TD de thermique de l habitat 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD de thermique de l habitat 1"

Transcription

1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est réalisé par une VMC auto-réglable. On cherche à maintenir la température de ce pavillon à θ int = 19 [ o C]. La hauteur sous plafond est 258 cm. Les dimensions des parois vitrées sont regroupées dans le tableau 1. Partie 1 1. Quelle est la zone climatique de ce pavillon? 2. Quelle est la température extérieure de base à prendre en compte pour dimensionner la puissance de chauffage à installer. 3. Déterminer les débits maximum et minimun d air vicié à extraire du logement. 4. Déterminer le débit d air neuf à introduire dans le logement. 5. En supposant que la ventilation est assurée par une VMC simple flux, déterminer les déperditions par renouvellement d air spécifique, D 21 en [W.K 1 ] et les déperditions par renouvellement d air H v en [W.K 1 ]. Figure 1 TD2 - On considère que le séjour et le salon constitue 2 pièces distinctes aux vues de leurs surfaces respectives. La salle de bain est équipée de WC. On négligera les infiltrations d air dans le bâtiment et par conséquent les déperditions associées. La longueur des murs de refend est de 12.5 m (longueur d un seul côté des murs porteurs intérieurs) Partie 2 1. Polytech Marseille, Semestre S9 1

2 Table 1 Composition des murs. Mur porteur extérieur 1.5 cm de parement extérieur de mortier 30 cm de béton cellulaire 1 cm de platre d enduit Mur de refend enduits et peintures non détaillés 15 cm de béton plein Plancher haut Plafond sous combles perdues Bloc en béton de granulats de cm de laine de verre VA.5 (isolé au dessus) Ψ ph mur = 0.38 [W.m 1.K 1 ] Plancher bas Plancher sur terre plein k = 0.68 [W.m 1.K 1 ] Ψ mur,plancher = 0.35 [W.m 1.K 1 ] 1. Calculer le coefficient de déperditions surfacique U mur du mur en partie opaque. 2. Calculer les coefficients de déperditions surfaciques U w des parties vitrées : portes et fenêtres battantes, menuiseries en PVC de coefficient U f = 2, 5 [W m 2.K 1 ] double vitrage 4/10/4, en verre ordinaire et remplissage à 85% de krypton, la résistance thermique de la porte est R porte = 0.3 [m 2.K.W 1 ]. On pourra commencer par calculer le coefficient de transmission de la vitre, puis le coefficient global de déperditions au travers les ouvrants en utilisant le cours Déperditions par les huisseries. 3. Faire l inventaire de tous les ponts thermiques éventuels. 4. Calculer le coefficient de déperditions H s du plafond sous combles perdues en [W.K 1 ]. 5. Calculer le coefficient de déperditions H d des parois en contact avec l extérieur en [W.K 1 ]. 6. Calculer le coefficient de déperditions H u du plancher en contact avec le sol en [W.K 1 ]. 7. Calculer les coefficients de déperditions H T [W.K 1 ] U bat [W.m 2.K 1 ] à travers l enveloppe du bâtiment. Partie 3 1. Déterminer les apports solaires A s. 2. Déterminer les apports internes A i. 3. Déterminer le coefficient F caractérisant les apports gratuits récupérables. 4. Déterminer les besoins annuels en chauffage, ainsi que la consommation annuelle en chauffage en faisant quelques hypothèses justifiées. 5. Déterminer la puissance de chauffage à installer. 2

3 Correction de l exercice 1 Partie 1 1. Ce pavillon est dans la zone climatique H2. 2. La température extérieure de base est T ext = -7 [ o C]. 3. Les débits maximum à extraire sont fournis dans le tableau suivant : Figure 2 Cours Déperditions par renouvellement d air et ventilation Le pavillon compte 4 pièces principales (aux vues de leurs dimensions respectives, le séjour et le salon peuvent être vus comme 2 pièces distinctes), le débit d air maximal à extraire est donc :Q extrait,max = 165 [m.h 1 ], avec en cuisine 120 [m.h 1 ], en salle de bain 30 [m 3.h 1 ] et dans les WC 15 [m 3.h 1 ]. 4. Le débit minimal à extraire est de Q extrait,min = 90 [m 3.h 3 ]. 5. Le débit d air neuf minimal à faire entrer dans le pavillon est fonction du nombre de pièces : 7 dans ce logement. Le débit d air neuf minimal entrant est donc : Q entrant = 120 [m 3.h 1 ]. Figure 3 Cours Déperditions par renouvellement d air et ventilation 6. Les déperditions par renouvellement d air sont alors : Les déperditions par renouvellement d air sont calculés réglementairement en prenant : Q extrait = Q extrait,max + 5Q extrait,min 6 = (1) 3

4 Les déperditions par renouvellement spécifiques sont alors : D 21 = 0.34 Q extrait = 34.85[W.K 1 ] (2) Comme on néglige les déperditions par infiltration, les déperditions par renouvellement d air sont alors : H v = D 21 + D 22 = = 34.85[W.K 1 ] (3) Partie 2 Déperditions par les parois opaques verticales Le coefficient de transmission par le mur est U mur défini par : U mur = 1 1/h si + e mort /λ mort + e b /λ b + e enduit /λenduit + 1/h se (4) U mur = La surface du mur est : / / / U mur = 0.53[W.m 2.K 1 ] A mur = ( ) ( ) A mur = 79.11[m 2 ] Déperditions par les ouvrants Les fenêtres comportent des vitres en verre ordinaire, le coefficient de transmission par les vitres est pris dans le tableau du cours Déperditions par les parois vitrées et les huisserie : U verre = 2.6 [W.m 2.K 1 ]. Figure 4 Cours Déperditions par les baies vitrées et les huisseries Connaissant le coefficient de déperditions des huisseries, on trouve le coefficient de déperditions par les huisseries dans le tableau ci-dessous : Par interpolation linéaire, le coefficient de dérperdition par les ouvrants (portes fenêtres ou fenêtre) est U w = 2.77 [W.m 2.K 1 ]. La surface des ouvrants est : A ouvrant = [m 2 ]. La résistance thermique de la porte est :R porte = 0.3 [K.m 2.W 1 ]. La surface de la porte est A porte = 2 [m 2 ] 4

5 Figure 5 Cours Déperditions par les baies vitrées et les huisseries Les ponts thermiques Il existe différents ponts thermiques à prendre en compte : les liaisons d angle mur-mur : Ψ mur,mur = 0.07 [W.m 1.K 1 ] (p37 du cours sur les déperditions par les parois) les liaisons mur-refend : Ψ mur,ref = [W.m 1.K 1 ] (p41 du cours sur les déperditions par les parois) les liaisons mur-plafond : Ψ mur,ph = 0.38 [W.m 1.K 1 ] les liaisons mur-plancher : Ψ mur,pb = 0.35 [W.m 1.K 1 ] les liaisons refend-plancher haut : Ψ refend,plafond = 0.05 [W.m 1.K 1 ] Pour cela, il faut consulter la page 43 du cours sur les déperditions par les parois, sachant que le mur de refend est fait de 15cm de béton, de 12cm de laine de verre VA5, la résistance de l isolant est alors R i = 0.12/0.034 = 3.52 [m 2.K.W 1 ]. Coefficient H s : déperditions vers les locaux non chauffés (combles) La définition de H s est la suivante : H s = τ (A plafond U plafond + Ψ refend,plafond l refend,plafond ) (5) Il faut d abord calculer U plafond, dont la valeur approchée est de [W.K 1.m 2 ]. La résistance thermique des blocs en béton de granulats se trouve dans le TD1 et vaut 0.29 [K.m 2.W 1 ]. l refend,plafond = = 25m, A plafond = 7 12 = 84m 2, H s = 0.9 ( )) = 19.93W.K 1 Coefficient H d : déperditions par les parois en contact avec l extérieur La définition de H d est la suivante : ( H d = A mur U mur + A ouvrant U w + A porte U porte + ) (Ψ l) (6) (Ψ l) = Ψmur,mur l mur,mur + Ψ mur,ref l mur,ref + Ψ mur,pb l mur,pb + Ψ mur,ph l mur,ph l mur,mur = = 10.32m, l mur,ref = = 25.8m, l mur,ph = ( ) 2 = 38m 2, l mur,pb = ( ) 2 = 38m 2, H d = 121.2W.K 1 5

6 Déperditions par le plancher Le coefficient de transmission par le plafond est H u défini par : H u = k l plancher (7) H u = = 25.84W.K 1 Coefficient H T [W.K 1 ] H T = H d + H s + H u = 167[WK 1 ] (8) coefficient U bat Le coefficient de déperditions U bat est alors : H T U bat = A d + A pb + A ph U bat = U bat = 0.63 [W.m 2 K 1 ] (9) Partie 3 Apports solaires Les apports solaires sont de la forme : A s = S se E zone H2, S se = = 2.35m 2, E zone H2 = 440kWh.m 2, A s = Wh Apports internes Les apports internes sont de la forme : A i (kw h) = 21.7 S H, A i = = Wh Détermination du facteur F Il faut tout d abord déterminer le taux de récupération des apports gratuits, X : X = A s + A i DSA, DSA = (H T + H v 2GV ) DHU DSA = ( ) = kwh X = =

7 L inertie du bâtiment est forte, car les murs extérieurs sont des murs à isolation répartie et le plancher est lourd. En effet, il est caractérisé par un coefficient k = 0.68 [W.m 1.K 1 ], on peut ainsi en déduire un coefficient surfacique U e = 0.31 [W.m 2.K 1 ] caractéristique d un plancher très isolé. La diapositive 33 du cours sur les calculs de besoins de chauffage permet alors de déterminer F, le facteur d apport gratuit : F Expression des besoins de chauffage B ch = (H T + H v 2GV )(1 F )DHU, B ch = ( ) (1 0.27) 52 = kwh Consommation de chauffage C ch = C ch = B ch I, η = kwh I est un facteur d intermittence qui permet de prendre en compte les phases d arrêt ou de ralenti du chauffage. Une valeur communément employée est I = 0.9. η est le rendement de l installation de chauffage, traduisant les pertes de l élément de chauffage (par exemple de la chaudière), les pertes par les conduites distribuant l eau de chauffage, les pertes des émetteurs de chaleur (les radiateurs). Un rendement d installation de 80 % semble une bonne valeur. Puissance de chauffage à installer Les apports gratuits ne doivent être pris en compte dans le calcul de la puissance de chauffage à installer. En effet, cette dernière correspond à la puissance que l installation de chauffage doit pouvoir apporter au bâtiment dans le cas de conditions climatiques les plus défavorables. C est aussi pour ceci que l on utilise θ eb qui est la température la plus basse rencontrée moins de 5 fois pendant la saison de chauffe. Néanmoins, cette puissance P ch doit encore être majorée pour prendre en compte le rendement de l installation, η. Par ailleurs, on utilise fréquemment un surfacteur de 10 à 20 % pour que l installation soit plus réactive dans les phases de démarrage ou de relance. P ch = (H T + H v 2GV )(θ int θ eb ), P ch = ( ) (19 + 7) = 5.3 kw 7

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation

ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation Le 21 mars 2010 Référence : Etude Objet : Audit énergétique: Du 18 mars 2010. Bilan initial de l'existant. Bilan projeté des rénovations retenues Maitre

Plus en détail

Projet Le Nom CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC. Visual TTH - 2008 NRT 2005

Projet Le Nom CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC. Visual TTH - 2008 NRT 2005 Visual TTH 2008-19/07/2010 M. et Mme Rue de 99000 La Ville Projet Le Nom CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC Visual TTH - 2008 NRT 2005 Conditions générales des calculs : - Date du dépôt du Permis de

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

DPE 2013, CE QUI CHANGE. Le Dossier. Contenu technique rédigé par Pascal CLERC

DPE 2013, CE QUI CHANGE. Le Dossier. Contenu technique rédigé par Pascal CLERC 30 DPE 2013, CE QUI CHANGE Contenu technique rédigé par Pascal CLERC Diagnostiqueur membre de notre Groupe de Travail DPE, Pascal CLERC est intervenu dans le cadre des Rendez- Vous du DIAG'IMMO au nom

Plus en détail

EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION

EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION FORMULAIRE 1 EXIGENCES D'ISOLATION THERMIQUE ET DE VENTILATION POUR LES BATIMENTS A CONSTRUIRE EN REGION WALLONNE A TRANSFORMER, AVEC CHANGEMENT D'AFFECTATION Formulaire à remplir et à joindre au dossier

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) Logement (6.1) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté du 27 janvier 2012 modifiant l arrêté

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Isolation écologique d une maison de maître du XIX e siècle Localisation

Plus en détail

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation.

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. Pourquoi l éco prêt? La mise en place de l éco-prêt est là pour inciter

Plus en détail

Sommaire. GENERALITES... 3 à 7 FENETRE PRINCIPALE... 8. LES DONNEES ADMINISTRATIVES... 9 à 11. LES DONNEES TECHNIQUES... 12 à 14

Sommaire. GENERALITES... 3 à 7 FENETRE PRINCIPALE... 8. LES DONNEES ADMINISTRATIVES... 9 à 11. LES DONNEES TECHNIQUES... 12 à 14 Sommaire GENERALITES... 3 à 7 FENETRE PRINCIPALE... 8 LES DONNEES ADMINISTRATIVES... 9 à 11 LES DONNEES TECHNIQUES... 12 à 14 SAISIE D'UN DPE METHODE 3CL... 15 à 19 DPE METHODE 3CL SAISIE DES PAROIS OPAQUES...

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

LYON CONFLUENCE Ilot A Saône Park Nexity Apollonia

LYON CONFLUENCE Ilot A Saône Park Nexity Apollonia LYON CONFLUENCE Ilot A Saône Park Nexity Apollonia Le programme 200 appartements SHON estimée à 18000 m² SHAB estimée à 14750 m² 8 Bâtiments R + 6 à 7 Maitrise d œuvre Architectes : Tania CONCKO Fabrice

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Terrassement- Fondations - Egouttage

Terrassement- Fondations - Egouttage Terrassement- Fondations - Egouttage «Le terrassement débute et ne dure que quelques jours. Viennent ensuite les fondations, puis le réseau d égouttage. On peut remarquer la qualité du travail d égouttage

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments

Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Présentation des cas individuels Les cas présentés dans ce document visent à montrer des situations représentatives des s et ménages dans le parc

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation»

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation» Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ Cd2e «Logement social : rénovation en basse consommation» 22 février 2012 Avant La résidence se situe à VILLENEUVE

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

Nouvel algorithme de calcul des consommations conventionnelles des logements pour la réalisation des diagnostics de performance énergétique

Nouvel algorithme de calcul des consommations conventionnelles des logements pour la réalisation des diagnostics de performance énergétique Nouvel algorithme de calcul des consommations conventionnelles des logements pour la réalisation des diagnostics de performance énergétique 1 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 6 2 LA METHODE CONVENTIONNELLE 6 3

Plus en détail

MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES

MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES Ne rien inscrire Ne rien inscrire Académie : ession : Examen : érie : pécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013 Réduire la précarit carité énergétique Les coûts de la rénovation : Leur maitrise est un enjeu 23 mai 2013 Recherche expérimentation PUCA Connaître le coût t et la performance thermique en OPAH (2009-2012)

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

ECO HOM LIEGE INTRODUCTION. Lieu : Liège Typologie : Maison de maître divisée

ECO HOM LIEGE INTRODUCTION. Lieu : Liège Typologie : Maison de maître divisée ECO HOM LIEGE Lieu : Liège Typologie : Maison de maître divisée DATE DE CONSTRUCTION : 1905 DATE DE RENOVATION : 2005 -... Surface chauffee : 297 m² BESOIN DE CHAUFFAGE : 40-60 kwh/m².an (voir consommations)

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

MAITRISEZ VOS CONSOMMATIONS

MAITRISEZ VOS CONSOMMATIONS Avis Technique N 3/07-529 MAITRISEZ VOS CONSOMMATIONS D énergie Distribué par : FIMUREX PLANCHERS-ACOR 36, avenue de Thionville - B.P. 90723 57147 WOIPPY Cedex Tél. : 03 87 31 03 31 - Télécopie : 03 87

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

Déperditions Bâtiment AB2CS *+*,#%-%)

Déperditions Bâtiment AB2CS *+*,#%-%) Déperditions Bâtiment AB2CS!"#$%&'(%) *+*,#%-%) DEPARTEMENT SELECTIONNE CARACTERISTIQUES DE BASE Numéro du département : 33 Désignation du département : GIRONDE Zône climatique de base : H2 Région de base

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE BATIMENT C 1 AVENUE NEIL ARMSTRONG 33700 MERIGNAC Tel : Fax : A Logement (6.1) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

«Règles de l Art Grenelle Environnement 2012»

«Règles de l Art Grenelle Environnement 2012» OPÉRATION N 231 FICHE OPÉRATION PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PROFESSIONNELS «Règles de l Art Grenelle Environnement 2012» Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

THALEM INGENIERIE. Centre d affaires Cicéa Rue du Courtil Bât 5 35170 BRUZ Tél. : 02 99 05 30 10 - fax. : 02 99 05 30 15

THALEM INGENIERIE. Centre d affaires Cicéa Rue du Courtil Bât 5 35170 BRUZ Tél. : 02 99 05 30 10 - fax. : 02 99 05 30 15 THALEM INGENIERIE Centre d affaires Cicéa Rue du Courtil Bât 5 35170 BRUZ Tél. : 02 99 05 30 10 - fax. : 02 99 05 30 15 Page : 1 / 15 EXTENSION DE L'ACCUEIL DE LOISIRS ~ SAINT AUBIN D'AUBIGNÉ ~ ÉTUDE THERMIQUE

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Rénovation MINERGIE d un petit immeuble collectif des années 50 (Travaux en 2005-2007)

Rénovation MINERGIE d un petit immeuble collectif des années 50 (Travaux en 2005-2007) Rénovation MINERGIE d un petit immeuble collectif des années 50 (Travaux en 2005-2007) par Jean-Luc Juvet Ingénieur dipl. Ecole Polytechnique Fédérale Chef du service de l énergie du Canton de Neuchâtel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif aux méthodes et procédures applicables au diagnostic de performance

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

AIDE AU PRE-DIAGNOSTIC DES LOGEMENTS EN PRECARITE ENERGETIQUE Grille d évaluation remplie par :... date & heure : / / /

AIDE AU PRE-DIAGNOSTIC DES LOGEMENTS EN PRECARITE ENERGETIQUE Grille d évaluation remplie par :... date & heure : / / / Grille d évaluation remplie par :......................... date & heure : / / / Coordonnées du bénéficiaire : Nom :........................................ Prénom :................................... Adresse

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

UN REGARD ÉCLAIRÉ SUR DES LOGEMENTS DE QUALITÉ À CONSOMMATION D ÉNERGIE QUASI NULLE

UN REGARD ÉCLAIRÉ SUR DES LOGEMENTS DE QUALITÉ À CONSOMMATION D ÉNERGIE QUASI NULLE BAIES VITRÉES CHOISIR UN VITRAGE GAINS SOLAIRES ÉCLAIRAGE NATUREL CONFORT ISOLATION UN REGARD ÉCLAIRÉ SUR DES LOGEMENTS DE QUALITÉ À CONSOMMATION D ÉNERGIE QUASI NULLE FÉDÉRATION DE L INDUSTRIE DU VERRE

Plus en détail

Rénovation énergétique

Rénovation énergétique Rénovation énergétique Vers des feuilles de route pragmatiques pour les logements équipés de chauffage collectif Une étude confiée par Fedene à Cardonnel Ingénierie Conférence de presse 2 avril 2014 Flora

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE AUX ÉCONOMIES D EAU: LA MAITRISE DE LA CONSOMMATION À LA MAISON

DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE AUX ÉCONOMIES D EAU: LA MAITRISE DE LA CONSOMMATION À LA MAISON DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE AUX ÉCONOMIES D EAU: LA MAITRISE DE LA CONSOMMATION À LA MAISON Assises du développement Durable- Table ronde "Citoyen et développement durable" DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE: ISOLATION,

Plus en détail

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble Etude en 3 phases : Relevés - calculs - préconisations PRESENTATION ARCHITECTURALE Choix de 3 immeubles: XV -XIX siècle Edifices

Plus en détail

Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020. Retour d experience

Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020. Retour d experience Maison Air et Lumière VELUX Model Home 2020 Retour d experience Le projet 2 Le projet européen 6 expériences de bâtiments neutres en énergie dans 5 pays différents 1 objectif : placer la qualité du cadre

Plus en détail

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air Le défi des Familles Eco-Engagées Engagées Guide de la ventilation ventilation et de l étanchéité à l air La ventilation d un bâtiment permet : - d évacuer l air vicié, chargé en humidité et en polluants

Plus en détail

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement

Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Simulation de l efficacité énergétique d une façade double peau ventilée mécaniquement Valentin Trillat-Berdal 1, Malorie Trillat-Berdal 1 1 Patriarche & Co 4 allée du lac de garde Taxiway BP 285 73375

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail