Contagion. N Mai Formations pratiques et opérationnelles. Découvrez TISSOT FORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contagion. N 172 - Mai 2015. www.tissot-formation.fr. Formations pratiques et opérationnelles. Découvrez TISSOT FORMATION"

Transcription

1 N Mai 2015 Contagion Non, ce n est pas le titre de la dernière superproduction cinématographique Hollywoodienne qui raconte par le détail les désastres sanitaires sur les populations provoqués par un virus mutant. En fait, il s agit d un phénomène étrange qui frappe certains chefs d entreprise outre-atlantique et qui consiste à fortement augmenter le salaire de ses employés. Il y a quelques mois, nous vous avions déjà, dans ces colonnes, relaté l histoire de ce PDG qui, inspiré par l économiste Français T. PIKETTY, avait largement revalorisé la rémunération de plusieurs milliers de ses salariés. Aujourd hui, le mouvement prend de l ampleur. Dernier exemple en date, ce jeune chef d entreprise qui a décidé de porter le salaire minimum annuel dans sa société à dollars. L entreprise emploie 120 personnes et plusieurs dizaines d entre eux vont voir à la fin du mois leur salaire doubler! Cette fois c est la publication d une étude sur l économie du bonheur qui a motivé le patron. Suivant les conclusions de ce document, une rémunération d environ dollars par mois correspondrait au salaire idéal. Autre enseignement, un salaire supérieur ne procurerait aucune satisfaction supplémentaire. Comme le proverbe le dit : «on n est jamais si bien servi que par soi-même». Dans le cas qui nous occupe, le dirigeant a donc ramené sa propre rémunération à dollars. Toutefois, il convient de préciser que le chef d entreprise avait préalablement à la mise en place de son «opération» un salaire de de dollars!!! Une «petite» précision s impose. Une fois que le niveau de profit reviendra à ce qu il était avant le changement de politique salariale, le chef d entreprise a déjà annoncé qu il retrouvera sa rémunération d origine. Ultime rebondissement : depuis l annonce de «l opération», l entreprise a connu un afflux de nouveaux clients. Le PDG a reconnu que sa société venait de réaliser sa meilleure semaine commerciale depuis sa création. Quel «coup de pub»! Philippe LAFONT, Consultant en droit social ACTUALITÉ 2 Portage salarial : nouvelles dispositions intégrées dans le Code du travail Rupture conventionnelle : peut-on la signer avec une salariée en congé de maternité? Rupture conventionnelle et transaction : les règles à respecter DOSSIER 5 Gérer la durée minimale du travail à temps partiel : comment faire? LE POINT SUR 8 Déterminer la période de référence des éléments de paie COURRIER DES LECTEURS 11 Découvrez TISSOT FORMATION Formations pratiques et opérationnelles FORMATION l CONSEIL

2 Actualité Social Métallurgie Actualités - Mai N 172 Portage salarial : nouvelles dispositions intégrées dans le Code du travail Les conditions de l exercice du portage salarial viennent d être codifiées. Elles concernent notamment les modalités du recours au portage, le contrat de travail du salarié porté, sa rémunération minimale. Sachez que si vous avez recours au portage salarial, la durée des missions, les motifs du recours sont très encadrés. Portage salarial : définition Le portage salarial se caractérise par une relation entre 3 parties : l entreprise de portage salarial qui réalise une prestation de portage salarial ; le salarié porté qui est titulaire d un contrat de travail en portage salarial. Il est salarié de l entreprise de portage ; l entreprise cliente qui a recours à une prestation de portage salarial. La relation de portage salarial s organise ainsi autour de 2 contrats : un contrat de travail liant le salarié porté et l entreprise de portage salarial ; un contrat commercial de prestation de portage salarial liant l entreprise cliente et l entreprise de portage salarial. Notez-le La rupture du contrat commercial n entraine pas la rupture du contrat de travail du salarié porté. Portage salarial : l entreprise cliente Sachez que si vous êtes intéressé par le portage salarial, son recours est limité : à des tâches occasionnelles ne relevant pas de votre activité normale et permanente ; à une tâche ponctuelle nécessitant une expertise dont vous ne disposez pas en interne. Son recours est interdit : pour remplacer un salarié dont le contrat de travail est suspendu à la suite d un conflit collectif de travail ; pour effectuer certains travaux particulièrement dangereux (Code du travail, art. L ), sauf dérogation. La durée de cette prestation ne peut excéder la durée de 36 mois. Portage salarial : le salarié porté Le salarié porté doit justifier d une expertise, d une qualification et d une autonomie qui lui permet de rechercher luimême ses clients et de convenir avec eux des conditions d exécution de sa prestation et de son prix. C est lui qui prospecte ses clients, qui négocie le prix de la prestation. C est le salarié qui recherche ses clients. En effet, l entreprise de portage n est pas tenue de fournir du travail au salarié porté. Le salarié porté bénéficie d une rémunération minimale définie par accord de branche étendu. A défaut d accord de branche étendu, le montant de la rémunération mensuelle minimale est fixé à 75 % de la valeur mensuelle du plafond de la Sécurité sociale pour une activité équivalant à un temps plein. Le plafond mensuel de la Sécurité sociale 2015 est fixé à euros, ce qui fait une rémunération mensuelle minimale de 2.377,50 euros par mois. Le salarié porté bénéficie également d une indemnité d apport d affaire. Elle est fixée par accord de branche étendu ou à défaut, le montant de l indemnité est fixé à 5 % de la rémunération. Le contrat de travail du salarié porté est signé avec l entreprise de portage salarial. C est elle qui est l employeur du salarié porté. Ce contrat peut être à durée indéterminée ou déterminée. Le contrat écrit doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires. Le contrat à durée déterminée signé avec l entreprise de portage est conclu pour la réalisation d une prestation dans une entreprise cliente. Le contrat de travail à durée indéterminée est conclu pour la réalisation de prestations dans une ou plusieurs entreprises clientes Le CDD comporte un terme précis. Si cela n est pas possible, il peut être conclu avec un terme imprécis, c està-dire la réalisation de l objet pour lequel il a été conclu. Dans ce cas, il doit être conclu pour une durée minimale. Le CDD doit être transmis dans les 2 jours de sa conclusion. La durée totale du CDD ne peut pas excéder 18 mois, renouvellement inclus. Il ne peut être renouvelé qu une fois. Toutefois, pour permettre au salarié porté de prospecter de nouveaux clients, le terme du contrat peut être reporté par accord entre le salarié et l entreprise de portage pour une durée de 3 mois. Fil d actu Chèque emploi-service universel (CESU) - Les modalités d indemnisation des droits à congés payés des salariés déclarés à l aide du CESU sont précisées et sont applicables à compter du 1 er juin 2015 (Décret n du 23 mars 2015). Comité d entreprise - Les précisions relatives aux obligations comptables des comités d entreprise sont publiées (Décret n et n du 27 mars 2015). Compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) - L administration donne des précisions aux employeurs sur différents points relatifs à la pénibilité : appréciation de l exposition des salariés, ouverture du compte, déclaration et paiement des cotisations (Instruction DGT-DSS n 1 du 13 mars 2015 relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité en 2015). 2

3 Portage salarial : l entreprise de portage L activité de portage salarial ne peut être exercée qu après déclaration faite à l autorité administrative et obtention de la garantie financière qui permet d assurer, en cas de défaillance de l entreprise de portage, le paiement des salaires, cotisations obligatoires, etc. L entreprise de portage salarial exerce à titre exclusif l activité de portage salarial. Seules les entreprises de portage peuvent conclure des contrats de travail de portage. L entreprise de portage salarial conclut avec l entreprise cliente du salarié porté un contrat commercial de prestation de portage salarial au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant le début de la prestation. Une copie de ce contrat est transmise au salarié. Ce contrat contient les éléments essentiels de la négociation de la prestation, éléments qui sont fournis par le salarié porté. Notez-le Un dispositif de sanctions civiles et pénales sera prochainement publié. Les partenaires sociaux du secteur du portage salarial ont fait également part de leur souhait de s engager dans la négociation d une convention collective qui viendra compléter ce dispositif légal. Cette ordonnance qui met en place le portage salarial doit faire l objet d un projet de loi de ratification déposé devant le Parlement dans un délai de 5 mois à compter de la publication de l ordonnance, soit d ici le 3 septembre. Ordonnance n du 2 avril 2015 relative au portage salarial, JO du 3 Loi n du 20 décembre 2014 relative à la simplification de la vie des entreprises et portant diverses dispositions de simplification et de clarification du droit et des procédures administratives, JO du 21 Rupture conventionnelle : peut-on la signer avec une salariée en congé de maternité? Il y a quelques mois, la Cour de cassation admettait la validité des ruptures conventionnelles signées avec un salarié victime d un accident du travail. Elle vient cette fois de se prononcer sur la possibilité de conclure une rupture conventionnelle avec une salariée en congé de maternité. Rupture conventionnelle : cas autorisés La rupture conventionnelle vous permet de convenir, d un commun accord avec votre salarié, des conditions de la rupture de son contrat de travail. Ce type de rupture n est applicable que dans le cadre d un contrat à durée indéterminée (CDI). Il existe toutefois deux cas de figure dans lesquels la rupture conventionnelle ne peut pas jouer : pour les ruptures du contrat résultant d un accord de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) ; en cas de plan de sauvegarde de l emploi (PSE). L administration préconise également de ne pas conclure de rupture conventionnelle avec un salarié bénéficiant d une protection particulière (par exemple un salarié en AT-MP ou une salariée en congé de maternité). Une position que ne partage pas la Cour de cassation puisqu elle a admis, en septembre dernier, qu une rupture conventionnelle pouvait être conclue pendant une période de suspension du contrat de travail consécutive à un AT-MP. Qu en est-il pour les salariées en congé de maternité? Rupture conventionnelle : possible avec une salariée en congé de maternité La Cour de cassation estime qu une rupture conventionnelle peut être conclue avec une salariée : pendant les périodes de suspension du contrat de travail liées au congé de maternité ; pendant les 4 semaines qui suivent l expiration de ces périodes. En l espèce la rupture conventionnelle avait été conclue 3 jours après le retour de la salariée, autrement dit pendant la période de protection de 4 semaines. La maternité de la salariée n est donc pas un obstacle à la conclusion d une rupture conventionnelle. Pour que la rupture conventionnelle soit valable, cela suppose toutefois qu il n y ait eu ni fraude ni vice du consentement. Cass. soc., 25 mars 2015, n Fil d actu Délégués du personnel - Lorsqu une disposition conventionnelle impose l information des délégués du personnel avant tout licenciement disciplinaire, son non-respect prive le licenciement de cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 17 mars 2015, n et n ). Fiche de paie - En cas d absence de mention relative à la convention collective applicable sur le bulletin de paie, le salarié peut prétendre à des dommages et intérêts (Cass. soc., 4 mars 2015 n ). Garantie minimale de points (GMP) - Pour 2015, le montant de la GMP est maintenu à son niveau de Le salaire charnière est confirmé à 3.492,82 euros mensuels. Inaptitude - Dès qu il a connaissance de l origine professionnelle de l inaptitude du salarié, l employeur doit consulter les délégués du personnel avant la proposition de reclassement (Cass. soc., 25 mars 2015, n ). 3

4 Rupture conventionnelle et transaction : les règles à respecter La transaction ne constitue pas un mode de rupture du contrat de travail mais sert à éviter les contestations qui peuvent naître après une rupture du contrat de travail. Elle peut, sous certaines conditions, être conclue après une rupture conventionnelle. Rupture conventionnelle et transaction : définition La rupture conventionnelle vous permet de convenir, d un commun accord avec votre salarié, des conditions de la rupture de son contrat de travail à durée indéterminée (CDI). La transaction ne sert qu à éviter les contestations qui peuvent naître après la rupture du contrat. Pour être valable, vous devez notamment respecter un calendrier précis. De plus, la transaction doit contenir des concessions réciproques. Concernant le calendrier, la transaction ne peut intervenir qu une fois que la rupture du contrat est devenue définitive. Rupture conventionnelle et transaction : conditions de validité Vous pouvez conclure une transaction avec un salarié dont le contrat de travail a été rompu suite à une rupture conventionnelle. Mais attention, il y a des étapes à respecter. De plus, tous les litiges ne peuvent pas être réglés dans cette transaction. 2 conditions doivent être respectées : la transaction doit intervenir postérieurement à l homologation de la rupture conventionnelle par l autorité administrative (autorisation de l inspecteur du travail si la rupture est négociée avec un salarié protégé) ; l objet de la transaction est de régler un différend relatif à l exécution du contrat de travail sur des éléments non compris dans la convention de rupture. Il ne doit pas être lié à la rupture du contrat de travail. Tout litige concernant la convention, l homologation ou le refus d homologation relève de la compétence du conseil des prud hommes, à l exclusion de tout autre recours contentieux ou administratif. Vous ne pouvez pas transiger si le litige a pour objet la rupture du contrat de travail. Dans ce cas, vous ne pouvez pas éluder la procédure prévue par le Code du travail. Seul le conseil de prud hommes est compétent dans une telle situation. La transaction n est possible que pour régler un différend concernant l exécution du contrat de travail, par exemple, le paiement des heures supplémentaires, les congés payés, etc. Cass. soc., 25 mars 2015, n Actualité conventions collectives Métallurgie Ingénieurs et cadres (n 3025) Salaires, primes et indemnités - BOCC du 2 au 8 mars 2015 (n 2015/10) : Accord du 27 janvier 2015 relatif aux appointements annuels minimaux garantis à partir de l année 2015 Métallurgie Accords nationaux (n 3109) Adhésion - BOCC du 30 mars au 5 avril 2015 (n 2015/14) : Adhésion de la Fédération nationale des syndicats de la métallurgie et parties similaires (FNSM) CFTC à l accord du 21 octobre 2014 relatif au développement de l alternance, par lettre du 23 mars 2015 Formation professionnelle - Journal officiel du 11 mars 2015 : Accord du 21 octobre 2014 relatif au développement de l alternance étendu par arrêté du 26 février 2015 Pour une consultation intégrale de vos conventions collectives et une meilleure prise en compte des actualisations (les conventions collectives sont mises à jour au quotidien sur Internet), nous vous conseillons de les consulter depuis votre espace abonné et de vous inscrire aux alertes conventions collectives pour être informé par mail dès que vos conventions ont fait l objet d une actualisation (service compris dans votre abonnement). Pour toute information complémentaire, n hésitez pas à contacter notre service relation clientèle au Fil d actu Liberté d expression - Adresser à des membres de la direction un ultimatum d obéir à un ordre d engager immédiatement des négociations et de répondre à leur convocation en adoptant un ton menaçant constitue un abus de sa liberté d expression (Cass. soc., 11 février 2015, n ). Rupture conventionnelle - Négocier une rupture conventionnelle n emporte pas renonciation de l exercice du pouvoir disciplinaire (Cass. soc., 3 mars 2015, n , , ). Stage/stagiaire - Les modalités et conditions selon lesquelles les étudiants peuvent demander, sous réserve du versement de cotisations, la prise en compte, par le régime général de Sécurité sociale, des périodes de stages en entreprise éligibles à gratification sont précisées (Décret n du 11 mars 2015). Vote électronique - En cas de vote électronique, l absence d indication précise, lors de l envoi du matériel de vote, de l heure de clôture du scrutin entraine l annulation des élections (Cass. soc., 18 mars 2015, n ). 4

5 Dossier Social Métallurgie Actualités - Mai N 172 Par Delphine Witkowski, juriste en droit social Gérer la durée minimale du travail à temps partiel : comment faire? La loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi a lancé un pavé dans la mare en imposant une durée minimale de 24 heures hebdomadaires aux contrats de travail à temps partiel. L objectif est de contrer les abus de certains employeurs enclins à multiplier les «petits» contrats à temps partiel et de limiter la précarité professionnelle d une catégorie de salariés, qui subit le temps partiel davantage qu elle ne le choisit. S en est suivie une succession de retouches de cette nouvelle disposition, jusqu à la publication d une ordonnance du 29 janvier 2015, qui est venue clore l histoire. Plus de trois mois après ce dénouement, comment gérer le temps partiel dans votre entreprise? Résumé des épisodes précédents 1 er épisode : le coup de tonnerre La loi du 14 juin 2013 prévoit qu à compter du 1 er janvier 2014 la durée du travail à temps partiel sera d au minimum 24 heures par semaine ou son équivalent sur le mois, sauf cas dérogatoires listés limitativement ou convention ou un accord de branche étendu autorisant une durée du travail inférieure dans la branche. Les contrats de travail en cours au 1 er janvier 2014 et prévoyant une durée du travail de moins de 24 heures hebdomadaires perdureront jusqu au 1 er janvier 2016, mais le salarié pourra d ici là réclamer que la durée minimale de travail lui soit appliquée. Son employeur ne pourra alors s y opposer qu en raison de l activité économique de l entreprise. 2 e épisode : le coup de théâtre Les partenaires sociaux obtiennent le 22 janvier 2014 du ministère du Travail, que la date d effet du dispositif soit reportée au 1 er juillet Par conséquent, l exigence d une durée de travail minimale de 24 heures par semaine est suspendue pour les contrats de travail conclus entre cette date et le 30 juin Deux régimes distincts coexistent alors : celui des contrats à temps partiel conclus entre le 1 er et le 21 janvier 2014 et à compter du 1 er juillet 2014, qui sont soumis au dispositif ; les autres contrats à temps partiel qui auront jusqu au 1 er janvier 2016 pour s y conformer, sauf demande du salarié de bénéficier de la nouvelle législation. 3 e et dernier épisode : le dénouement La loi du 20 décembre 2014 puis une ordonnance d application du 29 janvier 2015 assouplissent le dispositif : elles créent de nouvelles dérogations au seuil minimal de 24 heures hebdomadaires, obligatoire depuis le 1 er juillet 2014 et pour les contrats conclus entre le 1 er et le 21 janvier 2014 ; elles suppriment pour les autres contrats, l échéance de mise en conformité au 1 er janvier 2016 et remplacent le droit au bénéfice de la durée minimale, par une priorité d accès à un emploi d au moins 24 heures à la demande du salarié. Quelle durée du travail appliquer à un salarié embauché à temps partiel aujourd hui? Le principe : un contrat d au moins 24 heures hebdomadaires Si vous embauchez un salarié à temps partiel, vous devez l employer au minimum 24 heures par semaine ou 104 heures par mois. Si vous pratiquez l aménagement du temps de travail, il doit travailler en moyenne 24 heures par semaine, sur une période allant d une semaine à un an. La durée du travail de même que sa répartition sur la semaine ou le mois, doivent être dans tous les cas indiquées dans le contrat de travail. Mais de nombreuses exceptions Une convention collective ou un accord de branche étendu peut prévoir une durée du travail minimale inférieure à 24 heures hebdomadaires. Il doit dans ce cas comporter des garanties quant à la mise en œuvre d horaires réguliers ou qui permettent au salarié de cumuler plusieurs activités pour travailler au moins 24 heures. Si vous êtes couvert par un tel accord, vous pouvez employer votre salarié moins de 24 heures par semaine, mais en respectant le seuil conventionnel et à condition de regrouper les horaires par journées ou demi-journées. Si en revanche, l accord ou la convention collective prévoit un seuil plus élevé, vous devez respecter ce seuil plus favorable pour le salarié. Vous pouvez par ailleurs employer un salarié moins de 24 heures par semaine dans les situations dérogatoires suivantes : pour un contrat de travail à durée déterminée ou d intérim d une durée maximale de 7 jours ou motivé par le remplacement d un salarié absent ; lorsqu un étudiant de moins de 26 ans en fait la demande du fait de ses études ; lorsque vous embauchez un salarié d une entreprise d intérim ou d une association intermédiaire dans le cadre d un dispositif d insertion ; lorsque le salarié doit travailler à temps partiel pour raison thérapeutique sur décision du médecin traitant et du médecin du travail ; 5

6 lorsqu un salarié handicapé en fait la demande à son employeur ; si le salarié vous adresse une demande écrite et motivée, invoquant des contraintes personnelles ou le souhait de cumuler plusieurs activités pour un total d au moins 24 heures hebdomadaires. Les horaires devront être alors regroupés par journées ou demi-journées. Comment gérer ces dérogations sans risque? Dans les cas où le salarié demande à bénéficier d une dérogation, il doit le formuler par écrit, soit remis en main propre contre décharge, soit par courrier recommandé avec accusé de réception. Bien qu il n existe aucune obligation légale en ce sens, sa demande doit être la plus précise possible et assortie des éventuels justificatifs de sa situation. Ceci permet d évacuer tout risque de contentieux ultérieur sur la réalité du cas de dérogation. Bon à savoir Pour la même raison, même s il n existe aucune exigence en ce sens, vous avez intérêt à demander au salarié invoquant des contraintes personnelles, de les préciser dans sa demande écrite. Vous pouvez également lui demander des justificatifs, mais vous ne pourrez en aucun cas lui imposer de les produire ni renoncer à l employer, du fait de son refus. Le salarié doit vous adresser sa demande de dérogation avant le début de son embauche. Nous vous recommandons d en annexer un exemplaire à son contrat de travail. Un salarié qui travaille au moins 24 heures par semaine, peut demander à réduire son temps de travail en cours de contrat, en invoquant l un des cas de dérogation. Vous n aurez alors aucune obligation d accepter. Si vous le faîtes, vous devrez formaliser un avenant à son contrat de travail, en annexant sa demande. Quelle durée du travail appliquer aux salariés à temps partiel déjà présents dans l entreprise? Tous les salariés embauchés à temps partiel entre le 1 er janvier et le 21 janvier 2014 et ceux embauchés depuis le 1 er juillet 2014 doivent en principe travailler au moins 24 heures par semaine ou équivalent. Pour tous ces salariés, vous devez donc vérifier la durée du travail indiquée au contrat de travail. Si elle est inférieure à 24 heures hebdomadaires, vérifiez si votre convention collective a autorisé une durée du travail moindre dans le respect des conditions légales, ou si le salarié a fait valoir un cas de dérogation au moment de son embauche. Si vous ne respectez pas le seuil applicable, le salarié est en droit de vous réclamer l application de la durée minimale, ainsi que les salaires afférents depuis son embauche. Vous avez donc intérêt à lui proposer au plus vite de conclure un avenant portant sa durée du travail au minimum légal ou conventionnel. Les salariés embauchés à temps partiel avant le 1 er janvier 2014 ou entre le 22 janvier et le 30 juin 2014 peuvent travailler sans minimum requis Alors que la loi prévoyait à l origine d obliger les employeurs à mettre tous ces contrats à temps partiel en conformité au plus tard pour le 1 er janvier 2016, l ordonnance du 29 janvier 2015 est revenue sur cette contrainte. Par conséquent, il n existe pas de seuil minimum de durée du travail à temps partiel pour ces salariés et vous n avez aucune modification à apporter à leur contrat de travail mentionnant une durée du travail inférieure à 24 heures hebdomadaires. Notez-le Un salarié employé à temps plein avant le 1 er janvier 2014 et dont le contrat de travail serait transformé aujourd hui à temps partiel, serait à notre sens soumis à l obligation de la durée minimale de 24 heures par semaine, car c est bien la date de début de travail à temps partiel, qui détermine l application du dispositif. Une priorité d accès à un emploi d au moins 24 heures, pour tous Quels que soient la date de conclusion de son contrat de travail et le temps de travail appliqué, tout salarié bénéficie d une priorité d accès à un emploi d au moins 24 heures par semaine (ou autre seuil résultant de la convention collective) et ceci, même s il a fait jouer précédemment une dérogation pour travailler en dessous du seuil minimal de durée du travail. Il doit s agir d un emploi disponible, équivalent au poste occupé ou qui relève de la même catégorie professionnelle. Cette priorité s applique également au cas où un salarié à temps partiel souhaite travailler à temps plein et viceversa. De quelle façon le salarié doit-il exprimer sa demande? Même si aucune forme n est imposée, n hésitez pas à indiquer au salarié de vous remettre sa demande par écrit remise en main propre ou par courrier recommandé avec accusé de réception. La réception d une demande de passage à un temps partiel d au moins 24 heures, vous oblige à porter à la connaissance de ce salarié la liste des emplois correspondante. La notion d emploi «équivalent» ou relevant de la même «catégorie professionnelle» laisse place à l interprétation, mais on peut sans risque estimer qu un niveau de classification et une rémunération de même niveau soient 6

7 nécessaires. Vous n avez aucune obligation de créer un poste pour répondre à la demande du salarié ; mais s il postule à un poste répondant aux conditions requises, à profil égal avec un autre candidat, vous devrez lui accorder ce poste. Il n existe aucune durée minimale ni maximale pendant laquelle informer le salarié des postes disponibles, ni de formalisme imposé. Néanmoins, il a été jugé que la mise en ligne sur l intranet de l entreprise, de la liste des emplois disponibles ne constitue pas une information suffisante pour exercer cette priorité (Cass. soc. 20 avril 2005, n ). Aussi, il vous faudra adresser par courrier individuel à chaque salarié faisant jouer la priorité, les postes disponibles auxquels il pourrait accéder et ceci, tant qu il n aura pas exprimé de renonciation à cette priorité. Résumé des différents cas de figure : Date de l embauche à temps partiel Durée du travail minimale à temps partiel Adaptations possibles Avant le 1 er janvier 2014 Aucune Priorité d accès à un emploi d au moins 24 heures hebdomadaires ou durée minimale conventionnelle, ou à un emploi à temps plein Du 1 er janvier au 21 janvier heures hebdomadaires ou moins selon convention ou accord collectif Dérogation motivée pour travailler en dessous du seuil Priorité d accès à un emploi à temps plein Du 22 janvier au 30 juin 2014 Aucune Priorité d accès à un emploi d au moins 24 heures hebdomadaires ou durée minimale conventionnelle, ou à un emploi à temps plein Depuis le 1 er juillet heures hebdomadaires ou moins selon convention ou accord collectif Dérogation motivée pour travailler en dessous du seuil Priorité d accès à un emploi à temps plein 7

8 Le point sur... Social Métallurgie Actualités - Mai N 172 Déterminer la période de référence des éléments de paie Certains éléments en paie intègrent dans leurs calculs un «salaire de référence» établi sur une période précisée soit par dispositions légales, soit par dispositions collectives, appelée «période de référence». Les dates et la durée de cette période de référence varient en fonction de l élément de paie que vous souhaitez calculer. L objectif de cette période de référence est de calculer un salaire moyen sur plusieurs mois afin de calculer l élément de paie à partir d un salaire considéré comme «normal». Quelles sont les dates et les durées des périodes de référence? Peut-on déroger aux règles édictées? La bonne méthode Étape 1 Déterminer la période de référence des éléments de paie afférant à l acquisition et à la rémunération des congés payés La période de référence en matière de congés payés désigne la période au cours de laquelle le salarié acquiert des congés payés. Sauf dispositions plus favorables, elle s étend du 1 er juin N-1 au 31 mai N. Le droit commun prévoit l acquisition d un solde de 2,5 jours ouvrables de congés payés (CP) pour 4 semaines travaillées, sans pouvoir excéder 30 jours ouvrables, c est-à-dire 12 x 2,5, 12 étant le nombre de mois de la période d acquisition et 2,5 étant le nombre de jours ouvrables de CP acquis par «mois travaillé» par salarié au cours de cette période. Si l un de vos salariés prend ses congés payés, vous devez lui verser une indemnité qui doit être calculée selon deux méthodes : la règle du maintien de salaire ou la règle du 10 e, la plus avantageuse pour le salarié devant être retenue. Le calcul de l indemnité de congés payés selon la règle du dixième correspond à l addition des rémunérations brutes versées au salarié au cours de la période de référence multipliée par 10 %. Autrement dit, vous devez cumuler les rémunérations brutes versées au cours de la période où ont été acquis les congés payés pris par votre salarié. Ce montant est à proratiser en fonction du nombre de jours acquis et du nombre de jours pris. Exemple Si votre salarié prend une semaine de CP en juillet 2015 et que l acquisition de CP dans votre entreprise s effectue selon les règles légales, ces CP ont été acquis lors de la période de référence qui s étend du 1 er juin 2014 au 31 mai 2015 (sauf cas de report éventuel). Pour calculer le montant de l indemnité congés payés selon la règle du dixième, vous devrez additionner les salaires bruts versés au cours de la période mentionnée ci-dessus. Tous les éléments de cette rémunération brute n entrent pas dans le calcul. En général, il s agit d exclure les remboursements de frais (prime de panier, indemnité de trajet, etc.) ou encore les indemnités journalières maladie, les primes annuelles (13 e mois, prime de vacances, prime d intéressement, etc.). Étape 2 Déterminer la période de référence des éléments de paie afférant au maintien du salaire brut en cas d arrêt de travail pour raison médicale Si l un de vos salariés est arrêté pour raisons médicales, vous devez lui garantir un certain niveau de rémunération brute, c est-à-dire lui verser un pourcentage de sa rémunération brute habituelle (rémunération qu il aurait perçue s il avait continué à travailler), dans les conditions suivantes : si le salarié a entre 1 et 5 ans d ancienneté, il percevra 90 % de sa rémunération brute pendant 30 jours, puis 66,66 % de cette même rémunération pendant les 30 jours suivants ; à partir de 6 ans d ancienneté, la durée de ces deux périodes d indemnisation est portée à : 40 jours si le salarié a au moins 6 ans d ancienneté, 50 jours si le salarié a au moins 11 ans d ancienneté. Ces temps d indemnisation sont augmentés de 10 jours par période entière de 5 ans d ancienneté en plus de la durée minimale de 1 an. Dans le cas d arrêts successifs, ces durées d indemnisation s apprécient sur une période de 12 mois «glissants», et ne peuvent pas donner lieu à une durée totale d indemnisation supérieure aux durées ci-dessus, sauf dispositions plus favorable. C est-à-dire qu à chaque nouvel arrêt, vous devez recalculer cette période en prenant comme point de départ la date du 1 er jour du nouvel arrêt afin de déterminer si vous devez verser ou non le complément employeur et déterminer le niveau de maintien du salaire brut. Exemple Un de vos salariés est arrêté pour maladie non professionnelle du 9 février au 1 er mars 2015 inclus. Son ancienneté est de 3 ans. Pour déterminer le pourcentage de maintien du salaire brut, vous devez analyser les 12 mois précédant le premier jour de cet arrêt, à savoir la période allant du 1 er février 2014 au 31 janvier 2015 et rechercher si le 8

9 salarié a déjà bénéficié du maintien du salaire brut au titre d un précédent arrêt pour raisons médicales et ce, quel que soit le motif. Reprenons notre exemple. S il a déjà bénéficié de 29 jours de salaire brut maintenu au cours des 12 mois précédant cet arrêt, il restera un jour de maintien de salaire à 90 %, le reste à 66,66 %. En cas de rémunération variable, le maintien de salaire doit tenir compte de la rémunération variable qui aurait été perçue par le salarié s il avait travaillé. De même, les primes liées à l organisation du travail qui aurait été versées si le salarié avait travaillé doivent être prises en compte pour déterminer le montant du maintien de salaire. Le maintien de salaire doit être versé si le salarié est en arrêt de travail durant son préavis, et ce jusqu à la date d expiration du préavis. Il en est de même lorsque le salarié est en arrêt de travail durant une période de grève et qu une partie de l entreprise a pu fonctionner. Dans le cas contraire (entreprise totalement bloquée par la grève et aucun salarié n a pu travailler), le maintien de salaire n est pas dû. Par ailleurs, si le salarié est en arrêt de travail pendant une période d activité partielle, le maintien de salaire est là encore dû. Dans ce cas, le calcul se fera sur le salaire que le salarié aurait perçu s il avait été en activité partielle, et non sur le salaire habituel. En revanche, le salarié ne peut pas prétendre au maintien de salaire dans le cas d un arrêt de travail pour se rendre en cure thermale (aucune disposition législative n assimile le congé pour cure thermale aux congés pour maladie). Notez-le Le montant du salaire brut à maintenir s entend déduction faite de la fraction d indemnités journalières correspondant au nombre de jours de maintien de salaire. Étape 3 Déterminer la période de référence du calcul du salaire moyen journalier (SMJ) des IJSS Pour calculer le montant de l indemnité journalière, la Sécurité sociale effectue son calcul en prenant comme base un SMJ. La période de calcul de ce SMJ dépend du type d arrêt. Dans le cas d un arrêt de travail consécutif à une maladie non professionnelle, et sous réserve que le salarié remplisse les conditions d indemnisation, le calcul s effectue sur la base du cumul des salaires bruts versés au cours des 3 mois précédant la date du premier jour d arrêt/91,25, lorsque le salaire est payé mensuellement ou dans des cas autres que ceux mentionnés ci-dessous. Si le salarié est payé toutes les 2 semaines ou chaque semaine, le calcul du SMJ s effectue sur les 6 ou les 12 derniers salaires bruts des mois civils précédant la date du premier jour de l arrêt/84. Lorsque le travail n est pas continu ou présente un caractère saisonnier, le calcul du SMJ s effectue sur le montant du salaire des 12 mois civils antérieurs à la date de l interruption de travail/365. Exemple Pour un arrêt pour raisons non professionnelles pour un salarié mensualisé, en avril 2015, les salaires bruts de référence utilisés par la Sécurité sociale pour le calcul du SMJ seront ceux versés de janvier à mars 2015, à la condition que le salarié remplisse les conditions pour être indemnisé. Dans ce cas, le salaire brut retenu pour le calcul des indemnités journalières est limité à 1,8 fois le SMIC mensuel de chaque période de paie. Le taux horaire du SMIC à retenir pour le calcul est celui en vigueur le dernier jour du mois précédent la date de l arrêt. C est ce qui s appelle «écréter les salaires bruts». Un délai de carence de 3 jours est appliqué. Dans le cas d une absence consécutive à un accident du travail, un accident de trajet ou à une maladie professionnelle, le SMJ est calculé d après le dernier salaire brut versé à votre salarié, sans limitation de montant. Si le montant du salaire brut pris en compte dans le calcul du SMJ n est pas limité, le montant de l IJSS accident du travail ou maladie professionnelle est quant à lui plafonné et ne peut dans tous les cas dépasser le gain journalier net. Il n y a pas de délai de carence pour le versement des IJSS ; en revanche, le 1 er jour de l arrêt est entièrement à la charge de l employeur. Dans le cas d une absence liée à la maternité, à la paternité et à l accueil de l enfant ou à l adoption, le SMJ est calculé à partir des 3 derniers salaires bruts précédant la date du 1 er jour d arrêt, dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale, après abattement éventuel pour frais professionnels, diminué d un taux forfaitaire de cotisations salariales de 21 %. Il n y a pas de délai de carence pour le versement de ces indemnités. Notez-le Quel que soit le motif de l absence, le SMJ est calculé sur un salaire de référence, comme si le salarié avait travaillé normalement au cours de la période de référence, dans les cas suivants : embauche au cours de cette période, maladie, accident, maternité, chômage partiel, fermeture de l établissement, congés sans solde autorisé. 9

10 Si le salarié a changé d emploi au cours de la période de référence, le SMJ est déterminé à partir du salaire afférent à l emploi occupé au moment de l arrêt de travail, excepté si la prise en compte des rémunérations réellement perçues au cours de la période de référence est plus favorable. Étape 4 Déterminer la période de référence des éléments de paie afférant aux ruptures du contrat de travail En cas de rupture du contrat de travail, sous certaines conditions, vous devez verser à votre salarié une indemnité compensatrice de congés payés au titre du paiement des congés payés acquis par votre salarié et non pris du fait de son départ de l entreprise, ainsi qu une indemnité de rupture dont la formule de calcul dépend du motif de la rupture. L indemnité compensatrice de congés payés se calcule comme l indemnité de congés versée lors de la prise de congés payés. Vous devrez appliquer la règle du 1/10 distinctement pour chaque période de référence, puis faire la comparaison avec la méthode du maintien de salaire, pour payer le plus favorable au salarié. Les périodes de référence à prendre en compte dans le calcul sont identiques à celle utilisée dans le calcul de l indemnité de congés payés. Pour calculer le montant de l indemnité de rupture, quand cette dernière est due, notamment dans les cas de licenciement (hors cas de faute grave ou lourde), de mise ou de départ volontaire en retraite, le calcul fait appel à un salaire de référence calculé selon deux périodes : les 12 derniers mois précédant la notification du licenciement à l exclusion du préavis ; ou les 3 derniers mois comprenant le préavis. Le montant le plus avantageux entre ces deux méthodes étant celui à retenir. Tous les éléments bruts de rémunération versés au salarié au cours de la période de référence des 12 ou des 3 derniers mois sont à prendre en compte, sauf exclusion. Pour apprécier la moyenne des salaires des 3 derniers mois, le montant des primes (annuelles ou exceptionnelles) versées durant cette période doit être calculé au prorata et il ne faut pas tenir compte de l indemnité compensatrice de congés payés. Pour les périodes de maladie comprises dans la période du calcul du salaire de référence, vous devez reconstituer le salaire que le salarié aurait perçu s il avait travaillé. Étape 5 Déterminer la période de référence des heures supplémentaires Les heures supplémentaires sont des heures de travail effectuées audelà de la durée légale du travail (35 heures par semaine) ou de la durée équivalente (pour certaines professions, en raison du caractère intermittent de l activité, une durée plus élevée que la durée légale est considérée comme équivalente à la durée légale). Les heures supplémentaires se décomptent par semaine civile, du lundi 0 heure au dimanche 24 heures, sauf dispositions plus favorables. Si la fin du mois intervient en cours de semaine, vous devez attendre la fin de la semaine pour décompter le nombre d heures supplémentaires effectuées par votre salarié. Vous lui paierez donc le mois suivant la réalisation de ces heures supplémentaires. Cette étude de cas est un extrait de la publication : Responsable et gestionnaire paie (Éditions TISSOT) * Des études de cas complémentaires ainsi que des modèles de bulletins annotés et commentés et des outils à télécharger, sont accessibles directement depuis la version Internet de cette publication (accès réservé aux abonnés «Responsable et gestionnaire paie»). Plus d informations et essai gratuit sur et auprès de notre service relation clientèle :

11 Courrier des lecteurs Social Métallurgie Actualités - Mai N 172 Par Delphine Witkowski, juriste en droit social Liberté d expression Un salarié qui accuse son employeur de propos insultants doit pouvoir les prouver Je suis en conflit ouvert depuis plusieurs mois avec l un de mes salariés, qui est commercial itinérant : je pense qu il falsifie ses notes de frais et qu il invente des rendezvous commerciaux qu il ne réalise pas. Je lui ai demandé récemment des comptes dans mon bureau et il s est emporté en me traitant de paranoïaque. Le lendemain, la responsable du personnel, le délégué du personnel, les trois autres commerciaux et moi-même avons reçu un du salarié nous annonçant avoir pris un rendezvous auprès du médecin du travail, suite à des propos que j aurais tenus lors de notre altercation, selon lesquels il n était qu un menteur et un mystificateur et qu il cherchait à faire s écrouler l entreprise. Ceci ne correspond absolument pas aux propos que je lui ai tenus. C est maintenant moi, qui me sens insulté en tant que chef d entreprise, de surcroît auprès d autres collaborateurs. Que me conseillez-vous de faire? Votre réaction est tout à fait compréhensible. En effet, deux aspects de son attitude nous semblent répréhensibles : d une part, il vous attribue des propos insultants qu il ne peut être en mesure de prouver, puisqu ils sont faux ; d autre part, il a diffusé publiquement ces propos dans l entreprise, ce qui constitue sans nul doute un abus dans l exercice de sa liberté d expression. La Cour de cassation a rendu récemment une décision où elle relève la concomitance de ces deux composantes pour confirmer le licenciement sans cause réelle et sérieuse du salarié (Cass. soc. 26 novembre 2014, n ). Elle relève comme élément fondamental, le fait que le salarié ne puisse prouver les insultes qu il reproche à son employeur. Par conséquent, avant d envisager une sanction pouvant aller jusqu au licenciement pour faute de votre salarié, il faut que vous soyez sûr de ne pas avoir tenu les propos rapportés par lui. Car même s il a exagéré vos propos, dès lors qu un témoin pourrait attester les avoir entendus de votre bouche, ceci pourrait relativiser la validité de cette sanction en cas de contentieux. Véhicule de fonction Vous ne pouvez de votre propre décision remplacer le véhicule de fonction par un véhicule de service L un de mes salariés était affecté en Espagne pour développer notre activité commerciale et bénéficiait d un véhicule de fonction pour ses déplacements. Malheureusement, l activité ne s est pas développée comme nous l aurions souhaité, et nous avons rapatrié ce salarié au siège de la société, en accord avec lui, pour qu il développe de nouveaux projets depuis le siège de la société. Nous avons fait un avenant à son contrat de travail pour modifier son lieu de travail. Naturellement, nous avons vendu la voiture qui lui était attribuée en Espagne et du fait qu il a des missions beaucoup plus sédentaires en France, nous mettons à sa disposition un véhicule de service. Je l ai légèrement augmenté pour compenser le fait qu il n a plus de véhicule de fonction, mais voici qu il m a adressé un courrier m accusant d avoir modifié son contrat de travail sans son accord et réclame que nous lui attribuions à nouveau un véhicule de fonction. Que puis-je faire? L avantage en nature constitué par le véhicule de fonction est dans tous les cas un élément de rémunération du salarié. Dès lors que vous modifiez cet élément, qu il s agisse de son existence même ou de sa valeur, vous modifiez la rémunération du collaborateur et par voie de conséquence son contrat de travail et devez recueillir son accord exprès. Dès lors, en remplaçant sans son accord le véhicule de fonction par un véhicule de service, vous avez modifié unilatéralement son contrat de travail et ceci, quand bien même vous lui verseriez sous forme de salaire le montant de l évaluation de l avantage en nature constitué par l ancien véhicule de fonction. Le fait que l attribution de ce véhicule ait été liée à la nature de ses missions à l étranger, qui ont pris fin, n est pas davantage recevable (Cass. soc. 4 février 2015, n ). Vous avez donc deux solutions : le faire bénéficier à nouveau d un véhicule de fonction ou négocier avec lui un avenant à son contrat de travail formalisant l attribution d un véhicule de service. Si vous adoptez la première solution, vous avez intérêt à lui verser l exacte différence de rémunération pour toute la période où il n a bénéficié que d un véhicule de service, pour anticiper toute réclamation. Frais professionnels Les avantages prévus par la convention collective peuvent se cumuler avec d autres J ai mis en place à la demande de mes salariés, des titres-restaurant et leur verse une prime de panier, pour compenser leurs frais professionnels de façon forfaitaire. J ai fait ce choix, pour simplifier la gestion des frais professionnels, sachant que la convention collective prévoit une indemnité de repas du midi que je versais auparavant, pour compenser les surcoûts de repas en cas de déplacement. J ai donc respecté le principe selon lequel on applique toujours les dispositions les plus favorables pour les salariés. Or les délégués du personnel ont mis à l ordre du jour de leur prochaine réunion, la poursuite du versement de l indemnité de repas de la convention collective en plus des nouvelles dispositions que j ai mises en œuvre. Je trouve cette réclamation totalement abusive. Vos délégués du personnel sont manifestement bien renseignés. En effet, vous avez raisonné comme si votre participation aux titres-restaurant et la prime de panier que vous avez mise en place étaient de même nature que l indemnité de repas prévue par la convention collective. Or il n en est rien. D après les éléments que vous indiquez, la prime prévue par la convention collective ne concerne que les cas de repas pris à l extérieur en cas de déplacement professionnel, alors que vous avez attribué les titres-restaurant et la prime de panier à tous les salariés. Ces avantages ne sont donc pas de même nature et vous n êtes pas dispensé de verser celui qui résulte de la convention collective. Editions TISSOT CS ANNECY LE VIEUX CEDEX Téléphone : Fax : Internet : Directeur de la publication : Robin DUALÉ Editeur : Nathalie GODARD Auteurs : Delphine WITKOWSKI, Philippe LAFONT PAO : Gaby HOLTZER Fabrication : Christine TARASCONI, Delphine PICCHIOTTINO Dépôt légal : (03) Crédits photos : auremar - Fotolia.com / atmospheric - Fotolia.com / Chlorophylle - Fotolia.com / Macapa - Fotolia.com

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales Dernière révision le 20/11/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Activation de la gestion des congés payés...3 Le décompte des jours...5

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le cesu... de l embauche à la rupture

Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le cesu... de l embauche à la rupture FICHE PRATIQUE Le contrat de travail d un salarié déclaré avec le cesu... de l embauche à la rupture Février 2014 www.cesu.urssaf.fr Fiche pratique Avec le Cesu, vous devenez employeur... 1 Le contrat

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Les assistants maternels. employès par des particuliers

Les assistants maternels. employès par des particuliers Les assistants maternels employès par des particuliers Sommaire Références 1 - OBLIGATIONS GÉNÉRALES 2 2 - LE CONTRAT DE TRAVAIL 3 et 4 3 - PÉRIODE D ESSAI 4 4 - DURÉE DE L ACCUEIL 5 5 - RÉMUNÉRATION

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 CNEA 88 rue Marcel Bourdarias CS 70014 94146 Alfortville cedex Tél. 01 41 79 59 59 courriel : cnea@cnea-syn.org adresse internet

Plus en détail

Personnel et confidentiel

Personnel et confidentiel N 171 - Avril 2015 Personnel et confidentiel Sans précisément en connaitre les conséquences juridiques, nous avons tous, un jour ou l autre, adressé un pli par voie postale revêtu de la mention manuscrite

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Section 1. Modalités d ouverture et d alimentation du compte épargnetemps

Section 1. Modalités d ouverture et d alimentation du compte épargnetemps section temps de travail LES CONGES ET TITRE I : LES TITULAIRES DEUXIEME PARTIE : LES CONGES ET CHAPITRE 2 : LE COMPTE EPARGNE-TEMPS (CET) Dernière mise à jour : Avril 2012 TEXTES APPLICABLES - Décret

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Le contexte et la méthode : pour être sûr de suivre la bonne démarche.

Le contexte et la méthode : pour être sûr de suivre la bonne démarche. Exemple de fiche conseil Définir le contrat de travail qui vous convient Conclure un contrat d extra Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs de métropole et des départements d outre-mer

Plus en détail

E. Avantages alloués par le comité d entreprise

E. Avantages alloués par le comité d entreprise E. Avantages alloués par le comité d entreprise 1) Bons d achat et cadeaux Les bons d achat et cadeaux alloués par le comité d entreprise doivent en principe être assujettis aux cotisations de Sécurité

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets médicaux

Notice : Cotisations cabinets médicaux Notice : Cotisations cabinets médicaux Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs des cabinets médicaux sont concernés par ces cotisations. Réglez vos cotisations à

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie La CFTC s engage aux côtés des salariés de la boulangerie artisanale : chaque année, des accords sont conclus au niveau de la Convention Collective pour

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce

Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls les employeurs de métropole des greffes des Tribunaux de Commerce (à l exclusion des

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

droit individuel à la formation mode d emploi

droit individuel à la formation mode d emploi droit individuel à la formation mode d emploi PRÉAMBULE Individualiser les parcours de formation, permettre à chaque salarié d être acteur de son évolution professionnelle, se former tout au long de la

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Notice d information. Prévoyance. Convention collective nationale des Distributeurs conseils hors domicile [brochure n 3121 - IDCC 1536]

Notice d information. Prévoyance. Convention collective nationale des Distributeurs conseils hors domicile [brochure n 3121 - IDCC 1536] Prévoyance Régime inaptitude à la conduite ou au portage Notice d information Convention collective nationale des Distributeurs conseils hors domicile [brochure n 3121 - IDCC 1536] Personnel non cadre

Plus en détail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail Juin 2012 GUIDE PRATIQUE Bien CHOISIR un CONTRAT de travail 2 Introduction Vous devez développer de nouveaux marchés, faire face à une commande exceptionnelle, trouver le remplaçant de votre directeur

Plus en détail

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP»

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Référence Partie n 1 - Embaucher un salarié et déterminer sa rémunération Chapitre 1.1 - Mettre en place une politique salariale à l'embauche

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail