- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE"

Transcription

1 - CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE Tab le d es mati` er es 1 Conti nui et Co ntinuit e en un p oint Co ntinuit e s ur un ens emble P ropr etés i des fo nctio ns co ntinues Im age d un i nterval le par une foncti on conti nue Thé o eme r` des va leur s inter edia m ir es Ca s pa r ticulier. s Applica tio ns Foncti on récipro que d une fonction strictement m ono tone s ur un i nterval le Définitio ns et exemples Le thé o eme. r`

2 1 Continu ité 1.1 Cont inuité en un p oint Dé fini ti o n1soit f une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d n ie su r un voisin Vage dex 0. O n dira quef est conti nu e au point x 0 si lim f (x)= f (x 0 ). x x 0 R e m arqu e1 - Dan s la efinit d ion pr ecéden t con e, t rairemen t `a ce a eté quivu dans le calcul de limit e,il fau t qu e la fon ct ionf soit d efi nie au point x 0. - Si lim f (x)= f (x0), on dit qu e la fonct ion f est con t in ue `a droit x0. e en x x Si lim f (x)= f (x0), on dit qu e la fonct ion f est con t in ue `a gau che x0. en x x 0 R e m arqu e2 f es t co ntinue en x0 ssif est continue `a dr o ite et `a gauche x0 en f (x)= f (x0) s si lim x x 0 f (x) = lim x x Cont inuité sur un ensemble Dé fini ti o n2soit f une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d n ie su r un en semble A. O n dit qu e la fonct fion est conti nu e sura si f est con t in ue en t ou t poin A. t de Au t remen t dit si x0: A ona lim f (x)= f (x0). x x 0 R e m arqu e3si f est une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d nie su r[ a,b] (aveca <b ), alor s: f est con t in ue su a,b[ r] f sera con t inue su a,b] r[ si: f est con t in ue `a droit a e. en f est con t in ue `a gau che b en O n adapt era facilemen efinit t la d ion sif es t efi d n ie su a r],b] ou en core[ a,b[. R e m arqu e4le graphe (ou encore la cou rbe esen repr t at ive) d u ne fon ct ion con t représ in ue en est e t par un t rait cont inu ; on pou rra donc le const ru ire sans lever le crayon. E xe m pl e1tou te fon ct ion polyn ˆome est con t R. in ue sur Toute fonction rationnel le est continue sur son ensemble efinit de ion. d f (x) = x = O n a: x si x 0 x sin on. Cet te fon ct ion est efi d n ie sur D = R. Et u dions la cont inu e surd it : sur], 0[: f (x) = x doncf est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con t in, ue 0[ su r ] s u r ]0, + [: f (x)= x doncf est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con, t + [ in ue su r ]0 lim f (x) = lim x =0= f (0) en 0: x O + x O +, doncf est con t in ue en0 lim f (x) = lim ( x) =0= f (0) x O x O En conclu sion, f est con t in ue R. sur 2

3 y = x Figu re 1 Re pr esenta tio n gr a phique f : xde x 1.3 P r opr etés i des fonc t ions cont inues Th é o e r`m e1si f et g sont deu x fonct ions nu eriqu m es d u ne variable eel r le continues sur A et si α et β son t deu x n ombres eels r qu elcon qu es, alors: αf + βg est con t in ue A, sur f.g est con t in ue A, sur f est con t in ue en t ou t poin A o`ug(x) t de =0, g f est con t in ue en t ou t poin A o`uf t de(x) 0. Pre uve. Ce thé o eme r` d eco ule de c fa o n imm edia te du e th o eme r` a na lo g ue sur les limites. Th é o e r`m e2(con t inu e it de la fon ct ion compos ee) Si f est con t in ue Asur alorsg f est con t in ue A. sur Si g est con t in ue f sur (A) Pre uve. Ce thé o eme r` d e co ule du e th o eme r` sur la limite d une fonction comp e e. o s 2 Image d u n intervalle p ar un e fon c tion c ontinue 2.1 Th éo eme r` des valeurs int erm ediair es Th é o e r`m e3th éorème des valeu rs i nterm edi ai res L image d un interval le par une fonction continue est un interval le. Pre uve. Ce thé o eme r` es t a dmis. R e m arqu e5s oienta et b dansi (aveca b). Dire quef (I ) est un interval le signifie que λtout compris en t f re (a) et f (b)est au ssi dans f (I ). (C es t `a dire λ: [f (a);f (b)](ou[f (b);f (a)]), x I telquef (x)= λ.) Cet te remarqu e se t radu it don c en disan t qu e t ou te valeu r comprise f (a) et f (b) en es t re t pris e au m oin s un e fois f par. 3

4 f (a) a b λ f (b) Figu re 2 Illustr a tio n gr a phique du TVI E xe m pl e2 Mo ntr o ns que la fo nction f définie parf (x)= x 3 5x 2 +x 1 s a nnule au mo ins une fo is sur l inter va lle I = [4 ; 5 ]. La fo nctionf est une fo nctio n p o lynˆo me do nc elle est co R, ntinue do nc en surpa r ticulier sur [4 ; 5 ]. Cho is is so a ns =4 et b= 5, o n a alo f rs (4 ) = 13 f et (5 ) = 4. D a pr` e s le th e o eme r` des va leur s inter edia m ir es, co mme a I et b I alo rsf pr end au moins une fois to ute va leur co mpr ise entre f (a) et f (b). Or λ = 0 [ 13 ; 4], on p eut do nc a ffir mer λ que = 0 est a tteint au mo ins une fo is f, par do ncf s a nnule au mo ins une fo is sur l inter I = va [4 lle ; 5]. R e m arqu e6 - ATTEN TIO N: I et f (I ) ne son t pas ecessairement n des interval les eme de mˆ n at u re. En effet, prenons par ex emple la fonct f défi ionnie par f (x)= x 2. Si I =] 1; 1[ (ou vert ), alors f (I ) = [0 ; 1 [(semi- ou vert ). Si I =] 1; 1 ](semi- ou vert ), f (I alors ) = [0 ; 1] ( ferm e). - On peu t cependant mont rer qu I est e si un interval le ferm e bor e( n I =[a,b] ) alorsf (I ) au ssi. Cela signifie qu e f si est continue sur un interval le e ferm bor e n alorsf es t born ee est at t ein t ses born es. 2.2 Cas par t iculiers Th é o e r`m e4 Si f est continue et croissante sur l interval a,b] le[ (aveca<b ), alor s on a:f ([a,b]) =[f (a),f (b)]. Si f est con t in ue ecroissante et d sur l interval a le[,b] (aveca<b ), alor s on a:f ([a,b]) =[f (b),f (a)]. 2.3 A pplicat ions Th é o e r`m e5th éorème du poi nt fixe Si f est con t in ue I sur =[a,b] alor s c I tel quef (c)= c. S i x I ona f (x) I 4

5 Pre uve. Po so nsg(x)= x f (x). P uis q ue x I ona f (x) I on en d eduit q ue : x I on a: a f (x) b. E n pa r ticulier p ourx = a o n o btie ant f (a) 0, s o it enc g(a) o re 0 p ourx = b o n o btie b nt f (b) 0, s o it enc g(b) o re 0. Co mme la fo nction g es t la so mme de deux fo nctio ns co ntinues I, on en surd eduit q ueg es t co ntinue suri. Pa r a pplica tio n du e o th eme r` des va leur s inter edia m ir es, on en eduit d q ueg(i ) es t un inter va lle. g(i )est un inter va lle g(a) et g(b)s o nt eléme nts de g(i ) do nc 0 g(i ). et g(a) 0 g(b) Pa r d efinitio n deg(i ), il existe do nc un eléme ntc g(i ) te l q ueg(c) = 0 s o it enc f o (c)= re c. R e m arqu e7cela signifie qu e fsiest con t in ue et I si es t s t able par f alors la fon ct ion f adm et au moin s un poin t fix e dans I. b D : y = x c a Cf a c b Figu re 3 Illustr a tio n gr a phique e du o eme r` th du p o int fixe L e th e o eme r` du p o int fixe sig nifie que la co ur esenta b e r epr tive de la fo nction f et la dr o ite e d q ua tion y = x o nt au mo ins un p o int d intersectio n (Il p eut y en avo ir plusieur s...) 3 Fonction récip ro qu e d u ne fon c tion strictement mon oton e su r un intervalle 3.1 Définit ions et exemples Dé fini ti o n3soit f : E F. O n dit quef est un e bi j ecti on Ede surf si tou elémen t t def pos ede, s` danse, u n an ecédent t unique parf. C es t `a dire y: F,!x E telquey = f (x). Dé fini ti o n4soit f u ne biject ion Ede sur F. La fonct ion qu i y`a F associe l u n ique x E tel quey = f (x) es t appel ee la fonct i on eci r proque def. 5

6 N o tati on1cet te fonct ion eciproqu r e est eef not 1. R e m arqu e8la fonct ion eciproquef r 1 es t efi d nie surf. x = f O n a: 1 (y) y = f (x). y F x E De plu s, y F ona f f 1 (y)= y et x E ona f 1 f (x)= x. R e m arqu e9dan s u n rep` ere nor m e (u n es it ident iqu es su r chaqu e les ax cou e), rbes repr es en t at ives des fonct ions f etf 1 son t sym et riqu es par rapport `a la ere premi` bissect rice du ere rep` qu i est la droite d équ ation edu r itey = x. E = F = R et f (x) =2x + 3. So ity quelco nque da F ns = R, o n che r che x da nse = R te l q uey =2x +3. Il suffit do nc de eso r udr e cette equa tio n d inco nnue x et o`uy est do nn e. On tr o uvex = y 3 2. L a nt ecé de nt x existe et est unique. La fo nction f est do nc une bijectio n Rde surr. La fo nctio n ecipr r o que est do efinie nc d s urr par f 1 (y)= y 3 2. E = F = R et f (x)= x 2. So ity quelco nque da F ns = R, o n che r che x da nse = R te l q uey = x 2. L o r s q y< ue 0, ce tteéqua tio n n a pa s de so lutio eelle n r et pa r s uite to y< ut 0 n aur a pas d a nt ecédent, do nc f n es t pa s une bijec tio Rn surr. de E = R, F = R + et f (x)= x 2. So ity quelco nque da F ns = R +, o n che r che x da nse = R te l q uey = x 2. C o mmey 0, cetteéqua tio n est so luble ma ede is p oss` deux so lutio ns da R qui ns so ntx = y et x = y, so lutio ns qui so nt dis tinctes y> 0 si; do ncf n es t pa s une bijec tio Rn surr de +. E = F = R + et f (x)= x 2. Cette fo is, co mme y R +, l é q ua tion y = x 2 p os ede s` une seule so lutio n R da + ns q ui estx = y. La fo nctionf est do nc une bijectio n R + desurr +. La fo nctio n ecipr r o q ue est do efinie nc d s urr + par f 1 (y)= y. y = x 2 y = x y = x Figu re 4 Re pr esenta tio n gr a phique f etde f 1 R em arque 10A part ir de ces ex emples, on ret ien dra combien est il import an t de ecifier sp les deux en sem bles E et F. 6

7 3.2 Le théo eme r` Th é o e r`m e6(th éorème de la bi j ecti on eci r proqu e) Toute fonction strictement monotone sur un interval A réalise le un e biject ion Ade sur f (A). De plu s, la fonct ion eciproquef r 1 est st rict emen t mon ot on f (A) e sur et varie dan s le eme mˆ sen s que f. Preuve. Montr o ns ce esulta r t da ns le ca fs o es `ut s tr ictement cr o is sa A. nte (Un s ur ra is o nnement simila ir e ser a it fa it da ns le fca es s t o s `u tr ictement ecr d o is sa nte A) s ur - Montr o ns que f réa lis e une bijectio An de surf (A). So ity f (A). Pa r d efinitio n def (A), il exis tex A te l q uey = f (x). Pour montr er que f es t bijective, il s uffit de mo ntr er ede l unicit cex. Démo ntr o ns- le pa r l a bsur x de A: si éta it tel quef (x)= f (x )= y et six éta it dis tinct de x (par exemple on a ur x a >x it ), co mmef est s tr ictement cr o issa nte on f a (x ur ) >f a it(x) so it enco rey >y, ce qui est co ntr a dicto ir e. Pa r suitex es t uniq ue fetréa lis e une bijectio An de surf (A). - Montr o ns que f 1 es t s tr ictement cr o is sa f nte (A). s ur So ie nt y 1 et y 2 de ux eléments quelco nq ues f (A) dete ls q ue y 1 <y 2. Il fa ut mo ntr er que f 1 (y 1 ) <f 1 (y 2 ). y1 f (A)! x1 A te l q uey1 = f (x1); de même!x2 A te l q uey2 = f (x2). No us devo ns do nc mo ntr fer 1 que (y1) <f 1 (y2) s o it enc o r e x1 q <x ue 2. E ta blisso ns ce esulta r t `a l a ide d un ra iso nnement pa r l a bsur de. Si o n ava itx1 x2, puis q ue f es t s tr ictement cr o is sa A, nte on s ur a ur a f it(x1) f (x2) so it enco rey1 y2 ce quiest en co ntr a dictio n avec l hyp ese fa o th` ite:y1 <y 2 ; pa r cons eq uent o na bienx 1 <x 2 et f 1 es t s tr ictement cr o is sa f nte (A). s ur E xe m pl e3a =] 2, + [ et f (x) = 2 5 x +2. Mont rons quef est st rict emen t croissan A. te sur Si x 1 >x 2 > 2, alor s on a: f (x 1 ) f (x 2 )= 2 5 Com me s ura. x1 x2 > 0 x 1 +2 > 0 x 2 +2 > 0 x x 2 +2 = 5 x x 1 +2 = 5(x1 x2) (x 1 + 2)(x 2 +2)., on d edu it que f (x1) f (x2) > 0 et donc que f est st rict emen t croissan te D après le th eorèm e pr ecéden t, on en edu d it qu ealise e r un e biject ion Ade sur f (A). Com mef est une fonction rationnel le, on eduit en d qu el le est continue sur l interval A et lepar con equ s en f t, (A) est un interval le et comme f est st rict emen t croissan A, te alor sur s: f (A) =] lim f (x), lim f (x)[= ], 2[. x 2 + x + pou r obt enir f 1, il su ffit de esou r dre equ l at ion y =2 5 d in con nue x A avecy f (A). On obt ientx = 2y +1 2 y. O n a donc:f 1 (y)= 2y +1 2 y pou r touty ], 2[. x +2 Th é o e r`m e7(adm is) Si f est continue et strictement monotone sur un interval A, alorsf le 1 est con t in ue f sur (A). 7

8 Th é o e r`m e8 Si f est con t in ue et st rict emen t croissan a,b], te alorsf su r[ 1 est con t in ue et st rict emen t croissan te s u r[ f (a),f (b)]. Si f est con t in ue et st rict emen ecroiss t d an te su a,b], r[ alorsf 1 est con t in ue et st rict emen ecrois t s d an te s u r[ f (b),f (a)]. Pre uve. Ce thé o eme r` e s t une co eq ns ue nce imm edia te des deux e th o eme r` s pr ecéde nts. E xe m pl e4o n con sid` ere la fonct ion f défi nie surr + parf (x)= x n o`un N. f est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con R + t. in ue sur Si x>y 0, alorsf (x) f (y)= x n y n =( x y) x n 1 + x n 2 y xy n 2 + y n 1 > 0, doncf est st rict emen t croissan R te +. sur Par con equ s en ft, réalise un e biject ion R de + sur f (R + ) =[f (0), lim f (x)[= x + R+. La fonct ion eciproqu r e est appel ee fonct ion raci nen i è me et not ee n. Cet te fon ct ion est don efi c n d ie, con t in ue et st rict emen t croissan R +. te sur 8

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972)

Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972) Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972) Répertoire (19770252/1-19770252/197) Archives nationales (France) Pierrefitte-sur-Seine 1977 1 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/ir/fran_ir_016644

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Phonologie - Lecture Fiche 1. syllabes avec. Atelier. son (l) 1. Écris la syllabe. 2. Relie à la bonne syllabe.

Phonologie - Lecture Fiche 1. syllabes avec. Atelier. son (l) 1. Écris la syllabe. 2. Relie à la bonne syllabe. Phonologie - Lecture Fiche 1 1. Écris la son (l) 2. Relie à la bonne lo lé la le lu li Phonologie - Lecture Fiche 2 1. Entoure la bonne son (l) 2. Écris la syllabe à la bonne place. lo la le li le lu la

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE

Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE Admission en 8 VSB Option spécifique MATHÉMATIQUES et PHYSIQUE Durée 120 minutes Matériel à disposition Compas, règle métrique, rapporteur, équerre, calculatrice non programmable Rappel des objectifs fondamentaux

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS - - - - - - - - - - - - - D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. - - - - - - - - - A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S

Plus en détail

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM --

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- LA MARQUE N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- P PE ER RF FO OR RM MA AN NC CE EE ET T LLÉ ÉG GÈ ÈR RE ET TÉ É D ES

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES DU COMMERCE DE DÉTAIL AU 1 ER TRIMESTRE 2016 AVRIL 2016 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS U NE AC T I VIT É QU I R E S T E PE U D YN AM IQU E CE 1 ER T R IM ESTR E ET D E S PR É

Plus en détail

Comment réserver votre stage?

Comment réserver votre stage? La loi du 23 décembre 1982 prévoit l obligation pour tout futur chef d entreprise du secteur des métiers et de l artisanat de suivre un Stage de Préparation à l Installation avant l immatriculation au

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

L art de recevoir depuis 1988

L art de recevoir depuis 1988 L art de recevoir depuis 1988 E X P LOR E Z LE S M I LLE E T U NE F AC E T T E S D E LA G A ST R O N O M I E E N D É C O U V R ANT M AÎ T R E & C H E F T R AI T EU R S, SY N O NY M E D E R AF F I NEM E

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

Département du Cher (18) Réunion des Maires du Cher 15, 22 et 29 mai 2008

Département du Cher (18) Réunion des Maires du Cher 15, 22 et 29 mai 2008 Département du Cher (18) Réunion des Maires du Cher 15, 22 et 29 mai 2008 Da n s le ca dr e d es lois d e coh ésion sociale et d e lu tte con tre les exclu sion s,d e la loi su r la S olid arité et le

Plus en détail

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Le professeur de Yoga Une formation qui combine sciences modernes (8 années de formation universitaire dans le domaine

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

SOCKETS M-S EATI0fl3.

SOCKETS M-S EATI0fl3. SOCKETS M-S EATI0fl3. nniott^ ati C o n a s il 0. 2 3 3.2 *171.1921. V I I. ^TamErgs ctê~lâ Société* ~ ' ' ' 15914/13914» Genève, l e 19 j u i l l e t 1921. oouingpt du C o n s e il» A L L IM C E DHÜ3

Plus en détail

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3 CONFIGURER LE TABLEAU CMCD Fiche à l usage des Structures LIGUES et COMITES ------------- D a t e : 2 4 F é v r i e r 2 0 1 6 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF

REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CREUSE 4Q 2 REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF Répertoire numérique Etabli par Bernadette BATHEROSSE et Catherine MAHRANE Et publié sous la direction de Gabriel

Plus en détail

GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[

GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[ 1 GROUPE ELECTROGENE AU GPL & AU GAZ NATUREL CE G ER[ 2 GROUPE ELECTROGENE AU GA) UNE APPLICATION ETENDUE Il a toujou s u e aiso de hoisi u g oupe le t og e au gaz. Pas ou peu d'a s au seau le t i ue Chalets

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

Le Beau Danube Bleu ˆ Œ ˆ« Œ Œ Œ Œ ˆ« l l l l. Œ ll ˆ«ˆ ˆ« » Œ ˆ« »»ˆ« »»» ============================= l l l l. l l l l. œ_»œ» Œ œ.

Le Beau Danube Bleu ˆ Œ ˆ« Œ Œ Œ Œ ˆ« l l l l. Œ ll ˆ«ˆ ˆ« » Œ ˆ« »»ˆ« »»» ============================= l l l l. l l l l. œ_»œ» Œ œ. _ _ Arrgt PCSL eus, roir des cieux, roir des eux, cieux, dont es ment fots es eus, yeux, dont es yeux, suis cours, suis eux, vers es ords Le Beau Danue Beu reux cours, re fait é co Johann Strauss Paroes

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES PARS GOUTTE D'OR "VVRE A LA GOUTTE D OR" 9 rue des Gardes - 75011 2 7. R U E D E C HARTRES 75018 PARS C.C.P. PARS 22 41709 W Ê k p P PROJET CONCERNANT LE MANTEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATON DE L'MMEUBLE

Plus en détail

prise de décisions ( Voir ) Chiffres Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions au-delà des

prise de décisions ( Voir ) Chiffres Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions au-delà des prise de décisions Le comptable agréé au coeur de la prise de décisions Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca. (

Plus en détail

100, RUE PLAISANCE, COOKSHIRE-EATON

100, RUE PLAISANCE, COOKSHIRE-EATON 100, RUE PLAISANCE, COOKSHIRE-EATON 214 500 $ MLS / ID #14681534 Informations supplémentaires Propriété qui, anciennement, était un duplex. Elle a été convertie par la suite en unifamiliale. Pour savoir

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

2230, RUE BÉLANGER, SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Description. Détails des pièces. Informations supplémentaires. Inclusion. Exclusion

2230, RUE BÉLANGER, SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Description. Détails des pièces. Informations supplémentaires. Inclusion. Exclusion 2230, RUE BÉLANGER, SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER 235 000 $ MLS / ID #18178062 Informations supplémentaires -La municipalité a informé les propriétaires que les services d'aqueduc et égout se feraient dans

Plus en détail

Lecture : Atelier hebdomadaire

Lecture : Atelier hebdomadaire Je reconnais les sons Je lis des mots Je lis des phrases Colorie le dessin du mot qui ne commence pas pareil que les autres. Fiche n 4 Ecoute et coche le bon mot. 4 Regarde le dessin et coche le bon mot.

Plus en détail

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n Santé & Beauté Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n HL Display, concepteur et fabricant de solutions merchandising et de communication L EXPERTISE DE VOTRE SECTEUR Grâce aux nombreux projets

Plus en détail

ERP5. Open Source Central Banking

ERP5. Open Source Central Banking Open Source Central Banking 2 Position Cash Management Security Engine Core Banking Objects Transactions 1. Ge s tio n de la c a is s e 2. Opé ra tio ns de g uic he t 3. Ge s tio n de la po s ition 4.

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

Dans chacun des cas suivants déterminer l ensemble de définition de f et justifier la continuité de f en tout réel de son ensemble de définition.

Dans chacun des cas suivants déterminer l ensemble de définition de f et justifier la continuité de f en tout réel de son ensemble de définition. LSMarsa Elriadh Dans chacun des cas suivants déterminer l ensemble de définition de f et justifier la continuité de f en tout réel de son ensemble de définition (5 ² 1) f ( ) = 3 ² + 5 + 1 ; f ( ) = ;

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

É C H A FAU DAG E Septembre 2016 LA MARQUE Modèle (Date d'effet) MULTI Multi-SYSTEM Multi-RETO (29/03/13) Structure porteuse Structure multidirectionnlle multiniveau Acier galvanisé s 320N/mm² Largeur

Plus en détail

Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades

Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades Anne-Françoise Schmid To cite this version: Anne-Françoise Schmid. Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades. Conférence prononcée

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

Logotype, webdesign et réalisation d un module flash pour mon projet de DUT

Logotype, webdesign et réalisation d un module flash pour mon projet de DUT 01 Logotype, webdesign et éalisation d un module flash pou mon pojet de DUT Photoshop 02 Photoshop & Flash AS3 02 Céation d une affiche et d autes suppots de communication pou une exposition Affiche, Photoshop

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

t 5 -? 5-5 f M O D.221

t 5 -? 5-5 f M O D.221 6 6-3 X t 5 -? 5-5 f L E B A R R A G E D E L IX H E M O D.221 P R E M IE R R A P P O R T T A B L E DES M A T IE R E S. P a g e IN T R O D U C T IO N I. L E M O D E L E. 3 II. -L E S ESSAIS. 4 1) N iv e

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours.

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. LE PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. PLAN PAR TICULIER DE M IS E EN S ÛR ETÉ

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION R ECHERCH E ET INGENIERIE DE F ORMA TION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :08

Plus en détail

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA.

Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA. Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca La marque Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA Encadrée par: Mme. Le plan Introduction La marque Les stratégies de marque. Les enjeux

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Énergie. déchets. bâtiment EXPERTISE. montée en compétences. collectivités. énergies renouvelables industrie urbanisme. Changement climatique

Énergie. déchets. bâtiment EXPERTISE. montée en compétences. collectivités. énergies renouvelables industrie urbanisme. Changement climatique EXPERTISE ressources Énergie collectivités Changement climatique modification de comportement énergies renouvelables industrie urbanisme déchets montée en compétences bâtiment Ademe formation UNE E X PER

Plus en détail

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole À l école Ste-Ros a lie, trois va leu rs fon da m en ta les représ en ten t n otre m ilieu : Re

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n

c o n c er n a n t en E M E A c o n f o r m é m en t a u x t er m es d u c o n t r a t a v ec l es P a r t en a i r es d e d i s t r i b u t i o n i n CONTRAT AVEC LES PARTENAIRES DE DISTRIBUTION INDIRECTS v. EM EA. 0 4.2 5.2 0 0 7 Afin d e v o u s e n r e g i s t r e r a u p r è s d e Ci s c o c o m m e p a r t e n a i r e d e d i s t r i b u t i o

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Coup de gueule. Le Mag n 47 - Avril 2007. C1 Et ça continue!

Coup de gueule. Le Mag n 47 - Avril 2007. C1 Et ça continue! C1 Et ça continue! 73 On prend les mêmes et on recommence! La Part Dieu est une fois de plus la proie des automobilistes qui tentent coûte que coûte de rejoindre le parvis de la gare SNCF de Lyon Part

Plus en détail

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès.

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès. Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles Enoncer le théorème de Thalès Les droites ( BA ) et ( ZI ) sont sécantes en R, et les droites ( AI ) et ( BZ

Plus en détail

Episode 1. Ecris les mots : titre, auteur, illustrateur, éditeur. Des lettres. Des syllabes

Episode 1. Ecris les mots : titre, auteur, illustrateur, éditeur. Des lettres. Des syllabes Episode 1 Ecris les mots : titre, auteur, illustrateur, éditeur. U Des lettres Des syllabes Entoure si tu entends le son [n] : Coche la syllabe du son [n] : Entoure les lettres du son [n] : m n a M N n

Plus en détail

VECTEURS EXERCICES CORRIGES

VECTEURS EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. VECTEURS EXERCICES CORRIGES On considère un hexagone régulier ABCDEF de centre O, et I et J les milieux respectifs des segments [AB] et [ED]. En utilisant les lettres de la figure citer :

Plus en détail