Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT"

Transcription

1 Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation Methodologie Sources de documentation graphique Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur l économie selon la nature des bénéficiaires... LISTE DES TABLEAUX Tableau 23. 1: Avoirs extérieurs nets du système monétaire au sens large (en millions de francs CFA)... Tableau 23. 2: Position nette du gouvernement vis-à-vis du système monétaire au sens large (en millions de FCFA)... Tableau 23. 3: Ressources du système bancaire (en millions de FCFA)... Tableau 23. 4: Contreparties des ressources du système bancaire... Tableau 23. 5: Evolution des taux directeurs des pays partenaires de la zone BEAC... Tableau 23. 6: Evolution du stock de la dette publique par type (milliards de fcfa)... Tableau 23. 7: Evolution des tirages par créancier (milliards de FCFA)... Tableau 23. 8: Evolution du service extérieur de la dette (en milliard de FCFA)... Tableau 23. 9: Paiement du principal de la dette publique par type de créancier (en milliards de FCFA)... Tableau : Paiement des charges d interets de la dette publique par type de creancier (en milliards de FCFA)... Tableau : Evolution du stock de la dette extérieure du Cameroun par créancier (en milliards de FCFA)... 1

2 1. PRESENTATION Les statistiques de la dette mises à jour au premier trimestre 2010 font apparaître au 31 décembre 2009, un stock de la dette publique du Cameroun de FCFA milliards dont 975 milliards pour la dette extérieure et 498 millions pour la dette intérieure. Ceci représente 13,2ù du Pib et 75,5% des recettes budgétaires hors dons. Cet encours en augmentation de 7,6% par rapport à celui du 31 décembre 2008, a globalement diminué de 25,2% depuis l atteinte du point d achèvement. La composante extérieure qui est de 66% de la dette publique totale correspond à 8,7% du Pib et 49,9% des recettes budgétaires hors dons de l année Comparé au niveau observé après l atteinte du point d achèvement, elle est en diminution de 9,9% en valeur nominale. La composante intérieure quant à elle est de 498 milliards, soit une hausse de 14% par rapport à 2008 et une baisse de près de 44% par rapport au montant constaté en Pour ce qui est du cumul de la dette extérieure décaissée après le point d achèvement de l initiative PPTE, il est d environ 346 milliards de FCFA dont près de 123 milliards pour l année En 2009, les charges d intérêts de la dette intérieure se sont établies à 7,3 milliards de FCFA et ont été consacré à la dette structurée. Par contre, le coût de la dette extérieure s est élevé à 28,8 milliards de FCFA, soit près de 80% consacrées au paiement des intérêts sur les emprunts auprès des créanciers bilatéraux. 2. METHODOLOGIE Les statistiques financières s élaborent en collaboration avec le Bureau des Statistiques du Fonds Monétaire International. Depuis 1993, une réforme a été initiée aboutissant par la suite à une nouvelle sectorisation du système financier et économique des Etats membres de la Zone BEAC et à l adoption de nouveaux tableaux monétaires. a- Sectorisation de l économie nationale Les statistiques monétaires sont établies mensuellement à partir des données comptables tirées des situations mensuelles des institutions financières. Ces établissements sont tenus de transmettre à la Banque Centrale leur situation comptable établie selon les règles du Plan Comptable Sectoriel des Banques. L agrégation des données monétaires ne peut s effectuer que si les imputations des opérations entre les différents secteurs de l économie sont bien effectuées. Ces imputations supposent que les limites entre ces différents secteurs soient bien définies. On distingue généralement deux sphères dans l économie nationale : le secteur financier et le secteur non financier. Présentation du secteur financier de la zone BEAC Dans la Zone BEAC, on distingue désormais quatre types d institutions financières : a) La Banque Centrale La Banque des Etats de l Afrique Centrale (BEAC) a pour rôle d émettre la monnaie centrale, d agir sur le crédit, de gérer les réserves internationales, d effectuer les transactions avec le FMI en tant qu agent financier des Etats membres et d assurer la surveillance générale du système monétaire. b) Les Banques Créatrices de Monnaie (BCM) Ce sont toutes les sociétés de dépôts monétaires qui acceptent des dépôts à vue transférables par chèques ou susceptibles d être utilisées à des fins de paiement. c) Les Autres Institutions Bancaires (AIB) Les Autres Institutions Bancaires sont des banques qui n acceptent pas de dépôts à vue transférables par chèques. On peut regrouper les (AIB) en deux catégories: - Les Autres Institutions Bancaires Eligibles au Refinancement de la BEAC (AIBE) ; - Les Autres Institutions Bancaires Non Eligibles au Refinancement de la BEAC (AIBNE). d) Les Institutions Financières non Bancaires (IFNB) Ce sont des Institutions qui ne reçoivent pas de dépôts du public mais qui participent au financement de l'économie en octroyant des crédits ou en effectuant des opérations financières ayant des incidences sur le secteur monétaire. Présentation du secteur non financier de la zone BEAC Selon la nouvelle méthodologie, toutes les opérations avec les entités non résidentes sont, par définition, classées dans les avoirs et les engagements extérieurs. Par conséquent, si on exclut l'extérieur, le secteur non financier se décompose de la manière qui suit: - Les administrations publiques Ce sont les institutions et services publics qui mettent en œuvre la politique générale de l'etat en fournissant essentiellement des services non marchands. L'Administration publique Centrale ou Gouvernement ; Les Organismes publics et les Collectivités locales. - Les entreprises publiques non financières (EPNF) 2

3 Ce sont des sociétés d'etat, des sociétés d'économie mixte, et plus généralement toutes les entreprises où l'etat détient, directement ou indirectement, au moins 30% du capital social et qui produisent et vendent des biens et services marchands destinés au public. - Le secteur privé Il comprend les ménages, les entreprises privées, les entrepreneurs individuels, les administrations privées (institutions sans but lucratif), et tous les autres agents économiques qui n'ont pu être classés ailleurs. b- Les différents types de tableaux monétaires Les différents types de tableaux monétaires établis à partir des bilans consolidés des institutions financières présentent les sources de la création monétaire ainsi que les éléments constitutifs de la masse monétaire. Les séries monétaires ont été corrigées à partir de décembre SOURCES DE DOCUMENTATION Ce chapitre a été réalisé grâce aux documents publiés par la BEAC «Etudes et Statistiques de la BEAC» et la CAA. 3

4 4. GRAPHIQUE Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur l économie selon la nature des bénéficiaires (JANV) 2010 (FEV) Institutions financières non monétaires (IFNB, IBL) Entreprises publiques non financières Secteur privé 4

5 5. TABLEAUX Tableau 23. 1: Avoirs extérieurs nets du système monétaire au sens large (en millions de francs CFA) Rubriques Avoirs extérieurs bruts de la BEAC Or D.T.S Position de réserve FMI Compte d'opérations (solde créditeur) Autres Avoirs extérieurs des banques Engagements extérieurs bruts de la BEAC Recours aux crédits du FMI Autres Engagements extérieurs des banques Dette postale Autres Avoirs extérieurs nets du système monétaire Source: BEAC Tableau 23. 2: Position nette du gouvernement vis-à-vis du système monétaire au sens large (en millions de FCFA) Rubriques Position nette du Gouvernement vis à vis de la BEAC Total des créances Total des Engagements Position nette du Gouvernement vis-à-vis du FMI Position nette du Gouvernement vis à vis des banques (BCM & AIBE) Créances sur le Gouvernement Dépôts du Gouvernement Total des créances nettes vis à vis du système monétaire (au sens large) sur l'etat Source: BEAC 5

6 Tableau 23. 3: Ressources du système bancaire (en millions de FCFA) Rubriques Disponibilités monétaires et quasimonétaires (masse monétaire) 1.1 Disponibilités monétaires Monnaie Fiduciaire (hors BCM, AIBE & AIBNE) Monnaie scripturale auprès de la BEAC auprès des banques auprès des CCP auprès des AIBE auprès des AIBNE 1.2 Quasi-Monnaie auprès des banques auprès des AIBE auprès des AIBNE Fonds propres Autres postes nets Total des ressources du système bancaire Source: BEAC Tableau 23. 4: Contreparties des ressources du système bancaire Rubriques Avoirs extérieurs nets Crédit intérieur Créances nettes sur l'etat Position Nette du Gouvernement Autres créances nettes Créances sur l'économie Institutions financières non monétaires (IFNB, IBL) Entreprises publiques non financières Secteur privé Total des Contreparties Source: BEAC 6

7 Tableau 23. 5: Evolution des taux directeurs des pays partenaires de la zone BEAC MARCHES BCEAO. Taux d'escompte (TES) 1/ 4,50 4,7105 4,75 6,42. Taux d'appel d'offres - injections de liquidités - - 4,22 4,31 - reprises de liquidités Taux des pensions 4,00 4,25 4,25 4,67 ZONE EURO*. Taux d'appel d'offres 2,25 3,50 4,00 3,71. Facilité de prêt marginal 3,25 4,50 5,00 4,46. Facilité de dépôts 1,25 2,50 3,00 2,92 ROYAUME-UNI. Prêts maisons d'escompte 4,50 5,00 5,50 4,08 ETATS-UNIS. Taux d'escompte 5,25 6,25 6,25 1,63. Taux au j/j "Fed Funds" 2/ 4,25 5,25 4,50 1,38 JAPON. Taux d'escompte 0,10 0,25 0,50 0,37. Objectif J/J 0,00 0,00 0,00 0,00 Source: BEAC Tableau 23. 6: Evolution du stock de la dette publique par type (milliards de fcfa) ANNEES Stock dette extérieure Multilatérale Bilatérale Commerciale Stock dette intérieure Structurée (conventionnelle) Non structurée (non conventionnelle) Nouvelle dette (Audit fin arriérés) 90 Stock total

8 Tableau 23. 7: Evolution des tirages par créancier (milliards de FCFA) ANNEES Total 60,8 79,6 83,1 122,9 Multilatéral ,1 112 IDA 13,5 10,1 13,1 22 FAD 11 11,5 26,6 11,2 FMI 4,1 3,9 5,2 70 BADEA 3,5 4,3 3,6 0,3 BID 3,5 4 1,9 4,2 FIDA 2 2,8 0,9 2,1 FS OPEP 1,4 4,6 3 2,2 Union Européenne 0 1,8 0 0 Bilatéral Club de Paris 13,6 14,4 9,8 7 Belgique 13,6 14,4 9,8 7 France 4,9 5,7 1,4 0 Allemagne 0,3 5,3 6,4 0,5 Pays-Bas 4, Espagne 0 1,8 1,9 2,9 Bilatéral non Club de Paris 8,2 22,3 19,1 3,9 Chine 5 16,9 16,1 2,4 Koweit 3,1 3,8 3 0,7 Arabie Saoudite 0 1,7 0 0,7 Tableau 23. 8: Evolution du service extérieur de la dette (en milliard de FCFA) Années Dette publique extérieure Service effectif ,3 96,7 Dont intérêt 40, ,4 28,8 2-Dette publique intérieure Service effectif 347,4 217,9 103,9 45,9 Dont intérêt 15 9,9 6,8 7,3 3-Dette publique total (1) + (2) Service effectif ,5 217,2 142,6 Dont intérêt 55,7 42,9 39,3 36,1 8

9 Tableau 23. 9: Paiement du principal de la dette publique par type de créancier (en milliards de FCFA) RUBRIQUES Dette extérieure ,3 67,6 79,9 67,9 Multilatérale ,2 8,8 14,4 12,9 Bilatérale ,1 55,4 57,0 54,9 Commerciale 257 // 3,4 8,5 // Dette intérieure , ,1 38,6 Dette structurée ,8 129,5 61,9 27,5 Dont bancaire 14,5 27,5 6,5 1,0 Dette non structurée ,2 78,6 35,2 11,1 Dette publique totale ,3 275,6 176,9 106,5 Tableau : Paiement des charges d interets de la dette publique par type de creancier (en milliards de FCFA) Rubriques Dette extérieure 40,7 33,0 32,4 28,8 Multilatérale 10,0 4,8 7,2 4,6 Bilatérale 30,7 28,2 25,2 24,2 Dette intérieure 15,0 9,9 6,8 7,3 Dette structurée 14,3 9,9 6,8 7,3 Dont bancaire 5,0 6,1 3,9 3,7 Dette non structurée 0,7 Dette publique totale 55,7 42,9 39,2 36,1 9

10 Tableau : Evolution du stock de la dette extérieure du Cameroun par créancier (en milliards de FCFA) RUBRIQUES Total 1 082,5 989,7 932,3 974,8 Multilatéraux 222,1 242,9 282,7 376,8 IDA 89,0 94,8 106,4 125,5 BIRD 23,9 19,4 16,6 13,8 FMI 4,2 10,7 11,4 79,9 BAD 15,9 12,4 9,2 6,0 FAD 19,8 26,3 50,5 61,0 BID 16,1 17,4 20,0 21,4 FIDA 8,2 9,8 12,4 14,1 FS OPEP 3,9 7,1 10,0 10,5 BADEA 6,3 10,0 13,7 13,7 UE 34,7 35,0 32,5 30,8 Bilatéraux Club de Paris 749,1 655,1 580,5 527,6 Belgique 4,3 5,8 5,8 9,5 France 643,7 581,1 519,5 471,1 Allemagne 76,9 43,2 31,6 30,3 Pays Bas 8,3 9,3 8,3 7,4 Espagne 12,6 12,8 12,4 6,6 Suisse 3,3 2,9 2,8 2,7 Bilatéral non Club de Paris 30,2 48,3 68,5 69,8 Chine 17,7 31,2 48,4 50,0 Koweit 9,1 12,5 16,2 16,1 Arabie Saoudite 3,4 4,5 3,9 3,7 COMMERCIAUX (ARRIERES) 81,0 43,5 0,6 0,6 Del Favero 7,4 0,0 0,0 0,0 Grace Church 23,7 0,0 0,0 0,0 Rumbold 42,1 35,9 0,0 0,0 Calder Co 6,5 7,0 0,0 0,0 BTP Banque 0,3 0,2 0,2 0,2 Non commercial Bank 1,0 0,4 0,4 0,4 10

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 331 II. LISTE DES TABLEAUX... 331 III. PRÉSENTATION... 332 IV. METHODOLOGIE... 332 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 333 Chapitre 24: Monaie

Plus en détail

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 415 II. LISTE DES TABLEAUX... 415 III. PRESENTATION... 416 IV. METHODOLOGIE... 416 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 417 Chapitre 24 : Monnaie

Plus en détail

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES...387 II. LISTE DES TABLEAUX...387 III. PRESENTATION...388 IV. METHODOLOGIE...388 V. SOURCES DE DOCUMENTATION...389 Chapitre 24 : Monnaie

Plus en détail

Bulletin statistique de la dette publique

Bulletin statistique de la dette publique RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ET DU TRESOR DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE Bulletin statistique

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Rapport de la dette publique du Burundi :

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 (*) Avril 2014

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 STATISTIQUES MONETAIRES Janvier 21 La méthodologie d élaboration des statistiques monétaires, ainsi que des séries statistiques mises à jour sont disponibles sur le site

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

II.5. MONNAIE ET CREDIT

II.5. MONNAIE ET CREDIT II.5. MONNAIE ET CREDIT La politique monétaire rigoureuse qui prévaut depuis 2004 dans le cadre du programme économique et financier 2004-2007 s est poursuivie en 2005 avec le même objectif de ralentir

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb AUSTRALIE... 2 AUTRICHE... 2 BELGIQUE... 3 CANADA... 3 RÉPUBLIQUE TCHÈQUE... 4 DANEMARK... 5 FINLANDE... 5 FRANCE... 6 ALLEMAGNE... 6 HONGRIE... 7 ITALIE...

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

ETAT DE L ENCOURS ET DES ECHEANCES DU SERVICE DE LA DETTE DE L ETAT

ETAT DE L ENCOURS ET DES ECHEANCES DU SERVICE DE LA DETTE DE L ETAT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail ----------- MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION PROJET DE LOI DE FINANCES POUR LA GESTION 2016 ETAT DE L ENCOURS

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTES SPÉCIAUX RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DES COMPTES ET RAPPORT DE GESTION POUR 2007 COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Directeur de Publication Bassambié BATIONO Directeur de la Recherche et de la Statistique Email : courrier.zdrs@bceao.int

Directeur de Publication Bassambié BATIONO Directeur de la Recherche et de la Statistique Email : courrier.zdrs@bceao.int BULLETIN MENSUEL DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE DANS L'UEMOA A FIN DECEMBRE 2013 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex :

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 11 septembre 2013 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX ÉMISSIONS DE TITRES DE LA ZONE EURO JUILLET 2013 Le taux de variation annuel

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

METHODOLOGIE D'ELABORATION DES STATISTIQUES MONETAIRES

METHODOLOGIE D'ELABORATION DES STATISTIQUES MONETAIRES METHODOLOGIE D'ELABORATION DES STATISTIQUES MONETAIRES RESUME Dakar, 20 juillet 2006 Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal Tel. (221) 839 05 00 / Fax. (221) 823 93 35 www.bceao.int 2 Le traité

Plus en détail

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée L État Chapitre 06 Introduction Le chapitre traite de la notion de, point 5 du programme : - Calcul - Comptabilisation Dans ce chapitre, on s efforcera de montrer qu il s agit d une taxe en définitive

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005 Dominique Durant CNIS 20 octobre 2005 Plan de l intervention 1. Principes de construction des comptes financiers trimestriels 1.1 adossement aux comptes annuels 1.2 des méthodes d estimation et de contrôle

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Bulletin statistique de la dette publique

Plus en détail

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT (CPEC BENIN) Agrément n L.99.0004.A MFE du 05/052011 Tel : (229) 21385007 / 97 49 92 75 Email : cpecp@yahoo.fr RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 2 juillet 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX SOCIÉTÉS D ASSURANCE ET AUX FONDS DE PENSION DE LA ZONE EURO : PREMIER TRIMESTRE 2014 Au premier trimestre

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail