AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015"

Transcription

1 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5

2 PLAN DE L EXPOSE I. CONTEXTE ET GENESE DE LA RECHERCHE II. PROBLEMATIQUE ET QUESTIONS DE RECHERCHE III. METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE IV. RESULTATS ET DISCUSSION V. CONCLUSION : APPORTS, LIMITES ET PERSPECTIVES

3 I. CONTEXTE ET GENESE DE LA RECHERCHE En Afrique, selon les expers (Chenauy Loquay 2010), la prochaine éape de l expansion de la éléphonie mobile sur le coninen sera le marché de l Inerne en convergence avec des expérimenaions via les éléphones inelligens e les «nebooks» ; L Afrique malgré son enrée imide dans l ère du numérique es le coninen où les echnologies mobiles connaissen un engouemen sans précèden e «renconre un écho favorable auprès des aceurs sociaux (Do-nascimeno J., 1999, 2004)» ; Nous observons dès lors, que l accepaion, l'adopion e l'usage des sysèmes d informaion mobiles von grandissan sur le coninen africain e pouran peu de recherche se son inéressé à ce phénomène noammen en Afrique ;

4 Nous consaons aussi qu'une définiion robuse de la noion «SIM» arde à s'imposer dans le milieu universiaire africain. Par conséquen, il apparai donc inéressan de comprendre de manière srucurée les faceurs qui condiionnen la mise en œuvre des echnologies mobiles de communicaion e de raiemen de l informaion dans le cadre de la réorganisaion universiaire en Afrique

5 II. PROBLEMATIQUE ET QUESTION DE RECHERCHE A ravers divers aricles (Chéneau-Loquay, 2010) e émoignages d expers, nous relevons que les sysèmes mobiles de la roisième généraion von bienô permere à la populaion africaine d accéder à inerne à des débis élevés : L on se demande alors qu après une percée fulgurane de la éléphonie mobile, le coninen africain ne se s achemine--il pas vers le web mobile pour ous? S inspiran de nos ravaux docoraux, l on se demande alors : Quelles son les spécificiés du processus d appropriaion de SIM par des usagers siués en Afrique de l oues? Quelle sens donné au concep de SIM? qui s avère êre polysémique dans la liéraure en Sciences de gesion

6 III. METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE : La méhode Delphi Qu es ce que la méhode Delphi? Technique qualiaive de recherche, la méhode Delphi es une méhode sysémaique qui consise à inerroger un panel d expers afin de dégager un consensus sur une problémaique donnée. C es une echnique de faciliaion majeure, qui par du principe que l inelligence du groupe es supérieure à la somme des inelligences individuelles. Pourquoi la méhode Delphi? méhode robuse qui perme de delimier e de définir efficacemen un concep encore emergen. Méhode adapée à la solliciaion de l experise e de l expérience des aceurs concernés par une problémaique, afin de recueillir leur jugemen sur une quesion pour laquelle le chercheur n a pas encore d élémens suffisammen précis (Zenou, 2004). Elle a pour bu de mere en évidence des convergences d opinions e de dégager cerains consensus sur des sujes précis, souven avec un caracère prospecif imporan, grâce à la consulaion d expers à ravers un ensemble de quesionnaires (Booo e al., 2011)

7 Présenaion de l échanillon des expers N Noms e Prénoms Foncions Srucures Experise 1 I. A. R Ingénieur Réseaux Direcion de la promoion des nouvelles echnologies TIM de l informaion e de la communicaion (DPNTIC) (Universié de Ouagadougou) 2 K. Z Chef service exploiaion Minisère de la Foncion Publique (MFP) SI 3 K. P. Chef service développemen Minisère de la Foncion Publique (MFP) SI 4 K. O. Direceur des Sysèmes d Informaion Chambre de commerce e d arisana (CCA) SIM (DSI) 5 O. E. Ingénieur informaicien Direcion Générale des services informaiques SI (DGSI) du Minisère des Finances 6 O. S. Direceur des Sysèmes d informaion Minisère de la Foncion Publique (MFP) TI (DSI) 7 O. S. Enseignan chercheur, Présiden d associaion Coordonnaeur «Burkina-NTIC» Associaion «Yam-Pukri» ; Universié de Ouagadougou 8 O. T. Consulan Bureau d éude «BIDS-NET» SIM 9 S. P. Direceur Général Cenre de sysème d informaion géographique e SI élédéecion Adjaraou (SIGET-A) 10 S. A. Ingénieur informaicien Office naional des élécommunicaions (ONATEL. TI SA) 11 S. O. Enseignan chercheur, Direceur de la DPNTIC de l Universié de Ouagadougou SI DPNTIC 12 S. N. Ingénieur informaicien Minisère de la Foncion Publique (MFP) TI 13 S. H. A. DSI Sociéé naional des poses (SONAPOST) SI 14 T. S. Consulan Bureau d éude «BIDS-NET» SIM 15 T. C. Enseignan chercheur, responsable de ISIG Inernaional SI Maser 16 T. J. Direceur Général Adjoin Bureau d éude «BAMIG» SIM 17 Z. G. Direceur Général Bureau d éude «BIDS-NET» SIM TIM

8 Descripion du processus Delphi Eape 1 Eape 2 Eape 3 Eape 4 Premier round Delphi Deuxième round Delphi Idenificaion e choix des expers Elaboraion du 2 e quesionnaire Concepion e adminisraion du quesionnaire Adminisraion du quesionnaire Première analyse e raiemen des données Analyse e raiemen des données Capialisaion des proposiions des expers Capialisaion des opinions e mesure du consensus Troisième round Delphi Elaboraion du 3 e quesionnaire Adminisraion du quesionnaire Analyse e raiemen des données Capialisaion des opinions e consensus définiif enre les expers

9 Schémaisaion du processus Delphi déployé

10 III. Présenaion des principaux résulas e discussion Premier round Delphi Consensuels Non consensuels Principaux résulas Dimension d analyse Perinence de l éude de l appropriaion des SIM en conexe africain ; Cee dimension d analyse validé par 10 expers sur 11 nous perme de formuler le consrui selon lequel cee éude permera de comprendre les évoluions acuelles e fuures de nouveaux SI e de les adaper à l environnemen africain en général e burkinabè. le conexe africain es e sera favorable à l appropriaion rapide e innovane de nouveaux SI mobiles Cee dimension d analyse issue de l enquêe Delphi e oalemen validée par les expers (11) nous perme de formuler le consrui selon lequel l environnemen poliique, économique e social oues africain a un effe posiif sur l appropriaion des sysèmes d informaion mobile ; Definiion des SIM Cela pourrai s expliquer par la simplicié de la proposiion de définiion dans laquelle cerains aspecs du SIM on éé ignorés

11 2 e round Delphi Principal résula Dimension d analyse Consensuel Déploiemen fuur (10 prochaines années) du mobile dans ous les seceurs du développemen e de l économie oues africains (banque, commerce, gouvernemen, les universiés ; Cee dimension d analyse issue de l enquêe Delphi nous perme de formuler le consrui selon lequel le déploiemen du mobile dans ous les seceurs de l économie oues africaine a un effe posiif sur l appropriaion d un nouveau sysème d informaion mobile ; Consensus modéré Les SIM «ensemble des moyens e ressources mobiles (humains, maériels, echnologiques ) qui peuven se connecer au web e permean de raier e d exploier les informaions dans le cadre des aciviés de l enreprise». un consensus modéré s es dégagé auour de ce iem soi 7 sur 9 répondans convergen leurs poins de vue. Cela es du peu êre à l uilisaion récene du concep de SIM. M

12 Troisième round ou a fai consensuel Principal résula Dimension d analyse Le SIM es défini comme un «Ensemble des moyens mobiles (fichiers, méhodes, maériels ) uilisés pour socker, raier des informaions e surou diffuser de l informaion. Un SIM es donc un SI don les foncions (mémorisaion, raiemen, collece, diffusion ) son supporées par les echnologies mobiles»; 9 expers sur 11 on validé ce roisième round - plus anecdoique mais qui, seul, faisai référence à la liéraure en SI - qui confronai la définiion du SI de Rober Reix (2000) avec celles des expers

13 IV. Conclusion : appors, limies e perspecives Méhodologique Théorique Praique Appors Une des rares éudes à êre Les expers en son donc arrivés à Selon les expers, ces menée grâce à une l énonciaion suivane : «le SIM es un echnologies mobiles son moins méhodologie Delphi au sysème d informaion don les sensibles aux conraines Burkina Faso. foncions de mémorisaion, de spaiales, poliiques e raiemen, de colleces e de organisaionnelles e s adapen diffusion son assurées par les bien aux données de l informel. erminaux qui peuven êre uilisés en siuaion de mobilié (smarphones, ablees, e-pc ) Limies Méhode Delphi par Résulas influencés par le niveau e le Exhausivié de ceraines essence exploraoire, les degré de compéence des expers. réponses dues à la naure résulas de cee éude ne innovane de la echnique de peuven êre généralisés. collece d informaion

14 Perspecives de la recherche Cee éude ouvre donc des nouvelles pises de recherche afin de donner une définiion plus complèe de la noion des SIM ainsi que de ses caracérisiques ;= VERS UN SI mobile via les smarphone surou? Des quesionnemens demeuren donc sans réponse : quels son les caracérisiques d un SIM "africains"? D'un uilisaeur "africain"? DES Usages africains? Pour compléer les rois rounds de nore méhode Delphi, il convien de mener une recherche confirmaoire qui es acuellemen en cours dans le cadre de la dernière année de nore docora

15

16 Merci pour vore aimable aenion. Bechir Abba Goni (univ nanes & univ aube nouvelle)

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Pour une pédagogie interactive Proposition d un modèle

Pour une pédagogie interactive Proposition d un modèle Pour une pédagogie ineracive Proposiion d un modèle zzz Jean Louis MONINO / Abdoulaye BARRY / Ihiya AWI-ALHER 2iE / OUAGADOUGOU Laboraoire TRIS Universié de Monpellier Thème n 4 01. MOTIVATION ET CONCEPTS

Plus en détail

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz

DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION zzz DU SOUTIEN A UNE FOAD A UNE INSTITUTIONNALISATION DE LA zzz FOAD Francis SEMPORE 2iE francis.sempore@2ie-edu.org Thème n 3 Posiionnemen de 2iE (2011) Porail FOAD AUF (2007-2011) AUF : 774 Eablissemens

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

SRE. Construit l'avenir

SRE. Construit l'avenir SRE Consrui l'avenir Le mo du Présiden, Créé en 1944, le Groupe FLORIOT es le 1 er Groupe régional indépendan parimonial de Bâimen, Travaux Publics e Maisons Individuelles en région Rhône-Alpes. La force

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 Évaluaion des usages des TIC dans l enseignemen supérieur au Niger : cas des éudians des FaST de l'uam de Niamey e de l'uddk de Maradi Thème n 1 Ousmane MOUSSA TESSA & Abdel-Kader Kadir GALY Universié

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

A cette fin, U faut faire appel à plusieurs intervenants. Tu en parles dans ton document mais, à mon

A cette fin, U faut faire appel à plusieurs intervenants. Tu en parles dans ton document mais, à mon NOTE DE SERVICE À: Marc-Yvan COé De: Pierre Lacroix Dae: Le 2 décembre 1994 Obje: Srucure de des af'faires Marc:-Yvan, J'ai pris colliuùssancedu documen que u m'as remis lundi soir dernier (28 novembre).

Plus en détail

Intégration pédagogique des technologies dans l enseignement supérieur africain

Intégration pédagogique des technologies dans l enseignement supérieur africain Inégraion pédagogique des echnologies dans l enseignemen supérieur africain zzz Éude de cas de l implanaion du C2i Téé Enyon GUEMADJI-GBEDEMAH & Philippe ZONGO 2iE PLAN Inroducion Cadre héorique Méhodologie

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

Mardi 7 juillet 2009

Mardi 7 juillet 2009 Mardi 7 juille 2009 Ecole naionale supérieure d archiecure e de paysage de Bordeaux Hd A E R C ôle P u d s onre c n e R bles : a r Les u d n eme énag m a e n cio ivié! i é Consru p m s la co r e v e u

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2 Insiu Universiaire de Technologie de Nanes - Déparemen G.E.I.I. Module Complémenaire Sysèmes muliâches, sysèmes emps réel MC II2 Yvon TRINQUET Y. Trinque Module Complémenaire «Inroducion aux Sysèmes Temps

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

décembre 2008 L éconconception: quels retours économiques pour l entreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisation de état de l art

décembre 2008 L éconconception: quels retours économiques pour l entreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisation de état de l art décembre 2008 L écoconcepion : L éconconcepion: quels reours économiques pour l enreprise? un domaine en émergence au Québec Une réalisaion de éa de l ar La présene publicaion es réalisée par : Insiu de

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes Pôle formaion Associaion Françoise e Eugène Minkowski Formaions 2016 Développez vos compéences dans la prise en charge des personnes migranes Commen aborder la culure dans vos praiques professionnelles?

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS)

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS) Réseau de coachs Vous êes formés dans les méiers du spor e/ou de la préparaion physique (Breve d éa, Licence, Maser STAPS) Vous connaissez la course à pied Vous souhaiez créer e/ou animer des acions de

Plus en détail

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique du recrutement. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique du recruemen Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec SOMMAIRE Inroducion p. 4 I. Rappel du cadre juridique p. 5 1.1 Définiions... p. 5 1.2 Règles

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

décembre 2008 L écoconception : quels retours économiques pour l entreprise? Une collaboration France Québec étude

décembre 2008 L écoconception : quels retours économiques pour l entreprise? Une collaboration France Québec étude décembre 2008 L écoconcepion : quels reours économiques pour l enreprise? Une collaboraion France Québec éude La présene publicaion es réalisée conjoinemen par : Pôle d écoconcepion e managemen de cycle

Plus en détail

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros Relevé de compe COMPTE DE PARTICULIER - en euros Vos conacs Vore Banque à Disance, 24 h/24 Code clien Barbara MARTINON : 12345678 Inerne : pariculiers.socieegenerale.fr Inerne mobile : socieegenerale.mobi

Plus en détail

Votre habitation ou votre entreprise se situe dans une zone non éligible ou mal desservie par l ADSL? Un véritable fournisseur d accès Internet

Votre habitation ou votre entreprise se situe dans une zone non éligible ou mal desservie par l ADSL? Un véritable fournisseur d accès Internet Informaions e souscripions : 0 800 66 55 55 (appel graui depuis un pose fixe, selon les condiions arifaires de vore opéraeur) Inerne Saellie L Inerne Hau-Débi venu du ciel à parir de 24,90V/mois Vore habiaion

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES minisère éducaion naionale Secréaria Général Direcion générale des ressources humaines Sous-direcion du recruemen MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Concours du second degré Rappor

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole Les foncions logiques & l algèbre de Boole 1 - Algèbre de Boole Hisorique : Georges BOOLE, philosophe e mahémaicien anglais, publia en 1854 un essai sur les raisonnemens logiques poran sur les proposiions

Plus en détail

Transfert de la médiathèque de l Hôpital Jean-Verdier de Bondy et réaménagement de la section jeunesse

Transfert de la médiathèque de l Hôpital Jean-Verdier de Bondy et réaménagement de la section jeunesse Universié Paris X UFR SITEC IUP Méiers des Ars e de la Culure, Méiers du Livre Claire Besse Aline Grandjean Valérie Lelièvre Emilie Thilliez Transfer de la médiahèque de l Hôpial Jean-Verdier de Bondy

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

allons voir ailleurs si... l expo

allons voir ailleurs si... l expo allons voir ailleurs si... l expo allons voir... oulouse o l o s a allons voir... saragosse zaragoza allons voir ailleurs si... Un proje réalisé par le collecif le pei cowboy dans le cadre de la semaine

Plus en détail

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics

Prévention et gestion des déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics DGPR CETE de Lyon Prévenion e gesion des déches issus de chaniers du bâimen e des ravaux publics Guide méhodologique à l aenion des Conseils Généraux e de la région Île-de-France Minisère de l'écologie,

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme Formaion connaîre l acheeur public : mode d'emploi pour devenir un parenaire durable (Ref : EN1) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier les acheeurs publics, les inerlocueurs clés e leurs besoins

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique q Bâimen q Les bâimens logisiques Economie & Consrucion propose une analyse des bâimens logisiques ; un seceur rès dynamique e un laboraoire pour les nouveaux enjeux de la consrucion. Plusieurs inervenans

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion fondamenaux des marchés publics de ravaux (Ref : C12) Maîriser la réglemenaion, les grandes éapes e les responsabiliés de chaque inervenan du marché SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender

Plus en détail

Rapport de développement durable Bilan de Campagne 2009-2010. Une entreprise du groupe

Rapport de développement durable Bilan de Campagne 2009-2010. Une entreprise du groupe Rappor de développemen durable Bilan de Campagne 2009-2010 Une enreprise du groupe cru bourgeois HAUT-MÉDOC QUI SOMMES NOUS? ÉDITO «Osez la raison» : au-delà du pari, un vériable défi lancé à Larose Trinaudon

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique de l evoluion professionnelle Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec Pee Sone pee.sone@jusdifferen.eu hp://www.jusdifferen.eu/ SOMMAIRE Inroducion...p.

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE BILAN ÉLECTRIQUE de la région paca UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 28 MARS 2013 CONTACTS PRESSE Solange AUDIBERT 04 91 30 98 64 06 98 60 27 46 solange.audiber@re-france.com POUR EN SAVOIR

Plus en détail

NICE. la vie 29 / 30 / 31 MAI 2013. qui va avec LE VÉLO BICICLETA. inventons LA BICI CYCLING. inventamos la vida que va con ella!

NICE. la vie 29 / 30 / 31 MAI 2013. qui va avec LE VÉLO BICICLETA. inventons LA BICI CYCLING. inventamos la vida que va con ella! 20e c o n g r è s du club des villes e errioires cycl ables LE VÉLO invenons la vie qui va avec i NICE PALAIS DES C O N G R È S NICE ACROPOLIS 29 / 30 / 31 MAI 2013 - V O U S I N T E R N A T I O N A L

Plus en détail

Cadrage de l évaluation des politiques publiques locales

Cadrage de l évaluation des politiques publiques locales Cadrage de l évaluaion des poliiques publiques locales Frank VERMEULEN Hôel de la Collecivié Terrioriale de Corse Ajaccio, 11 Avril 2013 Ce suppor pédagogique es la propriéé exclusive de FVA Managemen.

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

R A P P O R T D A C T I V I T É S 2 0 1 3

R A P P O R T D A C T I V I T É S 2 0 1 3 R A P P O R T D A C T I V I T É S 2 0 1 3 2013 H R P u b l i c I S H A R I N G K N O W L E D G E A N D E X P E R I E N C E 1 2013 L e m o d u p r é s i d e n Philippe Lenaers Chers membres, HR Public a

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Moyens pédagogiques : Travaux pratiques et manipulation au laboratoire de Chimie Paris : Référentiel Formation :

Moyens pédagogiques : Travaux pratiques et manipulation au laboratoire de Chimie Paris : Référentiel Formation : CYCLE Spécialise Traiemen de surface (Ref : 3524) Procédés voie sèche / voie humide, caracérisaion, ravaux praiques SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les procédés de modificaion de maériaux

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes Pôle formaion Associaion Françoise e Eugène Minkowski Formaions 2015-2016 Développez vos compéences dans la prise en charge des personnes migranes Commen aborder la culure dans vos praiques professionnelles?

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d enreprise L esseniel en fiches DCG DSCG Collecion «Express Experise compable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Inroducion au droi DCG 1 L. Siné, Droi des sociéés DCG 2 V. Roy, Droi social

Plus en détail

Lunettes. Participez à l action. une initiative solidaire de. Communiqué de presse

Lunettes. Participez à l action. une initiative solidaire de. Communiqué de presse Communiqué de presse Paricipez à l acion Lunees une iniiaive solidaire de la Fondaion d Enreprise KRYS GROUP A parir du 15 juille 2013, parou en France, les enseignes Krys, Vision Plus e Lynx Opique de

Plus en détail

travailler à Paris travailler à Paris

travailler à Paris travailler à Paris ravailler à Paris Trouver un emploi, en changer, se former, ravailler, demander un coup de pouce, faire valoir ses drois, créer son acivié Parce que la capiale es dynamique e créarice d emplois, mais aussi

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. * Personne n est imprévisible. Nobody s Unpredictable

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. * Personne n est imprévisible. Nobody s Unpredictable 12 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE * Personne n es imprévisible Nobody s Unpredicable NOBODY S UNPREDICTABLE* «Nobody s Unpredicable» es la signaure publiciaire d Ipsos. Parce que les cliens de nos cliens son de

Plus en détail