L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert."

Transcription

1 L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières biologiques CETAB+ Collaborateurs : Denis La France expert en agriculture biologique Chargé de projet et Serge Préfontaine agroéconomiste Coordonnateur CETAB+ Objectif : Vérifier la possibilité de détruire des engrais verts suite à une période d occultation prolongée afin d implanter une culture maraîchère sans travail du sol au printemps. Le projet réalisé à l automne 2012 et l été 2013 a consisté à vérifier la possibilité de combiner les deux approches, occultation et engrais verts, afin d optimiser la gestion des cultures maraîchères en faisant décomposer des engrais verts sous des bâches durant la saison froide. Cette méthode permet d effectuer une transplantation au printemps sans l utilisation d herbicide. La méthode a été testée sur deux fermes maraîchères québécoises. Deux types de bâches ont été testées, soit une tissée et une de polyéthylène; celles ci ont été comparées à un traitement témoin avec travail de sol au printemps. Globalement, l occultation d engrais verts a un bon potentiel de réduction du nombre de passages de machinerie, d un meilleur recyclage des éléments nutritifs, tout en diminuant significativement la pression provenant des plantes nuisibles. Pour la moyenne de l été 2013, les densités totales de plantes nuisibles étaient moins élevées par 2,5 fois avec la bâche de polyéthylène et 1,5 fois avec la bâche tissée en comparaison avec le traitement témoin. Des tendances similaires ont été observées tant pour les annuelles que les vivaces, avec certaines rares plantes sans répression, voire une augmentation (chénopode blanc) face aux traitements occultés et une majorité de plantes nuisibles subissant une réduction. Le souchet comestible, une vivace très problématique, a été réduite par 3,8 fois dans les parcelles avec le polyéthylène et par 1,6 fois avec la bâche tissée. La bâche à ensilage s est démarquée en étant plus efficace pour la répression, entre autres en raison de l absence d'orifices comme dans la tissée. Le polyéthylène est cependant reconnu pour être plus difficile à manipuler en raison de son poids et de l accumulation d eau possible. Des travaux demeurent à faire sur le sujet pour mieux comprendre la validité économique de l utilisation de la méthode, la gestion des toiles nécessitant généralement plus de temps que celui requis par les passages d équipement remplacés au printemps. Selon nos premiers essais de 2013, il semble que la méthode peut être pertinente à utiliser pour des fermes ayant des sols bien structurés (qui n ont pas besoin du travail de sol au printemps) et pour des cultures transplantées qui ont une sensibilité aux plantes nuisibles ou qui sont difficiles d accès pour le désherbage en fin de cycle (exemple : courge). Des points techniques seront à éclaircir dans de prochains projets tels l effet des toiles sur le sol et les méthodes permettant des gains d efficacité dans la gestion des toiles. «Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme Prime Vert, sous volet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture avec une aide financière du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation»

2 Occultation et engrais verts contre les mauvaises herbes en production maraîchère Sam Chauvette, agr. M.Sc. Collaborateurs : Denis Lafrance, tpa., Serge Préfontaine, agr.

3 Occultation et EV maraîchers Mise en contexte : Définition de l occultation Apport des EV en maraîchage Possibilité de combiner les méthodes? Essais du Sérail et utilisation chez Templier en France Utilisable au Québec?

4 Occultation et EV : Protocole Dispositif expérimental : Semis Avoine-Pois (160 kg/ha) 3 traitements Témoin désherbé et travail de sol printanier Toile à ensilage noire Toile tissée 6 répétitions en bloc complet aléatoires 2 sites

5 Occultation et EV : Protocole Dispositif expérimental : Semis Avoine-Pois (160 kg/ha) 3 traitements Témoin désherbé et travail de sol printanier Toile à ensilage noire Toile tissée 6 répétitions en bloc complet aléatoires 2 sites

6 Occultation et EV : Protocole Dispositif expérimental : Semis Avoine-Pois (160 kg/ha) 3 traitements Témoin désherbé et travail de sol printanier Toile à ensilage noire Toile tissée 6 répétitions en bloc complet aléatoires 2 sites

7 Occultation et EV : Protocole Déroulement des activités : Préparation de sol et semis EV = début août Roulage d EV et pose des toiles = début octobre Implantation brocolis = mi-juin et début juillet Lectures densité de PN = juillet et septembre

8 Occultation et EV : Résultats Densité totale de plantes nuisibles Tests de comparaison de Tukey avec α = 0,05

9 Occultation et EV : Résultats Densité de plantes nuisibles annuelles

10 Occultation et EV : Résultats Densité de plantes nuisibles vivaces

11 Occultation et EV : Résultats Densité de souchet comestible

12 Occultation et EV : Résultats Densité de chénopode blanc

13 Occultation et EV : Résultats Rendement en brocolis

14 Occultation et EV : Résultats Rendement en brocolis

15 Occultation et EV : Volet technicoéconomique L occultation a permis d éviter 2 passages pour désherbage (rotoculteur ou houe) Ne prend pas moins de temps (voir plus) à cause de la gestion de la toile Toiles sont reconnues pour durer plus de 7 ans

16 Occultation et EV : Volet technicoéconomique Toile à ensilage Toile à ensilage Toile tissée Prix 0,83 $/m 2 0,84 $/m Poids 182 g/m 2 99 g/m 2 Épaisseur 0,2 mm 0,5 mm

17 Occultation et EV : conclusion La presque totalité des plantes nuisibles observées ont diminué significativement L effet sur les rendements est de nul à faible La qualité de la structure du sol est primordiale Quel est l importance du brassage superficiel du sol pour la minéralisation? La technique semble prometteuse, un succès avec les conditions climatiques en

18 Occultation et EV : la suite Effet sur le réchauffement du sol? Autres types de toiles possibles à utiliser? Effet sur les rendements d autres cultures? Brassage de sol essentiel pour une bonne minéralisation?

19

20 Conférence de Sam Chauvette, agr. M.Sc Période de questions

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a.

CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a. L OCCULTATION EN PRODUCTION MARAÎCHÈRE COMME OUTIL DE GESTION DE PLANTES NUISIBLES ET DE DESTRUCTION D ENGRAIS VERT CETA-1-11-1588 Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL Réalisé par : Sam Chauvette agr.

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

Innovant flexible plus sûr! Applications avant semis au printemps. Le meilleur du monde pour l agriculture suisse

Innovant flexible plus sûr! Applications avant semis au printemps. Le meilleur du monde pour l agriculture suisse Innovant flexible plus sûr! Applications avant semis au printemps Le meilleur du monde pour l agriculture suisse Technologie de nouvelle génération grâce à sa formulation avec sel de potassium et ses nouveaux

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre es techniques culturales sans labour () en pomme de terre De par son mode de culture en buttes, la culture de pomme de terre est particulièrement sensible aux problèmes de ruissellement et d érosion sur

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Le buttage du soya : une solution au problème de l herbe à poux? Maryse Leblanc IRDA Daniel Cloutier, Pierre-Antoine Gilbert Plan de la présentation Introduction -Biologie i - Problématique Objectif Méthodologie

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin 2015. Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données»

Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin 2015. Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données» Restitution des tables rondes de la première journée du mardi 9 juin 2015 Table ronde n 3: «Systèmes d informations et de partage des données» Sommaire 1. Intérêt d un observatoire de l Océan Indien

Plus en détail

Le toit vert de l École d agriculture de Nicolet un projet grandeur nature

Le toit vert de l École d agriculture de Nicolet un projet grandeur nature Le toit vert de l École d agriculture de Nicolet un projet grandeur nature 1. C est quoi un toit vert? Un toit vert ou une toiture végétalisée c est en quelque sorte un jardin qu on installe sur un toit.

Plus en détail

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE DEPARTEMENTS DE LA LOIRE ET DU RHONE 2015 PORTEURS DE PROJET

Plus en détail

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

BULLETIN DE VEILLE. Bilan de saison La tomate de serre. Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012

BULLETIN DE VEILLE. Bilan de saison La tomate de serre. Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012 BULLETIN DE VEILLE Volume 4, Numéro 12 Le 10 février 2012 En ligne : www.cqh.ca Bilan de saison La tomate de serre Ce bilan de saison récapitule les différentes tendances de prix pour la tomate de serre

Plus en détail

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire Charges fertilisantes des effluents d élevage Modalités de reconnaissance des valeurs références pour la période transitoire Denis Côté, IRDA Mars 2003 MAPAQ Photos tirées de «Guide des Pratiques de conservation

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l. Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table

CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l. Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE GEMBLOUX HORTIFORUM a.s.b.l Comparaison de différentes tailles pour la conduite de raisin de table Janvier 2010 Olivier Gricourt Table des matières 1.Thème de l essai et objectifs

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS

GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS L objectif de cet essai est de tester différents mélanges de semences provenant de plusieurs fournisseurs de «gazons fleuris» servant à végétaliser

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES

SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES SUIVI DES ACTIVITÉS PROMOTIONNELLES Page de . CONTEXTE Conformément à l engagement pris dans le cadre du dossier R--0, le Distributeur a informé la Régie le octobre 0 de son intention de procéder à un

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPCEES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPCEES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPCEES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION INDICATEURS POUR LES OBJECTIFS FIGURANT DANS LA VISION DE LA STRATEGIE CITES POUR 2008 A 2013 BUTS

Plus en détail

Règlement du concours dans le cadre de l opération «Fête-moi Signes» de 2014

Règlement du concours dans le cadre de l opération «Fête-moi Signes» de 2014 Règlement du concours dans le cadre de l opération «Fête-moi Signes» de 2014 I. Le concours dans les enseignes de la distribution 1- Objectif global du concours L objectif du concours est de mettre en

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Règlement du concours dans le cadre de l édition 2012 du «mois de l origine et de la qualité»

Règlement du concours dans le cadre de l édition 2012 du «mois de l origine et de la qualité» Règlement du concours dans le cadre de l édition 2012 du «mois de l origine et de la qualité» I. Le concours dans les enseignes de la distribution 1- Objectif global du concours L objectif du concours

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques Congrès 2008 de la Société canadienne d évaluation Valéry Roy-Gosselin Direction de la planification et de l évaluation MInistère des Ressources

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Fonds Jeunes promoteurs CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Volet A : concrétisation de projets

Plus en détail

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE 0 1 Objectifréno.fr Le projet «Objectifréno» du PETR du Pays Sud Toulousain est lauréat de l Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) de l ADEME

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

AG/RES. 1 (XXVI-E/99) STATUT DU CENTRE D ÉTUDES DE LA JUSTICE DES AMÉRIQUES

AG/RES. 1 (XXVI-E/99) STATUT DU CENTRE D ÉTUDES DE LA JUSTICE DES AMÉRIQUES AG/RES. 1 (XXVI-E/99) STATUT DU CENTRE D ÉTUDES DE LA JUSTICE DES AMÉRIQUES (Résolution adoptée à la deuxième séance plénière tenue le 15 novembre 1999) L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, VU le rapport présenté à la

Plus en détail

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Q. LIMBOURG, V. CESAR, L. JAMAR Contexte Pomme de terre & cultures fruitières

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Mémoire présenté par le Consortium pour le développement durable de la forêt gaspésienne lors de la consultation publique tenue le

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉPÔT DE PROJET STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS

GUIDE POUR LE DÉPÔT DE PROJET STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS GUIDE POUR LE DÉPÔT DE PROJET STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS Version 1 I mars 2014 1 Stages et projets étudiants 1 Formulaire de dépôt de projet 2 Description du projet 2 Profil des participants 2 Objectifs

Plus en détail

1 STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS

1 STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS VERSION 1 I MARS 2014 1 STAGES ET PROJETS ÉTUDIANTS 1 FORMULAIRE DE DÉPÔT DE PROJET 2 Description du projet 2 Profil des participants 2 Objectifs et retombées attendues 3 Préparation

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

C est quoi le RREGOP?

C est quoi le RREGOP? C est quoi le RREGOP? C est un acronyme signifiant : Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics. Créé le 1 er juillet 1973, le RREGOP vise les employés réguliers et occasionnels

Plus en détail

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM

Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM Siemens Medical Solutions Annexe M07 Formation utilisateurs pour IRM www.siemens.fr/medical Formation utilisateurs Cette formation doit permettre aux utilisateurs d utiliser le matériel conformément aux

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Surveillance des infections du site chirurgical

Surveillance des infections du site chirurgical Surveillance des infections du site chirurgical Programme national réalisé par Swissnoso sur mandat de l ANQ Version abrégée Rapport comparatif national 2012-2013 Périodes de relevé : 1 er octobre 2012

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE DES ORGANISMES PANAM

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE DES ORGANISMES PANAM POLITIQUE DE RECONNAISSANCE DES ORGANISMES PANAM AOÛT 2012 PRÉPARÉ PAR LE BUREAU DU LOISR DE LA DIRECTION DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE 2 1. Présentation À Montréal, 80 % des activités de sport et de

Plus en détail

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives

Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Solutions SMART pour la formation Optez pour des sessions de formation interactives et collaboratives Dynamisez vos formations! Boostez votre productivité Fonctionnement de la formation SMART Les solutions

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

Pratiquez. le référencement web pour réussir votre. business en ligne!!

Pratiquez. le référencement web pour réussir votre. business en ligne!! Pratiquez le référencement web pour réussir votre business en ligne!! Daniel TANON Président Ebusiness Consulting Inc Tél.: 237 99 76 63 27 BP: Yaoundé - Cameroun Commençons par voir notre exposé de ce

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Accompagnement de projet environnement. Entreprise : Scell-it Yourself

Accompagnement de projet environnement. Entreprise : Scell-it Yourself Accompagnement de projet environnement Entreprise : Scell-it Yourself 1. Présentation de l entreprise Raison sociale : Scell-it Yourself Adresse : 104, rue du Courbillon 59175 VENDEVILLE/FRANCE Dirigeant

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Par Mélanie Boivin, bibliothécaire

Par Mélanie Boivin, bibliothécaire L exercice d une veille informationnelle en milieu gouvernemental : l expérience du Centre de documentation de la CSST Par Mélanie Boivin, bibliothécaire Plan de la présentation CSST et Centre de documentation

Plus en détail

FORMATION DES DÉTAILLANTS. Piscines efficaces. La pompe à deux vitesses. Module 2.4.4 Mai 2013

FORMATION DES DÉTAILLANTS. Piscines efficaces. La pompe à deux vitesses. Module 2.4.4 Mai 2013 FORMATION DES DÉTAILLANTS s efficaces La pompe à deux vitesses Module 2.4.4 Mai 2013 OBJECTIFS DE LA FORMATION À LA FIN DE LA FORMATION, VOUS SEREZ EN MESURE DE : convaincre vos clients des avantages d

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Avril 2011 Préparer sa retraite est un exercice déjà compliqué lorsque l on vit en France. Mais lorsqu on se trouve à l étranger depuis un certain temps,

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Lieu : Hemroulle Date de semis : le 28/04/04 Date de récolte : le 25/10/04 Variétés

Plus en détail

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Objectifs du logiciel Fonctionnalités du logiciel Caractéristiques techniques du logiciel 1. Objectifs du logiciel Collecter, stocker

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable)

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) B) COMMENT MIEUX FAIRE FACE AU STRESS? Institut Prévenir Guérir 1 1) OBJECTIF : MIEUX FAIRE FACE AU STRESS La finalité d une bonne «gestion» du stress -

Plus en détail

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English.

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English. Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada Sommaire de gestion Présenté au ministère du Patrimoine canadien Le 1er août 2012 par TNS Numéro du contrat : C1111-110947-001-CY

Plus en détail

d importants problèmes financiers!

d importants problèmes financiers! Un complément précieux avec nos assurances incapcité de gain. Protégez-vous pour éviter d importants problèmes financiers! Vous avez certainement assuré vos biens au mieux. Mais qu en est-il de votre sécurité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

Championnat du Monde de Voile sur Neige & Glace - WISSA Coupe du Québec 2008

Championnat du Monde de Voile sur Neige & Glace - WISSA Coupe du Québec 2008 1. Constitution de la Coupe du Québec Règles techniques 1.1 L'organisation du championnat de voile sur neige & glace du Québec est réalisée sous la direction d un comité directeur reconnu qui établit les

Plus en détail

Table des matières. Introduction 2

Table des matières. Introduction 2 Table des matières Introduction 2 Section 1 : Que faut-il savoir sur le poids et l amaigrissement Le poids et la santé 3 L ABC de l amaigrissement 6 Conséquences des méthodes amaigrissantes 8 Maigrir n

Plus en détail

Manuel d utilisation à l usage des représentants de l État

Manuel d utilisation à l usage des représentants de l État Rapport unique Manuel d utilisation à l usage des représentants de l État Version 1 1 Table des matières Table des matières...2 Introduction...3 Navigateurs web...4 Les arrondis...error! Bookmark not defined.

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale.

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale. COMPTE EPARGNE TEMPS Note d'information N 2010-15 du 6 septembre 2010 COMPTE EPARGNE TEMPS REFERENCE : Décret n 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne temps

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Programme Agroforesterie 2006/08. Groupe de Travail GT1

Programme Agroforesterie 2006/08. Groupe de Travail GT1 Mission DAR Année et N du projet : 2005 N 321 Programme Agroforesterie 2006/08 Groupe de Travail GT1 Outils d aide à la décision en agroforesterie Responsable de groupe : Christian Dupraz (INRA) R 1.2

Plus en détail