\i i S O M M A R E TEXTE 1. - ]\RODL]TON - milrr0,nnle[qr" name="description"> \i i S O M M A R E TEXTE 1. - ]\RODL]TON - milrr0,nnle[qr"> \i I i I. - f.zz,;z::=: fr...">

'{ru. çffi,#-/( !;, ''.Zz. Æ,Vh. '," i1':'itt5gj llfç. ii'r]" / / /^ ) ) î 7:t-.7s. ' I t \) r'-//z'. ::- > \i I i I. - f.zz,;z::=: fr...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "'{ru. çffi,#-/( !;, ''.Zz. Æ,Vh. '," i1':'itt5gj llfç. ii'r]" / / /^ ) ) î 7:t-.7s. ' I t \) r'-//z'. ::- > \i I i I. - f.zz,;z::=: fr..."
\i I i I. - f.zz,;z::=: fr....pdf" class="btn bg-purple-seance" href="#" target="_blank" style="margin-top: 10px; display: none;"> Download Document

Transcription

1

2 '{ru!;, ii'r]" '," i1':'tt5gj llfç / / /^ ) ) î 7:t-.7s ''.Zz 7//a (t-tz --1, /', a/-- - f.zz,;z::=: fr...j a Æ,Vh --a- \-i çffi,#-/( ' t \) r'-//z'. ::- > \i i

3 S O M M A R E TEXTE 1. - ]\RODL]TON - milrr0,nnle[qr La Seine Rive droite Rive gauche z z CÀFACTRTSTQUES TEU]TQSES DES GAMPS CAPTÀTTS Chary captarrt du "Slmdicat" Les captaqes T.es installations annexes 6 t} Cfianp captant de la S.L.E.E Les câptages nstallations annekes Répartition spa.ti a'l e des captages et des sablières de réalirrentation Réseaux de distrilcution o t Rive droite Rive gauche q SUR LYDROGEOÆE Le réservoi-r La nappe en rive droite La nappe en rive gauche ESSA DE DTF'NTTCÈT DU SCM4A {YDROffiTOGçTJB Elénents théoriques du bilan de 1a naq4:e frrtrées potentielles (ali-nentation de la nappe ) concernant les phérunèues. suivants es sorties potentielles Les principar:x paranètres hyrtrodynamiques

4 _ Données connues Volure des préèvenents par pcfirpage et des iliections en sablières ordre de grandeur des réserves Surface piézoirétrique ordre de grandeur de 1a v:ltesse tiéorique d'épuisenerrt des résenres Données à préciser Orientation de la recherche ESSAÏ DE E<CX_,U) CALCUL DES APPORTS DE À RTVE DROTE (FLEU\XE Bases de ca.lcul Voh:nes estimés (estjrnations)... z ETUDE DES \ARflOJS DE QUM4UES PARAMERES }YDROGMQUES DANS LA SE]NE, LES SABLRES DNJESCT{ E' À NAPPE Dorurées générales Hétércgénéité des val-eurs de 1a résisti\rité Tnffuence des iliections d'eau de Sei.rae dans les sablières nfluence de 1a position des captages Observations par qroupes de captages Groupe Groupe Groupe Conclusions PÛABLTE DE LEAU DSERBJE (NOFMES EUROPENNRS} Dépassefierrt des nornes de potabilité au niveau deq captages Pararètres physicoclr-imieres (analyses ttæe 2) Bactériologie Dépasserrents des norres de potabilité à a sortj.e des usiles de traiterer r-.-t MtrSURES A EN\rSAæR POTR TÀ PRC'CTTCAT DES CTAMPS EÂPTA{S 34 - Caractéristiques prirrcilnles des captâges A.E.P. de a "nappe de Croissy". - Caractéristiques des r:sirles de t.raitsærrt des eanrx de la S.L.E.E. - nventaire du degé de pollution des eatx stperficielles (rivières et canar,.:x). Caneage Résultat-s.

5 -- AND{E 4. - Analyses. ANNFX{E 5. - DocLrrentation c-,onsultée. AlqND(E 6. - Arrêtés préfectorar:x concernant la "na14= de Croissy" ANND<E 7. - Liste des établissements classés. FGURES Figure 1. - Carte de l t envirqtnenent Figure 2. - nplantation des captages Ficrure 3. - nplantation des sabliè:es et des usines de traitetent des ean:x

6 1. - NTRODUCTON L'objeL du présent rapport est de forrrn-ir à t'hydrogéologue agrréé 1e maxjmum d'ilformations nécessaiges à 1a mise à jor:r des 1Érirrètres de protection des dranps captants dits de Croissy.. Sont concernés : - e ctnnp captant du slzndicat interccmrn-nal pour la gestion des eaux de Versailles et Sa-ilt{oud ( 1) oç}oité par la Société des ean:x de Versallles et Saint{l-oud (S.E.V.E.S.C.), - e clnnp captant de la Société lyonnai-se des eaux et de l'éclairage (S.L.E.E.). -e prernier ccrçte 13 ouvrages dcrrrt 11 en oçloitation et e second 30 ouvrages, tous erploités en Cet ensemble de 43 captages occupe une barde de terrajl de 2r5 kn sur 0,5 lfir, dans a plaine allurriale de la Seine' en rive droite. 11 s'étend srrr les cocnrurres de C::oissy, du Pecq et du Vésilet. Le puits artésien de Bougival et les captages du Pecq, situés en riræ droite, font 1'objet d'un autre ra14nrb. La nag4re, appelée crcnnurénent "na14)e de C:roissy", crcnstitue actuellerænt, du fait de son débit d'exploitation, l'une des principales sor:rces d'a1inentation en eau souterrajre d.'le de FYance: En effet, sur a base de prélè'vsrents arnuels, variant entre 43 eè 50.10b mr/an, on treut estirrer qu'e1-le aljnente environ équivalents-h.abitants. (1) c-et organisne sera désigmé ci-après sous le rsn de "Slmdicat"

7 - 2-2, - ENVRON.E'ENT (Figure 1) L t envj_ronnenent du cfranp captant ccrprend. la Sejne et ses deux rrves. 1.1!4_SE!E la Sefuie véhicule toutes es polluticnrs' accidentelles ou non' reeueillles le long de son cours. L'étude d'environnenent doit err particulierl tenir ccrçte de a présence à l'annnt des chanps ca$ants, de 'agglorération pari-sienrre et de la cerrtrale nucléai-re de No<rent-sur-Seine. Les Î1es du mil-ieu de a Seirle sorrt fai-blenrent urbanisées.?,! \!ve D_BQ!!E La bande de terrairt occupée par les cttarys captants ccnprend : - 2 zones pavillonnaires anciennes lttrre à lt arral, tautre à ltanrcnt, - une zone centrale englobant d'anciennes sablières Snur 1a plupart. utilisées lnur la réaljrrentation de a nappe (cf S ). Dans 1a zone cenèrale elciste égalenent l'usjne "Griffin laaréchal Vénilia" s1écialisée dans la fabrication de peintureset de papier pejxts et donc potentiellenent polluante.

8 - 3 - Fig. Carte de ['environnement Echel.te t/25000 Zone de maraichage w U sines et atetiers _N_ Zone très urbanisrie CoLlecteur syndical eaux usées ( ovoide 1,30 m ) Cot[ecteur ptuviat importan t

9 - 4 - A la périphérie de cette bande de Lerrain, la plaile alfuviale est occqée par un habitat pa.villonnalre peu dense, généralenent ancien et par des cultures rnaraîchères. e côteau est égalenent caractérisé par la prédom nance d'un habitat ancien peu derrse, sauf au centre des agglornérations Darls la pla-i5e allurrial-e et su1 e côteau, scrrrt dispersés quelques établisselents à caractère ildr:striel (1). Ce scnt : - au Vésjnet, des laboratoires (dont 1e S.C.P.R..)' - au Pecqr une fitanufacture d'accrmulater.rrs et drobjets mlulés, - à Croissy, SOCOR Fr,Ff,:TRChJrC, une fabrigue de fil électrlque sous gaille et "Griffjl l4aréchal Vénjl-ia"' déjà cité. ' f convient de souligner 1e danger potentiel constitué par la présence au Véslnet (fig. 1) aux abords des chanq:s captants, du laboratoire du S.C. p.r.. ( " Service central de protection contre les ralpnnerents ionisants", rattaché au ùtirtistère de la Santé), grri analyse secnble-t-i1, des prélèvereû-rts en provenance de toutes les cerrtrales nucléaires r ainsi que des centres nrrcléai:es de 1a Hagiue, Saclay, Cw:laractre, etc. 1 faut ajouter à cette liste les parkirgs' les stalions d'essence, es ateliers de peirrture, etc. (2) existe r:n réseau d t assail-issenent local et r:n collecter:r dteatx usées svrxlical. -?.?.1.! Le réseau d'assainissenent 1ocal s'éterrd aux comrn:nes de Orroissy, du Pecq et du Vésinet gui regroupent en rive droite, environ habitarrts. 11 est lindtrophe des ctranps captarrts et pénètre néræ à lrl:rtérieur de creux<i à ler:rs exbrérnités arû?nt et arra1..er clrtre r un co]-lecteur dreaux (1) la plupart de ces renseigrrerrents proviennent des nrairies concernées. (21Voir en annexe 7, la liste des établissements classés. la fabrigue d'acsumrlateurs n'y figure 1ns.

10 - 5 - pluviales, traverse la zone de captages à lrauteur du pu-its P.6 du Slmdi-cat. 11 sernble proverli-r du S.C.P.R.1. ($ 2.2.2) Le collecteur qa'dical (1) parl du pont du Pecq et remonte la rive droite de la Sejne jusgu'à Chatou, où i se raccorde à 1'éralssaj-re ',sèvres-achères". Au passage, il est lijllitro'phe des ctranps captants et y É- nètre nêne à proxinrlté du pont de Croissy. es eaux usées qui y transitent à hauteur d.es chanps captants p::crrriennent dtune diza-ile de cqtununes regroupant environ habitants La plupart de ces conduites sont âncienres. collecteur slarôical daterait lui-*réne de es coefficierrt de fuites sont donc probablenent élevés Êr résuné, les ri-sques potentiels de pollution en rive droite sontde type industriel (y ccrçris atcrnique), rnénager et agrictle.?'.1-:-9r-!e-94qc-1l- L'occtrpation des sols en rive gauctre est assez senrblable à celle de a rive droite. Toutefois, la plaj-ne alluviale de Rueil-Malmaison, située à 'arpnt de Bougival, sehble plus irdustrialisée que la plaine de Croissy. (1) ûrcide A 1,3O m dans la najeure partie de son Pârcours-

11 CARACTERSTSUES TECHNOUES DES CHANPS CAPTANTS 1'.!-: -9$A?-ç41 t4t!! -D-q- 1S yry? ç r,m CÀP AGES Le chanp captant du Syndicat a élê créé par 1'ancien "Seri/ice des eaux et fontailes de Versai'l es". Les cagrtages ont été réalisés entre 1895 et La plupart datant de plus de 30 ans et 6 d'entre er:x de plus de 70 ans. 2.!.!.? - Les 10 ou\i:raqes actuellsrent eploités curç:rennerrt : - 3 puits (P. 1 bis, P. 11, P- 121 ' - 1 5n-rits foré (P. 2l, - 6 forages (P. 5 à P. 10). a plupart des cor.rpes t clniques ont été retrouvées en docwentation, nrais el-les sont ilc'onplètæs, la lacune la plus fréguente concerne 'indication d'rsre cirrerrtation annulai-:re. e poirrt comrrrrn de tous ces ouvrages est qur i-l-s sont crépjnés seulenent dans La craie. captages. ùr peut s'iltelroger sur ltétât de consenration des plus anclens

12 Les débits connus sont corçrris entre 83 et 395 m3/h et les productivités entre 34 el 207 m3/h/m, mais la docuren*ition recueillle ne pernet pas d'établir les courbes caractéristieres. ' Ces chiffres n'ont qu'une valeur ildicatlve. frt effet, les tenps de pcmpage corres;rondarrt n'ont pas été ccxnnuniqués ; d'autre patt. cerbains des essais sonl très anclerrs et les "de puits " ont pu évoluer depuis lors, sous t inf l-uence dtun "développernent" ou dtun "cojmatage" ou par su*ite de l'évolution généra-le de la piézcnétrie _ ÆS TNSALÂTO'TS ANNHCS ' Les installations annexes concernent 1r injeceion d'eau de Seine traitée dans la nappe et 1e traitserrl des eaux de nappe. -es jlstallations dtiljection dreau de Sei.ne, situées d.ans les ternaijrs de la S.L.E.E.f sont connlunes aux deux charr4>s captants (cf S ). e tra-iterrent des eau< de rrappes pcttés par 1e "Synd.icat" est effectué sur le plateau de Louvecienrres. L'équipenent ccnprerd un bassin-tampon de mr et une r:sjle de traitenent qui utili-se actuellernent 1e procédé suivanl, dans l'ordre : - tamisage rotatif à 100 p, - filtration sr:r charbon actif, - injection de bioyde de chlore (0,10 ngll). Dans 2 ans, ces o5rérations seront précédées par un "pré-traiturent" sr trois ptnses : - pré<zonation, - nitrification, - nost-ozonation.

13 - B - 2,.? g-4u? _ç4y!.4ry! _qe_!4_s.!. E. E. Le chanp captant de la S.L.E-E. ccrrprend 30 captages et des i-rrstallations annexes destjnées à la réaurentation de la nappe et au traj-tenent de lreau. Les ilstallations de réatjnentation sont exploitées par 1a S.L.E.E. pour son propre cofiete et pour cel-ui du "S1mdicat" ,ES CAPTAGBS 1.?.!.! - Les 30 captages fornent 3 grousns appelés par la S.L.E.E. : "L Pecq" (9 ouvrages), "Le lrbxique" ou "Croissy" (19 ourrages), a rue des Ponts (2 ouvrages). La date d'er<écution de 3 ouvrages est i-ncertahe (F. 4, F. Xf et F. XV. Tous 1es autres ca5rtages ont été réalisés entre 1929 et ?.!.?. - On ccrçte 2 E-rits, 10 prits forés et 18 forages (anne>re n"1). La docurentatjon relative aux coq)es techniques est sor-rient irçrécise. 1 semble que a cirrentation anrrul aire des forages ne descende trras généralenerrt audelà de quelqlres nètres (5,50 m en général.), et qu'e11e soit traversée par un tube d.ratrprovisiorurecrent en graviers. a conception des crépines dijfère de celle du "Sgrdicat" puisque généralenrent la base des alluvions est captée s débits sont carpris entre 90 et 700 m3/h et les prodrrctivités entre 8,3 et 383 mt/vm (Cf annexe n" 1). a plusnrc de ces valeurs sont récentes (janvier 1980). Cependant, elles ne sont &nrrées qu'à titre indicatif car les tenps de ponpage correslnndants nront pas été ccnnnrrriqués.

14 - 9 - Les données disponljrles sont jnsuffisantes pour l'établissstent des courbes caractéristiques. Certafures coupes laissent si4)poser l'e><istence d'une corrélation entre les débits é1evés et la présence dans la craie d'jltercafations de sabl-e, de "conglcrnérat" (?) ou de passages éboulerlc \-STALATTCNS A',]NHGS 1-2.?.! ; lsi:res_de lraitegelt_dgs_eaux Qe-nçppe Les ear:x de nappes pcxrpées dans le charp captant sont traitées dans 5 stations différentes alryelées par la S.L.E.E. : "Croissy", "luli:ror.", "*(édittrtt", t'majortt et " rue des Pontst'. La station " rue des Ponts " est autoncfie. Ele traite l'eau des 2 captages de nêne ncrn et t envoie sur 1e réseau locâl. Les 4 autres staticns sont reliées g:ar lrilternéliaire d'une canalisation unique aux forages du et du "Peoq". Ceperdant, corpteterru de leur position sur e réseau, ltusirte "vlijdr" reçoit essentiellenent ' les eaux du groupe de captaqes dit "du Pecq" et les 3 autres usijres, lreau du grr.or-rpe de captages du "u1exique". Les caractéristiques de clraque usire (traitsent. débits) sont données en anne*<e no 2. 2.?-?.? : Bé+!nc+!e!is._ds la_nspe La réalinrentation de a nappe a été rnise en oeuvre en 1959, pour lutter cantre l'épuisenent iles réserrres et contre la lnllution.

15 -10- æs jnsta-lfat ions cclrprennent : - une station de ponq:age en Seile, - une usjre de traite-nent de l'eau (Cf annexe n" 2), - oytze sablières dri-njection. L'entretien des sablières, effectué tous les étés, consiste essentiellenenl dans l'éi-rai:ration des boues et des algues qui prolifèrent en cette saison E?_48T!T-QA-5P-4!14!E-qES-ç4ry49E9-E-T-2F!-S4q!qEqS -2E-gElLt-tlEry4qry (Fig. 2 er 3). La distribution spa.tiale des captages par rapport arr>( sabli-ères de réalirrerrtation et à a Sejne, joue r,nr rôle irrporeant (Cf ) Les sablières d'injection sont répartiee en 2 grot4res : - un groupe anrcnt. (les carrières "Subileaux"), - un groupe aval ('!PM. 1". "PM. 2" et "David"). e><iste égalenerrt une sablière (ou rn groq)e de sablières) abandonnée, connue sous le norn de "Bolognini". ùr a errvisagé de l'utiliser porr a réaljnenèation de la nappe (Cf anrrexe n" 7). Elle serait ach:ellenent ert cours de rsnblaierent A parl ceur de la nre des Ponts, les captages de la S-L-E-E- sont situés dans le voisinage des sablières dtinjection. Au contraire, es catrèages du Slnndicat sorrt tous ilrqùantés à l'anont, à rlre ôistarrce de lriljec'tion corprise entre 350 m (P. 6) et m (P. 2).

16 -11 - Fig.2 lmplantation des captages EcheLLe l/25000

17 Fig. 3 lmplantation des. sabtières et des usines de traitement des eaux Echette 1 / en rive gauche, usine de traitement des eaux du Syndicat

18 -13- e chanp captânt du flmdicat englobe a sabfière Bologinili citée précédenrrent (S 3.3.1) par rapport à la Sejne, la di*stance des Captages varie enlre 50 et 60ûm. La position du gror4:e de captages dit ùl Pecq est très particulière pu-isq:'i est séparé du fleuve par les sablière d'injeclion aval' 1,_! 88_SE_4A4_D_E_D_r-STBr_EqT!0_t! es 43 à 5O.1Oo m3 préevés annuellenent dâns a nappe' aljrrentent i-*i.ff"r',*rrt ou totalerent 29 ccnrmrnes des Yvelines et 6 des Hautsde-Seine qui relèvent d.ifectenent de a S.L-E.E. et du Slmdicat. A noter qu'au niveau des chanps captants, la S.L.E.E. transfère au S1'ndicat, wr volune inportartt d'eau traitée. La "nappe de froissy" al_ilente ijdi-recterlent dtautres zonesr grâce à des "bouclages " avec 1es réseaux voisjrs. Ces hterccrmudcati.ons pefiettent en particulier à }a S.L.E.E., de fournir un atpoi-rrt au s1môicat des ean:x de banl-ieue par l'internédi-aire des ilstallations du l4ont Valérien et au Slmèicat des Yvelires.

19 -14- _ GEOLOGE Du Chattien au }bntien, 1a série tertiaire est ccnplète, rnais elle a été entièrenent érrrdée par a vall le de 1a Sejre au fond de laquelle affleure 1a craie sénonienne. A hauteur de Croissy et du Pecq, cette érosion s'est rnanifestée essentiellsrent en rive droite.!,.! 8!u_E q89!te La craie sénonienne occupe une bârvie large de 2 lan. Plus au l{ord, 1e Tereiaire forterent érodé est représenté par les formations du l"trntien et de l'eocè:ne irrférieur et npven. Des alluvions quaternaires masguent totalerent la craie et partiellenent les formations tertiai.res Pour a zone des ctranps captants' la coupe du forage F. E.E. (indice national no 182.4x-0131) peut senrir de référerrce 4 de la S.L. 0,00-3,00 m Terre végétale et sable - A;LL]\CÈ{S }4ODffiNES{Fz) ,00 m Sable et g:rcs graviers - ÀLLUVONS À{CENNES ,50 m "Cailloux" et giros sable - rr ,60 m Craie à niveaux sableux {SENcÀfÊ{). L,a superposition de 2 ou 3 nivrean$ d'alluvions à granulcrnétrie crroissante est une constante de ce secteur. Mais on observe des variations latérales concernant en partiorlier la prissance de cfiacun de ces rriveaux et la puissance total-e de la fonmtion qui est ccnprise entre 8 et 15 m.

20 -15- faut soul-igner e faible développenent des faciès argileux, nêne au niveau des afluvi-ons nrcdernes. La craie sous-jacerrte contient des passées : 1. - de silex, constituant essentiel de a forrnalj-on t 2. - de sables et graviers, dont la présence est probablerrent liée au rerplissage de cavités de la craie par des allurions-!.?-- -q!u-e -9:4Ac-{Ep'a.i-.e -,,T,ï:: :ïi:: lï:'ff"trïtr":"h:i;"t#:ï ::i: sy, est nulle à Bougival. Cette plalle est Umitée par un côteau très pentu dont l base est constituée par a craie sénonierune. Pus à 1'anorrt, à Rreil-l4alnaison, e11e s'élargit considérablefient, rna:ls sa surface est ocnrverle de remblais.

21 GENERALTES SUR L'HYDROGEOLOGE Deux grands aquifères existent dans la région : celui âe la cra-ie et celrrl des calcaires éocènes. Les chanps captants du " Slmdicat" et de 1a S.L.E.E., exsrloitent le prerder LE RESERUO/R nitialenent, les deux chanps captants s'adressaient err fait à un aquifère bi-couches, ccèrprenant les alluvions grossières à penreabilité d'interstices et la craie sor:s- j acente, réservoir fissuré rnais présentarrt des lnssées poreuses (fissures rerq>1ies d alluvions). Aujourd'hui ' en raison de la dépression piézornétrique jlduite grar les [snpages, on est pratiquerent en présence d'r:n aquifère npno-ccr.rche, limité à a craie. 11 y a contjrruité du réservoir de la craje d'r:ne rive à l'autre- es sordagres de reconnaissance de l'éch:se de Bougival, réalisés en 1888, ldntrent que le toit de la craie est situé entre 9 et 17 m de profondeur endessous du so1 de l'île.!.?_:_14_a-bp_e _Et! _87_yç _D_3Q_TE_ A l'aplomb des chanps calèants, es dkensions de la nalæe peulrcnt être estinées coree suit :

22 ESSA DE DEF]NTO\ DU SCHEVA HYDROGEOLOGAUL. nécanisres L'irr{nrtance des prélèvsrents et de la réiljection r.et en jeu des conplo<es- L'approche de ce sclrénra doit pernrettre de défjrir les processus de pollution de 1a nappe et de préconiser les nêsures de protection adaptées. 6.t - ELEMENTS rfle0rlgqesdu B1LAN TE LA NAPPE e bil-an de ta nappe fait jrterverrir 3 groupes de facteurs : 1es entrées, les sorties, es pararnètres hydrodlmarniques de l'aguifère. 6.1.'l - EùREES PûENrFT.Ï'FS (afinelta PHENOÙM{ES SU\A}TS 1. - à l.aront, lrécoulenent norrnal de la na54:e, parallèle à celu-i du fleuve, 2. - latéraler nt' côté Seile :. l'écoulenent de a nappe, de la rive gauche vers a rive droite, par lrjl"teriédiai.re de la craie sous-flurriale, sous 'effet des ;:onçnges effectués dans les clranps captants. les fuites de la Seine au travers de son lit, 3. - latéralenent, côté côteau, les éc-oulernenl soutetajrs err provenance de celrri-ci, 4. - dans les limites des chanps captants : a) 1es injections d'eau de Seile traitée dans les sablières, b) les infiltrations "6)er descens\nn".

23 LES SOR'TTES Pflm"flm;LEs cdnprennent : 1. - à 'aval, f,écoulsrent nornral de la nappe, pa.rallèle à celui du fleuve, 2. - dans 1es lirnites des ctnnçrs captants, les préèvenents pal [uqpages L,ES PR\CTPAJX PARAMETRES HYDRODYB\QUES à prendre en coqrte dans e cas présent sont 1es réserves de la rive droite et le gradient piézorétrique OJNNEES Cd^/ÂJUES.es élénents de bilan, actuellenent corulus concernent 1a nalpe en rive droite. Ce scrrt : - e volune des prélèvenents et de 'irjecbionr et de f i-n- - 'ordre de grrandeur des réserrres de a nappe t - l,évolution de la surface piézorétrique en forrction des 1urç:ages jection' - l tordre de qrandeur de la vitesse de reno.rvellenerrt des réserves VO,UME DES PRM,EVEMM\TS PAR PCMPAæ ET DES \-'JFCNS E\] SAELERES Les sorties par pcrnpage sont limitées en rive droite à l'activité des deu< clnnps captants A.E.P. Elles ont varié ces dernières années entre m' (1981) et m3. Dans le détair, 1a p:roduction des 2 clranps captants n'est pas équilijrrée. Par exenqrle, en 7977, celle.du "syndicat" a été de m3 et celle de a S.L.E.E., de m'- Les entrées par injections dans les sablières ont été de mt en 1975, in_3 en 1976 et de m' depuis '19?8.

24 ORDRE DE GRANDEJR DES RESR]/ES L'ordre de grarder:r du volure d'eau contenu dans ]a nappe ' dans fes ljmites des ctnnqrs captants a été estjrré à m3 (S 5.2.i). 11 est irrçnssib1e, ccnpte tenu des connaissarrces actuelles, d'estiter les réserves totales de la rive droite. Ell-es ne dewraierrt toutefois pas dépasser m' SRFÀæ PrEZC[4SrRrQUE A 'origile, 1a piézonétrie de la nappe dewait se raccorder au niveau naturel du fleuve. Mais el-1e a été nodifiée par a création d'écluses, par 'exploitation des deux chanps captarrts et 1nr a réal.jlerrtation dans a zone des sablières. Globalenent, il y a un effordreflênt de a surface piézonétrigue. La ccrrparaison des quelques cotes strivarrtes illustre ce phéncrène : - cote de la Sejle à 'écluse de Bouqiv-a]. (relevés du au rnatin) :. arnont = + 23,37, l{gf. aval = + 20,35r NGF - nir,'reau de la nappe :. P.1 dusyndicaten : +20,30NGF.P.8duS1mdicaten : + 5,89 lgf. F.X du tr4exique (S.L.E.E-) en jarrwier 1980 : + 13,18 NGF. F.xuÏ du l4eriqr:e (S.L.E.E-) en januier 1980 : + 13'13 On constate donc un décrodrerrent de la na14n par ra1æort à son ni- 'veau il-itial et par ralæort au niveau acluel du fleure, d'environ 14 m en 1960 dans le drançr captant du Slmdicat et seulenerrt de 7 m en jarrvier 1982 dans c.e}.r-i de la S.L.E.E. (hftuence de la réinjeqlion). D'après l'étude AR[ÀB, la sr:rface piézcnétrique subit des fluctuations saisonrrières ; 1es ca-lculs limités à l'année 1978 rettent en évidence : - en avril :. r:n gradient très éer,é en bordrre de Sejne, - rxre dépression nrærinrale (+ 14 Ntr) à hauteur des ourrag'es p.5, p.6, p.9 et P.10 du "Svndicatn.

25 _21 _ - en septembre (par rapport à awril ). un accroissstent du gradient en bordure de Seille '. r.rn approfondissenrent du cône, la cote + 10 étant attejrtte dans 3 secteurs répartis dans les 2 dranps captants. e décrochenent du fc'nd du cône. par ralport au niveau de 1a Sejle varierait donc actuellenient suivant ]es saisons, entre 7 et 10 rn- f1 tend à être plus accentué en s'éloigmênt des sablières d'irjection _ ORDRE DE GRANDETJR Â \rtesse fi]eortqe D'PUSH,ET{T DES RESMVES Si 1'on cccllpare le volure des prélèvenents annuels (S 6.2.1) à i'ordre de grandeur des réserves totales en rive droite (S 6.2.2), il apparaît gue sans errtrées autres,4re naturelles, le réservoir sera-it pratiquenent épuisé en-nrcirs de 3 nrris. É. _: _?9 UE_ES _4_Bqc_lsJB Cette situation, dans tn aguifère t-rès vulnérable et dans un envi-r ronnefi llt potentiellenent. polluant, ccfiçdrte des risques graves. 11 convient de rectrercher quelle est 1r irrportance de draque entrée pour laqr:elle aucun calcul n'a été fait. d_,.! Q\!E[t4T!Qry _AE _14 _Bqç{ E8çfl q cqme suit : Jusqu'à maintenant, on arrait terxiance à aùrettre un.bilan eçrirre

26 sorties Par Pcrnpage - entrées Par ilj ections - entrées d'eau de Seile brute (2) m'/an ::..1ql-uL/el rn'lan (1) m'/an m=/an on considérait ccnne négligeable : - les entrées et Les sorties 6xr écoulenrent de la natr4:e dans re sens dtécoulenrent de la rivière, - les apports du côteau droit, -lesjrrfiltrations'.perdescensun..dantslaplairreallrrrrial.e' - les alports de la rive gauche au niveau de la craie ' Pourcedernierfacberrr,onadnetta.itqu,aunirreaudelarnppe'en chargesousle}itduflerwe,ilyavait,d'uneriveàl'autre,transrd-ssion de press ion sans éc-oulenent inportant ' Deux indices sed)lent jnfirner cette h14nthèse : - d,une part, a cote de la surface piézcnétrique descerd peut-être' l0calenent' en-dessousdutoitde.}acraiesoùslefteuve.darrslessecteursconcernés, lanatr4>eétarrtlilcre,iln'yaplusd.'uneriveàl'autresirçletransnission de pression, mais écoulerent, - d,autre parl, la valeur de la résistivité dans certailrs captages en bordure deseirre,ouprèsducôteauesttrèsinférierrreàcelleobserrréedansle f}ernreet'essa-blières.ccrçtetenudesdébitsprélevéssurcesornrrages' ilalparaîtqueleserrtréesenprovenanced.i-recteouj:ndirecteneconstituent lns les seuls apports inportants sur e plan quantitatif' lcorrvientdoncderectrerctrerleschénrahldrogéologiqueleplus vraisqùrlab1e. La méthode oçloyée ccxrporte 2 phases : 1. - essai de calcul des apports de la rive ilroite' 2. - étude oes variations de quelques paralètres trvdroctrirrtques d'une pare ---Cets-e- gel+e-e9-tcq-eeblièrecr-dlcutre-pe*-qe!g-e-seppc''-- (1) Nous prenons ici 1es valeurs de 1978' izi rntif-t -tions au travers du lit du fletnre'

27 -23-7, - ESSA DE CALCUL DES APPORTS DE LA RVE DROTE(FLEUVE EXCLU) 7. r - BASS OE CALCUL (ESrliUArloNS) a) b) c) d) Sr:rface de 1a zone dra1irentation par les plu-ies 10 lgn'z Pourcentage de sols irperméabilisés 20?" Hauteuï nrcyenne d'eau nétéorique tonbée sr:r sols iri:pernéabilisés et injectée dans le réseau "phwial" (1) 500 nrn/an Hauteur d'eau météorique i-nfiltrée (w) dans les zones non irrperméabilisées (d'après études antérier:res effectuées dans les zones d'affleurenent de la craie en Yvelines ) 140 mn/an e) Population f) Conscnrnation journalière d'eau fntable habit. 0r3 m3,/habit. g! Rejet journalier d'eaux usées 0'27 m3,/habit. h) Coefficient de perle des réseaux À.8.P. locaux à l'anpnt 30 B des des cc'nscrunateurs ctrrsdl[nations i) C-:oefficient de perte des réseaux d'assailissererrt locaux 30 B du vohme dreau considér Rena::ques : 1) 11 n'est pa.s fait de dlstjlqtion entre les apports du côteau et les infiltrations "per descensun" en plalle alluviale, 2) La valeur de (d) sl44)ose tur nrissellenent nu1, 3) Le coefficient de perbe des réseaux locaux de canalisation est sous-estilé, ces réseanrx sont vétustes. Er outre, i1 nta pas été t lrrr cqrçlte des fui-tes du collecteur s1mdical, éga- letrent très vétuste. (1) Éi différence par rapport à la pluviorétrj-e tot-ae correspond à 'évaporation, aquelle est a priori rédrrite, et amx écoulerrents non rel-iés au résear dr assainissenent.

28 -24- t'.? -:-!Q LUES - qsl U gs Sur cette base, le volure des entrées est le su-lvarrt : - earx météoriques infiltrées 1,1-100 m3,/an - fultes des canalisations d'eatx pluviales 0,3-106 m3/an - frrites des canalisations d'eaux i:sées m',/an - frrites des résear:x A.E.P. -L1.t91-f,L/an -- TSAL 3,9.10b mt/an On peut considérer a priori ccrwre très polluées 1es entrées d'eaux usées, et conne noyennenent polluées, cetles dteau< pluviales ( lessivage des chaussées et pa.rkings). teur volure total est de 1r5-'l0b mt/an. Mais si 1'on corrige 1e cæfficient de;:ertes des canalisations en fonction de leur vétusté, et si 'qr tient ccnpte des fuites du collecteur slmdical dreaux usées, égale11ent vétuste, j- alparaît gue le volûû3 total des entrées en rive droite peut atteildre m3,/an dont er1i-rcrn m' en provenance des conduites d.'assainissement.

29 25-3, ETUDE DES VARATO\S DE AUELOUES PARA'ETRES HYDROCHMOUES DANS LA SENE LTS SABLERES D'NJECTON ET LA \APPE (1) l,! o_qnaee! _ qerye84 ES HEROGH.HE DES \/êleurs DE LA RE'SST\rE Presque toutes les entrées jrtroduiserrt des lnllutions dans a nappe. Toutefois, les valeurs de la résistivité perrettent de les dlfférencier en 2 ensembles : es ean:x en provenance de a Seine et celles d'autres ori-gines. Er effet, i1 y a r:ne grande différence entre la résistivité observée dans la Seine et les sablières d'irjection (errviron ohm.crn en période d'étiag'e, plus de ohm. crn lors de certaines cnres hivernales), et ce11es observées en rive gauche (870 ohm. crn au " forage calcaije" du Pecg ; valeurs ccfiparables à Rueil l,lalmaison) et dans certafuis ouqraqes de 1a rive droite NFT{]ENS DES NJæTANS DEAU DE SE]NE DÀ{S -,ES SABLMES æs caractéqistiques de 'eau injectée dans les sablières sont les nrâres que ce1les de 1a Sejne, ntlse à part a cqlcentration err NHn et t{o, (traiternent prealable). Les valeurs relativenent élevées et la forte anplitude des variations saisqurières de a résistivité, dans les sablières d'injection, se retrouvent dans les captages voisins. Mais en s t éloignant de oes sablières, on oberve partout : (1) tine étude exhallslive n'étant pas envisageable dans le cadre de a présente étude, 'examen des données a été lirnité 1. - à a 1Ériode récente (2ène senrestre 1981, 1er senestre 1982) et à l'année 1976 caractérisée par une sécheresse exceptionnelle ard( prarètres.$aivants : résistivité, azete, terçératr:re.

30 urre djlrlinution des valeurs de la résistivité, - une dimirrution de l'anplitude de ses variations' - un retard croi-ssant de ses flucluations saisoru:ières, - 'alparition de poilts présentant souvent des concentrations anormales en a7ole _ NFT,]ENæ DE À POSTON DES CÀPTAGES La position des captages Par raæort à ces sablières' à a Seine et au côteau apporte des variantes à ce sclrérna et pemet d'étudier séparénrent 3 groupes d'ouvrages : - groupe 1 : les 9 captages du "Pecq" (F.1 à F.9), - groupe 2 : 14 ouvrages du "lbxique" (F. à F.X, F.X\[, P. V), - çfroupe 3 : es 5 autres ouvrages du "l/bci-que" (F.X à F.)(\r). et a totalité des ou\tages du syrdicat. s-'-?-=-qe9-ee!4qrys-4,8-?3qa?eg--0-e-ç4ry4qet GROUPE 1 es 9 ouvrages, groupés dans r:n carré de 350 m de côté envirqt sqrt situés entre 1es carrières d'iljection PM. 1r PM. 2, David, et e côteau. Tl-s sont partiellerent rçlantés en zqre urbanisée. q.? La ôistrihrtion de la résistiwité dans 'espace est caractérisée par une d.irn-inution a1æarerarcnt régulièrre de la valeur de ce paranètre en aflant des sab11ères d.'lnjection vers le côteau. Dans e terrps, ce ptréncnène paraît stable et n'a nêre pas été rcdifié par a grande séctreresse de 1976 :

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

ALIIBiïATION EN EAU POTABLE J.L. GARNIER ET J. PUTALLAZ

ALIIBiïATION EN EAU POTABLE J.L. GARNIER ET J. PUTALLAZ BRGM DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DIVISION DE L'OUEST DE L'ETANG DE BERRE - ROUTE DE ST PIERRE 13694 HARTIGUES ALIIBiïATION EN EAU POTABLE DE PORT DE BOUC ( BOUCHES DU RHÔNE ) SURVEILLANCE

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur :

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur : Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR ua o Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du B R G M 8EAUG6 U- A.CARN-DHEILLY

Plus en détail

TËH.GERWIAlfïETFIL 1500 - RILLY-LA-MONTAGNE. avec la collaboration de A. KERBAUL et S. MAIRET

TËH.GERWIAlfïETFIL 1500 - RILLY-LA-MONTAGNE. avec la collaboration de A. KERBAUL et S. MAIRET TËH.GERWIAlfïETFIL 1500 - RILLY-LA-MONTAGNE ÉTUDE PRELIfolÑAÍfi TRAVAUX D'ASSÈCHEMENT DES CAVES GERMAIN A RILLY-LA-MONTAGNE avec la collaboration de A. KERBAUL et S. MAIRET mmmm BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009-45 Orléans (02) - Tél.: (38) 66.06.60 Étude de la pollution des

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2 s a m e d i 2 8 o c t o b r e 2 0 0 6 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2!"# $ Un travail en parallèle sur

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre Références : des informations techniques pour agir Violences à l école Prévenir, agir contre Juin 2008 $ % $ '( ) ) % *'++, - #. / +0 1 *23 4. )( % ) * -!""5. % ( + + 6 ( % 7 % 7 ) + *8 #-. ) + *8!""5.

Plus en détail

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État»

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État» d exécution 2006 721 «du patrimoine immobilier de l État» Mission ministérielle : YB «du patrimoine immobilier de l État» Ministère : 07 «Économie, finances et industrie» (Version du 23/01/2007 à 05:34:43

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908 d exécution non doté de crédit 908 «Opérations industrielles et commerciales des directions départementales et régionales de l équipement» Ministère : 23 «Équipement» (Version du 01/01/2008 à 21:08:13

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES Réf. 2 le 15 janvier 1985

cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES Réf. 2 le 15 janvier 1985 if cngre 0 21, CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES avenue de Messine, 75008 Paris, téléphone 764.24.94 Réf. 2 le 15 janvier 1985 cigref METHODOLOGIE DES ETUDES D'OPPORTUNITE FORMALISEES

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A PROJET D'OUVERTURE D'UNE CARRIERE DE CRAIE A COULOMMES-ET-MARQUENY (ARDENNES) AVIS HYDROGEOLOGIQUE JP. DROESCH AVRIL 1991 BRGM

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

Achats. Direction Générale. Code de la fonction. Directeur des Achats. Responsable des Achats. Coordinateur Achats. Collaborateur Achats

Achats. Direction Générale. Code de la fonction. Directeur des Achats. Responsable des Achats. Coordinateur Achats. Collaborateur Achats Achats A1A A2A A3A A4A A4B Directeur des Achats Responsable des Achats Coordinateur Achats Acheteur Collaborateur Achats Direction Générale D1B D1C D1D D1E D1F D1G D2A D2B D3A D3B D3C D3F Directeur Général

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement Commune de Saint Chamond 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement 1 Le service assainissement collectif concerne la collecte des eaux usées et pluviales de la commune de SAINT CHAMOND et la dépollution

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé

Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Analyseurs d'eau en continu Catalogue condensé Tableau de choix d analyseurs Domaines d application Paramètres mesurés en continu Hydrocarbures HC DCO Nitrates NO 3 Ions Ammonium NH 4 + Température C ph

Plus en détail

FIXATIONS NORMALISEES

FIXATIONS NORMALISEES FIXATIONS NORMALISEES pour vérins types PEC conformes ISO 21287 Série 434 FIXATIONS NORMALISEES ISO 21287 - ISO 15552 - A Applications service Pattes d'équerre sur extrémité (2) MS1 Patte d'équerre haute

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Intair se taille u n e n i c h e s u r l a liaison M o n t r é a l - T o r o n t o

Intair se taille u n e n i c h e s u r l a liaison M o n t r é a l - T o r o n t o G g g É = " G (, É, FÉ é À g Q,, q é à G,, à à, jq é, éq q x q é jqà j q é è j, é ê, é, éé À, ç ê, é j é g é é, é j à à éé g è, éé, é, q éé j ggé x é q à, é à, à é F k k q é g j q à (, é é, à é (, x x

Plus en détail

DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN

DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN DECRET N 2001-094 DU 20 FEVRIER 2001 FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L EAU POTABLE EN REPUBLIQUE DU BENIN LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ; CHEF DE L'ETAT ; CHEF DU GOUVERNEMENT ; Vu Vu Vu Vu la loi n 90-032

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE

RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE RECUPERATION DE L EAU DE PLUIE Ce document permet de donner quelques notions en termes de récupération de l eau de pluie dans le cadre des bâtiments HQE. Il va aborder les notions de quantité, qualité,

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ.

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ. Exercice :(Amiens 1995) Les questions 2, 3 et 4 sont indépendantes. L'unité est le centimètre. 1) Construire un triangle MAI rectangle en A tel que AM = 8 et IM = 12. Indiquer brièvement les étapes de

Plus en détail

Downloaded from www.vandenborre.be

Downloaded from www.vandenborre.be Downloadd from www.vandnborr.b C u i s i n i è r C S M 6 9 3 0 0 G Downloadd from www.vandnborr.b A v a n t d c o m m n c r, b i n v o u l o i r l i r c m a n u l d ' u t i l i s a t i o n! C h è r c l

Plus en détail

(si) Int. Cl *: r 112 D 41/34 F 02 D 41/26, F 02 D 41/14

(si) Int. Cl *: r 112 D 41/34 F 02 D 41/26, F 02 D 41/14 European Patent Office Office européen des brevets {$) Numéro de publication: 0 264 332 A1 utramiuc un. DriCVCI tuhupben ( ) Date de dépôt: 13.10.87 (si) Int. Cl *: r 112 D 41/34 F 02 D 41/26, F 02 D 41/14

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

CHANTIER: POPENGUINE 000-... 0.10 0.20 F?1 000 0.05 0.09 0.21 0.33 F?2 }~.lob~ LolI:.:ritc.. l'là~'' ça,,,,... ",~i/4 + noc/ulu J LdlirIL ~~. o.oo~---, 0.05 0.09 0.19 0.24 P3 } ~nrob..: U-~~If....!:>~\C1

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

L eau, ressource naturelle limitée et bien public, est régie par l article L. 5216-5 du Code général des Collectivités territoriales.

L eau, ressource naturelle limitée et bien public, est régie par l article L. 5216-5 du Code général des Collectivités territoriales. www.amiens.fr INTRODUCTION L eau, ressource naturelle limitée et bien public, est régie par l article L. 5216-5 du Code général des Collectivités territoriales. L assainissement fait partie intégrante

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm A/8000/L, A/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 3 à 5 mm Avec piston magnétique ou non selon ISO 555, ISO 643, VDMA 456 et NFE 49-003- Blocage de sécurité de la tige de

Plus en détail

Vers un capitalisme casino?

Vers un capitalisme casino? Dossier du service d études 5 Chaussée de Haecht 579 1031 Bruxelles Dossier du service d études Vers un capitalisme casino? Introduction à un nouveau défi syndical ! " %&' (&&)!" % & '()* +,. '/& 0 1 233

Plus en détail

Maths. Qles. de la prépa. MPSI Première année PCSI PTSI BCPST. approche différente pour réussir sa Prépa

Maths. Qles. de la prépa. MPSI Première année PCSI PTSI BCPST. approche différente pour réussir sa Prépa Q U CM é o é o é é M MSI è é CSI SI CS Coo é L o o éo M o-l o éo Cooo : IoLo Mq é : No o Mq o : No o www.-o.o HCHEE LIVRE 4 q G 7595 C 5 ISN : 978---84-7 o o o oo o éé o o. L Co oéé o L. 4 L. 5 q «o

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

" #!$! %" & ' % () %* +) & & (+ &'''(!!!) $ % ), & +(!) ## +) /+ *!) $+, -. )0 ' & &*%!1 0 22 % 3 2# ( / &/ 0.1 22&34 0.5

 #!$! % & ' % () %* +) & & (+ &'''(!!!) $ % ), & +(!) ## +) /+ *!) $+, -. )0 ' & &*%!1 0 22 % 3 2# ( / &/ 0.1 22&34 0.5 !"!#$ % " #!$! %" ' % () %* +) (+ '''(!!!) $ % ), +(!) ## %-.( (-.* +) /+ *!) $+, -. )0 ' *%!1 0 22 % 3 2# ( / / 0.1 2234 0.5 3// 0.- 2/) / 06 7/ 0! $ 4 **% 5 5 ) 6 ) 3 0 76 8 9 - - : : 7 -" ;', 5, < =

Plus en détail

------------------------------------------------------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------------------ - 32 - ---- Les cinq premiers quartiers correspondent aux circonscriptions administratives des Bureaux Municipaux (.Ma.iries-annexes~,sous la responsabilité d Adjoints au Maire de Brazzaville. Le quartier

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013

BILAN - ACTIF PLASTIRISQ - 92400 COURBEVOIE SIRET 50062021600019. Période N du 01/01/2014 au 31/12/2014 Période N-1 du 01/01/2013 au 31/12/2013 BILAN - ACTIF Exercice N Exercice N - 1 Brut Amortissements, provisions Net Net Capital souscrit non appelé (I) AA Frais d'établissement AB AC ACTIF CIRCULANT ACTIF IMMOBILISÉ DIVERS CRÉANCES STOCKS IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Commune de LE TAMPON:

Commune de LE TAMPON: Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires

Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires Caractérisation hydrogéochimique des eaux souterraines en Outaouais : résultats préliminaires N. Montcoudiol, G. Comeau, J. Molson et J.-M. Lemieux 80ème congrès de l ACFAS 7 mai 2012 INTRODUCTION Zone

Plus en détail

D où vient l eau potable du Grand Lyon?

D où vient l eau potable du Grand Lyon? L eau du Grand Lyon L eau du Grand Lyon Notre agglomération bénéficie d une ressource en eau abondante et de qualité. C est une chance que beaucoup nous envient. En effet, il s agit d un bien précieux

Plus en détail

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5.

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5. VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER d P L U lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES P.L.U. APPROUVE D.C.M. 19 juillet 2004 Modification n 1 D.C.M.

Plus en détail

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t N è : O & H.» E V I T I» S O E V P I «T I N S O I O T P A «LL'H'HAABBIITTATION U Rl M L G 10 0-2 9 0 0 2 A l! è l l l lè L' P 2» «' L P 3 l L P 5 S P 6 -j ' L 7 P? D - -L 9 P -L 11 P l -L P 13 l 'l -L

Plus en détail

Codes et Symboles de Pointage

Codes et Symboles de Pointage Codes et Symboles de Pointage CODE SYMB UTILISATION 000 Suppression d'un pointage erroné, ou fin d'une période à reconduction 001 Fin de période AC (code 600) 011 LI Préavis de licenciement 012 AA ARTT

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE

Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE Institut Géographique National Laboratoire COGIT LE RISQUE Jean-François GLEYZE Janvier 2002 ! "" Sommaire!!" #!"! $!!!!! #!! %!& '%!&! (!! ) *!!!!+ " " "" %!!# "" " #, & # " $ % " &! #$ -.'/ &" $ / &"

Plus en détail

Eau et Santé. Études. L eau

Eau et Santé. Études. L eau Eau et Santé Études H2O L eau potable en France 2005-2006 L eau potable en France 2005-2006 Du captage au robinet du consommateur : Le présent travail a été réalisé à partir des données du contrôle sanitaire

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE :!"#!$%&'( 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01 2. MARCHE DE DEMBA DANS LE TERRITOIRE DE DEMBA (Lot 02 PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO %'

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

Installation de La Glacière

Installation de La Glacière Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2012 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail