P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»"

Transcription

1 P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue le type d occuption des sols, les ncs lluviux, l nture de l végéttion (vec un peu d expérience ), etc. Photogrphies ériennes ctuelles L BD ORTHO de l IGN L BD ORTHO de l IGN est une se de données de photogrphies ériennes numériques géoréférencées. Elle est disponile sur l'ensemle du territoire ntionl et mise à jour tous les cinq ns (prochinement tous les trois ns). Elle est rélisée à une résolution de 0,5 m, 1 m, 2,5 m et 5 m (les deux dernières, eucoup moins chères que les deux utres, sont peu utilisles pour une pproche hydromorphologique). Le coût moyen u km 2 pour l résolution 0,5m est de 1 euro (vrile fonction de l superficie commndée, cf. site de l IGN). L BD ORTHO gglo est diffusée sur les grndes gglomértions vec une résolution de 0,2 à 0,3 m. 162 Figure 188 Un extrit de l BD ORTHO à l résolution de 0,5 m. Le zoom permet de distinguer l microtopogrphie des ncs et des msses lluviles en mouvement, les huteurs d eu reltives, le type de végéttion, on distingue même les erges d érosion. - - Fond BD ORTHO IGN 2010 Les photogrphies «stellitles» Les photogrphies prises depuis des stellites peuvent compléter, voire remplcer les photogrphies ériennes. Elles offrent l vntge d être moins chères et d un ps de renouvellement eucoup plus importnt que les photogrphies de l BD ORTHO (quelques jours). Elles offrent en outre des possiilités d nlyses spectrles qui permettent un tritement plus complexe de l informtion (humidité des sols, étt de l végéttion, etc.). Quelques exemples de sociétés privées fournissnt des imges stellitles sont donnés ci-dessous : Spot Imge. Plusieurs stellites SPOT fournissent ctuellement des imges jusqu à une résolution u sol de 2,5 m et devrient à terme fournir une résolution de 0,5 m ; Digitl Gloe. Cette société fournit des imges d une résolution de 0,5 m (imges pnchromtiques stellite Worldview1) ou de 2,5 m (imges multispectrles Quickird) ; Geo Eye. Cette société peut fournir des imges d une résolution de 0,4 m.

2 Les photogrphies ériennes à hute résolution Il est possile ujourd hui de réliser des photogrphies ériennes à très hute résolution (pixel de quelques cm) grâce u développement des ppreils numériques, de plus en plus légers et de plus en plus performnts. Ces photogrphies peuvent être rélisées depuis des éronefs pouvnt voler à file vitesse (ULM, hélicoptères, drones). Elles peuvent être rélisées, selon les ojectifs de l étude, en prises de vue verticles (orthorectifiles et géoréférençles sous certines conditions) ou oliques. L minituristion des GPS emrqués permet de positionner précisément chque prise de vue. Photogrphies ériennes nciennes Les plus nciennes photogrphies ériennes verticles disponiles uprès de l photothèque de l IGN dtent des nnées 20 ; elles étient initilement rélisées pr le service crtogrphique des Armées. C est près l seconde guerre mondile que les relevés photogrphiques ériens, qui deviennent l donnée de se des nouvelles crtes u 1 : e puis 1 : e, sont intensifiés vec un ps de temps quinquennl. ttention. Les photogrphies ériennes (suf BD ORTHO ) ne sont ps orthorectifiées ni redressées et seul le tiers centrl de l photo n est ps déformé pr l focle de prise de vue. Il existe des logiciels qui permettent de le fire ou des sociétés spécilisées. On peut ussi cheter toutes les photogrphies qui générlement se recouvrent (pour l nlyse photogrmmétrique), n en grder que le tiers centrl et les ssemler. On peut enfin ccepter une certine erreur liée à cette déformtion de l imge (erreur très vrile selon le relief), notmment dns le cdre d études dichroniques de trcés de cours d eu ne requérnt ps une précision. Figure 189 c Fond photogrphie érienne , , c IGN Exemple de séries de photogrphies ériennes utilisles dns le cdre d une étude dichronique. Il s gissit ici d étudier l évolution du Grdon u droit d un futur ouvrge de frnchissement TGV (cercle noir). Noter le pincement progressif du méndre sud, en mont du villge de Comps. Survols à sse ltitude Les prises de vues oliques, rélisées à l occsion de survols ériens à sse ltitude, sont très informtives cr elles donnent une échelle d nlyse intermédiire entre le terrin, «u rs de l eu», et l photogrphie érienne verticle. Sur les grnds cours d eu ou ceux ne présentnt ps une ripisylve trop fournie, ce type de survol permet souvent de locliser précisément les protections de erges, d évluer l étt des ouvrges de type seuil, etc. L un des vntges mjeurs de cette pproche est de permettre de réliser une investigtion rpide et exhustive de l totlité d un cours d eu en quelques heures. L idél est de voler à environ m du sol. L éronef le plus prtique est l hélicoptère (environ 300 à 400 euros/h pour un 2 plces, le doule pour un 4-5 plces), mis l ULM est très ien ussi et eucoup moins cher (100 à 150 euros/h). L vion (prendre un ppreil vec iles hutes) vole un peu trop vite mis peut être utilisé fute de mieux. Il est souvent intéressnt de réliser ussi des prises de vue vidéo.

3 Figure C. Thévenet 164 c c- d- J.R. Mlvoi d Exemples de prises de vue à sse ltitude (100 à 200 m du sol). On peut oserver de nomreux détils comme les érosions et les protections de erges, l étt (pproximtif) des ponts ou des seuils, les fciès d écoulement, etc.

4 Géoportil de l IGN et Google Erth Ces deux outils permettent d otenir très rpidement sur Internet des photogrphies ériennes récentes (vion ou stellite). Google Erth offre des imges du monde entier vec une résolution vrile selon les endroits du gloe, mis prfois égle (voire supérieure) à 0,5 m. Le Géoportil de l IGN permet de visuliser l Frnce (et les DOM-TOM) vec une résolution théorique de 0,5 m (BD ORTHO ) mis qui est souvent moins onne cr l outil zoom y est (ctuellement) limité. L vntge principl du Géoportil est qu il permet d fficher outre les dernières photogrphies ériennes (Spot ou BD ORTHO selon le niveu de zoom), de nomreuses utres informtions telles que les crtes IGN (à toutes les échelles, fonction du niveu de zoom), les crtes géologiques (id.), le réseu hydrogrphique numérisé, les limites dministrtives, le relief, le cdstre numérisé, l occuption des sols Corine Lnd Cover, etc. L version 3D permet de visuliser le relief en trois dimensions et offre ussi des outils de mesure de longueur et de surfce. Figure 191 c d - - c- d- e- f- Fond Géoportil. IGN e f Exemples de couches disponiles sur le Géoportil : () Scn25 (ncien); () scn25 + Spotimge en jount sur l opcité des couches, ce qui permet prfois de mesurer des érosions ctives, comme c est le cs ici (à un niveu de zoom plus fin c est l BD ORTHO qui s ffiche (voir (e)); (c) crte géologique u 1 : e + Spotimge; (d) Cssini + Spotimge; (e) BD ORTHO + Scn25, on distingue ien l érosion ctive du méndre; (f) à un niveu de zoom inférieur occuption des sols Corine Lnd Cover + Spotimge.

5 Figure Fond Géoportil. IGN Exemples d utilistion de l version 3D du Géoportil. Mesures de longueurs et de surfces. Ces informtions sont susceptiles de chnger rpidement cr le Géoportil est en constnte évolution.

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire Lsers multicolores pour le dignostic cellulire Nelly RONGEAT et Philippe NERIN Hori Medicl Vincent COUDERC et Philippe LEPROUX XLIM Guillume HUSS Leukos nelly.ronget@hori.com Le dignostic cellulire est

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROFILÉS POUR LA CONSTRUCTION MODERNE 1 1 11 11 11 11 11 10 1 1 11 1 1 1 1 1 1 1 1 1 11 1 1 1 0 0 0 0 0 11 11 1 1 1 1 1 11 11 11 1 1

Plus en détail

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE HUMIDIFICATEURS IR médicl dministré u ptient pr voies respirtoires. Il se visse à l sortie d un déitmètre (à ille ou ien précliré) et s utilise vec de l eu stérile. Principles crctéristiques

Plus en détail

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats.

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats. 50 TOGO INTRODUCTION LE TOGO COMPTE 6 MILLIONS D HABITANTS. Son revenu ntionl rut pr hitnt est de 350 USD. Aujourd hui, ce pys ne remplit ucun des 8 ojectifs du Millénire pour le développement (OMD), mis

Plus en détail

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT L Météorologie 8 e série - n 28 - décemre 1999 57 D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ Guy Crochrd et Didier Renut

Plus en détail

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo FAQ sur l utilistion d Ecoline-solo De quel mtériel i-je esoin pour compléter les informtions demndées dns Ecoline-solo? Pour remplir rpidement toutes les informtions demndées dns Ecoline-solo, vous devez,

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE

MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE MANUEL D UTILISATION MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE MODE D EMPLOI DE VOTRE MARINE CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE L.LEROY Le modèle chronogrphe utomtique de l ligne Mrine est inspiré des fmeux chronomètres de

Plus en détail

Sources de photons jumeaux : des débats sur l intrication aux nouvelles technologies quantiques

Sources de photons jumeaux : des débats sur l intrication aux nouvelles technologies quantiques Sources de photons jumeux : des déts sur l intriction ux nouvelles technologies quntiques Sr DUCCI Lortoire Mtériux et Phénomènes Quntiques, Université Pris Diderot sr.ducci@univ-pris-diderot.fr L intriction

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Nouvelle caractéristique : Radio internet

Nouvelle caractéristique : Radio internet XXXXX XXXXX XXXXX /XW-SMA3/XW-SMA4 Nouvelle crctéristique : Rdio internet EN FR Ce hut-prleur sns fil été conçu pour vous permettre de profiter de Pndor*/Rdio Internet. Toutefois, pour écouter Pndor/Rdio

Plus en détail

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER

E N S G a L É C O L EDELAG É O M A T I Q U E. s adresser à : 6 et 8 avenue Blaise Pascal. Cité Descartes PAR LE RER MOYENS D ACCÈSPOUR TOUT RENSEIGNEMENT s dresser à : PAR LA ROUTE En vennt de Pris comme de province, utoroute A4 sortie Chmps. École Ntionle des Sciences Géogrphiques Une fois sorti de l utoroute, suivre

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR Livret des compétences essentielles de seconde II Fiche N 3- Niveu d cquisition exigé : «je sis en prler» LA CHAINE D INFORMATION :L fonction ACQUERIR L fonction ACQUERIR est chrgée de mettre en forme

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau 2010 Compte-rendu finl n 00 10 32 009 Déprtement Techniques d élevge et Qulité Service Qulité des Vindes Croline EVRAT GEORGE Dnièle RIBAUD collection résultts Elortion et construction du nouveu nuncier

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Toujours un métro d avance

Toujours un métro d avance Propreté à l RATP w C est un des plus gros budgets européens de propreté, sinon le plus gros. 365 jours pr n, 24/24 heures des centines d hommes et de femmes ssurent l propreté du réseu de trnsport prisien.

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Automates à états fnis Damien Nouvel

Automates à états fnis Damien Nouvel Automtes Automtes à étts fnis Automtes à étts fnis Pln Représenttion des utomtes (FSA) Défnition formelle (DFA) Équivlence DFA / NFA / ε-nfa Licence Informtique L1 Automtes 2 / 30 Automtes à étts fnis

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

Le football et ses trajectoires

Le football et ses trajectoires Le footll et ses trjectoires Guillume Dupeux (guillume.dupeux@espci.fr), Croline Cohen, Anne Le Goff, Dvid Quéré et Christophe Clnet (clnet@ldhyx.polytechnique.fr) LdHyX, MR CNRS 7646, École polytechnique,

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Annexe No 2. Croquis. Relatif au chiffre 2: CONSTRUCTIONS. Figure 2.1-2.3 Bâtiments, petites constructions et annexes

Annexe No 2. Croquis. Relatif au chiffre 2: CONSTRUCTIONS. Figure 2.1-2.3 Bâtiments, petites constructions et annexes Annexe No 2 Croquis Reltif u chiffre 2: CONSTRUCTIONS nnexe su rfces utiles secondires uniquement, ux dimensions limi tées longueur de l'nn exe, resp. de l petite construction bâtiment petiteconstruction

Plus en détail

La photonique intégrée sur silicium

La photonique intégrée sur silicium L photonique intégrée sur silicium Lurent FULBERT, Sylvie MENEZO CEA-Leti Frédéric BŒUF, Jen-Frnçois CARPENTIER STMicroelectronics Delphine MARRIS-MORINI, Lurent VIVIEN Université Pris-Sud Gung-Hu DUAN

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

SPONSORING SUPPORTS DE COMMUNICATION LE MARQUE-PAGE GRANDEUR NATURE

SPONSORING SUPPORTS DE COMMUNICATION LE MARQUE-PAGE GRANDEUR NATURE SUPPORTS DE COMMUNICATION SPONSORING Dns s démrche de prtenrit, l ssocition Grndeur Nture dispose d offre de sponsoring. Au-delà de l intérêt personnel que vous pouvez voir pour l culture ou certines ctions

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II

Le manuel d utilisation du jeu Rody & Mastico II Le mnuel d utilistion du jeu Rody & Mstico II Mnuel rélisé pr : Fredo_L Site web : http://www.lnkhor.net E-mil : fred@lnkhor.net Remrque : les erreurs du mnuel d origine ont volontirement étient reproduites

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Interface Velleman VM110 et robot FISCHER TECHNIK pour résoudre la Tour de Hanoï

Interface Velleman VM110 et robot FISCHER TECHNIK pour résoudre la Tour de Hanoï Interfce Vellemn VM110 et root FISCHER TECHNIK pour résoudre l Tour de Hnoï ROBOTIQUE sous LOGO L Tour de Hnoï Sommire 1. PRÉAMBULE... 4 2. OBJECTIFS... 4.21. LE LANGAGE LOGO... 4.22. LA CARTE INTERFACE

Plus en détail

Caractérisation de l épaisseur et du module d élasticité du béton des dalles par des techniques acoustiques

Caractérisation de l épaisseur et du module d élasticité du béton des dalles par des techniques acoustiques 1 ème Congrès Frnçis de Mécnique Bordeux, 6 u 30 oût 013 Crctéristion de l épisseur et du module d élsticité du éton des dlles pr des techniques coustiques N. RENAULT, P. PLIYA, J-L. GALLIAS. Lortoire

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Petit utilitaire de l apprenti marin

Petit utilitaire de l apprenti marin Petit utilitire de l pprenti mrin Voilà des phrses bien étrnges qui peuvent être dites pr: Le cpitine: - u second : un grin rrive, fites reduire l voilure - u cnonnier : chrgez l btterie bâbord à mitrille,

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

Théorie de langages, TD3

Théorie de langages, TD3 Théorie de lngges, TD3 Octoer 6, 25 Automtes finis. Definitions Un utomte fini déterministe (DFA deterministic finite utomton) est une mchine de clcul A qui peut être définie pr les cinq éléments suivnts.

Plus en détail

Applications médicales du laser

Applications médicales du laser L histoire du lser en médecine déute dès 1961, à peine une nnée près l invention du premier lser. Le lser en médecine peut gir selon qutre types d effets : électromécnique, photoltif, thermique et photochimique.

Plus en détail

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE ECOE SUPEIEUE e PASTUGIE TP CEM CEM : ETUDE DES DIFFEENTS MODES DE COUPAGE I ) Introuction DES PETUBATIONS EECTOMAGNETIQUES e but e ce TP consiste à mettre en évience les ifférents moes e couplge es perturbtions

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A Une conception prticulièrement innovnte pour une cnlistion de moyenne puissnce. L enveloppe en luminium plus légère est pte à résister ux environnements

Plus en détail

Réseaux secs Réseaux secs

Réseaux secs Réseaux secs p7 l Nos solutions hmres télécom p76 l Guides de choix - hmres télécom p78 l Stndrds p80 l Morphée p8 l Spécifiques pour réseux divers p8 l ccessoires oîtes pvillonnires p86 l Boîtes 5 x 5 et 0 x 0 p88

Plus en détail

L œil. L œil Chapitre 12 L œil. L œil

L œil. L œil Chapitre 12 L œil. L œil L œil L œil Chpitre 12 L œil L œil L œil Doc. B Comment l œil peut-il voir nettement ussi ien les ojets s que les ojets proches? Doc. A Pourquoi pouvons-nous voir les ojets? Doc. C Comment des lunettes

Plus en détail

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER DCG session 2011 UE8 Systèmes d informtion et de gestion Corrigé indictif DOSSIER 1 : PREPARER ET FORMER LES ENTRAINEURS 1. Expliquer les crdinlités des ssocitions NECESSITER, SE DEROULER Intitulé de l'ssocition

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Dispositifs d'extinction - Extincteurs portatifs et postes incendie

Dispositifs d'extinction - Extincteurs portatifs et postes incendie Recommndtion N 101 ECAP Plce de l Gre 4 Cse postle 2002 Neuchâtel Tél.: 032 889 62 22 Fx: 032 889 62 33 www.ecp-ne.ch ecp@ne.ch Edition du 26.10.2015 Dispositifs d'extinction - Extincteurs porttifs et

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

ARBRES. Etiquettes / Arbre ordinaire : A = (N,P) - N ensemble des nœuds - P relation binaire «parent de» - r N la racine

ARBRES. Etiquettes / Arbre ordinaire : A = (N,P) - N ensemble des nœuds - P relation binaire «parent de» - r N la racine ARBRES Arbre ordinire : A = (N,P) - N ensemble des nœuds - P reltion binire «prent de» - r N l rcine x N un seul chemin de r vers x r = y o P y P y... P y n = x 0 r n ps de prent x N - { r } x exctement

Plus en détail

Explications relatives à l inventaire de points ISOS

Explications relatives à l inventaire de points ISOS Déprtement fédérl de l'intérieur DFI Office fédérl de l culture OFC Explictions reltives à l inventire de points ISOS L Inventire fédérl des sites construits d importnce ntionle à protéger en Suisse ISOS

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Apprentissage Par Projet de la Programmation avec Python Corrigé du TP5

Apprentissage Par Projet de la Programmation avec Python Corrigé du TP5 IGI-8 ESIEE Pris 5-6 Apprentissge Pr Projet de l Progrmmtion vec Python Corrigé du TP5 Jen-Clude GEORGES Listes, tuple et fichiers Les listes et les tuples sont des collections de données dont les données

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292 Fiche technique 96.015 EY-BU 292 : interfce, Votre tout en mtière d'efficcité énergétique SAUTER EY-modulo 2 intégré dns l technologie IP connue Crctéristiques Produit de l fmille de systèmes SAUTER EY-modulo

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes Directive reltive à l mise en oeuvre de grues et de mchines de chntier à proximité de lignes électriques ériennes 1 Chmp d ppliction Chmp d ppliction L présente directive s pplique ux trvux exécutés u

Plus en détail

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques D onnées topographiques L identifier, voire quantifier les processus d incision ou d exhaussement. Malheureusement, les données topographiques anciennes sont moins fréquentes, moins homogènes à l échelle

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

PIED À COULISSE À VERNIER Avec double graduation métrique/impériale. Réf. N o. 531-128 VENTE 63. 00 $ Prix courant 105.00 $ Plage: 0-6 /0-150mm

PIED À COULISSE À VERNIER Avec double graduation métrique/impériale. Réf. N o. 531-128 VENTE 63. 00 $ Prix courant 105.00 $ Plage: 0-6 /0-150mm PRINTEMPS 2013 ÉDITION ANNIVERSAIRE : Jetez un coup d œil à nos FANTASTIQUES TROUVAILLES et profitez, pour une durée limitée, d économies dditionnelles sur certins rticles spécilement sélectionnés. Distribué

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

+... INDUSTRIAL UFTING n.v.

+... INDUSTRIAL UFTING n.v. Pour déplcements vriles +... INDUSTRIAL UFTING n.v. OUDSTRIJDERSSTRAAT 3... 600 ST-PIETERS-LEEUW V 02-378.06.50 /4l/FAX: 02-377.58:9 www.lls.e Rouleur Express - les Roustes - Coffret complet Domines d'pplictions:

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

PicoScope 6. Logiciel oscilloscope PC. Manuel d'utilisation. psw.fr r41 Copyright 2007-2015 Pico Technology Ltd. Tous droits réservés.

PicoScope 6. Logiciel oscilloscope PC. Manuel d'utilisation. psw.fr r41 Copyright 2007-2015 Pico Technology Ltd. Tous droits réservés. PicoScope 6 Logiciel oscilloscope PC Mnuel d'utilistion Mnuel d'utilistion du PicoScope 6 I Tble des mtières 1 Bienvenue... 1 2 Aperçu de PicoScope 6... 2 3 Introduction... 4 1 Mentions légles... 4 2

Plus en détail

Réf Désignation des ouvrages U Q PU HT PTHT

Réf Désignation des ouvrages U Q PU HT PTHT DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIMATIF Réf Désigntion des ouvrges U Q PU HT PTHT 1010 Instlltion, signlistion de chntier, repliement et nettoyge ens 1 1012 Implnttion du chntier Etblissement d'un constt d'huissier

Plus en détail