Cessions de parts. L agrément légal. Les agréments statutaires. Opérations particulières soumises à agrément. Effets de la cession

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cessions de parts. L agrément légal. Les agréments statutaires. Opérations particulières soumises à agrément. Effets de la cession"

Transcription

1 10 L agrément légal Agrément des tiers Cessions libres Conséquences pratiques des règles légales Les agréments statutaires Cessions à des tiers : majorité renforcée Cessions entre associés Cessions entre conjoints et entre descendants Opérations particulières soumises à agrément Décès Augmentation de capital Fusion Changement de contrôle Donation Convention de portage Mise en œuvre de l agrément Notification du projet Annulation pour non-respect de la procédure Autorisation de la cession Prise de décision dans un acte Inconvénients d une décision dans l acte de cession Refus d agrément Renonciation du cédant Rôle et mission de l expert Établissement de l acte de cession Forme et nombre d exemplaires. 357 Énonciations de l acte Prix Condition suspensive de paiement du prix Prix fixé par un tiers Consentement du conjoint du cédant Intervention du conjoint du cessionnaire Associé pacsé Dépôt de l acte de cession Publicité au RCS Inopposabilité de la cession non publiée Effets de la cession Droits du cessionnaire aux dividendes Cession du compte courant Remboursement du compte courant Garantie du cédant Éviction totale Erreur déterminante Dol Rétention de documents comptables Engagement de non-concurrence Sort des cautionnements Reprise d engagement par le cessionnaire Clause de conciliation Clause de garantie de passif Limitation de garantie de passif Incidences fiscales d une garantie de passif : pour les entreprises pour les particuliers cédants clause de earn out

2 Capital et parts sociales Cessions de parts en blanc : caractéristiques validité admise sanctions légales inopposabilité aux tiers décès, divorce mauvaise foi du cédant agrément du cessionnaire suivi des cessions de parts Conséquences fiscales des cessions Formalité de l enregistrement Charges augmentatives du prix Valeur vénale Compte courant Cession de toutes les parts Abus de droit Transformation en SA Engagement de conserver les parts SARL de famille Changement de régime fiscal Plus-values réalisées par une entreprise : règles BIC règles IS Plus-values des particuliers : cession à un membre du groupe familial prix d acquisition report d imposition SARL à prépondérance immobilière L agrément légal Le principe de l agrément des tiers 340 Les parts sociales ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins la moitié des parts sociales, à moins que les statuts prévoient une majorité plus forte (c. com. art. L ). La SARL est donc une société fermée dans la mesure où les tiers ne peuvent y entrer sans cet agrément préalable. Sur les possibilités de majorité renforcée, il convient de se reporter au paragraphe Illustrations 1/2, 3/4. L ordonnance du 25 mars 2004 a abaissé les règles de majorité, la majorité des associés n a plus à représenter les trois quarts des parts sociales. Les statuts peuvent néanmoins revenir à cette majorité qui est plus forte que celle du dispositif législatif. Portée de la nouvelle majorité. Une SARL a quatre associés A (51 parts), B (30 parts), C (15 parts), D (4 parts). D veut céder ses parts et sollicite l agrément ; il vote avec B et C cet agrément, mais A vote contre ; l agrément est rejeté, la majorité des associés représentant moins de la moitié des parts. Autre hypothèse : A, C et D votent en faveur de cet agrément, mais B le refuse. L agrément est acquis ; la double condition de majorité et du nombre de parts est réunie. Sous l ancien dispositif, l agrément aurait été rejeté. En effet, les votes favorables certes majoritaires totalisent moins de 75 % des parts de la SARL. Les cessions libres 341 Les parts peuvent toutefois être cédées librement, sauf dispositions contraires des statuts : entre les associés (c. com. art. L ; voir 345 et 346),

3 entre conjoints (voir 345), et entre ascendants et descendants (c. com. art. L ; voir 345 et 346). Conséquences pratiques 342 Les conséquences pratiques des règles légales peuvent, dans certains cas particuliers, se révéler extrêmement fâcheuses. L entrée d un ascendant, d un descendant ou du conjoint d un associé peut modifier le caractère très fermé de la société voulu par les associés d origine. Il convient donc d examiner dans quelle mesure et de quelle façon les règles légales peuvent être adaptées par les statuts. La possibilité désormais offerte de renforcer la majorité pour les cessions à des tiers doit être étudiée. Sur l opportunité d un agrément pour les transmissions des parts par succession, il convient de se reporter aux paragraphes 404. Les agréments statutaires Cessions à des tiers : majorité renforcée 343 L agrément doit être donné à la majorité des associés représentant la moitié des parts sociales, mais le nouveau dispositif permet, à la différence de l ancien, de prévoir une majorité plus forte (voir 345). En effet, les statuts peuvent relever le seuil de la moitié des parts sociales pour le porter, par exemple, aux trois quarts ou aux deux tiers ; le texte faisant référence à une majorité plus forte, les statuts pourraient imposer pour la majorité en nombre une majorité des trois quarts ou des deux tiers du nombre d associés. Différentes options sont possibles. Il convient toutefois de noter que pour la modification des statuts, pouvant aboutir à la suppression des clauses statutaires d agrément, il est seulement imposé que les associés représentent les trois quarts du capital (c. com. art. L ). Cessions entre associés 344 Les statuts peuvent limiter la liberté qui est de règle en la matière. Mais la réglementation concernant les cessions de parts consenties à des tiers devient alors applicable (c. com. art. L ), sauf que les statuts peuvent, dans ce cas, réduire la majorité ou abréger les délais prévus par cette réglementation (c. com. art. L ). Cette disposition était traditionnellement présentée ainsi : les cessions de parts entre associés, qui normalement sont libres, ne peuvent être rendues plus difficiles que celles consenties à des tiers. La lecture de ce texte est rendue plus délicate du fait de la nouvelle rédaction de l article L consacré à l agrément des cessions à des tiers. En effet, la majorité a été abaissée mais surtout les statuts peuvent prévoir une majorité plus forte que la majorité en nombre représentant au moins la moitié des parts. D un côté, l article L prévoit seulement une majorité réduite alors que le texte de renvoi (art. L ) autorise une majorité plus forte. Les deux dispositions sont difficilement conciliables sauf à considérer que seule la nouvelle majorité légale doit être retenue ; la faculté de dérogation statutaire ne serait pas visée. 133

4 Capital et parts sociales Lorsque les cessions entre associés entraînent la réunion de toutes les parts entre les mains d un seul, la SARL devient une EURL et change de régime fiscal (voir 2130 et 2135). Cessions entre conjoints et entre ascendants et descendants Clause statutaire 345 Normalement, les parts sociales sont «librement cessibles entre conjoints et entre ascendants et descendants». Toutefois les statuts peuvent stipuler que le conjoint, un héritier, un ascendant ou un descendant ne peut devenir associé qu après avoir été agréé dans les conditions qu ils prévoient, l agrément peut être prévu pour toutes ces personnes ou seulement pour une catégorie telle que le conjoint ou les descendants. Ces conditions ne peuvent être plus rigoureuses que celles qui sont applicables aux cessions consenties à des tiers (voir 343) en ce qui concerne : les délais accordés à la société pour statuer sur l agrément, et la majorité exigée. Là encore, s agit-il de la majorité prévue par la loi ou de celle plus forte résultant d une clause statutaire? Illustrations Mêmes droits que ceux prévus en faveur des tiers. En cas de refus d agrément, l associé cédant dispose des mêmes droits que ceux reconnus en cas de cessions à des tiers (c. com. art. L ). De façon schématique, les associés sont tenus d acquérir ou de faire acquérir les parts à moins que la société ne décide avec l accord du cédant de réduire son capital. Si aucune décision n est prise dans les délais légaux et notamment si les parts de l associé cédant n ont pas été rachetées dans les délais, l associé peut réaliser la cession projetée, l agrément étant selon l article L réputé acquis (voir 356). À la différence des cessions à des tiers étrangers, le délai de possession de deux ans n est pas requis pour procéder au rachat ou à la cession. Conjoint, ascendant ou descendant déjà associé. L agrément ne concerne que des personnes qui ne sont pas déjà associées (cass. com. 28 octobre 1974, D. 1975, p. 209). Le fait que les droits sociaux de ces parts soient augmentés n entraîne pas un nouvel agrément sur le fondement de la clause relative aux cessions entre ces personnes. Associé pacsé. L article L ne vise pas les associés pacsé au titre des personnes pouvant être dispensées d agrément ; l associé pacsé peut avoir des droits indivis sur les parts et son statut n est pas totalement assimilable dans ce cas à un tiers étranger (voir 45). La clause d agrément réglera utilement le sort des associés pacsés. Caractère commun des parts 346 Le conjoint d un associé qui a libéré ses parts au moyen de biens communs peut se voir reconnaître la qualité d associé (c. civ. art ; voir 42 et 113). En l absence de stipulation statutaire imposant l agrément du conjoint, il lui suffit de notifier, à tout moment, à la société son intention d être personnellement associé pour la moitié des parts ainsi souscrites ou acquises. La dissolution de la communauté peut avoir pour cause non seulement le décès mais encore le divorce, la séparation de corps ou de biens, ou le changement de régime matrimonial en application de l article 1397 du code civil. 134

5 Opérations particulières soumises à agrément Transmission en cas de décès 347 Selon les stipulations contenues à cet égard dans les statuts, le décès d un associé entraînera l entrée de ses héritiers ou ayants droit dans la société, ou bien, au contraire, celle-ci continuera entre les associés survivants, ou avec l héritier de l associé décédé ou le conjoint survivant (voir 401 et 403). Augmentation de capital 348 De nouveaux associés peuvent entrer dans la société à l occasion d une augmentation de capital soit en souscrivant des parts de numéraire, soit en effectuant un apport en nature (voir «Augmentation de capital», 252 à 278). Dans les deux cas, ils devront, en principe, être agréés dans les mêmes conditions que si leur entrée dans la société se réalisait par la voie d une cession de parts (voir 340). Cet agrément requiert désormais la majorité en nombre des associés représentant au moins la moitié des parts sociales à moins que les statuts prévoient une majorité plus forte ; dans le cas où il s agit de l entrée dans la société du conjoint, d un ascendant ou d un descendant d un associé, l agrément n est nécessaire que dans la mesure où il est prévu par les statuts qui en fixent les conditions. Fusion Remarque. Certains auteurs font valoir que la procédure prévue pour les cessions de parts à des tiers ne devrait pas s appliquer puisqu en cas d augmentation de capital il s agit de créer de nouvelles parts (Hémard, Terré et Mabilat, Dalloz tom. 1, 540). Selon ces auteurs l agrément n a pas à être mis en œuvre. En pratique, de nombreux statuts règlent le problème en prévoyant un agrément pour toute cession et opération sur le capital faisant entrer un tiers. 349 Lorsque des parts de SARL figurant dans le patrimoine d une société sont apportées à une autre société dans une opération d apport-scission, la SARL en cause ne peut y voir une cession à un tiers étranger : la société bénéficiaire de l apport est en effet «successeur aux biens» de la société absorbée ou scindée (cass. com. 19 avril 1972, BC IV n 115). Il a été en revanche jugé à propos d une SA (cass. com. 3 juin 1986, Rev. soc. 1987, p. 52) que l opération de fusion ne figure pas expressément au nombre des actes pour lesquels la clause d agrément est interdite. Les juges du fond peuvent valablement considérer que le terme générique «toute transmission à un tiers» contenu dans la clause d agrément des cessions d actions vise une opération de fusion (cass. com. 6 mai 2003, n ; FH ) ; compte tenu du pouvoir souverain d appréciation des juges en ce domaine, cette solution est transposable aux SARL. Opérations assimilables à des cessions 350 Aux cessions de parts doivent être assimilées les donations. Lorsque l acquéreur des parts est lié par un pacte civil de solidarité envers un partenaire, en principe l agrément sera donné à celui qui revendique la qualité de futur associé (voir 46). 135

6 Capital et parts sociales Illustrations Redressement judiciaire. La procédure d agrément des cessions de parts de SARL, prévue par l article L , doit être respectée (Versailles 28 mars 1996, RJDA 1996, n 796 ; pour les actions, cass. com. 31 janvier 1995, BC IV n 31). Donation. Le donataire doit être agréé s il n est pas déjà associé ; il n existe aucune dérogation pour cette opération. Changement de contrôle. La modification dans la répartition et dans le contrôle du capital d une personne morale associée d une SARL a été assimilée à une cession entrant dans le champ d application de l agrément (trib. com. Versailles 26 avril 1989, Gaz. Pal. 1989, 2, 716). On notera toutefois que la chambre commerciale a considéré que la prise de participation, même majoritaire, dans le capital d un ou de plusieurs actionnaires d une autre société ne constitue pas, par elle seule, une fraude ayant pour objet ou pour effet d éluder les clauses statutaires de la société considérée (cass. com. 13 décembre 1994, BC IV n 384). Fraude. N a pas justifié sa décision la cour d appel qui a rejeté l action en annulation d une cession de parts sociales pour fraude sans rechercher si l opération par laquelle l associé d une SARL, en cédant ses parts à sa mère, laquelle n était animée d aucune intention de s associer et les avait à son tour cédées à sa fille, tiers à la société, n avait pas pour seul objet de permettre la cession à un tiers en évitant que la fille ait à solliciter l agrément des associés (cass. com. 21 janvier 1997, n 142 D). Convention de portage 351 La convention de portage n est pas définie. Elle se caractérise en pratique par l achat ou la souscription par une personne (le porteur) de titres sociaux (des actions le plus souvent) en exécution d un accord intervenu avec une autre personne (le donneur d ordre) ; ces titres doivent dans un délai convenu être transférés à une personne désignée (qui peut être le donneur d ordre), pour un prix fixé dès l origine. Cet achat peut, par exemple, intervenir pour le compte d une personne qui n est pas en mesure d acheter immédiatement les titres sociaux mais qui s engage à les racheter dans un délai déterminé. Le bénéficiaire est tenu de racheter les titres objets de la convention, il ne bénéficie pas d un réméré. S agissant de parts de SARL, le porteur doit préalablement à l achat être agréé par les associés ; très souvent, le porteur est un établissement bancaire et son agrément pourra soulever quelques difficultés. Par ailleurs, la seconde opération de rachat par le bénéficiaire pourra également donner lieu à agrément. L opération peut par contre se concevoir dans le cadre d une transmission d entreprise lorsque le chef d entreprise a la maîtrise du capital. Il céderait une partie (plus de la moitié) de ces parts à une banque, l enfant repreneur s engagerait parallèlement à racheter les parts ainsi acquises dans un délai déterminé et pour un prix arrêté avec la banque. Sous réserve de l accord d un établissement bancaire, l opération ne devrait pas se heurter à des problèmes d agrément des associés liés au chef d entreprise. Procédure d agrément Notification du projet 352 L article L et les articles 29 et 30 du décret du 23 mars 1967 réglementent de façon précise la procédure d agrément : le projet de cession doit être notifié non seulement à la société, mais à chacun des associés, par acte extrajudiciaire ou par lettre recommandée avec demande d avis de réception ; dans le délai de huit jours à compter de cette notification, le gérant doit convoquer l assemblée des associés pour qu elle délibère sur le projet de cession de 136

7 parts sociales ou, si les statuts le permettent, consulter les associés par écrit sur ledit projet ; la décision de la société est notifiée au cédant par lettre recommandée avec demande d avis de réception ; si la société n a pas fait connaître sa décision dans le délai de trois mois à compter de la dernière des notifications faites par le cédant à la société et aux associés, le consentement à la cession est réputé acquis. Illustrations Qui notifie le projet? C est au cédant qu incombe la notification du projet de cession, même si le candidat cessionnaire a adressé une promesse d achat (cass. com. 24 avril 1990, BC IV n 124); la notification du projet de cession étant impérative la société peut se prévaloir de leur inobservation sans avoir à justifier d un intérêt à agir (CA Paris 25 février 2000, D J. 176). La Cour de cassation, dans une affaire aux multiples facettes, a déclaré valable et opposable à la société une cession notifiée à la société à la diligence du cessionnaire et pour laquelle tous les associés étaient intervenus à l acte (cass. com. 26 mars 1996, BC IV n 98). Intervention du coassocié. L intervention du seul coassocié du cédant à l acte de cession ne suffit pas à répondre aux exigences de l article L , dès lors que cet associé n a pas reçu le projet de cession (cass. com. 9 mai 1990, BC IV n 145). Annulation pour non-respect de la procédure. Les parts sociales d une SARL ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société que dans les conditions et selon les modalités prescrites par l article 45 de la loi (c. com. art. L ) ; en conséquence, une cour d appel a justifié sa décision d annulation de cession de parts sociales pour lesquelles la procédure prévue par ce texte n avait pas été respectée et dont l un des associés avait contesté les cessions dans le délai de trois mois (cass. com. 21 mars 1995, n 616 P) ; au cas considéré, la ratification implicite de la cession par les associés non cédants, résultant de leur participation à deux assemblées avec les nouveaux porteurs de parts, a été rejetée. Prescription de l action en nullité. L action en nullité, à l encontre d une cession à un tiers, se prescrit par trois ans à compter de la date du dépôt au greffe de l acte de cession (cass. com. 9 novembre 1993, BC IV n 402). Qui peut agir en nullité? À propos du non-respect de la procédure d agrément dans les sociétés civiles, l action en nullité a été refusée : à l acquéreur des parts (cass. civ. 19 juillet 2000, BC III n 151) ; au cédant (cass. civ. 6 décembre 2000, BC III n 185). Ces arrêts ont précisé que seuls les associés non cédants et la société peuvent se prévaloir du défaut d agrément. Ces solutions pourraient s appliquer aux SARL. Autorisation de cession 353 Elle résultera le plus souvent d une décision extraordinaire des associés prise à la double majorité en nombre et en parts sociales (moitié, sauf si les statuts prévoient une majorité plus forte). Une majorité en nombre et en parts plus faible ne peut valoir autorisation de cession. L associé cédant peut voter et il est pris en compte pour le calcul de la double majorité ; mais en sa qualité de cédant, tenu à une obligation de garantie, il ne peut voter contre l agrément du candidat cessionnaire qu il propose. Toutefois, la décision de l assemblée générale d une SARL agréant un projet de cession constitue une simple autorisation de cession et non une constatation de cette cession et ne peut valoir engagement du prétendu cédant, quand bien même ce dernier a voté en faveur de l autorisation (cass. com. 1 er octobre 1996, Déf. 1997, ). Illustration Autorisation tacite. L autorisation peut résulter du silence de la société. En effet, le consentement à la cession est réputé acquis si la société n a pas fait connaître sa décision dans le délai de trois mois (voir 356). 137

8 Capital et parts sociales Prise de décision dans un acte Un procédé expéditif 354 Le formalisme prévu par la loi pour les cessions de parts de SARL à un tiers étranger à la société n est pas toujours respecté. De nombreux praticiens font intervenir tous les associés à l acte de cession, l agrément du cessionnaire étant constaté dans l acte qui procède également à la modification des statuts : il n y a pas notification de la cession aux coassociés puisque par définition l opération est connue des intéressés qui y ont participé ; il n y a pas non plus, à proprement parler, assemblée mais la décision constatée dans l acte recueille l adhésion de tous les associés. Selon l article L , les décisions collectives autres que celles concernant l approbation annuelle des comptes peuvent valablement résulter d un acte exprimant l accord unanime des associés, du moins si ce procédé est prévu par les statuts (voir 865). Cet article valide l essentiel de la démarche de l acte unique: rien ne s oppose en effet à ce que l acte exprimant l accord de tous les associés et valant décision conformément aux stipulations statutaires constate par ailleurs une cession de parts. Qui n est pas exempt d inconvénients 355 Le formalisme inhérent aux cessions tel que défini à l article L , alinéa 1 er de la loi et à l article 29, alinéa 1 er du décret n a pas été modifié. Ce formalisme peut paraître extrêmement lourd en présence d un acte unique impliquant l intervention de tous les associés et donc une connaissance du projet de cession. En tout état de cause la notification de l acte doit être effectuée. Il reste que: La notification à la société et aux associés répond à un souci d information et surtout fait courir des délais débouchant sur un consentement tacite. Or le candidat cédant ne peut totalement préjuger du consentement de tous les autres associés nécessaire pour les décisions prises dans un acte. Les tractations peuvent s éterniser pour obtenir leur accord et, à défaut de notification dans les formes prévues, le cédant ne pourra opposer aucun point de départ pour le délai de réponse. L envoi d un projet d acte aux associés s inscrit dans le cadre des usages suivis par une majorité de praticiens en matière d acte. Le consentement ne peut ainsi être surpris. La Cour de cassation a d ailleurs précisé que l article L impose la notification du projet de cession des parts à chacun des associés ; cette procédure ne peut être remplacée par l intervention de tous les associés à l acte de cession (cass. com. 26 mars 1996, BC IV n 98). Lorsque tous les associés auront, conformément à la clause statutaire, donné leur agrément dans l acte sous seing privé de cession, celle-ci devra néanmoins être signifiée ou déposée conformément aux dispositions de l article L (voir 362). En effet, le consentement unanime des associés et l intervention du gérant de la société dans un acte sous seing privé ne peuvent valoir signification au sens de l article 1690 du code civil. Refus d agrément 356 En cas de refus d agrément, les associés sont tenus, dans le délai de trois mois à compter de ce refus, d acquérir ou de faire acquérir les parts à un prix fixé dans 138

9 les conditions prévues à l article du code civil sauf si le cédant renonce à la cession de ses parts. À la demande du gérant, le délai de trois mois peut être prolongé par décision de justice, sans que cette prolongation puisse excéder six mois (c. com. art. L ). L ordonnance du 25 mars 2004 a supprimé la mention autorisant la prolongation une seule fois ; le délai pourrait être prorogé plusieurs fois à l intérieur du délai de six mois. Ces dispositions ne peuvent être invoquées que par l associé cédant qui détient ses parts depuis deux ans au moins, sauf le cas où il aurait recueilli les parts par succession, liquidation de communauté ou donation du conjoint, d un ascendant ou d un descendant. Suivant l article , dans tous les cas où sont prévus la cession des droits sociaux d un associé ou le rachat de ceux-ci par la société, la valeur de ces droits est déterminée, en cas de contestation, par un expert désigné, soit par les parties, soit, à défaut d accord entre elles, par ordonnance du président du tribunal statuant en la forme des référés et sans recours possible. Le rachat doit porter sur la totalité des parts dont la cession avait été notifiée (cass. com. 11 février 1980, Rev. soc. 1980, p. 477). La société peut également, avec le consentement de l associé cédant, décider, dans le même délai, de réduire son capital du montant de la valeur nominale des parts de cet associé et de racheter ces parts au prix déterminé dans les conditions prévues ci-dessus. Les sommes dues portent intérêt au taux légal ; la loi de sécurité financière du 1 er août 2003 a supprimé la possibilité pour la société d obtenir en justice un délai de paiement dans la limite de deux années. Si aucune de ces solutions n est intervenue à l expiration du délai imparti, l associé peut réaliser la cession intervenue, à la condition toutefois qu il détienne ses parts depuis au moins deux ans; ce délai de deux ans ne s applique pas si l associé cédant tient ses parts d une succession, d une liquidation de communauté entre époux ou d une donation d un conjoint, ascendant ou descendant (c. com. art. L ). Toute clause contraire à ces dispositions est réputée non écrite. Illustrations Renonciation du cédant. L ordonnance du 25 mars 2004 autorise expressément le cédant à renoncer à la cession. Ainsi, si le prix proposé par l expert semble insuffisant au cédant, il pourrait renoncer à son projet de céder les parts. La Cour de cassation avait déjà consacré ce droit en précisant qu à défaut d agrément du cessionnaire, celui-ci n était pas tenu de maintenir son offre de cession (cass. com. 27 octobre 1992, Dr. Soc. 1992, n 257). Mais il avait été décidé que le cédant ne pouvait pas se rétracter si, après refus d agrément, il mettait les coassociés en demeure d acquérir ses parts à un prix déterminé qui est accepté (cass. com. 9 avril 1991, Dr. Soc n 276 et Bull. Joly 1991, p. 622). La rétractation avait été également déclarée impossible si le cédant a accepté la procédure d expertise demandée par les coassociés repreneurs (cass. com. 13 octobre 1992, JCP éd. E 1993.I.218 et cass. com. 2 juillet 1996, n : «en s en remettant ainsi à l estimation d experts désignés conformément aux articles 45 de la loi du 24 juillet 1966 et du code civil, tant le cédant que les cessionnaires faisaient de la décision des experts leur loi, de sorte que l accord sur la chose et le prix étant réalisé, la vente était parfaite»). La nouvelle rédaction de l article L du code de commerce faisant état d une renonciation du cédant pourrait être interprétée comme ne visant que le cas où le cédant n a pas mis en œuvre la procédure d estimation par voie d expertise. En effet, lorsque le cédant a décidé de faire offre aux associés et de s en remettre au prix fixé par expert, la vente est parfaite et le repentir ou la rétractation ne serait pas possible, les textes ne l ayant pas expressément prévu. En conséquence, la jurisprudence relative à l impossibilité de se rétracter resterait applicable, il appartiendra aux tribunaux de trancher et de fixer la portée du terme renonciation. Frais d expertise. Les frais d expertise sont à la charge de la société, l article L modifié par l ordonnance du 25 mars 2004 prévoit expressément cette prise en charge par la société. Décision de l expert. Le choix d un expert pour fixer le prix a pour conséquence de faire de sa décision la loi des parties sauf à rechercher à l encontre des opérations d expertise l erreur 139

10 Capital et parts sociales grossière (cass. com. 9 avril 1991, BC IV n 139). En conséquence, lorsque les associés acquéreurs non satisfaits de l estimation faite par les experts désignés par les parties décident de renoncer à leur acquisition, le cédant peut les poursuivre en exécution de leur engagement : l accord sur la chose et sur le prix étant réalisé, la cession est parfaite (cass. com. 2 juillet 1996, Rev. soc. 1997, 345). Sur le rôle de l expert, on se reportera au paragraphe 359. Clause contraire à l article L ordonnance du 25 mars 2004 a supprimé la prohibition des clauses statutaires contraires à la procédure d expertise de l article Mais le dernier alinéa de l article L pose le principe selon lequel toute disposition contraire aux dispositions qu il contient est réputée non écrite. Silence de la société. Le rachat dans les conditions légales par la société des parts d un associé, à la suite du refus d agrément de leur cession à un tiers, doit être réalisé avant l expiration du délai impératif de trois mois. À défaut, l associé qui retrouve la liberté de réaliser la vente qu il avait projetée n est pas fondé à exiger le rachat desdites parts par la société (cass. com. 29 novembre 1982, BC IV n 379). Rôle de l expert. Le prix de vente peut être laissé à l arbitrage d un tiers, mais il importe que ce mandataire commun des cocontractants ait véritablement la qualité de tiers, ce qui implique qu il ne soit pas sous la dépendance de l une des parties (cass. civ. 2 décembre 1997, BC I n 334) ; le prix n est pas déterminable lorsque les experts sont définitivement dans l impossibilité de parvenir à l évaluation des actions vendues et d accomplir leur mission (cass. civ., 2 e ch., 8 avril 1999, BC II, n 67). Établissement de l acte de cession L acte de cession Forme et nombre d exemplaires 357 La cession des parts sociales doit être constatée par écrit (c. com. art. L et L ). L établissement d un acte notarié n est obligatoire qu en cas de donation. L acte, qui est soumis au droit de timbre, doit être établi en autant d exemplaires qu il y a de parties, plus un exemplaire pour l enregistrement et deux pour le dépôt en annexe au registre du commerce et des sociétés. Il y a lieu également d établir un exemplaire pour le dépôt ou la signification de l acte selon les modalités prévues à l article L (voir 362). Énonciations 358 L acte portant cession de parts indiquera notamment les noms, prénoms et domiciles de celui qui cède les parts et de celui qui les achète, le nombre et la désignation des parts cédées, le prix stipulé pour la cession et les modalités de paiement de ce prix. Au pied de l acte de cession de parts, diverses mentions devraient être portées en vue de la formalité de l enregistrement. À cet égard, les associés cédants seront attentifs à l origine des parts, la cession dans les trois ou cinq ans de l apport ayant des conséquences fiscales (voir 387 et 388). Sur les droits du conjoint lorsque le cédant ou le cessionnaire est marié sous le régime de la communauté et sur la rédaction de l acte de cession en pareil cas, voir les paragraphes 360 et 361. Parfois, un ou plusieurs «blancs» sont volontairement laissés dans le corps du texte afin d être remplis ultérieurement. On se trouve alors devant ce que l on appelle communément une «cession de parts en blanc» ; sur cette pratique et les risques qu elle comporte, voir les paragraphes 373 à

11 Illustration Transformation en SA. La clause du contrat de cession subordonnant la réalisation de la cession de la totalité des parts de la SARL à la transformation préalable de celle-ci en société anonyme est une condition suspensive valable (cass. com. 9 février 1999, JCP éd. E 1999, p. 1679). Cette transformation en SA évitera le droit de 4,80 % et ne donnera lieu qu au droit de 1 % plafonné (voir 386). Prix 359 Les parties arrêtent le montant du prix de cession qui peut être remis en cause par l administration fiscale lorsqu il est sous-évalué. Le prix de cession des parts, comme celui de toute vente, doit être fixé pour que la cession soit valide. L existence d un prix déterminé ou pour le moins déterminable est nécessaire (c. civ. art. 1591). Les éléments retenus pour la détermination du prix doivent permettre de fixer ultérieurement un prix. Les parties qui conviennent d une cession de parts peuvent désirer que le prix soit le plus exact possible au vu des résultats de l entreprise. Dans ce cas, le prix ne sera pas déterminé immédiatement, une situation comptable devant être établie. Dans cette attente, les parties signent une promesse ou un protocole arrêtant les bases de leur accord; cet acte stipule que le prix définitif, payable lors de la cession, sera déterminé au vu des données comptables à produire. La fixation du prix peut être laissée par les parties à l arbitrage d un tiers (c. civ. art. 1592). Schématiquement, pour être valable, le mode de fixation du prix ne doit pas être abandonné à la discrétion de l une des parties ; ainsi le caractère indéterminable du prix entraînant la nullité de l acte a été retenu lorsque: les éléments destinés à permettre le calcul dépendent de la volonté de l une des parties (cass. civ. 12 novembre 1974, BC I n 301) ; le vendeur peut influer sur divers éléments nécessaires à la détermination du prix (cass. com. 15 juin 1982, BC IV n 229) ; les pratiques de la société émettrice des parts avaient eu pour effet de fausser les données de référence devant servir de base à l établissement du prix (cass. civ. 8 avril 1999, BC II n 67). Les parties doivent fixer à l avance des éléments objectifs permettant la détermination du prix (cass. civ. 16 juillet 1998, BC I n 265). Illustrations Transfert des parts après paiement du prix. Le fait de subordonner le transfert des parts sociales au paiement effectif de la totalité au prix de cession ne constitue pas une condition suspensive potestative de vente annulable s agissant d une conséquence inhérente à la vente (cass. com. 24 septembre 2002, n ). Référence au bilan. Une cession de parts n est pas nulle pour indétermination du prix lorsque les parties ont précisément défini les éléments constitutifs du prix dont la valeur exacte sera fixée par le bilan, non encore établi au jour de la signature de l acte (cass. com. 18 juin 1996, Déf. 1996, 73303). Nouvel accord nécessaire. Le prix de cession n est pas déterminable lorsqu un désaccord survient sur l établissement du bilan sans que les parties aient prévu dans ce cas la désignation d un expert ; en effet la détermination du prix dépend d un nouvel accord de volonté (cass. com. 14 décembre 1999, BC IV n 234 ; RF 875, p. III). Recours à un tiers arbitre. Pour éviter la remise en cause de la cession, les parties prendront soin de désigner l expert comptable ou un tiers comme arbitre du prix en cas de contestation des données comptables ou financières. Une clause expresse du contrat déterminera précisément le rôle de ce tiers en lui confiant le soin de fixer le prix définitif. Le prix fixé par un tiers arbitre désigné en application de l article 1592 du code civil s impose aux parties et ne peut être remis en cause qu en cas d erreur grossière (cass. com. 9 avril 1991 BC IV n 139) ; mais en présence d erreurs ayant conduit à une sous-évaluation des parts cédées, le vendeur peut demander à l arbitre la réparation que lui cause cette sous-évaluation (cass. com. 4 février 2004, n ). 141

12 Capital et parts sociales Cession à titre gratuit de parts. Un acte mentionnant que la cession des parts d une SARL était consentie à titre gratuit est taxable au taux des mutations à titre gratuit (voir 382, rubrique Cession à titre gratuit). Consentement du conjoint du cédant 360 Les parts de SARL sont des titres non négociables. En conséquence, l un des époux mariés sous un régime de communauté ne peut, sans le consentement de l autre, céder les parts dépendant de la communauté, en vertu de l article 1424 du code civil. Mais un époux peut céder à son conjoint, quel que soit leur régime matrimonial, les parts lui appartenant en propre (voir 363 sur les formalités). Illustrations Action en nullité. Lorsqu un époux a vendu des droits sociaux non négociables sans le consentement de son épouse, ces actes accomplis en dehors des limites de ses pouvoirs relèvent des articles 1424 et 1427 du code civil et non des textes frappant les actes frauduleux du mari ; en conséquence, l action accordée à l épouse ne peut, selon l article 1427, être intentée plus de deux ans après la dissolution de la communauté (cass. civ. 30 mars 1999, BC I n 111). Effet de la nullité. La nullité prononcée en vertu de l article 1427 du code civil a pour effet de remettre les choses dans l état où elles se trouvaient avant la formation du contrat ; si la restitution matérielle des prestations est impossible, cette restitution doit se faire sous forme d une indemnité (cass. civ. 16 juillet 1989, BC I n 251). Promesse de porte-fort. Le compromis de vente d un fonds de commerce et de parts sociales, signé par un seul des époux, se portant fort de l accord de son conjoint, est nul en tant que portant sur des biens communs (cass. civ. 15 juillet 1993, BC I n 255). Intervention du conjoint du cessionnaire 361 Les dispositions spécifiques aux apports de biens communs énoncées aux paragraphes 41 et 113 s appliquent aux cessions de parts acquises par un époux commun en biens. En effet, préalablement à l acquisition de parts par l un des époux mariés sous le régime de la communauté de biens, son conjoint doit en être averti. L acte de cession doit porter la justification de cette information. À défaut, le conjoint non avisé peut demander la nullité de l acte dans les deux ans suivant la date où il en a connaissance. Lors de cette cession, le conjoint de l époux cessionnaire peut notifier à la société son intention d être, lui aussi, personnellement associé pour la moitié des parts acquises. Dans cette hypothèse, l acceptation ou l agrément des associés vaut pour les deux époux. Si cette notification est postérieure à l acquisition, les clauses d agrément prévues à cet effet par les statuts sont opposables au conjoint. Illustration Associé pacsé. Concernant les précautions à observer en cas d associé pacsé, il convient de se reporter au paragraphe 46. Formalités Dépôt ou signification 362 La cession peut être constatée par le dépôt d un original de l acte de cession au siège social contre remise par le gérant d une attestation de ce dépôt. Toutefois, les parties qui le désirent peuvent toujours avoir recours aux formalités de l article 1690, à savoir, signification par ministère d huissier ou acceptation dans un acte authentique. 142

13 La cession des parts sociales n est opposable aux tiers qu après accomplissement des formalités ci-dessus et, en outre, après publicité au registre du commerce et des sociétés (c. com. art. L et L ). L acte de cession de parts doit obligatoirement être enregistré dans le mois (voir 381). Illustrations Ratification d une cession irrégulière. Lorsque le gérant d une SARL, à défaut d accomplissement des formalités de l article L , réunit une assemblée générale extraordinaire à laquelle sont convoqués l acquéreur des parts cédées et au cours de laquelle les statuts sont modifiés en conséquence de cette cession et le nouvel associé nommé aux fonctions de gérant, la SARL ratifie expressément par ses organes la cession de parts intervenue et renonce à se prévaloir de l inopposabilité de la cession à son égard (cass. com. 3 mai 2000, BC IV n 96). Pluralité de cessionnaires. Le gérant, notamment sur le fondement du mandat apparent, délivrera l attestation au cessionnaire qui procède aux formalités de dépôt ; il pourra lui demander de produire un mandat des autres cessionnaires l autorisant à effectuer les formalités lorsque l acte de cession ne contient pas la formule «Mandat est donné au porteur des présentes pour effectuer toutes les formalités» ou ne donne pas mandat exprès à un des cessionnaires pour effectuer le dépôt. Publicité au registre du commerce et des sociétés 363 Deux expéditions de l acte constatant la cession, s il a été établi dans la forme authentique, ou deux originaux, s il est sous seing privé, doivent être déposés en annexe au registre du commerce et des sociétés (c. com. art. L et L ; D. art. 14 et 31 ; voir aussi annexe 1). Lorsqu il s agit d une cession de parts non accompagnée d une modification des statuts, il ne peut être exigé, pour le dépôt, de copie des statuts mis à jour (rép. Lucas, JO du 30 janvier 1971, Déb. AN p. 286). Mais la nouvelle répartition des parts devra apparaître dans les statuts dès qu interviendra une mise à jour (rép. Peretti, JO 29 septembre 1973, Déb. AN p ; rép. min. de la Justice au comité de coordination du RCS, Bull. RCS n os 9 et 10, p. 35) ; il convient d observer que certains greffes exigent deux exemplaires des statuts mis à jour. Le greffier vérifie le suivi des actes de cession de parts (Bull. RCS n 25, p. 11). Illustrations Inopposabilité de la cession non publiée. À défaut de publication au registre du commerce et des sociétés, la cession n est pas opposable aux tiers et les juges du fond saisis d un litige ne sont pas tenus de rechercher si un tiers avait eu connaissance effective de cette cession par tout moyen (cass. com. 27 janvier 1998, BC IV n 49 ; arrêt rendu à propos d une société en nom collectif mais transposable à une SARL selon le principe général de l inopposabilité aux tiers des cessions non publiées). Cession au profit du conjoint. L époux commun en biens, bénéficiaire d une cession de parts sociales d une SARL doit satisfaire aux formalités de dépôt en annexe au registre du commerce et des sociétés aux fins de rendre opposable cette cession aux tiers (Bull. RCS n os 14 et 15, p. 43). 143

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 CÈDER SES PARTS SOCIALES DE SARL : CONDITIONS POUR VENDRE, PRIX, ET FORMALITÉS

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 CÈDER SES PARTS SOCIALES DE SARL : CONDITIONS POUR VENDRE, PRIX, ET FORMALITÉS CÈDER SES PARTS SOCIALES DE SARL : CONDITIONS POUR VENDRE, PRIX, ET FORMALITÉS La cession de parts de SARL Introduction Le capital social de la société à responsabilité limitée est divisé en parts sociales.

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION?

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, FINANCEMENT EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? MAI/JUIN 2013 La cour de cassation soulève une question

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Droit de préemption et cession de parts de SCI

Droit de préemption et cession de parts de SCI Droit de préemption et cession de parts de SCI 1 Rappel du champ d application du droit de préemption urbain... 2 2 L extension du champ d application du droit de préemption urbain... 3 3 La procédure

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Les modèles de courriers et correspondances

Les modèles de courriers et correspondances Les modèles de courriers et correspondances CONSTITUTION DE SOCIETES Modèle de Statuts de SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) à direction collégiale L information juridique est élaborée

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE Entre les soussignés La Société Anonyme d Economie Mixte (S.A.E.M.) de gestion des espaces de stationnement ROUEN PARK dont le siège social est sis Mairie de

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE

Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE Les Guides des Avocats de France LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE 2 2005 Les Guides des Avocats de France LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITION Page 7 CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

95. Article 95 La société à responsabilité limitée de nationalité tunisienne doit obligatoirement avoir son siège social en Tunisie.

95. Article 95 La société à responsabilité limitée de nationalité tunisienne doit obligatoirement avoir son siège social en Tunisie. REPUBLIQUE TUNISIENNE CODE DES SOCIETES COMMERCIALES Publications de l Imprimerie Officielle de la République Tunisienne 2011 Loi n 2000 93 du 3 novembre 2000 (JORT n 89 du 7 novembre 2000) Titre Deux

Plus en détail

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE

DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE DISSOLUTION D'EURL PAR DECISION DE L'ASSOCIE UNIQUE L associé unique d une EURL peut décider à tout moment, librement, de dissoudre la société. 27/02/2015 Ce type de dissolution connaît quelques particularités

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 32 / 2004 OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution 1 Création de SCP Caractéristiques de la SCP But des sociétés civiles... 4000 Professions réglementées... 4001 Hiérarchie des textes... 4001 Intérêt de la SCP... 4003 Régimes fiscal et social... 4003 SCP

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE

L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE L ACCEPTATION DE LA CLAUSE BENEFICIAIRE Les bénéficiaires acceptants : Un contrat d assurance vie est une stipulation faite à autrui. Au décès de l assuré, le bénéficiaire profite de cette stipulation:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer.

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. STATUTS Les soussignés : - (nom, prénoms, profession, domicile, inscription à l Ordre) - ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. Article 1er -

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées 1 Rappels des notions... 2 1.1 L opération de fusion... 2 1.2 La transmission universelle de patrimoine (TUP) ou confusion de patrimoine...

Plus en détail

1 - COMPARATIF SARL, SA et SAS

1 - COMPARATIF SARL, SA et SAS Fiche 1 1 - COMPARATIF SARL, SA et SAS SARL SA classique SAS (conseil d administration) Capital minimum Nombre d associés Direction Révocation des dirigeants 7 500, divisés en parts. Les parts sociales

Plus en détail

3 modes de direction de la SA

3 modes de direction de la SA Administration et direction de la SA 3 modes de direction de la SA Direction classique Président du CA et Directeur général (voir 557 à 577) Directeurs généraux délégués (voir 590 à 592) Conseil d administration

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL

CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL 02/05/2011 L'acquisition de parts sociales confère un droit de propriété à l'associé sur tout ou partie de la société selon qu'il s'agit d'une structure unipersonnelle

Plus en détail

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

LA LIQUIDATION JUDICIAIRE 1.9 DÉFINITION Procédure destinée à mettre fin à l activité de l entreprise ou à réaliser le patrimoine du débiteur par une cession globale ou séparée de ses droits et de ses biens. JURIDICTION COMPÉTENTE

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015 AFONE Société anonyme à Conseil d administration au capital de 589 001,60 euros Siège social : 11 place François Mitterrand 49100 ANGERS 411 068 737 RCS ANGERS ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version avril

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE 27/02/2015 L EURL - Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dotée de la personnalité morale, n est pas une nouvelle forme de société ; c est

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES Article 1er - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

Règlement organique d un fonds provincial d études

Règlement organique d un fonds provincial d études Interventions sociales Règlement organique d un fonds provincial d études BENEFICIAIRES Article 1 er Le fonds est destiné à octroyer les prêts à des jeunes gens bénéficiant ou non d une bourse d études

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION

NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE PROCÉDURES DE FUSION ET DE SCISSION Le 18 janvier 2012 a été publiée au Moniteur belge la loi du 8 janvier 2012 modifiant le Code des sociétés à la suite de la Directive 2009/109/CE

Plus en détail

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version consolidée

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn)

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn) REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule Ne pouvant être souscrits et détenus que par les sociétaires des Caisses Locales et des Caisses Régionales

Plus en détail

PRISMAFLEX INTERNATIONAL

PRISMAFLEX INTERNATIONAL PRISMAFLEX INTERNATIONAL Société anonyme au capital de 2.374.758 Siège social à Haute Rivoire (69610), 309 Route de LYON CS 50001, Lieudit la Boury 345 166 425 RCS LYON ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

PHILOGERIS Hexagone II Société par actions simplifiée au capital de 1 414 704 Siège social : 23 Rue d Antin 75002 PARIS 534 861 182 RCS Paris

PHILOGERIS Hexagone II Société par actions simplifiée au capital de 1 414 704 Siège social : 23 Rue d Antin 75002 PARIS 534 861 182 RCS Paris PHILOGERIS Hexagone II Société par actions simplifiée au capital de 1 414 704 Siège social : 23 Rue d Antin 75002 PARIS 534 861 182 RCS Paris PROJET DE TEXTE DES RESOLUTIONS SOUMISES A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

TRAITE DE FUSION. Agissant au nom, pour le compte et en qualité de Président de ladite association, dûment habilité à

TRAITE DE FUSION. Agissant au nom, pour le compte et en qualité de Président de ladite association, dûment habilité à TRAITE DE FUSION En l absence de mention obligatoire à insérer dans les traités de fusion entre associations, leurs contenus sont à adapter au contexte! La bonne prise en compte des particularités des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Avenue Louise 240 B-1050 Brussels Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2 600 52 01 Avenue Louise 290 B-1050 Brussels Tel. +32 2 629 81 20 Fax. +32 2 629 81 38 Brussels Charleroi Liège Antwerp Luxembourg Paris

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 13 L-5-04 N 164 du 19 OCTOBRE 2004 CONTROLES ET REDRESSEMENTS CADRE JURIDIQUE GARANTIE ACCORDEE A CERTAINS ORGANISMES HABILITES A RECEVOIR DES

Plus en détail

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite «loi Hamon» et Décret 2014-1254 du 28/10/2014) L obligation d information périodique triennale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. : 01.47.63.66.41 Fax : 01.42.27.13.58 Internet : http://www.ansa.asso.fr E-mail : ansa@ansa.asso.fr Comité juridique Réunion

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE (SARL) PLURIPERSONNELLE STATUTS-TYPES PAR ACTE SOUS SEING PRIVE

SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE (SARL) PLURIPERSONNELLE STATUTS-TYPES PAR ACTE SOUS SEING PRIVE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE (SARL) PLURIPERSONNELLE STATUTS-TYPES L AN DEUX MIL. ET LE. PAR ACTE SOUS SEING PRIVE ENTRE LES ASSOCIES 1 ) Monsieur/Madame, Directeur de société, demeurant à Lomé, Quartier...,

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail