Page 9 sur 17

10 Modalités thérapeutiques : Chirurgie : La chirurgie vise à retirer la tumeur et les adénopathies axillaires envahies. Ses modalités dépendent du stade et de la présentation de la tumeur. On distingue : - Le traitement du sein : o la mastectomie : exérèse de la totalité de la glande mammaire et de son revêtement cutané. o la tumorectomie : traitement conservateur de la glande mammaire à l exclusion de la tumeur et d une marge de sécurité. La tumorectomie peut être pratiquée à visée diagnostique par exemple après repérage par harpon d une anomalie mammographique infraclinique. Page 10 sur 17

11 Les contre-indications à un traitement conservateur sont : Toutes les tumeurs à fort risque de récidive locale, d extension métastatique, dont le traitement ne serait pas optimal sur le plan du contrôle de la maladie ou sur le plan esthétique. toute tumeur classée T4 o T4 a,b,c de par l extension à la peau ou à la paroi ou les deux o T4 d : tumeur inflammatoire ou rapidement évolutive toute tumeur classée N2 toute tumeur classée M1 tumeur de plus de 3 cm, (limite indicative et dépendant pour chaque patiente du volume mammaire) tumeur rétro-mammelonnaire tumeur bifocale ou plus étendue carcinome in situ étendu associé à la tumeur dont un équivalent est la constatation de microcalcifications suspectes diffuses à la mammographie récidive locale d une tumeur mammaire connue - le traitement du creux axillaire : o classiquement par curage axillaire. Permet de définir le stade (N- ou N+), réalise le traitement de l aisselle. Les séquelles à type de lymphoedème parfois invalidant sont fréquentes. o Par la recherche préalable du ganglion sentinelle : pour les tumeurs de moins de 2cm le risque d envahissement axillaire est faible, estimé < à 20%. La technique du ganglion sentinelle vise à éviter le curage aux 80% de patientes n ayant pas d envahissement axillaire. La technique repose sur l injection à proximité de la tumeur mammaire d un traceur (coloré ou radioactif) qui va migrer par voie lymphatique jusque dans le 1 er relais ganglionnaire axillaire. Il a été montré que si des cellules tumorales ont essaimé, elles ont suivi la même voie. Aussi, il suffit de résequer le 1 er relais (repéré grâce au traceur) : s il n y a pas d envahissement de ce ganglion (dit sentinelle), on peut s en tenir à cette exploration limitée. Par contre, si il existe un envahissement, il faut pratiquer un curage complet pour obtenir le nombre de N+ et réaliser un traitement complet du creux axillaire. Page 11 sur 17

12 Radiothérapie : La radiothérapie vient en complément de la chirurgie. Les irradiations exclusives (sans chirurgie ni avant ni après) sont exceptionnels. On distingue : - l irradiation du sein ou de la paroi : o après traitement conservateur l irradiation du sein est systématique on délivre 45 Gy sur l ensemble du sein avec un complément de dose (on évitera le terme inapproprié de «surdosage») de 15 Gy au niveau du lit tumoral, par curiethérapie ou par électrons fractionnement et étalement sont classiques (1,8 à 2Gy par séance, 5 séances par semaine). o Après mastectomie,l irradiation de la paroi thoracique est réservée au cas à risque élevé de rechute locale : tumeur > 4 cm ou T4 ou plurifocale, envahissement axillaire massif > 3N+ On délivre 45 Gy en fractionnement et étalement classique. - L irradiation des aires ganglionnaires : RESERVEE AU PATIENTES N+ AU CURAGE AXILLAIRE o On irradie les aires sus-claviculaires et mammaires internes homolatérales o A la dose de 45 Gy, en fractionnement et étalement classique o Pas d irradiation de l aire axillaire (sauf rares cas de >10N+), ce site étant traité par le curage. Hormonothérapie : TRAITEMENT RESERVE AUX PATIENTES PRESENTANT UN CANCER INVASIF DONT LES CELLULES EXPRIMENT DES RECEPTEURS AUX HORMONES (OESTROGENES ET PROGESTERONE) On distingue : L hormonothérapie de la femme avant la ménopause : - 3 modalités thérapeutiques reconnues : o castration : chirurgicale : simple et efficace chimique : analogues de la LHRH : abolissent la sécrétion pulsatile de LHRH et entraînent de ce fait une mise au repos de l axe hypothalamohypophyso-gonadique la castration, utilisée comme traitement adjuvant réduit le risque de rechute à 5 ans de 30% Page 12 sur 17

13 o anti-oestrogènes : le médicament de référence est le TAMOXIFENE aussi efficace que la castration, surtout en péri-ménopause recommandé en traitement adjuvant à la dose de 20 mg par jour pour 5 ans chez toute femme présentant un cancer RH+ avant la ménopause, réduit le risque de rechute à 5 ans de 30% Attention au respect des contre-indications et aux effets secondaires graves (cancer de l endomètre, évènements thrombo-emboliques) ; o association des deux : peu utilisée en traitement adjuvant en raison d un cumul des effets secondaires et de l absence de démonstration de supériorité sur chacune des monothérapies; standard en phase métastatique (taux de réponse supérieur aux monothérapies) ; est actuellement détrônée par l association analogues de la castration + anti-aromatase. Cette situation (phase métastatique, en association à la castration) est la seule indication des anti-aromatases avant la ménopause. L hormonothérapie chez la femme ménopausée : On distingue : - les anti-aromatase : o traitement de référence en phase métastatique et en adjuvant o en métastatique, utilisés en monothérapie o en adjuvant : le standard était jusqu à il y a peu 5 ans de Tamoxifène, il est maintenant admis qu il doit être remplacé soit d emblée, soit après 2 ans de traitement par un anti-aromatase, stratégie supérieure en survie. - Les anti-oestrogènes : o Tamoxifene (cf ci-dessus) o Utilisé en 2 ème ligne métastatique après échec d un anti-aromatase ou en traitement adjuvant (cf ci-dessus) - Les progestatifs : o Utilisés en énième ligne métastatique, à visée palliative, surtout pour leur effet orexigènes. Pour comprendre Les anti-aromatases : L aromatase est une enzyme exprimée dans le foie, les surrénales, la graisse. Elle permet la transformation des androgènes en oestrogènes. Avant la ménopause, 95% des oestrogènes sont produits par les ovaires et la production par la voie de l aromatase est donc <5%. Après la ménopause, la production ovarienne a cessé, et l aromatase est responsable de la majorité de la production d oestrogènes. Un traitement par anti-aromatase n a donc d intérêt que lorsque la production ovarienne d oestrogènes est abolie soit physiologiquement (ménopause) soit par castration. Les anti-aromatase actuellement commercialisés sont l anastrozole (Arimidex), le letrozole (Femara) et l exemestane (Aromasine). Page 13 sur 17

14 Chimiothérapie : On distingue : - la chimiothérapie adjuvante : o réservée aux malades à risque de rechute significatif (par exemple taux de décès à 10 ans >10% dans une des conférences de consensus récentes). La détermination du risque est donc capitale. Elle passe par l analyse des facteurs pronostiques décrits ci dessus. L établissement de grandes classes pronostiques (cf ci-dessus) permet de simplifier la prise de décisions. o Pour faire simple : Pour les patientes N+ : chimiothérapie à base d anthracyclines et de taxanes selon un schéma séquentiel : 3 cures d anthracycline puis 3 cures de taxane (Taxol ou Taxotere). Pour les patientes N- : chimiothérapie à base d anthracyclines (protocole FEC : 5FU-EPIRUBICINE-Cyclophosphamide) o Dans tous les cas : diminution du taux de rechute à 5 ans de 25%, plus marqué chez les patientes jeunes, non ménopausées. o Ce bénéfice est retrouvé même en cas d hormonothérapie : les patientes ayant une tumeur RH+ à haut risque de récidive auront donc chimio ET hormonothérapie - La chimiothérapie en phase métastatique : o A permis de passer d une survie médiane spontanée de 6 mois à 36 mois. o Les médicaments les plus actifs sont : Anthracyclines Taxanes 5FU et dérivés du 5FU Vinorelbine Herceptin (trastuzumab) : Le trastuzumab, anticorps anti-her2 chez les patientes dont la tumeur surexprime fortement HER2 (20% des patientes). En phase métastatique : - l Herceptin est administrée avec la chimiothérapie. - L Herceptin augmente de 20% le taux de réponse attendu avec la chimiothérapie seule - Et ramène ces patientes au mauvais pronostic (survie de moins de 1 an) vers une évolution plus classique (survie médiane de 36 mois) En traitement adjuvant : - l herceptin vient de démontrer son efficacité - en traitement adjuvant réalisé le plus souvent après chimio et radiothérapie - avec une durée de traitement de 1 an - permettant une diminution du risque de rechute de 50% à 3 ans Page 14 sur 17

15 6. INDICATIONS THERAPEUTIQUES Traitements adjuvants : Après traitement chirurgical, le traitement adjuvant se décide en réunion de concertation pluridisciplinaire comme suit : - 1. chimiothérapie car c est le traitement à réaliser en premier : réservée aux patientes à haut risque de rechute - 2. radiothérapie : effectuée après chirurgie ou après chimiothérapie le cas échéant : o du sein si traitement conservateur, de la paroi si mastectomie et facteurs de risque de rechute locale o des aires ganglionnaires si N+ axillaire - 3. hormonothérapie : si patiente avec tumeur RH+, adaptée au statut hormonal (ménopause?), elle sera initiée à la fin de la radiothérapie. Exemple de stratégie thérapeutique (traitement adjuvant) simplifiée selon le niveau de risque : Bas risque N- et tous les critères suivants pt 2 cm et Grade 1 et Absence vasculaires et HER 2/neu négatif et Age 35 ans d emboles Risque intermédiaire N- et au moins un des critères suivants pt > 2 cm ou Grade 2 3 ou HER 2/neu sur-exprimé ou amplifié ou Age < 35 ans N+ (1 à 3 N envahis) et HER/2 neu négatif Haut risque N+ (1 à 3 N envahis) et HER/2 neu sur-exprimé ou amplifié N+ ( 4 N envahis) Tumeur RH- Rien Chimiothérapie Chimiothérapie avec taxanes Tumeur RH+ Hormonothérapie Hormonothérapie +/- Chimiothérapie Chimiothérapie, Hormonothérapie Hormonothérapie Chimiothérapie avec taxanes Page 15 sur 17

16 Pour faire très simple : Radiothérapie : du sein si traitement conservateur, des aires sus-claviculaires et CMI si N+ axillaire. Hormonothérapie : pour toute patiente avec tumeur RH+ Chimiothérapie : pour toute patiente N+, pour N- à haut risque (T>2cm, grade élevé) Herceptin : pour toute patiente avec tumeur sur-exprimant HER2. Accord pour ne donner aucun traitement général aux patientes avec une tumeur de très bon pronostic : T<1cm, N-, grade 1-2, RH+, HER2- Traitements palliatifs : phase métastatique : - il n y a pas de guérison à ce stade, - il faut donc allier efficacité thérapeutique et respect de la qualité de vie - Hormonothérapie : o Excellent traitement (60-70% de réponses), peu toxique o Durée de réponse longue o Réservé aux patients avec tumeurs RH+ présentant des métastases non menaçantes, peu évolutives o En cas d échec de une ou plusieurs hormonothérapies, indication à une chimiothérapie - Chimiothérapie : o Excellent traitement (60-70% de réponses), toxique o Difficile à maintenir au long cours o Apparition inéluctable d une chimio-résistance. A part Traitement du carcinome in situ : Il repose sur la chirurgie avec de nombreux cas nécessitant une mastectomi vu la multifocalité des lésions ou leur étendue. En cas de traitement conservateur une radiothérapie complémentaire permet de délivrer 45Gy sur l ensemble de la glande mammaire. Pas d indication standard d hormonothérapie JAMAIS de chimiothérapie ni d Herceptin. Page 16 sur 17

17 Pour comprendre quelques exemples : Mme G a 30 ans et présente un cancer du sein T1, 4N+,grade 3, RH-, surexprimant fortement HER2, après la chirurgie il lui est proposé : - radiothérapie (durée 6 semaines): o du sein ou de la paroi selon la chirurgie réalisée o des aires ganglionnaires sus-claviculaires et CMI car N+ axillaire - chimiothérapie vu le cumul de facteurs de mauvais pronostic (durée 5 mois) : o avec des taxanes vu le statut N+ - un traitement adjuvant par Herceptin (1 injection toutes les 3 semaines pendant 1 an) venant terminer la séquence thérapeutique - PAS d hormonothérapie car tumeur RH- Mme F a 42 ans et présente un cancer du sein T1 (1,8 cm), N- (sentinelle, pas de curage), grade 3, RH+, HER2-. Son risque de décès par cancer du sein a 10 ans est estimé à 13%. Il lui est proposé après la chirurgie : - radiothérapie du sein si traitement conservateur, pas de radiothérapie des aires ganglionnaires - chimiothérapie vu le risque de rechute et de décès élevés : o à base d anthracyclines car N- - Hormonothérapie car tumeur RH+ o Par tamoxifene ou castration ou les deux o Car non ménopausée - Pas d Herceptin car HER2- Mme L a 55 ans. Sur une mammographie de dépistage, il a été mis en évidence une image suspecte de 7 mm dont la biopsie radioguidée retrouve un carcinome canalaire infiltrant. Une tumorectomie (guidée par harpon car lésion non palpable) avec ganglion sentinelle a été réalisée et retrouve un cancer classé T1, N-, grade 3, RH+, HER2-. Il lui est proposé : - radiothérapie du sein car traitement conservateur, pas d irradiation des aires ganglionnaires - Pas de chimiothérapie vu qu il n existe qu un facteur de risque négatif (grade 3), catégorie risque limité avec survie à 10 ans estimée à 95%. - Hormonothérapie par inhibiteur de l aromatase paut être proposée : fait gagner 3% de survie à 10 ans. - Pas d Herceptin Mme A a 65 ans et elle a découvert à l autopalpation une tumeur mammaire qu elle a négligé. Elle a consulté alors que celle-ci mesurait 3 cm. Une mastectomie curage a été réalisée (petits seins). La tumeur est classé T2, 1 N+, SBR1, RH+, HER2-. Survie à 10 ans estimée à 80%. Il lui est proposé : - Pas de radiothérapie de la paroi car mastectomie et pas de facteur de risque de rechute locale - Radiothérapie sus-claviculaire et CMI car N+ axillaire - Hormonothérapie par anti-aromatase car RH+ - Chimiothérapie car facteur de risque (T2,N+) - Pas d Herceptin. Page 17 sur 17

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME

PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME PATHOLOGIE DU SEIN CHEZ L HOMME F Réty (1), M Charlot (1), O Beatrix (2) PJ Valette (1) (1) Service d imagerie, d (2) Service de chirurgie gynécologique Centre Hospitalier Lyon Sud, Pierre Bénite B Rappel

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN

ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LE CANCER DU SEIN Cancer le plus fréquent chez la femme. Incidence : 25 000 nouveaux cas par an en France. L'incidence augmente en parallèle avec le recul de la mortalité. I - FACTEURS

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN

REFERENTIEL REGIONAL CANCER DU SEIN INFILTRANT DIAGNOSTIC (mise à jour juin 2004) Examen clinique : Imagerie Médicale : Biologie : Autres : - Mammographie bilatérale - Echographie mammaire - +/- IRM à évaluer - Radiographie pulmonaire -

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE. 19 mars 2010 D. GEDOUIN CENTRE EUGENE MARQUIS RENNES CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE 19 mars 2010 D. GEDOUIN CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE Quelques chiffres Ses particularités Les traitements du cancer du sein : Rappel Les problèmes chez la femme âgée

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER

CANCER DU SEIN. Matthieu MULLER CANCER DU SEIN Matthieu MULLER le 20/12/2012 EPIDEMIOLOGIE Epidémiologie Incidence Mortalité Sein 49814 / 53000 11201 / 11500 Colon Rectum 17500 / 19000 7964 / 8300 Poumon 6714 / 12000 5674 / 8100 Endomètre

Plus en détail

Les cancers du sein. Pr Jean-Louis Merlin. Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université

Les cancers du sein. Pr Jean-Louis Merlin. Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université Les cancers du sein Pr Jean-Louis Merlin Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des Tumeurs EA4421 SiGReTO Nancy Université jl.merlin@nancy.fnclcc.fr www.alexisvautrin.fr ÉPIDÉMIOLOGIE 1ère cause de décès

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Coordonnateurs : William Jacot, Marian Gutowski, Gilles Romieu, André Mathieu Synthèse Calcul du risque de récidive

Plus en détail

Le cancer du sein. Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière. Judith 1, Klimt

Le cancer du sein. Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière. Judith 1, Klimt Le cancer du sein Yolande Maisonnette Jean-Loup Sautière Judith 1, Klimt Anatomie du sein Vascularisation lymphatique Rappels histologiques LES CARCINOMES IN SITU Prolifération carcinomateuse qui se développe

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques

Stratégies thérapeutiques Chapitre 2 Stratégies thérapeutiques Moyens thérapeutiques Les options sont à discuter en RCP en présence : - d un Anatomopathologiste - d un Chirurgien gynécologique +/- gynécologue médical - d un Radiothérapeute

Plus en détail

LE CANCER DU SEIN +++

LE CANCER DU SEIN +++ R.T LE CANCER DU SEIN +++ Plan du cours : I. introduction II. rappel anatomique et physiologique III. épidémiologie IV. Anatomopathologie V. Dépistage VI. Diagnostic positif VII. Diagnostic différentiel

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien

Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Traitement des cancers du sein groupe qualité pharmacien Docteur Elisabeth Luporsi Centre Alexis Vautrin 29 mai 2007 Traitement locorégional premier des cancers invasifs localisés : indications et limites

Plus en détail

Item n 159 : Cancer du sein

Item n 159 : Cancer du sein Epidemiologie Item n 159 : Cancer du sein Cancer le plus fréquent de la femme : 10% des femmes en seront atteinte Cʼest un cancer hormono-dépendants Histologie la plus fréquente : adénocarcinome canalaire

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL.

A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. A PROPOS DU CAD EN SENOLOGIE, DE L'AGRANDISSEMENT GEOMETRIQUE ET DE L'INCIDENCE DE PROFIL. Le CAD (computer aide diagnosis) et les micro-calcifications : Les CAD sont très et les plus performants dans

Plus en détail

Mme R est une patiente de 52 ans.

Mme R est une patiente de 52 ans. CAS CLINIQUE N 3 Mme R est une patiente de 52 ans. Atcd chir: Hystérectomie totale Atcd med:hta 3 enfants, ménopausée à 48 ans, sans THS Palpation par son médecin traitant d une induration QSI sein droit

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010 Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour Sommaire Contexte 5 Epidémiologie... 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures.

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures. Sénologie 705 Sein Fiche 1 Mammographie de dépistage organisé Introduction Examen réalisé chez les femmes de 50 à 74 ans répondant aux critères d inclusion du Dépistage Organisé (Bulletin Officiel n 2001-43,

Plus en détail

Référentiel du cancer du sein

Référentiel du cancer du sein Référentiel du cancer du sein Référentiel du cancer du sein... 1 Introduction... 3 I. BILAN... 4 A. BILAN LOCAL... 4 1. Examen clinique... 4 2. Mammographie... 5 3. Echographie... 5 4. Prélèvements percutanés...

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich

Notre programme. Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich Notre programme Introduction Carcinome in situ (prénéoplasique) Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Sandwich T2 N0 M0 Sénologie Dr Vanderhoeven Chirurgie conservatrice Dr Marchettini Ganglion

Plus en détail

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 Formation continue pour pharmaciens Bourguillon, le 09 juin 2015 Prof. David Stucki Spécialiste FMH en gynécologie/obstétrique Spéc. en gynécologie opératoire Spéc.

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail