Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes"

Transcription

1 Les aspects prix de transfert des biens incorporels Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes

2 Sommaire I- Le concept de prix de transfert II- Les biens incorporels III- Les réflexions actuelles de l OCDE sur les biens incorporels IV- Prix de transfert: Comment limiter les risques? Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

3 I- Le concept de prix de transfert Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

4 Définition des prix de transfert Qu'est ce qu'un prix de transfert un prix entre entreprises d'un même groupe situées dans différents pays portant sur des ventes de biens, redevances, services, partage de frais Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

5 Quelles sont les entreprises concernées? Toute entreprise qui réalise des opérations transfrontalières avec des entreprises qui lui sont liées, c est-à-dire des entreprises qu'elle contrôle ou qui la contrôlent en droit ou en fait Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

6 Prix de transfert et fiscalité En fixant leur prix de transfert, les groupes opèrent des choix qui affectent l'assiette fiscale des Etats concernés par les transactions Les risques de désaccord entre les administrations fiscales et les entreprises sont importants car le contrôle fiscal des prix de transfert est devenu un enjeu majeur Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

7 Le principe de pleine concurrence Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

8 Le principe de pleine concurrence Prix de marché : prix auquel deux sociétés indépendantes effectuent la même transaction La référence à ce prix de marché ou de pleine concurrence suppose donc une comparaison avec des transactions comparables réalisées entre entreprises indépendantes Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

9 L article 57 du CGI reprend le principe de pleine concurrence Aux termes de cet article, l administration peut redresser le résultat d une entreprise du montant des bénéfices que cette dernière a indirectement transférés à une autre entreprise située hors de France Il appartient toutefois à l administration : d apporter la preuve d un lien de dépendance ou de contrôle (sauf si le transfert s effectue avec une entreprise bénéficiant d un régime fiscal privilégié) de démontrer l existence d un avantage injustifié S agissant du transfert de bénéfice, celui-ci peut être opéré par majoration ou minoration de prix, versement de redevances excessives, répartition de charges anormales entre entreprises, prêt consenti à des conditions anormales Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

10 Les principes OCDE applicables en matière de prix de transfert L'organisation de Coopération et de Développement Economiques a publié des principes directeurs dont l'administration fiscale et le juge de l impôt s'inspire Ces principes ont pour objet d'asseoir le plus justement possible l'impôt dans chaque Etat et d'éviter une double imposition en cas de contrôle fiscal Ces principes OCDE n'ont cependant pas de caractère obligatoire Le choix des méthodes est pourtant largement guidé par les principes OCDE Ces méthodes s appliquent pour la détermination du prix des biens incorporels Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

11 II- Les biens incorporels Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

12 Les méthodes évoquées par l OCDE et les actifs incorporels Les principes de l'ocde s'appliquent aux biens incorporels Toutefois, les principes de l OCDE reconnaissent que les biens incorporels peuvent avoir un caractère particulièrement spécifique compliquant la recherche de biens comparables. Les entreprises associées peuvent parfois, pour des raisons tout à fait légitimes tenant aux liens qu'elles ont entre elles, mettre au point des modalités de transfert que des entreprises indépendantes n'envisageraient pas. Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

13 Distinction des biens incorporels On distingue : Les biens incorporels commerciaux sont les brevets, le savoir-faire, et les dessins et modèles qui sont utilisés pour la production d'une marchandise ou pour une prestation de services, ainsi que les biens incorporels qui constituent eux-mêmes des actifs d'une entreprise transférés à des clients ou utilisés dans l'exploitation de l'entreprise (par exemple, les logiciels informatiques) A l'intérieur de cette catégorie, les biens incorporels de commercialisation sont les marques de fabrique ou de commerce et les noms commerciaux qui concourent à l'exploitation commerciale d'un produit ou d'un service, la clientèle, les réseaux de distribution et les désignations, symboles ou graphismes qui ont une forte valeur promotionnelle pour le produit en cause les biens incorporels commerciaux autres que les biens incorporels de commercialisation sont dénommés biens incorporels manufacturiers. Ces biens sont souvent le résultat d'activités risquées et coûteuses de recherche-développement et l'entreprise qui les a mis au point s'efforce en général de récupérer les frais engagés dans ces opérations et d'obtenir un revenu grâce à la vente de produits, à des contrats de prestation de services ou à des contrats de licence Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

14 Les méthodes préconisées par l'ocde pour le calcul d un versement de pleine concurrence Pour déterminer un prix de pleine concurrence dans le cas d une vente ou de la concession d une licence portant sur un bien incorporel, il est possible d utiliser : La méthode du prix comparable sur le marché libre lorsque le même propriétaire a transféré des biens incorporels comparables dans des conditions comparables à des entreprises indépendantes (approche interne) Le montant des règlements effectués dans le cadre de transactions comparables entre entreprises indépendantes du même secteur peut également être utilisé (approche externe) Si l entreprise associée cède le bien incorporel à des tiers par voie de souslicence, la méthode du prix de revente peut être utilisée (cas des entreprises du secteur de l informatique) Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

15 Le concept de copropriété économique Activités de commercialisation exécutées par des entreprises qui ne sont pas propriétaires d une marque de commerce ou d un nom commercial dont elles assurent la promotion Selon l OCDE, des difficultés peuvent se poser en matière de prix de transfert dans une telle situation L entreprise doit-elle être rémunérée en tant que prestataire de services promotionnels? Peux-elle revendiquer une fraction des revenus imputables au bien incorporel de commercialisation? Selon l OCDE, si le distributeur supporte un niveau de dépenses exorbitant, il aura droit d obtenir du propriétaire de la marque un revenu supplémentaire (diminution du prix d achat, réduction du taux de la redevance) Comment identifier les revenus imputables à ce bien? En effet, il peut être difficile de déterminer en quoi des dépenses promotionnelles ont contribué à la valeur d une marque Souvent, l augmentation des recettes provenant de produits de marques provient autant des caractéristiques du produit qu au succès des campagnes de publicité Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

16 Le cas GLAXOSMITHKLINE En septembre 2006, GlaxoSmithKline («Glaxo») a annoncé la signature d une transaction mettant un terme à un litige en matière de prix de transfert l opposant à l administration fiscale américaine («IRS») sur la période et : dans ce cadre, Glaxo a versé un montant de 3,1 milliards USD à l IRS Le litige a principalement porté sur un médicament, le Zantac, qui représentait 77% du montant du redressement La politique de prix de transfert de Glaxo avec Glaxo UK reposait sur l utilisation de la méthode du prix de revente (Resale minus) au titre de laquelle le groupe accordait une marge brute de 55% pour la commercialisation d un portefeuille de médicaments («Glaxo Heritage Products») Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

17 Le cas GLAXOSMITHKLINE Sur la période vérifiée, Glaxo UK exerçait les fonctions suivantes Glaxo UK avait considéré que ce niveau de marge était de pleine concurrence notamment pour les raisons suivantes : Elle avait découvert tous les médicaments dont elle était propriétaire Elle avait mis au point les techniques de production des principes actifs et se chargeait en partie de la production Elle avait obtenu les autorisations de mises sur le marché pour le portefeuille en dehors des US avant leur commercialisation aux US Elle avait initialement lancé la commercialisation des produits en dehors des US Elle détenait sur le plan juridique les noms commerciaux des produits Elle avait co-élaboré la stratégie de promotion du Zantac en utilisant la force de vente d Hoffman-LaRoche en raison de l insuffisance des effectifs de la filiale US Elle avait élaboré la stratégie marketing mondiale Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

18 Le cas GLAXOSMITHKLINE Sur la période vérifiée, Glaxo US exerçait les fonctions suivantes: Elle était en charge des relations avec le FDA Elle était responsable d une partie de la production Elle mettait en œuvre la stratégie marketing conçue par Glaxo UK Elle avait lancé les médicaments sur le marché américain Elle était en charge de la commercialisation des médicaments auprès des pharmaciens en recourant à une force de vente L IRS a considéré que la société US avait développé des biens incorporels de commercialisation dont elle était en conséquence propriétaire d un point de vue fiscal et pouvait à ce titre revendiquer un revenu supplémentaire sur les ventes de médicaments Le Zantac avait été lancé après le Tagamet dont il ne se différenciait pas La société US a mis en œuvre une stratégie marketing complexe Les effectifs de Glaxo ont augmenté à un taux supérieur à celui des dépenses de R&D, illustrant l importance de la politique commerciale dans la stratégie du groupe Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

19 III- Les réflexions actuelles de l OCDE sur les biens incorporels Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

20 L OCDE a constitué un groupe de travail sur les incorporels L OCDE a procédé en 2010 à une révision des principes applicables en matière de prix de transfert en ajoutant notamment de nouveaux commentaires sur les questions de comparabilité et sur les méthodes transactionnelles fondées sur les bénéfices. Un nouveau chapitre sur les aspects prix de transfert des réorganisations d entreprises a également été ajouté Ces révisions ont permis d identifier les questions de prix de transfert relatives aux incorporels comme une problématique majeure pour les entreprises et les Etats. Aussi, l'ocde a constitué un groupe de travail spécifique relatif aux aspects prix de transfert des actifs incorporels en vue de réviser les principes (chapitre VI et VIII) Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

21 Un aperçu des commentaires du secteur privé La question de la définition des actifs incorporels : au regard des différentes définitions existantes d un point de vue juridique, comptable ou fiscal, le monde des affaires souhaite que l OCDE donne une définition plus précise des actifs incorporels La question de la copropriété économique : ce concept mériterait une clarification car il semble s opposer au droit de la propriété intellectuelle A-t-il une signification sur le marché libre pour les entreprises indépendantes? Quelle entité a le droit au profit retiré de l exploitation d un actif incorporel : le propriétaire juridique ou économique? La question de l évaluation des actifs incorporels: les méthodes recommandées par l OCDE sont-elles vraiment adaptées à la détermination du prix de vente d une marque ou d un taux de redevance? Si oui, certaines méthodes sont-elles préférables à d autres? Les méthodes utilisées entre parties indépendantes telles que la méthode DCF peut-elle être également utilisée entre sociétés d un même groupe? Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

22 Le point sur les travaux en cours de l'ocde A la suite d un important processus consultatif en 2010, l OCDE a publié un document de cadrage sur le projet relatif aux biens incorporels. Les travaux porteront sur les points suivants L'élaboration d'un cadre pour l'analyse des questions prix de transfert liées aux biens incorporels; Les aspects de définition des biens incorporels ; Des catégories spécifiques de transactions impliquant des biens incorporels, telles que les activités de recherche et développement, la différence entre les transferts de biens incorporels et les services, les biens incorporels de commercialisation, les autres biens incorporels; Comment identifier et qualifier un transfert de bien incorporel; Les situations où une entreprise en situation de pleine concurrence aurait droit à une part des profits générés par l exploitation d un bien incorporel qu'elle ne possède pas; Les questions de valorisation Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

23 IV- Prix de transfert: Comment limiter les risques? Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

24 Les accords préalables en matière de prix de transfert Les accords préalables («APP») constituent un mécanisme attractif sécurisant les entreprises tournées vers l'international En France, cette procédure a été mise en place fin 1999 L'APP permet à une entreprise multinationale, par la détermination concertée d'une méthode de prix de transfert, de s'assurer auprès de l'administration fiscale française et d'une administration étrangère que les prix pratiqués dans ses relations industrielles, commerciales et financières n'entrent pas dans les prévisions de transfert de bénéfices au sens de l'article 57 du CGI En principe, l'app est un accord bilatéral. Il peut dans certains cas, être unilatéral L'accord est conclu pour une durée comprise entre 3 et 5 ans et n'a pas d'effet rétroactif. Le contribuable doit produire un rapport annuel afin de vérifier la conformité des méthodes pratiquées aux termes de l'accord Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

25 Forces et opportunités d'un accord Forces Sécurisation de la politique prix de transfert vis-à-vis de l'administration française et de l'administration étrangère Sécurité juridique d'origine législative aux entreprises L'existence d'un accord préalable allège les contrôles fiscaux ultérieurs Opportunités Renforcement de la position de l'entreprise vis-à-vis de l'administration et optimisation de ses relations avec les services fiscaux Le service de l'administration dédié aux accords préalables est plus conciliant et pragmatique que les inspecteurs chargés du contrôle fiscal Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

26 Contacts Patrice Lefèvre-Péaron Partner, Head of Tax FR DLA Piper France rue Scribe Paris T +33 (0) Frédéric Lubczinski Associate, Tax DLA Piper France rue Scribe Paris T: +33 (0) Les aspects prix de transfert des biens incorporels Jeudi 8 mars

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Les Prix de Transfert dans la ligne de mire de l Administration Fiscale

Les Prix de Transfert dans la ligne de mire de l Administration Fiscale Les Prix de Transfert dans la ligne de mire de l Administration Fiscale Ordre des Experts-Comptables Petit déjeuner du 5 juin 2007 Animateurs : Animateurs : Béatrice Coquereau Rainer Stawinoga Plan 1.

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

Prix de Transfert: Comment sécuriser le client avant et l aider après le redressement. Ordre des Experts Comptables Petit déjeuner du18 septembre 2007

Prix de Transfert: Comment sécuriser le client avant et l aider après le redressement. Ordre des Experts Comptables Petit déjeuner du18 septembre 2007 : Comment sécuriser le client avant et l aider après le redressement Ordre des Experts Comptables Petit déjeuner du18 septembre 2007 Animateurs: Rainer Stawinoga Laurence Delorme Table des matières I.

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Mai 2014 LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Déjà très incitatif et performant, le crédit d impôt recherche (CIR) vient d être à nouveau renforcé par la France. Depuis le 1 er janvier 2013, les dépenses d innovation

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle 12 mai 2009 L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle PLAN I. Les actifs immatériels constituant le portefeuille de Propriété Industrielle II. Les opportunités associées

Plus en détail

Les stratégies de prix de transfert. Par FZ écrire à Abaq pour contacter l auteur

Les stratégies de prix de transfert. Par FZ écrire à Abaq pour contacter l auteur Les stratégies de prix de transfert 2008 Par FZ écrire à Abaq pour contacter l auteur Sommaire Définitions et enjeux des prix de transfert. Les différentes méthodes d évaluation applicables à une multitude

Plus en détail

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Denis Redon, Avocat Associé Xavier Daluzeau, Avocat Associé 12 juin 2012 Introduction Les prix

Plus en détail

Comment sécuriser vos prix de transfert en Europe? Atelier de la Profession

Comment sécuriser vos prix de transfert en Europe? Atelier de la Profession Comment sécuriser vos prix de transfert en Europe? Atelier de la Profession INTERVENANTS Michel CORNU Infodoc-Expert Maïté GABET Directeur divisionnaire, Chef de bureau CF3 Markus KRÜGER Conseiller fiscal

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL PAR ME XAVIER SENNÈS Présentation au CROS Aquitaine Bordeaux, le 07.11.2014 SOMMAIRE I. CONTEXTE FINANCIER & POLITIQUE FAVORABLE AU CROWDFUNDING II. CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs DEFINITIONS : CONNAISSANCES PROPRES : Toutes les informations et connaissances techniques et/ou scientifiques,

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Consultation publique BEPS ACTION 10:

Consultation publique BEPS ACTION 10: Consultation publique BEPS ACTION 10: Projet de rapport sur les modifications relatives aux services intra-groupe à faible valeur ajoutée proposées au chapitre VII des Principes de l'ocde applicables en

Plus en détail

Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert

Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert Mieux comprendre les différentes obligations documentaires en matière de prix de transfert Fin juillet 2013, l Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) présentait aux ministres

Plus en détail

Par Baye Moussa NDOYE

Par Baye Moussa NDOYE REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE -UN BUT -UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES LUTTE CONTRE L USAGE ABUSIF DES CONVENTIONS FISCALES: L EXPERIENCE

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX ENTREPRISES NATIONALES D EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES Le présent questionnaire a été conçu pour recueillir des informations

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES 22 juillet 2010 CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES AVANT-PROPOS

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 21.1 GENERALITES Les immobilisations incorporelles regroupent l'ensemble des

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

1. Dispositions générales

1. Dispositions générales Arrêté du 12 avril 2012 relatif à la documentation justifiant les prix de transfert appliqués par les sociétés apparentées Dans le cadre du renforcement du contrôle fiscal des prix de transfert appliqués

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

LES PRIX DE TRANSFERT. Guide à l'usage des PME

LES PRIX DE TRANSFERT. Guide à l'usage des PME LES PRIX DE TRANSFERT Guide à l'usage des PME Version de novembre 2006 les prix de transfert Guide à l usage des PME Novembre 2006 Madame, Monsieur, Toute entreprise qui réalise des opérations transfrontalières

Plus en détail

Prix Julie Mas DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DE LA CREATRICE. Entreprise / Projet

Prix Julie Mas DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DE LA CREATRICE. Entreprise / Projet DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DE LA CREATRICE Entreprise / Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR PROJET DE CROISSANCE D ENTREPRISE ENTREPRISE :.. CREATEUR :.. NOTE D INFORMATION PREALABLE A LA REDACTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE Vous envisagez

Plus en détail

Direction générale des impôts. les prix de transfert. Guide à l usage des PME

Direction générale des impôts. les prix de transfert. Guide à l usage des PME Direction générale des impôts les prix de transfert Guide à l usage des PME les prix de transfert Guide à l usage des PME Novembre 2006 Madame, Monsieur, Toute entreprise qui réalise des opérations transfrontalières

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Note commune N 27/ 2014

Note commune N 27/ 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 27/ 2014 Objet : Régime fiscal des opérations de distribution et de promotion des

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

Contrat. Apporteur d'affaires

Contrat. Apporteur d'affaires Contrat - Apporteur d'affaires Entre les soussignés : [Raison sociale de la société, forme juridique, adresse de son siège social, numéro d immatriculation au RCS et ville où se trouve le greffe qui tient

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE LA COMMISSION D EVALUATION DES CHARGES POUR L ANNEE 2012. Sommaire

RAPPORT FINAL DE LA COMMISSION D EVALUATION DES CHARGES POUR L ANNEE 2012. Sommaire RAPPORT FINAL DE LA COMMISSION D EVALUATION DES CHARGES POUR L ANNEE 2012 Sommaire Rappel des transferts de charges effectués en 2012 (p.2) Rappel du rôle de la commission d évaluation des charges et méthode

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE octobre 2013 LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Les entreprises éligibles à ce crédit sont celles qui sont imposées selon un régime de bénéfice réel et qui exercent une activité industrielle, commerciale ou agricole.

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

LES PRINCIPES DIRECTEURS INTERNATIONAUX DE L OCDE POUR L APPLICATION DE LA TVA/TPS QU EST-CE QUE C EST?

LES PRINCIPES DIRECTEURS INTERNATIONAUX DE L OCDE POUR L APPLICATION DE LA TVA/TPS QU EST-CE QUE C EST? ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES LES PRINCIPES DIRECTEURS INTERNATIONAUX DE L OCDE POUR L APPLICATION DE LA TVA/TPS QU EST-CE QUE C EST? DÉCEMBRE 2010 Comité des affaires fiscales

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013 C O N S E I L D ' E T A T 1 Section de l'intérieur N 388.003 M. LE ROY, Rapporteur EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE Séance du jeudi 31 octobre 2013 AVIS sur les modalités d

Plus en détail

Fiscalité internationale et prix de transfert

Fiscalité internationale et prix de transfert Fiscalité internationale et prix de transfert Etude de cas Master 2 économie et droit - 2014/2015 Julien Pellefigue Plan de la séance Répondre aux questions sur les notions clefs Etudes de cas Questions

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

1 L entreprise individuelle traditionnelle

1 L entreprise individuelle traditionnelle 1 L entreprise individuelle traditionnelle Introduction L entreprise individuelle est la forme juridique à la fois la plus répandue en France et la plus fragile. Elle connaît un franc succès depuis la

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE

CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 8 Allée des Collèges 18 BOURGES Siret 398 824 714 - APE 651 D Note d information émise à l occasion de

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-INT-CVB-USA-10-20-40-20120912 DGFIP INT - Convention fiscale entre la France

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours?

Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours? Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours? Par Bruno Solle, Avocat Associé Godet Gaillard Solle Maraux & Associés 153 rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 PARIS Courriel : bsolle@ggsm.fr

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Nom du fonds. Gestionnaire du fonds

Nom du fonds. Gestionnaire du fonds 1 2 Nom du fonds Gestionnaire du fonds Certains fonds offrent plusieurs séries et catégories de titres. Ce type d information est indiqué avec le nom du fonds. Les différentes caractéristiques des séries

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

TYPOLOGIE DES FRANCHISES

TYPOLOGIE DES FRANCHISES FRANCHISE DEFINITION C est un contrat innommé C est la réitération d un succès Définition de la jurisprudence : «un contrat synallagmatique à exécution successive, par lequel une entreprise dénommée franchiseur,

Plus en détail

Michel Abello, LOYER & ABELLO

Michel Abello, LOYER & ABELLO 7ème partie: Contrats de collaboration de recherche avec un volet sur la propriété intellectuelle : recherche parrainée, accord de collaboration et de prestation de service de recherche Michel Abello,

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Votre association doit-elle acquitter les impôts commerciaux? L'instruction fiscale du 15 septembre 1998

Votre association doit-elle acquitter les impôts commerciaux? L'instruction fiscale du 15 septembre 1998 Votre association doit-elle acquitter les impôts commerciaux? On pense habituellement que les associations qui, par définition, ne poursuivent pas de finalités lucratives, sont exonérées des impôts commerciaux

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail