PRÉSENTATION DU SUJET 4B

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉSENTATION DU SUJET 4B"

Transcription

1 PRÉSENTATION DU SUJET 4B Politically Correct English Analyse didactique L élément faussement facilitateur est qu il s agit de textes appartenant à des genres connus, mais il ne faudra pas négliger le fait que ces genres sont sapés ou détournés ici. Le document 1 est un extrait de dictionnaire qui pourrait permettre d induire une définition du PC English. L aspect lexical est mis en avant. Cet extrait ne présente pas de difficulté majeure d ordre syntaxique. Le document 2 est une courte nouvelle de M. Atwood ; il s agit cette fois-ci d une remise en cause radicale du PC English. La forme dialoguée, les nombreux échos et répétitions, l aspect reformulation sont autant d éléments facilitateurs. Le document 3 est l adaptation du célèbre conte de C. Perrault. Il illustre une application exagérée du PC English pour en montrer les dérives et les limites avec humour. La réécriture du conte devrait aisément apparaître comme un jeu parodique et donc comme un traitement humoristique de cette démarche de modification de la langue. Ordre des documents Nous suggérons d adopter un ordre qui va de la définition à la mise en pratique (avec son aspect paroxystique) pour déboucher sur la remise en cause. D où l ordre : doc 1 doc 3 doc 2. Tout autre agencement justifié avec bon sens et correspondant à une démarche cohérente est acceptable. Par remise en cause il faut également comprendre remise en question et le texte 3 joue beaucoup sur les questions, les injonctions et autres formes exprimant un certain autoritarisme, une nouvelle forme de censure. Problématique Ce dossier devrait permettre un travail sur la reformulation (en allant de l élément le plus simple de la langue [le syntagme nominal, par exemple] à des formes plus complexes) avec des visées humoristiques, ironiques et donc critiques, pour illustrer les limites de l absurdité d une démarche volontariste de modification de la langue. Même si, dans certains cas, cette démarche peut permettre d affiner la langue et donc notre perception du réel. Objectifs 1. L objectif lexical et méthodologique est au centre du projet. Il s agit d aider les élèves à comprendre, à maîtriser et à manipuler la dérivation comme outil transférable pour inférer le sens des mots. Le but n est pas en soi un enrichissement du lexique mais bien une réflexion et un travail sur la formation des mots, de faciliter la compréhension et donc l accès à la signification. 2. Le second objectif est d ordre culturel. Le Politiquement correct n est pas chose nouvelle ni typiquement anglosaxon ; il suffit de songer à la Révolution française (le calendrier républicain, l effacement des titres, de la particule), mais il va prendre dans les années 1970 une acuité certaine en particulier aux États-Unis, avec l importance des communautés, des groupes de pression qu elles peuvent constituer (cf. le rôle des minorités ethniques, sexuelles, économiques, la grande importance des universités américaines et des médias dans l expansion du phénomène). À l origine, l idée est que changer la langue peut aider à modifier les mentalités. Plusieurs raisons du phénomène : lutter contre les discriminations de tout ordre, développer la tolérance dans une société multi-culturelle et multiidentitaire où les tensions et la violence ne sont pas absentes, réfléchir sur la langue comme instrument idéologique, oppressif, voire colonial. L effet positif de ce phénomène est la prise de conscience des inégalités ; l effet négatif tient dans ce que la langue ne se laisse pas manipuler aisément et que les transformations produisent parfois des monstres (néologismes) qui induisent des comportements de rejet. À travers l objectif culturel, il est possible de mettre en place les notions de parodie et d ordre culturel. 3. Un objectif indirect qui vise à inviter les élèves à réfléchir sur leur propre langue et sur ses dérives. Les pré-requis Lecture autonome acquise ; Familiarité avec les règles du conte ; 50

2 Connaissance de la métalangue de la dérivation et de la composition ; Enfin nécessité d aborder et d approfondir les notions d humour, d ironie et de parodie. Classes Fin d une Première ou classe de Terminale (de préférence). Nombre de séances 4 ou 5, plus une séance d évaluation sommative. Mise en œuvre Étape 1 (doc. 1) 1 Au rétroprojecteur, donner deux définitions explicites et demander ce qui se cache derrière par exemple cosmetically different, person of non color, ou les termes employés à la place de woman. 2 Montrer ensuite certains termes avec leurs équivalents et travailler sur la formation des mots en évitant le jargon. ex : waiter / waitress ; washerwoman, etc. 3 Inciter les élèves à retrouver les paradigmes de dérivation en projetant une liste de termes tirés, par exemple, des tableaux des pages 2 et 3 de la présentation du dossier. 4 Pour la composition, faire retrouver aux élèves par reformulation les relations prédicatives sous-jacentes. 5 Enfin aider les élèves à retrouver la valeur fondamentale de certains suffixes, par exemple -hood / -dom / -ish. Bilan en fin de séance : avec tout ou partie du doc. 1 donné aux élèves, les inviter à réfléchir sur les possibilités de modification volontaire de la langue ; les faire réfléchir sur les effets produits, ici approche critique et ironique. En fin de séance, donner la parodie de Cinderella à préparer pour la séance suivante avec au moins deux jours d intervalle : deux groupes travaillent sur le fond (1. Repérage des personnages, lieux, actions, etc. ; 2. List the similitudes and differences between this story and the fairy tale), deux groupes travaillent sur la langue avec la même consigne (Highlight all the terms and phrases that have been modified and give their «Politically Incorrect» equivalents). Étape 2 (doc. 3) Les 4 groupes vont présenter leurs travaux avec un rapporteur par groupe; un secrétaire de séance reprend au tableau ou au rétroprojecteur ce qui est dit. Les élèves de chaque groupe complètent les informations. Ceci devrait prendre plus d une séance et devrait conduire à un début de réflexion en commun sur la dérive et les limites du système. Étape 3 Objectif : approfondir la réflexion et mettre en évidence l humour et la parodie. Pour arriver à la notion de parodie, comparer la version PC à la version originale du conte (que l on peut avoir donnée). Utiliser les données lexicales acquises et travailler sur la reformulation de différents passages du conte modifié pour retrouver la version en standard English. Travail en groupes à ce niveau. Mise en commun pour répondre à la question «quels effets le retour au standard English produit-il?» (effacement de l humour, banalisation du récit, etc.) Étape 4 (doc. 2) Il s agit ici de mettre en évidence l absurdité du système poussé au paroxysme, son aspect finalement totalitaire (penser au Newspeak de G. Orwell). 1 Ne donner que le titre aux élèves pour leur demander ce qu il cache (formule proche de celle qui ouvre les contes classiques, «once upon a time»). On pourra revenir sur ce titre en conclusion pour montrer que M. Atwood «enterre» en quelque sorte les PC attitudes. 2 Travail sur les motivations de la reformulation en s appuyant sur les lignes 1 à 18 par exemple. 3 Ne garder ensuite qu une seule voix au transparent pour faire apparaître les modifications successives, l appauvrissement et enfin le silence du premier locuteur. 51

3 4 Faire s exprimer la classe sur l intention de l auteur (dénoncer le système et en montrer l absurdité). Étape 5 En plus de l évaluation ponctuelle des travaux de recherche, on peut envisager plusieurs types d évaluation qui devraient avoir à la fois un caractère ludique et se fonder sur le transfert des acquis : 1 Creative writing : le professeur donne aux élèves une très courte fable ou un conte (au besoin résumé) et leur demande de réécrire ce texte en PC English (Read the following fable, or the synopsis of this well-known tale, and rewrite it in PC English). Dans ce cas, il faudra peut-être accompagner le sujet d une liste de termes utiles (mais sans indiquer les préfixes, suffixes, etc. qu il faudra employer). Sera également valorisée la maîtrise de la construction linguistiquement correcte de termes et d expressions. 2 On peut imaginer l exercice contraire : Rewrite this tale in Politically Incorrect English. Plusieurs dangers à éviter Laisser croire aux élèves qu ils peuvent jouer impunément avec la langue, créer leurs propres néologismes, définir leurs propres règles. Laisser croire que l orthographe des mots est arbitraire ou disons qu elle n importe pas et que les néologismes sont une invitation à négliger les règles mêmes qui ont été mises en évidence dans ce dossier. Jean-François SÉNÉ 52

4 53

5 54 H. BEARD and C. CERF, The official Politically Correct dictionary and Handbook (London, Grafton, 1992).

6 55

7 56

8 57 Margaret ATWOOD, Good Bones (London, Virago Press, 1993).

9 58

10 59

11 60

12 61 James Finn GARDNER, Politically Correct Bedtime Stories (Bath, Souvenir Press, 1994).

13 RAPPORT SUR L EXPLICATION ORALE D UN TEXTE LITTÉRAIRE Dans l épreuve sur programme, l explication de texte ouvre la prestation du candidat et, du fait de sa durée (vingt minutes maximum), elle permet au candidat de démontrer sa capacité de développer une pensée construite, ainsi que son savoirfaire méthodologique et son aptitude à la communication. Certes l épreuve a ses normes, mais celles-ci laissent néanmoins au candidat une grande latitude pour montrer qu il sait s approprier un texte et en proposer une lecture véritablement personnelle. Rappel méthodologique Dans son travail de préparation, mais aussi lors de sa présentation orale, le candidat veillera à identifier les grandes articulations du texte et à justifier son découpage en vue de dégager les prémisses d une problématique. Il va de soi qu un découpage qui ne serait pas relié à une réflexion sur les stratégies discursives du texte ne présenterait pas d intérêt véritable. Dégager la structure d un texte ne consiste pas seulement à le découper en unités successives, car relèvent aussi de la structure le maniement de la chronologie, la distinction entre récit et commentaire, et les phénomènes d enchâssement, par exemple. Aborder un texte narratif requiert qu on ait une perception claire des différentes instances énonciatives auteur implicite, narrateur, narrataire. Dans un passage du Livre II de Gulliver s Travels proposé à l oral de cette année (chapitre 1, «Some Natural Necessities Travellers are often, perhaps not without justice, accused.») une prise en compte de la distinction entre récit et commentaire permettait de faire ressortir la différence entre Gulliver personnage et Gulliver narrateur et, à partir de là, de rendre compte de l ironie swiftienne, qui se manifeste dans le cadre de la satire de l empirisme et des prétentions du récit de voyage. Dans l incipit de The Sound and the Fury, il fallait clairement dégager les deux analepses qui font suite à la séquence d ouverture ; le statut d incipit de ce passage justifiait un développement sur le contrat narratif (attentes du lecteur, mise en place de la situation énonciative) et les écarts et les similitudes avec des formes de récit plus traditionnelles. L analyse de la structure n est qu un des repérages qu il convient de faire pour formuler la problématique. Dans le cas d un texte de fiction, il s impose également de s interroger sur le contrat de lecture, la focalisation, la ou les voix narratives. Dans le cas de la poésie de Donne, c est la structure argumentative qui joue un rôle essentiel dans la construction du sens et de l effet poétique ; les jeux sur la métrique et la prosodie contribuent aussi grandement à la promulgation du sens. Il ne faut pas oublier que chaque mode discursif (fiction, poésie, théâtre) requiert des outils critiques appropriés. Le recours à la narratologie serait mal venu à propos d une pièce de théâtre. Qu entend-on par «problématique» dans le cadre d un commentaire de texte? Au plan méthodologique, c est l élaboration d une réflexion construite et dynamique. Au plan interprétatif, il s agit de rendre compte de la spécificité du passage dans son feuilletage sémantique et rhétorique, en d autres termes, de proposer une analyse fine des enjeux du texte. Pour rendre justice à un texte, il faut saisir ce qui, précisément, se joue là en termes de production de sens et d effet. Une pensée problématisée est toujours progressive et cumulative. Les «plans» qui se contentent de juxtaposer des développements indépendants les uns des autres, et se limitent à des analyses à caractère thématique, psychologique ou purement lexical (relevé des champs lexicaux) donnent une vision éclatée et lacunaire du texte. Dans le cadre d un commentaire de texte, où il s agit de convaincre son auditoire de la pertinence de son analyse, une progression dans les étapes du raisonnement doit être un souci premier, car il ne saurait y avoir de cohérence et d efficacité de la démonstration sans déploiement organique de la pensée. On peut faire dialoguer le texte avec les débats contemporains. (Ainsi Gulliver s Travels propose-t-il un regard sceptique sur le développement de la science et de ses prétentions à rendre compte très exactement du réel.) L appartenance d un texte à une esthétique et à un contexte culturel particuliers signifie qu il ne fait jamais sens à soi seul et ne peut se comprendre qu en tant qu il s inscrit dans un dialogue polyphonique avec d autres productions artistiques et/ou intellectuelles. Il ne s agit pas de contextualiser le passage à analyser, mais de saisir son inscription dans une épistémè. C est cela qui peut justifier, si elles surgissent d une analyse précise du texte, des remarques sur l esthétique cubiste de Faulkner, sur Donne et le maniérisme ou Swift et l empirisme, par exemple. Une démonstration dynamique aboutit à une conclusion qui ne sera pas seulement (comme c est trop souvent le cas) une reprise du plan, annoncé en introduction, des différentes étapes du commentaire, mais qui sera un véritable aboutissement de l analyse. La conclusion ne doit pas être envisagée seulement comme un passage obligé du commentaire universitaire, mais bien comme le prolongement synthétique du raisonnement qui vient d être conduit. 62

14 Principaux travers constatés Commentaire linéaire : les instructions officielles qui régissent l épreuve définissent l explication littéraire comme un commentaire composé. Le commentaire linéaire n est absolument pas propice à l organisation de la pensée, surtout dans le cas d un texte narratif. Lectures de type exclusivement thématique et/ou psychologique : la thématique n est qu un des angles d approche d un texte. Dans l Élégie IX de Donne, traiter du rapport entre les âges de la vie et l amour ne suffit pas à rendre compte d un poème qui a une structure argumentaire alliant le «wit» et la méditation spirituelle. Quant à la psychologie des personnages de romans, rappelons qu elle est elle-même construite par le texte et que, à ce titre, elle peut être intégrée à l analyse des stratégies discursives, mais que les personnages ne sauraient être l objet d appréciations psychologiques plus ou moins normatives dissociées de la littérarité du texte. L analyse psychologique était particulièrement malvenue à propos de Gulliver s Travels, le protagoniste étant avant tout un outil rhétorique au service des visées satiriques de Swift, et l œuvre n étant pas un roman réaliste dans lequel la vraisemblance référentielle est une donnée essentielle du contrat de lecture. Texte pris comme belvédère sur l œuvre : le jury a trop souvent entendu des prestations dans lesquelles le texte n était qu un prétexte à la restitution de connaissances générales sur l œuvre (ou sur tel ou tel personnage, tel ou tel thème ), le candidat appuyant maladroitement son propos sur quelques citations extraites du texte, et négligeant de faire une analyse cohérente du passage. Lecture de notes : on rappellera que l épreuve est une épreuve orale, ce qui implique un contact oculaire avec le jury, et proscrit la lecture de notes exhaustives. De plus, une rédaction détaillée constitue une perte de temps lors de la préparation, temps qui n aura pas été consacré à la réflexion. On peut attendre des candidats à l Agrégation interne qu ils soient suffisamment à l aise à l oral pour pouvoir se passer de la béquille de notes rédigées. Qualité de la langue : ce point faisant l objet d un rapport spécifique, on se limitera à quelques remarques. La qualité de la langue est extrêmement variable. Certains candidats, qui dans l exercice quotidien de leur métier, enseignent la grammaire de base, oublient les marques grammaticales (ex. *«one of the person», *«he make»), font des erreurs morphologiques majeures (*«he does not seems»), malmènent la syntaxe, multipliant les anacoluthes qui rendent leur propos peu cohérent sémantiquement. On déplore aussi une certaine pauvreté lexicale, ou une utilisation approximative du vocabulaire du commentaire de texte. En dépit de ces réserves, le jury tient à préciser qu il a pu assister à des prestations très convaincantes car solidement structurées et bien argumentées. Les candidats trouveront à la suite de ce rapport général trois exemples de commentaires portant sur des textes proposés à l oral Ils pourront également se reporter à la partie du rapport consacrée aux faits de langue dans laquelle certains des points linguistiques analysés sont extraits de textes qui font ici l objet d un commentaire. Bibliographie sélective ABRAMS, M.H., A Glossary of Literary Terms. Sixth Edition, Harcourt Brace College Publishers, AUFFRET-BOUCÉ, H. & al., Figures libres, figures imposées : l explication de texte en anglais (fiction). Paris : Hachette (supérieur), GRELLET, F. A Handbook of Literary Terms : Introduction au vocabulaire littéraire anglais. Paris : Hachette, HUGUES, T., PATIN, C., L Analyse textuelle en anglais. Narrative theory, Textual Practice. Paris : Dunod, LEECH, G., Short, M., Style in Fiction : A linguistic Introduction to English Fictional Prose. London : Longman, TAANE, E., L Explication de texte : méthode et pratique. Paris : Hachette, Les rapporteurs, Isabelle BOUR et Véronique PAULY 63

15 Commentaire de «Farewell to Love», John Donne, The Complete English Poems (Harmondsworth, Penguin Classics, 1996), Introduction Renoncement à l amour dans un geste poétique qui rappelle Pétrarque et une mise en forme qui évoque, par parodie, les démonstrations scolastiques. Mais l écriture ludique est prétexte à une réflexion sur la mobilité de l être et le rapport entre l amour et les mots. Poème hybride, au sens en apparence diffus, qui, parce qu il appartient à une esthétique des contraires, enseigne un art du décryptage. 1 «Farewell to Love»:parodie d une argumentation scolastique Au Moyen Âge, la scolastique avait pour objet de concilier la raison avec la foi et de rendre clair le contenu de la Révélation. C est pourquoi les grandes Sommes théologiques (comme celle de Saint Thomas d Aquin) étaient divisées en sections et en chapitres. Donne est sans doute le plus scolastique de tous les poètes «métaphysiques», mais il sait aussi utiliser la scolastique avec une intention parodique, comme ici où elle sert non pas la foi mais la problématique du désir. Grande construction rhétorique : «So»(3), «Thus» (7), «But» (11), «Thence» (17), «Since so» (31). Titre programmatique, adieu à l amour, en particulier à sa dimension physique : reprise d un topos pétrarquiste qui inscrit le poème de Donne dans une pratique conventionnelle de l écriture d amour (cf. Sidney, «Desire, though thou my old companion art», Astrophel and Stella, LXII, Shakespeare, Sonnet 129, ou encore Tarquin débattant du désir dans The Rape of Lucrece, 189 ). La dernière strophe est une conclusion à une démonstration où le «I» se prend pour objet d analyse et retrace une expérience personnelle allant du passé «I thought» (2) au futur «my mind /Shall not desire» (31-2). Argumentation progressive et raisonnée dont le point de départ est un effort vers la déification de l amour (2) afin d échapper à l asservissement à la chair (13-4-5). Vanité du désir physique et insatisfaction au plaisir ( ). L amour est même dangereux, comme l a révélé Aristote pour qui la consommation amoureuse écourte la vie (24-5), intuition confirmée par la Providence divine (la métaphore «wise Nature», 23-4, que l on retrouve dans «The First Anniversary», 223, renvoie, par l étymologie latine de «wise» lié à «videre», à la Providence, force qui voit en avant, «pro videre»). Proclamation très forte du renoncement (31-4, spondée sur «Shall not»). Mais le renversement final («worm-seed» = anaphrodisiaque et sémantisme fort peu ambigu (!) de «tail», 39-40) invite à une relecture de cet argumentaire miné par le travail souterrain de l ironie. La déification de l amour est véhiculée par une comparaison inattendue avec un athée implorant la divinité (4) qui laisse planer un doute sur la sincérité de l entreprise. Isotopie du physique et persistance du lexique sexuel pour dire le bannissement du désir (sens ancien de «coveted» = desire with concupiscence, «crave», «wax lesser», «fall», «size», «grow», 8-10). Valorisation de l amour physique par la métrique et l accentuation («The sport», 27 et «Grows great», 37, où les deux monosyllabes sont fortement accentués). «Farewell to Love» = écriture ludique où la rhétorique élabore un sens que le poétique s ingénie à déconstruire. La démonstration scolastique ne semble être utilisée que pour souligner sa vacuité car elle cherche à emprisonner dans une progression logique ce qui par essence relève de la torsion, de l instable et du mouvant. 2 La permanence de l instabilité Les modalités contradictoires du désir sont données dans l oxymore du vers 10 («As they wax lesser»). Le désir se nourrit de l absence et du manque (13-4) mais que le manque vienne à être comblé et le désir s affadit (16). D où la paupérisation du désir réduit à la satisfaction d un seul sens (18) dont on peut supposer, considérant les modes de la sensibilité chez Donne, qu il s agit du toucher. L amour qui se résume à la consommation physique est une expérience insatisfaisante, (cf. «So, lovers dream a rich and long delight/ But get a winter-seeming summer s night», «Love s Alchemy», 11-2). Invalidation des textes où la consommation physique est perçue comme agrandissement de l être (cf. «She s all states, and all princes, I,/ Nothing else is», «The Sun Rising», 21-2). 64

16 «Farewell to Love» est aussi interrogation sur les modes d être de l être. On aura remarqué la récurrence du pronom «I», très courante chez Donne, et l utilisation à la rime (masculine) des pronoms «we» et «me» (21, 34) et surtout du verbe «be» (21, 29, 35). Écriture égocentrique, lyrique, au sens joycien du terme («in the lyrical form, the artist presents the image in immediate relation to himself», A Portrait of the Artist as a Young Man, chapt. 5) qui conduit à un dédoublement réflexif, l un des modes de la conscience chez Donne par lequel le sujet se contemple au miroir de l écriture. Derrière la comparaison incongrue de soi avec «cocks and lions» qui éprouvent encore du désir après l amour (21-2), se love une interrogation sur l instabilité ontologique de «I» qui s exprime par un désir de captation du sentiment d être, ne fûtce que dans la brièveté d un instant :«And only for a minute made to be/ Eager», Notons que la pause phonique après «be» commandée par la place du verbe en fin de vers paraît autoriser une lecture qui ferait de «be» le foyer informatif essentiel, au détriment de «Eager». Jeu sur l écriture, «Farewell to Love» est aussi une écriture du «je» d un «je» ondoyant et mobile et une tentative de mettre en mots la substance de l amour. 3 La substance ineffable de l amour (cf. «our firm substantial love», «A Valediction : Of my Name in the Window», 62) L amour est défini comme une mascarade par un long «conceit» aux vers La figure du «conceit» a pour fonction de construire une analogie par juxtaposition de deux entités dissemblables. L amour est ainsi associé à une effigie en pain d épices du pape ou de quelque personnage important promené lors d une fête (probablement Bartholomew Fair, cf. la note dans l édition Penguin). Le «conceit» fait saillir, derrière l apparente incongruité de l association, le concept de simulacre, commun à l image et à l amour. Mais sous le masque qui dissimule, n y a-t-il pas une réalité autre? La dénégation de ce qu aucun homme n a jamais trouvé (32) n implique pas que l essence de l amour n existe pas. La poétique de Donne s essaie en permanence à définir la nature profonde de l amour, comme «Love s Alchemy» dans lequel le sujet avoue son échec à percer son mystère caché, «hidden mystery»:l étymologie grecque de «mystery» indique ce qui est fermé aux lèvres et aussi au regard, ce qui pourrait expliquer la référence à la cécité des amants dans «Farewell to Love» (14-5). Dans «Negative Love», le sujet fait l expérience de l indicible de l amour : «If that be simply perfectless/ Which can by no way be expressed,» Semblablement, «Farewell to Love» définit l amour par la négative («I ll no more dote», 33, refus de l amour juvénile) et sa substance demeure méconnue : «unknown power» (5). Le sémantisme neutre, voire vague, de «the thing» (14), repris par «things» (34) ou encore de «what» (18) ne permet pas d en circonscrire la nature intime car l amour ne peut pas être nommé (5). La fécondité du langage poétique permet certes, par des tropes loin cherchés, de créer des analogies entre des fragments du réel, mais sa pauvreté est telle que la substance de l amour demeure toujours un horizon ineffable. Conclusion «Farewell to Love» est un jeu triste car derrière la parodie de l exercice rhétorique convenu, se cachent la quête passionnée de la plénitude d être et l inadéquation du langage à la matière de l amour. Poème de la conscience malheureuse à la tonalité cependant badine qui ne se décode que par une lecture oblique, ou de «bon biais», «Farewell to Love» est une parfaite illustration de l esthétique de la «contrariété merveilleuse» (Montaigne, «De l Expérience», Essais, vol. 3). Jean-Jacques CHARDIN 65

17 FAREWELL TO LOVE Whilst yet to prove, I thought there was some deity in love So did I reverence, and gave Worship ; as atheists at their dying hour Call, what they cannot name, an unknown power, As ignorantly did I crave : Thus when Things not yet known are coveted by men, Our desires give them fashion, and so As they wax lesser, fall, as they size, grow. But, from late fair His highness sitting in a golden chair, Is not less cared after three days By children, than the thing which lovers so Blindly admire, and with such worship woo ; Being had, enjoying it decays : And thence, What before pleased them all, takes but one sense, And that so lamely, as it leaves behind A kind of sorrowing dullness to the mind. Ah cannot we, As well as cocks and lions jocund be, After such pleasures? Unless wise Nature decreed (since each such act, they say, Diminisheth the length of life a day) This ; as she would man should despise The sport, Because that other curse of being short, And only for a minute made to be Eager, desires to raise posterity. Since so, my mind Shall not desire what no man else can find, I ll no more dote and run To pursue things which had endamaged me. And when I come where moving beauties be, As men do when the summer s sun Grows great, Though I admire their greatness, shun their heat ; Each place can afford shadows. If all fail, Tis but applying worm-seed to the tail. John DONNE, The Complete English Poems (Ed. J. Smith, 1971) p

18 Gulliver s Travels, Book II, chapter I, p First chapter of Book II : Swift is establishing his second world. Gulliver has just been introduced to a world in which he is a midget. From the very beginning he implicitly compares himself to an animal, and the Brobdingnagians initially behave as if he were one. This, as well as the fact that Gulliver makes comparisons with Lilliput (75, 80), enforces the notion that, as he puts it, «nothing is great or little otherwise than by Comparison», an idea ascribed to «Philosophers» (75), and specifically borrowed from Berkeley. The epistemological import of the chapter, and of Book II as a whole, is the relationship between identification, and identity, on the one hand, and size, as well as the effect of size on overall (global) perception, on the other. Gulliver is a doll-like creature, but his eye is a microscopic one : the reference to optical instruments is explicit : on p. 80 Gulliver says that Brobdingnagian skin appears to him as if he was looking at it through a magnifying glass. These comparisons also ensure narrative continuity with Book I, and make clear the reliance on sight and optics as structuring devices in these two books. In this passage the focus is not on Gulliver s vulnerability and insignificance. Quite the reverse : he shows his bravery when threatened by rats. There is an epilogue to the scene, with the arrival of the farmer s wife. The dynamics of the passage is both linear and circular : Gulliver prevails in his fight against the rats he dispatches them, after which he is able to «discharge» the necessities of nature, which had been the reason why he had woken up and become aware of the rats, and thus of his danger. The first two paragraphs belong to the story, the last one is meta-narrative, Swift s voice being heard here much louder than Gulliver s the former being much more devious and subtle than the latter. Plan : I Action and fantasy II The satire of empiricism I Action and fantasy A cloak-and-dagger scene. As has been said, this scene is not primarily meant to remind the reader of man s vulnerability and insignificance. It very much belongs to the «action» level of the book, which is part and parcel of its nature as a travel book, albeit a parodic one. There is a lot of quiet irony in the scene. Gulliver has just mentioned the measurements of the room where he has been sleeping ; as he says, it is truly «vast». He is a prisoner on the bed, which is eight yards from the floor. The narrative of the incident is both precise and direct, informatively factual. However there is also some information of an affective nature : Gulliver tells us about his emotions at the time, and also assesses events retrospectively from this affective point of view : I rose in a Fright (l. 8) [References are to the OUP edition.] horrible (l. 9) Retrospective assessment : I had the good fortune (l. 11) After this Exploit (16 ; it may be that the scale here is more one of merit than of affective assessment) The scene is intensely visual : Gulliver tries to give the reader a sense of the huge size of the rats (ll :«These Creatures were of the Size of a large Mastiff») ; there is also a lot of blood in it : «blood» and its cognates are used four times : Blood (l. 15), bleeding (l. 23), bloody (ll. 27 and 32). The scene is a little like a black and white print with some red wash added in for contrast. Gulliver comes out victorious, but his fight, and his victory, are inherently ludicrous, as his enemies are disgusting rodents usually confined to darkness and to hovels. A fantastic/marvellous story. What makes the scene funny (and of course this applies to Books I and II as a whole) is the décor : the oversized room, the huge bed. Gulliver is very much like Tom Thumb a brave little man in a chapbook story. (The history of Tom Thumb is a folktale of unknown origin ; in the English tradition it is linked to the Arthurian legend). The fantasy is underlined when the farmer s wife takes Gulliver up in her hand and sets him on the table. Gulliver is a brave little man and a male doll either alternately or simultaneously. 67

19 This is the noble plot, where a lot happens Gulliver killing one rat and seriously wounding anoter. There is an ignoble plot, where nothing happens nothing can happen until the end of the violent encounter : this is Gulliver s need to go to the commode, to discharge the necessities of nature, as he puts it, with none too delicate a pun. This brings us to our second point. II The satire of empiricism This episode must also be read as part of the travel narrative : the reader and not just Gulliver is being introduced to a new world, the dimensions of which are enough to make exotic. Gulliver, as a good travel writer, describes the new world (or peninsula) he has discovered. He is a good empiricist retailing facts. He describes all his actions in detail ; once his terror has somewhat abated, after he has disposed of the two rats, the empiricist urge prevails again : he measures the tail of the dead rat (l. 21). The importance of the eye as a physical sense, as giving access to reality, as well as the «exotic» nature of the adventures of this traveller, are strengthened by the fact that Gulliver cannot speak to the creatures he confronts whether they be animals (the rats) or humans. Gulliver (or Swift) claims that his references to natural necessities (ll. 1, 33-35, 44) are part of this Baconian wish to observe nature and events with an acute eye and report on them in an accurate way. Indeed the word «Particulars», used in line 46 belongs to the vocabulary of Francis Bacon and of the Royal Society of London for the Promotion of Natural Knowledge. But Thomas Sprat, in his History of the Royal Society, published as early as 1667, had stated that the Society would not accumulate a «confus d heap of vain and useless particulars». I do not wish to exploit the punning potential of this statement, but it is quite clear that Gulliver s insistent references to nature s needs is a sort of parody of a Baconian history which meant a detailed account of one s observations and one s experiments. Gulliver (or rather Swift) seems to be saying that he is offering both story and history (in the Baconian sense here) hence the value of his narrative to a «Philosopher», here both a natural philosopher (what we would now call a scientist) and a moralist. So I think that the parody of the high-mindedness of the Royal Society is at least as important here as the parody of William Dampier s claims identified in two notes to this passage. It will be remembered that Bacon had famously said that the new science should be «for the relief of man s estate»: Gulliver, like him, here aims at improving his readers, not just at feeding them new information. Similarly, the rejection of ornate style is a reference to the norms set for the proceedings of the Royal Society, and of scientific records generally. The pseudo-empirical factuality and faithfulness to human experience also surfaces in the psychological justification for Gulliver s photographic memory :«this voyage made so strong an Impression on my Mind, and is so deeply fixed in my Memory» (ll ). It might seem implausible to a reader concerned with plausibility that Gulliver should be able to remember so many occurrences, and conversations, in so much detail. Of course this concern with verisimilitude only makes sense within the parodic framework of the book. Throughout the closing paragraph of the passage Swift uses antiphrasis, paradox, and other forms of irony. It may indeed seem paradoxical that «grovelling vulgar Minds» (l. 47) are no those people who are interested in hearing about defecation an activity usually regarded as low, but those who are not interested in such a matter ; low is high, and high is low in this case, just like Gulliver who, from being at the top of God s creation, has tumbled down to being a small animal. Of course Gulliver refers to «these and the like Particulars» (l. 46), meaning all kinds of seemingly trivial details that he bothers to offer his readers, but this statement is made specifically in relation to scatology (in the broad sense of the term). It is as if Swift wanted to enforce the notion that this is man s true essence, true nature. In other words, if humanity is to be found in details, it is in such details. In this paragraph Gulliver, after setting himself up as high-minded traveller (that is, as natural philosopher) and as a natural philosopher whose «histories» will have a broader moral effect, rounds up the picture by stating that he has also managed to be a good writer, by ruthlessly blotting out passages which might have been boring. Conclusion A passage that is both an illustration of empiricism and a parody of it, with the implied author being so devious in the meta-narrative passage that it is difficult to see, from this paragraph, whether Swift meant anything in his book to be taken straight. Everything must be viewed through a pocket perspective, to take a phrase used by Gulliver in Book I. Or, to use another optical metaphor, one is in a hall of mirrors, and there is no way of finding one s bearings. Isabelle BOUR 68

20 69

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2015 Feuille 1/7 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2015 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet comporte

Plus en détail

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet?

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet? page: pro10 1. quelqu'un, quelque chose 2. chacun vs. aucun 3. more indefinite pronouns A pronoun replaces a noun which has been mentioned or is obvious from context. An indefinite pronoun refers to people

Plus en détail

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel.

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel. page: pror3 1. dont, où, lequel 2. ce dont, ce + preposition + quoi A relative pronoun introduces a clause that explains or describes a previously mentioned noun. In instances where the relative pronoun

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

Dans une agence de location immobilière...

Dans une agence de location immobilière... > Dans une agence de location immobilière... In a property rental agency... dans, pour et depuis vocabulaire: «une location» et «une situation» Si vous voulez séjourner à Lyon, vous pouvez louer un appartement.

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

ENGLISH WEDNESDAY SCHOOL ENTRY TEST ENROLMENT FORM 2015-2016

ENGLISH WEDNESDAY SCHOOL ENTRY TEST ENROLMENT FORM 2015-2016 CHECKLIST FOR APPLICATIONS Please read the following instructions carefully as we will not be able to deal with incomplete applications. Please check that you have included all items. You need to send

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies)

Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Notices of Uninsured Deposits Regulations (Trust and Loan Companies) Règlement sur les avis relatifs aux dépôts non assurés (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2008-64

Plus en détail

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF 1 Exercice 1 : Conjuguez les verbes suivants au présent simple et au Verbe Pronom Présent simple Présent Progressif Exemple : To fall They fall They are falling To think

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...

If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence... If you understand the roles nouns (and their accompanying baggage) play in a sentence...... you can use pronouns with ease (words like lui, leur, le/la/les, eux and elles)...... understand complicated

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

Grammaire raisonnée 2 anglais : Niveau supérieur, C1 S. PERSEC, J.C. BURGUE. Editions OPHRYS.

Grammaire raisonnée 2 anglais : Niveau supérieur, C1 S. PERSEC, J.C. BURGUE. Editions OPHRYS. Voici un ensemble de recommandations pour vous permettre de préparer la rentrée prochaine. Il ne s agit pas bien sûr de tout faire mais de travailler selon vos goûts, en veillant à consolider vos connaissances

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software Licence générale d exportation n o Ex. 18 Ordinateurs personnels portatifs et logiciels

Plus en détail

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Bill of Rights Examination Regulations Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits C.R.C., c. 394 C.R.C., ch. 394 Current

Plus en détail

Lesson Plan Physical Descriptions. belle vieille grande petite grosse laide mignonne jolie. beau vieux grand petit gros laid mignon

Lesson Plan Physical Descriptions. belle vieille grande petite grosse laide mignonne jolie. beau vieux grand petit gros laid mignon Lesson Plan Physical Descriptions Objective: Students will comprehend and describe the physical appearance of others. Vocabulary: Elle est Il est Elle/Il est Elle/Il a les cheveux belle vieille grande

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 Technical Service Bulletin FILE CONTROL CREATED DATE MODIFIED DATE FOLDER INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007 662-02-27011B Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 English version follows. Objet du

Plus en détail

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Utiliser une WebCam Auteur : François CHAUSSON Date : 8 février 2008 Référence : utiliser une WebCam.doc Préambule Voici quelques informations utiles

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D ICM STUDENT MANUAL French 2 JIC-FRE2.2V-12 Module Change Management and Media Research Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième édition,

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appointment or Deployment of Alternates Regulations Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants SOR/2012-83 DORS/2012-83 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

AUTUMN/WINTER 2013-2014 PARIS COLLECTION

AUTUMN/WINTER 2013-2014 PARIS COLLECTION AUTUMN/WINTER 2013-2014 PARIS COLLECTION RED CARPET/Realistic Style Collection Automne-Hiver 2013-2014 Rynshu, avec cette nouvelle collection, veut permettre à chacun de se révéler par un style qui lui

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

Practice Direction. Class Proceedings

Practice Direction. Class Proceedings Effective Date: 2010/07/01 Number: PD - 5 Title: Practice Direction Class Proceedings Summary: This Practice Direction describes the procedure for requesting the assignment of a judge in a proceeding under

Plus en détail

SCHOLARSHIP EXEMPLAR

SCHOLARSHIP EXEMPLAR S SCHOLARSHIP EXEMPLAR New Zealand Scholarship French There are three questions. Time allowed: Three hours Total marks: 24 EXAMINATION BOOKLET Question ONE TWO THREE Mark Not Exemplified Not Exemplified

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

FRENCH AP Language and Culture SUMMER ASSIGNMENT

FRENCH AP Language and Culture SUMMER ASSIGNMENT FRENCH AP Language and Culture SUMMER ASSIGNMENT Je suis contente de savoir que vous avez choisi de continuer avec vos études du français l année qui vient!! Le but (goal) cet été est de ne pas perdre

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon

THE SUBJUNCTIVE MOOD. Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon THE SUBJUNCTIVE MOOD Twenty-nineth lesson Vingt-neuvième leçon SOMMAIRE 1) Definition 2) Uses 2.1) Common expressions of doubt 2.2) Common expressions of necessity 2.3) Common expressions of desirability

Plus en détail

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING

13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING ST GEORGE S COLLEGE LANGUAGES DEPARTMENT 13+ SCHOLARSHIP EXAMINATION IN FRENCH READING AND WRITING The examination is separated into two sections. You have this answer booklet with the questions for the

Plus en détail

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Postal Imports Remission Order Décret de remise visant les importations par la poste SI/85-181 TR/85-181 Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 Published

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

Société de Banque et d Expansion

Société de Banque et d Expansion Société de Banque et d Expansion INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS AT NETSBE.FR FINDING YOUR WAY AROUND WWW.NETSBE.FR www.netsbe.fr INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Form 17E: Trial Management Conference Brief Name of party filing this brief Date of trial management conference Applicant(s) Full legal

Plus en détail

Bill 201 Projet de loi 201

Bill 201 Projet de loi 201 1ST SESSION, 39TH LEGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 1 re SESSION, 39 e LÉGISLATURE, ONTARIO 58 ELIZABETH II, 2009 Bill 201 Projet de loi 201 (Chapter 20 Statutes of Ontario, 2009) (Chapitre 20

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate.

A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Dear Administrator, A provincial general election is underway. I am writing you to ask for your help to ensure that Ontarians who are homeless are able to participate. Meeting the identification requirements

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE

EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE PLAN STRATÉGIQUE PLAN STRATÉGIQUE EN UNE PAGE Nom de l entreprise Votre nom Date VALEUR PRINCIPALES/CROYANCES (Devrait/Devrait pas) RAISON (Pourquoi) OBJECTIFS (- AN) (Où) BUT ( AN) (Quoi)

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use. Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel CONSOLIDATION

General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use. Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel SOR/95-43 DORS/95-43 Current to June

Plus en détail

Contents Windows 8.1... 2

Contents Windows 8.1... 2 Workaround: Installation of IRIS Devices on Windows 8 Contents Windows 8.1... 2 English Français Windows 8... 13 English Français Windows 8.1 1. English Before installing an I.R.I.S. Device, we need to

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé

Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé Guide pour déposer une demande de certificat d autorisation pour établir une société professionnelle de la santé Il est conseillé aux membres de l OHDO de consulter des professionnels financiers et juridiques

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) SOR/92-284 DORS/92-284 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE

PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE ATTORNEY GENERAL PUBLIC PROSECUTION SERVICES PROCUREUR GÉNÉRAL SERVICE DES POURSUITES PUBLIQUES PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE NAME OF ACCUSED: / NOM DE

Plus en détail

Air Transportation Tax Order, 1995. Décret de 1995 sur la taxe de transport aérien CONSOLIDATION CODIFICATION

Air Transportation Tax Order, 1995. Décret de 1995 sur la taxe de transport aérien CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Air Transportation Tax Order, 1995 Décret de 1995 sur la taxe de transport aérien SOR/95-206 DORS/95-206 Current to August 30, 2015 À jour au 30 août 2015 Published by

Plus en détail

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) SOR/98-33 DORS/98-33 Current to September

Plus en détail

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch.

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION National Blood Donor Week Act Loi sur la Semaine nationale du don de sang S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. 4 Current to June 9, 2015 À jour au 9 juin 2015 Published by the

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations Règlement sur la forme des actes relatifs à certaines successions de bénéficiaires

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-406 DORS/2001-406 Current

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi

PROJET DE LOI. An Act to Amend the Employment Standards Act. Loi modifiant la Loi sur les normes d emploi 2nd Session, 57th Legislature New Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 2 e session, 57 e législature Nouveau-Brunswick 60-61 Elizabeth II, 2011-2012 BILL PROJET DE LOI 7 7 An Act to Amend the Employment

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

GAME CONTENTS CONTENU DU JEU OBJECT OF THE GAME BUT DU JEU

GAME CONTENTS CONTENU DU JEU OBJECT OF THE GAME BUT DU JEU GAME CONTENTS 3 wooden animals: an elephant, a Polar bear and an African lion 1 Playing Board with two tree stumps, one red and one blue 1 Command Board double sided for two game levels (Green for normal

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail