Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t"

Transcription

1 Ondes da ns l es m i l i eux er m ielsa t Chapi tr e Milieu x t ra n sp aren ts É.1tude des o ndes dans l es milieux eri els mat On de dans un mi l i eu eri mat el:la pr o pa ga tio n des e o le ndes c tr o ma etiques g n da ns le vide m` ene `a de equa s tio ns simples, du fa it de la simplifica tio n initia e q ua le tio des ns de Ma xwell : da ns le vide, ρ= 0 et j = 0. On a a lo rs montr e que les cha mps ele c- tr ique et ma etique g n de l o nde e r v ifient de equa s tio ns a ux e r d iv ees pa r tielles s imples, E = 1 E c 0 t et B = 1 B c. Un cer ta in no mbr e de so lutio ns exa ctes de ces 0 t e q uations (dites de d Alemb ert) sont connues: les o ndes pla nes (O les P ), ondes pla nes pr og r ess ives (O et PP bien ), s ˆur le ca s pa r ticulier des o ndes pla nes pr og r es s ives et mono chromatiques (OPPM). L étude de la pr o pa ga tio n da ns un milieu e r ie ma l (ρ t = 0 j ou = 0) es tév ide mme nt mo ins simple ; on do it disp oser mod` d un ele de comport emen t des charges p er metta nt d expr imer ρ et j en fo nctio n de E et B (e téventuellement d a utr es pa etr ra es: m` pr ess io n ou temp era ture par exemple). Il s ag it souvent d un elemécan mo d` ique, qui mène `a des équ at ions const it, ut p ives er metta nt d expr imer j. ρ et To utefo is, l inclusio n equa des tio ns co nstitutives du etudi milieu e ne p er met pa s e-fo r c ment d o btenir une equa tio n a ux e r d iv ees pa r tielles simple, ni sur to ete ut de r miner d la fo r me enér g a le des so lutio ns de equa cette tio n diff er entielle. On pr ede o c`a lo rs da ns un ca dr e plus r estr eint, pa r la r echer che de so lutio ns so us fo r me d O PP M. L a re ch e rc he de s OPPM: le princip e de cette etude co ns is te etudie `a r les co e-ns q ue nc néces saires de la pr o pa ga tio n d O PP M da ns un milieu er iel, ma pa t r la pr ise e n co mpte s implifi e e de equa s tio ns de Ma xwell et equa des tio ns co nstitutives du milieu étudi e, da ns le ca dr e r estr ictif des OP L étudeéta P M. nt r estr einte `a des gr a ndeurs sinusöıda les, to us les ca lculs e r de iv ees d pa r tielles se s implifient et on pa r v ient so uvent `a des r ela tio ns plus simples `a ete inter r q u une pr equa tio n a ux e r d iv ees pa r tielles. C e tte etude se fa it en enér g al da ns le ca dr e de la no ta tio n co on mplexe: écr it a lo rs les cha mps de l o nde, et les dens es it vo lumiques ρ et j so us la fo r me E = Re(Ē ), B = Re( B ), ρ = Re ρ ( ) etj = Re( j), avec la fo r me ené g r a le: W = W 0 exp [i ( t k r)] (37.1)

2 716 Physique, MP, MP* o `u on choisit par convention0, ta ndis quek et W 0 so nta priori des vecteurs c o mplex es. Une telle no ta tio n n a erêt d int que du fa it qu elle tr a nsfo r me er les a teur o p s de e r d i- va tion en op er a teur s ea lin ir es, co mme on ejà l a vu d au cha pitre ecéde pr nt: t =i e t = ik. Un tel cho ix n est jus e tifi que si en l sem ble de s e q ua tio etudi ns ees fo r me un sy s eme t` lin ea ir e. C est bien s ˆur le ca equa s des tio ns de Ma xwell, ma is ce do it a ussi êtr e le ca s des equa tio ns co nstitutives. Milieu x lin ea ir es Un milieu ma e t r ie l es t dit ea lin ir e si equa les tio ns co nstitutives expr ima nt ρ et les tro is comp osa jntes en fonction des six comp osa ntes E et de de B so nt des r ela tio ns e a lin ir e s. No us no us limiter o ns, da ns to ut ce qui etude suit, `a de l milie ux e lin a ir e s É.quati o n de disp ersion R app els et e xemples: l écr itur e des co nditio eces ns n sa ir ement e r ifi e v es pa r une O P P M(Ē, B ) co mpte tenu de equa s tio ns de Ma xwell et equa des tio ns co nstitutives mène en g ené r al`a unéequ at ion de dispersion, qui prend la fo r me k = k( ).C e st l a na lyse de cette equa tio n de disp er sio n qui p etudier er met les d pr o eté pr s i des o ndes é le c tr o ma etiques g n da ns le milieu e ma r ie t etudi l e. Si un op er a teur cher che `a tr a nsmettr e da ns er le ie milieu etudi l e ma une t o nde q ui n e st pa s une OP P M, il est enér g al to ujo ur s p ossible ecomp de d oser l onde prop e e os s ur la ba se des OP P M, do nc etudier d le comp ortement de chacune de ces comp osa ntes lo rs de la tr aver e e s du milieu etudi e. À la so r tie du milieu ma e r t iel, o n r eco ns titue l onde totale qui est la somme des comp osa ntes OPPM e e imp s en o entr s ee, cha cune d e lle eta s nt, eventuelle me nt, epha d e s e, a enu tt e e, e tc. Rapp elons ici qu `a l o ccasion etude l g ené r a le de s o ndes ebut en d d a nn e e,no us avons eu l o ccasion de es pr enter q uelq equa ues tio ns de disp er sio n simples ; on do it les r ec o nnaˆ ıtr e sa ns es h iter. D a b or equation d, l de d Alemb ert Ē = 1 E c t = 0 (da ns la quelle c n est pa s eme fo r c nt e g a l 0) `ac s é cr it a us ks i = c : Équation de d Alemb ert: k = c (37.) De mê me,l équa tio n de K lein-go r do Ē =a n Ē + 1 E c, o `u a est une co nsta nte t p ositive, sera eq fr uemme nt r enc ee o da ntr ns etude l de s o ndes e le c tr o ma etiq g ues n. E lle imp os e k =a c o u, avec des no ta tio ns cla ssiques: É qua tio n de K lein-go r do n: k = 0 c (37.3)

3 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 717 Enfin, o n a r e nc o e ntr, lo rs de etude l de l effet de p ea u (effet K elv l équa in), tio n de K elv in Ē =µ 0γ Ē t qui imp ose k =µ 0 γ iē ou, de fa c o n plus ené g r a le: É qua tio n de diffusio n (K elvin): k = i D (37.4) o `u le co efficient D, qui se mesure etr en es m` ca es r r pa r seco nde, est do coefficient nc un de diff u sion. M ilieux transp aren mi ts, l i eu x ab s orb puisque an ts: est pa r hyp e o s th` e eput r e p os itifda ns une equa tio n de disp er sio c e n, s t etude l dek qui no us r enseig ne sur la na tur e des OP PM s usceptibles de se pr o pa g er da ns etudi le milieu e. Ains i,s il exis te des so lutio réel ns lesp o ur le vec te k, ur a lo rs des OP PM p euvent se pr o pa g er san s at en t u at. ion pa r co ntr e, si les so lutio es ns entent pr une pa r tie co mplexe, elle sera r epr es ent ee dans exp [i ( k t r) ] pa r une exp o nentielle réel le, do nc par une var iation de l a mplitude de l o nde lo rs de so n pa ssag e da etudi ns le e. milieu Les sig nes r ela tifs de la pa eelle r tie et r de la pa r tie ima g ina kir o e nt deune gr a nde imp ortance physique puisque exp [i ( t kz )] = exp [i ( t Re(k )z i Im(k )z )] p eut s écrire sous la forme exp [i ( t Re(k )z )] exp (Im(k Lo rs )z d une ). pro pa ga tion dans le sens p ositif de l axe (O z ), on aura Re(k ) > 0 mais enéral aussi en Im(k g ) <0 p our ecr d ir e une enua a tt tio n pr og r ess ive de l o nde. Da ns le cas e fr q uent o `u le vec complexek te ur p eut s ecr ir e so us la fo k r = me ku,le ve cte uru éta nt e r elet unita ir e, on cho isir a do nc lo g iquement ec r irēk =k d ik. Si ce ve cte k ur= (k ik )u est une solutio n de equa l tio n de disp er sio n, le vecteur u définit la dir ectio n de pr o pa ga etudi tio ee, n et on p o ur ra no u ter r = z par cho ix a r bitra ire de l axe (O z ) u. selon o n o btient donc exp [i ( k t r) ] = exp [i ( t k z )] ex p ( k z ): on dé cr it ici `a la fo is un ph eno m` ene de pr o pa ga tio n (pa r le co efficientk ) et un ph eno m` ene d a enuatio n (pa r le co efficientk tt ), a u mo ins sik etk so nt p ositifs. Da ns un ca s d a bsor ptio n, l amplitude de l o nde e c d r ıt oˆ exp o nentiellement avec la dista nce pa rco ur ue : on pa r le d on de evan es cen te Si k etk so nt to us deux e n g a tifs, l inte r eta pr tio n phys ique est incha ee ma ng is la pro pa ga tio n co mme enuation l a tt se font dans le sens o e`aez pp o ; s pa r co ntre, k si e tk ne so nt pa s de eme mˆ sig ne, on e d c r it un eno ph m` ene d a mplifica tio n de l o nde. Une telle situa tio n est ra re ma is ne p etr eut e pa exclue sˆ da ns un milieu jo ua nt le r ˆo le de so ur ce ene d r g ie. Da ns le ca s de l a bsor ptio n, la va r ia tio n d a mplitude de z) l onde es t as exp so ee ( k ci `a une dista nce ca er ra istique ct δ do e nn e pa rk δ = 1. On r etiendr a: Pro pa ga t io n et ab sorp t io n d es elec on t d ro es ma et g iq n u es L o r s q ue equa l tio n de disp er sio n a p our k so =(k lution ik )u, l o nde s e pr o pa ge le lo ng du vecteur unita u avec irele vecteur d o ndek. Elle es t a bs e o e r b (sik k > 0) ou amplifi e e (sik k < 0) avec une dis ta nce c a r a er ct is tiq ue δ = 1/. k Un milieu ma er t iel est dit tr a nspa r ent s il est no n a bsor = 0) bant ou p (keu a bsor ba nt (δ λ). Da ns le ca s co ntra il ire, est dit o pa que (a u mo ins p o ur le doma ine de fré q uenc etudi e e).

4 718 Physique, MP, MP* Di sp e rs io n dans un mi li eu trans si p une arent: o nde se pr o pa ge avec un vecteur d onde de pa r tie ee r lle k = k, rapp elons ici qu on p eut e finir d de ux v ite s se e a ess o c i `a la pr o pa ga tio n. La vitesse de pha se: v ϕ = k (37.5) décr it la vitesse de pr o pa ga tio n de la pha se d une OP PM ; elle n a pa s to ujo ur s de s i- g nifica tio n physique simple et en pa r ticulier elle est, da ns de no er mbr ie ure eux ca s, sup `a la elé c r elimitec it 0 prévue pa r la eo th r ie r ela tiviste. La vitesse de gr o up e: v g = d dk (37.6) s identifie, elle, so uvent `a la v itess e de tr a ener ns p g or ie t pa de r l l o nde. E lle est da ns c e c a eces s n sa ir ement er inf ieur e ou e g a le 0. `ac Da ns le cas d une equation de d Alemb ert = ck ϕ =v,v g = c p o ur to ute va leur de ; on dira que la pro pa ga tio n se s fa an its dispersion. Da ns le ca s de equa l tio n de K lein- Go r do nk = 0 c, la pro pa ga tio n se sans fa itat en t u at ion si > 0, avec c p o ur vitesses de phase et de gro ϕ = up ev 1 0/ etv g =c 1 0/. On dira que 0 es t unepu lsat ion de cou pu re. basse La relat ion simp vϕ levg = c est assez frappante et corresp a ond` d e n ombreux prob emes l` physiques courants dont la elisa mo t d ion en m`e` a un e eq u ation de Klein- Gord on ; t ou t efois, on ne d oit su rtou enéraliser t pas g cet eq te u ation q n ui est vra ie q ue p ou r cette equation de disp ersion particuli` ere. Pa r co ntre, si < 0, k est ima g ina ir e pur : il n y a plus pr o pa ga tio n egi et le milieu r pa r l equa tio n de K lein-go r do n est o pa que. Enfin, da ns le cas d une equa tio n de diffusio n (de K elvin)k = i, la solution D géné r a le k =± 1 i δ ave c δ= D a bsor ptio n avec la mˆ de l e ffet de p ea u. ; on a ura do nc syst ema tiquement pr o pa ga tio n et eme dis ta nce ca er ra is ct tiq ue δ, co mme on ejà l a vu d da ns le cas Descripti o n des milieux co nducteurs Co urant et co nductivit e: da ns un milieu ea lin ir e, la dens e vo it lumique de co ur a nts j est une fo nctio n eaire lin des comp osantes Edet deb, ou de leur s e d r iv e es.en génér a l, il s a g it seulement d une fo nctio n des co mp E ; osa tr a ntes duisa dent les e r d i- vées temp or elles pa r des multiplicatio ns pa r i, on p ecr eut ir so e une uvent expr ess ion de la fo r me: j = [ γ] Ē (37.7)

5 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 719 c e q ui efinit d lamat rice condu ct ivit e stohmiqueou suit la lo i d Ohm γ si ] [ =γ 0 e complexe[ γ ]. En particulier, on dira que le milieu o`uγ 0 > 0 ; on dir a a ussi que le milie u s uit la enér g a lisa tio n (co mplexe) de la lo i d O γ ] hm = γ () si [ o`u γ ( ) est la conductivit e mple xe du milieu. Ces deux ex emples p or tent a us si le no m de milieux ea lin ir es iso tr op es. Pa r co ntr e, da ns une milieu tel que la ma tr ice co e n est nductivit pa s pr op or tio nnelle `a la ma tr ice identit e, on pa r ler an a d is ot ropie de la co nductiv e : it c elle - ci es t plus ou mo ins ele ee v selo n l o r ienta tio n du e cha lec mp tr iq ue. Charg es dans un milieu co nducteur: un milieu co nducteur es t a en us g ené si r al cha rg e, ma is ce n est pa s une o blig a tio n : on p eut o bser ver des co ur a nts vo lumiques da ns un milieu globalement neutr e, si les cha rg es p o s itives ega tives et n se comp ensent mais n ont pa s eme mˆ v ites s La e. dens it e vo lumique des cha rg electr es iques es t en géné r a eter l d min e e pa r equa l tio n de co ntinuit ediv j + ρ = 0 ou,da ns le cas d un t milie u lin ea ir e, i k j + i ρ = 0. On aura do nc ené g r al ρ= k [ γ]ē. Da ns le ca s des milieux suiva nt d O la loi hm ené g r a e lis e,on é c r ir ρ a = γ () k Ē ; d a utre pa r equa t, l tio n de Ma xwell-ga uss E = div ρ prend la fo r me k i ε Ē = ρ ; 0 ε 0 i γ () la co mpa ra iso n avec l expr ess ecédente io n pr fo ur nit ρ 1. Le ter me entre ε 0 pa r enth` eses ne s a nnule ené g r alpa s,sa uf pa r fo is p o ur une va leur e pa r r e ticuli` de la pulsa tio n, qui p or te a lo rs le no m de pulsa rés on tio an n. de On ce no tera do nc en géné r a l: Da ns un milieu o hmique ené g r a e lis, s a uf e s r o na nc e: ρ =0 (37.8) r ela tio n qu o n inter ete pr` du fa it de la mo e bilit des p or teur s de cha rg e da ns un milieu o hmiq ue:ils se dépla cent ra pidement, so us l a ctio n du champ e lectr o ma etiq g n ue de l o nde,p o ur a nnuler la cha rg e des p or teur Il s p fixes. eut cep enda nt exis ter une pulsa tio n de e r s o na nc p o e, ur la quelle l a mplitude des mo uvements des p or teur s de cha rg e mo biles a ug mente et se tr a duit pa r enéité des inho s de mo la cha g electr rg e iq ue: le milie u r e globalementmais s te paslocalementneutr e Ondes dans les plasmas 3 7. É.1quati o ns co nstitutives des milieux o hmiques Co nd uc ti e o l n ectri que e en g r i me vari able: no us co nsid e r o ns ici un milie u co m- p ortant un cer tain nombre de par ticules ees char mo g biles en co ncentr a tio n vo lumiq uen 0, de cha rg e unita ire so q, umis a ux effets du pa ssag e d une e o lectr nde o- ma g etique n pla ne pr og r ess ive do nt les e cha cr ive mps Ē nt= s Ē 0 exp [i ( t k r)] et B = B 0 exp [i ( t k r)]. So us l influence de cette o nde, les pa r ticules ees co cha ns r titua g nt le milieu er a ent cqui` une cer ta ine vitesse qu o n p es eut, un a cer pr`ta eg in r ime tr a nsito ir e que no us ne co nsidér er o ns pa s tr ici, a iter da ns la no ta tio n co mplexe eg ime du r s inuso ïda l p er ma nent,

6 70 Physique, MP, MP* v = v0 exp [i ( t k r)] e t c e tte v ite s s etr e p e ete eutˆ d r min ee pa r a pplica tio n du pr incip e fo nda menta l de la dyna mique, so us la a fo = r fme o`ua est l a cc elé r a tio n, dm dτ f dm la dens e it vo lumique de fo r ces ees exer s c ur ces pa r ticule s, et dτ =n 0m est la ma sse vo lumique du milieu co ntinu e fo des r m pa r ticules cha ees. r g La dens it e vo lumique de fo r ces co mpr end des ter ep mes enda ind nts du pa ssa ge de l o nde (fo r ces de esio coh n da ns le milieu so lide, fo r ces de pr ess io n da ns le milieu fluide, p esa nteur, etc.) ma is a ussi des ter es `a mes la li mis e en mo uvement des cha rg es so us l effet du cha mp. Les pr emier s s a nnulent en pr incip e en p er ma nence mutuellement da ns la situa tio n de rep os du milieu e cha quipréexista rg it au pa ssa ge de l o etnde, nous supp osero ns ici qu il en va toujours eme de lo mˆ r sque celle- ci se pr o pa g e. No us ne tiendr o ns do nc co mpte que des fo r ces explicitement ees au pa ssa li ge de l o etudi nde e e. E n pa r ticulier, on pr endr a en co mpte e vo la densit lumique de fo e r lectr ce o ma etiq g n ue pr o pr ement dite, fem =n 0 q[e + v B ] et la dens e it vo lumique de fo r ces de fr o ttement de ty p e v is q ueux, liée `a la mise en mo uvement des p or teur s de cha rg e mo bile m (s o uvent, le sélectro ns) pa r ra pp ort au r este du milieu, fv = n 0 v o `u τ es t une τ g ra ndeur ca er ra is ct tiq ue qui a l unit e d une dur e e. O n a d ejà eu l o ccasion ecr d ir e que l a elér cc a tio n da ns un milieu co ntinu e cr it,en s prem ere i` approx imat, ion a = v, d o `u: t m v t =q( E + v B ) m v (37.9) τ Da ns de tr` es no mbr eux ca o s, n p e ut enc o eg r e lig n er da ns cette equa tio n le ter me ma g etique n si le milieu o `u se pr o pa ge l o dépou nde est rvu de t ou t champ et magn ique s t at ique, do nc sib désig ne bien le seul cha mp d ˆu `a l o nde. On p eut alo rs utiliser p our ce der nier une no ta tio n co mplexe et expliciter equa tio l n de Ma xwell-fa ra day so us la fo rme B = k Ē, donce E. v ϕ C o mme de plusv ϕ es t en g c o mme o n le ve r v ϕ r a, ma g etiq n ues et electr iques es t a lo rs: enér al de l o r dr e de gr a ndeur 0 (ave decc mˆ e me s o uvent, E c 0 ), on en déduit q ueb. Le rapp ort des for ces c 0 qv B qe v c 0 1 (37.1 0) On notera l imp ortance de cette relation, qui p ermet,avec l a p proximat ion ejà d fait e con cern an t l expression eléra de l acc t ion, la linéarisa t ion eq d e uat ions d ynamiques des mouvements des charges dans n imp orte quel eriel. milieu Lorsq mat ue la linéarisa t ion, n est p as p ossib la le, prop agat ion d es on elect d es roma et gn iq u es s accomp agn e d effets n eaires on lin : ch an gemen ts eq de u fr en ce, p ar exemple. L équa tio n diff er entielle a ins i s implifi e em v t =qe m v a dmet a lo rs p o ur so lution τ q pa r tic er uli` e l o nde v = v0 exp [i ( t k r)] o`u v0 = Ē 0 ; on en d eduit m (1 / τ + i) la dens e it vo lumique de co ur j =n a nt 0 q v :

7 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 71 j = γ () Ē γ ( )= γ 0 1 +i 0 (37.1 1) fa is a nt de to ut milieu co nducteur un milieu o hmique de co e γ nductivit ( ),dé c r ite co mme un filtr e pa sse- ba s d o r dr e un, avec la e co sta nductivit tiqueγ 0 = n 0q τ et la m pulsa tio n de co upur 0 = e 1. Da ns le ca s d un milieu co e nstitu de plusieur s typ es de τ γ 0k cha rg es, on p o urra eme a is nt enér g a liser l expr ess io n ci- γ dessus, ( )= k 1 +i 0k Co mme on l a vu plus ha ut, un milieu tel co nduc te ur t est oujou rs neut, sa re uf da ns le ca s d une e r s o na nc o n e; p eut che r che la r ici co nditio n de es r o na nce e en c r iva nt les deux expr ess io ns ρ, de is s ues de equa l tio n de Ma xwell-ga ρ uss = iε 0k Ē et de γ 0 l équa tio n de co ntinuit e, ρ= 1 k Ē. Le co efficient de pr op or tio 1 + i / e entre nna lit 0 ρ etk Ē ne p o uva nt `a la etr foisˆ e ima g ina ir e pur (da ns la er pr e rela emi`tio n) et avo ir une pa r tie eelle r (da ns la seco nde), on en co nclut ρ = que 0 et do nc que k Ē =0. Ch arg e da ns les milieu x co nd uc t eu rs E n rég ime sinuso ïdal, un conducteur ne p eut pas comp orter de charges vo lumiques. Si un tel milieu es t e, cha il ne r g p eut comp orter de charges qu en sur fa ce. Le cha mp e le c tr o ma etique g n d une OP PM da ns un tel milieu es e- t fo r c ment tr a ns ver k se: Ē =0. E ffet Jo ule dans les co nducteurs: on r ema r que que la co nductivit e γ () est en géné r alc o mple x ce e, qui tr a duit un r eta rd de pha se `a la mise en mo uvement des p orteurs de charge par rapp ort au champ e lec tr iq ue. Da ns to us les ca s cep enda γ nt, ( ))= Re( γ > 0. Cette pa r tie ee r lle r end co mpte de l effet Jo ule da ns le milieu, puis que la e dens vo lumique it de puissa nce p er due par le cha mp au pro fit de la ma er ti` e cha e r e g s e c r it, en moyenne temp orelle, p J = 1 Re( j Ē ) so it a us psi J = 1 Re γ ( ( )) Ē >0. L a p er te ene d r g e ie lec tr o ma etique g n pa r tr a nsfer t `a er la e ma est ti` do nc une pr eté o pr i génér a le des milieux co nducteur qui se s, tr a duit en ené g r alpa r un a ffa iblissement prog r ess if (pa r fo es is ra tr` pide) de l o nde lo rs de sa pr o pag a tio n. Cl as s i fi cati o n des mi l i eux co no nducteu us disting rs: uer o ns da ns la suite les milieux co nducteur s plus ou mo ins denses, en fo nctio n de la va leur de la co nsta nte τ. P lusτ e s t p etit, plus le ter me de fro ttement est imp ortant; on p eut en fa it mo ntrer queτ fo urnit une b o nne eva lua tio n de la ee dur moye nne q epare ui s deux cho cs. Une valeur fa ible de τ co rr esp o nd do nc `a den un milieu se(pa r exemple, so lide ou liquide) ta ndis qu une va leur ele e v e de τ co r r es p o nd `a un peu milieu den se (un ga z pa r exe mple). L esplas m as so nt des milieux co nducteurs peu den ses da ns lesquels les inter a ctio ns entr e pa r ticules cha ees r so g nt p eu intenses, ce qui se tr a duit pa r la fo e r e: me simplifi jp lasma = γ p lasma ()Ē γ p lasma( ) n 0q i m (37.1 )

8 7 Physique, MP, MP* O n en eduit d imm edia tement que γ Re( ) 0, c es t-`a- dire qu en er premi`e a ppr oximatio n, le mo uvement e des le c tr o eta ns nt en p er ma nence epha e d s de π / par rapp ort au cha mp, il n y a pas ecessa n ir ement tr a nsfer t de puissa nce de l o nde er e `a par la ma ti` effet Jo ule. Les pla s mas peu ventˆ et re t ransparents a ux o nde s etude ; l me e n e plus bas mo ntr er a que cette co nclusio ep end n d de la eq fr ue nce de s o etudi ndes e es. L esmét auxco ns tituent le ca s eme ex trˆ exa ctement o e pp a o ux s plasma s ; du fa it de la très fo r te dens e de it ces ma er t ia ux (s o lides ou liquides), les inter a ctio ns entr e co nducteur s y so nt e tr` séle e v e s, 1 (s a ufen très ha ute eq fr ue nce) ce q p ui er me t de τ tr a iter l expr ess io n de la co nductivit e so us la fo r me a ppro e e: ch jmé tal =γ 0E γ 0 0 (37.1 3) L o r dr e de gr a ndeur de cette co nductivit e p eut do ncˆ etr e eva lu e pa r de simples mesur es de es r is ta nce régime en perman ent ; on tr o uve us uellementγ 0 de l o r dre de 10 6 `a 10 7 S m 1. La puis sa nce dis ee s pa ip r effet Jo ule da ns e l unit de vo lume d un etal m s écr it do ncp J = 1 γ 0 Ē > 0 et, du fa it de cette dissipa tio le n, s m eta ux ser o nt pr a tiquement to ujo ur s a bsor ba opaqu nts do es et ncréfléchis s an p tso ur les o nde ele s c- tr o ma etiques g n (s a uf da ns le ca epa s d isseur s extrˆ emement fa ibles ). esulta Ce r t sera d a ille ur eta s bli de ma e ni` r e plus ecise pr da ns le pr o chain cha pitr e. R ap p elon s qu icie,comp te t en u de la valeu elev ee r de la con du ctivit e des m et aux cou ra n t on s, p ou rra au ssi, lors de l étude du comp ortement d es on d es d ans un mét al,négliger le cou rant ep de lacemen d t ; cet te ap proximat ion est presq ue t ou jou rs in valid e d an s le cas d es p lasmas Les plasmas : nature et eri caract s ti q u es L a n a tu re d e s p l la a ha s m ute a s: a tmosph` er e (io no er sph` e) est io ee nis pa r le r ayo n- nement issu du So leil et co nstitue un b on exemple de pla sma. To us les r ayo nnements é le c tr o ma etiques g n iss us de la Ter re ou pa r vena nt ver s elle tr aver sent ce pla s ma, et il est do nc ecessa n ir e de eter d miner les co nditio ns de cette inter a ctio n. E n pa r ticulier, on mo ntr er a qu un tel pla opaqueda sma estns cer ta ins do ma ines equence de fr ; la co uche io no er iq sph ue a g it a lo rs co mme un mir o ir e disp en ha o s ute a ltitude (100 km envir o n) qui g uide le s o ndes e le c tr o ma etiq g ues n et leur p er met Te r re d a tteindr e, pa eflexio r r ns multiples, des p o ints e s s ho itu rs de R E p or ee t dir ecte de emetteur l. Le pr incip e de ce g uida ege (utilis en pa r ticulier p o ur la co mmunica tio n ra dio dite VHF entre aér o nefs ) es t illus e sur tr la fig ur e ci-co ntr e : cepte le r ur E r e- ço it le sig na emis l pa r emetteur l R, a lo rs que R es t a u- dess o us de l ho r izo n de E (en p ointill e s ). E n ré a lit e, la dens e it pa r ticula ir e da ns la ha ute a er tmo e ter sph` r es tr e r ele es e v te e, n m 3, entr e 10 0 et 50 0 km d a ltitude envir on ; la fig ur es e ente 37.1(en r epr échelle lo ga r ithmique) cette e dens pa r it ticula ir e. Da ns cha que do ma ine, on sig na le la na tur e des io ns p ositifs e p pr o e nd r a nts X + da ns ce pla sma g lo ba lement neutr e e, fo r m de ces io ns et e d lectr o ens. O n r enco ntr e bien d a utr es pla ta sma nt da s, ns le milieu na tur qu en el la b or a to ir e; quelq ues or dr es de gr a ndeur des pa dens r ticula it ir es corr esp o nda ntes fig ur ent da ns Ionosphè re

9 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 73 m 3 n O NO + H h km Fig ur e 37.1 Densit e pa r ticula ir e da ns l io e no re sph` le ta blea u Les pla s ma s ar tificiels es co r r cit es p o nde etude nt `a de l lafu sion nucléaire: o n che r che ea `a lis r er de es tr`fo r tes temp era tures et pressions p o ur imp oser la fusio n de deux noya ux d a to eg mes er s. l Ces co nditio ns e so a nt lis ees r pa r co nfinement ma g etique n (en imp osa nt des cha mps etiq ma ue g ele n s ees v da ns des str uctur es to r iq ues, les Tokam aks ) ou pa r emploide la pression de radiation imp e o e s pa r des fa iscea ux la ser intenses (o n pa r le de co nfinement iner tiel). Na ture du pla sma na turel n 0 Milieu inter ga la ctique 10m 3 Milieu inter stella ire 10 5 m 3 Chr o mo s er ph` e so la ire m 3 Na tur e du pla sma ar tificiel n 0 P la sma `a co nfinement etiq ma ue g n 10 1 m 3 P la sma `a co nfinement iner tiel 10 3 m 3 Ta ble 37.1 Densit es pa r ticula ir es de diver s pla smas Pu l s ati o n de pl as en ma: deho rs de to ute o nde e lec tr o ma etiq g ue n ex e t r ieur e, co ns e id r o ns le ca s oscil des lations propres du pla s ma, ca e ra r ees is ct pa r une va r ia tion pério dique de la densit e vo lumique de cha rg e : on er co er nsid a ici que les io ns (lo ur ds, do nc fixes ) ga r dent la e dens pa r it ticula ir e co nsta 0, nten ta ndis que celle des e lectr o ns (mo bile de s, ma sse m) ecr s ir a n =n 0 + δ n (t La ). dens e it vo lumique de cha rg e est do nc ρ(t) =n 0 ( q ) + (n 0 + δ n )(q ) soit ρ(t) = qδ n si (t), on no te q la cha rg e des pa r ticules mo biles (q = e en fa it p electr o ur des o ns ). Ces oscilla tio ns so nt so lutio ns equa de tio l n de co nser va tio n de la e cha lec tr rg iq e ue, divj +q n j = 0 o u e nc o r e div t t =q δn t ; la r ela tio n co nstitutive des pla e c sma r ite s, n 0 q en no ta tio n co mplexe j =, p eut ic etr iˆ e r eco ee pi so us la fo r j me i mē t = n 0q m E da ns le ca ené s g r a l. O n en eduit d n 0q m dive =q δn t ; pa r a illeur s, equation l de Maxwell-Gauss imp ose dive = qδn ; il vient do nc q n 0q δn =q δn. On r ec o nnaˆ ıt uneéqua tio n d o scillatio n ha r mo nique, ε 0 mε 0 t δn t + n 0q δn = 0, qui efinit d lapu lsat ion de eson r an ce du plasma mε 0

10 74 Physique, MP, MP* ou pu lsat ion de plasma : p = n 0q mε 0 (37.1 4) Ainsi, da ns l io no e sph` r e, ave 0 cn =10 11 m 3, la fréquence pr o pr e des o scilla tio ns de pla s ma est de l o r dr e de gr a ndeur p = p def =, 8 MHz,co mpte tenu des va leurs π de q = 1, C et m = 9, k g p o ur le e lec s tr o ns Propag ation d o ndes dans un plasma L e e s qu a ti o ns de M a nous xwel supp l: osero ns dans tout ce qui suit que le plasma, c a r a e ct r e is pa r la densit e pa r ticula ir e de cha rg es mo 0, es bilesn e t c la e ir pa r une OP PM Ē = Ē 0 exp [i ( t k r)], B = B 0 exp [i ( t k r) ], dont la pulsation sera supp o- sée ne tte ment e diff r e nte de p. Da ns ces co nditio ns, on p o eg ur lig ra er n to ute oscillatio n de la densit e volumique de charge ; le plasma r este lo calement neutre, avec ρ =0 et j = n 0q i mē, equa tio n que no us r eco pier o ns so us la ε 0 j = fo p i r Ē. me O nécr it a lo rs le sys eme t`des qua tr equa e tio ns de Ma xwell dans ce pla sma sous la fo rme: Ma xwell-ga uss, k Ē = 0 et Ma xwell-tho mso k n, B = 0 ; co mme da ns le vide, les cha mpse et B so nt tr a nsver ses; Ma xwell-fa ra day, k Ē = B ; cette r ela tio n de s tr uctur e identique `a celle o btenue da ns le vide; p Ma xwell- Amp` e r e, k i B =µ 0 ε 0 i +i Ē ; c est to ujo ur s cette equa tio n qui fa it la diff er ence entr e un milieu er ma iel t et un a utr e. L équatio n de pro pag atio on n: o btient, co mme to ujo equa ur s, tio l n de pr o pa gatio n en ca lcula nt un do uble ro ta tio c es nnel, t- `a - dir un e ici do uble pr o duit vecto r iel k k Ē ou k k B. No us a llo ns l a ppliquer au cha Ē ma mpis on e v r ifie r a it aiséme nt q ue la emeéqua mˆ tio n eco d ule de so n a pplica tio n au B cha. mp O n a bien s ˆur k k Ē =k B s o it enc o k re k Ē = p Ē ; on é cr it d a utre pa rt le evelo d pp ement du do uble pr o duit vecto k k riel Ē = k Ē (c e st la ver sio n a da ee pt de la r ela tio ené n g r a ro le t ro te= graddive E ) ; on en eduit d nécessa ir ement, p o ur tr o uver une Ē so = lution 0, l équa tio n de disp er sio n: c 0 k = p c 0 (37.1 5) Équat ion de d isp ersion dans un p lasma L équa tio n de disp er sio n des e ondes le c tr o ma etiques g n da ns un pla sma p eu dense est une equa tio n de K lein-go r do n, do nt la pulsa tio n de co u- pure ba sse est eg a le `a la pulsa tio n de pla sma.

11 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 75 Un pla sma est do nc un milieu tr a nspa r ent eq `a ue ha nce ute ( fr p), >avec les v ite s s es de pha sev ϕ = c 0 c 0 et de gro up ev 1 p/ g =c 0 1 p/ c 0, qui vér ifie nt d a ille ur gv sv ϕ =c 0 puis q ue equa l tio n de disp er sio n est du typ e de Klein-Go rdo n. Le c a r a er ct` e disp er sif du pla sma est ma tr`r e q, u s a uf `a es tr` ha ute eq fr uence ( p, ave cv g c 0 etv ϕ c 0 ), co mme on le vo it sur la fig ure 37.. c 0 Domaine d absoprtion v ϕ () v g () p Fig ur e 37. Disp er sio n des e ondes le c tr o ma etiques g n da ns un pla s ma Ab s orpti o n des o nd es dans un pl p as our ma: < p, le milieu est a bsor ba nt (o u o pa que) a ux o e ndes lec tr o ma etiques g n puis que la so lutio n equa de l tio n de disp er sio n devient co mplexe. On p eut en pa r ticulier mo ntr er l existence d une dista nce c a r a er ct istique d a enua tt tio n do e nn e pa r δ= 1 Re(k ) = c 0. p Un pla s ma ec la e ir par une o nde de ba sse equence fr ne p er met pa s le pa ss a ge de cette onde ; il ne p eut pas non plus dissip ener er g l ie de cette o nde pa r effet Jo ule (puis que j et E r e s te nt epha d es s de π / ) : il ag it do nc co mme miroiṙ un No usétudie r o ns les phéno m` enes de eflexio r n au cha pitr e pr o cha in Transp ort e de nerg l ie dans le plasma L e s c h a e m tu p e d s s: i r eveno ns `a etude l de la pr o pa ga tio n ( p) des > o ndes dans le plasma ; on notera (O z ) l axe de pro pagation de l onde, etudie r on a le cas d une o nde p o la ee r r is ectilignement selon (O La x). str uctur e des cha mps e lec tr iq ue et ma g etique n est a lo Ē rs=e 0ex exp [i ( t kz (o)] `u on p eut choisire 0 > 0) et, d a pr` e s l equa tio n de Ma xwell-fa ra B day, = k E 0ey exp [i ( t kz o )]; n a bie n s ˆur p os e k= p c 0. Ces cha mps s a cco mpa g nent du pa ssag e d un co eur a nt de densit vo lumiq ue j = i ε 0p E 0ex exp [i ( t kz )]. Le vecteur de Poy nting moyen e cr s it icir = 1 Re(E B )= µ 0 k µ 0 E 0ez. La puissa nce vo lumique p er due pa r le cha e c r mp it, en s moye nne,p J = 1 Re(j E )

12 76 Physique, MP, MP* s o it, r etr o uva nt le ici dépha sa ge ejà d cité de π / e ntr e ces deux vec teur p J =0. s, Un pla sma tr a nsp or te do nc une puissa e le c nce tr o ma etique, g n sa ns a ucun tr a ns fer t `a la ma ti` er e cha e r e, g e d`s q ue > p. D e n e s et i t vi tes s e de e n l erg i e: les dens es it vo lumiques ener d g ie electr iq ue, ma g etiq n ue et cin etiq ue so nt r es p ectivement e g a les w`a e = ε 0 4 Re(E E )= ε 0E 0 4, w m = 1 4µ 0 Re(B B )= k E 0 4 µ 0 et e c = 1 4 Re (n 0mv v )= m 4n 0 q Re(j j ), ou enfine c = ε 0 p 4 E 0. O n en eduit d l ener g ie vo lumique to ta le ee asso `a l o ci nde, w e =w +w m +e c, do nt la moyenne temp orelle e c s r it a es pr` simplifica tio ns w= ε 0E 0. O n n ou b liera pas qu e le en b ilan erg et iq ue de la prop agat ion d an s le p lasma est in comp let on si ne pren d p as en compte én ergie l cin etique volumique asso ee aux ci mou vemen ts d es p orteu rs de ch arge mob iles. L inter pr eta tio n de la vitesse de ener l g ie se fa it selo n ema le s ch cla ss ique, `a savo ir ve = R w = c k ez q u o n p eut enco eé re c r r ir co e, mpte tenu des expr ess io ns de v ϕ = k et dev g =c 0/v ϕ,so us la fo r me ve =c 0 1 p au mo ele d` g ené r a l d inte r pr ez =v gez co nfo r eme m nt etation de la vitesse de group e. Vit esse de en l erg ie da ns le p la sma Lo rs du pa ssa ge d une e o lec nde tr o ma etique g n da ns un pla sma tr a nspar ent, ener l g ie to ta e le ( c tr o ma etiq g ue n et cin etiq ue) se epla d ce le lo ng de la dir ectio n de pr o pa ga tio n `a la E =v v itessev g, eg a le `a la vite s s e de g ro up e Anisotropies dans les plasmas Ondes en e s pr en ce d u n ch amp s tati que É tude d ynami que: en prés ence d une o nde de cha Emps et B, ma is a ussi d un cham p magn etiqu e statique B 0 (par exemple le cha mp mag etique n ter r es tr e), o n doit mo difier l expression de la for ce de Lor entz subie electr par o ns les, q ui dev ient q(e + v B ) q( E + v [B + B 0]). On a déjà mo ntr e q u e n enér g al la fo r ce magnétiq uedu e` a l on des t e n g lig e a ble: v B E. Pa r co ntr e, r ien ne p er met de fa ire la mˆ eme hy p o e th` s e en ce q co uincer ne le cha mp ma etique g n s ta tique, puis q ue s o n a mplitude B 0 es t ind ep enda nte de celle de l o nde. L eséqua tio ns du mo uvement electr des o ns du pla sma fo ur nir o nt to ujo ur s le co ur a nt (en no ta tio n co mplexe) j =n 0 q v, `a pa r tir de ecr l iture du princip e fondamental de la dyna mique, en egligeant n enco re toute for ce de collision (le plasma r este e peusupp o s dens e) : i m v =qē +q v B 0 ; o n p eut enc e o c r e r ire im =qē n 0 q j + 1 B 0. n 0 j Co nd uc ti e vi co t mp le xe: cho isissa nt pa r exemple B 0 =B 0ez, ce tte equa tio n se pr o jette s ur les tr o is a xes iens ca r selon t Ē x = im n 0 q j x B 0 y, n 0 q j Ē y = im n 0 q j y + B 0 x n 0 q j

13 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 77 et Ē z = im n 0 q j z. Ce sy s eme t` d equa tio ns p etr eutˆe eécr r it en fo nctio n de la pulsa tion de pla s ma p déjàd éfinie,et de lapu lsat ion cyclot ron c = qb 0, s elo n le sys t` m eme ε 0 pē x =i j x c j y,ε 0 pē y =i j y + c j x,ε 0 pē z =i j z. L inver s io n de ce eme sys t` d j en fo nctio n Ē de, s elon j x = equa tio ns se fa it sa ns difficult e, et p er me t ete de d r miner ε 0p c iē x + c Ē y, j y = ε 0p c iē y c Ē x et j z = ε 0p i Ē z : le milieu est do nc ma intena nt anisotr avec op e, p o ur ma tr ice des i c c c 0 co nductiv e it s γ [ ] =ε 0 p c i c c 0. No us a llo ns mo ntrer que cette i anisotropie mo difie, par rapp ort `a la situation etudi e e pr ecéde mme nt (avecb 0 =0) la na tur e des o ndes e le c tr o ma etiques g n s usceptibles de se pr o pa g er da ns ce pla s ma E ffet Faraday L e s c o n d i ti o e n tu s d e:nousétudio e l ns ici un pla sma en es pr ence d un cha mp ma g etique n s ta tique B 0 =B 0ez ; co mme on l a vu, ce cha mp sta tique est `a l o r ig ine d une a niso tr o pie de la co nductio electr ique. n No us a llo ns a ete lo r rs miner d les co nditio ns ecessa n ir es `a la pr o pa ga tio n d une o nde da To ns utefo ce milieu. is, no us fixo ns ici une co nditio n suppl ementa ir e : etudie on la pr o pa ga tio n d une longit o nde u dinale, c es t- `a - dir e do nt le vecteur d o nde ea ir est e au co cha lin mp sta Btique 0. On fixer a do nc k =k ez. No to ns, `a ce sta de, que k eventuelle r este me nt co mple xe. O n p eut a lo etudier rs les co e ns q ue nces de equa s tio ns de Ma xwell, so us e r s er ve de précis er la dens e vo it lumique de cha ρ. rg Du e fa it des equa tio ns de Ma xwell-ga uss e t de co ntinuit e, ρ = iε 0k Ē = iε 0kĒ z et ρ= k j do nc ρ= j k z. Co mme on a de plus mo ntr e que j z = ε 0p i Ē z, ce s equa tio ns so nt ené g r al in compat ibles (et imp o se ρ nt = 0 et do nc Ē z =0, j z = 0, sa uf p our p, =en pr e s ence de e la s r o na nce de plas ma. O n n ot era b ien qu e la n eu électrique t ralit lo cale, et d on c le caract` ere t ra n sverse d u champ electriq u e, n on eté ét t ab lis dans le cas enéralqu g e p ou r une onde d ans u n milieu oh mique enéra g lis e isotrop e. Le fait de ret rou ver esu ce r ltat icida ns un milieuanisotrop e est accident et ne el d oit pa et sˆre enéra g lis e : on p eu t rencont rer, p ar exemp le dans un p lasma avec un e sou rce d an isot rop ie ou dans d aut res milieux ma eriels t anisotrop es, la propagation d ondes n tran sverses avec un e evolu miq ue de ch arge n on ident iqu ement nulle, même sile milieu reste glob alement d en sit n eu tre. Fina le ment, le séqua tio ns div E = 0 et div B = 0 mo ntr ent bien que les cha mps électr ique et ma etiq g n ue,éta nt tr a nsver n ont ses, de comp osantes que dans le plan (O xy ) p erp endiculaire `a l axe de propagation On (O p eut z ). a lo rs eécr r ir e les e q uatio ns de Ma xwell da ns ce milieu so us la k fo Ē r = me 0, k B = 0, k Ē = B et ik B =µ 0 [ γ]ē + iε 0Ē, o `u on se co ntenter a p o ur ma tr ice des e co s de nductivit la r estr ictio n γ de ] au [ plan (Oxy ), `a savoir γ ]=[ ε 0p i c c c i.

14 78 Physique, MP, MP* Onde transverse dans un milieu aniso tro la fo p r e: me de equa l tio n de Ma xwell- Ampèr e ci- dessus s e ug r e g` imm edia tement une mis e en fa cteur des ter mes de co ur a nt de co nductio n et de epla d cement, so us la fo r kme B 1 i = iε 0 µ 0 iε 0 [ γ]ē + Ē, que l o n ecr ir a enco re: k B = c [ ε r ]Ē 0 (37.1 6) o`u on a efini d unemat rice des permit es t ivit di electriqu es relatives [ ε r ]. Ce fo r ma lisme p er met de tr aiter le ca s du vide, ε r ]= avec 1 [ 0, ma is a ussi de no mbr euses a utr es 0 1 situa tio ns, co mme pa r exemple les diélectriqu milieux es eaires lin isot ropes décr its par 1 0 [ ε r ] = ε r () : il s agit d un b on mo ele d` p o ur la pr o pa ga tio n des o ndes da ns 0 1 de no mbr eux milieux tr a nspa r ents a mo r phes (liquides, ga z, ver r es o ptiques ). O n utilise le eme mˆ fo r ma lisme p o ur la pr o pa ga tio n da ns de nombr eux milieux a nisotr op es. Ainsi, la pr o pa ga tio n de er la e da lumi` ns un milieu cr ista llin p eut, pa r un cho ix a da pt e des axes (O x) et (O y etr ),ˆe ecrite d pa r une ma tr ice des p er e mittivit s dia gona le ma is no n isotr [ ε op r ] e, = ε rx () 0, ce quip er me t de efinir d un a xe 0 ε ry () r a pide et un axe lent p o ur le etudi cr ista e. E l nfin, da ns le ca s des pla sma s avec cha mp 1 + α() iα() c ma g etique n sta tique lo ng itudina l, on a εo r ]= btenu [ réserve de p oser α( )= p c. iα() c 1 + α(), so us L équation de Maxwell-Faraday imp kose B = k k Ē = Ē k et l é q ua tion de Ma xwell- Amp` ere imp ose enfin ε r [ ]Ē = c 0k Ē. Les so lutio ns de equa l tio n de pr o pa ga tio n so nt do vecteu nc les rs propres de la ma tr ice des co nductivit e s,et la rela tio n de disp er sio n est e e do pa nn r les valeu rs propres de cette ma tr ice. À cha que va leur pr o pr i ( eλ) (avec i = 1, ) corresp ond equa une tio n de disp er sio n de la fo rme λ i ( )= c 0k. L e ffe t Fara d ay: da ns le ca s pa r ticulier d un pla sma avec cha etiq mp ma ue g n sta tique lo ng itudina l, il fa ut eter do nc miner d les va leurs pr o pr es et vecteur s pr o pr es 1 + α() iα() c de la ma tr ice iα() c 1 + α(). On mo ntr e sa ns difficult e q ue ces vec teurs pr o pres so u± nt= 1, avec les va leur s pr o ± pr = esλ 1 + α()1± c ±i. Da ns un tel milieu ne p euvent do nc se pr o pa ger enua sa ns tio a n tt que des o ndes p o- la ris e escircu lairement. Une onde de cha mp electr ique pr op or tio `au+ nnel= 1 i est p o la ee r is cir cula ir ement à droite, et l équa tio n de disp er s io n ee a `a sso ce ci tte p o- la r isa tio e n c s r c 0kD p it =1+ c 1+ c. De même,l o nde pr op or tio nnelle `a

15 37: Ondes dans l es mi li eux eri mat els 79 u = 1 i est p o la ee r is cir cula ir ement à gau che, et l équa tio n de disp er sio n asso- c 0 kg ciée `a cette p o la r isa e tio c r n it s =1+ p c 1 c. Ces deux p o la r isa tio ns s o nt a sso ees ci `a des v ites s es de pha er entes, se diff qu o n no ter ϕd av etv ϕg. Co ns er id o ns ma intena nt une o nde de p o la r isa tio n r ectiligne e e `a l entr envoy e d un tel milie u;supp oso ns-la par exemple p ee o lar selon is (O x).on p eut l ecr ir e so us la fo rmeē =E 0ex exp [i ( t kz )] avant son ee entr da ns le pla s ma (pa r exemple p o ur z < 0). À pa r tir de l entr ee da ns le pla sma, on do it d eco mp oser cette o nde selon Ē = E 0 (ex +i ey) exp i t z + E 0 v ϕd (ex i ey) exp i t z, so mme v ϕg de deux o ndes p o la ees r is cir cula ir ement se pr o pa cha g ent, cune, avec s a vite s s e de pha se pro pre. Au b o ut d un pa rco ur s de lo ng ueur D, l o nde so rt du pla sma et les deux co mp osa ntes cir cula ir es o nt a cquis une er ence diff de pha se do e e nn pa r ϕ = D 1 1 et, v ϕd v ϕg a u cho ix d une no uvelle or ig ine des temps e s,l o nde pr`emer g ent du pla s ma dev ient Ē x =E 0 exp (i t ) co s ϕ,ē y = E 0 exp (i t ) sin ϕ.ainsi, le pla n de p o la r isa tio n de l o nde a to urn e d un ang le ϕ pr op or tio nnel `a D et `a e du l intensit champ ma etiq g n ue; c e s t eff l et Faraday. L es milieux p o eda s s nt la p o ssibilit e de fa ir e to ur ner le pla n de p ola risatio n d une vibr a tio n r ectilig ne so nt dits e s do depou u voir rotatoireou d act ivit e optique; ce tte pr o pri eté est to ujo urs asso ee ci `a une a nis o tr o pie du ma milieu, is l o r ig ine de celle-ci p eutêtr e va e r e: i a niso tr o pie due `a un cha mp etique ma sta g n tique lo ng itudina l (effet Fa ra day), da ns un pla sma ou da ns cer ta ins ver r es o ptiques; a niso tr o pie due `a un cha electr mp ique s ta tique tr a ns ver se (effet K er r); a niso tr o pie due `a la str uctur ecula e mo ir e l chir a le des ecules mo l emplis sa nt le milieu (mo ecules l o rg a niq ues esenta pr nt un a to me de ca rb o ne fo rma nt des etr lia a- iso ns t édr iques ver s qua tr e substitua e nts r e nts diff ).

16 730 Physique, MP, MP* Ce qu ilfaut abso lument sav o ir Un milieu ma e t r iel es t ca e r r a e is ct pa r un vecteur d o nde eve ntuellement co m- ple x e. Si o n p e e c ut r ire k =(k ik )u, il y a pr o pa ga tio n `a la v itesse de pha se v ϕ =, avec la v ites se de gro up ev k g = d, et simulta ement n a bs o r ptio n (si dk k etk so nt de eme mˆ sig ne) sur une lo ng ueur er ca is ra tiq ct ue δ = 1/k. L étude de s o nde e le s c tr o ma etiq g ues n da ns un milieu co nducteur ebute d par une mis e en equa tio n dyna mique du mo uvement des pa r ticules ees da cha ns r g c e milieu,s o us l influe nce d une O P Ē, PM B. Da ns cette e q ua tio on n, p eut to ujo urs eg n lig er la fo r ce ma etiq g uedu n eà l on dedeva nt la fo r electr ce iq ue, c a r E c 0 B et v c 0 en g ené r a l. O n en d eduit,da ns l hyp oth` ese d un milieu `a co mp or tement e a ir lin une e, rela tion de la fo r j me = [ γ] Ē, en fo nctio n d une ma tr ice des co nductivit e s c o m ple x e s. Si de plus γ ] = γ [ () 0 1 0, le milie u lin ea ir e est iso tr op e Da ns to ut milieu co nducteur ea ir lin e et iso tr op e, la cha rge vo lumique ρ est nulle en to ut p o int, sa eventuellement uf p o ur une cer ta ine puls atio e s o n na (de nc r e ). Les co nducteur eta s m lliques so nt da ns ce ca s, j =γ avec 0 Ē, γ 0 > 0 et ρ = 0. Les pla sma s p eu denses (en l a bsence de to ut cha mp sta tique) so nt a ussi da ns n0q c e ca s, avec j = γ ()Ē, γ ( )= im et ρ = 0 sa ufp our la es r o na nce `a la pulsa tio n de pla sma p = n 0q. n 0 es t la dens e it pa r ticula ir e des p or teurs mε 0 de cha rg e, de masse m et de cha rg e q. Da ns un pla sma, on o btient (et on do it savo ir equa r etr o tio uver n de ) l disp er sion de K lein-go r do n p =c 0k ; le milieu est tr a nspa r ent p o ur p, avec > une v ites se de pha sev ϕ = k >c 0 et une vitesse de gro up e, confondue avec la v ites se de ener l g ie to ta e le ( c tr o ma etiq g ue n et cin etiq ue )v g = d dk <c 0. E n pr esence d un cha mp ma etique g n s ta tique, un pla sma p erd so n iso tr o pie; il n est plus fo ement r c lo calement neutre. etudie On le s o nde s qui p euvent s y pro pa g er eta en blissa nt les co nditio eces ns n sa ir ement e r ifi ees v pa r un cha mp j, Ē, B vér ifia nt les equa tio ns de Ma xwell equa et l tio n co nstitutive j = [ γ] Ē. Ces co nditio ns ecessa n ir es pr ennent la fo r me d une ou plusieur equa tio s ns de disp er s io n, qui p euventˆ etr e ees li `a un ou plus ieur etats s de p o la r isa tio n.

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée Le vélo imaginaire D es s ine v él o ui Si j'étais... rep rés te ton U ne éta t Si j'étais... p ièc e v él o, je s era is... Un p a nnea u rtier, je s era is... d' â me feuil C ha c ra y ons C ha v él

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la

Plus en détail

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire

ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement particulier Sommaire ARTICLE 1 : DÉFINITION 1.1 : Organisation 1.2 : Programme de l épreuve 1.3 : Comité d honneur 1.4 : Comité d organisation 1.5 : Secrétariat 1.6 : officiels ENDURO «VINTAGE» 2017 Complément au Règlement

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE

- CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE - CHAPITRE 2- CONT INUIT E D UNE FONCT ION D UNE VA RIA BLE R ÉEL LE Tab le d es mati` er es 1 Conti nui et 2 1.1 Co ntinuit e en un p oint.................................... 2 1.2 Co ntinuit e s ur un

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ (

Introduction U ne p r em i )A (( r e d i f f i c u l t (& d u s u j et es t q u e R u s s el l a j o u (& u n r l e s i f o nd a m enta l d a ns l!/ ( Russell et la philosophie Anne-F r a n o i s e S c h m i d, I N S A d e L y o n et Ar c h i v e P o i nc a r )A (& (U ni v er s i t (& d e N a nc y -2, U M R C N R S n!c 7 1 1 7 ) )A!0 P r en ez g ar d

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

fastviewer.fr Téléservices Numériques Diffusion @ avril 2010

fastviewer.fr Téléservices Numériques Diffusion @ avril 2010 Tables des matières A v e r t isse m e n t 3 D é m a r re r u n e sessi o n f ast v i e w e r 4 L a B L C : b a r re la té ra le d e c o m m a n d e 8 P rése n tat i o n: c o m m a n d es ra p i d es 9

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades

Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades Anne-Françoise Schmid To cite this version: Anne-Françoise Schmid. Las concepciones de la Ciencia frente a las humanidades. Conférence prononcée

Plus en détail

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 1 Objectifs de travail L objet de ce document est de rassembler les palmarès d audience des programmes de fiction dans les principaux

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

L M B C O T D U G R A N D D A N S Q U A R T D VIVE LE H! IM EU LE LLEC IF H LE IER E FIR M IN Y -VER T Rapport de fin de recherche pour l Office public d H L M de F irm iny PAR NO Ë L JO U EN N E M AI

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès.

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès. Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles Enoncer le théorème de Thalès Les droites ( BA ) et ( ZI ) sont sécantes en R, et les droites ( AI ) et ( BZ

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels

Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels Mesure non perturbatrice ULB de champs électriques par effet Pöckels L. Duvillaret1,2,G. Gaborit1,2, M. Bernier1, A. Warezecha1 1 IMEP-LAHC / UMR CNRS n 5130 / Minatec-INPG / Grenoble 2 Kapteos / Savoie

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours.

DE MISE EN SÛRETÉ. Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. LE PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ Être prêt à faire face à une situation de crise liée à la survenue d un accident majeur en attendant l arrivée des secours. PLAN PAR TICULIER DE M IS E EN S ÛR ETÉ

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS EXERCICES 1) Recopiez le point A et le vecteur u sur le quadrillage de votre feuille : 4 e Chapitre III Vecteurs a) Construisez le point B tel que AB = u. b) Construisez le point

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet

AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet AUTO DIAGNOSTIC La gestion de production de mon cabinet En 5 minutes et 15 questions, esu ez l effi a it de vot e fo tio p odu tio et d te i ez les a es d a lio atio s. Pour chaque réponse «Oui», comptez

Plus en détail

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE. 1.Définition et propriétés CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LE MODELE LINEAIRE Brefs ra p p els su r les p ro p ri é t é s des est i m a t eu rs u su els (M C O, M C G, est i m a t eu rs à v a ri a b les i n st ru m en t a les) da n s les

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e Dossier pour ANT HANDICAPÉ DE L INTÉGRATION D UN ENFEN SERV ICE DE GAR information générale et marche à suivre Document de travail à conser ver au ser vice de garde Le dossier pour l inté gra tion d un

Plus en détail

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES

Concerts (exemples) Fes ti v al T ran art Ital i e S EP T EM B R E 2011 PROCHAINES PREMIERES L e A L E P H G I T A R R E N Q U A R T E T T s e c o m p o s e d ' A n d r é s H e r n á n d e z A l b a, T i l l m a n n R e i n b e c k, W o l f g a n g S e h r i n g e r e t C h r i s t i a n W e r

Plus en détail

É C H A FAU DAG E Septembre 2016 LA MARQUE Modèle (Date d'effet) MULTI Multi-SYSTEM Multi-RETO (29/03/13) Structure porteuse Structure multidirectionnlle multiniveau Acier galvanisé s 320N/mm² Largeur

Plus en détail

Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA

Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA www.en-vie-fashion.com Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA 03 CONTENU QUI SOMMES NOUS? 03 04 05 06 07 08 09 QUI SOMMES NOUS NOTRE PROFIL LE MAGAZINE CALENDRIER DE PARUTIONS NOTRE PUBLIC PROMOTION

Plus en détail

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3

PRE AL AB LE 3 A J O U T E R UN P R O F I L 3 C R E E R U N C O M P T E C M C D 3 CONFIGURER LE TABLEAU CMCD Fiche à l usage des Structures LIGUES et COMITES ------------- D a t e : 2 4 F é v r i e r 2 0 1 6 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF)

CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) CONSENTEMENT ECLAIRE ET ACCEPTATION D UN TRAITEMENT D ORTHOPEDIE DENTOFACIALE (ODF) L ODF est l art de prévenir et de rr er les al s t s de ta res les d r at s et al s t s a ll -faciales Le tra te e t

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Il permet d'utiliser un langage commun à tous les concepteurs et utilisateurs d'un système (ingénieur, technicien, service marketing, client etc.

Il permet d'utiliser un langage commun à tous les concepteurs et utilisateurs d'un système (ingénieur, technicien, service marketing, client etc. 1 PRESENTATION L e langa ge S ys M L (S ys t e ms Mo de ling La n guage) est un o u til de r eprésenta t ions a bs tra ite s ( modè les) u ti lisé pour dé ve lopper ou d écrire des sys t è mes com plexes.

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Périodes assimilées des travailleurs assujettis à la sécurité sociale pour les quatres trimestres de 2011 (O.N.S.S.) office national de sécurité sociale Institution

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires.

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7 Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Date application 26/05/2016 KEOPS 190 Modèle exposé à Gençay Forme coffre, épaisseur 22 mm, Chêne massif, Teinte

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail