REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REMARQUES QUESTIONS. 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS II PANTHEON ASSAS Droit Economie Sciences sociales Licence deuxième année Sciences économiques AES SESSION : Septembre 2010 Matière : Comptabilité nationale (UEC1) G. Grangeas REMARQUES L exercice fourni consiste à lire les propositions suivantes, à retenir celles qui sont justes et à cocher la case correspondant à leur numéro dans la grille de réponses (cf. exemple, case 0). Seule la feuille comportant la grille de réponses sera examinée par le correcteur et utilisée pour le calcul de la note. De plus, les réponses difficilement compréhensibles du fait de ratures ne seront pas prises en compte. L étudiant remarquera que l énoncé des questions n obéit à aucun ordre particulier. Il lui est conseillé de répondre le plus rapidement possible à celles qui lui paraissent simples. On notera que les propositions faites dans le cadre d une question donnée peuvent comporter plusieurs réponses justes. On signale par ailleurs que le barème peut comporter des points négatifs. Dernière remarque : il est permis d utiliser une calculatrice (modèle de base). QUESTIONS Pour exemple : ceci est une question, posée sous la forme d un début de phrase 0...et ceci est une réponse, dont on doit déterminer si elle est juste ou fausse (cf. grille de réponses) Parmi les auteurs dont on peut considérer qu ils sont des précurseurs-fondateurs de la comptabilité nationale, on peut compter, pour ceux qui œuvré au XXème siècle 1. William Petty 2. Gregory King 3. Davenant 4. Vauban 5. Boisguillebert 6. Quesnay 7. Smith 8. Lavoisier 9. Condorcet 10. Kuznets 11. Keynes 12. Stone et Meade Dans un modèle d économie fermée, l équation d équilibre macro-économique peut s écrire : Y=C+I+G, les variables se définissant de la manière suivante 13. Y étant le revenu ou le produit national, C la 16. Y étant le revenu ou le produit national, C la consommation finale, I l investissement privé, G consommation finale, I l investissement privé, G la dépense publique moins les impôts le solde du budget de l Etat 14. Y étant le revenu ou le produit national, C la 17. Y étant le revenu ou le produit national, C la consommation finale, I l investissement privé, G consommation finale, I l investissement privé, G la dépense publique plus les importations moins la dépense publique les exportations 18. Y étant le produit national, C la consommation 15. Y étant le produit national, C la consommation intermédiaire et finale, I l investissement privé, intermédiaire et finale, I l investissement privé G la dépense publique plus la variation des stocks, G la dépense 19. Y étant le revenu ou le produit national, C la publique consommation finale, I l investissement public et privé, G la dépense publique La différence entre le PIB et le PNB tient à 20. la soustraction de la consommation intermédiaire 21. la consommation de capital fixe 22. la manière de traiter les cotisations sociales 23. la soustraction des cotisations sociales 24. la prise en compte de l'activité sur le territoire ou sur la base du critère de nationalité 25. la prise en compte de la production non marchande 26. ce n'est qu'une question de terminologie, pas une différence de fond 27. la prise en compte de la variation des stocks 28. la prise en compte des impôts 29. la soustraction des impôts sur la production 1 / 5

2 L expression anglo-saxonne GDP (gross domestic product) renvoie à l expression française 30. PNB 31. PNN 32. PIB 33. PIN 34. RN (revenu national) 35. aucune d elles, il s agit du produit domestique Cocher la ou les proposition(s) juste(s). Les fonctionnaires sont considérés comme des travailleurs improductifs 36. dans l analyse de François Quesnay 41. dans le calcul antérieur de la PIB, au sens où la 37. dans l analyse d Adam Smith production non marchande n y est pas 38. dans la comptabilité du produit matériel des expays de l Est 42. quand on calcule le produit intérieur actuel comptabilisée 39. au sens où la production non marchande est 43. quand on calcule le PIB comptabilisée dans la PIB 44. mais c est l un des points qui nécessite encore 40. au sens où la production non marchande est une harmonisation internationale comptabilisée dans le PIB 45. et c est l un des points sur lesquels il y a harmonisation internationale Offrir un service de santé, pour une infirmière, c est produire au sens du système 46. de Quesnay 50. de comptabilité nationale mis en place en France 47. de Smith après la seconde guerre mondiale 48. qui serait construit sur la base d une conception 51. en vigueur depuis 1976 de la production fondée sur l analyse néoclassique de répondre aux autres items en l absence de 52. actuellement en vigueur, sachant qu il est difficile 49. de comptabilité du produit matériel (CPM) certaines précisions 53. non - d aucun des systèmes évoqués Sont résidents français, du point de vue de la comptabilité nationale, 54. les personnes de nationalité française qui ont leur 58. les personnes de nationalité française domicile principal en France 59. les personnes morales (françaises ou étrangères) 55. les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui pour leurs seuls établissements situés en ont leur domicile principal en France, à France à l'exception des ambassades, missions l'exception des fonctionnaires et militaires diplomatiques, consulats étrangers en France étrangers en poste en France 60. les ambassades, missions diplomatiques, 56. les fonctionnaires et militaires étrangers en poste consulats étrangers en France en France 61. les ambassades, missions diplomatiques, 57. les fonctionnaires et militaires français en poste à consulats français à l'étranger et les unités de l'étranger l'armée française stationnées à l'étranger Dans le SECN, constituent un secteur institutionnel 62. les agents 69. l'etat 63. les sociétés 70. les sociétés non financières 64. les institutions 71. les sociétés financières 65. les entreprises 72. les entreprises d assurance 66. les administrations 73. les institutions financières 67. les personnes 74. les administrations privées 68. les ménages 75. les entreprises individuelles L'opération "intérêts versés" est une opération 81. flux-stocks 84. financière 82. sur biens et services 85. monétaire 83. de répartition 86. en valeur L'opération "consommation de capital fixe" est une opération 89. flux-stocks 92. financière 90. sur biens et services 93. monétaire 91. de répartition 94. en valeur Sont considérés comme revenus primaires 97. les salaires et traitements bruts 98. les cotisations sociales d'employeurs 99. les dividendes 100. les intérêts 101. les prestations sociales 76. les administrations publiques 77. les personnes privées 78. les personnes morales 79. les institutions sans but lucratif au service des ménages 80. les administrations de Sécurité Sociale 87. en volume 88. non répertoriée dans les comptes nationaux 95. en volume 96. non répertoriée dans les comptes nationaux 2 / 5

3 L évaluation de la production non marchande des administrations se fait à partir 102. des coûts de production des unités marchandes 106. des intérêts versés et reçus équivalentes 107. de la consommation finale des administrations 103. de l annulation de l excédent brut d exploitation 108. de la capacité de financement 104. de leurs coûts de production 109. de normes votées lors de la loi de Finances 105. de la consommation intermédiaire Les produits dits non marchands remplissent la condition suivante ils sont délivrés à titre gratuit le produit issu de leur vente est inférieur à ils sont produits par le secteur public l ensemble des autres sources de revenu du ils sont produits par des bénévoles producteur leur prix de vente ne couvre pas la moitié de ils ne sont pas en concurrence leur coût de production ils sont subventionnés On peut défendre le point de vue que le mode d évaluation de la production non marchande des administrations conduit à une sous-estimation de cette production puisque le calcul de la production marchande puisque ce calcul prend en compte le coût du comporte l ajout d un taux de profit capital utilisé (bâtiments par exemple) mais ne certainement pas : la méthode de calcul de la lui impute aucun taux de profit production non marchande prend en compte le faux : elle la surestime compte tenu des calcul d un taux de profit mauvaises conditions de fonctionnement de certainement pas : la méthode de calcul de la l administration production non marchande prend en compte le et à une surestimation du taux de du coût du capital PIB Concernant le PIB, la consommation finale, la dépense publique, l investissement, les exportations et les importations, on fournit pour 2006 les valeurs suivantes, en milliards d euros : PIB = 1806,4 ; C = 1026,1 ; G = 422,2 ; I = 381,6 ; X = 483 ; V = 506,5. En 2007, ces valeurs étaient respectivement de : 1894,6-1073,3-436,9-419,8-502,3-537,6. On peut en déduire qu en ce qui concerne les contributions à la du PIB entre 2006 et 2007 : 123. la consommation finale explique près de 55% de la 124. la consommation finale explique près de 60% de la 125. la consommation finale explique presque les trois quarts de la 126. la consommation finale explique plus de 2 points de 127. la de la consommation finale a été de 3,8% 128. la dépense publique explique la pour plus de 15% de celle-ci 129. la dépense publique explique la pour un peu moins du quart de celle-ci 130. la dépense publique explique la pour plus du quart de celle-ci 131. la dépense publique explique 0,8 point de 132. la de la dépense publique a été supérieure à celle de l investissement et inférieure à celle de la consommation finale 133. la de la dépense publique a été inférieure à celle de l investissement et supérieure à celle de la consommation finale 134. l investissement explique la pour près du quart de celle-ci 135. l investissement explique la pour plus de 40% de celle-ci 136. l investissement explique 0,7 point de 137. l investissement explique plus de 2 points de 138. le solde de la balance commerciale contribue à la pour deux centièmes 139. le solde de la balance commerciale contribue à la pour près du quart 140. le solde de la balance commerciale contribue négativement à la pour près du quart de celle-ci 141. le solde de la balance commerciale explique 0,7 point de 142. le solde de la balance commerciale fait perdre 0,7 point de 143. la composante qui représente la plus forte part du PIB est celle qui contribue le plus à la 144. la composante qui représente la plus forte part du PIB n est pas celle qui contribue le plus à la 3 / 5

4 En 200X, on peut donner pour le secteur institutionnel des Sociétés non financières les montants suivants, en milliards d'euros : production = 2253, consommation intermédiaire = 1358, salaires et traitements bruts, y compris cotisations sociales = 589, impôts sur la production nets des subventions d'exploitation = 32, revenus de la propriété = 286, revenu disponible brut = 105, consommation de capital fixe = 136, formation brute de capital fixe = 175. On peut en conclure que la valeur ajoutée nette des sociétés non financières est de milliards d'euros milliards d'euros milliards d'euros milliards d'euros milliards d'euros milliards d'euros milliards d'euros milliards d euros En 200X, on peut donner pour le secteur institutionnel des Sociétés non financières les montants suivants, en milliards d'euros : production = 2253, consommation intermédiaire = 1358, salaires et traitements bruts, y compris cotisations sociales = 589, impôts sur la production nets des subventions d'exploitation = 32, revenus de la propriété = 286, revenu disponible brut = 105, consommation de capital fixe = 136, formation brute de capital fixe = 175. On peut en conclure que la valeur ajoutée nette des sociétés non financières est de ,0% ,6% ,6% ,0% ,0% ,6% ,6% ,0% Imaginons un pays très inégalitaire, dans lequel la moitié du revenu national (supposé égal à 1000) est détenue par 20% de la population. On suppose que le taux de du RN est de 10% en t, le revenu des plus ménages les plus aisés allant jusqu à augmenter pendant cette période de 20%. Dans le cadre de cet exemple, un calcul de taux de moyen qui utiliserait pour coefficients de pondération les parts de population concernée au lieu des parts de revenu détenu fournirait une valeur de % % % % % L équilibre du TES se vérifie au niveau 166. de la ligne et de la colonne total du TEI 167. du total global du TEI 168. du total des ressources et du total des emplois pour chaque produit 169. du total des ressources et du total des emplois finals pour chaque produit 170. de l égalité production effective-production distribuée pour chaque produit Le rapport "excédent brut d'exploitation / valeur ajoutée", calculable à partir du TES, peut être appelé 171. coefficient technique 172. coefficient technicoéconomique 173. coefficient d'input 174. coefficient de fabrication 175. coefficient de production 176. taux de marge par branche 177. transfert de produits fatals 178. intraconsommation 179. coefficient de capital La construction des comptes de patrimoine permet de calculer certains ratios comme, par exemple 180. le taux d'autofinancement 181. le coefficient de capital (K/Y) 182. le coefficient de capital (K/) 183. le taux de marge 184. la propension à consommer 185. la propension à épargner 186. le taux de 187. le taux de profit (K/) 188. le taux de profit (/K) 189. le taux d'accumulation 190. le taux d'investissement En comptabilité nationale, la déflation est une opération statistique qui consiste à 191. passer des séries en volume aux séries en 194. calculer des agrégats ou établir des comptes à valeur prix courants 192. étudier les conséquences des baisses de prix 195. calculer des agrégats ou établir des comptes 193. éliminer l effet-qualité qui éliminent les effets des variations de prix dans le temps Le rapport qui porte sur les questions de développement durable est le rapport Stiglitz, du nom de Joseph Eugène Stiglitz, Boskin, du nom de Michael Jay Boskin, économiste américain, prix Nobel 2001 économiste américain Bruntland, du nom de Gro Harlem Bruntland, de Copenhague, la ville du Danemark où a eu ancienne ministre norvégienne lieu le sommet sur le changement climatique 4 / 5

5 UNIVERSITE PARIS II PANTHEON ASSAS Droit Economie Sciences sociales Licence deuxième année Sciences économiques AES SESSION : Septembre 2010 Matière : Comptabilité nationale (UEC1) G. Grangeas Pour mémoire, numéro de code-barres de l étudiant : Grille de réponses unités dizaines Exemple / 5

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

REMARQUES QUESTIONS à prix constants, à prix chainés et à prix 2...réelles, en valeur et en volume

REMARQUES QUESTIONS à prix constants, à prix chainés et à prix 2...réelles, en valeur et en volume UNIVERSITE PARIS II PANTHEON ASSAS Droit Economie Sciences sociales Licence deuxième année Sciences économiques AES SESSION : Février 2008 Matière : Comptabilité nationale (UEC1) G.Grangeas REMARQUES L

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Cours L2 2015-2016 Chapitre 3 signification terme? NOMenclature : nommer pour classer et compter CN = construction CN = photographie de la réalité mais avec un instrument donné et

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales

Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales Assas Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales Session : Septembre 2014 Année d étude : Deuxième année de Licence économie-gestion mention sciences économiques Discipline :

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales

Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales Assas Université PANTHEON ASSAS (PARIS II) Droit Economie Sciences sociales Session : Janvier 2014 Année d étude : Deuxième année de Licence économie-gestion mention sciences économiques Discipline : Comptabilité

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Approche par les revenus et le TEE

Approche par les revenus et le TEE Approche par les revenus et le TEE 1. Présentation générale On va revenir à l idée de base du circuit économique. Approche par les revenus : représentation de l économie nationale sous la forme d un circuit

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

Aide Memoire Economie

Aide Memoire Economie Aide Memoire Economie Pour entreprendre seul : Entreprise individuelle, pas de capital à apporter donc il peut utiliser son matériel personnel. Chaque associé à le droit de participer aux bénéfices, à

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010 1 Revenu de base: Financement par le transfert partiel de recettes de la protection sociale et par le prélèvement sur la valeur ajoutée nette des entreprises Introduction et explications du tableau de

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013

FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 UNIVERSITÉ DE LA RÉUNION FACULTÉ DE DROIT & D ÉCONOMIE FILIÈRE L1 AES, TAMPON TRAVAUX DIRIGÉS D ÉCONOMIE POLITIQUE 1 Cours de M. HUET Année universitaire 2012-2013 18h en 9 TD : I- Courants de pensée en

Plus en détail

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLE DES MATIERES Page Regroupement économique des recettes sur base des réalisations 2007

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Cours L2 2015-2016 Chapitre 1 Introduction à la CN Chapitre I Introduction à la CN I Qu est-ce que la CN? II Emergence des CN 1 I Qu est-ce que la CN? le livre de comptes de la nation

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620.109 bis DECF SESSION 2006 CONTROLE DE GESTION Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006 Contrôle de gestion CORRIGÉ 1/6

Plus en détail

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions.

Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. Annexes sur l économie grecque Ces annexes un peu techniques et parfois exploratoires présentent le détail d analyses synthétisées dans d autres contributions. 1. L endettement des ménages 2. Le poids

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Université de Bordeaux Centre Universitaire d Agen Licence AES Première Année Année Universitaire 2016-2017 Introduction à la Macroéconomie Travaux Dirigés Dossier 2 : Comptabilité nationale (1) Exercice

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2013-2014 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST TITRE ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 DATES 16 au 20 juin 2014 LIEU Lomé, TOGO COORDINATION AFRITAC

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS)

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) 01. La macroéconomie est l'étude de l'ensemble des phénomènes suivants

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE M49

REPUBLIQUE FRANCAISE M49 REPUBLIQUE FRANCAISE 8411Z COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION DRACÉNOISE POSTE COMPTABLE DE DRAGUIGNAN SERVICE PUBLIC LOCAL EPCI dont la population est de 3500 habitants et plus M49 COMPTE ADMINISTRATIF BUDGET

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail