Orthographe et SMS. Émilie Sébile. Orthographe et SMS. Education

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Orthographe et SMS. Émilie Sébile. Orthographe et SMS. Education. 2013. "

Transcription

1 Orthographe et SMS Émilie Sébile To cite this version: Émilie Sébile. Orthographe et SMS. Education <dumas > HAL Id: dumas Submitted on 8 Nov 2013 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITÉ D ORLÉANS UNIVERSITÉ DE TOURS IUFM Centre Val de Loire MÉMOIRE de recherche présenté par : Émilie SÉBILE soutenu le : octobre 2013 pour obtenir le diplôme du : Master Métiers de l Éducation, de l Enseignement, de la Formation et de l Accompagnement Discipline : Français Orthographe et SMS Mémoire dirigé par : Geneviève LAYAT Professeure de lettres, IUFM Centre Val de Loire JURY : Emmanuelle GUERIN Maître de conférence en sciences du langage, Université d'orléans, Présidente du jury Geneviève LAYAT Professeure de lettres, IUFM Centre Val de Loire 1

3 REMERCIEMENTS En premier lieu, je souhaite adresser mes remerciements les plus sincères à ma directrice de mémoire, M me Layat pour ses conseils précieux, sa disponibilité, son écoute et son aide pour la réalisation de ce mémoire. Je tiens à remercier les professeurs de lettres, d'histoire-géographie du collège Choiseul à AMBOISE, du collège Joachim Du Bellay à MONTRICHARD et du collège Michel Bégon à BLOIS qui ont répondu à mon questionnaire. De plus, j'exprime ma gratitude à M me Blanchet, directrice de l'école Alexandre Parodi, professeure des écoles maître formatrice, et à sa classe de CM2, à M. Moussu, professeur de lettres en 5 ème, à M me Giroud, professeure de lettres en 3 ème au collège Michel Bégon ainsi qu'à leurs élèves, à M. Lacroix, principal et à M me Lafontaine, secrétaire administrative pour leur accueil lors de mon recueil de données. Mes remerciements s'adressent, également, à l'ensemble des formateurs de l'iufm de BLOIS, en particulier à mes professeures référents, M me Pierrard et M me Thauré, tout comme aux personnels de direction, d'administration, du centre de ressources documentaires et aux agents pour leur bienveillance lors de ma préparation au Master MEEFA facilitant ainsi la réalisation de cette recherche. Je n'oublie pas mon entourage pour leur contribution, leur soutien et leur patience. Je tiens à exprimer ma reconnaissance envers Arnaud Sébile qui a eu la gentillesse de lire et corriger ce travail. Enfin, je remercie mes proches et mes camarades de promotion, Lucie Pouvreau et Flavie Foussard, qui m'ont, soutenue et encouragée au cours de ma formation. 2

4 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION p.5 CHAPITRE 1 : CARACTÉRISATION DE L'ORTHOGRAPHE ET DES SMS p.6 I) Qu'est-ce que l'orthographe? p.6 1) Définition p.6 2) La place de l'orthographe dans l'enseignement p.6 3) Les erreurs orthographiques p.7 II) «SMS» : un nouveau langage? p.8 1) Définition p.8 2) La place du langage «SMS» dans notre société p.9 3) L'analyse linguistique p.10 III) Les SMS sont-ils un danger pour l'orthographe? p.13 1) L'école du «oui» p.14 2) L'école du «non» p.14 CHAPITRE 2 : CHOIX DE LA PROBLÉMATIQUE p.15 I) Le questionnaire p.15 1) L'élaboration p.15 2) La diffusion p.17 II) L'analyse des données recueillies p.17 1) L'observation du langage «SMS» p.18 2) Les erreurs constatées p.21 III) La définition de la problématique p.26 3

5 CHAPITRE 3 : MÉTHODOLOGIE p.27 I) L'article de référence p.27 II) L'expérimentation p.28 1) La population p.28 2) Le protocole p.28 III) Le contexte du recueil de données p.30 1) Le niveau des élèves, leur milieu géographique et le nombre de sujets étudiés p.30 2) La présentation du livret p.30 CHAPITRE 4 : ANALYSE DU RECUEIL DE DONNÉES p.32 I) Les résultats de la dictée traditionnelle par niveau de classe p.32 II) Le questionnaire p.39 III) La dictée «SMS» p.47 IV) La corrélation entre les réponses à la dictée traditionnelle, au questionnaire et à la dictée «SMS» p.53 CONCLUSION p.58 BIBLIOGRAPHIE p.60 ANNEXES p.63 4

6 INTRODUCTION Dans les écrits des élèves, des erreurs orthographiques nouvelles apparaissent comme par exemple des abréviations du type «c» pour «c'est». J'ai pu le constater dans la cité scolaire où j'ai été assistante d'éducation. En tant que future professeure des écoles, l'enseignement de l'orthographe me questionne. Il me semble déterminant pour mes futurs élèves de maîtriser l'orthographe. Assurément, les enseignants y attachent beaucoup d'importance et l'orthographe est essentielle pour suivre une scolarité. Par ailleurs, la place accordée au bon usage de la langue est aussi gage de réussite sociale et professionnelle. En outre, les médias se font régulièrement l'écho d'une baisse de niveau dans le domaine de l'orthographe. L'utilisation des nouvelles technologies (les messageries instantanées, les SMS...) est souvent pointée du doigt. En effet, de plus en plus d'enfants, et surtout d'adolescents, disposent d'un téléphone portable. Ils utilisent essentiellement les SMS pour communiquer. Ainsi, plusieurs questions me sont apparues. Les SMS ont-ils une réelle influence sur les erreurs orthographiques? Le problème se pose-t-il ou le phénomène est-il observable à l'école primaire? Si oui, comment y remédier? Doiton considérer le langage «SMS» comme un nouveau code? L'intégrer ou le rejeter de la culture scolaire? Qu'en pensent les enseignants? Afin d'affiner ma réflexion, il convient dans un premier temps de définir les concepts en jeu : l'orthographe et les SMS. Sur ces points, deux écoles s'affrontent : d'un côté celle de ceux qui pense qu'aucune corrélation n'est déterminée entre l'utilisation du langage «SMS» et les erreurs orthographiques, de l'autre celle de ceux qui stigmatise l'usage des SMS par les jeunes et en font un bouc-émissaire des «fautes» d'orthographe. Au moyen de cette recherche, on pourrait se demander si les conceptions théoriques ont évoluées à l'heure actuelle. 5

7 CHAPITRE 1 : CARACTÉRISATION DE L'ORTHOGRAPHE ET DES SMS I) Qu'est-ce que l'orthographe? 1) Définition Le sens du terme «orthographe» doit être précisé. En effet, l'orthographe peut être définie, d'une part d'un point de vue étymologique, d'autre part d'un point de vue linguistique. Le terme orthographe, en latin orthographia (composé des éléments d'origine grecque orthose «correct» et graphia «graphie»), a le sens propre «d'écriture correcte» et implique de par sa composition la notion de norme. L'orthographe est la manière d'écrire les sons et les mots d'une langue en conformité avec le système de transcription graphique, adopté à une époque donnée, et en conformité avec les rapports établis avec les autres sous-systèmes de la langue : la morphologie, la syntaxe, le lexique. 1 A la lecture de cette définition, on constate deux niveaux dans la construction de l'orthographe : le principe phonographique et le principe sémiographique. Le principe phonographique veut que l'on découpe la chaîne parlée en unités minimales de son (les phonèmes) pour les coder par un graphème (une lettre, voire deux ou trois). Le principe sémiographique veut en revanche que l'on représente avant tout le signe d'un mot et non pas la suite des phonèmes qui le constitue. Les lettres étymologiques et, de manière générale, toutes les «lettres muettes» de l'orthographe grammaticale répondent à ce principe. 2 L'orthographe lexicale et grammaticale est une des deux composantes qui apparaît dans cette recherche. 2) La place de l'orthographe dans l'enseignement La place de l'orthographe dans les programmes de l Éducation Nationale est importante. La maîtrise de la langue française est la priorité absolue du socle commun de compétences. Il est composé de connaissances, de capacités et d'attitudes essentielles et «indispensables tout au long de la vie» 3. Les programmes de l'école primaire et du collège intègrent ces compétences à acquérir. Trois paliers d'évaluations sont mis en place au CE1, au CM2, en 3 ème. A la fin du CM2, l'élève doit être «capable d'orthographier correctement un 1 BIEDERMANN-PASQUES, Liselotte, JEJCIC, Fabrice. Encyclopædia Universalis, [en ligne] 2 MATTHEY, Marinette. L' Éducateur, p MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE. Le socle commun de connaissances et de compétences, p.4. 6

8 texte simple de dix lignes lors de sa rédaction ou de sa dictée en se référant aux règles connues d'orthographe et de grammaire ainsi qu'à la connaissance du vocabulaire» 4. Afin de réaliser cet objectif, les programmes de 2008 proposent une progression dans l'apprentissage de l'orthographe. La circulaire du mois d'avril 2012 souligne le rôle déterminant de l'enseignement de l'orthographe pour «la réussite des élèves» 5. De plus, la dictée visant un contrôle des connaissances a ici toute sa place. La présence de cette dernière à l'épreuve nationale du brevet des collèges et lors des évaluations nationales (CE1 et CM2) permet de conclure qu'il s'agit d'une forme traditionnelle pour évaluer les élèves. Toutefois, l'évaluation de l'orthographe ne peut pas être limitée à la dictée. En effet, depuis 2 000, au brevet des collèges 6, il existe une réécriture et des formes identiques ou proches dans les évaluations nationales 7 à l'école élémentaire. 3) Les erreurs orthographiques Selon Nina Catach, l'orthographe française n'est ni systématique, ni arbitraire. Elle relève davantage particulièrement d'un pluri-système dans lequel se dégagent : - des fonctionnements majeurs comme celui qui assure la liaison graphophonétique, - des fonctionnements seconds, comme celui qui permet les marques morphologiques, - des fonctionnements hors-système, ceux qui expliquent dans un mot la présence de lettres étymologiques, voire historiques. La typologie des erreurs établie par Nina Catach présente plusieurs catégories. Il convient de se demander si l'utilisation de cette grille peut être judicieuse dans le cadre cette recherche. En effet, elle est une aide précieuse pour les enseignants afin de pouvoir analyser les erreurs des élèves et surtout proposer une réflexion ou une remédiation. De plus, un nouveau statut de l'erreur voit le jour dans la didactique de l'orthographe, à partir des années Les graphies 4 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE. BO : horaires et programmes d'enseignement de l'école primaire, p MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE. Enseignement de l'orthographe à l'école : Renforcement. (circulaire) 6 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE. Diplôme national du brevet [en ligne] 7 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE. Évaluation des acquis des élèves de l'école primaire [en ligne] 7

9 erronées ne sont plus considérées comme des «fautes», terme à connotation péjorative, mais comme des moments inhérents à l'apprentissage. II) «SMS» : un nouveau langage? 1) Définition Le terme vient de l'anglais «Short Message Service» qu'on peut traduire en français par messages textuels et brefs. L'opérateur de téléphonie mobile SFR a choisi de le traduire par «Texto». Cette marque déposée par SFR est passée dans le langage courant 8. Le texto permet de dire le plus de choses possibles en 160 caractères maximum à l'aide d'un téléphone portable. On écrit les messages grâce au clavier. Les chiffres correspondent à plusieurs lettres. Le succès des SMS a contraint les opérateurs à proposer des claviers avec des lettres et à ne plus limiter les caractères. Les messages sont rarement relus, ils sont souvent de nature ludique et affective. Le lexique est familier et la syntaxe privilégie la brièveté, imposée par les contraintes techniques. Toutefois, comme le souligne Cédrick Fairon, l'âge, le degré de scolarité, le milieu socioculturel des utilisateurs impliquent une variation importante. Il apparaît, donc, difficile de donner une définition générale du langage «SMS», d'après cet auteur 9. Le terme «SMS» a été choisi plutôt que celui de «texto», bien que ce dernier soit dans un dictionnaire de la langue française : Le Robert. Celui-ci indique que le mot est apparu en 1998 et définit le texto comme étant «un bref message écrit échangé entre téléphones portables». Les lexicologues de cet ouvrage cautionnent aussi le terme «SMS» mais ils précisent d'abord qu'il s'agit du «service permettant d'envoyer et de recevoir de brefs messages écrits sur un téléphone mobile». Ils donnent également l'autre sens, plus courant, celui du message ainsi échangé. L'origine ce sigle remonterait à En France, «texto» est toutefois 8 ANIS, Jacques. Parlez-vous texto?, p.9. 9 FAIRON, Cédrick, KLEIN, Jean René. Le Français aujourd'hui, p

10 moins populaire que «SMS». D'abord, le sigle anglais désignait le service qui assure l'envoi ou la réception de textos (short message). Puis, dans l'usage, il a désigné le message lui-même et non le service qui permet la transmission. 2) La place du langage «SMS» dans notre société Les SMS ont une place importante dans notre société au regard de plusieurs enquêtes statistiques réalisées en France. En effet, les chiffres sont considérables : «63,3 milliards de SMS ont été envoyés en 2009 selon l'arcep (Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes) soit plus de par seconde» 10. L'usage des SMS pour communiquer est donc significatif. Toutefois, l'emploi des SMS est essentiellement le fait des adolescents : «100% des ans utilisent un portable pour envoyer des SMS contre 61% des ans» d'après Marie Révillion 11. Par ailleurs, elle assure que «80% des ans utilisent quotidiennement le SMS comme moyen de communication» 12. Le SMS est donc un outil quotidien des «jeunes». Les données ne font que croître chaque année. Ainsi, «les envois de SMS ont atteint 57 SMS par personne par semaine contre 30 en 2009 et 19 en 2008, selon une enquête du Crédoc» 13. De plus en plus, les personnes adoptent le SMS pour communiquer : «le nombre de SMS envoyés en France par chaque personne a augmenté de 47% en 2010» estime l'arcep 14. Les résultats de ces enquêtes ne font que renforcer le bien-fondé d'une recherche sur ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur. Une des raisons de cet engouement est que le SMS est plus discret qu'une conversation téléphonique. De plus, les opérateurs de téléphonie proposent des forfaits avec les SMS illimités. La cible de ce nouveau marché est les adolescents puisqu'ils constituent la majorité des utilisateurs. On peut expliquer le succès des SMS auprès des adolescents par le fait que leur lecture est souvent incompréhensible par des personnes non initiées, en 10 ARCEP, CREDOC. Planetoscope [en ligne] 11 REVILLION, Marie. Les clés de l'actualité, p Ibid. 13 ARCEP, CREDOC. Planetoscope, [en ligne] 14 Ibid. 9

11 particulier des parents, du fait des modifications orthographiques et grammaticales du langage «SMS». Le SMS renforce, de ce fait, le sentiment d'appartenance à un groupe avec son langage et ses codes. Selon Nicole Marty 15, il provoque du plaisir chez les adolescents car il bouscule les interdits et stimule la créativité. Ainsi, d'après Fabien Liénard 16, il s'agit d'un moyen d'affirmer sa différence, ce qui constitue une marque éternelle de l'adolescence. adolescents. Le terrain de cette recherche le plus pertinent semble donc être un public d' 3) L'analyse linguistique Jacques Anis est le premier linguiste à avoir analysé de façon scientifique le langage «SMS». Il reste une référence. Contrairement à ce qu'on peut envisager, d'après Louise-Amélie Cougnon, l'écriture des SMS n'est pas une «cacophonie orthographique» 17. L'analyse des linguistes comme Jacques Anis et Fabien Liénard a permis de classer «les procédés scripturaux» 18 en jeu. D'après eux, les SMS sont donc «une variété de français écrit» 19. Le choix retenue pour présenter la classification provient d'un ouvrage de vulgarisation, Cerveau & Psycho 20. En effet, n'étant pas linguiste de formation, cette classification m'est apparue plus explicite qu'un vocabulaire d'experts. Ces derniers, comme par exemple Sabine Pétillon 21, utilisent des termes comme «apocope» (chute d'une ou plusieurs syllabes à la fin du mot), «squelette consonantique» (élision des voyelles ou abréviations) ou «syllabogramme» (mélanges possibles de majuscules et de minuscules dans une même séquence graphique), d'autant plus qu'à ce stade de mon étude, je ne sais pas si les acteurs de la recherche seront des enseignants qui ne sont, en conséquence, pas forcément experts en linguistique. Le tableau qui suit présente la synthèse des recherches menées par Fabien Liénard sur le langage «SMS». Il a, en effet, repéré neuf procédés scripturaux 15 MARTY, Nicole, propos recueillis par REVILLION, Marie. Les clés de l'actualité, p LIENARD, Fabien. Cerveau & Psycho, p COUGNON Louise-Amélie. Ela. Etudes de linguiste appliquée, p art.cit., p Ibid., p Ibid., p PETILLON, Sabine. Les cahiers pédagogiques. 10

12 répartis en trois catégories. Tableau 1 Les catégories Les procédés scripturaux Exemples Troncation de mots Metro, Net, ariver La simplification La spécialisation Le procédé d'expressivité Élisions de signes graphiques Jeremi Siglaisons MDR Abréviations Bjr Notation sémio-phonologique ResO, 2manD, 6T Anglicisme F2F Écrasement kestuf Émoticône Répétition C la finnnnn Ainsi, d'après Fabien Liénard, les quatre procédés de simplification visant à «alléger la langue» sont : -les abréviations mettant en jeu la notion de rapidité (si pour ce chercheur, elles sont caractéristiques du langage «SMS», ce procédé n'est pas nouveau. Il apparaît, par exemple, dans les prises de notes des élèves), -la troncation des mots caractérisée par le «retrait de la partie antérieure ou postérieure du signe linguistique» 22 désignée par les termes d'apocope ou d'aphérèse (disparition de la lettre ou syllabe au début d'un mot), -l'élision de signes graphiques comme les accents, les signes de ponctuation, voire les articles et les conjonctions, -la siglaison (formation de sigle à partir des lettres initiales). Les trois procédés de spécialisation qui rendent les messages complexes formant ainsi un groupe capable ou non d'y répondre sont constitués par : -la notation sémio-phonologique («l'écriture des mots ne respecte plus l'écriture alphabétique, qui met en correspondance les phonèmes et les graphèmes [ ] schématiquement, les lettres, les syllabes et les chiffres 22 Ibid. 11

13 remplacent les sons» 23 ), -l'anglicisme (par exemple now pour «maintenant» permet de réduire le nombre de lettres saisies sur le clavier), -l'écrasement de signes signifie qu'un seul et même son et sa graphie supportent l'ensemble de la charge du sens d'un énoncé. Les deux procédés d'expressivité qui apportent une «note émotionnelle aux messages» 24 sont : -les émoticônes, La définition de ce terme proposé par le dictionnaire Larousse est la suivante. Dans un message électronique, ou lors d'autres échanges d'informations entre internautes (forums), figure schématique, représentée par une combinaison de symboles insérés dans une ligne de texte et renseignant sur l'humeur du rédacteur. (Il s'agit au départ d'un visage couché dont les yeux sont représentés par un deuxpoints ou un point-virgule, le nez par un trait d'union et la bouche par une parenthèse : «:-)» ou «;-)» ; d'autres combinaisons font autant d'expressions différentes.) [recommandation officielle : frimousse.] (Au Québec, on dit binette.) 25 -la répétition généralement des signes de ponctuation. Leur nombre est censé exprimer l'émotion de l'émetteur du message (plus le signe est répété, plus il traduit le sentiment du scripteur). En se référant aux études que Fabien Liénard a menées, le langage «SMS» repose à soixante-dix pour cent sur des procédés simplificateurs. Les procédés de spécialisation représentent vingt-cinq pour cent des cas. Quant aux procédés d'expressivité, cinq pour cent des cas sont concernés. Le langage «SMS» est donc un langage écrit qui mime le langage oral de la conversation courante 26. En effet, les spécificités de l'oral sont caractérisées par une tendance aux réductions et aux simplifications, procédés du langage «SMS». L'exemple de ce SMS «c mon pot i é for kom ga!», au plan phonétique, syntaxique et lexical, correspond à un énoncé oral. Toutefois, dans le cadre de cette recherche, il convient d'être prudent. Le risque est de «tomber» dans des clichés. Comme le soulignent Cédrick Fairon et 23 Ibid., p Ibid, p Dictionnaire Larousse [en ligne] 26 MARTY, Nicole, propos recueillis par REVILLION, Marie. Les clés de l'actualité, p.4. 12

14 Jean René Klein, «on a souvent tendance à ne retenir que les productions très marquées» 27. Mais peut-on parler d'un nouveau langage? Les auteurs s'accordent sur un point : ces procédés ne sont pas nouveaux. Par exemple, en 1959, Raymond Queneau débute Zazie dans le métro par cette interrogation : «Doukipudonktan?» 28. Dans les années 80, les adolescents jouent avec la langue normée en réactivant l'usage du verlan preuve de leur créativité lexicale. Les abréviations (dans les prises de notes) et la phonétisation des chiffres (K7 pour «cassette») existaient avant les SMS. L'orthographe française a évoluée. Elle n'est pas figée : pour preuve les rectifications de Les procédés utilisés dans le langage «SMS» sont légitimes car c'est le dispositif de diffusion, le téléphone portable, qui l'impose. En effet, les messages doivent être courts permettant, ainsi, une interaction rapide entre celui qui écrit et celui qui lit le message. Les auteurs emploient des expressions différentes pour désigner les écrits des SMS : «discours Smiste» pour Sabine Pétillon, «textos» pour Jacques Anis, «langage SMS» pour Cédrick Fairon et Jean René Klein, «langage du pouce» pour Michel Fayol et Jean-Pierre Jaffré. Dans le cadre de cette recherche, le terme de langage «SMS» a été choisi en s'appuyant sur le constat que notre langue est normée mais qu'il existe «une variété de français écrit» 30. Cependant, comme le rappellent Cédrick Fairon et Jean René Klein, «il n'existe pas un langage SMS répondant à des normes» 31. III) Les SMS sont-ils un danger pour l'orthographe? cette théorie. On peut envisager deux points de vue puisque deux écoles s'opposent sur 27 FAIRON, Cédrick et KLEIN, Jean René. Le Français aujourd'hui, p CEDELLE, Luc. Le monde de l'éducation, p JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, Les rectifications de l'orthographe, 17 p. 30 LIENARD, Fabien. Cerveau & Psycho, p art. cit., p

15 1) L'école du «oui» Peu de chercheurs s'accordent sur ce point. Les partisans de cette thèse sont avant tout les médias et les politiques, comme le montre le discours de Périgueux de 2008, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, désapprouvant explicitement la langue du texto qui serait, d'après lui, responsable de la déplorable orthographe des écoliers. La presse manifeste, elle aussi, sa hantise, en dénonçant des pratiques aux effets dévastateurs. De même, les parents d'élèves et certains enseignants voient en les SMS «une sorte de cheval de Troie de la mauvaise orthographe» 32. Sans remettre en cause ces analyses, selon Michel Fayol et Jean- Pierre Jaffré, elles relèvent plutôt du «conservatisme orthographique» 33. Cependant, on peut constater le peu de recherches sur le sujet. 2) L'école du «non» Les chercheurs n'adoptent pas une position manichéenne. Il ne s'agit pas d'un «non» catégorique mais plutôt d'une difficulté à étudier le phénomène. Cependant, les premières études faites à l'université de Coventry démontrent que les Smistes ont des compétences (intervertir des lettres et des syllabes, générer des rimes...) meilleures en orthographe que les non-smistes 34. Jacques Anis se montre plutôt optimiste tout en apportant une nuance : l'utilisation croissante et de plus en plus jeune des SMS aura éventuellement un impact sur l'orthographe. Une autre dimension peut être envisagée. En effet, si de nouveaux processus de production verbale écrite sont en train d'émerger, ils ne mettent pas nécessairement la langue en péril. D'après Sabine Pétillon 35, le danger est, plutôt, à envisager sur le plan social car l'écart se creuse entre ceux qui manipulent la langue et les autres. Lors de cette recherche, il apparaît donc qu'il faudra rester vigilant aux clichés. Selon André Martinet 36, ce domaine de recherche nécessite une observation impartiale des faits, sans jugements de valeurs et sans caractères prescriptifs. 32 FAYOL, Michel, JAFFRE, Jean-Pierre. Orthographier, p Ibid. 34 art. cit., p PETILLON, Sabine. Les cahiers pédagogiques. 36 MARTINET, André cité par PETILLON, Sabine. Les cahiers pédagogiques. 14

16 CHAPITRE 2 : CHOIX DE LA PROBLÉMATIQUE Au vu du questionnement, deux terrains de recherche se dessinent : soit les copies des élèves, soit les représentations des enseignants. Pour déterminer plus précisément l'axe de travail de cette recherche, une série de questionnaires a été diffusée et les données ont été analysées. Cette démarche a permis de recentrer la problématique. I) Le questionnaire 1) L'élaboration A la suite des lectures, posant le cadre théorique, une phase d'incertitude s'est développée. Le langage «SMS» existe mais est-il observable dans des classes? L'étude d'un corpus de copies d'élèves a été envisagée afin de vérifier une première hypothèse : les enseignants sont confrontés à ce problème, le langage «SMS» est utilisé dans les productions scolaires par les élèves. Un questionnaire (annexe 1 37 ) a été diffusé auprès d enseignants afin de vérifier s'ils avaient observé le recours au langage «SMS» dans les écrits de leurs élèves et dans quels contextes (question 1). De plus, il s'agissait de savoir à quel niveau se situaient ces observations (questions 2 et 3). Enfin, il semblait nécessaire d'avoir un aperçu des procédés «SMS» utilisés par les élèves. Les trois catégories établies par Fabien Liénard 38 (la simplification, la spécialisation, l'expressivité) sont donc abordées dans les questions 4, 5 et 6. Cependant, le vocabulaire a été adapté et des exemples ont été donnés afin de se faire comprendre par le public des professeurs de collège qui ne maîtrise, peut-être, pas une terminologie spécifique. Afin d'élaborer ce questionnaire, la méthodologie proposée par Gisèle Tessier dans Pratiques de Recherche en Sciences de l Éducation 39 a été utilisée. Lors de la lecture de cet ouvrage, plusieurs points sont apparus essentiels. Tout d'abord, il semble nécessaire de choisir un sujet et de mesurer la faisabilité de la recherche en s'appuyant sur un modèle théorique. Les recherches de Jacques Anis reprises par 37 Annexe 1 p LIENARD, Fabien. Cerveau & Psycho, p TESSIER, Gisèle. Pratiques de recherche en sciences de l'éducation, 155 p. 15

17 Fabien Liénard ont semblé pertinentes. Le questionnaire doit permettre de répondre à une hypothèse. Il s'agit ici de déterminer si le langage «SMS» est présent ou non dans les copies des élèves. Gisèle Tessier conseille, également, d'établir un préquestionnaire. La méthodologie préconisée par Gisèle Tessier est la suivante : 1. Mélanger les présentations possibles : - des réponses qualitatives (des questions fermées uniques, multiples ou à choix ordonnés), - des réponses quantitatives (des questions ouvertes, à choix multiples, à choix ordonnés ou de type «échelle»). 2. Faciliter le cheminement de l'enquête : - par des questions objectives (portant sur des faits et des comportements) en début de questionnaire, - par des questions plus familières placées avant les questions qui peuvent surprendre ou paraître nouvelles, - par des questions plus difficiles (opinions, attentes et motivations) qui ont leur place vers le milieu du questionnaire, - par des questions plus faciles (information, identification du type âge, statut, lieu de travail...) qui sont positionnées à la fin. 3. Passation des consignes : - elles doivent être claires et explicites, - il ne s'agit pas de transformer le questionnaire en roman fleuve de plusieurs pages. 4. Savoir formuler les questions : - en évitant les ambiguïtés lexicales, les questions doubles et des commentaires personnels, - en ne présentant pas de façon exagérée une des options. En outre, comme le rappelle Gisèle Tessier, «l'auto-critique et la réflexion sont des qualités très importantes à exercer au cours de la rédaction d'un questionnaire» Ibid. 16

18 Le questionnaire à choix multiples a semblé sensé. Il permet des réponses rapides et facilite le traitement des données. La forme d'un QCM a donc été choisie. 2) La diffusion La diffusion des questionnaires a été réalisée dans des collèges, lieux où se trouve le public adolescent puisque d'après Marie Révillion 41 l'emploi des SMS concerne principalement cette partie de la population, et dans des établissements de différents milieux sociaux. Pour cela, l'hypothèse que l'implantation géographique des collèges pourrait influencer le résultat des données a été émise. L'enquête s'est déroulée auprès des enseignants d'un collège relevant du programme ECLAIR (Ecoles, Collège et Lycée pour l'ambition et la Réussite), d'un collège rural et d'un collège en centre-ville. Les questionnaires n'ont été pas limités à l'attention des professeurs de lettres. L'enquête a été transmise auprès d'enseignants d'histoiregéographie, en supposant que les élèves écrivent davantage dans ces deux disciplines et donc que les erreurs pourraient être plus nombreuses. II) Analyse des données recueillies Les 23 questionnaires (annexe 1 42 ) ont tous été complétés. Si le taux moyen de retour est généralement de 20 à 25 %, comme le souligne Gisèle Tessier 43, le pourcentage de 100 % des questionnaires qui sont revenus peut s'expliquer par le fait que les chefs d'établissement ont été rencontrés personnellement. Ces derniers se sont chargés de leur diffusion et de leur retour auprès des professeurs concernés. On peut penser que la demande émanant de leur supérieur hiérarchique a facilité cette forte participation à l'enquête. De plus, la répartition entre les différentes zones géographiques des collèges est équilibrée : 7 questionnaires d'un établissement ECLAIR, 9 en zone rurale (dont l'effectif est plus important) et 7 en centre-ville. Les enseignants interrogés ont répondu aux neuf questions, sauf l'un d'entre eux à la question 3 (A quel niveau avez-vous observé le plus fréquemment du 41 art. cit., p Annexe 1 p op. cit. 17

19 langage texto?) qui n'a fourni aucune information à cette absence de réponse. Deux autres n'ont pas pu répondre à la question 2 (Avez-vous constaté ce langage SMS chez des élèves de 6ème?), en précisant, qu'ils n'étaient pas chargés de ce niveau de classe. Le choix d'un QCM a sans doute permis ce fort taux de réponses. Le dépouillement des questionnaires a mis en exergue plusieurs points. 1) L'observation du langage «SMS» Le traitement des réponses de la question 1 (Dans les écrits de vos élèves, avez-vous observé du langage SMS?) et de la question 2 (Avez-vous constaté ce langage SMS chez des élèves de 6ème?) a permis d'établir les résultats suivants. Tout d'abord, en demandant aux enseignants si dans les écrits de leurs élèves, ils ont le recours au langage «SMS», leur réponse était majoritairement positive comme le montre le diagramme qui suit. Graphique 1 Observation du langage "SMS" dans les écrits des élèves en 6ème, 5ème, 4ème et 3ème 13% 87% oui non Dans le premier graphique, 87% des professeurs de français et d'histoiregéographie observent l'utilisation du langage «SMS», tous les niveaux de classe confondus. La majorité d'entre eux ont, également, répondu qu'ils l'avaient relevé dans toutes les copies quel que soit le support d'écrit (évaluations, cahiers ou classeurs et 18

20 écrits informatisés). Puis, il s'agissait d'affiner ces résultats, en les interrogeant si le langage «SMS» était observé dans les copies de leurs élèves de 6 ème. Leur réponse était, également, soit «oui» ou «non» dont les résultats sont présentés sous la forme du diagramme suivant. Graphique 2 Observation du langage "SMS" dans les écrits des élèves en 6ème 50% 50% oui non Le deuxième graphique explicite les résultats au niveau de la 6 ème. En effet, comme je me destine au métier de professeurs des écoles, je souhaite savoir si le phénomène existe chez des élèves récemment sortis de l'école élémentaire. Les réponses des enseignants sont partagées de façon équitable : cinquante pour cent le constatent chez des élèves de 6 ème alors que cinquante pour cent affirment le contraire lorsqu'ils répondent à la question 2 (Avez-vous constaté ce langage SMS chez des élèves de 6 ème?). Ce résultat est à nuancer dans la mesure où la totalité des enseignants s'accordent sur le fait qu'il s'agit du niveau où ils observent le moins fréquemment du langage «SMS» (graphique 3 44 ). Enfin, afin de connaître les niveaux dans lesquels est observé le plus fréquemment le langage «SMS», les données ont été traitées dans l'histogramme qui suit. 44 Graphique 3 p.20 19

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Tags: LIFE sms textos langage smartphone LOL LOL génération téléphones portables téléphonie mobile

Tags: LIFE sms textos langage smartphone LOL LOL génération téléphones portables téléphonie mobile 1 von 5 16.07.2012 11:47 À lire sur Slate.fr par Olivier Clairouin le jeudi 5 juillet 2012 Tags: LIFE sms textos langage smartphone LOL LOL génération téléphones portables téléphonie mobile En 2011, les

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012)

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012) Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques (Version 2.0, 2012) Voyez http://cogsci.psu.edu/ pour l usage et crédit en ligne Veuillez fournir vos coordonnées ci-dessous: Nom: Email: Téléphone: Veuillez

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Les textos Slt koman sa C pa C?

Les textos Slt koman sa C pa C? Les textos Slt koman sa C pa C? Josiane Ulburghs, Humaniora Kindsheid Jesu, KUL, membre FORMACOM 1 Groupe cible : 3 e degré ASO Niveau : Objectifs : avancé Expression orale : Parler de ses modes de communication

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire»

Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire» Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire» Manuel d utilisation à destination des directeurs d école et des enseignants S O M M A I R E Introduction 3 Préalable...3

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Intitulé LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Public Salariés des entreprises adhérentes à AGEFOS-PME Pré-requis Niveau A2 (élémentaire) 1 Objectifs 1. Développer les compétences de compréhension et expression

Plus en détail

Languedoc - Roussillon

Languedoc - Roussillon Master Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation 1 er degré MEEF Concours préparés : Concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) Lieu : Carcassonne - Mende - Montpellier

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

Premiers pas sur e-lyco

Premiers pas sur e-lyco Premiers pas sur e-lyco A destination des parents, ce document présente les premiers éléments pour accéder aux services de l'ent e-lyco d'un lycée. Que signifient ENT et e-lyco? ENT = Espace ou Environnement

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

BANQUES DE DONNÉES PÉDAGOGIQUES

BANQUES DE DONNÉES PÉDAGOGIQUES 223 Daniel BURET, Jean-Claude BLANCHARD. HISTORIQUE L'EPI a entrepris en 1989 de créer des bases d'énoncés mathématiques destinées aux enseignants pour la production de documents et accompagnées d'un outil

Plus en détail

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INITIATION

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

MOYENS ET METHODES PEDAGOGIQUES MIS EN OEUVRE POUR REALISER CE PROGRAMME

MOYENS ET METHODES PEDAGOGIQUES MIS EN OEUVRE POUR REALISER CE PROGRAMME ANGLAIS DE LA COMMUNICATION ET DES AFFAIRES- NIVEAU FAUX-DEBUTANT AVEC CERTIFICATION TOEIC 148 H sur 4 semaines, 35H/semaine ( face à face et d'exercices d'application par jour) Vous trouverez, ci-après,

Plus en détail

Traduction Claire Mouhot

Traduction Claire Mouhot L'ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ELEVES AYANT DES TROUBLES DE L'APPRENTISSAGE OU DES DIFFICULTES EN MATHEMATIQUES INTRODUCTION Un Guide pour les Maîtres Madhavi Jayanthi Russell Gersten Scott Baker

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

RAPPELS NOTIONNELS MDL89

RAPPELS NOTIONNELS MDL89 COMPETENCES - socle commun : Palier 1: Orthographier correctement des formes conjuguées, respecter l accord entre le sujet et le verbe, ainsi que les accords en genre et en nombre dans le groupe nominal

Plus en détail

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr Académie de Dijon Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un forum d écriture avec

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 Conférence - Débat «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 1/50 Brève présentation 2/50 Thomas CRESPIN 3/50 professeur de mathématiques en collège

Plus en détail

B2i. LE B2i Brevet Informatique et Internet. Niveau : tous. 1 S'approprier un environnement informatique de travail. b2ico1.odt.

B2i. LE B2i Brevet Informatique et Internet. Niveau : tous. 1 S'approprier un environnement informatique de travail. b2ico1.odt. 1 S'approprier un environnement informatique de travail 1.1) Je sais m'identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification. 1.2) Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles

Plus en détail

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo Préambule Afin de prévenir des nouvelles pratiques d'internet, chez les adolescents, nous avons décidé de réaliser une enquête auprès de tous les élèves du collège. Cette enquête comporte 40 questions.

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données.

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données. Les différents domaines sont : Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail. Domaine 2 : Adopter une attitude responsable. Domaine 3 : Créer, produire, traiter et exploiter des données.

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1 Niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues F1 ou F2 - Initiation à la langue française préparation au DELF 224 heures de formation réparties comme suit Module de langue, F1 ou F2 (15h

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL CATALOGUE FORMATION EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL NOS FORMATIONS 1. COMMUNICATION ECRITE-PRISE DE NOTE COMPTE RENDU DE REUNION 2. SECRETARIAT ADMINISTRATIF 3. SECRETARIAT COMMERCIAL 4. CREER

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel?

Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel? Le Robert lance Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel? dossier de presse - 2014 L avis des Français Étude Ipsos pour Le Robert réalisée sur un échantillon de 1 001 Français

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

GUIDE DE PARTICIPATION DES JOURNALISTES AFP AUX RESEAUX SOCIAUX

GUIDE DE PARTICIPATION DES JOURNALISTES AFP AUX RESEAUX SOCIAUX 17.07.2013 GUIDE DE PARTICIPATION DES JOURNALISTES AFP AUX RESEAUX SOCIAUX GENERALITES Les réseaux sociaux font désormais partie du quotidien de milliards de personnes et l information, foisonnante, y

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Premier degré FORMATION CONTINUE. édité le 26 juin 2015

Premier degré FORMATION CONTINUE. édité le 26 juin 2015 FORMATION CONTINUE Premier degré 20/stage/CAP-Pe édité le 26 juin 2015 L'offre évolue, rendez-vous sur le site internet www.afarecidf.com pour obtenir les informations les plus récentes. EDITO Toute l'équipe

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

MARATHON ORTHOGRAPHIQUE DE L ACADEMIE DE CRETEIL : «LA DICTEE SANS ERREUR»

MARATHON ORTHOGRAPHIQUE DE L ACADEMIE DE CRETEIL : «LA DICTEE SANS ERREUR» MARATHON ORTHOGRAPHIQUE DE L ACADEMIE DE CRETEIL : «LA DICTEE SANS ERREUR» Professeur agrégé de philosophie, spécialiste de l apprentissage de la lecture-écriture et de ses difficultés, André Ouzoulias,

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence

Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence Méthode simple de calcul du prix horaire de l agence Proposer un contrat calculé «au temps à passer» suppose de connaître aussi précisément que possible le coût horaire de l'architecte (qu'il soit libéral

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

Effectuer un paiement par chèque

Effectuer un paiement par chèque 1ère séance Effectuer un paiement par chèque Objectif Lire et comprendre ce qui est inscrit sur un chèque Matériel nécessaire Un chèque vierge par adulte Un tableau et de quoi écrire dessus Activité 1

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

Finlande : chaque élève est important

Finlande : chaque élève est important Finlande : chaque élève est important PHOVOIR Introduction «Chaque élève est important. 1» La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'europe. Son école mérite le

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET E.A.O. ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ

ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET E.A.O. ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ 192 ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR ET LANGUES ÉTRANGÈRES À L'UNIVERSITÉ 1. APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES DE L'INFORMATIQUE ET ENSEIGNEMENT ASSISTÉ PAR ORDINATEUR (EAOI. 1.1 Différents niveaux d'intervention

Plus en détail

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation.

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. 1 Disposition générale La pagination Compter toutes les pages du texte, de la

Plus en détail

Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm

Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm Recueil des réponses au questionnaire confié aux Professeurs de Ecoles Stagiaires (PES) lors de leur stage de janvier à l'iufm - Contenu de la formation à l'iufm Quels contenus vous ont servi pendant ces

Plus en détail

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration?

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Odile Malavaux et Marie-Christine Clerc-Gevrey IA-IPR langues vivantes Académie de Besançon Place de la compétence

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS

Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS FRANCK MOLLE - MISSION TICE Septembre 2012 Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - Export des données utiles depuis un poste administratif

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail