Tristan Murail Français P 4. Tristan Murail English P 19. Index P 35

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tristan Murail Français P 4. Tristan Murail English P 19. Index P 35"

Transcription

1 Tristan Murail Français P 4 Tristan Murail English P 19 Index P 35

2

3 voile / événements et les durées fantastiques à l heure du bain veil / events and the fantastic durations at bath time Frédéric Forte

4 Français Menu Tristan Murail Depuis Sables et Gondwana Tristan Murail a poursuivi une très belle et régulière exploration de l orchestre (avec ou sans sons électroniques) qui questionne la façon de «réentendre l orchestre aujourd hui» 1. Les trois œuvres réunies ici, écrites depuis 1985, n ont jamais été enregistrées ; elles participent à la phase récente, voire très récente pour les Contes cruels, créés à Amsterdam en Signe de cette période, l atténuation des principes de processus et de la continuité ininterrompue au profit de nouvelles sources d inspiration comme la Théorie du chaos, les mathématiques, les fractales (en témoignent par exemple La dynamique des fluides de 1991 ou Attracteurs étranges de 1992). Autre changement perceptible, comme l expliquait Murail dans un entretien de 2002 avec Omer Corlaix : «La nature a progressivement envahi ma musique à sa façon, en particulier grâce aux outils informatiques dont j ai parlé, il est possible d analyser de très près des phénomènes sonores naturels qui sont extrêmement complexes. Mes dernières pièces ont été inspirées, «infusées» par ce genre de choses, par les structures issues de phénomènes naturels.» Le Partage des eaux ( ) pour grand orchestre Commande de Radio France pour le trentième anniversaire de l Orchestre Philharmonique Cette œuvre créée en 1997 fut écrite un an après L esprit des dunes. Tristan Murail inscrit un certain rythme dans son œuvre qui évoque, sans en être une illustration véritable, le mouvement de la vague puis le ressac ; la concrétisation sonore de cet élément résulte ici d une analyse «spectrale dynamique» du son de la vague qui se brise. L auditeur est plongé d emblée dans ces va-etvient entre l élément déclencheur (deux agrégats enchaînés rapidement par un groupe restreint d instruments : percussions, synthétiseur dont la partition comporte les indications «galets», harpes, piano) et ses résonances, des tenues aux cordes sur un son aigu (si), et une sorte de «nuage sonore» qui se déploie progressivement (autour de ce son) et qui inclut une certaine proportion de bruit (le synthétiseur a ici l indication «vague 1»). L orchestre très important est pensé selon une distinction entre les cordes solistes (qui donnent la partie microtonale des accords et des dimensions mélodiques), et le reste de l orchestre, avec toutefois une position assez spécifique du synthétiseur : les sons synthétiques ont pour rôle de «compléter l orchestre» ou de «préciser, d enrichir ou de lisser Cette partie orchestrale de sa musique est parfaitement mise en valeur par Pierre-André Valade, un chef d orchestre complice et inspiré qui livre ici quelques éléments de son appropriation de ces très belles pièces à travers quelques réponses à mes questions. les trames sonores». La sonorité est souvent très pleine et puissante, Murail voulait d ailleurs renouer d une certaine façon avec la «grande orchestration» de la fin du XIX e siècle et du début du XX e, tout en restant dans des sonorités nouvelles liées à la synthèse sonore et aux méthodes d écriture «spectrales». La 4

5 gradation des sonorités orchestrales sied très bien à l œuvre dont la profondeur de champ est utilisée d une façon particulièrement en accord avec le propos. Le Partage des eaux ne livre pas facilement le secret de sa forme au-delà de ses périodicités initiales et finales, le déroulement est plutôt continu : les longs déploiements du début sont rythmés par des silences, et la suite présente de grandes sections constituées de toutes sortes de textures animées ou en raréfaction, comme après quelques minutes de musique, lorsque des échanges doux et immatériels entre les flûtes et quelques autres instruments terminent un premier grand moment de l œuvre avant l apparition d une pédale grave posée avec force à l unisson par les cuivres, le piano et les contrebasses. Le Partage des eaux fait se succéder ainsi plusieurs grandes respirations et ouvre des espaces d une très grande richesse harmonique ou polyphonique associés par moments à certaine vivacité rythmique et à des blocs d accords dynamiques. De même que cette composition peut s écouter et se réécouter de différentes façons, son titre peut selon Tristan Murail «s entendre de multiples manières - métaphorique (l analyse acoustique des mouvements aquatiques), géographique (la ligne de partage des eaux), psychologique (les ruptures de la vie)...» Entretien avec Pierre-André Valade Pierre Michel : Tristan Murail a précisé (dans les entretiens avec moi-même, en 1998) que cette œuvre représentait un moment de «renouvellement de son vocabulaire harmonique», qui se poursuit pour ainsi dire ensuite dans Bois flotté. Cela représente-t-il un élément important pour vous dans l approche interprétative de cette œuvre? Pierre-André Valade : La connaissance de l ensemble des œuvres d un compositeur facilite la compréhension d une œuvre isolée de sa production. Pour autant, chaque œuvre reste avant tout, à mon sens, une entité distincte. L antagonisme apparent de ces deux approches me semble intéressant et générateur d un approfondissement du niveau de lecture. Toutefois, si j ai sans doute obtenu un résultat qui prend en compte ce paramètre, je ne l ai pas véritablement recherché de manière active ni même consciente, mais l ai plutôt fait de manière intuitive, ayant déjà dirigé près d une vingtaine d œuvres de Tristan Murail. Il s agit pour moi, au moment de l interprétation, d un aspect qui reste du domaine de l inconscient où il nourrit l intuition, pour ressurgir de manière plus consciente à l écoute extérieure du résultat obtenu, lorsque le musicien redevient auditeur et inscrit alors l écoute de l œuvre dans la trajectoire de la production du compositeur, et cette dernière dans celle de l histoire de la musique. P.M. : L idée de la vague qui se brise et du ressac (qui s entend à trois reprises selon le compositeur) est-elle importante pour vous lorsque vous faites travailler l orchestre? Avez-vous échangé avec 5

6 Tristan Murail sur le plan de la compréhension de la forme? Celle-ci n est pas simple à synthétiser pour l auditeur au-delà de l évocation de la vague au début. Qu en pensez-vous? P-A. V. : Ce qui est frappant dans ces moments où Tristan Murail s est inspiré de la vague et du ressac, n est pas tant la similitude directe du son entre l eau et l orchestre que la parenté de l énergie sonore produite par deux phénomènes parents mais distincts, sans que le second ne cherche à constituer une copie fidèle du premier. La musique de Tristan Murail possède des caractéristiques très liées aux phénomènes physiques, qu il s agisse de spectres sonores ou de cette énergie de masses dont l exemple que vous évoquez est une parfaite illustration. J ai pu parfois communiquer la métaphore de la vague et du ressac à l orchestre, mais seulement pour nous approcher au plus près d un résultat cohérent sur le plan de la matérialisation de l énergie de l écriture musicale. Cette image y a contribué, sans pour autant en constituer le but à atteindre qui, lui, dépasse évidemment le modèle évoqué. Contes cruels (2007) pour deux guitares électriques et orchestre L œuvre se réfère aux Contes cruels de Villiers de L isle-adam (publiés en 1883). Elle est pour ainsi dire conçue comme une «suite de contes», selon les termes de Murail. Au premier plan ici : les sonorités de guitare électrique, qui accompagnent en quelque sorte la carrière de Tristan Murail ; déjà présent dans les petits ensembles de Ligne de non-retour (1971), des Nuages de Magellan (1973), l instrument revient seul dans Vampyr! (1984). Dans Contes cruels ces deux guitares ont des sonorités transformées par plusieurs effets dont le modulateur en anneau, le filtre sur enveloppe, l écho ; et la deuxième guitare est accordée un quart de ton plus haut. Les premières interventions des deux instruments (début de la pièce), fondées sur un motif évoquant les mots «il était une fois», ont ensuite une fonction de signal à travers l œuvre, elles indiquent un «changement de conte» au sein de cette «narration fictive». Une grande diversité apparaît ainsi du début à la fin de l œuvre, avec des moments nettement caractérisés musicalement et distincts les uns des autres, parfois en net contraste : par exemple de grandes textures harmoniques (où les instruments à vent jouent aussi des hauteurs non-tempérées), des sections légères et très rapides où les cordes et les bois fournissent un décor très «léger» aux guitares et à la harpe, des mouvements descendants rapides de l ensemble des cordes sous un accord en crescendo des bois, des moments où les effets de crescendo sont associés au passage du son au bruit (jeu sul ponticello pour les cordes, souffle 6

7 pour les instruments à vent). Contrairement à d autres œuvres on remarque ici des réitérations : Murail joue avec la mémoire et fait réapparaître une ou plusieurs fois douze éléments caractérisés par divers critères musicaux. Parmi d autres particularités l auditeur percevra des sonorités très subtiles de résonances réalisées dans différents contextes orchestraux, et parfois des textures rythmiques où les attaques des guitares sont pour ainsi dire prolongées par des notes répétées au marimba et aux bois (vers le milieu de l œuvre). P.-A.V. : Je considère les instruments particuliers, ou moins habituels à l orchestre, toujours dans le contexte de l œuvre dans laquelle ils sont utilisés. Je m occupe donc moins de gérer leurs spécificités que d obtenir un tout le plus cohérent possible, en prenant pour point de départ la nature de l écriture. Les identités sonores des deux guitares et des instruments de l orchestre sont bien sûr différentes, mais elles s avèrent très naturellement complémentaires pour obtenir cette couleur fantasmagorique si particulière qui caractérise l œuvre. L écriture lie si ingénieusement ces Entretien avec Pierre-André Valade Pierre Michel : Il me semble qu ici l une des préoccupations importantes de Tristan Murail est de façonner le son d ensemble pour des périodes assez brèves, et ceci avec des moyens à la fois subtils et efficaces? Pierre-André Valade : L orchestre est pensé ici avec une forte identité de résonateur des deux guitares qui, centrales, sont à l origine des textures orchestrales qu elles déclenchent et auxquelles elles viennent également s associer par la suite. On peut bien sûr percevoir nettement ces périodes relativement brèves, mais Contes cruels prend tout son sens dans sa continuité, dans son architecture globale où la somme de ces «moments» organisés en une trajectoire formelle donne à l œuvre toute sa force. P.M. : Comment gère-t-on deux guitares électriques saturées dans un cadre orchestral? Ont-elles pour vous une fonction particulière dans la représentation de la sonorité de cet orchestre, qui est tout de même restreint par rapport aux autres œuvres enregistrées ici? caractéristiques instrumentales, qu on les oublie pour ne rester perméable qu à l énergie musicale qu elles produisent. Le travail que vous évoquez a donc été largement accompli par le compositeur au moment-même de la composition de l œuvre, il est intégré à la partition. P.M. : Avez-vous lu les contes auxquels il est fait allusion? Vous inspirent-ils en dirigeant l œuvre? P.-A.V. : S il est toujours préférable de connaître les modèles présents à l esprit du compositeur lors de l écriture d une œuvre, cela s avère particulièrement vrai pour Contes cruels car ces contes de Villiers de l Isle-Adam stimulent très vivement l imaginaire, tout comme le fait la musique de Tristan Murail. Pour autant, l interprète passe d abord par une phase musicale objective liée à la seule partition, pour revenir après-coup, lorsque le travail de construction est effectué et le texte musical connu et assimilé, à une forme de liberté où la connaissance des origines de la pièce permet d avoir de celle-ci une conscience plus étroitement liée à la pensée du compositeur, et permet sans doute une appropriation plus intime de l œuvre. 7

8 Sillages (1985) pour grand orchestre Puisque l un des prétextes de cette œuvre était Kyoto 2, Tristan Murail s est concentré sur une curiosité de cette ville : «Dans les jardins de pierre il y a de grosses pierres qui sont choisies pour leur beauté naturelle et autour de ces rochers on agence ces ondulations dans le gravier. C est une image qui m a beaucoup fait penser à celle de l espace / temps décrite par Einstein (des masses des objets planétaires ou stellaires qui déforment l espace-temps tout autour). Dans cette pièce mon travail s est concentré particulièrement sur les masses sonores, et la façon dont la perception autour de ces masses est déformée.» 3 Le compositeur a évoqué aussi la notion de temps psychologique et une donnée essentielle de la forme musicale, à savoir la vaste question du temps, qui fait appel aux «facultés de la mémoire, de l anticipation, de la prévision». Déjà à propos de Time and Again (1985), qui précède immédiatement Sillages, Tristan Murail avait expliqué avoir cherché une forme musicale qui tentait de «créer une architecture du temps plus complexe» 4 qu auparavant. Renvoyant dans Sillages aux sillons tracés sur le sol qui sont comme attirés par les masses des rochers, «les masses importantes, les blocs d accords attirent à eux le flot de la musique, déforment les durées, provoquent des accélérations, des ralentis.» L auditeur est plongé ainsi dans des masses en mouvement jouées par un orchestre assez important dont une partie des instruments à vent est accordée un quart de ton en dessous du diapason, et dont la famille des percussions est richement représentée. Divers critères convergent dans le sens de cette complexité de la sonorité : par exemple les divers modes de jeu des cordes qui alternent de façon parfois imperceptible, les sons soufflés aux flûtes, les bruits de clefs, les passages progressifs des sons ouverts aux sons bouchés aux cuivres, les fréquentes fluctuations de tempo. Les blocs polyrythmiques très doux des percussions, qui participent à la respiration centrale de l œuvre, évoquent discrètement quelques échos profonds de l atmosphère japonaise, de même que l utilisation du spectre des cornes des anciens tramways de Kyoto dans l un des moments culminants de Sillages. Plusieurs phases d évolution sont remarquables, nettement moins «processuelles» que dans certaines œuvres antérieures ; certaines mettent en avant des sortes de pédales qui rassemblent une partie de l orchestre, et d autres moments empruntent à la «mélodie de timbre» une façon spécifique mais originale d amplifier les phrases autour d un noyau instrumental réduit (les violoncelles et cors dans la seconde grande partie). Tristan Murail déploie ici comme dans les autres pièces de cet enregistrement une réelle diversité et une grande maîtrise de l écriture orchestrale dont la puissance évocatrice (le jardin minéral et son «camaïeu de cailloux», selon ses propres termes) et l expressivité sont remarquables. Une grande leçon d orchestre, ici comme dans les deux autres œuvres, riches à plusieurs niveaux musicaux et narratifs, colorées, inspirées. 8

9 Entretien avec Pierre-André Valade Pierre Michel : Ressentez-vous cette césure centrale (où seuls jouent les quatre percussionnistes) comme une sorte de respiration dans l œuvre? D où provient selon vous cette formidable énergie qui traverse Sillages? Elle semble comme intériorisée mais éclate aussi à divers moments... L accord sur un diapason différent d une partie des instruments à vent y contribue-t-elle? Pierre-André Valade : Dans Sillages on se trouve dans une constante fluctuation, très construite, de l épaisseur de l orchestre : le début, délicat et ténu, ou encore le passage que vous évoquez où l orchestre disparaît presque pour ne laisser entendre que les percussions réalisant des «textures» différentes (et non des rythmes), enrichies de quelques tenues des flûtes et de quelques cordes, sont à mon sens, plutôt que des moments de «repos», des moments «d attente» qui catalysent les forces orchestrales à venir ; le développement de l orchestre, lorsqu il survient a posteriori, constitue alors une forme de «libération» de l énergie concentrée dans ces moments d attente. Tout se passe comme si les éléments sonores étaient les cellules d un tout organique représenté par l œuvre entière. C est cette totale dépendance des éléments entre eux qui est frappante dans l écriture de Murail, dont le génie réside entre autres dans la faculté d organiser des objets sonores particulièrement complexes en un résultat global totalement cohérent et naturel. C est ce phénomène particulier, général dans l œuvre du compositeur, mais peut-être encore plus profondément exploré ici, qui donne à l œuvre cette fantastique énergie. L accord d une partie des instruments à vent au quart de ton inférieur permet simplement une utilisation mieux maîtrisée des micro-intervalles utilisés ici de manière particulièrement audacieuse, mais c est bien dans l écriture elle-même que réside l énergie de l œuvre, plutôt que dans les techniques de réalisation dont celle de l accord des vents est dictée par un simple pragmatisme qui n est là que pour permettre la réalisation de la pièce par-delà sa complexité sans jamais en perdre l essentiel. P.M. : L allusion au minéral, à la pierre, vous inspiret-elle dans le travail sur la sonorité de l orchestre? Puisque Murail se réfère souvent à des éléments de la nature, ne pensez-vous pas à la tradition française qui renvoie à Debussy et Messiaen? P.-A.V. : Une forme de filiation entre les trois compositeurs est en effet évidente. Elle n est pas une parenté de surface mais bien un lien profond que je crois inscrit dans la pensée précompositionnelle, pré-musicale, dans le rapport qu entretiennent les compositeurs avec les modèles qu ils utilisent, et dont découle tout naturellement le lien entre les œuvres et les modèles initiaux. On est chez Murail à la fois dans un contexte très inventif et novateur et dans une continuité de la tradition de la musique française dans ses caractéristiques les plus profondes. Sur la question de «l inspiration» de l interprète, je dirais simplement qu à mon sens, l interprète en musique est celui qui permet à l auditeur de recevoir une «lecture» de l œuvre, un peu à la manière dont on imaginerait voir un tableau à travers les yeux d une tierce personne qui le connaîtrait très en détail. Le rapport au minéral, à la pierre, n a de sens 9

10 que dans la transcription vers le domaine sonore des caractéristiques inhérentes aux modèles, il ne s agit pas d une copie, et tout est contenu dans le résultat musical. L interprète a-t-il besoin de visualiser ce modèle? Oui et non! Oui parce que cette connaissance le rapproche de la pensée du compositeur et le rend plus à-même de donner de l œuvre une lecture qui fait sens, et non car ce rapport est du domaine de la composition elle-même et non pas, ou peu, de celui de l interprétation. Cette allusion reste toutefois constamment sous-jacente, on pourrait également dire qu elle constitue une sorte de «moule» pour l œuvre. P.M. : Finalement, après avoir dirigé tant d œuvres de Tristan Murail que retenez-vous en tant que musicien et chef d orchestre parmi les éléments les plus singuliers, originaux et expressifs de sa musique d orchestre? P.-A.V. : J ai évoqué plus haut tout au long de mes réponses les caractéristiques qui me semblent les plus importantes, notamment le rapport à la forme et celui à la nature et aux phénomènes physiques. Je voudrais revenir sur ce dernier pour ajouter qu il donne à cette musique une expressivité saisissante. On n est absolument pas dans une musique descriptive ou romantique, et pourtant sa puissance expressive est immense, certainement par le fait qu elle se nourrit de phénomènes physiques qui nous sont familiers et avec lesquels nous entrons naturellement en résonance. Ces phénomènes multiples, certains statiques, d autres dynamiques, constituent bien l une des sources sur lesquelles se fonde Tristan Murail pour inventer cette musique extraordinaire qui les dépasse. Pierre Michel 1 Tristan Murail, extrait des entretiens avec Pierre Michel de décembre 1998 publiés dans Tristan Murail, textes réunis par Peter Szendy, L Harmattan, Ircam, Voir le texte de Tristan Murail page Tristan Murail, extrait de l émission «Autoportrait» produite sur France Musique par Marc Texier. 4 Tristan Murail, notice de l œuvre Time and Again, in Tristan Murail, op. cit., pages

11 Le Partage des eaux pour grand orchestre C est avec Le Partage des eaux que j ai commencé l étude des sons très complexes sons bruités, sons naturels. Ce travail se poursuivra, de façon plus systématique, avec Bois flotté (sons de la mer, sons de cordes avec forte pression d archet), Winter Fragments (tamtams, voix psalmodiée), ou encore Le Lac (sons et rythmes de la pluie). Les sons analysés dans Le Partage des eaux proviennent de phénomènes naturels : une vague se brisant doucement sur la grève, un effet de ressac. Ils inspirent les formes et les sonorités de la pièce, parfois de manière directe, par exploitation des données d analyse, parfois de façon métaphorique. L un des objets musicaux, souvent entendu, sous diverses apparences, dans la partition, provient ainsi de l analyse spectrale dynamique du son de la vague se brisant. Cet objet est manipulé, transformé, dilaté ou comprimé, de multiples façons ; il contient des harmonies-timbres étrangement colorées, étrangement cohérentes. Très ralenti, il devient l élément lent mélodicoharmonique, un peu obsessionnel, qui jalonne la pièce, souvent interrompu d autres structures musicales. Le «ressac», tel qu il est lui aussi révélé par l analyse spectrale, s entend à trois reprises. Il contient des rythmes et des mouvements d amplitude typiquement aquatiques - comme des sortes d éclaboussures sonores, et des hauteurs très éparpillées (quasi «chaotiques»). La troisième fois, le «ressac» est «accordé» sur un large spectre orchestral, qui le stabilise harmoniquement, tout en lui conférant une qualité lointaine et nostalgique. Le reste des structures musicales de la pièce celles qui proviennent du regard métaphorique, et d autres, d origine plus abstraite donne souvent lieu à de puissants mouvements d orchestre, que l instrumentation choisie rend possible : bois par 4, 6 cors... L écoute du Partage des eaux dévoilera aisément que le raffinement du timbre orchestral a été l un de mes soucis prédominants ; peutêtre vaudrait-il mieux parler, plus précisément, de synthèse sonore, la synthèse que permettent un tel orchestre et les méthodes d écriture «spectrales». J ai en fait cherché un son d orchestre qui soit à la fois nouveau, et qui renoue, d une certaine façon, avec l époque de la «grande orchestration» (l orchestre de la fin du XIX e et du début du XX e siècle). Un exemple : l opposition fréquente entre des combinaisons d orchestre «cossues» (comme aurait dit Charles Koechlin) et les cordes soli, étranges et pénétrantes. Certes, les cordes soli sont utilisées en grande partie pour mieux réaliser certains mouvements mélodiques en micro-intervalles... mais leur emploi dans l orchestre évoque parfois ces musiques que j évoquais plus haut. A coup sûr on citera Debussy ou Ravel, puisqu on veut à tout prix faire de moi un compositeur impressionniste quant à moi, j ai plus souvent pensé à Strauss (Richard) lorsque je travaillais à l orchestration de la pièce... Mais des sons de synthèse se mélangent également aux instruments. Dans la version initiale, ces sons étaient produits par un synthétiseur (un Yamaha TX816), qui était, soit joué directement par un claviériste, soit contrôlé par un ordinateur, lorsqu il s agissait de produire des structures musicales trop complexes pour étre jouées par un 11

12 être humain. Dans la version actuelle, le TX816 est remplacé par un ordinateur, les modes d action du claviériste restant identiques. Les sons synthétiques ont pour rôle de compléter l orchestre (simulation d une harpe ou d un vibraphone en quarts de ton, par exemple), ou bien de préciser, d enrichir ou de lisser les trames sonores. Ils ne se perçoivent pas en tant que tels, ils sont totalement intégrés dans l orchestration. J y vois les premiers pas du concept d «orchestre assisté par ordinateur»... Le Partage des eaux : ce titre peut s entendre de multiples manières métaphorique (l analyse acoustique des mouvements aquatiques), géographique (la ligne de partage des eaux), psychologique (les ruptures de la vie)... Toutes ces interprétations me conviennent, à l exception d une seule, et je tiens à le préciser, car on m a souvent posé la question : non, il ne s agit pas d un poème symphonique ayant pour sujet le passage de la Mer Rouge par les Hébreux fuyant Pharaon! Contes cruels pour deux guitares électriques et orchestre Contes cruels est le titre d un recueil de nouvelles de Villiers de l Isle-Adam ( ). La pièce est écrite pour deux guitares électriques et petit orchestre (bois par 2). La deuxième guitare est accordée un ¼ de ton plus haut. Les deux guitares sont transformées électroniquement, par des modulateurs en anneau, échos, distorsions, phase shifters... Les guitares jouent parfois en soliste, ou parfois proposent des modèles acoustiques qui sont imités ou commentés par l orchestre. La forme de la pièce ressemble à une suite de «contes» qui sont insérés les uns dans les autres, à la manière des Contes des Mille et Une Nuits (ou d une fonction écrite en langage de programmation LISP ). Cependant, il n y a ici aucune intention programmatique, et ces contes musicaux ne narrent aucune histoire précise! A deux exceptions près : Au début de la pièce, et à un certain nombre d autres moments, les guitares jouent un motif basé sur les mots «Il était une fois»; ce motif est caractérisé par le son de modulation en anneau un son très particulier, qui est souvent repris en écho par l orchestre. Il a le rôle d une sorte de signal, ou de jalon, qui indique un changement de «conte», au sein de cette narration fictive. L un des «contes cruels» de Villiers de l Isle-Adam a pour titre «Le secret de l ancienne musique». C est l histoire bizarre d un joueur de chapeau chinois (un instrument de percussion qui consiste en un grand nombre de clochettes fixées autour d un manche central, et qu il est très difficile d empêcher de 12

13 sonner). Le joueur de chapeau chinois est engagé pour jouer une partie soliste dans une création d un compositeur d avant-garde (du XIX e siècle!); sa partie consiste en crescendos de silence A la fin du concert, l instrumentiste proteste publiquement contre la nouveauté de la musique, et devient si véhément qu il tombe sur la grosse caisse, crève la membrane et disparait à l intérieur. Un auditeur attentif percevra dans la pièce quelques allusions humoristiques à ce conte Les bravos allaient éclater de toutes parts quand une fureur inspirée s alluma dans l âme classique du vieux virtuose. Les yeux pleins d éclairs et agitant avec fracas son instrument vengeur qui sembla comme un démon suspendu sur l orchestre : Messieurs, vociféra le digne professeur, j y renonce! Je n y comprends rien. [ ] Je ne puis pas jouer! c est trop difficile. Je proteste! [ ] Il n y a pas de mélodie là-dedans. C est du charivari! L Art est perdu! Nous tombons dans le vide. Et, foudroyé par son propre transport, il trébucha. Dans sa chute, il creva la grosse caisse et y disparut comme s évanouit une vision! Hélas! il emportait, en s engouffrant ainsi dans les flancs du monstre, le secret des charmes de l Ancienne-Musique. Villiers de l Isle-Adam «Le secret de l ancienne musique» Sillages pour grand orchestre A l occasion de son soixantième anniversaire, la Kyoto Community Bank, qui chaque année commandait une pièce à un compositeur japonais, avait lancé un projet dénommé «Kyoto Symphonic Trilogy», consistant en trois oeuvres orchestrales écrites par des compositeurs de trois continents, Toru Takemitsu pour l Asie, le canadien Murray Schafer pour l Amérique, et moi-même pour l Europe. Les trois pièces devaient s inspirer, librement, de Kyoto et de son atmosphère. Elles furent créées les 9 et 10 septembre 1985, à Kyoto puis à Tokyo, par l orchestre de la ville de Kyoto dirigé par Seiji Ozawa. Une nouvelle version (où l effectif des cordes a été légèrement réduit) a été réalisée en 1990, à l occasion de la création française, par l Orchestre de l Opéra de Lyon, dirigé par George Benjamin. La commande faite par la Kyoto Bank devait donc de quelque manière évoquer la ville de Kyoto. Ne souhaitant pas introduire d élément anecdotique, je décidai de me restreindre à méditer sur l image et le symbole du jardin de pierre, spécificité bien connue de Kyoto. C est ce qu exprime, de manière un peu abstraite, le titre, Sillages : sillons, sillages, empreintes laissées dans l eau, dans le sable, le gravier. Il y a beaucoup d explications diverses quant à la signification de ces jardins, en particulier de leur élément central, un roc entouré de graviers dans lequel des cercles concentriques sont tracés. Certains y voient des animaux, d autres des îles entourées par la mer... Je propose une vision plus 13

14 «cosmologique» (et sans doute anachronique, par rapport à l âge de ces jardins) : des mondes jetés dans l espace, l espace étant déformé par les masses mêmes de ces mondes, les dessins énigmatiques des graviers évoquant alors des sortes de lignes de force représentant cette déformation de l espace. Les sillons tracés sur le sol sont comme attirés par les masses des rochers, modifiés par leurs contours. Sur cette analogie repose en grande partie la structure de ma pièce. Des masses importantes, des blocs d accords attirent à eux le flot de la musique, déforment les durées, provoquent des accélérations, des ralentis. S il n y a donc pas d évocation anecdotique de Kyoto, on trouvera peut-être, à un niveau plus profond, quelques échos de l atmosphère japonaise, complètement intégrés aux processus qui constituent ma musique, comme par exemple, les rythmes des grands tambours de bois qui ponctuent la vie des temples, les battements accélérés ou retardés du gagaku, les clochettes qui tintent au vent, le souffle des flûtes de bambou. J avais aussi été frappé, à l époque, par le son fantastique des cornes des tramways de Kyoto, et utilisé leur «spectre» dans un des moments culminants de la pièce. Hélas! lors d un voyage récent, j ai pu constater que presque tous ces vieux tramways avaient été remplacés par un métro ultramoderne... Tristan Murail Tristan Murail Né au Havre en 1947, Tristan Murail obtient des diplômes d arabe classique et d arabe maghrébin à l Ecole Nationale des Langues Orientales Vivantes, ainsi qu une licence ès sciences économiques, tout en poursuivant des études musicales. En 1967, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d Olivier Messiaen, ainsi qu à l Institut d Etudes Politiques de Paris dont il obtiendra le diplôme trois ans plus tard. En 1971, il reçoit le Prix de Rome, puis obtiendra un Premier Prix de composition du Conservatoire de Paris. Il passera ensuite deux ans à Rome, à la Villa Médicis. A son retour à Paris en 1973, il est co-fondateur de l Ensemble L Itinéraire avec un groupe de jeunes compositeurs et instrumentistes. L Ensemble obtient rapidement une large reconnaissance pour ses recherches fondamentales dans le domaine du jeu instrumental et de l électronique en temps réel. Dans les années 1980, Tristan Murail utilise l informatique pour approfondir ses recherches en matière d analyse et de synthèse des phénomènes acoustiques. Il développe un système personnel d aide à la composition sur micro-ordinateur, puis collabore plusieurs années avec l Ircam où il enseigne la composition de 1991 à 1997 et participe à la conception du programme de composition assistée par ordinateur «Patchwork». En 1997, Tristan Murail est nommé professeur de composition à l Université Columbia à New York, où il enseignera jusqu en De retour en Europe, il continue de donner masterclasses et séminaires un peu partout dans le monde, et a été professeur invité au Mozarteum de Salzbourg. 14

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

The Skill of Reading French

The Skill of Reading French The Skill of Reading French By the end of this session... ALL of you will be able to recognise words A LOT of you will be able to recognise simple phrases SOME of you will be able to translate a longer

Plus en détail

Cours du mercredi 16 mars

Cours du mercredi 16 mars Cours du mercredi 16 mars B) On peut distinguer trois périodes dans l œuvre de DALBAVIE : 1) La décennie 1980 /90 axée sur le timbre et la couleur ECOUTE : Paradis mécaniques (1981) Pour 2 flûtes, 2 clarinettes,

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

1) Circonstances de composition

1) Circonstances de composition 1) Circonstances de composition City life est une commande faite à Steve Reich en 1995 par 3 orchestres de musique contemporaine de pays différents (Paris, Londres et Francfort). Il s agit pour le compositeur

Plus en détail

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

TUESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE C Total 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 00 TUESDAY, MAY.30 PM.30 PM FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre Town

Plus en détail

Université de Montréal. «Autour de la musique narrative» «Les musiques de concert, de ballet et de film» Par. Teddy Leong-she

Université de Montréal. «Autour de la musique narrative» «Les musiques de concert, de ballet et de film» Par. Teddy Leong-she Université de Montréal «Autour de la musique narrative» «Les musiques de concert, de ballet et de film» Par Teddy Leong-she Composition instrumentale Faculté de musique Mémoire présenté à la Faculté de

Plus en détail

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents)

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents) PODUM-INFO-ACTION (PIA) La «carte routière» pour les parents, sur l éducation en langue française en Ontario A «road map» for parents, on French-language education in Ontario (Programme de formation pour

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Des villes, des pays et des continents.

Des villes, des pays et des continents. > Des villes, des pays et des continents. Towns, countries and continents. les pays et les provinces les villes la provenance vocabulaire Vous habitez où? En Europe. Où ça, en Europe? Au Portugal. Où ça

Plus en détail

MUSIQUE-PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 4 e année. Atelier pour 1 re année

MUSIQUE-PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année. Techniques. Atelier pour 4 e année. Atelier pour 1 re année MUSIQUE-PROPOSITION D EXERCICES-1 re À 8 e année Techniques Atelier pour 1 re année Cocos - maracas D1.2 composer des formules rythmiques simples en utilisant des notations personnelles (p. ex. point pour

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her.

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI VOCABULAIRE Mots 1 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. You may want to use some of the following words Paris petite

Plus en détail

French Three Unit Four Review

French Three Unit Four Review Name Class Period French Three Unit Four Review 1. I can discuss with other people about what to do, where to go, and when to meet (Accept or reject invitations, discuss where to go, invite someone to

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

WEDNESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

WEDNESDAY, 11 MAY 1.30 PM 2.30 PM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE C Total 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 0 WEDNESDAY, MAY.30 PM.30 PM FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

LES COURS ET LES PROFS. 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration.

LES COURS ET LES PROFS. 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration. NOM DATE 1 LES COURS ET LES PROFS Vocabulaire 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration. Flore et Catherine ne sont pas américaines. Les deux filles sont françaises. Elles

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

SCOTIABANK OTTAWA KIDS MARATHON IN SUPPORT OF CHEO MARATHON D OTTAWA BANQUE SCOTIA POUR LES ENFANTS À L APPUI DU CHEO 25 MAI/MAY 25, 2014

SCOTIABANK OTTAWA KIDS MARATHON IN SUPPORT OF CHEO MARATHON D OTTAWA BANQUE SCOTIA POUR LES ENFANTS À L APPUI DU CHEO 25 MAI/MAY 25, 2014 SCOTIABANK OTTAWA KIDS MARATHON IN SUPPORT OF CHEO MARATHON D OTTAWA BANQUE SCOTIA POUR LES ENFANTS 25 MAI/MAY 25, 2014 2014 Information Package / Trousse d information 2014 runottawa.ca courezottawa.ca

Plus en détail

plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail,

plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail, plus de 150 ans après Hector BERLIOZ, plus de 50 ans après Charles KOECHLIN ou Nikolaï RIMSKI-KORSAKOV, et quelques années après un long travail, Les éditions ont le plaisir de vous présenter, enfin en

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 2 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 23 13 15 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to write about the

Plus en détail

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris.

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris. Leçon 7 - La Vie est belle La vie de Nafi, une jeune Française d origine sénégalaise parle de sa vie. Elle est étudiante en sociologie à l Université de Toulouse. Aujourd hui, elle parle de sa vie. -Est-ce

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

PRODUCTION D UN SON PAR UN INSTRUMENT DE MUSIQUE

PRODUCTION D UN SON PAR UN INSTRUMENT DE MUSIQUE 1 T.P-cours de Physique n 6 : PRODUCTION D UN SON PAR UN INSTRUMENT DE MUSIQUE Citer quelques instruments de musique. Quelles sont les trois catégories d'instruments que l on trouve dans un orchestre?

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

écriture composition, arrangement, orchestration

écriture composition, arrangement, orchestration écriture composition, arrangement, orchestration objectifs Le CNSMD de Lyon est un lieu de formation pour les jeunes artistes se destinant aux métiers référencés de la musique et de la danse. En ce qui

Plus en détail

Nom: Date: A. jouer. B. écrire. C. regarder. D. envoyer. E. surfer. F. lire. G. écouter. H. téléphoner. Salut! Ça va? Tu joues (1) ou tu regardes

Nom: Date: A. jouer. B. écrire. C. regarder. D. envoyer. E. surfer. F. lire. G. écouter. H. téléphoner. Salut! Ça va? Tu joues (1) ou tu regardes Leçon B 17A Match the words from the column on the left with the words from the column on the right. 1. un texto 2. sur Internet 3. un lecteur MP3 4. un livre de français 5. aux jeux vidéo 6. la télévision

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY GALA BÉNÉFICE DU CENTRE CANADIEN D ARCHITECTURE CCA MAISON SHAUGHNESSY 11 JUIN 2009 Seul le discours prononcé fait foi 1 Depuis 20

Plus en détail

«Qu est-ce que le timbre?»

«Qu est-ce que le timbre?» L2 «Le Son Musical» 2005-2006 sélection des principaux transparents (26 sur 40) Université Paris VI, Nathalie Delprat «Qu est-ce que le timbre?» points de repère historiques outils d analyse du timbre

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Page 1 of 6 Thierry en Angleterre 6 Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Thierry s'est tellement bien intégré dans la famille de Sally

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

EXPOSITION PHOTOGRAPHIE ET VIDEO

EXPOSITION PHOTOGRAPHIE ET VIDEO EXPOSITION PHOTOGRAPHIE ET VIDEO 5 S E P T E M B R E - 8 N OV E M B R E 2 0 1 5 150 cm EXPOSITION PHOTOGRAPHIE ET VIDEO VAUX-LE-VICOMTE Première exposition d art contemporain à Vaux-le-Vicomte, elle sera

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Olga Kharytonava disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou

Plus en détail

L expérimentation sonore

L expérimentation sonore ALLÔ LA TERRE LE PIANO L expérimentation sonore Réalisation : Éric Pittard Coproduction : Les Films d ici, La Cinquième, Écoutez voir Les Films d ici, La Cinquième, Écoutez voir, 1998 Durée : 03 min 58

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form Catégories - Category Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication Interne / Internal Communication film Film

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet MUSIQUE ET VARIATION Objectifs A être auditeur, interprète et créateur. A décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène musical. A écouter sa production pour la corriger et

Plus en détail

Courants et styles. des musiques électroacoustiques "

Courants et styles. des musiques électroacoustiques Histoire des musiques du XX e siècle Courants et styles des musiques électroacoustiques " Professeur : Marc Battier" Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) Musique électroacoustique marc.battier@paris-sorbonne.fr

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

Level 2 French, 2003

Level 2 French, 2003 For Supervisor s 2 90398 Level 2 French, 2003 90398 Read and understand written language in French in less familiar contexts Credits: Six 9.30 am Friday 28 November 2003 Check that the National Student

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1

Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1 [AN ENGLISH VERSION FOLLOWS] Guide à l usage des conférenciers (-ières) et des président(e)s de séance de TCPM2013 1 Conférenciers (- ières) 1) Les communications en séances régulières ont une durée de

Plus en détail

Echanger entre chercheur d emploi / employeur sur un petit boulot : poser des questions / fournir des informations précises

Echanger entre chercheur d emploi / employeur sur un petit boulot : poser des questions / fournir des informations précises Séance 5 : fiche objectif - Niveau visé : A2+ B1 Résumé du scénario en cours: dans cette séquence les élèves sont mis dans la situation d un jeune anglophone qui cherche un petit boulot. Les pages 20 et

Plus en détail

Concepteurs De jeux vidéo

Concepteurs De jeux vidéo Concepteurs De jeux vidéo Musique 2 e cycle du primaire Tâche à réaliser Objectifs Il s agit d une situation où les élèves auront à réaliser une séquence sonore à l aide d une tablette tactile (ipad) pour

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

MASTERCLASSE BAROQUE

MASTERCLASSE BAROQUE MASTERCLASSE BAROQUE Sarabande et Double en B Min., BWV 00, de J.S. BACH par Gérard Rebours On ne peut dicter une interprétation musicale, et encore moins celle d une oeuvre de musique ancienne qui inclut

Plus en détail

Courants et styles. des musiques électroacoustiques "

Courants et styles. des musiques électroacoustiques Histoire des musiques du XX e siècle Courants et styles des musiques électroacoustiques " Professeur : Marc Battier" Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) Musique électroacoustique marc.battier@paris-sorbonne.fr

Plus en détail

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS

BY-LAW 7. Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS BY-LAW 7 Made: January 28, 1999 Amended: March 26, 1999 February 22, 2007 Revoked: May 1, 2007 BENCHERS HONORARY BENCHERS 1. Convocation may make any person an honorary bencher. DISBURSEMENTS 2. A bencher

Plus en détail

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF - Are you searching for Cest Maintenant Books? Now, you will be happy that at this time Cest Maintenant PDF is available at our

Plus en détail

Strolling Through English

Strolling Through English Une baladodiffusion en anglais Ce projet consiste à proposer des ressources sonores, vidéo avec leurs documents d accompagnement pour les élèves et pour les enseignants du primaire. Pour les élèves : Des

Plus en détail

Les loisirs culturelles. La Pyramide du Louvre, Paris

Les loisirs culturelles. La Pyramide du Louvre, Paris Les loisirs culturelles La Pyramide du Louvre, Paris 1 Projet: Décrivez un film français Votre projet pour Chapitre 13: écrivez un description d'un film français. On va voir le film en classe du 5 à 6

Plus en détail

Paper Reference. Paper Reference(s) 4365/01 London Examinations IGCSE French Paper 1: Listening

Paper Reference. Paper Reference(s) 4365/01 London Examinations IGCSE French Paper 1: Listening Centre No. Candidate No. Surname Signature Paper Reference(s) 4365/01 London Examinations IGCSE French Paper 1: Listening Monday 8 November 2010 Afternoon Time: 30 minutes (+5 minutes reading time) Materials

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 1 (for C/C+ grade) Question 2 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Retired Rock Star Presents Programme for Schools

Retired Rock Star Presents Programme for Schools Séquence 12 Public cible 2 de, 1 e / Écouter : B1+ ; Écrire : B1 Retired Rock Star Presents Programme for Schools Le célèbre musicien du groupe Pink Floyd, Roger Waters, présente son programme pour les

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE COUNCIL OF EUROPE TRAINING PROGRAMME FOR EDUCATION PROFESSIONALS PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE POUR LES PROFESSIONNELS DE L EDUCATION APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE This form

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES :

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE SUIVEZ STRICTEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES : 1 Veuillez compléter ce formulaire en format Microsoft Word sur votre ordinateur et sauvegardez le fichier sous

Plus en détail

Le violoncelle. Avec Mozart et Haydn, le violoncelle devient un pilier de la musique de chambre.

Le violoncelle. Avec Mozart et Haydn, le violoncelle devient un pilier de la musique de chambre. Le violoncelle Le violoncelle appartient à la famille des cordes frottées, qui comprend aussi le violon, l alto, et la contrebasse. L instrument en bois mesure environ 1,40 m et se joue assis, tenu entre

Plus en détail

les métiers et les instruments de l'orchestre

les métiers et les instruments de l'orchestre les métiers et les instruments de l'orchestre Contenu du dossier Les métiers de l'orchestre 4 Quizz du musicien d'orchestre 5 Quizz du chef d'orchestre 6 Quizz du compositeur 7 Les autres métiers de l'orchestre

Plus en détail

The foreign King. Contents. 1 plateau de jeu et 12 aides de jeu. 4 pions joueurs, 1 de chaque couleur + 1 pion Roi, blanc

The foreign King. Contents. 1 plateau de jeu et 12 aides de jeu. 4 pions joueurs, 1 de chaque couleur + 1 pion Roi, blanc The foreign King Franc for each additional one. Build a Factory: pay 3 Francs to build 1 Factory. If it s the 1st in this province, gain a Royal Medal. Place citizen in a single province: the 1st is free,

Plus en détail

Gilles Giacomotti. Artiste peintre, créateur. La haute couture sur bois

Gilles Giacomotti. Artiste peintre, créateur. La haute couture sur bois Gilles Giacomotti Artiste peintre, créateur La haute couture sur bois New York Gilles Giacomotti Chamonix Diplômé de l Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts en architecture intérieure et Compagnon

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

CINÉMA FRANCAIS SUR LPB

CINÉMA FRANCAIS SUR LPB JE RENTRE A LA MAISON Study guide n 11 lpb.org/cinema CINÉMA FRANCAIS SUR LPB Réalisateur: Manoel de Oliveira Avec : Michel Piccoli, Catherine Deneuve, John Malkovich, Antoine Chappey Tourné en : France

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE TRAINING PROGRAMME FOR EDUCATION PROFESSIONALS PROGRAMME DE FORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE L EDUCATION APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE This form must be completed electronically in the

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

MAXI SPEED-ROLL Course à boules

MAXI SPEED-ROLL Course à boules Course à boules Notice de montage 1. Posez le jeu à plat sur une table. 2. A l aide de la clé de service, dévissez les vis qui maintiennent la plaque de plexiglas et déposez la. 3. Dévissez les 4 vis fixant

Plus en détail

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING ST GEORGE S COLLEGE LANGUAGES DEPARTMENT 13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING The examination is separated into two sections. You have this answer booklet with the questions for the

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Progression en éducation musicale au cycle 1

Progression en éducation musicale au cycle 1 Progression en éducation musicale au cycle 1 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin de l'école maternelle, l'enfant est capable de: Avoir mémorisé et savoir interpréter des chants, des comptines... Ecouter

Plus en détail

JEAN-PAUL BERNARD LES PERCUSSIONS DE STRASBOURG LE RYTHME DANS L ESPACE

JEAN-PAUL BERNARD LES PERCUSSIONS DE STRASBOURG LE RYTHME DANS L ESPACE JEAN-PAUL BERNARD LES PERCUSSIONS DE STRASBOURG LE RYTHME DANS L ESPACE RENCONTRE AVEC JEAN PAUL BERNARD LE 3 DECEMBRE 2003 AU MANEGE DE REIMS «L emploi de la percussion aura été le signe de la musique

Plus en détail

C O U R S E S E T R E L A I S. Génial! 6 e. Fascicule 5. année. Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques

C O U R S E S E T R E L A I S. Génial! 6 e. Fascicule 5. année. Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques C O L L E C T I O N C O U R S E S E T R E L A I S Génial! Fascicule 5 6 e Français année Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques Table des matières Ta mission... 4 Séquence 1 Le potager d Ysandre...

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

who, which et where sont des pronoms relatifs. who et which ont la fonction de sujet du verbe de la subordonnée. who, which => qui

who, which et where sont des pronoms relatifs. who et which ont la fonction de sujet du verbe de la subordonnée. who, which => qui Chapter 3, lesson 1 Has Claire switched off the lights? Yes, she has. She has already switched off the lights. Have Clark and Joe made reservation at a hotel? No, they haven t. They haven t made reservation

Plus en détail

Candidat musique. Nom du candidat : Jean-Baptiste Doulcet Recommandé par : Heather De Haes. ou par voie postale à l intention de:

Candidat musique. Nom du candidat : Jean-Baptiste Doulcet Recommandé par : Heather De Haes. ou par voie postale à l intention de: Dossier de présentation «Swiss Life à 4 mains» Candidat musique Nom du candidat : Jean-Baptiste Doulcet Recommandé par : Heather De Haes À renvoyer avant le 10 mars 2014 par mail à fondation@swisslife.fr

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION 525, rue Jolliet, Mont-Saint-Hilaire (Québec) J3H 3N2 Téléphone (450) 467-0261 Télécopieur (450) 446-4296 Courriel : esol@csp.qc.ca Site web : http://oziasleduc.csp.qc.ca DOCUMENT D INFORMATION SUR LE

Plus en détail