Rapport de stage. Analyse des données et évaluation du «potentiel risque»des crédits. Master 1 Statistiques et Traitement des Données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de stage. Analyse des données et évaluation du «potentiel risque»des crédits. Master 1 Statistiques et Traitement des Données"

Transcription

1 Université Blaise Pascal UFR Sciences et Technologies Département Mathématiques Informatique 24 avenue des Landais Aubière Cedex Industrial and Commercial Bank of China 8 rue Yan An ZHAN Jiang GuanDong - CHINE Rapport de stage Analyse des données et évaluation du «potentiel risque»des crédits. Master 1 Statistiques et Traitement des Données Année universitaire 2010/2011 Réalisation: Jian JIANG Encadrement : Wen ZHOU

2 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l équipe pédagogique de l Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et les responsables du Master Statistiques et Traitement des Données pour avoir assuré la partie théorique. Ainsi qu un grand remerciement à mon maître de stage, Mlle. Wen ZHOU, pour m avoir accueilli au sein de son service, et pour m avoir suivi tout au long de ces trois mois. Sans oublier M. Yao CHEN, directeur de l agence de l ICBC et M. Xin JIANG, responsable du département des finances, pour m'avoir permis d effectuer ce stage. Je remercie aussi l ensemble du personnel de l ICBC, Tingting FENG, Jian LI, Yeheng LU, Siqi YANG, Bin CHEN, Rufang HE, pour leur accueil tout au long de ces trois mois. Je voudrais aussi remercier M. Laurent SERLET, responsable du Master Statistiques et Traitement des Données de l Université Blaise Pascal pour ses conseils précieux pendant ma recherche de stage. En dernier lieu, je tiens également à remercier toute ma famille et mes amis qui m ont toujours soutenu et poussé dans mes études et sans qui rien de tout cela ne serai arrivé, en particulier à ma fiancée Meng Qin qui m a accompagné tout au long de mes études et qui me pousse à aller toujours plus loin. Un remerciement particulier à mon ami Xavier Herent, sans qui je n aurai jamais pu terminer ce rapport. A tout mes autres amis que je n ai pas cités mais qui ne compte pas moins pour autant. Merci! 2

3 TABLE DES MATIÈRES Remerciement Table des matières Introduction I. Présentation de l ICBC L ICBC (la banque industrielle et commerciale de Chine) Cadre de travail II. Le projet «analyse des données sur le crédit d entreprise» Contexte et objectifs du projet Méthodologie de réalisation Logiciels utilisés pour ce projet A) CM B) Microsoft Excel III. Les démarches pour un prêt de la banque L acceptation de la demande de prêt L enquête du prêt L examination du prêt La ratification du prêt Accord du prêt La surveillance et la vérification post-prêt Le recouvrement du prêt IV. Les analyse des données principales pour des crédits L analyse des flux de trésoerie du compte A) Le cycle de vie d entreprises et leur risque de crédit B) La dépendance des entreprises aux financements extérieurs C) La solvabilité et la liquidité des entreprise D) La capacité de rentabilité E) La qualité de bénéfice de trésorerie

4 2. L analyse des données pour la ligne de crédit octroyée et la classification d entreprise A) L analyse des données pour la classification d entreprise a) la méthode de la carte de score b) La méthode de la modèle statistique B) L analyse des données pour la ligne de crédit octroyée C) Les détails d exécution a) La méthode de la carte de score pour une personne morale b) La méthode d octroyer crédit synthétique Conclusion Liens Internets Les annexes

5 Introduction La présente étude, basée sur les données disponibles de l ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) a pour principale objectif, l analyse des données inhérentes aux échanges commerciaux. Ceci en vue de dresser un aperçu des crédits dispensés aux entreprises. En outre le catalogage des différents crédits accordés aux entreprises et l analyse des données permettra une meilleure approche Ce travail a pour objectif d étudier la faisabilité d une demande de crédit pour un organisme de prêt à partir d une base de données de la banque fournie, notre analyse des données devra pouvoir prédire le pourcentage risque avec un degré de confiance acceptable. Par exemple, si un client ayant soumis une demande de prêt risque d être ou non un mauvais payeur. L analyse devra prendre en compte de nombreux paramètres, et sera fortement dépendante du contexte sociaux économique et du marché. L analyse devra donc se baser sur des prédictions plus ou moins floue d évolution du marché, des différentes données de l entreprise clients quelles soient qualitatives ou quantitatives. Le recouperment d informations Si ce risque évaluer est trop important, l organisme aura bien sûr intérêt à refuser l octroi du prêt. L objectif premier donc d éviter tout défaut ou retard de paiement pour maximiser ses bénéfices sur les intérêts. En effet, pour une banque commerciale, les marchandises principales de l ICBC sont les produits financiers. Ses bénéfices proviennent de deux parties : la différence entre les intérêts sur les prêts et les dépôts ; le revenu d affaires et l agio. 5

6 I. Présentation de la banque industrielle et commerciale de Chine(ICBC) 1. L ICBC (La banque industrielle et commerciale de Chine) La Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC anglais: Industrial and Commercial Bank of China) est une banque chinoise d envergure internationale. Créée en 1984 en tant que société à responsabilité limitée. En quelques années seulement, elle a su se hisser aux palmarès des plus grandes banques mondiales. En effet, elle est l'une des plus grandes banques du monde en termes de capitalisation boursière et l'une des dix premières en termes d'actifs. Depuis 2005, l ICBC a lancé une série de réformes importantes telles que la restructuration des finances, l'incorporation de stock société, l'introduction d'investisseurs stratégiques et de l'ipo. Tous ces travaux sont étroitement liés, procéder rapidement et régulièrement, et ont acquis de bons effets. Figure 1 : Feuille de route de la restructuration et annonce de l ICBC 1 En 2006, après une offre publique de vente aux bourses de Hong Kong et Shanghai, 22.14% des titres seulement sont en libre circulation, soit 78% encore détenu par l état. 1 Financial restructuring, balance sheet disposal : Restructuration financière, l'élimination du bilan ; International Audit, Incorporation of Stock Company : Audit International, statuts de société par actions ; Introduction of Qualified Strategic Investor : Introduction de l'investisseur stratégique qualifié. 6

7 Fin 2007, l ICBC a une capitalisation totale de plus de 237 milliards de dollars, le montant du dépôt de l ICBC atteints les milliards de dollars, un solde de prêt de milliards de dollars, et un bénéfice net de milliards. En 2009 L ICBC réalise un chiffre d'affaires de milliards de dollars pour milliards de dollars de bénéfices. Elle se classe parmi les premières dans le monde et se retrouve dans la liste des «Fortune Global 500» 2. En 2010, elle est 87 ième. Dans le même temps, elle reçoit les titres «awards»: «The Banker», «Asiamoney», «Euromoney», «Financial Times» 3 et d autres médias bien connus ont donné l ICBC Meilleure Banque En CHINE, Meilleure Banque En ASIE. En Chine, elle est la plus grande des quatre principales, devant la Banque de Chine, la Banque agricole de Chine, et la Banque de construction de Chine. 2. Cadre de travail La banque ICBC est une société anonyme, toutes les questions et orientation sont décidées par l assemblée des actionnaires. Les actions sont menées sur le conseil de deux départements : le conseil d administration et le conseil de surveillance. Un troisième niveau : est la haute direction est présent pour auditer et vérifier toutes les données à chaque étape décisionnel. Enfin les directives sont communiqués aux agences qui comprennent six branches : les agences étrangères ; les agences en Chine ; le département marketing ; le département de la gestion des risques ; département du management et département de l intendance. 2 Fortune Global 500 est une liste de 500 entreprises mondiales classées selon l'importance de leur chiffre d'affaires. Elle est publiée chaque année par le magazine Fortune, qui publie aussi un classement américain 3 Les médias bien connus par secteur financier 7

8 Le conseil d'administration, le conseil de surveillance et la direction générale jouent leurs rôles respectifs pour un contrôle efficace et le maintien de l équilibre bancaire, ceci dans le but de créer durablement un excellent retour sur investissement pour les actionnaires. La structure de base de l ICBC Lieu de stage : J ai effectué mon stage à Zhan Jiang dans le sud de la Chine. 8

9 Zhan Jiang est une ville provinciale de seconde zone, avec une population de plus de 6 millions d habitants et une superficie de près de km². Elle joue tout de même un rôle économique important du fait quelle est fourni par l un des plus grands ports militaire de la Chine. Par conséquent, elle joue un rôle stratégique important pour la Chine pour le sud de la Chine et les eaux extratérritoriales entre Taiwan, les Philippines, Hong Kong et le Viet nam. Autrefois occupée par l armée française entre 1898 et 1943, elle en garde certains vestiges et architectures (cf. lien). Elle joue également un rôle portuaire important pour les nombreux touristes chinois qui se rendent chaque année sur l île de Hainan. Seule île à l ambiance très exotique et tropicales, riches en plage de sable blanc et lagons. L important flux touristique de Hainan permet à la ville de profiter d un extra économique, qu elle n aurait pu bénéficier de part la pauvreté de ses monuments et lieux touristiques. On l aura compris, la ville de Zhan Jian est avant tout une ville côtière très importante sous contrôle de la base militaire et fait place à de nombreuses industries portuaires. L agence d ICBC pour laquelle j ai effectué mon stage, se trouve en plein centre économique de la ville. Le management, comme toutes les agences de villes de provinces se manage en trois niveaux : - le directeur de la banque - les responsables du différent département - et enfin les employés de bureau. L agence dépend elle-même d une succursale de l ICBC situé non loin, à GuangZhou (Canton, cf lien). Mon projet de stage, au sein de l agence ICBC de Zhan Jiang, avait pour principale mission «l analyse des données sur le crédit accordées aux entreprises (clients)». Projet à la fois récurrent au sein des banques de crédits et également en constante évolution suivant les contextes économiques actuels. Il permet en autre d identifier les éléments clés nécessaire à l évaluation d une demande de prêt, pour ensuite en définir les risques et permettre un avis bancaire favorable ou non à la demande de prêt. 9

10 II. Le projet «analyse des données sur le crédit d entreprise» 1. Contexte et objectifs du projet Le contexte Sous l influence de la crise financière, les banques attachent de l'importance à la modération de risque, notamment, les risques liés aux prêts. La demande des actionnaires et de réduire les risques de prêts précédemment accordés et actuellement en défaut de remboursement. La directive de réduction des risque soutient l analyse des données et paramètres économiques, pour en faire une évaluation scientifique viable, qui permettre d obtenir un meilleur affinage du potentiel risque obtenu. L analyse des données peut aider les banques à faire un meilleur travail sur les projets financiers. Ce travail primordial est hautement dépendant de qualité et de la quantité des informations fournis lors de l analyse. Répondre à un objectif commun de ce projet Le projet «analyse des données sur le crédit d entreprise» est un des plus importants projets dans le pôle d analyse du financier. Dans la période de travail, les données sont souvent enregistrées sous forme de chiffres et de caractères qui représentent des observations (par exemple : dans l état financiers, les données sont des chiffres ; et dans la table des partenaires commerciaux, ce sont des caractères). Son principe est d analyser en associant dans les données dites quantitatives (chiffré) et qualitatives (notifié par des commentaires et/ou notifications). Toutes les données liées à l entreprise cliente ainsi que le contexte économique actuelle et contexte économique future (par extrapolation) doivent scrupuleusement être fournies. Les données de l ICBC permettent d'identifier à la fois les emprunteurs et les contrats de crédit. Pour le (co)débiteur, ces informations portent plus précisément sur son numéro d inscription au registre national, son nom d entreprise (pour la vérification d emprunts précédent affiliés), sa chaîne commerciale, sa source de profits, son état financier et son environnement géographique (autrement dit son contexte économique). La vocation première de ce projet est d analyser ces informations de base d entreprises, afin d en déterminer la crédibilité d entreprise pour en éluder les risques liées à l accord du prêt. 10

11 Réduire des risques du préteur avant le prêt Il faut d abord bien analyser les données des entreprises afin d évaluer des risques-client 4 avant de lancer des nouveaux produits financiers de la banque, surtout pour un prêt. On peut savoir la taille et les produits d entreprise, sa part de marché, sa direction de la demande de fonds, ses stratégies de marketing aussi la solvabilité d entreprise par ses partenaires commerciaux, les flux de trésorerie et de ses variations, le passif exigible et relevé de compte. On peut aussi développer les options de financement appropriées pour chaque entreprise. Contrôler des risques du préteur Lorsque le prêt a été émis, on doit tout de même contrôler l évolution des risques, on dira ceci aussi «suivi du compte», en prenant en compte les nouvelles données enregistrés, comme un changement important du contexte sociaux-économique, ou bien après consultation des états financiers trimestriels du clients, afin de vérifier que l utilisation du prêt est bien accord avec le contrat de prêt signés et que l entreprise reste toujours solvable. Eviter les risques de défaut ou retard de paiement autant que possible. Connaitre et différencier les crédits. En ce qui concerne les types de crédits, l ICBC distingue pour les crédits à la consommation en outre les ouvertures de crédit et les opérations, qui regroupent la vente, le prêt et le crédit-bail (ou leasing). Dans le cas des opérations et des crédits hypothécaires, les données enregistrées sont le montant du contrat, la durée de remboursement, les termes ou échéances (montant, nombre de termes/d échéances, la périodicité, date du premier et du dernier paiement. 4 L évaluation des risques-clients désigne un ensemble d outils financiers d aide aux décisions utilisées pour évaluer automatiquement la solvabilité d'un "tiers" ainsi que le risque de non -remboursement des prêts dans le cadre : de l'évaluation du poste client (gestion de l'exposition liée aux créances douteuses) ; du référencement d'un nouveau fournisseur stratégique ; de la contractualisation avec un partenaire (distributeur par exemple). 11

12 En ce qui concerne les ouvertures de crédit, le montant contractuel est également enregistré : il s'agit ici de la ligne de crédit octroyée et non du montant effectivement prélevé de même que la date de clôture du contrat et, le cas échéant, la date à laquelle le contrat prendra fin. 2. Méthodologie de réalisation Comment évaluer un risque pour une personne morale? Anticiper les différentes dimensions du risque nécessite la connaissance des entreprises au niveau de leurs données administratives, juridiques et financières. Cela nécessite la mise en d œuvre de solutions de collecte et d analyse des données à la fois quantitatives et qualitatives. L objectif est de pouvoir effectuer des analyses financières complètes et précises afin d évaluer un niveau de risque de défaut et/ou de risque de défaut de paiement. Il s agit donc dans un premier temps de pouvoir identifier quelles sont les données nécessaires pour effectuer ces analyses et auprès de quel fournisseur les obtenir. Chaque fournisseur de données a ses propres spécificités et dispose ou non d informations en fonction du type d entreprise visée : groupe, grande entreprise, PME, TPE 5, association, profession libérale, artisans, commerçants Il est donc conseillé de diversifier ses sources de collecte de données. Les phases principales dans la réalisation du projet Le projet «analyse des données sur le crédit d entreprise» s est échelonné sur quatre phases principales, et qu il faut actualiser des données chaque année et enrichir des indicateurs selon les nouveaux besoins. Phase de collection et d arrangement des informations : on collecte les informations d entreprise qu on a besoin. Phase d expertise des sources d information et des données existantes : on peut les vérifier par l inspection sur le terrain ou par l information des cabinets d'affaires d expert comptable. 5 PME = petite ou moyenne entreprise, TPE = l entreprise pour travaux publics 12

13 Phase d analyse des données : après un trie, on va analyser les données à la fois quantitatives et qualitatives en utilisant respectivement des informations de base d entreprises et le logiciel CM2002. La dernière phase d examination le résultat d analyse : normalement, cette phase est fait par un département de «censure», quand l analyse est finie, on envoie tous les résultats d analyse par E- Mail interne. La source d information La Banque industrielle et commerciale de Chine a construit une grande base de données pour enregistrer toutes les informations des clients et dans le même temps, elle a réalisé le partage de données avec la Banque populaire de Chine (ou la BPC). La BPC publie partiellement dans la Brochure statistique les données récoltés parmi les quatres grandes banques chinoises ce qui permet de procéder à un contrôle supplémentaire de la qualité des données par un recoupement des informations. Bien que ces quatre banques principales recouvrent le quasi totalité du marché du crédit aux entreprises ou particuliers en raison de la participation obligatoire des dispensateurs de crédit. Il convient de souligner que d importantes limitations sont liées aux informations enregistrées (souvent très succinctes avec manque d informations qualitatives) et affectent directement la direction des recherche et/ou l'interprétation des résultats. Donc l ICBC dispose d une base de données relationnelle propre pour son département des finances depuis On peut la connecter pour chercher les informations pour le projet «analyse des données sur le crédit d entreprise». Cette base contient des informations sur les caractéristiques d entreprises ou de personnes qui ont recours à des contrats de prêt, l observation des contrats rompus, et les caractéristiques des opérateurs. De plus, l ICBC associe à cet effet les informations relatives aux entreprises et aux contrats en vue de mettre en évidence les différences de comportements d emprunt et de remboursement selon les caractéristiques des emprunteurs. 3. Logiciels ou systèmes utilisés pour ce projet L ICBC dispose d une panoplie logicielle d assistance comme PVMS, NOVA, BB2000, CM2002, SIS, CS2002, ICDT, répondant à ses besoins. Chaque logiciel est utilisé pour les différents services. Dans notre cas de figure «analyse des données sur le crédit d entreprise», le logiciel CM2002 est le plus communément utilisé. A) CM

14 CM2002 est un logiciel qui est recherché et développé par L ICBC. Utilisé par la banque depuis 2003, il s agit d un système de gestion de crédit pour l entreprise. Ce système réalise l'identification, la mesure et le contrôle des risques du crédit par la modélisation des données, le contrôle de corrélation et les réglages paramétriques. La construction de ce système fut initiée en 1997, visant à moderniser la gestion des banques commerciales en fonction des besoins. Il est fondé sur la situation réelle des marchés financiers chinois, en s'appuyant sur l'expérience internationale de pointe dans la gestion de crédit.sa structure. L ICBC est la première à terminer la centralisation des données bancaires à l'échelle nationale parmi les grandes banques commerciales. Ce système utilise un modèle de base de données nationale centralisée, et synthétise des procédures comme : le classement, le crédit, l'évaluation de client ; l'approbation du crédit ; le consentement du prêt ainsi que la gestion post-prêt. Donc ce système réalise la surveillance et la gestion du crédit pour les affaires de l'entreprise et de gestion des risques. Cinq chaînons clés à l emprunt : la demande de prêt ; l'approbation du prêt ; la signature des contrats de prêts ; les prêts et la gestion et/ou la récupération de prêts. En cas de violation d'une seule connexion, le système se verrouille automatiquement et un programme d'alarme empêche de continuer la procédure. Depuis, l'utilisation de ce nouveau système, l ICBC peut se concentrer uniquement sur la récolte de toutes les données de crédit, de plus, le logiciel permet également de suivre et surveiller en temps réel les branches nationales qui ont droit d octroyer les crédits. L'avantage immédiat de ce système est à la réduction des démarches bureautiques lourdes et établit des procédures d exploitation normalisées pour toutes les opérations de crédit. Entre autre, il réalise le contrôle électronique de tous les processus opérationnels des affaires de crédit. Ce système considère de manière localisé régional, provincial, ou national suivant les clients et les entreprises pour la maîtrise des risques et de gestion. Par exemple, une entreprise locale (artisan) seul, les données d évolution du marché de la localité seront prises en compte. Pour une entreprise d envergure nationale, les informations des marchés devront être suivies nationalement, afin de mieux évaluer le potentiel risque de l entreprise en question. La mise en place de ce système, à permis à L ICBC de procédé a 4 importants changement dans la gestion du crédit: 14

15 Premièrement, c est le changement de la gestion du crédit : de la gestion passive à la gestion active. Deuxième changement, de la gestion post-prêt à la gestion de processus opérationnels d où le préavis d alerte pré-prêt, le contrôle en prêtant et la surveillance post-prêt. Troisième, le modèle de gestion du crédit qui change : de la forme pyramidale et la gestion verticale à la forme plat et la gestion du réseau. A la fin, de centré sur le produit à centré sur le client, c'est-à-dire, de la gestion unitaire à la gestion de la personnalisation. B) Microsoft Excel Microsoft Excel, comme chacun le sait est un tableur très puissant développé par Microsoft. Dans notre situation, il nous permet de faire un premier classement des données saisies. En outre, toutes les informations qu elles soient qualitatives (informations textes) ou quantitatives (notations/scores) sont d abord saisies sur le tableur Excel, vérifiées puis triées par l intermédiaire du tableau croisé dynamique, pour finalement être transposé sur les logiciels ICBC de traitements. 15

16 III. Les démarches pour un prêt de la banque Face aux exigences des régulateurs et dans un environnement de marché marqué par la montée des risques, les banques et organismes de crédit doivent se doter de solutions de gestion afin d évaluer leurs risques de crédit, de fiabiliser leurs processus de décision et d en assurer la traçabilité. Ils doivent également automatiser et personnaliser l attribution de crédit, en réponse à la montée des coûts et des risques. Quelque soit la nature du financement, du crédit au point de vente jusqu au financement aux grandes entreprises, l octroi de crédit requiert une évaluation systématique des risques et la mise en place d un processus d audit impliquant une traçabilité et une historisation des différents événements (création d un dossier, archivage des données, éléments de notation, intervenants ). En cas général, si une entreprise qui veut emprunter de l'argent à la banque ou à un organisme financier, il y a plusieurs démarches pour réduire ou contrôler des risques du prêt. Les étapes externes (c'est-à-dire vues par les clients) Etape1 L acceptation de la demande de prêt Etape 2 Enquête Etape4 Le recouvrement du prêt Etape3 Accorder du prêt Figure 2 : Les étapes vers l extérieur de la banque Quatre étapes au totale, ce sont respectivement : l acceptation du prêt, l enquête du prêt, accorder du prêt et la dernière le recouvrement du prêt. 16

17 Les étapes internes : vue par la banque On dit celles aussi les étapes de l aversion au risque de la banque, elles comprennent encore quatre étapes : l examination du prêt, la ratification du prêt, la surveillance post-prêt et sa vérification. La délivrance de chaque prêt, ce déroule donc en 8 étapes à chaque fois quand on a fait une étape vers les clients, il suit un ou deux étapes vers l intérieur de la banque. Schématisé dans la figure (Figure 3) ci-dessous. L acceptation du prêt L enquête du prêt L examination du prêt La ratification du prêt Accorder du prêt La surveillance post-prêt Le recouvrement du prêt La vérification post-prêt 17

18 1. L acceptation de la demande de prêt L acceptation du prêt est la première démarche, pour les banques commerciales, cette démarche peut amener beaucoup de clients avec une stratégie marketing forte. Plus précisément, il y les emprunteurs (les entreprises qui veulent des financements) qui viennent directement demander un prêt et il y a également la deuxième, ce sont des clients initialement sans demande aux crédits mais qui par une démarche de marketing des banques deviennent des clients potentiels. Il y a trois chaînons clés, et pour chaque chaînon, il y a respectivement des points de risque et des solutions. On peut la voir dans la table ci-dessous (table 1). Les chainons clés Les points de risque Les solutions 1. L acceptation de la consultation Ne pas comprendre l activité de prêts aux entreprises, et de ce fait proposer des formules de prêts incompatibles, entraînant une perte de clients. Les employés de la banque doivent avoir des connaissances de base de prêts aux entreprises, peuvent aussi proposer des produits raisonnables selon les demandes des clients. 2. La collecte des donnée s. Ne pas vérifier soigneusement les documents de demandes, sur l intégrité. demander les clients d amener les documents nécessaires, et vérifier si les documents sont complets. 3. L évaluation préliminaire Les qualifications des emprunteurs ne répondent pas aux exigences de la demande de prêt Selon les données de clients, on peut vérifier si les emprunteurs répondent aux exigences pour d autres demandent de prêt 2. L enquête du prêt Une fois quand on a accepté les demandes du prêt, on va bien sûr mener une enquête. Cette démarche joue un rôle important, selon le résultat d enquête, on doit déterminer si les clients ont de mauvais antécédents ou non, juger de son expérience et de son projet, puis on pourra ensuite déterminer le montant du prêt maximum accordé au client. Dans le cas ou le projet ne serait pas viable, peu d expérience ou avec des antécédents, le prêt ne pourra pas être accepté. 18

19 Mon projet «analyse des données sur le crédit d entreprise» est principalement destiné au service de cette étape, comprenant diverses parties : A) S enquérir de la crédibilité de clients On doit vérifier bien le système d information de crédit de la banque populaire ou de l ICBC, et savoir la crédibilité de l emprunteur, de ses propriétaires et de ses cadres supérieurs. B) L examination des données : a) Vérifier de l intégrité des données Selon les exigences du système, vérifions les données de la demande du prêt est elle complète. b) Vérifier de la réalité des données On doit comparer l origine et la copie pour les documents importants, si on veut conserver les copies, il faut l enquêteur avec le co-enquêteur deux personnes qui vérifient ses réalités, et signent en plus. c) Examiner le/la garant(e), les garanties Pour le/la garant(e), il faut examiner sa qualification, son états de crédit et sa capacité ; et pour les garanties, il faut examiner ses propriétés, ses valeurs etc. C) L inspection sur le terrain Vérifier les garanties si elles sont réelles et ses propriétaires sont claire. Voir également l utilisation du prêt afin de déterminer si son utilisation est réelle et raisonnable. (lieu d ouverture d un magasin par exemple.) D) Diriger le Rapport d enquête. Classer les différents niveaux pour clients et donner la ligne de crédit Plus important, c est dans le rapport d enquête il faut inclure le niveau de clients ; la limite de crédit ; le montant et la durée du prêt ; le taux d intérêt ; la façon de remboursement ; le but du prêt et la manière de garantie etc. Bien sûr, il faut avoir les signatures et les opinions de l enquêteur et du co-enquêteur. 3. L examination du prêt 19

20 Durant les démarches du prêt, cette étape est la première étape faite par la banque. Quand le rapport d enquête est rédigé, on doit l envoyer vers le département de la censure pour examinassions. Ceci est la première partie du contrôle des risques à l ICBC. Son but principal est de revoir les deux premières étapes authenticité et faisabilité, et d examiner les opérations des enquêteurs. S il trouve des problèmes sur le rapport ou des irrégularités, le département de la censure va retourner le rapport au département de la finance ; si tout va bien, alors, on va aller la démarche suivante: la ratification du prêt. 4. La ratification du prêt Dans cette démarche, c est la cadre supérieur du département de la censure qui contrôle le risque, non seulement il est responsable de la vérification précédente, mais il est aussi en charge de la ratification du prêt. Cette étape devra toute de même suivre plusieurs procédures (chainons clés) il y a des points de risque et des solutions pour chaque chaînon. Voir ci-dessous tableau 2 : Table 2 Les chainons clés Les points de risque Les solutions 1. examiner et approuver du prêt 2. Signer et ratifier du prêt 1. Les mesures du risque ne peuvent pas contrôler efficacement les risques. 2. Au-delà de leur autorité ou L approbation du prêt décentralisée. 3. Approbation vues incomplète. 1. Le prêt n est pas conforme aux politiques nationales, les règlements et aux dispositions pertinentes de l ICBC. 2. La somme du prêt a dépassé la taille du crédit de l agence. 1. Pour le prêt proposé devrait s assurer qu on peut contrôler ce risque. Les garanties de prêt sont juridiques, fiables et ils sont cohérentes avec la type de prêts. Le montant du prêt, la durée, le taux d intérêt, la méthode de remboursement, telles que l utilisation du prêt doivent conformer à la réglementation pertinente. 2. Approuver du prêt dans leur autorité. 3. compléter l approbation. 4. Assurer que le prêt à investir est conforme aux politiques nationales, les règlements et aux dispositions pertinentes de l ICBC. Maîtriser et comprendre correctement des politiques et des développements de crédit de l ICBC. 5. Contrôler strictement la taille de nos prêts. 20

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable Le Financement Court Terme pour PME Instrument Stratégique de La Croissance des PME MasterPme Edition PME Comment Financer le Court Terme? Cette Solution permet

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

CES7046-2013_00_00_TRA_INFO (EN)

CES7046-2013_00_00_TRA_INFO (EN) o FR PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Population de 10 millions 1,6 million d'entreprises enregistrées en Hongrie 99% sont des petites et moyennes entreprises (PME) 688 000 actives 2,2 employés par entreprise

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Sommaire. Introduction Gestion des liquidités Planification financières. Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008

Sommaire. Introduction Gestion des liquidités Planification financières. Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008 Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008 Les outils de la planification financière Sommaire Introduction Gestion des liquidités Planification financières 1 Jean-Daniel Favre Licence en sciences économiques

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT Réf. Dossier : (A remplir par la Direction du Crédit & Risque) Afin de faciliter l étude de votre demande de crédit et d écourter les délais de réponse, nous

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail