On note Q(A) le corps des fractions de A. L anneau A[X] est (isomorphe à) un sous-anneau de Q(A)[X]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "On note Q(A) le corps des fractions de A. L anneau A[X] est (isomorphe à) un sous-anneau de Q(A)[X]"

Transcription

1 Chapitre 3 Anneaux de polynômes 3.1 Critères d irréductibilité Définition Soit A un anneau commutatif intègre. Un polynôme P A[X] est primitif si et seulement si 1 est PGCD de ses coefficients (les coefficients sont premiers entre eux dans leur ensemble). On note Q(A) le corps des fractions de A. L anneau A[X] est (isomorphe à) un sous-anneau de Q(A)[X] Proposition Soit P A[X] un polynôme non constant (de degré supérieur ou égal à 1). 1. Si P est irréductible dans A[X], alors il est primitif. 2. Si P est primitif et irréductible dans Q(A)[X], alors il est irréductible dans A[X]. Réduction des coefficients Proposition Soit I un idéal dans l anneau commutatif A, et J l idéal engendré par I dans A[X]. La surjection canonique π : A A/I s étend en un morphisme d anneau : Π : P = k A[X] A/I[X] a k X k a k X k, k et induit un isomorphisme : A[X]/J A/I[X]. L imageπ(p)estappeléelaréductiondep moduloi.lecoefficientdominant d un polynôme P est le coefficient de plus haut degré. 20

2 Corollaire Si I est un idéal premier de A, alors J = (I) est un idéal premier dans A[X]. Proposition Soit P A[X] un polynôme primitif non constant, et I un idéal premier qui ne contient pas le coefficient dominant de P. Si la réduction de P modulo I est irréductible dans A/I[X], alors P est irréductible dans A[X]. 3.2 Factorialité des anneaux de polynômes Définition Soit A un anneau factoriel. On appelle contenu de P A[X] un PGCD de ses coefficients. Il existe et est unique aux inversibles près. On notera c(p) le contenu de P : une classe d éléments associés ou un représentant. Remarque Un polynôme est primitif si et seulement si son contenu est inversible. Proposition Le produit de deux polynômes primitifs à coefficients dans un anneau factoriel est un polynôme primitif. Corollaire Pour P et Q dans A[X], avec A factoriel, on a c(pq) = c(p)c(q). Corollaire Soit A un anneau factoriel. Si P A[X] est divisible dans Q(A)[X] par un polynôme primitif Q A[X], alors P est divisible par Q dans A[X]. Proposition Soit A un anneau factoriel. Tout polynôme irréductible de A[X] est premier. Théorème a) Si A est un anneau factoriel, alors l anneau A[X] est factoriel. b) Les polynômes constants irréductibles dans A[X] sont les irréductibles de A. c) Les polynômes non constants irréductibles dans A[X] sont les polynômes non constants primitifs de A[X] qui sont irréductibles dans Q(A)[X]. Proposition (Critère d Eisenstein). Soient A un anneau factoriel, f un élément irréductible de A, et n P = a k X k k=0 21

3 un polynôme non constant primitif dans A[X]. Si : f a n, i < n f a i, et f 2 a 0, alors P est irréductible dans A[X]. Exercice Montrer que si A est un anneau intègre, les diviseurs d un monôme de A[X] sont des monômes. 7/10/ Polynômes en une variable : compléments La division euclidienne étendue Théorème Soient U = a n X n + +a 0 et V = b m X m + +b 0 deux polynômes dans A[X], avec n m 1 et b m 0. Il existe un unique couple (Q,R) de polynômes de A[X], tels que : b n m+1 m U = VQ+R, et ( R = 0 ou deg(r) < deg(q) ) Fonctions polynomiales et évaluation L évaluation permet de définir un morphisme d anneau : E : A[X] A(A,A) P [a P(a)] L image de ce morphisme est le sous anneau des fonctions polynomiales sur A. Proposition a) Si A est infini, alors E est injective. b) Si A est un corps fini à q éléments, alors le noyau de E est l idéal engendré par X q X Dérivation Caractéristique d un anneau SiAestunanneaucommutatif,alorsilexisteununiquemorphismed anneau η : Z A. Définition La caractéristique d un anneau A est le générateur (entier positif ou nul) de l idéal Ker(η). Remarque L image de η est isomorphe à Z/Ker(η). Pour un anneau intègre, c est un sous-anneau intègre. La caractéristique d un anneau intègre est soit zéro, soit un nombre premier. 22

4 Proposition Soit A un anneau commutatif intègre de caractéristique p > 0, alors l application F : A A a a p est un morphisme d anneau. Dérivation La dérivation est l application : D : A[X] A[X] P = ka k X k D.P = P = k>0a k kx k 1 Théorème Soit A un anneau intègre, et P A[X]. 1. Si la caractéristique de A est nulle, on a : DP = 0 P A. 2. Si la caractéristique de A est un nombre non nul p (premier), alors : DP = 0 P A[X p ]. Théorème (Formule de Taylor). Soit A un anneau commutatif intègre de caractéristique nulle, pour tout P A[X], D k.p(0) est divisible par k!, et : P = D k P(0) X k. k k! 3.4 Polynômes à n variables Soit A un anneau commutatif et X 1,...,X n des indéterminées. On note A[X 1,...,X n ] l ensemble des familles d éléments de A indexées par N n, avec un nombre fini de termes non nuls, notées comme combinaisons linéaires des X k Xn kn, k j 0 : les éléments de A[X 1,...,X n ] s écrivent sous la forme : P = a k1,...,k n X1 k1...xn kn = k 1,...,k n k A[X 1,...,X n ] est muni des opérations : a k X k 1 n. ( k a k X k 1 n )+( k b k X k 1 n ) = k (a k +b k )X k 1 n. 23

5 ( k a k X k 1 n )( l et de l application de structure : b l X l X ln n ) = ν avec c ν = k+l=ν a k b l, η : A A[X 1,...,X n ] a ax 0 = a Proposition A[X 1,...,X n ] est une algèbre sur A. c ν X ν X νn n, Remarque L application qui définit la structure d algèbre est injective, d image les polynômes constants; A est identifié au sous-anneau de A[X 1,...,X n ] formé par les polynômes constants. Proposition (Propriété universelle). Soit B une algèbre sur l anneau commutatif A, et b 1,...,b n des éléments de B, alors il existe un unique morphisme d algèbre E (b1,...,b n) : A[X 1,...,X n ] B qui envoie chaque X i sur b i. Proposition Les anneaux A[X 1,...,X n 1,X n ] et A[X 1,...,X n 1 ][X n ] sont isomorphes. Corollaire Si l anneau A est factoriel, alors A[X 1,...,X n ] est factoriel. Définition Le multidegré d un monôme a k1,...,k n X k 1 n est la suite des exposants (k 1,...,k n ); son degré total ou simplement son degré est la somme des exposants : k = ik i. Le degré d un polynôme non nul est le maximum des degrés (totaux) de ses monômes. Un polynôme est homogène si et seulement si tous ses monômes ont même degré (total). Proposition Le polynôme P A[X 1,...,X n ] est homogène si et seulement si P(X 1 T,...,X n T) A[X 1,...,X n ][T] est un monôme. Corollaire On suppose que A est un anneau intègre. Si le polynôme homogène P A[X 1,...,X n ] admet une réduction P = QR, alors Q et R sont homogènes. Démonstration. Le polynôme M(T) = P(TX 1,...,TX n ) = Q(TX 1,...,TX n )R(TX 1,...,TX n ) A[X 1,...,X n ][T] est un monôme, donc les deux polynômes en T : Q(TX 1,...,TX n ) et R(TX 1,...,TX n ), sont des monômes. 24

6 Dérivées partielles On définit les dérivées partielles avec les formules habituelles; on note D j = X j la dérivation par rapport à la variable X j. Remarque Le lemme de Schwarz D i D j = D j D i est immédiat pour les polynômes. Théorème (Formule de Taylor). Soient A un anneau commutatif intègre de caractéristique 0, et P A[X 1,...,X n ]. On a : P = k k P 1 k 1!...k n! X k X kn n (0,...,0)X k 1 n. Proposition Soit P A[X 1,...,X n ] un polynôme homogène de degré k, alors : P X i = kp. X i 3.5 Polynômes symétriques i Le groupe symétrique S n agit à gauche sur A[X 1,...,X n ] par permutation des variables : pour σ S n, σ.p(x 1,...,X n ) = P(X σ(1),...,x σ(n) ). Définition Les polynômes invariants sous l action du groupe symétrique forme un sous-anneau de A[X 1,...,X n ] : le sous-anneau des polynômes symétriques, noté A[X 1,...,X n ] sym. Polynômes symétriques élémentaires Définition Pour 1 k n le polynôme symétrique élémentaire σ k A[X 1,...,X n ] sym est le coefficient de degré n k du polynôme : (T +X i ) A[X 1,...,X n ][T]. i Remarques On a : σ k = X i1...x ik. i 1 <i 2 < <i k 2. Relations entre coefficients et racines : n n (X α i ) = X n + ( 1) k σ k (a 1,...,a n )X n k. i=1 k=1 25

7 Théorème Tout polynôme symétrique s écrit de manière unique comme un polynôme dans les polynômes symétriques élémentaires : le morphisme d algèbre de A[Y 1,...,Y n ] dans A[X 1,...,X n ] sym qui envoit Y k sur σ k est un isorphisme d algèbre. Polynômes antisymétriques Définition Un polynôme P A[X 1,...,X n ], avec A anneau commutatif intègre de caractéristique différente de 2, est antisymétrique si et seulement si : σ S n, σ.p = ǫ σ P, où ǫ σ est la signature. Remarque Il suffit de vérifier la condition pour les transpositions. Exercice Soit A un anneau commutatif intègre de caractéristique différente de 2. Montrer qu un polynôme P A[X 1,...,X n ] est antisymétrique si et seulement s il s écrit sous la forme : P = n Q, avec n = i<j(x j X i ) et Q A[X 1,...,X n ] sym. Remarque. n est le déterminant de Vandermonde : n = X 1 X 2... X n X1 n 1 X2 n 1... Xn n Résultant et discriminant Le déterminant d une matrice carrée d ordre n à coefficients dans un anneau commutatif, est défini par la formule habituelle : deta = n ǫ σ σ S n i=1 a iσ(i). Notons que cela a un sens si les n 2 coefficients de la matrice sont des variables différentes : on peut voir le déterminant comme un polynôme en n 2 variables. 26

8 Définition Soient P = a 0 + +a m X m et Q = b 0 + +b n X n deux polynômes à coefficients dans un anneau commutatif. Le résultant Res(P,Q) est le déterminant de la matrice dite de Sylvester : a 0 b 0 a 1 a 0 b 1 b 0. a b a S(a 0,...,a m ;b 0,...,b n ) =... a 1 b n... b0 a m.. b n b 1 a m a m.... Proposition On suppose que P = a a m X m et Q = b 0 + +b n X n sont à coefficients dans le corps commutatif K. Si b n 0 alors Res(P,Q) = b deg(p) n det(ψ P ), où b n est le coefficient dominant de Q, et : ψ P : K[X]/(Q) K[X]/(Q) U UP Théorème On suppose que P = a 0 + +a m X m et Q = b 0 + +b n X n sont deux polynômes à coefficients dans un corps commutatif K. Si b n 0 alors le résultant de P et Q est non nul si et seulement si P et Q sont premiers entre eux. Proposition a) Res(P,Q) = ( 1) nm Res(Q,P). b) Res(P 1 P 2,Q) = Res(P 1,Q)Res(P 2,Q). n c) Si le polynôme Q est de degré n et scindé : Q = b n (X y j ), alors : j=1 b n 14/10/2010 Res(P,Q) = b deg(p) n m P(y j ). i=1 m d) Si P est de degré m et également scindé : P = a m (X x i ), alors : i=1 m n Res(P,Q) = a n mb m n (y j x i ). i=1j=1 27

9 Proposition On suppose que P = a a m X m et Q = b b n X n sont deux polynômes à coefficients dans un corps commutatif K algébriquement clos. Le résultant de P et Q est nul si et seulement si a m = b n = 0, ou P et Q ont une racine commune. Exercice Etudier l intersection des courbes d équations : Discriminant X 2 XY +Y 2 1 = 0, 2X 2 +Y 2 Y 2 = 0. Soit P = a a n X n un polynôme de degré n à coefficients dans un anneau commutatif intègre A. Définition Le discriminant de P, noté Disc(P) est défini par : Disc(P) = ( 1) n(n 1) 2 a 0 a 1 a 1 a 0 2a 2 a 1. a a a a 1 na n... a1 a n.. na n 2a a n a n 1 na n (n 1)a n 1 1 n Notons que : a n Disc(P) = ( 1) n(n 1) 2 Res(P,P ). Théorème Si le polynôme P, à coefficients dans le corps commutatif n K, est scindé : P = a n (X x i ), alors : i=1 Disc(P) = a 2n 2 n (x j x i ) 2. i<j Le discriminant générique est le carré du déterminant de Vandermonde : 2 n = 1 i<j n (X j X i ) 2 C est un polynôme symétrique. 18/10/

10 Proposition On a, p k = ix k i étant la somme des puissances : 2 n = n p 1 p 2... p n 1 p 1 p 2 p 3... p n p 2 p 3 p 4... p n p n 1 p n p n+1... p 2n 2, 29

LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES

LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES LES POLYNÔMES SYMÉTRIQUES 1. Les polynômes symétriques élémentaires Fixons quelques notations et terminologies pour les polynômes à plusieurs variables. On fixe un corps K. Un polynôme en X 1, X 2,...,

Plus en détail

Formes bilinéaires et quadratiques

Formes bilinéaires et quadratiques Formes bilinéaires et quadratiques 0 Prolégomènes Caractéristique d un corps Si K, +, est un corps commutatif, alors l application ϕ : n n K, où K est l élément neutre de K pour le produit, est un morphisme

Plus en détail

Algèbre M1 Cours 1. Extension de corps. 14 Septembre 2010

Algèbre M1 Cours 1. Extension de corps. 14 Septembre 2010 Algèbre M1 Cours 1 Extension de corps 14 Septembre 2010 Définition Définition Extension de corps. Soit k un corps. Une extension de k est une k-algèbre (K,i) où K est un corps c est-à-dire un couple où

Plus en détail

Modules sur un anneau commutatif

Modules sur un anneau commutatif Université de Nice Master 1 Mathématiques 2006-07 GAE Modules sur un anneau commutatif 1. Généralités 1.1. On considère un anneau commutatif A. Un module M sur l anneau A (ou A-module) est un groupe abélien

Plus en détail

ÉNS Lyon Algèbre 1 L DM 2

ÉNS Lyon Algèbre 1 L DM 2 1 ÉNS Lyon Algèbre 1 L3 2010 2011 DM 2 L anneau Z[i 2]. On considère l anneau Z[i 2] = {a + bi 2 ; a, b Z}, sur lequel on définit une application norme, N, donnée par N(a + bi 2) = a 2 + 2b 2 N. 1. Vérifier

Plus en détail

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE JL HERMANN 115, Boulevard Saint-Germain, Paris 6 TABLE PRÉFACE 15 o. LE RAISONNEMENT LOGIQUE

Plus en détail

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions Chapitre 9 Polynômes Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 1 Généralités 1.1 Définitions Définition 1 Polynôme Une fonction P : K K est une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) à coefficients

Plus en détail

Cours d Algèbre II Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckiger 09 mai Corrigé 21

Cours d Algèbre II Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckiger 09 mai Corrigé 21 Cours d Algèbre II Bachelor Semestre 4 Prof. E. Bayer Fluckiger 09 mai 2012 Corrigé 21 Exercice 1. Soit A un anneau intègre de cardinal fini. Montrer que A est un corps. Soient a A \ {0} et f : A A l homomorphisme

Plus en détail

CORPS. David Harari. Pour p premier, Z/pZ et Z/pZ(T ) sont des corps de caractéristique p (noter que le second est infini).

CORPS. David Harari. Pour p premier, Z/pZ et Z/pZ(T ) sont des corps de caractéristique p (noter que le second est infini). Algèbre 1-NOTIONS DE CORPS THÉORIE DES David Harari Rappelons qu un corps K est par définition un anneau commutatif dans lequel tout élément non nul est inversible, i.e. K = K \ {0}. La caractéristique

Plus en détail

Notations et préliminaires

Notations et préliminaires Notations et préliminaires Tous les corps figurant dans le problème sont supposés commutatifs. N désigne l ensemble des nombres entiers naturels N désigne l ensemble des nombres entiers naturels non nuls

Plus en détail

Cours d algèbre : groupes et anneaux 2

Cours d algèbre : groupes et anneaux 2 Université Blaise Pascal, U.F.R. Sciences et Technologie, Département de Mathématiques et Informatique Licence de Mathématiques, 3ème année U.E. 36MATS1 Cours d algèbre : groupes et anneaux 2 François

Plus en détail

Fractions rationnelles

Fractions rationnelles 8 Chapitre 4 Fractions rationnelles 4. Corps de fractions d un anneau intègre. Fractions rationnelles Soit A un anneau commutatif intègre (par exemple Z, ou l anneau K[X] des polynômes à coefficients dans

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD2 Corps finis

Théorie des Nombres - TD2 Corps finis Université Pierre & Marie Curie Master de mathématiques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théorie des Nombres - TD2 Corps finis Exercice 1 : inversibles : Montrer les isomorphismes suivants et exhiber un

Plus en détail

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,...

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,... Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris Algèbre linéaire 1 Déterminants Exercice [Van Der Monde] 1 Soient a 0,,a n K Calculer 1 1 1 a 0 a 1,a n V (a 0,,a

Plus en détail

Algèbre M1 Cours 4. Extensions séparables. 5 octobre 2010

Algèbre M1 Cours 4. Extensions séparables. 5 octobre 2010 Algèbre M1 Cours 4 Extensions séparables 5 octobre 2010 La théorie de Galois Théorie de Galois = étude des «bonnes» extensions algébriques «bonnes» où sont les racines? combien ai-je de racines? polynômes

Plus en détail

Corps finis et théorie de Galois

Corps finis et théorie de Galois Corps finis et théorie de Galois Exercice 1. Soit p un nombre premier impair et Ω une clôture algébrique de F p. 1. Justifier que F p = {x Ω x p = x}.. Montrer qu il existe un élément ζ Ω tel que ζ = 1.

Plus en détail

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009 Algèbre Cours 9 Anneaux 27 novembre 2009 Définition Définition Anneau. Un anneau unitaire est un triplet (A,+, ) où A est un ensemble, + : A A A et : A A A deux lois internes sur A vérifiant les axiomes

Plus en détail

Exercices à savoir faire chez soi

Exercices à savoir faire chez soi L2 Mathématiques 2013 2014 Algèbre et Arithmétique 3 Feuille n 3 : anneaux, anneaux de polynômes Exercices à savoir faire chez soi Exercice 1 Soit K un corps, et P K[X]. Les assertions suivantes sont elles

Plus en détail

II. Groupe de Galois

II. Groupe de Galois II. Groupe de Galois Baptiste Calmès 7 mai 2017 Table des matières 1 Groupe de Galois 2 2 Plongements 2 3 Permutations de racines 3 4 Correspondance 3 5 Extensions classiques 5 1 1 Groupe de Galois 1.1

Plus en détail

Corps finis. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps Z/pZ. k[x]/p où k est un corps commutatif et P est un polynôme irréductible.

Corps finis. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps Z/pZ. k[x]/p où k est un corps commutatif et P est un polynôme irréductible. Corps finis 1 Un peu d algèbre Si A est un anneau commutatif principal, (a) un idéal de A, et a est un élément premier de A alors l anneau quotient A/(a) est un corps. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps

Plus en détail

Racines. Arithmétique

Racines. Arithmétique Exercices - Polynômes : énoncé Racines Exercice 1 - - L1/Math Sup - Déterminer tous les polynômes P R[X] vérifiant P (0) = 0 et P (X 2 + 1) = ( P (X) ) 2 + 1 Arithmétique Exercice 2 - Reste de la division

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉTERMINANTS Dans tout ce chapitre, n désigne un entier naturel non nul. 1 Groupe symétrique 1.1 Permutation Définition 1.1 Permutation, groupe symétrique On appelle permutation de 1, n toute bijection

Plus en détail

AUTEUR : Guillaume CONCHON-KERJAN. Suites et polynômes. - Suites -

AUTEUR : Guillaume CONCHON-KERJAN. Suites et polynômes. - Suites - DOMAINE : Algèbre AUTEUR : Guillaume CONCHON-KERJAN NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2013 CONTENU : Cours et exercices Suites et polynômes - Suites - Définition 1. On appelle u 0,, u n, où u k K

Plus en détail

I. El Hage 1. Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps.

I. El Hage  1. Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps. I. El Hage www.les-mathematiques.net 1 Corps des racines 1 Introduction Tous les corps considérés dans ce cours seront des corps commutatifs. Soit K un tel corps. Définition On dit qu un corps E est une

Plus en détail

5 Groupes-Permutations

5 Groupes-Permutations 1 Groupes La définition des groupes est connue : c est un ensemble G muni d une loi de composition interne associative et possédant un élément neutre. de plus, tout élément de G admet un symétrique pour

Plus en détail

Introduction à la théorie des modules

Introduction à la théorie des modules Chapitre 4 Introduction à la théorie des modules 4.1 Définitions et exemples de base Soit A un anneau. Définition 4.1.1. Un module (à gauche) sur A est un groupe abélien M muni d une opération externe

Plus en détail

1.5 Corps de décomposition

1.5 Corps de décomposition Une extension L de K comme dans le théorème est un corps de rupture de P sur K. En particulier 1, α,..., α deg P 1 est une K base de α. Exemple : 0( 3 2), 0(j 3 2), 0(j 2 3 2) sont des corps de rupture

Plus en détail

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S 1. Définitions et exemples DEFINITION 13 : FORME QUADRATIQUE Soit b une forme bilinéaire sur E. L application et appelée forme quadratique associée.

Plus en détail

Cours d Algèbre I Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 10 Octobre 2011

Cours d Algèbre I Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 10 Octobre 2011 Cours d Algèbre I Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 10 Octobre 2011 Corrigé 3 Étant donnés deux entiers k Z et n 2, on désigne par k mod n la classe de congruence de k modulo n. Exercice 1 (Sous-groupes

Plus en détail

Chapitre 1 : Anneaux de polynômes

Chapitre 1 : Anneaux de polynômes Université François-Rabelais de Tours Licence de Mathématiques Chapitre 1 : Anneaux de polynômes UE 6-3 Algèbre Semestre 6 Dans ce chapitre, on introduit la notion de polynôme sur un corps ou un anneau.

Plus en détail

Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 29 octobre 205 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 2 Polynômes, fractions rationnelles Sommaire 2. Anneau des polynômes...............................

Plus en détail

Corrigé du concours commun 2009 des écoles des mines d Albi, Alès, Douai, Nantes Épreuve spécifique.

Corrigé du concours commun 2009 des écoles des mines d Albi, Alès, Douai, Nantes Épreuve spécifique. Corrigé du concours commun 009 des écoles des mines d Albi, Alès, Douai, Nantes Épreuve spécifique. Problème On rappelle que le nombre e = exp(), 7, e 0, 6,, 4 et ln(3), 0. Partie (Étude d une fonction)

Plus en détail

Quelques compléments de dualité.

Quelques compléments de dualité. 1 Quelques compléments de dualité. Définition 0.1 Soit E un K-espace vectoriel. On considère l application E E K. (f, x) f(x) Cette application est bilinéaire. On la note < f, x >, et on la nomme crochet

Plus en détail

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C.

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C. Chapitre 9 Les polynômes Motivation : Les polynomes sont les seules fonctions dont on sache calculer les images des rationnels. K sera le corps R ou C. I Définitions et structures I.1 Définitions Définition

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES APPLICATIONS LINÉAIRES 1 Définition et premiers exemples 1.1 Définition Définition 1.1 Application linéaire Soient E et F deux K-espaces vectoriels. On appelle application linéaire de E dans F toute application

Plus en détail

TD4 : Anneaux noethériens et modules

TD4 : Anneaux noethériens et modules TD4 : Anneaux noethériens et modules Diego Izquierdo Les exercices 1, 3 et 12 sont à préparer avant le TD. Pendant la séance de TD, les exercices seront traités dans l'ordre suivant : 1, 3, 12, 7, 13.

Plus en détail

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2)

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2) LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ. Pré-requis : Relation d équivalence ; Définitions d un groupe, d un anneau, d un corps ; Division euclidienne dans Z, notation d un cardinal ( ) ; Nombres

Plus en détail

Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03

Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03 Trace, formes quadratiques et extensions de corps Yves Coudene 16/10/03 Ce document porte sur les notions de dimension d espace vectoriel, extensions de corps, trace de matrices, polynôme minimal et caractéristique,

Plus en détail

Algèbre M1 Cours 13. Centre de l algèbre de groupe. 14 décembre 2010

Algèbre M1 Cours 13. Centre de l algèbre de groupe. 14 décembre 2010 Algèbre M1 Cours 13 Centre de l algèbre de groupe 14 décembre 2010 Programme Aujourd hui, G désigne un groupe fini. Dans un premier temps, on va poursuivre l étude des caractères sur les corps algébriquement

Plus en détail

CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ

CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ CHAPITRE 1 : L ensemble Z=nZ Dans tout ce chapitre, n désigne un entier supérieur ou égal à 2. I Dé nitions. Dé nition I.1 Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a est congru à b modulo n si a de

Plus en détail

Théorie de Galois. Cours de Maîtrise Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps

Théorie de Galois. Cours de Maîtrise Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps Théorie de Galois Cours de Maîtrise Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps Table des matières 1 Introduction à la théorie des corps 3 1.1 Généralités................................ 3 1.1.1 Anneaux et

Plus en détail

Principales structures : groupe, anneau, corps, algèbre.

Principales structures : groupe, anneau, corps, algèbre. Principales structures : groupe, anneau, corps, algèbre. I) Lois de composition : Déf : Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Déf : Soit K et E deux

Plus en détail

n a k x k = 0, k=0 n a k x k. k=0

n a k x k = 0, k=0 n a k x k. k=0 Université Claude Bernard Lyon I CAPES de Mathématiques : Oral Année 2006 2007 Fonctions polynômes On travaille sur un corps K infini, par exemple R ou C. Définition, structures (a) Définition On appelle

Plus en détail

Fractions rationnelles

Fractions rationnelles Chapitre 3 Fractions rationnelles 3. Corps de fractions d un anneau intègre. Fractions rationnelles Soit A un anneau commutatif intègre (par exemple Z, ou l anneau K[X] des polynômes à coefficients dans

Plus en détail

Quelques mystères de la complexité algébique

Quelques mystères de la complexité algébique Quelques mystères de la complexité algébique Pascal Koiran LIP, Ecole Normale Supérieure de Lyon ENS Cachan, 10 septembre 2013 Qu est-ce que la complexité algébrique? But de la complexité algorithmique

Plus en détail

Matrices. 1 Matrices rectangulaires. 1.2 L espace vectoriel M n,p (K) Dans tout ce chapitre, K désigne R ou C.

Matrices. 1 Matrices rectangulaires. 1.2 L espace vectoriel M n,p (K) Dans tout ce chapitre, K désigne R ou C. Matrices Dans tout ce chapitre, K désigne R ou C Matrices rectangulaires Soient n, p deux nombres entiers non-nuls On appelle matrice à n lignes et p colonnes à coefficients dans K tout tableau rectangulaire

Plus en détail

Master de Mathématiques, THEORIE DE GALOIS ET INTRODUCTION A LA THEORIE DES NOMBRES ===================== Jean-Luc Chabert

Master de Mathématiques, THEORIE DE GALOIS ET INTRODUCTION A LA THEORIE DES NOMBRES ===================== Jean-Luc Chabert Master de Mathématiques, THEORIE DE GALOIS ET INTRODUCTION A LA THEORIE DES NOMBRES ===================== Jean-Luc Chabert 1 2 Programme Extensions séparables, théorème de l élément primitif. Extensions

Plus en détail

i) Soit ord(a) = k, ord(b) = n et ab = ba. Alors ord(ab) = kn si et seulement si k est premier avec n.. Structure des groupes cycliques.

i) Soit ord(a) = k, ord(b) = n et ab = ba. Alors ord(ab) = kn si et seulement si k est premier avec n.. Structure des groupes cycliques. Groupes 1 Une loi de composition sur un ensemble E est une application de E E dans E La loi est associative si (ab)c = a(bc) quel que soient a, b, c E La loi est commutative si ab = ba quel que soient

Plus en détail

1.1 Nombres premiers et décomposition

1.1 Nombres premiers et décomposition 1 Arithmétique 1.1 Nombres premiers et décomposition 1.1.1 Division euclidienne Rappelons que l ensemble des entiers relatifs muni de l addition et de la multiplication vérifie les propriétés suivantes

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

CENT CINQUANTE-SEPT EXERCICES D ALGÈBRE POUR LE SIXIÈME SEMESTRE DE LA LICENCE DE MATHÉMATIQUES. Michèle Audin

CENT CINQUANTE-SEPT EXERCICES D ALGÈBRE POUR LE SIXIÈME SEMESTRE DE LA LICENCE DE MATHÉMATIQUES. Michèle Audin CENT CINQUANTE-SEPT EXERCICES D ALGÈBRE POUR LE SIXIÈME SEMESTRE DE LA LICENCE DE MATHÉMATIQUES 2012 2013 Michèle Audin Anneaux (1). 1. Anneaux, morphismes et idéaux Exercice 1.1. Déterminer toutes les

Plus en détail

Racines de polynômes

Racines de polynômes Racines de polynômes Exercice 1 Factorisation de X n 1 Factoriser X n 1 sur C 1) En déduire n 1 k=1 sin( kπ n ) ) Calculer également n 1 sin( kπ n + θ) 3) On note ω = e iπ/n Calculer k l, k,l [0,n 1] (ωk

Plus en détail

Exercices d oraux de la banque CCP BANQUE ALGÈBRE

Exercices d oraux de la banque CCP BANQUE ALGÈBRE Exercices d oraux de la banque CCP 2014-2015 20 exercices sur les 37 d algèbre peuvent être traités en Maths Sup. BANQUE ALGÈBRE EXERCICE 59 Soit E l espace vectoriel des polynômes à coefficients dans

Plus en détail

LEÇON N 51 : Fonctions polynômes du second degré.

LEÇON N 51 : Fonctions polynômes du second degré. LEÇON N 51 : Pré-requis : Dérivabilité, continuité des fonctions numériques ; Notions d espaces vectoriels, de sous-espaces vectoriels ; Formule du binôme de Newton On se place dans un corps K, généralement

Plus en détail

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Matrices On note K un corps commutatif. n et p représentent deux entiers naturels non nuls. 1. Notion de matrice 1.1. Définitions Définition 1 On appelle matrice d

Plus en détail

Séries formelles. Chapitre Définition, opérations. 4.2 Ordre, familles sommables

Séries formelles. Chapitre Définition, opérations. 4.2 Ordre, familles sommables Chapitre 4 Séries formelles 4. Définition, opérations Une série formelle en X sur le corps K est une expression : a n X n = a 0 + a X + a 2 X 2 + + a n X n +, où les a n sont des éléments de K. Cette fois-ci,

Plus en détail

Polynômes. Motivation. 1. Définitions Définitions

Polynômes. Motivation. 1. Définitions Définitions Polynômes Vidéo partie 1. Définitions Vidéo partie 2. Arithmétique des polynômes Vidéo partie 3. Racine d'un polynôme, factorisation Vidéo partie 4. Fractions rationnelles Fiche d'exercices Polynômes Fiche

Plus en détail

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k

Montrer qu il s agit d un produit scalaire, et trouver une base orthogonale pour ce produit scalaire. (x e k ).e k Ex 1 Facile Soit un espace préhilbertien réel E et deux vecteurs x,y E. a) Développer l expression y 2.x (x y).y b) Retrouver l inégalité de Cauchy-Schwarz ainsi que le cas d égalité. Ex 2 Cours, à faire

Plus en détail

Isométries affines et vectorielles

Isométries affines et vectorielles Chapitre 3 Isométries affines et vectorielles Objectifs de ce chapitre 1. Rappels sur les isométries vectorielles.. Groupe orthogonal en dimension et 3. Détermination d une isométrie vectorielle en dimension

Plus en détail

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel.

ARITHMÉTIQUE ET GROUPES Année TD1: Les nombres complexes. Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. TD1: Les nombres complexes Exercice 1. Montrer que (1 + 2i)(2 3i)(2 + i)(3 2i) est un nombre réel. Exercice 2. Soit j = 1 2 + i 3 2. a) Calculer j, j 2, j 3, j n, avec n N, 1 + j + j 2. b) Dans le plan

Plus en détail

Résumé 02 : Matrices & Déterminants

Résumé 02 : Matrices & Déterminants http://mpbertholletwordpresscom Résumé 02 : Matrices & Déterminants Dans tout ce chapitre, K sera le corps R ou C 1 LES BASES 1 L opérateur L A Toute application linéaire de R p dans R n est l application

Plus en détail

JÉRÉMY BLASSELLE. 1. Généralités

JÉRÉMY BLASSELLE. 1. Généralités PIVOT DE GAUSS SUR UN ANNEAU JÉRÉMY BLASSELLE 1 Généralités Tout les anneaux considérés ici seront supposés unitaires et commutatifs Dénition 11 On dira que A est un anneau de Gauss si pour tout entier

Plus en détail

Algorithme d Euclide

Algorithme d Euclide Université de Bordeaux Préparation à l agrégation Mathématiques Année 2013 2014 Algorithme d Euclide 1 Rappels Soit A un anneau euclidien C est donc que A est commutatif unitaire, intègre, et qu il existe

Plus en détail

Algèbre 1-ANNEAUX ET MODULES

Algèbre 1-ANNEAUX ET MODULES Algèbre 1-ANNEAUX ET MODULES David Harari 1. Généralités sur les anneaux 1.1. Définitions, premières propriétés Définition 1.1 Un anneau (A, +,.) est la donnée d un ensemble A et de deux lois internes

Plus en détail

Programme de Mathématique. Préparation Physique-Chimie &Technologie. Algèbre Et Géométrie. Première Année I. NOMBRE ET STUCTURES ALGEBRIQUES USUELLES

Programme de Mathématique. Préparation Physique-Chimie &Technologie. Algèbre Et Géométrie. Première Année I. NOMBRE ET STUCTURES ALGEBRIQUES USUELLES Programme de Mathématique Préparation Physique-Chimie &Technologie Algèbre Et Géométrie Première Année I. NOMBRE ET STUCTURES ALGEBRIQUES USUELLES 1. Ensembles, applications 2. Nombres entiers naturels,

Plus en détail

Agrégation Interne Le groupe linéaire

Agrégation Interne Le groupe linéaire On pourra consulter les ouvrages suivants. Agrégation Interne Le groupe linéaire M. Alessandri. Thèmes de géométrie. Groupes en situation géométrique.. Dunod. 1999. S. Francinou, H. Gianella, S. Nicolas.

Plus en détail

FRACTIONS RATIONNELLES

FRACTIONS RATIONNELLES FRACTIONS RATIONNELLES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C. 1 Corps des fractions rationnelles Définition 1.1 Fraction rationnelle On appelle fraction rationnelle à coefficients dans K toute

Plus en détail

Feuille d exercices 3

Feuille d exercices 3 UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Année 2007/2008 MIME 22 LM 125 Groupe 22.4 Feuille d exercices 3 Exercice 1 Effectuer le produit des polynômes suivants : 1. P = X 3 X + 1 et Q = X 2 3X + 2. 2. P = X 4

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents

Plus en détail

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées Réduction des endomorphismes et des matrices carrées Table des matières 1 Vecteurs propres et espaces propres d un endomorphisme 2 11 Éléments propres d un endomorphisme 2 12 Obtention d éléments propres

Plus en détail

POLYNOMES. Table des matières. Fonction polynôme. I.1 Fonction polynôme de degré n

POLYNOMES. Table des matières. Fonction polynôme. I.1 Fonction polynôme de degré n POLYNOMES Table des matières I Fonction polynôme 1 I.1 Fonction polynôme de degré n.................................. 1 I.2 Egalité de deux polynômes................................... 1 I.3 Racine d un

Plus en détail

Anneaux principaux. Q : p q = 1 tel que a, b N, q = 2 a 5 b } K[[X]] (anneau séries de Laurent, de Roba...)

Anneaux principaux. Q : p q = 1 tel que a, b N, q = 2 a 5 b } K[[X]] (anneau séries de Laurent, de Roba...) Anneaux principaux 1. Un exemple de plan (version très préliminaire) Le titre est court : on pourrait légitimement s attendre à trouver les mots «exemples et applications», mais alors la leçon serait nécessairement

Plus en détail

ENS 1995 page 1. COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures. Introduction

ENS 1995 page 1. COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures. Introduction ENS 1995 page 1 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures Introduction De manière informelle, une fonction élémentaire est une fonction définie sur un ouvert de R ou de C et qui «s exprime par composition»

Plus en détail

Equations diophantiennes ax + by = c,

Equations diophantiennes ax + by = c, Equations diophantiennes ax + by = c, Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie autres équations diophantiennes Année 2006 2007 Extrait du rapport du jury 2002

Plus en détail

Variations autour du théorème de Wilson

Variations autour du théorème de Wilson Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Variations autour du théorème de Wilson Le théorème de Wilson a été découvert à la fin du dixième siècle par le mathématicien arabe Ibn al-haytham qu on

Plus en détail

Groupes finis et arithmétique basique. Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q.

Groupes finis et arithmétique basique. Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q. Groupes finis et arithmétique basique Énoncé Si p, q sont deux entiers relatifs, on note p q le pgcd de p et q et p q le ppcm de p et q. I Les nombres de Fermat On appelle nombre de Fermat tout entier

Plus en détail

Eléments de calcul matriciel

Eléments de calcul matriciel Eléments de calcul matriciel Définition et propriétés des matrices Définition Une matrice (l x c) (lire l croix c) est un ensemble de l fois c nombres, réels ou complexes, regroupés sous la forme d un

Plus en détail

Fractions rationnelles

Fractions rationnelles Fractions rationnelles Décomposition en éléments simples Exercice Éléments de ère espèce x 5 x + x 6 3 x3 + x + x 4 x 3 4 x x + x x 5 x x 6 x n 7 x + n 8 n! x + x + n Exercice x + x x + x x 4 3 x x x +

Plus en détail

Comparaison des anciens et des nouveaux programmes de PTSI

Comparaison des anciens et des nouveaux programmes de PTSI Comparaison des anciens et des nouveaux programmes de PTSI Les plans des deux programmes étant sensiblement différents, nous avons choisi de présenter les modifications en suivant l ordre du nouveau programme.

Plus en détail

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré

Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré Polynômes et fractions rationnelles Trinômes du second degré 1 Rappels 1. Carré d une somme : 2. Carré d une différence : 3. Différence de deux carrés : Pour tous réels a et b, a + b) 2 =........ Pour

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U)

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE CONCOURS D ADMISSION 2016 FILIÈRE MPI COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée. Préambule Ce problème est consacré

Plus en détail

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés.

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. Université Nice Sophia-Antipolis SL2SF 2012-13 Algèbre 2 Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. On travaille avec le corps des réels, noté R. Pour tout entier naturel n, on considère

Plus en détail

Formes quadratiques. 1. Formes bilinéaires symétriques et formes quadratiques

Formes quadratiques. 1. Formes bilinéaires symétriques et formes quadratiques Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Formes quadratiques On se place sur un R-espace vectoriel E de dimension finie n. 1. Formes bilinéaires symétriques et formes quadratiques 1.1. Formes bilinéaires symétriques

Plus en détail

1. Familles de vecteurs

1. Familles de vecteurs Compléments d algèbre linéaire 1-1 Sommaire 1 Familles de vecteurs 1 11 Famille libre 1 1 Famille génératrice 1 13 Base 14 Propriétés Sous-espaces vectoriels 1 Somme de sous-espaces vectoriels Base adaptée

Plus en détail

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes.

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes. LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes Pré-requis : Nombres complexes : définition et propriétés ; Notions d anneaux, de corps ; Théorème de Liouville) 171 Équations du

Plus en détail

Diverses factorisation de matrices

Diverses factorisation de matrices 18 Diverses factorisation de matrices On utilise les notations et dénitions du chapitre 13. 18.1 Les théorèmes de réduction des matrices Les théorèmes de réduction des matrices (voir le chapitre 17) nous

Plus en détail

LES EXTENSIONS DE CORPS

LES EXTENSIONS DE CORPS LES EXTENSIONS DE CORPS NANCY WALLACE Définition 1 : Un monoïde est un ensemble, disons M, muni d une opération binaire : M M M associative et tel qu il existe un élément neutre noté e M M ayant la propriété

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19.

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19. CHAPITRE 3 Les nombres premiers SÉQUENCE 1 Les nombres premiers (page 76) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 A 1. Conjecture possible : le produit des nombres associés aux extrémités est égal à l ordonnée

Plus en détail

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992 arxiv:alg-geom/9206007v1 16 Jun 1992 Géométrie algébrique/ Algebraic geometry. Rang de courbes elliptiques d invariant donné. Jean-François Mestre. Résumé.- Nous montrons qu il existe une infinité de courbes

Plus en détail

Fractions rationnelles : rappels, éléments simples, primitives

Fractions rationnelles : rappels, éléments simples, primitives École des Mines de Douai FIAAS Mathématiques Fractions rationnelles Fractions rationnelles : rappels, éléments simples, primitives F. Delacroix, École des Mines de Douai, 30 septembre 2010 Table des matières

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre 4 Applications linéaires I) Généralités sur les applications linéaires 1) Définitions Définition 1 Soient E et F deux R-espaces vectoriels On appelle application linéaire de E dans F toute application

Plus en détail

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel.

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. Pré-requis : Relations d équivalence, ensembles quotient, PGCD, théorème de Gauss ; Un

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique.

Arithmétique Algorithmique. Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie II Arithmétique rapide 1 Opérations de base sur les entiers longs 2 Polynômes à coefficients dans Z/2 w Z 3 Multiplication

Plus en détail

Algèbre linéaire. Contents. 1 Algèbres Dénition Exemples Sous-algèbres Morphisme d'algèbres... 3

Algèbre linéaire. Contents. 1 Algèbres Dénition Exemples Sous-algèbres Morphisme d'algèbres... 3 Algèbre linéaire Contents 1 Algèbres 3 1.1 Dénition.......................................... 3 1.2 Exemples.......................................... 3 1.3 Sous-algèbres........................................

Plus en détail

Chapitre 8. Réduction des matrices. 8.1 Valeurs propres, vecteurs propres

Chapitre 8. Réduction des matrices. 8.1 Valeurs propres, vecteurs propres Chapitre 8 Réduction des matrices La réduction des matrices constitue le premier pas de ce que l on appelle la théorie spectrale, vaste sujet. Ses applications pratiques sont nombreuses : modélisation

Plus en détail

Introduction à la théorie des codes. Codes correcteurs d erreurs

Introduction à la théorie des codes. Codes correcteurs d erreurs Introduction à la théorie des codes correcteurs d erreurs Codes cycliques POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/codage.html Plan

Plus en détail

Master 2 Algèbre appliquée Université Paris-Saclay. Algèbre effective

Master 2 Algèbre appliquée Université Paris-Saclay. Algèbre effective Master 2 Algèbre appliquée Université Paris-Saclay Algèbre effective N. Perrin Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Année 2017-2018 Table des matières I. Théorème de Hilbert et bases de

Plus en détail

ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE. (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve.

ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE. (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve. ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE CONCOURS D ADMISSION 2011 FILIÈRE MP COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve. Dans tout le

Plus en détail

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1

Déterminants. Théorème 3 On suppose que F est une somme directe de n sous-espaces vectoriels F i. Alors. i=1 Déterminants Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif 1 Applications et formes multilinéaires Soient E 1,, E p et F des espaces vectoriels sur K et ϕ une application de E 1 E p dans F Définition

Plus en détail