- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE"

Transcription

1 - CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE Tab le d es mati` er es 1 Conti nui et Co ntinuit e en un p oint Co ntinuit e s ur un ens emble P ropr etés i des fo nctio ns co ntinues Im age d un i nterval le par une foncti on conti nue Thé o eme r` des va leur s inter edia m ir es Ca s pa r ticulier. s Applica tio ns Foncti on récipro que d une fonction strictement m ono tone s ur un i nterval le Définitio ns et exemples Le thé o eme. r`

2 1 Continu ité 1.1 Cont inuité en un p oint Dé fini ti o n1soit f une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d n ie su r un voisin Vage dex 0. O n dira quef est conti nu e au point x 0 si lim f (x)= f (x 0 ). x x 0 R e m arqu e1 - Dan s la efinit d ion pr ecéden t con e, t rairemen t `a ce a eté quivu dans le calcul de limit e,il fau t qu e la fon ct ionf soit d efi nie au point x 0. - Si lim f (x)= f (x0), on dit qu e la fonct ion f est con t in ue `a droit x0. e en x x Si lim f (x)= f (x0), on dit qu e la fonct ion f est con t in ue `a gau che x0. en x x 0 R e m arqu e2 f es t co ntinue en x0 ssif est continue `a dr o ite et `a gauche x0 en f (x)= f (x0) s si lim x x 0 f (x) = lim x x Cont inuité sur un ensemble Dé fini ti o n2soit f une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d n ie su r un en semble A. O n dit qu e la fonct fion est conti nu e sura si f est con t in ue en t ou t poin A. t de Au t remen t dit si x0: A ona lim f (x)= f (x0). x x 0 R e m arqu e3si f est une fonct ion nu eriqu m e d u ne variable eel r le efi d nie su r[ a,b] (aveca <b ), alor s: f est con t in ue su a,b[ r] f sera con t inue su a,b] r[ si: f est con t in ue `a droit a e. en f est con t in ue `a gau che b en O n adapt era facilemen efinit t la d ion sif es t efi d n ie su a r],b] ou en core[ a,b[. R e m arqu e4le graphe (ou encore la cou rbe esen repr t at ive) d u ne fon ct ion con t représ in ue en est e t par un t rait cont inu ; on pou rra donc le const ru ire sans lever le crayon. E xe m pl e1tou te fon ct ion polyn ˆome est con t R. in ue sur Toute fonction rationnel le est continue sur son ensemble efinit de ion. d f (x) = x = O n a: x si x 0 x sin on. Cet te fon ct ion est efi d n ie sur D = R. Et u dions la cont inu e surd it : sur], 0[: f (x) = x doncf est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con t in, ue 0[ su r ] s u r ]0, + [: f (x)= x doncf est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con, t + [ in ue su r ]0 lim f (x) = lim x =0= f (0) en 0: x O + x O +, doncf est con t in ue en0 lim f (x) = lim ( x) =0= f (0) x O x O En conclu sion, f est con t in ue R. sur 2

3 y = x Figu re 1 Re pr esenta tio n gr a phique f : xde x 1.3 P r opr etés i des fonc t ions cont inues Th é o e r`m e1si f et g sont deu x fonct ions nu eriqu m es d u ne variable eel r le continues sur A et si α et β son t deu x n ombres eels r qu elcon qu es, alors: αf + βg est con t in ue A, sur f.g est con t in ue A, sur f est con t in ue en t ou t poin A o`ug(x) t de =0, g f est con t in ue en t ou t poin A o`uf t de(x) 0. Pre uve. Ce thé o eme r` d eco ule de c fa o n imm edia te du e th o eme r` a na lo g ue sur les limites. Th é o e r`m e2(con t inu e it de la fon ct ion compos ee) Si f est con t in ue Asur alorsg f est con t in ue A. sur Si g est con t in ue f sur (A) Pre uve. Ce thé o eme r` d e co ule du e th o eme r` sur la limite d une fonction comp e e. o s 2 Image d u n intervalle p ar un e fon c tion c ontinue 2.1 Th éo eme r` des valeurs int erm ediair es Th é o e r`m e3th éorème des valeu rs i nterm edi ai res L image d un interval le par une fonction continue est un interval le. Pre uve. Ce thé o eme r` es t a dmis. R e m arqu e5s oienta et b dansi (aveca b). Dire quef (I ) est un interval le signifie que λtout compris en t f re (a) et f (b)est au ssi dans f (I ). (C es t `a dire λ: [f (a);f (b)](ou[f (b);f (a)]), x I telquef (x)= λ.) Cet te remarqu e se t radu it don c en disan t qu e t ou te valeu r comprise f (a) et f (b) en es t re t pris e au m oin s un e fois f par. 3

4 f (a) a b λ f (b) Figu re 2 Illustr a tio n gr a phique du TVI E xe m pl e2 Mo ntr o ns que la fo nction f définie parf (x)= x 3 5x 2 +x 1 s a nnule au mo ins une fo is sur l inter va lle I = [4 ; 5 ]. La fo nctionf est une fo nctio n p o lynˆo me do nc elle est co R, ntinue do nc en surpa r ticulier sur [4 ; 5 ]. Cho is is so a ns =4 et b= 5, o n a alo f rs (4 ) = 13 f et (5 ) = 4. D a pr` e s le th e o eme r` des va leur s inter edia m ir es, co mme a I et b I alo rsf pr end au moins une fois to ute va leur co mpr ise entre f (a) et f (b). Or λ = 0 [ 13 ; 4], on p eut do nc a ffir mer λ que = 0 est a tteint au mo ins une fo is f, par do ncf s a nnule au mo ins une fo is sur l inter I = va [4 lle ; 5]. R e m arqu e6 - ATTEN TIO N: I et f (I ) ne son t pas ecessairement n des interval les eme de mˆ n at u re. En effet, prenons par ex emple la fonct f défi ionnie par f (x)= x 2. Si I =] 1; 1[ (ou vert ), alors f (I ) = [0 ; 1 [(semi- ou vert ). Si I =] 1; 1 ](semi- ou vert ), f (I alors ) = [0 ; 1] ( ferm e). - On peu t cependant mont rer qu I est e si un interval le ferm e bor e( n I =[a,b] ) alorsf (I ) au ssi. Cela signifie qu e f si est continue sur un interval le e ferm bor e n alorsf es t born ee est at t ein t ses born es. 2.2 Cas par t iculiers Th é o e r`m e4 Si f est continue et croissante sur l interval a,b] le[ (aveca<b ), alor s on a:f ([a,b]) =[f (a),f (b)]. Si f est con t in ue ecroissante et d sur l interval a le[,b] (aveca<b ), alor s on a:f ([a,b]) =[f (b),f (a)]. 2.3 A pplicat ions Th é o e r`m e5th éorème du poi nt fixe Si f est con t in ue I sur =[a,b] alor s c I tel quef (c)= c. S i x I ona f (x) I 4

5 Pre uve. Po so nsg(x)= x f (x). P uis q ue x I ona f (x) I on en d eduit q ue : x I on a: a f (x) b. E n pa r ticulier p ourx = a o n o btie ant f (a) 0, s o it enc g(a) o re 0 p ourx = b o n o btie b nt f (b) 0, s o it enc g(b) o re 0. Co mme la fo nction g es t la so mme de deux fo nctio ns co ntinues I, on en surd eduit q ueg es t co ntinue suri. Pa r a pplica tio n du e o th eme r` des va leur s inter edia m ir es, on en eduit d q ueg(i ) es t un inter va lle. g(i )est un inter va lle g(a) et g(b)s o nt eléme nts de g(i ) do nc 0 g(i ). et g(a) 0 g(b) Pa r d efinitio n deg(i ), il existe do nc un eléme ntc g(i ) te l q ueg(c) = 0 s o it enc f o (c)= re c. R e m arqu e7cela signifie qu e fsiest con t in ue et I si es t s t able par f alors la fon ct ion f adm et au moin s un poin t fix e dans I. b D : y = x c a Cf a c b Figu re 3 Illustr a tio n gr a phique e du o eme r` th du p o int fixe L e th e o eme r` du p o int fixe sig nifie que la co ur esenta b e r epr tive de la fo nction f et la dr o ite e d q ua tion y = x o nt au mo ins un p o int d intersectio n (Il p eut y en avo ir plusieur s...) 3 Fonction récip ro qu e d u ne fon c tion strictement mon oton e su r un intervalle 3.1 Définit ions et exemples Dé fini ti o n3soit f : E F. O n dit quef est un e bi j ecti on Ede surf si tou elémen t t def pos ede, s` danse, u n an ecédent t unique parf. C es t `a dire y: F,!x E telquey = f (x). Dé fini ti o n4soit f u ne biject ion Ede sur F. La fonct ion qu i y`a F associe l u n ique x E tel quey = f (x) es t appel ee la fonct i on eci r proque def. 5

6 N o tati on1cet te fonct ion eciproqu r e est eef not 1. R e m arqu e8la fonct ion eciproquef r 1 es t efi d nie surf. x = f O n a: 1 (y) y = f (x). y F x E De plu s, y F ona f f 1 (y)= y et x E ona f 1 f (x)= x. R e m arqu e9dan s u n rep` ere nor m e (u n es it ident iqu es su r chaqu e les ax cou e), rbes repr es en t at ives des fonct ions f etf 1 son t sym et riqu es par rapport `a la ere premi` bissect rice du ere rep` qu i est la droite d équ ation edu r itey = x. E = F = R et f (x) =2x + 3. So ity quelco nque da F ns = R, o n che r che x da nse = R te l q uey =2x +3. Il suffit do nc de eso r udr e cette equa tio n d inco nnue x et o`uy est do nn e. On tr o uvex = y 3 2. L a nt ecé de nt x existe et est unique. La fo nction f est do nc une bijectio n Rde surr. La fo nctio n ecipr r o que est do efinie nc d s urr par f 1 (y)= y 3 2. E = F = R et f (x)= x 2. So ity quelco nque da F ns = R, o n che r che x da nse = R te l q uey = x 2. L o r s q y< ue 0, ce tteéqua tio n n a pa s de so lutio eelle n r et pa r s uite to y< ut 0 n aur a pas d a nt ecédent, do nc f n es t pa s une bijec tio Rn surr. de E = R, F = R + et f (x)= x 2. So ity quelco nque da F ns = R +, o n che r che x da nse = R te l q uey = x 2. C o mmey 0, cetteéqua tio n est so luble ma ede is p oss` deux so lutio ns da R qui ns so ntx = y et x = y, so lutio ns qui so nt dis tinctes y> 0 si; do ncf n es t pa s une bijec tio Rn surr de +. E = F = R + et f (x)= x 2. Cette fo is, co mme y R +, l é q ua tion y = x 2 p os ede s` une seule so lutio n R da + ns q ui estx = y. La fo nctionf est do nc une bijectio n R + desurr +. La fo nctio n ecipr r o q ue est do efinie nc d s urr + par f 1 (y)= y. y = x 2 y = x y = x Figu re 4 Re pr esenta tio n gr a phique f etde f 1 R em arque 10A part ir de ces ex emples, on ret ien dra combien est il import an t de ecifier sp les deux en sem bles E et F. 6

7 3.2 Le théo eme r` Th é o e r`m e6(th éorème de la bi j ecti on eci r proqu e) Toute fonction strictement monotone sur un interval A réalise le un e biject ion Ade sur f (A). De plu s, la fonct ion eciproquef r 1 est st rict emen t mon ot on f (A) e sur et varie dan s le eme mˆ sen s que f. Preuve. Montr o ns ce esulta r t da ns le ca fs o es `ut s tr ictement cr o is sa A. nte (Un s ur ra is o nnement simila ir e ser a it fa it da ns le fca es s t o s `u tr ictement ecr d o is sa nte A) s ur - Montr o ns que f réa lis e une bijectio An de surf (A). So ity f (A). Pa r d efinitio n def (A), il exis tex A te l q uey = f (x). Pour montr er que f es t bijective, il s uffit de mo ntr er ede l unicit cex. Démo ntr o ns- le pa r l a bsur x de A: si éta it tel quef (x)= f (x )= y et six éta it dis tinct de x (par exemple on a ur x a >x it ), co mmef est s tr ictement cr o issa nte on f a (x ur ) >f a it(x) so it enco rey >y, ce qui est co ntr a dicto ir e. Pa r suitex es t uniq ue fetréa lis e une bijectio An de surf (A). - Montr o ns que f 1 es t s tr ictement cr o is sa f nte (A). s ur So ie nt y 1 et y 2 de ux eléments quelco nq ues f (A) dete ls q ue y 1 <y 2. Il fa ut mo ntr er que f 1 (y 1 ) <f 1 (y 2 ). y1 f (A)! x1 A te l q uey1 = f (x1); de même!x2 A te l q uey2 = f (x2). No us devo ns do nc mo ntr fer 1 que (y1) <f 1 (y2) s o it enc o r e x1 q <x ue 2. E ta blisso ns ce esulta r t `a l a ide d un ra iso nnement pa r l a bsur de. Si o n ava itx1 x2, puis q ue f es t s tr ictement cr o is sa A, nte on s ur a ur a f it(x1) f (x2) so it enco rey1 y2 ce quiest en co ntr a dictio n avec l hyp ese fa o th` ite:y1 <y 2 ; pa r cons eq uent o na bienx 1 <x 2 et f 1 es t s tr ictement cr o is sa f nte (A). s ur E xe m pl e3a =] 2, + [ et f (x) = 2 5 x +2. Mont rons quef est st rict emen t croissan A. te sur Si x 1 >x 2 > 2, alor s on a: f (x 1 ) f (x 2 )= 2 5 Com me s ura. x1 x2 > 0 x 1 +2 > 0 x 2 +2 > 0 x x 2 +2 = 5 x x 1 +2 = 5(x1 x2) (x 1 + 2)(x 2 +2)., on d edu it que f (x1) f (x2) > 0 et donc que f est st rict emen t croissan te D après le th eorèm e pr ecéden t, on en edu d it qu ealise e r un e biject ion Ade sur f (A). Com mef est une fonction rationnel le, on eduit en d qu el le est continue sur l interval A et lepar con equ s en f t, (A) est un interval le et comme f est st rict emen t croissan A, te alor sur s: f (A) =] lim f (x), lim f (x)[= ], 2[. x 2 + x + pou r obt enir f 1, il su ffit de esou r dre equ l at ion y =2 5 d in con nue x A avecy f (A). On obt ientx = 2y +1 2 y. O n a donc:f 1 (y)= 2y +1 2 y pou r touty ], 2[. x +2 Th é o e r`m e7(adm is) Si f est continue et strictement monotone sur un interval A, alorsf le 1 est con t in ue f sur (A). 7

8 Th é o e r`m e8 Si f est con t in ue et st rict emen t croissan a,b], te alorsf su r[ 1 est con t in ue et st rict emen t croissan te s u r[ f (a),f (b)]. Si f est con t in ue et st rict emen ecroiss t d an te su a,b], r[ alorsf 1 est con t in ue et st rict emen ecrois t s d an te s u r[ f (b),f (a)]. Pre uve. Ce thé o eme r` e s t une co eq ns ue nce imm edia te des deux e th o eme r` s pr ecéde nts. E xe m pl e4o n con sid` ere la fonct ion f défi nie surr + parf (x)= x n o`un N. f est un e fon ct ion polyn ˆome don c est con R + t. in ue sur Si x>y 0, alorsf (x) f (y)= x n y n =( x y) x n 1 + x n 2 y xy n 2 + y n 1 > 0, doncf est st rict emen t croissan R te +. sur Par con equ s en ft, réalise un e biject ion R de + sur f (R + ) =[f (0), lim f (x)[= x + R+. La fonct ion eciproqu r e est appel ee fonct ion raci nen i è me et not ee n. Cet te fon ct ion est don efi c n d ie, con t in ue et st rict emen t croissan R +. te sur 8

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t

Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t Chapi tr e 37 3 7.1 Milieu x t ra n sp aren ts 3 7.1 É.1tude des o ndes dans l es milieux eri els mat On de dans un mi l i eu eri mat el:la pr o pa ga tio n des

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Centre de Récupération de SoftThinks

Centre de Récupération de SoftThinks Centre de Récupération de SoftThinks Table des matières Révisions... 1 Table des matières... 2 Introduction... 3 Quel est l objectif du Centre de Récupération de SoftThinks?... 3 Que pourrez-vous trouver

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Le 13 janvier 2015 L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Ouv e rture d un é ta blis s e me nt re c e v a nt du public ( ERP) Les établissements recevant du public (ERP) sont soumis

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV

&RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV SRXU &RQVHLO5pJLRQDO 1RUG± 3DVGH&DODLV (WXGH GHIDLVDELOLWpG XQHILOLqUHUpJLRQDOHLQIRUPDWLTXH HQ 2SHQ6RXUFH ª 6RPPDLUH / REMHWGHO pwxgh /HVSURMHWVHWDSSOLFDWLRQVHQ13'& /HVDWRXWVHWIDLEOHVVHVGHODUpJLRQ /HVFRQVWDWV

Plus en détail

L équipement informatique pour le module EECA. Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale

L équipement informatique pour le module EECA. Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale M AT E R IEL L OG ICIEL D OC UM E N T AT ION 1 L équipement informatique pour le module EECA Kit d enregistrement (KE) Description des pré-requis techniques et de configuration minimale 1. Composition

Plus en détail

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10 mode Notes Sommaire Le RSA, c est quoi? 4 Qui peut en bénéficier? 5 Mes droits l L allocation RSA l L accompagnement Mes obligations et engagements l Mes démarches d insertion l Mes démarches administratives

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

III SERVICES DE L ÉTAT

III SERVICES DE L ÉTAT III SERVICES DE L ÉTAT Page 189 sur 406 SERVICES DE L ÉTAT DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE Page 190 sur 406 ARRÊTÉ n 2010-10106 Arrêté fixant le montant de la DGF 2010 pour AAA VU le code

Plus en détail

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais 6 octobre 2011 Atelier des Méthodologies du Foncier EPF Sommaire I. Contexte de l étude et objectifs II. La méthodologie III. Présentation

Plus en détail

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu www.mercator.eu Elargissez l horizon de votre gestion Mercator se profile comme la solution de gestion commerciale et de comptabilité alliant simultanément les avantages de la solution informatique standard

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

L affirmation de soi Ni tyran, ni carpette

L affirmation de soi Ni tyran, ni carpette Raphaëlle GIORDaNO IzmI maei-cazali L affrma de N yra, carpee 3 ƒ Smmare p. 6 p. 8 p. 10 PrŽ face d dcer Clze Sade dõ Ž vl de lõ Hm aerv Le 10 cmmademe de lõ Hm aerv dée clef 1 : maëtriser le B.a.-Ba DE

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES

ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES ETUDE S UR LE DEMENAGEMENT D ENTREPRIS ES Struc ture é c onom ique Un s e c te ur dom iné par le s TPE Le secteur du déménagement est caractérisé par son faible degré de concentration et son atomisation.

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

IPP: SPÉCIFICITÉS ET ACTUALITÉS

IPP: SPÉCIFICITÉS ET ACTUALITÉS IPP: SPÉCIFICITÉS ET ACTUALITÉS Il y a deux colonnes.! "# $ Si un couple déclare, il n y a plus comme précédemment cumul des revenus. Depuis 2005, chacun à sa colonne; l homme celle de gauche, la femme

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

Bulletin de souscription 2014 / 2015 Programme d assurance Responsabilité Civile négocié auprès de ZURICH et réservé exclusivement aux membres de CGPC

Bulletin de souscription 2014 / 2015 Programme d assurance Responsabilité Civile négocié auprès de ZURICH et réservé exclusivement aux membres de CGPC Bulletin de souscription 2014 / 2015 Programme d assurance Responsabilité Civile négocié auprès de ZURICH et réservé exclusivement aux membres de CGPC Preneur d assurance Raison sociale :...... Représenté

Plus en détail

Table des matières. Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation

Table des matières. Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation Table des matières Partie I : La nouvelle déduction pour la propre et unique habitation 1. Conditions liées à l emprunt 1.1. Aperçu des différentes conditions...3 1.2. Commentaire de ces différentes conditions...3

Plus en détail

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées Opcalia / UNEA - Décembre 2014 tr ep ri se s Ad ap té es In 2 for Un filiè ma e re tiq de s p u m ou e, V an r ie Po de de d p rt e de no es b & rs rai u â va v ti év pe t le ea m ol ct ur ux en ut iv

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants 17.11.2008 Destinataires : Enseignants, Non-Enseignants et membres du CHSCT Objet : Le risque routier Conduire

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois)

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois) LES GRANDS THÈMES DE L ITB Les iérês simples e les iérês composés RAPPELS THÉORIQUES Les iérês simples : l'iérê «I» es focio de la durée «D» (jour, quizaie, mois, rimesre, semesre, aée) de l'opéraio (placeme

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD é v a l u a t i o n Document de travail à conser ver au ser vice de garde P A R T I E A R E N S E I G N E M E N T S G É N É R A

Plus en détail

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au Chais M agelis - 2003/ 2006 M aît r ise d ouv r age déléguée Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au sein de laquelle

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Formules de Taylor et développements limités

Formules de Taylor et développements limités Chapitre 4 Formules de Taylor et développements limités 4. Taylor-Lagrange Si a, b R, on note Int(a, b) l intervalle ouvert dont les bornes sont a et b, c est-à-dire Int(a, b) =]a, b[ si a b et Int(a,

Plus en détail

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA f 2006 F / 2006 f 2006/08/18 U f $80000 / 80 000 $ 4 / f f x U f $80000 / 80 000 $ U f $40000 / 40 000 $ 2 / f f : f $60000 / 60 000 $ 3 / O : f $40000 / 40 000 $ 2 / f f f $40000 / 40 000 $ 2 / (1945-2004)

Plus en détail

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16

ANNEXES...16 Notation...16 Rente financière certaine...16. Mémo d Actuariat - Sophie Terrier @ 2004 1/16 ÉO TUIT FOULS TUILLS SU TT Probbé ouo 3 dfféré4 ee gère be à ere échu 5 ee gère be à ere échu ueur fo d ée 6 ee gère à ere be d ce7 ee gère à ere be d ce ueur fo d ée8 urce décè 9 urce décè à c rbe cro

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK

B0986 / B1180 FIAT B0987 RENAULT B1002 OPEL B1044 / B1179 CITROEN B1066 PEUGEOT C178 GRUNDERCO E072 SPIE-CEGELEC-FENWICK Etat des lieux et perspectives Bruno Vercoutter ST/MA Ag enda État des lieux de la GMAO C o n tr ain tes ac tuelles L é v o lutio n du lo g ic iel de GMAO - MP 5 > D 7 i N o uv eaux b eso in s P er sp

Plus en détail

BOOK DESIGN & DEVELOPPEMENT

BOOK DESIGN & DEVELOPPEMENT BOOK DESIGN & DEVELOPPEMENT Si vous visionnez ce document en ligne, sachez que vous pouvez visionner les réalisations dans leur intégralité en ligne en cliquant sur voir. BMF Festival voir C o m péti ti

Plus en détail

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin CERES logicil gion commrcial pour négocian n vin. Gion complè acha vn : comman, rérvaion, gion courag commrciaux.. Moul campagn primur : piloag la campagn via un ablau bor prman viualir accér aux informaion

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r 04/09/08 E T U D E E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r R é s u l t a t s S om maire 1 Pr é se nt atio n d e l ét ud e...

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie. MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie VARIABLES ALÉATOIRES déo oco de réro vrble léore dscrèe moyee - vrce - écr ye esérce mhémque vrble léore coue oco d ue vrble léore : rsormo combso lére de vrbles léores Déo E : eérece léore S : esce échllol

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO La Société Suisse d'oto-rhino-laryngologie et de Chirurgie cervico-faciale (O déral des Assurances Sociales (OF se sont mis d'accord pour édicter rt. 1: Objet Cette convention règle l'ensemble des contrôle

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

Le crédit-temps - Réglementations applicables

Le crédit-temps - Réglementations applicables Office national de l'emploi Pour plus de rens eignements c ontac tez votre bureau du c hômage. Vous trouverez les adres s es dans l annuaire ou sur le site : www.onem.be Le crédit-temps - Réglementations

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

Formation LIR/AFRINIC Ouaga du 10 au 11 Novembre 2004 Alain Patrick AINA aalain@trstech.net

Formation LIR/AFRINIC Ouaga du 10 au 11 Novembre 2004 Alain Patrick AINA aalain@trstech.net Base de la sécurité Internet Formation LIR/AFRINIC Ouaga du 10 au 11 Novembre 2004 Alain Patrick AINA aalain@trstech.net Qu'est-ce que l'internet Un réseau de réseaux qui partagent un jeu commun de protocoles

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Comité local Santé et Sécurité # _6000

Comité local Santé et Sécurité # _6000 Comité local Santé et Sécurité # _6000 Identification du Comité: SCEP Ventes et Employé(é)s de bure au Date de la réunion: 2009-05-25 1 COMITÉ : #6000 DATE : 2009-05-25 LIEU : 1 Ale xandre Graham Be ll

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE

TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE TOUTES LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ EN PERSPECTIVE SY YSTÈ M E D ID ENT IFI CAT ION SYS T ÈME D IDENTIFICATION SYSS T È M E D IDE N T I F ICATI O N A U D I T SY ST ÈM E DE VERROUILLAGE RO SYSTÈM ÈME D E V

Plus en détail