Les déterminants des prêts non performants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les déterminants des prêts non performants"

Transcription

1 Les déterminants des prêts non performants Ahlem Selma Messai 1 Fathi Jouini 2 Résumé Dans cette étude, l on a essayé de détecter les déterminants de crédits à problèmes (non performing loans) pour un échantillon composé de 85 banques de trois pays (Italie, la Grèce et l'espagne) pour une période allant de 2004 à Ces pays ont rencontré des problèmes aprés la crise financière de Les variables utilisées sont macroéconomiques et spécifiques à la banque. Les variables macro-économiques intégrées sont le taux de croissance du PIB, le taux de chômage et le taux d'intérêt réel. Quant aux variables spécifiques, on a opté pour la rentabilité des actifs, la variation des crédits accordés et la réserve pour pertes sur prêts. L'application de la méthode de données de panel a permis de conclure que les crédits à «problèmes» varient négativement avec le taux de croissance du PIB, la rentabilité des actifs des banques et positivement avec le taux de chômage, la réserve pour perte sur prêts et avec le taux d'intérêt réel. Mots clés : Les prêts non performants, les déterminants macroéconomiques, les déterminants spécifiques à la banque. Abstract: In this study we tried to detect the determinants of loan s problems for a sample of 85 banks in three countries (Italy, Greece and Spain) for the period between 2004 and These countries have faced financial problems after the subprime crisis on The variables used are macroeconomic variables and specific variables to the bank. The macroeconomic variables are included the rate of growth of GDP, the unemployment rate and real interest rate with respect to specific variables we opted for the return on assets, the change in loans and the loan loss reserves to total loans ratio(llr/tl). After the application of the method of panel data, we find that the problem loans vary negatively with the growth rate of GDP, the profitability of banks' assets and positively with the unemployment rate, the loan loss reserves to total loans (LLR/TL) and the real interest rate. Keywords: Non-performing loans, Macroeconomic determinants, Bank specific determinants. 1 Doctorante à l Ecole Supérieure de Commerce de Tunis, Tunisie. 2 Assistant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Sousse, Tunisie. 1

2 I. Introduction La détérioration de la qualité du portefeuille de crédits des banques a été la principale cause de difficultés au niveau des systèmes bancaires et des crises économiques et financières dans les économies développées. La crise financière mondiale 2008 ne fait pas l exception. En effet, la multiplication des défaillances sur prêts hypothécaires aux Etats-Unis, soulignent les liens entre les chocs macroéconomiques et financiers ainsi que la relation entre les frictions du marché du crédit et le risque d'instabilité financière. Le thème «prêts non performants» (Non Performing Loans, NPL) a attiré de plus en plus l attention ces dernières décennies. Plusieurs recherches traitent des faillites bancaires et constatent que la qualité des actifs est un indicateur avancé statistiquement significatif de l'insolvabilité (Dermirgue-Kunt 1989, Barr et Siems 1994), et que les institutions bancaires ont toujours un niveau élevé de prêts non productifs avant la faillite. De ce fait, la grande quantité de créances douteuses dans un système bancaire se traduit généralement par une faillite bancaire. Les NPL alors sont parmi les causes principales des problèmes de stagnation économique. Chaque prêt improductif dans le secteur financier augmente la possibilité de l émergence d une entreprise en difficulté et non rentable. En l occurrence, «l'irradiation» des NPL est une condition sine qua non pour améliorer la conjoncture économique. Si les prêts à problèmes sont existants et conservés en permanence, ils auront un impact sur les ressources qui seront enfermées dans des secteurs non rentables. Ainsi, ils sont susceptibles d entraver la croissance économique et de réduire l'efficacité économique (Hu, 2006). Les chocs du système financier peuvent émaner des facteurs propres à l'entreprise (les chocs idiosyncrasiques) ou encore des déséquilibres macroéconomiques (chocs systémiques). En général, les recherches adoptées sur les grandes économies ont confirmé que les conditions macroéconomiques affectent le risque de crédit. Au début, ce travail de recherche se propose de connaitre les facteurs explicatifs de la qualité des crédits accordés par la banque, plus précisément les créances douteuses pour pouvoir les superviser. Ces facteurs peuvent être des variables macro-économiques ou spécifiques à la banque. Le reste de cet article est agencé comme suit : la deuxième section traite de la littérature existante portant sur les déterminants des NPL à savoir les variables macroéconomiques et spécifiques à la banque et l effet sur la qualité des prêts. La troisième section décrit les données utilisées ainsi que la méthodologie. La quatrième section interprète et analyse les résultats empiriques. Enfin, la conclusion fera l objet de la cinquième section. II. Revue de littérature : Au cours des dernières années, la littérature qui examine les prêts non performants (NPL) a attiré l attention de plusieurs chercheurs surtout l'intérêt accordé à la compréhension des facteurs responsables de la vulnérabilité financière. Cette situation peut être attribuée au fait que les actifs dépréciés jouent un rôle crucial dans la vulnérabilité financière comme en témoigne la forte association entre les NPL et les crises bancaires /financières. En effet, Sorge, 2004 plaide l utilisation de telles variables(les prêts non performants et les provisions 2

3 pour pertes sur prêts) dans le cadre des stress tests afin d évaluer la vulnérabilité du système financier. Nkusu (2011) classe les travaux en trois volets : Le premier volet de la littérature a mis l'accent sur l'explication des NPL dans les établissements de crédit dans les pays mettant en évidence le rôle de la performance macroéconomique, la qualité de gestion et les choix politiques(dash et Kabra, 2010 ; Espinoza et Prasad, 2010 ; Louzis et al., 2010). Le deuxième volet de la littérature analyse le lien entre les NPL et les conditions macro-financière en mettant en évidence l'impact positif des NPL sur la probabilité de crise et par la suite le rôle clé joué par ces NPL dans la prévision des crises bancaires, (Caprio et Klingebiel, 1996; Kaminsky et Reinhart, 1999 ). La troisième branche de la littérature se concentre sur l explication ou la prévision des NPL au niveau macro-économique. Ces agrégats peuvent se rapporter soit aux encours total des prêts dans une économie ou à certains types de prêts (Rinaldi et Sanchis Arellano, 2006; Jappelli, Pagano, et Marco, 2008; Nkusu, 2011). De ce fait, les facteurs peuvent être relatifs à l environnement macroéconomique ou à celui spécifique à la banque. A. Les facteurs macroéconomiques : La relation entre l'environnement macro-économique et la qualité des prêts a été étudiée dans la littérature reliant la phase du cycle d affaires avec la stabilité bancaire. La phase d'expansion de l'économie est caractérisée par un nombre relativement faible des créances douteuses, puisque les consommateurs et les entreprises détiennent suffisamment de revenus et de recettes permettant de couvrir leurs dettes dans les échéances préétablies. Si la phase d euphorie ressentie se poursuit, le crédit est alors accordé sans prendre en considération la qualité des créances. Toutefois, quand la période de récession s'installe, il y aura une augmentation de créances douteuses. En général, les modèles théoriques du cycle d affaires avec un rôle explicite financière offrent une bonne base pour la modélisation des NPL car ils soulignent le caractère cyclique du compteur de risque de crédit et les défaillances d'entreprises (Williamson, 1987). La littérature académique fournit des preuves qui suggèrent une forte association entre les NPL et plusieurs facteurs macroéconomiques. Ces derniers que la littérature propose comme étant des déterminants importants sont: la croissance annuelle du PIB, la croissance du crédit, le taux d'intérêt réel, le taux annuel d'inflation, le taux de change réel, le taux de chômage annuel, la masse monétaire (M2) et le PIB par capitaux, etc. L'environnement macroéconomique influence le bilan des emprunteurs et leur capacité d emprunt. Une économie en croissance est favorable à une hausse des revenus et à une diminution de la détresse financière. En conséquence, la croissance réelle du PIB et l'emploi sont associés négativement aux NPL. Inversement, le chômage est lié positivement aux NPL. 3

4 La dynamique de ces deux variables est étroitement liée aux ménages et aux entreprises et à la capacité de répondre à leurs obligations financières. Une augmentation du PIB reflète généralement des plus grands flux de revenus pour les ménages et une augmentation de la rentabilité des entreprises. Une augmentation du taux de chômage limite le pouvoir d'achat actuel et futur des ménages et elle est généralement liée à une diminution de la production de biens et services. Le chômage affecte négativement les flux de trésorerie des ménages et augmente le fardeau de la dette. En ce qui concerne les entreprises, l augmentation du chômage pourrait provoquer une diminution de la production suite à la baisse de la demande effective. Cela peut conduire à une baisse des revenus et à un état de dettes fragiles. Dans le même ordre d idées, le taux d'intérêt affecte le montant des créances douteuses dans le cas des prêts à taux variable. Cela implique que l'effet du taux d'intérêt devrait être positif, et en conséquence, il y aura une augmentation de la dette provoquée par la hausse des paiements de taux d'intérêt qui entraînera par conséquent une croissance plus élevée de prêts non performants (Bofondi et Ropele, 2011). Lawrence (1995) examine un tel modèle et introduit explicitement la probabilité de défaut. Le modèle implique que les emprunteurs à faible revenu ont plus de taux de défaut. Ceci s'explique par leur risque accru du chômage, ce qui les rend incapables de faire face à leurs engagements. Aussi faut-il souligner le fait qu en équilibre, les banques facturent des taux d'intérêt plus élevés aux clients les plus risqués. Plusieurs études empiriques ont trouvé une relation négative entre la croissance du PIB réel et NPL (Salas et Suarina, 2002; Rajan & Dhal, 2003; Fofack, 2005, et Jimenez et Saurina, 2005). L'explication fournie par la littérature de cette relation est que la forte croissance positive du PIB réel se traduit habituellement par un revenu plus élevé qui améliore la capacité de remboursement de l'emprunteur. Ce dernier contribue ainsi à réduire les prêts non performants. Inversement, quand il ya un ralentissement de l'économie (croissance ralentie du PIB ou négative) le niveau de créances douteuses devrait augmenter. Salas et Saurina (2002) estiment un important effet négatif de la croissance du PIB sur le ratio de NPL. Fofack (2005) affirme que la croissance économique, le taux d'intérêt réel sont des déterminants importants de créances douteuses dans les pays africains sub-sahariens. L'auteur attribue la forte association entre les facteurs macro-économiques et les créances douteuses à la nature peu diversifiée de certaines économies africaines et leur forte exposition aux chocs extérieurs. Bercoff, Giovanni et Grimard, 2002 ont analysé le système bancaire de l'argentine et ont constaté que, la croissance du crédit affecte les NPL. Quant au taux d intérêts, ils ont été également jugés importants dans plusieurs études. L'impact des taux d'intérêt réels (RIR) sur les prêts non performants sont largement traités dans la littérature. En fait, plusieurs études rapportent que le fort taux d'intérêt réel est positivement lié à cette variable (Jimenez et Saurina, 2005 et Fofack, 2005). Par exemple, Fuentes et Maquieira (2003) ont constaté, en observant les banques chiliennes, que les taux d'intérêt ont eu un effet plus important sur les créances douteuses. Jimenez et Saurina (2005) examinent le secteur bancaire espagnol de 1984 à 2003, ils fournissent la preuve que les NPL sont déterminés par la croissance du PIB, le taux d'intérêt réel et les conditions de crédit clémentes. En se basant sur leur modèle, Khemraj et Pacha, 2009 tentent de chercher les déterminants de NPL dans le secteur bancaire guyanais. Ils ont trouvé que le taux de change effectif réel a un impact positif significatif sur les créances douteuses. Ceci indique que chaque fois qu'il ya une appréciation de la monnaie locale les portefeuilles des NPL des banques commerciales sont susceptibles 4

5 d'être élevés. Leurs résultats empiriques montrent que la croissance du PIB est inversement liée à des NPL, ce qui suggère que l'amélioration du PIB se traduit dans l'économie réelle par une baisse des NPL. Ils ont aussi constaté que les banques qui font payer des taux d'intérêt relativement élevés et prêtent trop sont susceptibles d'encourir des niveaux élevés de prêts non performants. Parmi les auteurs qui ont confirmé que les évolutions macroéconomiques défavorables sont associées à la hausse des NPL, l on peut citer l exemple de la recherche effectuée par Nkusu, (2011). Ce dernier a étudié la rétroaction entre les NPL et leurs déterminants macroéconomiques dans un modèle à vecteur autorégressif en panel (PVAR). Selon cet auteur, les NPL ont un rôle central dans les relations entre les frictions du marché de crédit et la vulnérabilité macrofinancière. Adebola et al.(2011), explorent les facteurs qui expliquent les NPL des banques islamiques en Malaisie pour la période s étalant de 2007à L'étude emploie l ARDL (Auto-Regressive Distributed Lag) pour examiner les effets de certaines variables macro-économiques qui comprennent l'indice de production industrielle, le taux d'intérêt et l'indice de prix à la production. Les résultats indiquent deux relations à long terme entre les variables et notent que le taux d'intérêt a un impact positif significatif à long terme sur les créances douteuses. L indice de production industrielle s'avère un signe positif mais non significatif. Le Prix à la production semble avoir un impact négatif et significatif sur les créances douteuses. Les résultats de cette étude sont similaires aux résultats des études précédentes, y compris celle de Bofondi et Ropele (2011). Ces derniers, ont opté pour un travail sur les banques conventionnelles en Italie. Ils ont analysé la relation entre la qualité des prêts et la nature des emprunteurs. Conformément à leur analyse, les variables macroéconomiques peuvent affecter deux catégories d'emprunteurs différemment, à savoir les particuliers et les entreprises. Bofondi et Ropele (2011) examinent les déterminants macroéconomiques de la qualité des prêts des banques en Italie sur la période 1990T1-2010T2, telle que mesurée par le ratio des nouvelles créances douteuses à l'encours des prêts dans la période précédente. Selon ces auteurs, la qualité des prêts aux ménages et aux entreprises peut être expliquée par un petit nombre de variables macro-économiques concernant principalement l'état général de l'économie, le coût d'emprunt et le fardeau de la dette. Toujours est-il que les changements dans les conditions macro-économiques affectent généralement la qualité des prêts. Louzis et al., (2010) utilisent la méthode de données de panel dynamique pour examiner les déterminants de NPL dans le secteur bancaire grec, séparément pour chaque type de prêt (des consommateurs, des entreprises et des hypothécaires). Un ensemble d'indicateurs macro-économiques fondamentaux, plus précisément, le taux de croissance réel du PIB, le taux de chômage et le taux d'intérêt réel (correspondant à chaque type de prêt) sont étudiés. Ils utilisent un ensemble des données concernant neuf banques grecques de taille importante pour la période 2003 à Les résultats montrent que les prêts non performants dans le système bancaire grec peuvent être expliqués principalement par les fondamentaux macroéconomiques (Le PIB, le taux de chômage, le taux d'intérêt) et la qualité de gestion. Les NPL sur les prêts hypothécaires étant les moins sensibles aux conditions macro-économiques. Ce résultat est conforme à celui trouvé par Espinosa et Prasad (2010). En effet, pour un échantillon de 80 banques dans la région du CCG 1 sur , ils ont trouvé que le ratio NPL s'aggrave à mesure que la croissance économique devient plus faible, 1 CCG : Conseil de coopération du Golf. 5

6 le taux d intérêt et l'aversion au risque augmentent. Leur modèle implique que l'effet cumulatif des chocs macro-économiques sur un horizon de trois ans est en effet important. Dash, Kabra (2010), analysent la sensibilité des NPL aux facteurs macroéconomiques et spécifiques aux banques en Inde. En particulier, ils utilisent l'analyse de régression et d'un ensemble de données panel couvrant dix ans ( à ). Ils trouvent une relation positive significative entre les NPL et le taux de change effectif réel. Cela signifie que la détérioration de la compétitivité internationale de l'économie locale (qui se traduit par une appréciation du taux de change effectif réel) peut entraîner des niveaux élevés de prêts non performants. B. Les facteurs spécifiques aux Banques Outre les variables macroéconomiques, il existe plusieurs travaux empiriques qui suggèrent que les facteurs spécifiques à la banque (tels que, la taille de l'institution, les marges de profit, l'efficacité, la rentabilité, les conditions de crédit (la maturité et l'intérêt), le profil de risque, et le pouvoir de marché, sont des déterminants importants des NPL, car ils peuvent provoquer des prêts risqués. Les indicateurs macroéconomiques sont inclus principalement comme variables de contrôle et sont donc traités comme exogènes (Berger et DeYoung, 1997; Bikker et Hu, 2002 ; Pain, 2003 ; Jimenez et Saurina, 2005 ; Quagliariello, 2007). Sinkey et Greenwalt, (1991) ont traité les pertes sur prêts des grandes banques commerciales aux États-Unis de 1984 à Ils ont affirmé que les facteurs internes et externes expliquent le taux de pertes sur prêts de ces banques. Ces auteurs constatent une relation positive significative entre le taux de pertes sur prêts et des facteurs internes tels que les taux d'intérêt élevés, les prêts excessifs, et les fonds volatils. Salas et Saurina (2002) se sont intéressés au cas espagnol et ce en travaillant sur une période s étalant de 1985 à1997 que, en plus de la croissance du PIB réel et la croissance du crédit, la taille des banques, le ratio de capital et du pouvoir de marché expliquent les variations des créances douteuses. En s intéressant au cas indien, Rajan et Dhal (2003) ont signalé que les conditions macro-économiques favorables (mesuré par la croissance du PIB) et des facteurs financiers tels que la maturité, le coût et les conditions des crédits, la taille des banques ont un impact significatif sur les créances classées des banques commerciales en Inde. Plus récemment, Hu et al (2006) ont analysé la relation entre les créances classées et la structure de propriété des banques commerciales à Taiwan avec un ensemble de données panel couvrant la période Les auteurs ont montré que la taille des banques est liée négativement aux NPL tandis que la diversification ne peut pas être un facteur déterminant. Ils ont aussi constaté que les banques dont une bonne partie de leur capital est détenue par l Etat ont enregistré une baisse des prêts non productifs. Dans ce travail, on a intégré trois variables portant sur la performance des actifs, les provisions constituées et le montant de crédits accordés. La profitabilité de la banque peut expliquer le comportement à risque des gestionnaires. Les banques ayant une rentabilité élevée sont moins poussées à la création de revenus et donc moins contraintes de s'engager dans des offres de crédit risqué. Au contraire, les banques inefficaces se trouvent obligées à octroyer des crédits jugés risqués et par la suite connaître des niveaux élevés de prêts douteux. 6

7 La mauvaise gestion alors, peut impliquer la faiblesse du suivi à la fois pour les coûts de fonctionnement et la qualité des crédits accordés, ce qui va induire des niveaux élevés de pertes en capital. L inefficacité managériale peut aussi affecter positivement les créances classées. En analysant le contexte du secteur bancaire tchèque pour la période , Podpiera et Weill (2008) ont conclu qu'il existe des preuves solides en faveur de l'inefficacité qui est positivement associée à des augmentations futures de prêts non performants. Les auteurs plaident que les autorités réglementaires doivent se concentrer sur la performance managériale afin d'améliorer la stabilité du système financier. Le même résultat a été constaté par Louzis et al.(2010) pour le cas des banques grecques. En vertu de l hypothèse de mauvaise gestion avancée par Berger et DeYoung (1997), les gestionnaires n'ont pas les compétences pour évaluer et contrôler les risques encourus lorsque les prêts sont accordés aux nouveaux clients. Les auteurs en ce cas ont étudié l'existence du lien de causalité entre la qualité des prêts, de la rentabilité et le capital des banques en utilisant un échantillon de banques commerciales américaines pour la période Certains auteurs ont utilisé le ROA comme un indicateur de performance, Godlewski (2004) montre que les répercussions de la profitabilité des banques sont négatives sur le niveau de ratio de prêts improductifs. Cependant, en utilisant un panel appliqué sur 129 banques en Espagne pendant la période , Garciya-Marco et Robles-Fernandez (2007) indiquent que des niveaux élevés de ROE seront suivis par un plus grand risque dans la prochaine période. Ils soutiennent que la politique de maximisation du profit est accompagnée par des niveaux élevés de risque. La réserve pour pertes sur prêts est calculée en divisant le montant de la provision pour pertes sur prêt par l encours total des prêts. L établissement de cette provision s effectue à partir de l expérience historique de l institution en la matière. Ainsi, si une institution connaît historiquement une performance de x% au chapitre des pertes sur prêts, elle devra prévoir une réserve pour créances douteuses dont le pourcentage avoisinera les x%. De la même façon, si une institution connaît des perturbations sur ses performances de recouvrement, elle devrait ajuster la réserve pour perte sur prêts. 1 Les banques qui anticipent des niveaux élevés de pertes en capital pourraient créer des provisions plus élevées pour diminuer la volatilité des résultats et pour renforcer la solvabilité des banques à moyen terme. Les gestionnaires peuvent aussi utiliser les provisions pour pertes afin de signaler la solidité financière de leurs banques comme la volonté d'une banque à la provision pour pertes sur prêts est considérée comme une forte croyance en la performance future de la banque (Ahmad et al. 1999). La réserve pour pertes sur prêts (Le taux global de provisionnement) reflète l'attitude générale du système bancaire vers un contrôle des risques. Pour Hasan et Wall(2004), en utilisant un échantillon des banques appartenant à 24 nations pour la période allant de 1993 à 2000, ils ont trouvé que les niveaux plus élevés de prêts non performants sont associés à des niveaux élevés de réserve pour pertes sur prêts. Boudriga et al.(2009) examinent les déterminants des prêts non performants et l'impact de l'environnement de supervision et ce pour un échantillon de 59 pays sur la période Les auteurs ont trouvé que l'augmentation des provisions semble diminuer le niveau des prêts douteux. Ils ont aussi trouvé une association entre les créances improductives et les variables bancaires spécifiques telle que le ROA (le ratio fonds propres total actifs pondéré par le risque). 1 Claude Royer ( 2010 ), «Calcul, analyse et Gestion du portefeuille à risque», Développement International Des Jardins, p34. 7

8 La dernière variable spécifique à la banque intégrée dans notre modèle affectant les crédits non performants est la croissance de crédit mesurée par la variation en pourcentage du portefeuille de crédits de chaque banque. La littérature montre que la croissance rapide du crédit est souvent associée à des créances douteuses. En effet, les Prêts excessifs par les banques commerciales sont souvent identifiés comme un déterminant important de créances douteuses (Keeton et Morris, 1987; Sinkey et Greenwalt, 1991; Keeton, 1999; Salas et Saurina, 2002, et Jimenez et Saurina, 2005). Jimenez et Saurina, (2005) ont attribué l augmentation des crédits au comportement moutonnier et aux problèmes d'agence qui pourraient inciter les dirigeants des banques à prêter excessivement pendant les périodes de crise. Plusieurs travaux ont confirmé la présence de cette relation positive tels que les travaux de Jimenez et Saurina, 2005 ; Khemraj et Pacha, 2009 et Dash et Kabra, III. La présentation de l échantillon, du modèle et l analyse des résultats : A. L échantillon : L échantillon est composé de 85 banques dans trois pays (L Italie, la Grèce et l'espagne) pour une période de cinq ans (de 2004 à 2008). Le choix des trois pays n est pas aléatoire puisqu il présente un échantillon représentatif des pays qui ont eu des problèmes après la crise de 2008 et l aggravation des finances publiques. On a opté alors pour une sélection des banques de grande taille et ayant un montant important de créances classées. Le choix de ces trois pays est alors motivé par le fait que le nombre de défauts bancaires dans ces pays est très important ces dernières années. Ils ont été frappés de plein fouet par la crise des subprimes et puis par la crise de surendettement. En effet, l Etat Grec a anéanti tout le système financier et monétaire européen. B. L application du modèle Panel : Afin de concrétiser empiriquement cette étude, on a utilisé des variables aussi bien macroéconomiques et financières. Les données macro-économiques sont collectées à partir de World Development Indicators & Global Development Finance. Concernant les données spécifiques aux banques, on a utilisé la base de données bankscope. PNP / TP: Représente le ratio des créances douteuses au total des prêts pour la banque i à l'année t. Représente la croissance annuelle du PIB réel au temps t-1. CH i,t : Représente le taux de chômage. : Désigne le taux d'intérêt réels (mesurés comme la différence entre le taux de prêt moyen pondéré et le taux d'inflation annuel) au temps t. ΔPrêts i, t : Représente la croissance des prêts pour la banque i pour l'année t, RPP/TP : La réserve pour pertes sur prêts. 8

9 . Table 1- La définition des variables Variables Définition Signe attendu Le ratio des prêts non performants au total des prêts pour la banque i à l'année t. ê La croissance annuelle du PIB(GDP) réel au temps t est calculée comme suit: (-) CH Taux de chômage (+) TIR Taux d'intérêt réel mesuré par la différence entre le taux de prêt moyen pondéré (TPMP) et le rapport annuel taux d'inflation : (+) ROA Le bénéfice net / actif total (-) RPP/TP La réserve pour pertes sur prêts est calculée en divisant le montant de la provision pour pertes sur prêt par l encours total des prêts. Le ratio des réserves de pertes sur prêts au (+) total des prêts (+) B. La Présentation et l analyse des résultats : L application des modèles de régressions multiples exige l absence de multicolinéarité entre les variables indépendantes (exogènes). Ce problème conduit à de mauvaises estimations des coefficients α i. Un problème de multicolinéarité bivariée se pose lorsque deux variables indépendantes sont fortement corrélées. Le tableau 2 présente les coefficients de corrélations de Pearson des différentes variables exogènes figurant dans notre modèle. Les coefficients de corrélations, entre les différentes variables explicatives, sont faibles sauf pour la relation entre le taux de croissance de PIB et le taux de chômage (0,51). Le test de muticolinéarité multivariée peut accepter l introduction de ces deux variables ensemble si seulement si les seuils fixés par l indicateur de tolérance et des valeurs Vif et l indice de conditionnement sont respectés. Table 2- la matrice de corrélation de Pearson CH TIR ROA RPP/TP CH TIR ROA RPP/TP

10 La multicolinéarité multivariée, quant à elle, se pose lorsque plusieurs variables indépendantes/exogènes sont corrélées. Les résultats des tests qu on a effectués montrent l absence d un problème de multicolinéarité multivariée. En effet, on n a identifié aucun indicateur de tolérance d une variable inférieur à la limite de 0,25. En outre, toutes les valeurs du VIF identifiées sont inférieures à la limite tracée par Fox (1991) à savoir 4. Les dernières valeurs propres ne sont pas très proches de 0 et les indices de conditionnement sont tous inférieurs à 30. Ces constatations confirment l absence d un problème de multicolinéarité multivariée Le test d Hausman (1978) permet de déterminer si les coefficients des deux estimations (fixe et aléatoire) sont statistiquement différents. L idée de ce test est que sous l hypothèse nulle d indépendance entre les erreurs et les variables explicatives, les deux estimateurs sont non biaisés et les coefficients estimés sont identiques. Le résultat de ce test est une loi Kh-2 avec K-1 degré de liberté. Si on ne peut rejeter l hypothèse nulle, c'est-à-dire si la valeur de la statistique χ2 est inférieure à la valeur théorique, on utilisera les effets aléatoires. Les résultats du test de Hausman indiquent que l effet fixe est préféré à l effet aléatoire. Table 3 :L estimation par régression des déterminants des prêts non performants PNP Coefficients t-student * CH *** 3.39 TIR ** 2.60 ROAt ** RPP/TP *** 4, Cst ** R F 2.99 (*** ), (** ) et (*) Coefficients significatifs respectivement à un seuil de 1%, 5% et 10% Assez conforme à la théorie, les résultats que l on a trouvé confirment une relation négative significative entre le taux de croissance du PIB., ( et les prêts non performants (Salas et Suarina, 2002; Jajan et Dhal, 2003; Fofack, 2005, Jimenez et Saurina, 2005 ; Khemraj, et Pacha, 2009, Dash et Kabra, 2010 ; Espinoza et Prasad, 2010). L'amélioration de l'économie réelle est susceptible de voir une réduction des portefeuilles de prêts non performants des banques commerciales. Concernant le taux de chômage, on a trouvé une relation positive et significative à un niveau de 1% avec le ratio crédit non performants. En effet, les clients chômeurs ne peuvent pas faire face à leurs engagements et rembourser les crédits ce qui permet d augmenter le niveau des prêts non performants. Dans ce travail, les résultats sont similaires à ceux obtenus par Louzis, et al. (2010) pour le cas des banques grecques et Bofondi et Ropele (2011) concernant les banques italiennes. Parallèlement aux études antérieures, on trouve cependant une importante association positive entre la variable taux d'intérêt réel (RIR) et les prêts non performants NLP (Sinkey et Greenwalt, 1991; Fofack, 2005; Jimenez et Saurina, 2005; Khemraj et Pacha, 2009; Dash et Kabra, 2010). Cela indique que quand une banque commerciale augmente ses taux d'intérêt réels cela peut se traduire immédiatement par une augmentation des prêts non performants surtout pour les crédits à taux variables. Cette relation s explique aussi par la 10

11 diminution de la capacité des emprunteurs à faire face à leurs engagements. L on a aussi trouvé une relation négative et significative à un niveau de 5% entre la rentabilité des actifs et le montant des créances classées. Concernant la relation entre la variable réserve pour pertes sur prêts et les prêts non performants, elle est positive et significative à un niveau de 1%. Les banques qui anticipent des niveaux élevés de pertes en capital pourraient créer des provisions plus élevées pour diminuer la volatilité des résultats et de renforcer la solvabilité des banques à moyen terme. Ce résultat est similaire à celui de Hasan et Wall (2004), et ce contrairement aux résultats trouvés par Boudriga et al(2009). Enfin, les résultats montrent que la variation des crédits accordés par les banques n affecte pas le niveau des crédits non performants et ce contrairement aux résultats trouvés par Khemraj, T., et Pacha, S. (2009) Dash et Kabra (2010). CONCLUSION : Au niveau de ce travail, on a essayé de détecter les facteurs qui peuvent affecter et influencer les créances douteuses au niveau des établissements de crédits pour un échantillon de banques européennes. Les résultats démontrent que la croissance du PIB et la rentabilité des actifs des établissements de crédits ont un impact négatif sur les crédits non performants par contre le taux de chômage et le taux d intérêt réel l affectent positivement. On a trouvé que les provisions des banques augmentent avec les prêts non performants. Les résultats trouvés affirment que les banques commerciales devraient prêter attention à plusieurs facteurs lorsqu'elles consentent des prêts dans le but de limiter le niveau des prêts douteux. Plus précisément, les banques commerciales doivent considérer la compétitivité internationale de l'économie nationale, car cela pourrait nuire à la capacité des emprunteurs des secteurs clés d'exportation orientée à rembourser leurs prêts qui à leur tour entraîne une hausse des prêts non performants. Ces établissements de crédit doivent également prendre en compte la performance de l'économie réelle lors de l'extension des prêts étant donné que les prêts improductifs sont susceptibles d'être plus élevé pendant les périodes de ralentissement économique. La Banque devrait également élargir son cadre de surveillance macro-économique afin d'inclure les indicateurs prudentiels tels que le PIB pour évaluer la stabilité et la solidité du système bancaire. Comme perspective de recherche, il est possible d utiliser d autres variables macroéconomiques tels que le taux de change réel, le taux d inflation et d autres types de variables spécifiques à la banque (la taille des établissements ou la liquidité). Il est possible d étendre le travail en décomposant les prêts non performants par types de crédits. On peut utiliser d autres méthodes économétrique tel que le panel dynamique en intégrant les crédits non performants retardés parmi les variables explicatives et d intégrer aussi les retards des autres variables explicatives. On peut aussi utiliser la méthode de cointégration. Il est aussi utile d étendre et enrichir le travail en prenant les NPL comme un indicateur des banques en détresse. 11

12 Bibliographie: Adebola S.S, Sulaiman.W, Yusoff.W, Dahalan.J, (2011), An ARDL Approach to the determinants of nonperforming loans in Islamic banking system in Malaysia, Arabian Journal of Business and Management Review Vol. 1, No.2. Ahmad, A.S., Takeda, C. and Thomas S.,(1999) Bank loan loss provisions: A reexamination of capital management, earnings management and signaling effects. Journal of Accounting and Economics, Vol. 28, no.1, pp Andreeva, Olga (2004). Aggregate bankruptcy probabilities and their role in explaining banks loan losses, Working Paper 2004/2, Norges Bank, February. Barr, R., Siems, T., (1994), Predicting Bank Failure using DEA to quantify management quality federal Reserve Bank of Dallas, Financial industry Studies Working papers N Bercoff, Jose J., Julian di, Giovanni and Franque Grimard (2002), Argentinean Banks, Credit Growth and the Tequila Crisis: A Duration Analysis (Unpublished). Berger A. N. and R. DeYoung (1997), Problem loans and cost efficiency in commercial banks. Journal of Banking and Finance, vol. 21, pp Bikker J. A. and H. Hu (2002), Cyclical patterns in profits, provisioning and lending of banks and procyclicality of the new Basel capital requirements. BNL Quarterly Review, vol. 55, pp Bofondi, M. and Ropele, T. (2011), Macroeconomic determinants of bad loans: evidence from Italian banks, Occasional Papers, 89. Boudriga, Abdelkader; Boulila, Neila and Jellouli, Sana,(2009), Does bank supervision impact nonperforming loans : cross-country determinants using agregate data?, MPRA Paper No , Caprio G., and D. Klingebiel, (1996), Bank Insolvencies: Cross Country Experience, World Bank Policy and Research Working Paper 1574 (Washington). Dash, M., and Kabra, G. (2010), The determinants of non-performing assets in Indian commercial bank: An econometric study,middle Eastern Finance and Economics, 7, pp Demirgüç-Kunt, A. and E. Detragiache, (1998), Financial Liberalization and Financial Fragility, IMF Working Paper 98/83, (Washington: International Monetary Fund). Espinoza, R., and A. Prasad, (2010), Nonperforming Loans in the GCC Banking Systems and their Macroeconomic Effects, IMF Working Paper 10/224 (Washington: International Monetary Fund). Fernandez de Lis, Santiago, Martinez, Jorge and Jesus Saurina (2000), Credit Growth, Problem Loans and Credit Risk Provisioning in Spain. Working Paper No. 0018, Banco de Espana, October. 12

13 Fofack, Hippolyte (2005), Non-performing loans in sub-saharan Africa: Causal Analysis and Macroeconomic Implications. World Bank Policy Research Working Paper No. 3769, November. Fuentes, R and Carlos Maquieira (2003), Institutional arrangements, credit market development and loan repayment in Chile, School of Business and Economics, Universidad de Chile Kaminsky, G., and C. Reinhart, 1999, The Twin Crises: the Causes of Banking and Balance of Payments Problems, The American Economic Review, Vol. 89 (3), pp Keeton, William R. (1999), Does Faster Loan Growth Lead to Higher Loan Losses?, Federal Reserve Bank of Kansas City, Economic Review, Second Quarter Keeton, W., and Morris C.S. (1987), Why do banks loan losses differ?, Federal Reserve Bank of Kansas City, Economic Review, pp3 21. Khemraj, T., and Pasha, S. (2009), The determinants of non-performing loans: An econometric case study of Guyana, Paper presented at the Caribbean Centre for Banking and Finance Bi-annual Conference on Banking and Finance, St. Augustine, Trinidad. Lawrence, E. C., (1995), Consumer default and the life cycle model, Journal of Money Credit and Banking. 27, pp Louzis, D. P., Vouldis A. T., and Metaxas V. L. (2010), Macroeconomic and bank specific determinants of non performing loans in Greece: a comparative study of mortgage, business and consumer loan portfolios, Bank of Greece, Working Paper, 118. Hasan, Ifetkhar and Larry D. Wall (2003), Determinants of the loan loss allowance: some cross-country comparison, Bank of Finland Discussion Papers No. 33/2003. Hoggarth Glen and John Whitley (2003), Assessing the Strength of UK Banks through Macroeconomic Stress Tests. Financial Stability Review, Bank of England, June, pp Hu, J.L., Li, Y., and Chiu, Y.H.,(2004), Ownership and nonperforming loans: Evidence from Taiwan s banks, The Developing Economies, Vol. 42, no.3, pp Jappelli, T., M. Pagano, and M. Marco, (2008), Households Indebtedness and Financial Fragility, CSEF Working Paper 208 (Naples: Center for Studies of Economics and Finance). Jimenez, Gabriel and Jesus Saurina (2005), Credit cycles, credit risk, and prudential regulation, Banco de Espana, January. Jordan, John S. (1998), Problem Loans at New England Banks, 1989 to 1992: Evidence of Aggressive Loan Policies, New England Economic Review, January/February, pp Nkusu Mwanza(2011), Non performing Loans and Macrofinancial Vulnerabilities in Advanced Economies, IMF Working Paper WP/11/

14 Pain D. (2003), The Provisioning Experience of the Major UK banks: A Small Panel Investigation. Bank of England Working Paper, no Podpiera, J., Weill L., (2008), Bad Luck or Bad Management? Emerging Banking Market Experience. Journal of Financial Stability 4, pp Quagliarello M. (2007), Banks Riskiness Over the Business Cycle: a Panel Analysis on Italian Intermediaries, Applied Financial Economics 17, pp Rajan, R., and Dhal, S.C. (2003), Non-performing loans and terms of credit of public sector banks in India: An empirical assessment, Reserve Bank of India Occasional Papers, 24(3), pp Rinaldi L. and A. Sanchis Arellano (2006), Household debt sustainability: What explains household non performing loans? An empirical analysis. ECB Working Paper, no Salas, V. and Saurina, J., (2002), Credit risk in two institutional regimes: Spanish commercial and savings banks. Journal of Financial Services Research, 22(3), pp Sinkey, J. F., and Greenwalt, M. (1991), Loan-loss experience and risk-taking behvior at large commercial banks. Journal of Financial Services Research, 5, pp Williamson, S., (1987), Financial Intermediation, Business Failures, and Real Business Cycles, Journal of Political Economy, Vol. 95(6), pp

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée?

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Résumé En période de crise, les entreprises et les ménages endettés auraient pour priorité de rembourser leur stock de dettes pour renforcer

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

BSI Economics. Résumé :

BSI Economics. Résumé : Structure de propriété des banques et cycle du crédit : les prêts octroyés par les banques détenues par l état varient-ils moins au cours du cycle économique? Résumé : - Si les banques traditionnelles

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Stabilité financière et banques centrales

Stabilité financière et banques centrales André ICARD Stabilité financière et banques centrales Préface de Jean-Claude Trichet Président de la Banque Centrale Européenne C3 ECONOMICA 49 rue Héricart, 75015 Paris TABLE DES MATIERES Préface Avant-propos

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque La 28e Conférence internationale annuelle d'icgfm Innovations de la GFP La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette (OT 13.33) Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

working paper N 81 FLUCTUATIONS ECONOMIQUES ET DYNAMIQUE DE LA CONSTITUTION DE PROVISIONS POUR CREANCES DOUTEUSES DES BANQUES LUXEMBOURGEOISES

working paper N 81 FLUCTUATIONS ECONOMIQUES ET DYNAMIQUE DE LA CONSTITUTION DE PROVISIONS POUR CREANCES DOUTEUSES DES BANQUES LUXEMBOURGEOISES cahier d études working paper N 81 FLUCTUATIONS ECONOMIQUES ET DYNAMIQUE DE LA CONSTITUTION DE PROVISIONS POUR CREANCES DOUTEUSES DES BANQUES LUXEMBOURGEOISES Sabbah Gueddoudj JANVIER 2013 2, boulevard

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone

Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone Résumé: Les annonces des agences de notation pendant la crise de la Zone euro (2009-2012) ont eu un impact significatif

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises.

s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE 1 s est inscrite de nouveau en baisse au deuxième trimestre 2013, pour les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les grandes entreprises. En conclusion,

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 03/03/2011 1 Sommaire Année 2010: Efforts de développement tous azimuts Résultats et activité Décembre 2010 L action Attijari bank en bourse Rétrospective

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999

LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES. René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 LES MODÈLES DE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES René GARCIA John GALBRAITH 17 juin 1999 1 GESTION INTÉGRÉE DES RISQUES HYDRO-QUÉBEC 17 juin 1999 Prévisions économiques utilisées pour le modèle financier de Hydro-Québec

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

Situation globale de la retraite au Québec

Situation globale de la retraite au Québec Situation globale de la retraite au Québec Robert Dumas, Président Financière Sun Life, Québec 26 novembre 2015 Contexte Faibles taux d intérêt Volatilité des marchés Vieillissement de la population Augmentation

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3)

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) ÉTUDE Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) Le contenu du nouvel accord de Bâle sur le ratio international de solvabilité bancaire, dont l entrée en vigueur est prévue pour la fin

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

MCCI GDP Forecasts 5ème édition Octobre 2012

MCCI GDP Forecasts 5ème édition Octobre 2012 MCCI GDP Forecasts 5 ème édition Octobre 2012 T ABLE DE MATIERES I. Introduction... 1 II. Estimation de l équation de croissance... 2 III. Les Résultats... 4 IV. Conclusion... 8 Annexe - La Méthodologie...

Plus en détail