Présentation du budget 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation du budget 2013"

Transcription

1 Présentation du budget 2013 Sommaire 1 INTRODUCTION Principaux éléments influençant le budget à la hausse Principales mesures d économie Résumé 3 COMMENTAIRES PAR CENTRE DE COÛT 4 2 PRODUITS 4 3 CHARGES Direction Secrétariat général Unité Encadrement Unité Hébergement Unité Assistance Secteurs 8 4 PROJETS NON PRÉVUS AU BUDGET

2 Présentation du budget INTRODUCTION Comme lors des années précédentes, le budget 2013 EVAM s inscrit dans une logique de hausse. En effet, le nombre de demandes d asile déposées en Suisse, et par voie de conséquence, le nombre de personnes attribuées au canton de Vaud, a encore augmenté en 2012, et tous les indicateurs semblent montrer que ces chiffres resteront encore à un haut niveau en Ainsi, le nombre de demandes d asile déposé en Suisse était de 1300 environ par mois en Il atteignait 1880 en 2011, et s est établi à environ 2470 pour les premiers dix mois de Or, en cas d un nombre élevé d arrivées, les effectifs des bénéficiaires de l EVAM augmentent (arrivées plus nombreuses que départs et autres sorties). Ainsi, les effectifs des personnes assistées par l EVAM sont passés de 4'389 au 1 er janvier 2011 à 4'583 au 31 décembre 2011 pour atteindre 5'177 au 31 octobre Les prévisions pour 2013 sont les suivantes : 5318 bénéficiaires au 31 décembre 2012 et 5758 au 31 décembre Le réel 2012 dépasse les volumes budgétés. Les mécanismes d ajustement de la subvention cantonale prévus par la convention de subventionnement, conformément à la LARA, permettent à l EVAM de disposer, pour 2012, des moyens nécessaires pour mener à bien sa mission. Le budget 2013 se base sur le réel Il se situe ainsi en-deçà des pronostics. Une nouvelle fois, les mécanismes d ajustement portant sur les frais fixes spécifiques et sur les frais variables devront permettre le financement de la différence. 1.1 Principaux éléments influençant le budget à la hausse Comme indiqué ci-dessus, la hausse est principalement conditionnée par le nombre de nouvelles demandes d asile et le nombre de personnes à prendre en charge par l établissement. Toutefois, le lien entre effectifs de bénéficiaires et ressources nécessaires à l accomplissement de la mission de l EVAM n est pas linéaire. En effet, plusieurs facteurs interviennent : Les arrivées génèrent un coût plus important que des effectifs constants, en raison de l encadrement plus important en début du séjour en Suisse. Ainsi, un nombre élevé d arrivées, tel que c est le cas actuellement et probablement en 2013 augmente les charges plus que proportionnellement. Le marché immobilier extrêmement tendu et la relative hostilité de beaucoup de collectivités publiques à l égard des bénéficiaires de l EVAM rendent la mission d hébergement très difficile dans un contexte d augmentation des effectifs. L EVAM est ainsi contraint de recourir à des solutions relativement coûteuses (taille limitée des structures collectives, mesures de surveillance 2 l 9

3 accrues, frais de transports plus importants, investissements parfois pour des durées limitées, etc.). Courant 2012, l EVAM a réussi à s adapter à une forte croissance (bénéficiaires +594 [13.0%] au 31 octobre 2012, structures d hébergement collectif +4 abris [36.4%] au 31 octobre 2012, collaborateurs + 44 [13.6%] au 31 octobre 2012). Il est nécessaire aujourd hui d adapter l encadrement et les services généraux à l augmentation du volume des activités. C est une des raisons pour laquelle les frais fixes évoluent entre 2012 et Par ailleurs, l EVAM compte réaliser en 2013 plusieurs projets avec un impact sur le budget de fonctionnement dont les principaux sont : Le regroupement des activités de formation et d occupation pour les migrants sur un seul site en région lausannoise (projet déjà prévu mais non réalisable sur le site projeté en 2012). Le regroupement, sur le même site, des activités du siège administratif. La transformation du foyer de Bex en structure d accueil et socialisation afin de répondre aux besoins accrus découlant de la forte augmentation du nombre d arrivées. La création d une antenne administrative unique et spécialisée pour la délivrance de l aide d urgence. La poursuite de la mise en œuvre du schéma directeur informatique, avec l aboutissement, en 2013, de plusieurs projets d envergure. Les conséquences financières de ces projets sont détaillées ci-dessous. Finalement, le Bureau cantonal d intégration des étrangers et de prévention du racisme (BCI, SPOP) a décidé de transférer à l EVAM la gestion d une enveloppe de CHF 350'000 destinée à financer des mesures d intégration en faveur des personnes au bénéfice d une admission provisoire achetées à des tiers (cours de langue etc.). Il en résulte une augmentation équivalente et des produits et des charges dans le budget de l EVAM, sans effet sur le budget du SPOP. 1.2 Principales mesures d économie Compte tenu d un taux d occupation très important des structures d hébergement collectif, le budget se base désormais sur un taux d occupation moyen pendant toute l année de 100% (ce qui suppose que toute place disponible est occupée sans interruption aucune) au lieu d un taux moyen de 85% comme c était le cas jusqu à présent. A effectif égal, cette approche diminue le besoin en appartements (effet : moins CHF ). Le pourcentage prévisionnel du nombre de personnes nouvellement arrivées qui suivent des cours de français passe de 60% à 50%. Il est en effet constaté que le taux de suivi est en baisse, probablement lié à la composition des demandeurs d asile, mais aussi du fait de procédures d asile plus courtes dans le cadre de l application du règlement Dublin II. Il en résulte une diminution des charges, toujours à volume constants, de CHF 300'000 environ. 1.3 Résumé Malgré les différentes contraintes, le budget de l EVAM soumis au Conseil d Etat pour 2013 est de CHF 182'000 inférieur au montant figurant au budget du SPOP à cette fin. 3 l 9

4 COMMENTAIRES PAR CENTRE DE COÛT 2 PRODUITS Les produits de l EVAM sont composés majoritairement de la subvention cantonale (CHF mios). Toutefois, l EVAM réalise également d autres produits, à hauteur de CHF 11 mios environ, provenant essentiellement de revenus de personnes partiellement assistées auxquelles l EVAM fournit des prestations (hébergement, assurance maladie, voire assistance financière partielle), de personnes autonomes (hébergement, assurance maladie), ou encore de personnes au bénéfice d un permis B toujours hébergées par l établissement. Le montant de la subvention cantonale pour 2013 a été déterminé sur la base de la subvention accordée en 2012 (montant figurant dans la convention de subventionnement [CHF 89.3 mios] + ajustements estimés conformément à la convention en raison de la hausse du nombre de demandeurs d asile [27.25 mios]). A noter qu en raison de l évolution des volumes, le SPOP a finalement demandé un crédit supplémentaire de CHF 29.2 mios pour En contrepartie, le canton attend des prestations équivalentes de la part de l EVAM. Selon les constats faits durant l exercice 2012, il paraît probable que les autres produits de l EVAM diminueront. Ainsi, le budget 2013 prévoit une diminution de CHF 518'000 au total. Les variations principales sont les suivantes : Facturation de l hébergement à des personnes détentrices d un permis B : + CHF 200'000. Participations des bénéficiaires avec des revenus aux prestations d assistance : CHF - 627'000 (FV). Cette baisse semble une conséquence de la conjoncture économique moins favorable, de la concurrence des travailleurs européens sur le marché du travail, et de la part plus importante de nouveaux arrivants peu susceptibles d intégrer le marché du travail. Ventes de programmes d occupation : CHF - 129'000. Dans la mesure où l EVAM présente toujours un budget équilibré, cette baisse de produits, avec un niveau équivalent de prestations attendu, oblige l établissement de compresser les charges d un montant équivalent. 3 CHARGES 3.1 Direction Pas de remarques. 3.2 Secrétariat général Globalement, les frais fixes du Secrétariat général augmentent de CHF 1'371'000. Les mouvements principaux sont les suivants : Suite à l introduction d un nouveau logiciel de recouvrement, l entité comptabilité peut diminuer sa dotation de 0.5 ETP (- CHF 69'000). En revanche, il est prévu de renforcer : L entité Système d information de 2.0 ETP (+ CHF 240'000), dont un suppléant du responsable d entité afin de renforcer l encadrement et le conduite des projets, et un collaborateur support, en raison du nombre de sites et de collaborateurs en augmentation. 4 l 9

5 Le Soutien juridique de 0.5 ETP (+ CHF 40'000), en raison de l augmentation du nombre d oppositions (29/mois en 2010, 32/mois en 2011, 35/mois en 2012 [jusqu au 31.10]) et de recours, conséquence de l augmentation des effectifs et de la situation tendue sur le plan de l hébergement qui oblige l EVAM à rendre des décisions de transfert plus nombreuses ; en parallèle, la complexité des affaires à traiter augmente, notamment par l exigence de motiver davantage les décisions sur opposition. L entité Ressources humaines de 0.8 ETP (+ CHF 81'000) en raison de l augmentation des effectifs (évolution de 324 collaborateurs au à 368 collaborateurs au ) et des mouvements (principalement : recrutements [104 engagements entre janvier et octobre 2012]). Le secrétariat de direction de 1.0 ETP (+ CHF 103'000) en raison de l augmentation générale du volume d activité et de la création d un quatrième secteur (voir plus bas, Secteurs). Ainsi, le total des mouvements liés aux ressources humaines du Secrétariat général est de + CHF 395'000. Le poste achat d applications et la maintenance informatiques augmente de CHF 506'000 Il s agit d une part de la conséquence de l augmentation du nombre de collaborateurs (licences). D autre part, la mise en œuvre du schéma directeur informatique nécessite des développements importants sur plusieurs projets déjà en cours, ou dont la réalisation est prioritaire pour des raisons opérationnelles. Finalement, des applications récemment mises en production nécessitent une maintenance importante pendant leur première année d exploitation. L outsourcing de l exploitation informatique (hébergement des serveurs et lignes de télécommunication) augmente de CHF 104'000, essentiellement en raison du nombre accru de sites à desservir et à l augmentation du nombre de collaborateurs. Les amortissements du parc informatique et bureautique augmentent de CHF 67'000, en raison de l augmentation du nombre de collaborateurs et de sites. Les autres frais du Secrétariat général augmentent de CHF 218'000, principalement en raison de l augmentation du nombre de bénéficiaires (frais bancaires et postaux), du nombre de collaborateurs et du nombre de sites (frais de télécommunication). 3.3 Unité Encadrement Comme les deux autres unités opérationnelles, l unité Encadrement est fortement impactée par l augmentation générale des volumes d activités. L augmentation se traduit ici principalement au niveau des frais salariaux. Ainsi, le nombre de collaborateurs des trois entités évolue avec le nombre des arrivées (social, intégration et développement), le nombre des effectifs (social), et le nombre de sites (surveillance). En parallèle, le poste dédié à la sous-traitance de certaines prestations de surveillance est également en hausse, l établissement prévoyant de maintenir globalement la répartition entre surveillance par des collaborateurs internes et appel à des sociétés externes. La transformation du foyer de Bex en structure dédiée à l accueil et à la socialisation (dès le 1 er août 2013) conduit à une augmentation de l encadrement social. En contrepartie, la présence de surveillants pourra être adaptée à terme à la baisse. L affectation du foyer de Vennes (Lausanne) à l hébergement de familles conduit à une diminution des besoins de surveillance (effet budgétaire - CHF 320'000). Par ailleurs, comme dans les autres unités, le management doit être renforcé suite à l augmentation du nombre de sites et du nombre de collaborateurs. Le budget 2013 prévoit ainsi : 5 l 9

6 La création d un poste d assistant des responsables d entité qui ont à gérer des équipes de plus en plus conséquentes et doivent être déchargés de certaines tâches administratives (+ CHF 92'000). La création d un poste de chef d équipe supplémentaire à l entité Intégration et développement, afin de répondre à l augmentation du nombre d enseignants et d éducateurs (+ CHF 92'000). Finalement, le budget 2013 prévoit d intensifier les mesures visant l intégration des personnes au bénéfice d une admission provisoire - et donc appelées à rester en Suisse. Il y a lieu de rappeler ici que les mécanismes de financement fédéral dans le domaine changeront, dès avril 2013, de sorte à rendre les prises d activités lucratives par les personnes visées plus intéressantes financièrement pour les cantons. L augmentation de 1.30 postes de la dotation des équipes occupation et emploi, conjointement (+ CHF ). Le programme de formation santé (formation d aides-soignants) qui offre de bonnes perspectives aux participants d intégrer rapidement le marché de l emploi sera dédoublé (+ CHF ). 3.4 Unité Hébergement Le budget de l unité hébergement évolue principalement en raison de l augmentation du nombre de personnes à héberger, ce qui influence bien entendu les loyers et frais afférents, mais conduit également à une augmentation du nombre de collaborateurs. En ce qui concerne les ressources humaines, la dotation de l unité est appelé à évoluer de la manière suivante : Création d un poste de collaborateur administratif chargé de traiter de manière individualisée les dossiers des personnes hébergées par l EVAM mais au bénéfice d un permis B, dans le but de diminuer le nombre de cas concernés, en évitant le plus possible de créer des situations humainement difficile ou de s en décharger sur les communes concernées (+ CHF ). Par ailleurs, le budget de l unité supporte l essentiel du coût de plusieurs projets. Projet de regroupement des activités de formation et d occupation et du siège administratif de l EVAM sur un seul site : Le projet de regroupement des activités de formation et d occupation pour les migrants (centre de formation - environ 70 collaborateurs et 350 migrants quotidiennement). Ces activités occupent actuellement une surface totale de 2200m 2 environ (dont 1450m 2 dans des propriétés de l EVAM) répartie sur plusieurs sites. Compte tenu du développement des activités de formation et d occupation au cours de ces dernières années (augmentation du nombre de bénéficiaires, volonté de favoriser l intégration des personnes au bénéfice d une admission provisoire), la surface disponible est largement insuffisante. Un projet similaire pour 2012 qui n a pas pu être réalisé prévoyait des besoins de 2800m 2 environ. L estimation actualisée des besoins est de 3660m 2. La dispersion de ces activités sur plusieurs sites est génératrice d un besoin important de coordination et augmente le temps de déplacement de certains des collaborateurs. La concentration sur un seul site devra donc permettre une meilleure organisation globale de ces activités, sans qu il soit possible, au stade actuel, de chiffrer d éventuels gains d efficacité. La réalisation de ce projet nécessitera la location d une surface commerciale (espace de bureaux) dans la région lausannoise. L EVAM a aujourd hui la possibilité de signer un bail à un prix avantageux compte tenu du marché de CHF 240/m 2, i.e. CHF 878'400 pour une année pleine, travaux d aménagement en sus. L EVAM pourrait ainsi : o Libérer une surface locative de 726m 2 (CHF 144'000/an). 6 l 9

7 o Libérer un bâtiment dont il est propriétaire et le transformer en appartements (création de 14 studios et 4 2-pièces moyennant un investissement estimé à CHF 2'760'000). Cette opération permettra de renoncer à louer ces objets sur le marché qui est très tendu actuellement. Compte tenu de l amortissement et des intérêts de l investissement, cette opération permettra, à terme, une économie d environ CHF /an. o Libérer un étage (450m 2 ) dont il est propriétaire (PPE) et le louer ou le vendre. Une location de cette surface à un prix de CHF 250/m 2 rapportera une somme de CHF /an. L ensemble de cette opération conduira ainsi à un coût supplémentaire de CHF /an environ, en augmentant considérablement la surface et en permettant d optimaliser l organisation par un regroupement de ces activités. L opportunité se présente par ailleurs de regrouper sur le même site également le siège administratif de l établissement (plus de 80 collaborateurs actuellement). Compte tenu de l augmentation du volume d activités, les surfaces administratives disponibles à l avenue de Sévelin 40, à Lausanne, (1698m 2 ) sont aujourd hui trop exigües. Les besoins actuels sont estimés à 2000m 2 environ (+18%). Le prix de location actuel est de CHF 235/m 2. Le prix de location négocié pour le nouveau site, de CHF 240/m 2 (travaux en sus) est ainsi comparable. Cette opération conduira ainsi à terme, à une augmentation des charges de CHF /an (travaux en sus). Le regroupement sur un même site du siège administratif et des activités de formation et d occupation pourra générer des gains supplémentaires en termes d organisation (réduction des efforts de coordination, synergie de certaines ressources, diminution des temps de déplacement), qu il est toutefois, à ce stade, impossible d exprimer en économies. Les effets sur le budget 2013 diffèrent de ceux décrits ci-dessus. D une part, il y a lieu de tenir compte des charges uniques liées au déménagement, à l installation (cuisine professionnelle du centre de formation, sécurisation des accès, informatique), ainsi qu au payement à double des loyers pendant une certaine période. D autre part, les charges liées au nouveau site ne courront pas sur l entier de l exercice, le déménagement étant prévu en cours d année. Les effets sur le budget peuvent être détaillés de la manière suivante : o Frais de déménagement CHF 125'000. o Installation d une cuisine professionnelle : CHF 500'000 amortis sur cinq ans : CHF 100'000. o Sécurisation des accès : CHF 50'000. o Installations informatiques : CHF 80'000 amortis sur trois ans : CHF 27'000. o Différence de loyers (incluant des loyers payés à double pendant la période de transition) : CHF 575'000. Ainsi, le coût net supporté par le budget 2013 pour ce projet est de CHF Autres projets : La transformation du foyer de Bex en structure dédiée à l accueil et à la socialisation des nouveaux arrivants nécessite d effectuer des travaux d une certaine importance pour adapter les espaces administratifs. Il faut en effet créer des salles d entretien pour les assistants sociaux, réorganiser les flux des usagers, créer des guichets, revoir les installations électriques etc. En parallèles, des travaux de réfection (fenêtres, sols, etc.) doivent être entrepris. Le bâtiment appartient au SIPAL. Ce dernier - qui conduira le chantier - prend en charge ces travaux à hauteur de CHF 300'000, pour ce qui est de l entretien courant ; ces travaux seront à la charge de l EVAM à hauteur de CHF 700'000, amortis sur cinq ans (charge de CHF 140'000 au budget de fonctionnement 2013). L antenne administrative spécialisée pour la délivrance de l aide d urgence génère des frais de location et afférents de CHF 117' l 9

8 Les investissements dans les immeubles dont l EVAM est propriétaire prévus en 2013 sont les suivants : Commune Adresse Type de travaux Montant de l investissement Montant annuel d amortissement Ecublens Epenex Transformation CHF 1'400'000 CHF 28'000 Prilly Chablais 37 Rénovation CHF 2'800'000 CHF 56'000 Prilly Fontadel 6 Rénovation CHF 650'000 CHF 13'000 Lausanne Tour-Grise 26 Rénovation CHF 700'000 CHF 14'000 Yverdon Uttins 11 Rénovation CHF 2'800'000 CHF 56'000 Leysin Ste-Agnès Rénovation CHF 1'500'000 CHF 30'000 L Abbaye Les Bioux Transformation CHF 550'000 CHF 11' Unité Assistance Tout comme celui des autres unités, le budget de l unité Assistance est influencé principalement par l augmentation du nombre de bénéficiaires des prestations de l établissement. Deux autres évolutions majeures impactent ce budget. Il s agit de : l augmentation des frais de santé (primes pour l assurance maladie obligatoire, franchises et participations, frais non pris en charge par l assurance maladie obligatoire) qui conduit à une augmentation des charges de CHF 657'000, sans tenir compte de l effet découlant du nombre de bénéficiaires plus grand. L augmentation très significative de CHF 569'000 (+ 37%) des frais de soins dentaires, et des coûts du médecin dentaire conseil. A ce titre, il y a lieu d indiquer que depuis 2010, le médecin dentaire conseil (qui est appelé à valider les devis pour des traitements dépassant CHF 500) est la Policlinique médicale universitaire. L EVAM constate que le coût du traitement par cas est en nette augmentation. Ces frais sont essentiellement des frais variables. 3.6 Secteurs Suite à l augmentation du nombre de sites et à l augmentation du nombre de bénéficiaires, il est devenu nécessaire de créer un quatrième poste de responsable de secteur. Les responsables de secteur gèrent principalement les relations avec les partenaires externes locaux et régionaux (autorités communales, société civile etc.) ainsi que les sanctions à l égard des bénéficiaires. Par ailleurs, le budget de fonctionnement du sleep in et en particulier les postes y relatifs ont été transférés des unités vers les secteurs, sans impact sur le budget global de l établissement. 4 PROJETS NON PRÉVUS AU BUDGET 2013 Les projets suivants n ont pas été inclus au budget Comme indiqué ci-dessus, celui-ci a été élaboré sur la base de la situation réelle Si le volume d activité devait se situer à un niveau supérieur en comme cela semble probable aujourd hui - le financement supplémentaire obtenu par le biais de l adaptation de la subvention pour frais fixes spécifiques devrait permettre de financer entièrement ou partiellement ces projets : 8 l 9

9 Mise en place d une équipe d enquêteurs dans le but de lutter contre d éventuels abus d assistance. Ce dispositif s inspire de la pratique en matière d aide sociale (ville de Lausanne p.ex.). Dans cette perspective, il est envisagé de créer trois postes. Acquisition de deux structures d hébergement collectif supplémentaires en surface. En raison des difficultés liées au marché de l immobilier notamment, l acquisition de places d hébergement supplémentaires se fait principalement, depuis deux ans, par le biais d abris de protection civile. Ce n est toutefois qu une solution de fortune. Aussi, l EVAM prévoit la création de deux structures d hébergement collectif supplémentaires en surfaces (foyers). Lausanne, le 30 novembre 2012 Erich Dürst Directeur 9 l 9

Présentation du Budget 2010

Présentation du Budget 2010 Présentation du Budget 2010 SOMMAIRE 1 UN BUDGET MARQUÉ PAR UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE PERSONNES À ASSISTER ET PAR LA RÉNOVATION DU PARC IMMOBILIER 2 2 ANALYSE PAR MÉTIER 3 2.1 Direction 3 2.2 Support

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Règlement d organisation de l Etablissement vaudois d accueil des migrants (EVAM)

Règlement d organisation de l Etablissement vaudois d accueil des migrants (EVAM) Règlement d organisation de l Etablissement vaudois d accueil des migrants (EVAM) Vu l article 8 de la Loi du 7 mars 006 sur l aide aux requérants d asile et à certaines catégories d étrangers L Etablissement

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Assainissement énergétique

Assainissement énergétique Assainissement énergétique Opportunités énergétiques et économiques Pierre Renaud, Directeur, Planair SA Conseiller en matière d énergie pour le Jura bernois Apéritif-énergie 1 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka

Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka Cadre légal : LOI 142.21 sur l'aide aux requérants d'asile et à certaines catégories d'étrangers TITRE IV ASSISTANCE AUX MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle.

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Votre assureur suisse. Voilà comment ça marche la garantie. Construire

Plus en détail

PROGRAMME 2015 DE REINSTALLATION DE REFUGIES. LES CPAS EN TANT QU OPERATEURS DE REINSTALLATION : FAQ

PROGRAMME 2015 DE REINSTALLATION DE REFUGIES. LES CPAS EN TANT QU OPERATEURS DE REINSTALLATION : FAQ PROGRAMME 2015 DE REINSTALLATION DE REFUGIES. LES CPAS EN TANT QU OPERATEURS DE REINSTALLATION : FAQ Questions Réponses Statut des bénéficiaires Quel est le statut des personnes visées par le programme

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

EMPLOYER, C'EST INTÉGRER!

EMPLOYER, C'EST INTÉGRER! EMPLOYER, C'EST INTÉGRER! Information sur l accès au marché de l emploi pour les personnes admises à titre provisoire (livret F) L intégration des étrangers et la prévention du racisme représentent des

Plus en détail

INDICATIONS GÉNÉRALES

INDICATIONS GÉNÉRALES Directives du compte de résultat des cours interentreprises (CIE) (par profession et par organisateur) INDICATIONS GÉNÉRALES Les présentes directives définissent les normes pour remplir le compte de résultat

Plus en détail

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Le Grand Conseil a adopté une conception générale de l intégration

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

le réaménagement des anciens locaux de la police et du contrôle des habitants

le réaménagement des anciens locaux de la police et du contrôle des habitants PREAVIS MUNICIPAL n 1129/2008 concernant le réaménagement des anciens locaux de la police et du contrôle des habitants Au Conseil communal de Lutry, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 35/9.08 MISE EN PLACE D UNE AIDE INDIVIDUELLE AU LOGEMENT Municipalité en corps Préavis présenté au Conseil communal en séance du 3 septembre 2008 Première

Plus en détail

Hébergement de migrants à l abri PCi du Mont-sur-Lausanne. Séance d information publique, 29 juin 2011

Hébergement de migrants à l abri PCi du Mont-sur-Lausanne. Séance d information publique, 29 juin 2011 Hébergement de migrants à l abri PCi du Mont-sur-Lausanne Séance d information publique, 29 juin 2011 Ordre du jour Information et débat Présentation Pascal Rochat, responsable du secteur Lausanne de l

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

2004 2009 2013 ETP exploitation 2.2 3.2 3 ETP resp. système info. 1 1 1 Nombre de PCs 160 260 395

2004 2009 2013 ETP exploitation 2.2 3.2 3 ETP resp. système info. 1 1 1 Nombre de PCs 160 260 395 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Le Service informatique et population est chargé de la gestion informatique de l administration communale. Il est actuellement organisé comme

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés Service des assurances sociales et de l'hébergement Section sociale Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 24/4.15 OCTROI D UNE AIDE FINANCIÈRE À LA SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE IMMOBILIÈRE COOPÉLIA, FUTURE PROPRIÉTAIRE, POUR LA RÉALISATION DE 18 LOGEMENTS À LOYERS MODÉRÉS

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

DÉCEMBRE 2010 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET

DÉCEMBRE 2010 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET DÉCEMBRE 200 357 EXPOSE DES MOTIFS ET PROJET DE DECRET modifiant le décret du 2 septembre 994 pour la création d'un compte spécial intitulé "Crédit d'inventaire" pour les investissements des Hospices cantonaux

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

1) Pourquoi une instruction spécifique

1) Pourquoi une instruction spécifique Préambule Ce guide d instruction a vocation à faciliter l examen des demandes étudiantes de gratuité des transports sur le réseau STAR en donnant à chaque instructeur des Centres Communaux ou Intercommunaux

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE SOMMAIRE La rente longévité Loi RCR : - La fin des mesures de financement particulières dans les régimes du secteur public Une capitalisation renforcée - Une solvabilité allégée - Les valeurs de transfert

Plus en détail

Résultats au 31 décembre 2013 SOFTIMAT S.A.

Résultats au 31 décembre 2013 SOFTIMAT S.A. CONTACTS Maryse Gits SOFTIMAT Tél.: +32 2 352 83 86 maryse.gits@softimat.com Frédérique Jacobs Tél.: +32 479 42 96 36 frederique.jacobs@softimat.com SOUS EMBARGO JUSQU AU MERCREDI 3 AVRIL 214, 17H4 Lasne,

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée.

Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée. Par contre, quelques formalités sont obligatoires pour être en règle.. mais pas de tenue d une comptabilité compliquée. Les seules formalités nécessaires consistent en : 1. une demande d identification

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

Modèle du canton de Vaud

Modèle du canton de Vaud Modèle du canton de Vaud Premier bilan Oscar Tosato Directeur de l enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale 1 Vision et stratégie du canton de Vaud «Lutter contre l accroissement des dossiers»

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais Règlement valable dès le 1 er janvier 2016 ACCUEIL PRESCOLAIRE, PARASCOLAIRE & ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR validé par le Conseil intercommunal de l Association régionale d action sociale pour le district

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le budget 2013 s inscrit dans un contexte de fortes contraintes budgétaires destiné à réduire la dette de l Etat. Ce budget responsable s inscrit résolument dans le

Plus en détail

RAPPORT. Rapport n : CG-400.185-1 Date : 17 février 2014 Dicastère : Santé publique

RAPPORT. Rapport n : CG-400.185-1 Date : 17 février 2014 Dicastère : Santé publique RAPPORT du Conseil communal au Conseil général de la Ville de Boudry concernant l adoption du règlement fixant la contribution communale aux frais de traitements dentaires Rapport n : CG-400.185-1 Date

Plus en détail

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ;

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ; 2015-07 Séance du 11 février 2015 AVIS sur le projet de regroupement sur un site unique à Paris (73, rue de Vaugirard) des opérateurs fusionnés au sein de l agence française d expertise technique internationale

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Directives de la Direction. Directive de la Direction 1.26. Dépenses de service. Préambule

Directives de la Direction. Directive de la Direction 1.26. Dépenses de service. Préambule Directives de la Direction Directive de la Direction 1.26. Dépenses de service Préambule La Loi sur le personnel de l Etat de Vaud du 12 novembre 2001 s appliquant aux collaborateurs de l UNIL, de même

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

hypofinance Pour accéder à la propriété Augmentez vos chances de réussite

hypofinance Pour accéder à la propriété Augmentez vos chances de réussite hypofinance Augmentez vos chances de réussite Pour accéder à la propriété De quels fonds propres disposez-vous pour acquérir un logement? Comment amortir? Les charges liées à un tel achat peuvent-elles

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL. Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC

PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL. Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC Délégué municipal : M. Claude Uldry Nyon, le 17 novembre 2014 Monsieur le

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

la gestion immobilière est avant tout une question de confiance et de proximité ROSSET & CIE ROSSET S.A. ROSSET S.A.

la gestion immobilière est avant tout une question de confiance et de proximité ROSSET & CIE ROSSET S.A. ROSSET S.A. la gestion immobilière est avant tout ROSSET & CIE Rue des Charmilles 28, 1203 Genève Tél. 022 339 39 39, Fax 022 339 39 00 E-mail: info@rosset.ch Internet: www.rosset.ch ROSSET S.A. Avenue de Tivoli 2,

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 38 Libellé de la

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE ACTUALISATION DU CONCEPT DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE À PERCÉ Rapport d étape préliminaire DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE Présenté à la Société de développement économique de Percé Février 2012 580,

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

A/42/10 ANNEXE III METHODE DE CALCUL DU COUT UNITAIRE DU TRAITEMENT DES DEMANDES SELON LE PCT

A/42/10 ANNEXE III METHODE DE CALCUL DU COUT UNITAIRE DU TRAITEMENT DES DEMANDES SELON LE PCT ANNEXE III METHODE DE CALCUL DU COUT UNITAIRE DU TRAITEMENT DES DEMANDES SELON LE PCT Résumé 1. Le présent document expose une méthode de calcul du coût unitaire des publications du PCT. La recommandation

Plus en détail

Restructuration dans le domaine de l asile Qu est-ce qui change pour les villes?

Restructuration dans le domaine de l asile Qu est-ce qui change pour les villes? Initiative des villes pour la politique sociale Assemblée d automne 2015 Restructuration dans le domaine de l asile Qu est-ce qui change pour les villes? Thomas Kunz, directeur AOZ page 2 Procédure d asile

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Le bureau Lutz est prêt à déposer le projet pour la mise à l enquête de la réfection des façades et du chauffage.

Le bureau Lutz est prêt à déposer le projet pour la mise à l enquête de la réfection des façades et du chauffage. 2 transformation aussi délicate. Il a dès lors été décidé de travailler de manière plus traditionnelle en donnant un mandat à un bureau d architectes pour le suivi de la réalisation et l établissement

Plus en détail

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier Points de vigilance Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3 Journée patrimoine immobilier 1 Sommaire Différentes modalités d acquisition Rappels réglementaires Cessations d activité et fermetures

Plus en détail

MANDAT DE PRESTATIONS

MANDAT DE PRESTATIONS MANDAT DE PRESTATIONS 2008 2011 décidé d un commun accord entre la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique (CDIP) (Mandante) et le Centre suisse de prestation Formation professionnelle

Plus en détail

Compte de résultat global 2011 - Etablissement et Association

Compte de résultat global 2011 - Etablissement et Association Compte de résultat global 2011 - Etablissement et Association Introduction : L année 2011 a été marquée par le transfert en janvier du service A.S.L.L de la F.A.C.E vers l A.P.A.R.. Sur le plan financier

Plus en détail

Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011

Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011 Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011 Les négociations menées avec les organisations syndicales représentatives de AVENANCE Entreprises, ont porté sur les éléments fixes et

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p.

N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015 A rappeler dans la réponse s.v.p. Commune d Orbe CP 32 Hôtel de Ville 1350 Orbe T +41 24 442 92 10 F +41 24 442 92 19 greffe@orbe.ch www.orbe.ch MUNICIPALITE Au Conseil communal 1350 Orbe N/réf. 1201 - PG/cv V/réf. Orbe, le 12 mai 2015

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE Direktion für Gesundheit und Soziales GSD Route des Cliniques 17, 1701 Fribourg T +41 26 305 29 04, F +41 26 305 29 09 www.fr.ch/dsas Réf: NO Courriel: dsas@fr.ch Fribourg, le 31 octobre 2012 Modèle comptable

Plus en détail