Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire"

Transcription

1 Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire 2007

2 Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire Documen d Eude Sepembre

3 Sommaire Inroducion... 4 A. Cas du Sénégal... 5 A. I. Analyse du Taux de Change Effecif Réel (TCER)... 5 A. II. Calcul du Taux de Change Effecif Réel d Equilibre (TCERE)... 7 A. III. Calcul du mésalignemen du TCER : A. IV. Impac du TCER sur les exporaions : A. V. Résulas des simulaions du modèle SIMPRES : B. I. Analyse du aux de change effecif réel B. II. Déerminaion du aux de change effecif réel d équilibre (TCERE) B. III. Calcul du mésalignemen du TCRE B. IV. Impac du TCRE sur les exporaions : Conclusion Références ANNEXES Annexe A : variables explicaives reenues dans le cas du Sénégal Annexe B : variables explicaives reenues dans le cas de la Côe d Ivoire

4 Inroducion Le dynamisme e l ouverure de l économie chinoise conjugués à la rès fore progression du budge de la défense américaine on conribué à creuser les déficis budgéaires e exérieurs courans de ce pays au cours de ces dernières années. En conséquence, la valeur du dollar américain n a cessé de se déprécier vis-à-vis des monnaies des principaux parenaires commerciaux des Eas Unis, noammen l Asie e l Union européenne. Le Franc CFA, arrimé à l euro s es apprécié affecan ainsi la compéiivié des économies de la zone par rappor aux aures pays. Nous nous proposons de mesurer, l effe de cee appréciaion de l euro vis-àvis du dollar américain sur les exporaions sénégalaises. Pour cela, nous uiliserons le aux de change effecif réel mesuré par les prix à la consommaion comme indicaeur de compéiivié. La première parie du ravail consise à analyser le aux de change effecif réel à parir duquel sera esimé celui d équilibre. Ce dernier es uilisé pour évaluer l évenuel désalignemen de la monnaie naionale (surévaluaion ou sous-évaluaion). L impac d un désalignemen de la monnaie sur les exporaions sénégalaises es par la suie examiné. L éude es enrichie par les résulas des simulaions du modèle SIMPRES. La seconde parie es consacrée à une analyse comparaive avec la Côe d Ivoire. Pour cela, le aux de change effecif réel d équilibre, le mésalignemen ainsi que son impac sur les exporaions ivoiriennes son évalués comparaivemen au Sénégal. 4

5 A. Cas du Sénégal A. I. Analyse du Taux de Change Effecif Réel (TCER) Le Taux de Change Effecif Réel (TCER) es calculé à parir des prix à la consommaion du Sénégal ou des coûs uniaires de producion noammen le coû du ravail. Au Sénégal, le TCER es calculé à parir des prix à la consommaion e en prenan comme année de base l année Il ressor de ce indicaeur que des gains de compéiivié de 32,1% on éé enregisrés au lendemain de la dévaluaion de 50% du Franc CFA en Enre 1994 e 2006, des gains de compéiivié de 4,2% son enregisrés grâce au différeniel d inflaion par rappor aux principaux parenaires, favorable. Au oal, les gains de compéiivié cumulés son esimés à 36,3%. Touefois, une mise à jour de l année base condui à des résulas différens. Avec l année 2000 comme année de base, il ressor que : la dévaluaion de 1994 a engendré des gains de compéiivié de 35%. Cependan, enre 1994 e 2005, l économie a enregisré des peres de compéiivié de 3,1% suivan les calculs de la DPEE conre des peres de 5% suivan ceux du FMI (cf documen de ravail du FMI publié en janvier ). Par rappor à 2006, les peres enregisrées son évaluées à près de 3,6%. Au oal, préservés à fin ,7% des gains issus de la dévaluaion son La divergence des résulas issus du choix des deux années de base (1996 e 2000) a condui à examiner le comporemen du TCER suivan l année de base En prenan 2005 comme année de base, les résulas suivans son obenus : les gains de compéiivié issus de la dévaluaion de 1994 son esimés à 31,9%. De 1994 à 2006, l économie a enregisré des peres de compéiivié de 1,7%. Au oal, 30,7% des gains issus de la dévaluaion son préservés à fin Au oal, il apparaî que les résulas son sensibles au choix de l année de base e qu ils son convergens pour les années de base 2000 e Ainsi, une parie 1 Fonds Monéaire Inernaional, Quesions générales sur l économie sénégalaise, Reza Vaez-zadeh, Taline Koranchelian, Magnus Saxegaard, janvier

6 des gains issus de la dévaluaion a éé perdue en raison de l appréciaion de la monnaie par rappor à celle des pays parenaires. Ces changemens raduisen les modificaions de la srucure des échanges commerciaux du Sénégal au cours du emps avec l amélioraion des échanges avec l UEMOA e les aures pays africains au dérimen de l Union européenne qui a vu sa par dans les échanges exérieurs du Sénégal passer de 51,1% à 44,4% enre 1996 e Les échanges avec l UEMOA e les aures pays africains son passés respecivemen de 8,5% à 11,1% e de 11,2% à 16,1% enre les mêmes périodes. Aussi, dans oue la suie du ravail l année de base 2005 sera uilisée. 6

7 A. II. Calcul du Taux de Change Effecif Réel d Equilibre (TCERE) Le Taux de Change Effecif Réel d Equilibre es celui qui perme de réaliser l équilibre inérieur e exérieur de l économie. Pour l évaluer, nous régressons le TCER suivan ses déerminans fondamenaux. PIB ech p A D L log 0 1 log + 2 log + 3 log 4 log + 1 p PIB m PIB PIB nech L nech x ech ( E ) = a + a a a + a ε ( ) ε représene le erme d erreur ; Avec E le Taux de Change Effecif Réel (TCER). Le TCER es côé à l incerain donc une baisse (resp. une hausse) de son niveau radui une appréciaion (resp. une dépréciaion) réelle de la monnaie. p p x m désigne les ermes de l échange. Une augmenaion des ermes de l échange devrai enraîner une appréciaion du TCER dans la mesure où elle améliore la balance commerciale. Le coefficien devrai donc êre négaif. A es le niveau d absorpion rapporé au PIB. PIB Il es supposé qu un niveau d absorpion élevé es un indicaeur de surchauffe de l économie enraînan une hausse des prix inérieurs relaivemen aux prix des pays parenaires ; ce qui condui à une appréciaion du TCER. Ainsi devrai êre négaif. D représene les enrées nees de capiaux (variaion des avoirs PIB exérieurs nes moins le solde de la balance commerciale) rapporé au PIB. Des enrées de capiaux plus abondanes impliquen un relèvemen de la demande globale. Elles conduisen ainsi à un relèvemen des prix inérieurs e donc à une appréciaion du TCER. Le signe aendu de es négaif. 7

8 PIB e enfin PIB ech nech L L ech nech représene le rappor enre les produciviés du ravail des seceurs échangeables e non échangeables avec L i = ech, nech, le nombre de ravailleurs pour chaque seceur. Il es supposé que le seceur non échangeable es consiué des branches de l énergie e des BTP andis que le seceur échangeable regroupe l ensemble des aures branches. Une augmenaion de la producivié dans le seceur échangeable par rappor au seceur non échangeable es censée réduire l offre de biens non échangeables éan donné qu il enraînera, un déplacemen de la main-d œuvre vers le seceur échangeable e par conséquen une augmenaion de l offre de biens échangeables. Il s ensui une augmenaion des exporaions e une diminuion des imporaions ; donc une appréciaion du TCER. De ce fai, le signe aendu de es négaif. Les esimaions 2 son réalisées par la méhode des moindres carrés ordinaires (MCO). Les données proviennen des compes naionaux de l Agence Naionale de la Saisique e de la Démographie (ANSD). La période d esimaion s éend de 1980 à i Les résulas son les suivans : PIB ech p x A D L ech log ( E ) = log 2.44 log 0.36 log 1.09 log 1 ( ) ( 5.12 ) p ( 2.33 ) ( 3.69 ) ( 6.31 ) PIB m PIB PIB nech L nech ( ) 2 R = Les ess de racine uniaire e de coinégraion son réalisés préalablemen à l esimaion. Ces derniers on révélé que oues les variables du modèle son inégrées d ordre1 e que l hypohèse d exisence d une relaion de coinégraion ne peu êre rejeée. 8

9 Les valeurs enre parenhèses représenen les de Suden des coefficiens esimés. La valeur du coefficien de déerminaion ajusé, monre bien que l ensemble des variables explicaives du modèle ainsi spécifié on une influence sur la variable dépendane 3 e que les signes des coefficiens esimés son ceux aendus conformémen à la héorie économique. Il apparaî que ous les coefficiens esimés son significaifs à 5%. Le aux de change réel d équilibre de long erme es obenu en remplaçan les variables fondamenales du côé droi de l équaion précédene par leurs valeurs d équilibres de longue période ou endance de long erme. Pour esimer ces valeurs, la plupar des aueurs choisissen de remplacer les fondamenaux par des moyennes mobiles cenrées sur plusieurs années ou en faisan appel à une méhode de filrage afin d exraire la composane permanene. C es cee seconde méhode que nous allons mere en œuvre, en uilisan le filre d Hodrick-Presco avec un paramère de lissage lamda équivalen à La valeur d équilibre de long erme du TCER sera noée ici «E équilibre». 3 La variable du degré d ouverure (le raio de la somme des exporaions e imporaions sur le PIB) se révélan saionnaire ne pourrai faire parie des variables explicaives pour des raisons d inférence saisique. D aures variables explicaives elles que le crédi inérieur e l invesissemen rapporé au PIB n on pas éé probanes en erme de significaivié. 4 En réalié, rois valeurs du paramère de lissage son uilisées : 30, 100 e 400. Les résulas son quasimen les même en dehors du fai que la valeur 400 ressor mieux les flucuaions des variable quan on sai que les pays en développemen subissen régulièremen des chocs exogènes don l ampleur se li à ravers des cycles cours e rès volailes. 9

10 A. III. Calcul du mésalignemen du TCER : Le mésalignemen du aux de change effecif réel par rappor à sa posiion d équilibre es évalué par son écar au aux d équilibre calculé ci-dessus («E équilibre»). Il se noe : MIS = E équilibre E E ( 2) Un signe posiif sera synonyme de surévaluaion du aux de change réel couran e un signe négaif de sous - évaluaion. Le degré de mésalignemen du aux de change réel peu êre résumé à l aide du graphique suivan : Graphique 1 : Evoluion du degré de mésalignemen.3.2 surévaluaion sous-évaluaion MIS_2005 Noe : cee évoluion du mésalignemen es comparée à la valeur zéro. Lorsque la courbe se siue au-dessus de Zéro on di que le TCER es surévalué, dans le cas conraire on di qu il es sous-évalué. La représenaion graphique du mésalignemen révèle que sur oue la période d esimaion le TCER s es écaré de son niveau d équilibre. La surévaluaion correspond à deux sous-périodes. Le première sous-période s éend du milieu des années quare ving à la veille de l année de la dévaluaion. La deuxième souspériode commence à parir de l année 2002 jusqu en

11 Ainsi on peu aisémen remarquer que la dévaluaion du FCFA de 1994 a éé suffisammen fore pour enraîner une sous-évaluaion du TCER. Cependan, éan donné l évoluion des condiions économiques inernes e exernes, les gains de compéiivié-prix engendrés par la dévaluaion se son effriés au fil des années pour finalemen s annuler en Depuis cee année le TCER es resé surévalué. Ainsi, le aux de change es sur évalué respecivemen de 3% en 2002, 11% en 2003, 13,8% en 2004 e 9,2% en 2005, soi une moyenne annuelle de 9,3%. La persisance du mésalignemen, désignan le emps nécessaire pour qu un choc uniaire sur le aux de change réel se dissipe à moiié, es appréciée par l indicaeur h défini par : ( ) ( ρ ) ln 2 h = ln Où ρ désigne le coefficien auorégressif d ordre un de la variable du méslignemen (voir Mark 2001) 5. Elle es évaluée à un peu plus de 4 ans, ce qui signifie que l ajusemen suie à un choc s effecue à plus de 10% par an. ( 3) 5 Rogoff (1996) esime la demi-vie enre rois e cinq ans pour les pays développés andis que Lopez e al. (2003) la fixe enre 12 e 16 ans pour ce qui es des pays en voie de développemen. Une récene éude sur le Maroc (Bouoiyour e al. 2004) a monré que la demi-vie es de rimesres soi un peu plus de 8 ans. 11

12 A. IV. Impac du TCER sur les exporaions : Dans le bu d analyser l impac du TCER sur les exporaions du Sénégal, l éude se propose de spécifier une foncion d exporaion où les indicaeurs de la variabilié du TCER son considérés comme des variables exogènes. La foncion d exporaion es spécifiée comme sui : ( X ) = α + α VOL + α MIS + α ( PIB ) + µ ( ) log log Où X représene les exporaions oales ; MIS le degré de mésalignemen du TCER e PIB le produi inérieur bru en volume. VOL désigne la volailié du TCER 6. Ce indicaeur es uilisé en lieu e place du TCER. Il convien de préciser que les variables capan la demande mondiale adressée au Sénégal (les PIB de l Union Européenne, de l UEMOA e de l Inde) on éé iniialemen sélecionnées comme pouvan expliquer les exporaions. Néanmoins les résulas auxquels elles on aboui ne se son pas révélés saisfaisans an par le signe aendu que par la significaivié. Il es aendu que soi négaif en raison du fai que la volailié du TCER accroi les risque de change e décourage les ransacions inernaionales. La surévaluaion du TCER décourage égalemen les exporaions à la mesure des peres de compéiivié prix qu elle aura engendré. Enfin le PIB capure les capaciés d offre du Sénégal quan on sai que pour un pays qui n a pas encore aein un cerain niveau de développemen, les exporaions son largemen ribuaires de son volume de producion. 6 D une manière générale, la volailié du TCER es mesurée par son écar-ype lorsque les données son infra annuelles. Cependan, à défau, l éude se propose de calculer la volailié du TCER, pour une année, comme l écar-ype des données annuelles sur un inervalle de cinq années, l année consiuan le cenre de l inervalle. Formellemen, la volailié se mesure comme sui : VOL = E E avec E le TCER e sa moyenne sur l inervalle de emps considéré. 5 i= 2 ( ) 2 i 12

13 Les résulas des esimaions son les suivans : ( ) ( 9.10) ( 2.01) ( 5.11) ( 29.54) ( ) ( ) log X = VOL MIS log PIB 4 2 R = 0.97 Les valeurs enre parenhèses représenen les de Suden des coefficiens esimés. Les résulas corroboren les prédicions sur les signes aendus de coefficiens lesquels son, de surcroî, ous significaifs. Ainsi, la volailié e, plus encore, la surévaluaion du TCER affecen négaivemen les exporaions. Le mésalignemen observé depuis 2002 a enraîné des baisses de volume d exporaions respecives de 1,1% en 2002, 3,9% en 2003, 4,8% en 2004 e 3,2% en 2005 ; soi une baisse moyenne annuelle de 3,2%. D où l inérê d envisager des poliiques économiques visan, à cour erme, à la sabilisaion des flucuaions du TCER e, à long erme, au reour du TCER vers son niveau d équilibre. A ce égard, à cour erme, il conviendrai de maîriser les dépenses publiques e consolider la sabilié des prix. A moyen e long erme, il conviendrai de pallier les problèmes srucurels qui influen sur le aux de change d équilibre. Ainsi, la producivié des enreprises e le clima des affaires devraien êre améliorés, le coû du ravail rédui, e les exporaions diversifiées. Par ailleurs, les esimaions on révélé que les exporaions son en majeure parie expliquées par les capaciés d offre du pays. En effe, le coefficien associé au PIB es posiif e largemen supérieur, en valeur absolue, aux coefficiens des aures variables e à l unié. En conséquence, les exporaions son plus sensibles au PIB, raduisan ainsi une sous uilisaion des capaciés de producion. Ainsi, une hausse de 1% du PIB se radui par une augmenaion des exporaions de 1,36%. 13

14 A. V. Résulas des simulaions du modèle SIMPRES : A parir du modèle SIMPRES, des simulaions on éé effecuées sur sep ans, en ermes d appréciaion de 7,7% de l euro par rappor au dollar, correspondan à la hausse moyenne annuelle de l euro de 2002 à Les simulaions indiquen qu à cour erme, les exporaions baissen de 0,3% andis que les imporaions augmenen de 0,05%. Au bou de sep ans, les exporaions baissen de 0,5% e les imporaions progressen de 7,6%. Tableau 1: Impac d'une hausse de 7,7% de l'euro sur les échanges exrieurs Années Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5 Année 6 Année 7 CUMUL IMPORTATIONS 0,05-1,26 0,65 1,55 1,47 1,68 3,44 7,6 EXPORTATIONS -0,26-0,32-0,24-0,22 0,08 0,08 0,38-0,5 14

15 B. I. Analyse du aux de change effecif réel Compe enu du degré d ouverure de la Côe d Ivoire e du Sénégal e de leurs poids respecifs au sein de la zone UEMOA (35 e 19%), le suivi de la compéiivié économique devien primordial surou dans un conexe marqué par l appréciaion du Franc CFA par rappor au dollar. Nous nous proposons de mesurer l effe de cee appréciaion de l euro vis-à-vis du dollar américain sur les exporaions ivoiriennes e de faire la comparaison avec les résulas rouvés dans le cas du Sénégal. L évoluion du TCER de la Côe d Ivoire calculé par le FMI à parir des prix à la consommaion e en prenan l année 2000 comme année de base présene des similiudes avec celle du Sénégal. L examen de ce TCER, au cours de la période e en comparaison avec celui du Sénégal, perme de disinguer rois endances disinces (voir graphique 1) : une dépréciaion du TCER se raduisan par des gains de compéiivié de 7,6% pour la Côe d Ivoire e 3,5% pour le Sénégal sur la période , marquée par une inflaion moins élevée en Côe d Ivoire (+6,6%) qu au Sénégal (+11,7%) sur cee période ; une appréciaion du TCER se raduisan par des peres de compéiivié de 3,2% pour l économie ivoirienne e de 4,0% pour celle sénégalaise sur la période où l inflaion éai plus élevée en Côe d Ivoire (+3,4%) qu au Sénégal (+1,6%). Touefois, enre 1988 e 1993, les économies ivoirienne e sénégalaise on enregisré respecivemen des gains de compéiivié de 0,5% e 3,0% ; une reprise de l appréciaion du TCER enre 1995 e 2005 après la dévaluaion de 50% du Franc CFA en 1994 se raduisan par des peres de compéiivié de 13,8% de l économie ivoirienne e de 3,1% pour celle sénégalaise. Le aux d inflaion s es siuée en moyenne à 4,1% en Côe d Ivoire conre 2,1% pour le Sénégal sur oue la période. 15

16 Globalemen, au lendemain de la dévaluaion de 50% du Franc CFA en 1994, l économie ivoirienne a enregisré des gains de compéiivié de 38,5%. Pour le Sénégal, ces gains de compéiivié éaien évalués à 35%. Enre 1994 e 2005, l économie ivoirienne a enregisré des peres de compéiivié de 19% alors que celle sénégalaise a affiché des peres de 2%. Ainsi, 19,5% des gains issus de la dévaluaion son préservés à fin 2005 pour la Côe d Ivoire e 33% pour le Sénégal. Graphique 1 : Evoluion des TCER du Sénégal e de la Côe d Ivoire 200,00 180,00 160,00 140,00 120,00 100,00 80,00 60,00 40,00 20,00 0, TCER_ci_2000 TCER_sn_2000 Source : DPEE e IFS 2007(FMI) 16

17 B. II. Déerminaion du aux de change effecif réel d équilibre (TCERE) L analyse de l évoluion du aux de change effecif réel ainsi que son mésalignemen es éendue pour le cas de la Côe d Ivoire. L inérê éan d apprécier le désalignemen du Franc CFA par rappor au dollar au sein de l UEMOA par l analyse de la siuaion de la Côe d Ivoire après celle du Sénégal 7. Comme pour le cas du Sénégal, la méhodologie de déerminaion du aux de change effecif réel d équilibre (TCERE) es guidée par l approche du aux de change d équilibre fondamenal (TCEF) qui consise à déerminer le TCERE à ravers les fondamenaux de l économie. Cependan ces variables fondamenales expliquan les flucuaions du TCER ne son pas nécessairemen les mêmes pour les deux pays. Des ess saisiques enrichis d une analyse économique on éé effecués pour sélecionner les principales variables responsables des flucuaions du TCER. Ces variables son : Les ermes de l échange (TOT) don une augmenaion devrai enraîner une appréciaion du TCER ; Les dépenses de consommaion de l Ea rapporées au PIB (G) qui devraien enrainer une augmenaion de la demande inérieure e donc une appréciaion du TCER. Le degré d ouverure(open) mesuré par le rappor enre la somme des exporaions e des imporaions e le PIB. Il es supposé qu une limiaion du degré d ouverure provoque une baisse du prix relaif des biens échangeables par rappor aux biens non-échangeables, ce qui condui à une appréciaion du TCER. Touefois, les expériences empiriques on monré que le signe aendu rese ambigu du fai qu il dépend de l évoluion (amélioraion ou déérioraion) du solde commercial. 7 La par du PIB nominal de la Côe d Ivoire dans celui de l UEMOA es de 35 % e celle du Sénégal es de 19%. 17

18 La dee exérieure (DETEXT) qui en augmenan exerce une pression sur la demande des bien échangeable e non-échangeables e par conséquen un relèvemen des prix des biens non-échangeables, d où une appréciaion du TCER. L équaion ainsi obenue es la suivane : log( E ) = α 1 log( TOT 1) + α 2 log( G ) + α 3 log( OPEN ) + α 4 log( DETEXT 1 ) + ε ( 1) Où E es le TCER évalué à l incerain. Les ess de racine uniaire e de coinégraion ne pouvan rejeer l hypohèse d exisence d une relaion de long erme, l esimaion du veceur de coinégraion es réalisée par la méhode des moindres carrés ordinaires. Les données proviennen des bases de données de la Banque mondiale (World Developmen Indicaors, 2006) e du Fonds Monéaire Inernaional (Inernaional Financial Saisics, 2007). Les résulas son les suivans : log( E ) = 0.27 log( TOT 1 ) 0.33 log( G ) 0.08 log( OPEN ) 0.44 log( DETEXT 1 ) ( 1.94 ) ( 2.28 ) ( 2.40 ) ( 2.96 ) R 0,76 ( 1 ) Les valeurs enre parenhèses représenen les de Suden des coefficiens esimés. La valeur du coefficien de déerminaion ajusé monre bien que l ensemble des variables explicaives du modèle ainsi spécifié on une influence sur la variable dépendane. Les signes des coefficiens des variables explicaives, excepé le degré d ouverure pour lequel l effe inverse es obenu, son ceux aendus. Pour ce qui es de l ouverure, les ravaux empiriques on monré que le signe du coefficien qui lui es associé es ambigu dans la mesure où la réacion du aux de change réel d équilibre dépend l évoluion du compe couran (déérioraion ou amélioraion). 18

19 B. III. Calcul du mésalignemen du TCRE Comme pour le cas du Sénégal, la déerminaion du mésalignemen passe avan ou par le calcul du aux de change effecif réel d équilibre TCERE qui consise à remplacer les variables fondamenales du côé droi de l équaion (1) par leurs valeurs d équilibres de longue période auremen di les valeurs pour lesquelles les variables fondamenales son jugées souenables. L exracion de la composane de long erme des variables fondamenales es rendue possible par l uilisaion du filre Hodrick-Presco avec un paramère de lissage lamda équivalan à 400. La valeur d équilibre de long erme du TCRE sera noée ici «E é». Le mésalignemen quan à lui sera évalué à l aide de l expression suivane : é (2) Un signe posiif sera synonyme de surévaluaion du aux de change réel couran e un signe négaif de sous - évaluaion. Graphique 2 : Mésalignemen du TCER de la Côe d Ivoire Graphique 3 : Comparaison des degrés de Mésalignemen des TCER du Sénégal e de la Côe d Ivoire.3.2 Surévaluaion Sous-évaluaion MIS_CIV MIS_CIV MIS_SEN MIS_SEN_CIV La représenaion graphique du mésalignemen révèle que le TCER s écare de son niveau d équilibre. Sur oue la période, la surévaluaion correspond neemen à 19

20 deux sous-périodes ( , ). Cee reprise de la surévaluaion semble êre plus marquée au Sénégal qu en Côe d Ivoire. L évoluion des mésalignemens de la Côe d Ivoire e du Sénégal es représenée par les graphiques 2 e 3. Ces graphiques révèlen des ressemblances dans les phases de dépréciaion e d appréciaion des TCER des deux pays. Cependan, si le TCER du Sénégal a connu, avan l année 1994, deux phases disinces de sous-évaluaion e de surévaluaion, celui la Côe d Ivoire a éé quasimen surévalué duran cee période. Il es possible d expliquer cee surévaluaion plus accenuée en Côe d Ivoire par, d une par, le fai que l économie ivoirienne enregisre des excédens commerciaux imporans enraînan une appréciaion de son TCER e, d aure par, par les pressions inflaionnises qui son plus marquées en Côe d Ivoire qu au Sénégal. La dévaluaion du FCFA inervenue en 1994 a eu un impac for - e dans le sens aendu sur les TCER des deux économies, mais celui-ci es plus prononcé en Côe d Ivoire qu au Sénégal. Les ajusemens qui se son opérés depuis lors, par les forces du marché, on ramené les TCER vers leur niveau d équilibre puis à un éa de surévaluaion au cours des années Noons que les ajusemens on éé plus rapides au Sénégal don le TCER a rerouvé son niveau d équilibre en 2002 c'es-àdire deux années avan que le TCER de la Côe d Ivoire n aeigne le sien. En effe, la persisance du mésalignemen a éé calculée via l indicaeur «demi-vie (half-life)» qui perme de déerminer le emps nécessaire pour qu un choc uniaire affecan le TCER voi son impac se dissiper à moiié. Elle es esimée à 5,7 ans, alors qu elle es de 4 ans pour l économie sénégalaise. Par ailleurs, sous l hypohèse que les mésalignemens observés en 2005 se mainiennen en 2006 e 2007, l on es amené à penser que de nos jours la surévaluaion concerne davanage le Sénégal que la Côe d Ivoire. Par conséquen, s il es permis de considérer que, dans l UEMOA, les deux plus grandes économies (représenan 54% du PIB de l Union) en consiuen un échanillon représenaif, alors le niveau du TCER de l Union, quoique surévalué, se rouverai dans des proporions accepables. 20

21 B. IV. Impac du TCRE sur les exporaions : Dans le bu d analyser l impac du TCRE sur les exporaions de la Côe d Ivoire, l éude se propose de spécifier une foncion d exporaion où les indicaeurs de la variabilié du TCRE son considérés comme des variables exogènes. La foncion d exporaion es spécifiée comme sui : ( EXPOR ) = α + α VOL + α MIS + α log( PIB _ UE ) + α log( PIB _ UEMOA ) + µ ( 3) log Où EXPOR représene les exporaions oales ; VOL désigne la volailié du TCER. ; MIS le degré de désalignemen du TCER ; PIB_UE le produi inérieur bru en volume de l Union Européenne ; PIB_UEMOA le produi inérieur bru en volume de l UEMOA. Il es aendu que α soi négaif en raison du fai que la volailié du TCRE accroi les risque de change e décourage les ransacions inernaionales. La surévaluaion du TCRE décourage égalemen les exporaions à la mesure des peres de compéiivié prix qu elle aura engendré. Les résulas des esimaions son les suivans : ln( EXPOR ) = ln( VOL ) 1.15ln( MIS ) 2.47 ln( PIB _ UE ) ln( PIB _ UEMOA ) 3 ( 1.87) ( 2.78) ( 6.90) ( 4.60) ( 8.51) R 0,97 ( ) Les valeurs enre parenhèses représenen les de Suden des coefficiens esimés. Les résulas corroboren les prédicions sur les signes aendus des coefficiens, sauf pour le PIB de l Union Européenne, lesquels son, de surcroî, ous significaifs. Ainsi, la volailié e, plus encore, la surévaluaion du TCRE affecen négaivemen les exporaions. L élasicié des exporaions par rappor au mésalignemen es supérieure à l unié, d où l inérê d envisager des poliiques économiques visan, à cour erme, la sabilisaion des flucuaions du TCRE e, à long erme, le reour du TCRE vers son niveau d équilibre. 21

22 En Côe d Ivoire, les exporaions semblen êre plus affecées par l acivié économique des pays parenaires (l Union Européenne e l UEMOA) ; en effe, force es de consaer que lorsque la sous-région connai un dynamisme, le commerce exérieur ivoirien es boosé, alors qu une évoluion conra-cyclique vis-à-vis de l UE es enregisrée. De surcroi, les exporaions ivoiriennes son plus sensibles au mésalignemen e à la volailié de TCER que celles du Sénégal. En effe, une hausse de 1% du PIB de l Union Européenne se radui par une baisse de 2,5% des exporaions de la Côe d Ivoire. Par conre, une hausse de 1% du PIB de l UEMOA indui une hausse de 3% des exporaions ivoiriennes. Au oal, les exporaions ivoiriennes son sensibles à la fois au mésalignemen du aux de change e à la siuaion économique des pays parenaires. Les peres d exporaion liées au mésalignemen son esimées à 1,4% en 2004 e 5,2% en

23 Conclusion Ce ravail a permis de faire l analyse de l appréciaion de l Euro sur les deux grandes économies de l UEMOA. Il en résule, en effe, deux conclusions ; d une par, la surévaluaion es plus accenuée au Sénégal qu en Côe d Ivoire e le niveau du TCER de l Union rese dans des proporions raisonnables. D aure par, les exporaions ivoiriennes son sensibles à la fois au mésalignemen du aux de change e à la siuaion économique des pays parenaires, les peres d exporaion liées au mésalignemen éan esimées à 1,4% en 2004 e 5,2% en

24 Références Bouoiyour J., Marimouou V. e Rey S. (2004). ). Taux de change réel d équilibre e poliique de change au Maroc : une approche non paramérique, Économie inernaionale, n 97, p Lopez, C., Murray, C. J., Papell, D. H.,(2003) Sae of he ar uni roo and The PPP puzzle,working paper, Universiy of Houson. Mark, N.C.,(2001) publishers. Inernaional Macroeconomics and Finance, Blackwell Rogoff, K., (1996). The purchasing power pariy puzzle, Journal of Economic Lieraure 34, Saxegaard, M. (2007) Compéiivié des exporaions e aux de change au Sénégal», FMI. 24

25 ANNEXES Annexe A : variables explicaives reenues dans le cas du Sénégal 1.2 Evoluion des ermes de l échange Evoluion de la Producivié du ravail des seceurs échangeables e non échangeables Evoluion de la Dee exérieure Evoluion du niveau d absorpion du PIB

26 Annexe B : variables explicaives reenues dans le cas de la Côe d Ivoire Evoluion des Dépenses Publiques (G) Evoluion de la dee exérieure (DETEXT) Evoluion du Degré d Ouverure (OPEN) Evoluion des ermes de l échange (TOT)

27 30 Gain ou Pere d'exporaions en niveau e en pourcenage

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers?

La BCE réagit-elle au prix des actifs financiers? La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers? Dominique Pepin To cie his version: Dominique Pepin. La BCE réagi-elle au prix des acifs financiers?. 010. HAL Id: hal-0096366 hps://hal.archives-ouveres.fr/hal-0096366

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration Relaions dynamiques enre poliique macro-économique e seceur agricole en Tunisie : Une approche de coinégraion Chebbi H.E., Gil J.M. in Laajimi A. (ed.), Arfa L. (ed.). Le fuur des échanges agro-alimenaires

Plus en détail

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France?

Pourra-t-on réduire la dette publique de la France? Pourra--on réduire la dee publique de la France? Novembre 2009 Thomas Jober 1, Ruhi Tuncer 2 Résumé : Nous éudions la dynamique fuure de la dee publique française en foncion de l environnemen économique

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Transmission Des Variations Du Taux De Change Aux Prix vidence Empirique Pour La Tunisie Et Le Maroc

Transmission Des Variations Du Taux De Change Aux Prix vidence Empirique Pour La Tunisie Et Le Maroc Global Journal of Managemen and Business Research Volume 12 Issue 2 Version 1.0 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA) Online ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro L orienaion de la poliique monéaire à l aune du aux d inérê «naurel» : une applicaion à la zone euro Le regain d inérê récen pour le concep de aux d inérê «naurel», inrodui par Wicksell au débu du XX e

Plus en détail

La Suisse et la zone euro : votre monnaie, notre problème? La possibilité d un ancrage de jure. Cyriac Guillaumin, Guillaume Vallet

La Suisse et la zone euro : votre monnaie, notre problème? La possibilité d un ancrage de jure. Cyriac Guillaumin, Guillaume Vallet La Suisse e la zone euro : vore monnaie, nore problème? La possibilié d un ancrage de jure Cyriac Guillaumin, Guillaume Valle Cahier de recherche du Creg, n 2011.03 Juille 2011 CREG Cenre de Recherche

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable?

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable? L évoluion acuelle du crédi à l habia en rance es-elle souenable? rédéric WILHELM Direcion des Éudes e Saisiques monéaires Service des Analyses e Saisiques monéaires Le dynamisme acuel du crédi à l habia

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail